Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allusion et l'Accès

 | 
Peter Vernon
, 
Claudine Raynaud

À l’épreuve du fait divers : des choses trop accessibles

Cornelius Crowley

Texte intégral

  • 1 Balzac, La Peau de Chagrin, 1831, Editions Garnier, notes Maurice Allem, 1955, p. 12.

Où trouverez-vous, dans l’océan des littératures, un livre surnageant qui puisse lutter de génie avec cet entrefilet :
"Hier, à quatre heures, une femme s’est jetée dans la Seine du haut du pont des Arts.
Devant ce laconisme parisien, les drames, les romans, tout pâlit...1

1A la lecture des réflexions du narrateur balzacien nous nous disons que ce qui est en jeu lorsque nous mobilisons les notions d’allusion, de détour et d’indirection, de "visée" ou de "volonté de duplication et de déplacement, qui essaie cependant de faire mouche" – nous citons le texte de l’appel aux communications – c’est autre chose que la difficulté de la quête, l’étroitesse de la voie langagière qu’il faut emprunter pour "trouer dans le mur de toile une fenêtre (Mallarmé)" - et ainsi parvenir à une ouverture sur l’infini ou vers l’indicible. L’enjeu porte sur autre chose, de bien plus, ou de bien trop, simple. Un poncif commun à la morale et à l’esthétique ferait de la difficulté la condition de toute vertu ou grandeur. Evitons les hypothèses complaisantes de l’accès réservé ou la logique de l’allusion ésotérique, avec ses bénéfices pour les seuls initiés. Oublions que l’allusion savante se doit d’être à peine et si difficilement saisie, que le docile lecteur dira "je ne sais pas si j’ai tout compris mais... c’est d’autant plus génial". Nous pensons que l’enjeu de l’allusion touche plutôt au pressentiment de la pauvreté trop commune de la chose, que l’on parviendra difficilement, précieusement, à cacher, après tant d’efforts. Pressentiment ou appréhension strictement prosaïque, antipoétique, que tant de moyens mis en œuvre ne soient brutalement rendus caducs par l’évidence implacable. S’il y a peut-être des dieux implacables, sourds aux offrandes, il y a sûrement un réel implacable. Faire "bégayer la langue", si nous entendons strictement les mots, non par l’appauvrissement de celle-ci, en se passant de ces trésors rhétoriques dont le seul effet est de masquer la redondance. Or si "faire bégayer la langue" est le propre de la littérature, le pressentiment balzacien, dès 1830, est d’un pouvoir d’invention et d’effacement qui dépasserait - en les prenant de vitesse - les entreprises de la poïétique belleslettresque. Balzac voulait concurrencer l’état civil. Sa crainte semble porter sur la capacité du déploiement rhétorique à garder son éclat devant le laconisme parisien, les propositions non-signées de l’entrefilet. Comme si la littérature s’épuisait à vouloir faire bégayer la langue, alors que le bégaiement reste du ressort de la pratique non littéraire la plus banale. Seule parade donc, si l’on veut sauver prosaïquement la littérature, adopter le ton de ce laconisme parisien : ironie flaubertienne ou pingrerie joycienne, dublinoise. Ni amplification rhétorique ni less is more : plutôt little is all there is.

2L’enjeu n’aura donc guère changé depuis Balzac, en littérature ou, désormais, au cinéma : non pas le difficile accès à quelque secret soustrait aux profanes, avec un passage obligé par les arcanes du "beau style" : en peinture et en littérature, nous avons enfin compris que le style, si cela veut dire faire de belles phrases ou façonner de belles formes, ce n’est pas ça l’essentiel. Essentielle, en revanche, la collision avec l’intraitable "fait brut", en toute son évidence étale, les histoires d’accès alambiqué – par une alchimie du verbe – étant tout simplement liquidées : la littérature à l’épreuve du fait divers, platement consignée ; l’art cinématographique, jadis fait de mise en scène, de répliques bien senties, d’effets longuement réfléchis, à l’épreuve de la caméra portable ; ou les allusions de l’érotique savante à l’épreuve de l’évidence pornographique. Voici donc cette quintessence du "laconisme parisien" devant lequel "tout pâlit" :

  • 2 On peut en rester à la répétition du constat, comme dans la chanson de Bobby Gentry de 1967, " Ode (...)

