Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allusion et l'Accès

 | 
Peter Vernon
, 
Claudine Raynaud

Allusion et absence d’accès : du cas particulier de Finnegans Wake au cas général de l’avant-texte

Daniel Ferrer

Texte intégral

1Comme le suggère le titre de ce colloque, faire allusion à quelque chose c’est en principe donner un accès indirect à cette chose. Que se passe-t-il donc si cet accès est refusé ? Existe-t-il, dans le texte littéraire, des allusions auxquelles le lecteur n’a pas accès ? Il semble bien que oui. On peut distinguer au moins trois cas. Un cas où l’absence d’accès est délibérée, mais provisoire, conçue comme un temps de suspension. Un cas où elle est accidentelle, due aux circonstances de lecture. Et enfin un cas où l’accès est totalement impossible pour le lecteur, quel qu’il soit (à l’exception toutefois du lecteur qui a accès aux manuscrits de travail de l’écrivain). C’est Finnegans Wake qui offrira le principal exemple d’un usage radical et intensif de ces allusions sans accès du troisième type, mais avant d’en arriver là, nous pouvons y puiser également d’excellentes illustrations du premier type.

2On songera en particulier aux déformations burlesques qui rendent presque méconnaissables les sentences les plus célèbres : « trespassing on the space question where even michelangelines fool to dread » (FW 160. 36-161. 01) ou « A king off duty and a jaw for ever !» (FW 162. 35). Il faut quelques instants pour saisir l’allusion à Pope ou à Keats — mais il s’agit seulement d’un effet de retardement de la reconnaissance qui finit par survenir soudain comme un choc, accompagné d’un sentiment d’inquiétante étrangeté, d’autant plus fort qu’aura été poussée la défamiliarisation de ce qui constitue notre intimité culturelle. Mais ce retard ne fait en fin de compte qu’accroître notre plaisir selon un processus que Freud, après Heymans, résumait par les mots « sidération et lumière », prenant l’exemple d’un mot valise de Heine qui nous plonge d’abord dans la perplexité avant que la compréhension différée ne provoque le rire. (Freud 17-18).

3Les mots-valises sont évidemment omniprésents dans Finnegans Wake, mais dans les exemples que nous venons de citer, les mots-vecteurs de l’allusion ne sont pas identifiables comme tels. Pris séparément, rien n’indique que le mot « king » fasse allusion à « thing », « off » à « of », « duty » à « beauty » et « jaw » à « joy », mais le caractère inintelligible (il serait plus juste de dire semiintelligible) de la phrase dans son ensemble, après nous avoir sidéré, nous ouvre l’accès à l’allusion qui survient alors comme une illumination.

4Ce temps d’hésitation (que Joyce écrit “hesitency”, sous le couvert d’une allusion au faussaire Pigott qui fut confondu au moyen de cette faute d’orthographe) déborde largement l’échelle du mot d’esprit, il est constitutif d’une stratégie joycienne de la différance généralisée :

If I gave it all up immediately, I’d lose my immortality.
I’ve put in so many enigmas and puzzles that it will
keep the professors busy for centuries arguing over
what I meant, and that’s the only way of ensuring one’s
immortality. (Ellmann 521).

5On voit bien, à travers cette confidence de Joyce rapportée par Jacques Benoit-Meschin, que l’accès total, provisoirement refusé est prévu dans un futur indéterminé dont on se rapprochera asymptotiquement par un travail d’élucidation. Cette idée d’élucidation nécessaire nous amène au deuxième type d’allusion sans accès.