"Hier, à quatre heures, une femme s’est jetée dans la Seine du haut du pont des Arts"2.

3Ou bien ceci, un laconisme irlandais, d’aujourd’hui :

The tragic death of a 15-year-old teenager and the critical injury of her 15-year-old friend has rocked a rural Donegal community to its core.
Last Monday morning the body of Geraldine Chambers was found in the arms of her unconscious friend in a field 400 yards from Geraldine’s home on the Cavanacor Road, near the village of Ballindrait.
Around them was strewn a quantity of morphine tablets and at least one empty vodka bottle. The teenage pals had been lying in the field for up to eight hours before they were found by Geraldine’s older brother Colin, who was alerted to their presence by a passing neighbour. (
Sunday Independent, 21. 07. 2002,10)

4Et plus loin :

Her former principal at St Patrick’s National School, Murlog, Moira Gallagher, fondly recalled her as a very likeable girl with a beautiful smile that would light up a room. (Sunday Independent, 21. 07. 2002,10)

  • 3 Voir, pour la présentation par Derrida de la logique de la suppléance originaire, De la grammatolog (...)

5Impossible de concurrencer la narration journalistique du fait divers. On voudrait donc croire ou faire croire que l’enjeu de la littérature - chez Flaubert ou chez Joyce - fut autre, que celle-ci est à son affaire en s’adressant plutôt à ce qui se passe après, ou à côté de, l’évidence implacable, dont le journaliste fait part. Mais cet avant ou après, repris et artistiquement retravaillé, ne sera relevé que pour feindre de se consoler de l’impossibilité de toucher au point d’impact ou au point d’extinction en tant que tel. La littérature - qu’elle soit joycienne, proustienne, flaubertienne - s’entend comme un superbe lot de consolation, en lieu et place de ce que l’entrefilet parisien ne rate pas. Et la prétendue "tournure linguistique" par laquelle la littérature (se) découvre son essence n’y change rien. Il s’agit toujours de l’invention d’un alibi valant consolation: la littérature comme gage d’accès à cet alibi, à défaut d’accéder à la simplicité étale que le fait divers présume. Or la figuration de ce qui se passe après, ou à côté de l’évidence implacable - ce complément, relevé poétiquement – n’est donc que la vaine tentative de "rémunérer" le défaut des langages communs ou le défaut des vies. Par invention de motivations langagières que réflexivement le langage se donne à luimême ; par invention, à l’adresse des vies échues, de motivations platement morales ou superbement métaphysiques. Pour que rien ne périsse entièrement. Aussi la pensée de la littérature ne cessera-t-elle d’en revenir à cette renversante inventivité d’un supplément3. A défaut de toucher juste, comme le laconisme parisien - régime de la vérité (trop) accessible - on veillera à ce que les phrases et les vies soient, toutes deux à leur manière, anoblies, muées en allusions indirectes à "autre chose" ou à un ailleurs auquel elles renvoient, dont elles dériveront leur charme et leur part de vrai. Jamais la prétendue "tournure linguistique" ne garantira la littérature contre la tropologie métaphysique du renvoi à l’origine, selon une logique qui fait de ce qui est donné là, dont on ne peut rien faire - dont il n’y a rien à faire - une allusion, évidente aux initiés, à autre chose. Difficile de résister à la charmante logique de l’allusion nous mettant sur une voie sinueuse, toujours susceptible de prolongement, au point de faire le tour et d’embrasser un monde entier, miraculeusement rétabli comme un lieu médiat entre paradis et enfer, doublement allusif. Il y a une métaphysique du style allusif:

DePugh recalls a Sermon he once heard at a church-ful of German Mysticks. " It might have been a lecture in Mathematics. Hell, beneath our feet ; bounded, - Heavens, above our pates, unbounded. Hell a collapsing Sphere, Heaven an expanding one. The enclosure of Punishment, the release of Salvation. Sin leading us as naturally to Hell and Compression, as doth Grace to Heaven, and Rarefaction. Thus – "
Murmurs of, "Thus"
"– may each point of Heaven be mapp’d, or projected, upon each point of Hell, and vice versa. And what intercepts the Projection, about mid-way (reckon’d logarithmickally) between ? Why, this very Earth, and our lives here upon it We only think we occupy a solid, Brick-and-Timber City, – in Reality, we live upon a Map. Perhaps even our. Lives are but representations of Truer Lives, pursued above and below, as to Philadelphia correspond both a vast Heavenly City ; and a crowded niche of Hell, each element of one faithfully mirror’d in the others."
(Pynchon, 482).

6La beauté de cette hypothèse nous charme, tant nous avons du mal à nous faire à l’idée d’une irrévocabilité sans rappel et d’une unicité sans réplique de nos actions. Si le laconisme parisien ou dublinois est le degré zéro de la littérature - une capitulation et aveu d’impuissance à faire aussi bien que l’universel reportage -, le régime de l’allusion initiatique, qui fait (gothiquement) survivre le régime littéraire, se construirait face à ça, par un mouvement de rebond et d’évitement, s’accomplissant en une profusion figurale se déployant dans l’éloignement toujours plus grand de ce degré zéro. Ou bien ne voulant ou ne pouvant se dégager de ce degré zéro - sidération et aphasie - l’entreprise littéraire s’abîme et s’arrête, de la trop grande proximité de ça. Ou bien elle s’en sortira, pour s’accomplir dans cette métaphysique de l’accès et de l’allusif.

7L’entreprise joycienne visite successivement le degré zéro constatif, où logiquement elle devrait s’arrêter, avec Dubliners; ensuite elle se remet en marche, faisant de la scène intérieure des consciences le supplément potentiellement infini du présent effectif (dans Ulysses); enfin elle laissera s’étoffer l’intertextualité allusive (dans Finnegans Wake), développant un régime d’interconnexion généralisée, à la manière d’une station de métro où se croiseraient autant de lignes qu’il y a de gares, toutes en correspondance, pour qui sait lire les cartes.

8L’absolutisme des remèdes joyciens adoptés en aval de l’approximation, dans Dubliners, de la froideur constative prend acte des conditions et impossibilités suivantes : (1) de la péremption de tout "belle-lettrisme" et la manie des belles phrases, qui n’est rien d’autre qu’une bêtise supérieure; (2) de l’impossibilité d’éluder le défi posé par le laconisme parisien, ou, plus généralement, par le non-style journalistique, à peine changé entre 1830 et 2002: la phrase de l’entrefilet balzacien pourrait s’écrire telle quelle aujourd’hui, alors que les rhétoriques du beau style passent et très vite se démodent.

9Regardons, à ce propos, l’article extrait de ce journal irlandais daté du 21 juillet 2002. D’abord le constat des faits, puis le témoignage des proches, le journaliste de The Sunday Tribune dressant son état des lieux comme le Joyce de "A Painful Case". Mais comment ou pourquoi surenchérir sur la platitude constative? La voix narrative de "A Painful Case", si elle doit à tout prix rendre raison de la mort de Mrs Sinico, ne dispose guère d’autres atouts que ceux du discours judiciaire et son relais dans l’universel reportage. Aucune voie d’accès privilégié ne conduira le lecteur au secret de cette mort, la narration en restera donc à la parole du médecinlégiste, telle que la prose joycienne, en sa parfaite duplication de la prose journalistique dublinoise, la relate. Notons toutefois que la prose du fait divers a sa propre rhétorique de l’allusion: à de possibles problèmes d’alcool, s’agissant de Mrs Sinico, à des amours adolescentes, s’agissant de la mort de ces irlandais d’aujourd’hui. L’allusion a donc sa place dans le journalisme de faits divers, mais nullement en raison d’un soudain recours à l’idiome hiératique; plutôt en faisant sien le mode de la rumeur publique, lorsque celle-ci cherche à moraliser ce qui dorénavant est irréversible. A vrai dire l’allusion ne peut qu’être doxique, qu’il s’agisse d’une vulgaire doxa morale dont la voix sait "laisser entendre" à demi-mots les vérités intimes:

  • 4 "A Painful Case", Dubliners, Terence Brown (éd), Harmondsworth, Penguin, 1992, p. 111. Voir, pour u (...)