6En effet, les allusions érudites et ésotériques, si fréquentes chez Joyce, relèvent partiellement de la stratégie que nous venons de décrire : elle servent à piquer la curiosité du lecteur, à constituer des énigmes qu’il lui faudra résoudre. Mais elle sont aussi l’effet de différences culturelles : ce qui est abscons pour nous ne l’était pas forcément pour Joyce. L’orthographe particulière de « hesitency » pouvait constituer une allusion assez claire pour qui avait été plongé dans l’affaire Parnell, mais elle ne l’est pas pour tout le monde aujourd’hui. Lire Finnegans Wake collectivement, comme s’y essayent de nombreux groupes à travers le monde, est une expérience révélatrice. Plus le groupe est hétérogène, plus la lecture est fructueuse, car chacun des participants relève des allusions différentes en fonction du bagage culturel et linguistique qui lui est propre. Cette particularité a engendré une véritable industrie, qui produit en abondance lexiques et annotations visant à clarifier quelques unes de ces obscurités, mais ce problème d’accès peut être généralisé au-delà du cas très particulier de Finnegans Wake.

7On sait bien que le pouvoir allusif d’un texte, aussi fort soit-il lors de sa publication, peut s’affaiblir ou se perdre avec le temps. C’est un phénomène inéluctable, tout particulièrement (mais pas uniquement) dans un forme d’intertextualité qu’on pourrait appeler l’intertextualité négative et notamment dans ce que Bakhtine, dans son étude du « dialogisme actif », appelle la « polémique interne cachée » (Bakhtine 260). On se rappelle que dans ce cas, le mot [discours] d’autrui n’est pas reproduit avec une nouvelle interprétation mais il agit, influence et détermine d’une façon ou de l’autre le mot de l’auteur, tout en restant lui-même à l’extérieur. [...] Dans la polémique cachée, le mot de l’auteur est, comme n’importe quel autre mot, dirigé sur son objet, mais chaque affirmation se construit de manière à avoir en plus de sa signification objectale, un effet polémique sur le mot d’autrui. Dirigé sur son objet, le mot se heurte dans l’objet même au mot d’autrui qui, lui, n’est même pas reproduit mais seulement suggéré ; et cependant, la structure du discours serait toute différente s’il n’existait pas cette réaction au mot d’autrui sous-entendu. [...] Dans la polémique cachée, le mot d’autrui est repoussé et c’est son rejet, tout autant que l’objet dont il est question, qui détermine le mot de l’auteur. [...] Le mot perçoit intensément à côté de soi le mot d’autrui parlant du même objet, et cette sensation détermine sa structure (Bakhtine 254-256).

8La question est évidemment de savoir à quel point cette polémique est cachée : si elle l’est trop, son effet risque évidemment d’être nul. Dans un tel cas, les documents de genèse se révèlent précieux.

9Prenons par exemple les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence de Montesquieu. Une bonne connaissance de l’histoire littéraire et un examen attentif des deux ouvrages peuvent permettre de prendre conscience de tout ce que les Considérations doivent négativement au Discours sur l’histoire universelle de Bossuet. Comme l’explique Catherine Volpilhac-Auger, elles manifestent « le refus de sa perspective christianocentrique de l’histoire, selon laquelle Dieu n’aurait permis l’établissement de l’empire romain que pour mieux préparer le monde à la venue du Messie. » (Volpilhac-Auger 58). L’étude des lectures de Montesquieu à travers les traces matérielles qu’elles ont pu laisser dans ses notes, extraits, catalogues et autres manuscrits permettant de reconstituer sa « bibliothèque virtuelle », ne fait que le confirmer.

10En revanche, on ne peut pas parler de confirmation pour d’autres textes beaucoup plus obscurs qui sont en pratique imperceptibles et qui pourtant jouent un rôle capital dans l’ouvrage, en tant que « sources de réaction ». Il en est ainsi des derniers mots du dernier chapitre de ces mêmes Considérations... : « l’Empire [...] finit comme le Rhin, qui n’est plus qu’un ruisseau lorsqu’il se perd dans l’Océan. » Dans cette clausule, « la fin de Constantinople [est] désignée comme un non-événement, indigne même d’un récit », en une image qui prend le contre-pied d’un ouvrage dont seule l’étude des documents permet d’établir la présence en creux : l’« Histoire des croisades pour la délivrance de la Terre Sainte du P. Maimbourg (Catalogue, n° 2996) où se lit une interprétation tout aussi choquante pour Montesquieu : la légitimation par la religion d’une entreprise de conquête ; le jésuite Maimbourg la complète en voyant dans la chute de Constantinople (comme beaucoup de ses contemporains) la sanction divine du schisme dont les Grecs se sont rendus coupables : l’historien-apologiste transforme la chute du siège de l’empire chrétien d’Orient en combat presque apocalyptique de l’ange contre le démon ». (Volpilhac-Auger 59). Voilà un bel exemple d’allusion oblique, que même une connaissance hors du commun de l’histoire littéraire ne permettrait guère de repérer et que seule l’étude des documents de genèse au sens large permet de recouvrer.