The Deputy Coroner said it was a most painful case, and expressed great sympathy with Captain Sinico and his daughter. He urged on the railway company to take strong measure to prevent the possibility of similar accidents in the future. No blame attached to anyone4

10Ou de la doxa esthétique, plus relevée, qui sait embellir tout ce qu’elle touche, façonnant la phrase comme l’intérieur d’une demeure que l’on voudrait hantée, pour ainsi entretenir le leurre d’un secret obliquement indiqué.

11Troisième condition: l’impossibilité d’en rester à la platitude de l’étalage journalistique sans battre en retraite, pris de panique devant la pauvreté de ses moyens et devant la pauvreté de la chose, l’impossibilité de ne pas ressusciter les consolations d’un art du beau, en sacrifiant à l’illusion d’un accès à autre chose que ce pauvre fond des affaires que la sentence journalistique nous octroie. Aussi la littérature, si elle doit persister en son essence de littérature, si elle veut se conformer à son destin ancillaire et cosmétique, aura beau su se garder de la doxa moraliste et de la doxa esthétique, elle ne pourra pas, si elle doit quand même "faire œuvre", ne pas laisser entendre qu’elle sait par allusion pratiquer un accès à autre chose. Elle doit ménager le lecteur, dont la faculté de saisir l’allusion - à l’intime essence des choses (régime symboliste) ou à la résonance d’autres œuvres (régime intertextuel) - mesure le bon lecteur. Or le bon lecteur saisit davantage, il glane et recueille les allusions que l’auteur en sa sagesse aura laissé tomber. Mais à quoi promet-on l’accès, on peut se demander, s’agissant d’une entreprise littéraire dont les conditions de possibilité sont kantiennes, toute vision apocalyptique étant par avance forclose? Car désormais c’est seulement sur le terrain de jeu des genres mineurs, comme la fantaisie héroïque, que l’on on peut jouer à accéder à l’au-delà. Et par quelle voie accéder, si l’entreprise littéraire ne se satisfait pas d’être la duplication du journal, si elle ne veut pas se constituer un empire du beau parnassien ni se résigner à être la servante de la théologie ou de la théorie politique ?

  • 5 Anne Banfield, Unspeakable Sentences, Londres, Routledge, 1982.
  • 6 Gilbert Ryle, "A Puzzling Element in the Notion of Thinking", Proceedings of the British Academy, v (...)

12Au moment intermédiaire de son œuvre, entre Dubliners et Finnegans Wake, on pourra assister chez Joyce au cheminement de la conscience ordinaire, dont la représentation a pour condition l’acceptation des protocoles de la fiction romanesque bourgeoise. Il en résulte un enchaînement de "unspeakable sentences"5 qui, l’une après l’autre, selon une autre logique, et sur une durée et un rythme autres que la concision journalistique, constituent un dispositif de présentation et d’accès. Accès à quoi ? Au cheminement de la conscience ordinaire, nous avons dit, dont les voies passablement perverses, guère rectilignes, sont celles que dessine le philosophe anglais Strawson,6 que Sterne pratique dans Tristram Shandy, dont Joyce fait le jeu et l’enjeu dans Ulysses en figurant la double aventure, mentale et ambulatoire, de Bloom. Il en résulte une explication avec la platitude journalistique, mais qui n’aboutit jamais à la stigmatisation de l’inculture de celle-ci : la presse du caniveau est à l’honneur dans Ulysses, depuis la lecture matinale de Titbits par Bloom, rehaussée/abaissée en une parodie du journal hégélien, prière de l’homme moderne. Car la défense et illustration de l’excellence belleslettresque s’achève chez Joyce, sinon à la fin de A Portrait, assurément au début d’Ulysses, lorsque l’exilé qu’est Stephen Dedalus revient à Dublin à la suite de son pathétique périple transmanche. Prend fin, surtout, par inventaire de la banalité des faits et gestes, si accessibles, de Bloom. Accès à quoi donc, dans Ulysses ? A l’interminable modalité de la rumination solitaire, à la modalité, tout aussi interminable et indépassable, du malentendu conversationnel.