  • 1 Laurent Jenny, dans son article devenu classique « La stratégie de la forme » (Poétique 27, 1976, (...)
  • 2 In Le Signe et le texte ; Etudes sur l’ecriture au XVIe siecle en France, Laurence Kritzman éd., L (...)

11D’après Michael Riffaterre, cette crainte d’une perte de l’accès à l’intertexte1 n’est pourtant qu’un faux problème. Dans un article intitulé précisément « Un faux problème : l’érosion intertextuelle »2, Riffaterre démontre brillamment, à partir d’exemples empruntés à Baïf (à qui on reproche souvent un système de référence trop obscur, ou devenu tel avec le temps) que la question ne doit pas se poser. Les structures d’implicitation manifestes dans le texte sont suffisantes pour renvoyer vers un autre texte absent, et pour en dessiner, en creux, les contours. Cette position est très forte, dans la mesure où c’est bien cette incomplétude programmée du texte, l’arrachant à lui-même, à sa clôture comme à sa référentialité ordinaire, qui est constitutive, pour Riffaterre, de la référentialité littéraire. Mais il y a bien un paradoxe : nous savons parfaitement, grâce notamment aux lectures proposées par Riffaterre lui-même, tout ce que la connaissance du détail de Γ intertexte apporte à la lecture.

12Nous acceptons volontiers l’idée que le texte comporte en lui-même une mémoire de son intertexte. Encore faut-il que cette mémoire ne reste pas lettre morte : tout repose donc sur une agrammaticalité, qui permet de repérer ce que Riffaterre appelle le « connecteur »

13Il existe un indice de la coexistence dans une même séquence verbale d’un texte et d’un intertexte, indice donc d’intertextualité [...]. C’est un signe double puisqu’il figure dans le texte mais aussi dans l’intertexte d’où il a été tiré.

14Je l’appelerai le connecteur : sa première fonction est de faire le pont entre le texte et l’intertexte, non seulement en symbolisant la présence de l’un dans l’autre, mais en symbolisant leur inséparabilité ; le texte ne peut être lu et ne peut avoir de signifiance sans la catachrèse causée par l’invisible intertexte.

15Le connecteur est un mot ou groupe de mots qui est grammatical dans l’intertexte, sans quoi il ne pourrait pas le représenter ailleurs. Mais il faut qu’il soit agrammatical dans le texte, sinon il ne pourrait y attirer l’attention ni générer la catachrèse. Celle-ci prend la forme d’un paradigme de variantes dérivées du connecteur.

  • 3 « Contraintes intertextuelles », Texte(s) et Intertexte(s), E. Le Calvez et Marie-Claude Canova-Gr (...)

16(Note de Riffaterre) J’entends l’agrammaticalité au sens très large d’un élément du texte dont notre compétence linguistique nous avertit qu’il est inacceptable. Ce peut être une vraie faute — malformation lexicale, erreur syntaxique, faux sens — qui serait aberrante quel que soit le contexte. Mais c’est le plus souvent ce qui est imprévisible en contexte, sans connotations péjoratives, comme l’hapax, le paradoxe, des tropes illogiques comme la syllepse et, bien sûr, les licences poétiques.3

17Cette notion d’agrammaticalité est théoriquement très puissante. On peut toutefois se demander si elle est opératoire face aux grammaires multiples qui informent le texte et si elle peut utilement s’appliquer à ce que nous appelions l’intertextualité négative. Par rapport à quoi la sobre fin des Considérations... est-elle agrammaticale ? Revenons au mot « hesitency » dans Finnegans Wake, qui semble confirmer la théorie de Riffaterre. Le e à la place du a est à l’évidence agrammatical : il joue le rôle du connecteur qui signale l’allusion à Piggott, ou du moins devrait signaler la présence latente d’un intertexte, même à ceux qui ignorent tout de l’affaire Parnell. Mais les choses ne sont pas si simples si on replace le mot dans son contexte, celui de Finnegans Wake, où il n’est pas vraiment rare que les mots soient pourvus d’une orthographe non orthodoxe.