13Revenons donc au texte de l’appel à communications, pour le citer: "Le dictionnaire signale que l’allusion consiste précisément à dire quelque chose pour autre chose". Ajoutons que si l’ajustement par consonance/dissonance ici évoqué - dire et prendre quelque chose pour autre chose - se joue du côté du locuteur, il se prolonge et s’aggrave du côté de l’auditeur. Modalité inéluctable de la mésentente. On sait que le moment le plus sublime de la méprise - à savoir que ce qui agit comme allusion pour l’un est vide de tout sens ou de tout affect pour l’autre, nullement touché -, c’est bien ce à quoi touche le chant qui scande "The Dead", audible pour Gretta comme une allusion à l’intime secret, opérant auprès de Gabriel comme le signal rétroactif d’un accès barré, d’une exclusion du corps et de la mémoire de Gretta, son affectation donc à l’univers du bavardage fait d’allusions et enchaînements quelconques, mais accès à rien. Le traitement dans Ulysses des enjeux de l’allusion et de l’accès se conformera aux lois de la résonance sans réciproque, dont "The Dead" expose l’opération.

14Différence sexuelle, mutisme et bavardage. Suivons, très brièvement, un des fils dans le cheminement mental de Bloom, en gardant à l’esprit l’hypothèse suivante: que Joyce nous propose la mimésis d’un cheminement involutif de la conscience, où chaque perception vaut comme une allusion encore et toujours à quelques êtres cardinaux, tous étant, à leur manière, inaccessibles: sa fille Milly, partie en province, désormais accessible à d’autres hommes; "little Rudy" (54) son fils mort; Molly, sa femme hors d’atteinte; son père, mort lui aussi. Tout, en effet, peut valoir comme allusion à ce réel névralgique. Rien cependant n’est doté d’une force symbolique en mesure de tenir à bonne distance ces présences et absences domestiques, ces êtres nullement susceptibles d’être apaisés ou satisfaits: ni révoqués ni convoqués.

  • 7 La conversation entre Bloom et Mrs Breen s’amorce sur des remarques concernant la tenue de celui-là (...)

15Le texte de "The Oxen of the Sun" évoque l’aboutissement de l’attention croissante que Bloom aura porté, au cours de ses cheminements, à la condition de Mrs Purfoy, qui depuis trois jours attend de donner naissance. Voilà la qualification par l’instance narrative de cette sollicitude bloomienne: "Woman’s woe with wonder pondering" (318). Or le motif initial de l’attention portée à Mrs Purfoy aura été le désir nourri par Bloom de changer de sujet lors d’une conversation avec Mrs Breen, afin d’éviter la germination de toute allusion, trop intime, trop douloureuse, à la personne de la propre épouse.7 Où déjà, et comme toujours, les décrochages entre la conversation dans le monde externe et les ruminations de la conscience intime reconduisent inlassablement à la figure de Molly. Mais une fois installée dans la conscience bloomienne, la figure de Mrs Purfoy prendra place auprès d’autres femmes, Mrs Breen, Gerty Mc Dowell, Milly, Molly, motifs des interminables intentions masculines, objets auquel on tendra, mais définitivement intouchables: ces femmes sont peut-être autant d’avatars d’un Réel hors d’atteinte, déesses implacables. Et de même que Gretta se dérobe, inaccessible, à la table où Gabriel officie et palabre, pendant que les carabins échangent des sophismes en buvant de la bière, Mrs Purefoy restera hors scène, pour mieux imprégner le texte de "The Oxen of the Sun". Car la commensalité est sans issue, en ce sens qu’elle n’accorde aucune pénétration à quoi que ce soit d’autre; alors même que les propos érudits font interminablement, laborieusement, allusion à ce quelque chose resté de l’ordre de l’intraitable:

Universally that person’s acumen is esteemed very little perceptive concerning whatsoever matters are being held as most profitably by mortals with sapience endowed to be studied who is ignorant of that which the most in doctrine erudite and certainly by reason of that in them high mind’s ornament deserving of veneration constantly maintain when by general consent they affirm that other circumstances being equal by no exterior splendour is the prosperity of a nation more efficaciously asserted than by the measure of how far forward may have progressed the tribute of its solicitude for that proliferent continuance which of evils the original if it be absent when fortunately present constitutes the certain sign of omnipollent nature’s incorrupted benefaction. (314)

16Comme si le texte joycien, qu’il ne suffit pas de qualifier de "polyphonique", croise ici un régime de l’allusion érudite et un régime de l’imparable douleur, exposée en contrepoint à la suffisance allusive des carabins ou de Stephen, tant, du moins, que la mélancolie n’aura pas reconduit ses pensées vers l’épreuve des apories symboliques et des remèdes inaccessibles:

To whom young Stephen had these words following: Murmur, sirs, is eke oft among lay folk. Both babe and parent now glorify their Maker, the one in limbo gloom, the other in purgefire. But, gramercy, what of those Godpossibled souls that we nightily impossibilise, which is the sin against the Holy Ghost, Very God, Lord and Giver of Life? For, sirs, he said, our lust is brief. We are means to those small creatures within us and nature has other ends than we. (319)

17Voici donc le registre bloomien du deuil inaccessible:

Bur sir Leopold was passing grave maugre his word by cause he still had pity of the terrorcausing shrieking of shrill women in their labour and as he was minded of his good lady Marion that had borne him an only manchild which on his eleventh day on live had died and no man of art could save so dark is destiny. And she was wondrous stricken of heart for that evil hap and for his burial did him on a fair corselet of lamb’s wool, the flower of the flock, lest he might perish utterly and lie akeled (for it was then about the midst of winter) and now sir Leopold that had of his body no manchild for an heir looked upon him his friend’s son and was shut up in sorrow for his forepassed happiness and as sad as he was that him failed a son of such gentle courage (for all accounted him of real parts) so grieved he also in on less measure for young Stephen for that he lived riotously with those wastrels and murdered his goods with whores. (320)

  • 8 Ceci dans le mouvement de la pensée de Stephen, à propos de l’accès à la vérité transcendante : "Pu (...)

18Mais revenons, pour finir, à l’entrefilet balzacien, reçu comme le constat propositionnel de ce qui reste implacable, et à ce titre le point de départ des entreprises littéraires. L’œuvre part de ça et toujours reviendra à ça. Non pas pour écrire en faisant concurrence à la platitude constative d’un bon journalisme de fait divers. Concurrence insoutenable, nous avons dit. A la fois parce que la proposition constative dit tout ce qu’il y a à dire et parce que l’entreprise littéraire joycienne, ici citée en exemple - on aurait pu citer Faulkner-, est consubstantielle à la résonance, dans la mémoire de celui qui les aura entendues, de quelques phrases intraitables, gages d’un ordre auquel on ne peut rien faire. S’il y a une structure fondamentale de l’allusion à l’oeuvre chez Joyce, elle a pour référent un ordre implacable, avec un "Edenville"8 hors accès, soustrait tout autant au régime de la parole proférée qu’au régime de l’incarnation ou de la relation sexuelle. Si tout dans l’univers joycien fait inlassablement allusion à quelques épreuves intraitables, nul accès n’est donc octroyé, dans Ulysses, à un quelconque ordre ontologique de la vérité. Plutôt à un mode de résonance inlassable, à la fois le propre et le châtiment de la conscience névralgiquement au travail. Nous dirons que l’articulation joycienne entre accès et allusion - la manière dont l’un ouvre sur, ou au contraire tourne autour de quelque bien, mais qui restera inabordable - rompt radicalement avec les promesses symbolistes.

  • 9 "— Of the twoheaded octopus, one of whose heads is the head upon which the ends of the world have f (...)
  • 10 Pour la réflexion de Derrida sur la rhétorique de l’accès au mystère et sur l’appropriation d’autor (...)

19Au cours de la lumineuse journée de Bloom, tout vaut comme une allusion à quelques biens inaccessibles, convoqués comme autant de figures d’une jouissance exclusivement concevable comme forclose, mais, du coup, interminablement opératoire comme arrière-plan de l’attention bloomienne au monde, bienveillante et sincèrement philanthropique : "pondering with wonder woman’s woe". Inlassable inventeur de projets pour l’amélioration du confort d’une humanité, laquelle préfère pourtant poursuivre ses différentes chimères d’un accès à de substantifiques satisfactions " paradis national de The Citizen dans "Cyclops", ésotérisme de George Russell, AE, auteur irlandais de tendance swedenborgienne, qui sait attirer des dévotes que Bloom juge peu élégantes9. Mais sans doute le théosophiste juge-t-il la tenue une chose négligeable, tant que l’accès au mystère10 reste assuré. Chose négligeable, aussi, pour le théosophiste conséquent - s’il y en a - que ces douleurs intimes, susceptibles d’aucune relève, esthétique ou autre, auxquelles la rumination de Bloom ne cesse de faire allusion.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHY

Balzac Honoré de, La Peau de Chagrin, 1831, Paris, Garnier, 1955.