18Où est la grammaticalité (et donc l’agrammaticalité) dans un phrase comme celle-ci : “Nohow di he kersse or hoot alike the suit and solder skins, minded first breachesmaker with considerable way on and” (Finnegans Wake 317. 22-23) ?

  • 4 Ces anomalies sont extrêmement nombreuses, mais on ne peut pas dire qu’elles constitueraient une « (...)
  • 5 Les carnets VI. B. 42, p. 143 et V. B. 46, p. 16. Voir James Joyce’s "The Index Manuscript" : "Fin (...)

19A vrai dire, une fois dépassé le stade de la sidération et l’impression d’anarchie généralisée, on peut en effet repérer dans cette phrase de nombreuses anomalies de syntaxe et de vocabulaire4. Ces anomalies vont en effet « attirer l’attention » et même « générer la catachrèse », elles fonctionnent dans une certaine mesure comme des connecteurs riffaterriens. Mais prenons l’élément apparemment le plus anodin de la phrase, le mot « considerable ». Il est dépourvu de toute agrammaticalité, rien n’attire l’attention sur lui, et pourtant il est porteur d’une allusion que nous ne pouvons pas nous permettre de considérer comme insignifiante. Le mot provient, comme en attestent deux carnets de Joyce5, des Adventures of Huckleberry Finn de Mark Twain :

So we went over to where the canoe was, and while he
built a fire in a grassy open place amongst the trees, I
fetched meal and bacon and coffee, and coffee-pot and
frying-pan, and sugar and tin cups, and the nigger was
set back considerable, because he reckoned it was all
done with witchcraft. I catched a good big catfish, too,
and Jim cleaned him with his knife, and fried him. (57)

20Le rapport à la grammaticalité est ici particulièrement complexe puisque le mot considerable est relevé dans ce passage à cause de son usage non-standard comme adverbe. Mais lorsque le mot est inséré dans Finnegans Wake (« considerable way »), il reprend tout à fait classiquement la fonction d’adjectif... De fait la déformation normalisante n’est peut-être pas volontaire : Joyce s’est servi de notes prises pour lui par un des ses proches, sans lire lui-même, dans un premier temps, l’ouvrage de Mark Twain. Rien n’indiquant, dans la liste des mots recueillis, que considerable devait être pris comme un adverbe, l’agrammaticalité a tout naturellement disparu. Contrairement au schéma de Riffaterre, ce qui est « agrammatical dans l’intertexte » devient littéralement « grammatical dans le texte »... Mais l’important, pour notre propos, c’est que Joyce ait considéré qu’il était malgré tout indispensable d’inclure cette allusion dans son œuvre, sans doute à cause de l’homonymie du héros de Twain avec le sien (Finn Mac Cool), tout en sachant bien qu’elle y demeurerait irrepérable, du fait même de son caractère désespérément anodin (de sa grammaticalité superficielle, seule résultante visible d’une agrammaticalité au second degré) — à moins que les manuscrits n’en livrent l’accès, c’est-à-dire qu’elle demeure irrepérable, sauf pour ceux qui ont accès aux manuscrits.

21Ce troisième type d’allusion est sans doute un phénomène peu répandu, du moins sous la forme systématique et radicale qu’il reêt dans Finnegans Wake. Mais peut-être nous offre-t-il un modèle qui nous permettra de mieux comprendre une forme, infiniment plus courante, d’allusion sans accès. Il s’agit du rapport de tout texte à ses états antérieurs, à son avant-texte.