Banfield Anne, Unspeakable Sentences, London, Routledge, 1982.

Bonnafoux-murat Carle, Dubliners : Logique de l’Impossible, Paris,, Ellipses, 1999.

Derrida Jacques, De la Grammatologie, Paris, Minuit, 1967.

—, D’un ton apocalyptique adopté naguère en philosophie, Paris, Galilée, 1983.

Gentry Bobby, "Ode to Billy Joe" 1967,
www.songfacts.com/détail.lasso?id=1623.

Joyce James, Dubliners, 1914, Harmondsworth, Mddx., Penguin, 1992

—, Ulysses, 1922, London, The Godley Head, Gabier edition, 1984.

Pynchon Thomas, Mason & Dixon, London, 1998.

Ryle Gilbert, "A Puzzling Element in the Notion of Thinking",
Proceedings of the British Academy, XLIV, 1958.
Reprinted in William Lyons, ed, Modern Philosophy of the Mind, London, Everyman, 1995, 88-105.

Notes

1 Balzac, La Peau de Chagrin, 1831, Editions Garnier, notes Maurice Allem, 1955, p. 12.

2 On peut en rester à la répétition du constat, comme dans la chanson de Bobby Gentry de 1967, " Ode to Billy Joe ", écrite par Bobby Gentry en 1967. La parole ne peut que répéter l’annonce de l’événement. Tout autre parole ne vaut que comme allusion à la banalité des autres occupations. Voici un extrait :
It was the third of June, another sleepy, dusty Delta day I was out choppin’ cotton and my brother was balin’ hay And at dinner time we stopped and we walked back to the house to eat And mama hollered at the back door "y’all remember to wipe your feet"
And then she said she got some news this mornin’ from Choctaw Ridge
Today Billy Joe MacAllister jumped off the Tallahatchie Bridge
Papa said to mama as he passed around the blackeyed peas
"Well, Billy Joe never had a lick of sense, pass the biscuits, please"
"There’s five mote acres in the lower forty I’ve got to plow"
Mama said it was shame about Billy Joe, anyhow
Seems like nothin’ ever comes to no good up on Choctaw Ridge
And now Billy Joe MacAllister jumped off the Tallahatchie Bridge
And brother said he recollected when he and Tom and Billy Joe
Put a frog down my back at the Carroll County picture show And wasn’t I talkin’ to him after church last Sunday night ?
"I’ll have another piece of apple pie, you know it just dont seem right"
"And now you tell me Billy Joe’s jumped off the Tallahatchie Bridge"
Mama said to me "Child, what’s happened to your appetite ?"
"I’ve been cookin’ all morning and you haven’t touched a single bite".

3 Voir, pour la présentation par Derrida de la logique de la suppléance originaire, De la grammatologie, Editions de Minuit, 1967.

4 "A Painful Case", Dubliners, Terence Brown (éd), Harmondsworth, Penguin, 1992, p. 111. Voir, pour une analyse de ce passage, Carle Bonafous-Murat, Dubliners : Logique de l’impossible, "Marque-page", Editions Ellipses, 1999, p. 11.

5 Anne Banfield, Unspeakable Sentences, Londres, Routledge, 1982.

6 Gilbert Ryle, "A Puzzling Element in the Notion of Thinking", Proceedings of the British Academy, vol. XLIV, 1958: "But also we can begin to see why we cannot, and do not in our heart of hearts wish to reserve for our thinkings any peculiar concrete stuff; apparatus, or medium, X, such that we can say, ’As no singing without noises, so no thinking without X.’ For adverting to anything whatsoever can be what puts a person, at a particular moment, in mind of something or other. The motorist in the last village but one before home may think of the petrol-station alongside of him as being possibly the last place for buying petrol on a Sunday. The widower thinks of my roses that he is gazing at as being of the sort of which she was so fond. The schoolboy thinks of the number 17 that his eye is on as the 17s. in the total of £9 17s 4d. that he has to multiply by eight. The poet thinks of the word ’annihilating’ that crops up in a conversation as a candidate for the gap in his half-composed couplet. The housewife thinks of next Thursday as the day when she will not be able to shop in Oxford after lunch, while her son thinks of it as the day when he comes of age. We could stretch our slogan, if we hanker for a slogan, to read ’No thinking without adverting to something or other, no matter what’... " (p. 103).