  • 6 Voir D. Ferrer, « La toque de Clementis : rétroaction et rémanence dans les processus génétiques » (...)
  • 7 Voir notamment Roland Barthes par Roland Barthes (Paris, Seuil, 1975), p. 70.

22Nous avons vu, avec Riffaterre, que l’allusion intertextuelle désigne une incomplétude dans le texte, une présence/absence de l’autre texte qui se marque par une perturbation (l’agrammaticalité). Mais nous avons vu aussi que cette perturbation n’est pas toujours identifiable avec précision, ni même directement perceptible à la lecture du texte. Elle est comparable au mécanisme génétique de la « mémoire du contexte »6, selon lequel chaque état du texte garde la mémoire de tous les états antérieurs qu’il a traversés. C’est un phénomène dont on peut rendre compte au moyen d’un modèle structural (un état garde la mémoire des états antérieurs à travers les traces ou cicatrices laissées par les remaniements de l’équilibre du système qui ont été rendus nécessaires par les modifications successives). Mais ce modèle doit être complété par un modèle « bathmologique ». La relation des positions énonciatives qui se succèdent au cours de la genèse est analogue à celle des degrés analysés par Barthes7 (ou par Pascal) : de même que le troisième degré peut paraître semblable au premier degré alors qu’il en diffère fondamentalement du fait qu’il résulte de la traversée du second degré, de même, un état génétique a beau être formellement identique, en un point donné, à un état antérieur (par exemple si un ajout a ensuite fait l’objet d’une suppression), il en est subtilement différent car il fait d’une certaine manière allusion aux états qui l’ont précédé.

23Pour comprendre la nature et le mode d’action de cette allusion, on peut revenir à la « polémique interne cachée » dont nous parlions plus haut. Rappelons d’abord l’insistance de Bakhtine sur le rôle de ce phénomène dans l’histoire littéraire, c’est-à-dire sur sa dimension diachronique :

Un certain élément de ce qu’on appelle réaction au style
littéraire précédent, se trouve dans chaque nouveau
style : il représente tout autant une polémique
intérieure, une anti-stylisation camouflée, pour ainsi
dire, du style d’autrui, et accompagne souvent sa franche parodie. (Bakhtine 256).

24Pour adapter le modèle offert par Bakhtine au problème posé, essayons de remplacer, dans la citation de tout à l’heure, mot/discours/style d’autrui par mot raturé ou par état antérieur :

l’état antérieur n’est pas reproduit avec une nouvelle interprétation mais il agit, influence et détermine d’une façon ou de l’autre le discours de l’auteur, tout en restant lui-même à l’extérieur. [...] Dans la polémique cachée, le discours de l’auteur est, comme n’importe quel autre discours, dirigé sur son objet, mais chaque affirmation se construit de manière à avoir en plus de sa signification objectale, un effet polémique sur l’état antérieur. Dirigé sur son objet, le mot se heurte dans l’objet même au mot raturé qui, lui, n’est même pas reproduit mais seulement suggéré ; et cependant, la structure du discours serait toute différente s’il n’existait pas cette réaction au mot raturé sous-entendu. [...] le mot raturé est repoussé et c’est son rejet, tout autant que l’objet dont il est question, qui détermine le mot de l’auteur. [...] Le discours perçoit intensément à côté de soi l’état antérieur parlant du même objet, et cette sensation détermine sa structure.