7 La conversation entre Bloom et Mrs Breen s’amorce sur des remarques concernant la tenue de celui-là, qui avait commencé les affaires publiques de la journée en assistant à l’enterrement de Dignam :
— You’re in black, I see ; You have no... ?
— No, Mr Bloom said. I have just come from a funeral.
Going to crop up all day, I foresee. Who’s dead, when and what did he die of ? Turn up like a bad penny.
— O, dear me, Mrs Breen said. I hope it wasn’t any near relation. May as well get her sympathy.
— Dignam, Mr Bloom said. An old friend of mine. He died quite suddenly, poor fellow ; Heart trouble, I believe. Funeral was this morning. [...]
— Sad to lose the old friends, Mrs Breen’s womaneyes said melancholily.
Now that’s quite enough about that Just : quietly : husband,
— And your lord and master ?
(129)
La vue de Mrs Breen, maintenant vieillie, rappelle la figure de Mrs Breen, plus jeune, puis de Molly, d’un âge comparable, d’une beauté moins flétrie :
Same blue serge dress she had two years ago, the nap bleaching. Seen its best days. Wispish hair over her ears. And that dowdy toque : three old grapes to take the harm out of it. Shabby genteel. She used to be a tasty dresser. Lines round her mouth. Only a year or so older than Molly.[..]
Change the subject.
— Do you ever see anything of Mrs Beaufoy ? Mr Bloom asked
— Mina Purefoy ? She said.
Philip Beaufoy I was thinking. Playgoers’ Club. Matcham often thinks of the masterstroke. Did I pull the chain ? Yes. The last act.
— Yes.
— I just called to ask on the way in is she over it. She’s in the lying-in hospital in Holies Street Dr Home got her in. She’s three days bad now. (130)
Le faisceau d’allusions va s’amplifier, au fil des aventures de Bloom, le destin de Mrs Breen, déjà évoqué, fond et s’enchaîne sur celui de Mina Purefoy :
Sad however because it lasts only a few years till they settle down to potwalloping and papa’s pants will soon fit Willy and fuller’s earth for the baby when they hold him out to do ah ah. No soft job. Saves them. Keeps them out of harms’s way. Nature. Washing child, washing corpse. Dignam. Children’s hands always round them. Coconut skulls, monkeys, not even closed at first, sour milk in their swaddles and tainted curds. Oughtn’t to have given that child an empty teat to suck. Fill it up with wind. Mrs Beaufoy, Purefoy. Must call to the hospital.
(305).

8 Ceci dans le mouvement de la pensée de Stephen, à propos de l’accès à la vérité transcendante : "Put me on to Edenville. Aleph, alpha : nought, nought, nought one" (32)

9 "— Of the twoheaded octopus, one of whose heads is the head upon which the ends of the world have forgotten to come while the other speaks with a Scotch accent. The tentacles...
They passed from behind Mr Bloom along the curbstone. Beard and bicycle. Young woman. [...]
Her stockings are loose over her ankles. I detest that: so tasteless. Those literary ethereal people they are all. Dreamy, cloudy, symbolistic. Esthetes they are. I wouldn’t be surprised if it was that kind of food you see produces the like waves of the brain the poetical. For example one of those policemen sweating Irish stew into their shirts you couldn’t squeeze a line of poetry out of him. Don’t know what poetry is even. Must be in a certain mood.
(Ulysses, 135-136).

10 Pour la réflexion de Derrida sur la rhétorique de l’accès au mystère et sur l’appropriation d’autorité qui en résulte, voir D’un ton apocalyptique adopté naguère en philosophie. Sunday Independant, 21. 07. 2002.

Auteur

Paris X Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540