25La « polémique » qui nous intéresse est encore plus « intérieure » et surtout bien plus « cachée », puisqu’il s’agit d’une contestation privée, d’un dialogue intime qui met aux prises une version avec celle qu’elle a supplantée. Le mécanisme est néanmoins tout à fait comparable. Il est peut-être plus facile de le percevoir dans un art comme le cinéma, où la frontière entre endogenèse et exogenèse est brouillée, puisque la création est le résultat d’une collaboration entre plusieurs intervenants qui constituent autant d’interlocuteurs. Pour prendre un cas particulièrement exemplaire, on a pu dire que « tout se passe comme si Truffaut se faisait presque volontairement livrer des premières ébauches de ses films étrangères à sa propre vision. Il pourra ainsi s’indigner, réagir, et définir précisément par rejet, ce qu’il souhaite obtenir. ». (Le Berre 101). Le dialogisme actif, dont on trouve fréquemment les traces dans les marginalia et notes de lectures des écrivains, (Bibliothèques d’écrivains passim) se déploie explicitement au cœur même de la genèse cinématographique. Ainsi, les « marges et pages de gauche [du premier scénario de Baisers volés] s’apparentent dès lors à une longue série de rejets violents et souvent assez drôles et d’engueulades féroces ». (Le Berre 104). On pourra sans doute trouver des exemples semblables en littérature dans les cas, relativement peu fréquents, d’écriture à plusieurs mains, ou dans les cas beaucoup plus courant de révision, amicale ou coercitive, par un editor amateur ou professionnel, tel que Ezra Pound intervenant sur le manuscrit de The Waste Land. Mais il faut aller plus loin et généraliser le modèle. Il est évident que même dans la plus individuelle des créations, plusieurs instances interviennent. L’écrivain qui rature n’est pas exactement le même que celui qui écrit, celui qui rédige le second jet n’est pas tout à fait identique à celui qui est responsable du premier. Il paraît assez naturel de dire que l’instance qui corrige réagit à la production de celle qui avait écrit : la deuxième version fait une allusion négative à la première. Quand Joyce, dans un brouillon de Ulysses, remplace les mots « crushed strawberry » par « eau-de-nil », il choisit une couleur contre l’autre, en réaction à l’autre.

26Comme dans le cas de l’intertextualité, le rapport du texte à sa genèse est un rapport allusif de présence-absence. Le texte final (malgré la mémoire du contexte) ne contient pas l’ensemble de sa genèse, il en porte la trace, il est hanté par sa présence implicite. Les flots innombrables du Nil ne suffiront pas à effacer la tache écarlate, à emporter les fraises qui surnagent inaperçues entre deux eaux. Même si les étapes antérieures surmontées ne sont pas, le plus souvent, repérables directement dans le texte définitif (la mémoire du contexte est plus ténue et souvent aussi ambiguë que l’agrammaticalité riffaterrienne), elles y jouent un rôle capital, qu’on peut choisir d’ignorer, mais qu’on a tout à gagner à prendre en compte lorsqu’on en a la possibilité. Comme dans le cas des allusions invisibles révélées par les carnets de Finnegans Wake, le lecteur a tout intérêt à profiter des manuscrits, quand il sont disponibles, pour percevoir cette dimension allusive qui enrichit considérablement la lecture.

Bibliographie

BIBIOGRAPHY

BAKTHINE Michaël, La Poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil, 1970.

BARTHES Roland, Roland Barthes par roland barthes, Paris, Seuil, 1975.

BIBLIOTHEQUES D’ECRIVAINS, ed. P. D’Iorio et D. Ferrer, Paris, CNRS Editions, 2001.

ELLMANN Richard, James Joyce, Oxford UP, 1982.

FERRER Daniel, "La Toque de Clementis : rétroaction et rémanence dans le processus génétique", Genesis 6, 1994.

—, "Quelques remarques sur le couple énonciation-génèse", L’énonciation/la pensée dans le texte, Texte 27/28, 2000.

FREUD Sigmund, Le Mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Paris, Gallimard, 1974.

JENNY Laurent, "La stratégie de la forme", Poétique 27, 1976.

JOYCE James, Finnegans Wake.

—, "The Index Manuscript": Finnegans Wake, Holograph Work both, ed. Danis Rose, Colchester, A Wake Newslitter Press, 1978.

KRITZMAN Laurence, ed, Le Signe et le texte : Etudes sur l’écriture au XVIème siècle en France, Lexington, French Forum, 1990.

LE BERRE Carol, François Truffaut au travail, Paris, Cahiers du Cinéma, 2004.

LE CALVEZ E. et CANOVA-GREEN Marie-Claude, "Contraintes intertextuelles", Texte(s) et Intertexte(s), Amsterdam, Rodopi, 1997.

RIFFATERRE Michael, "L’intertexte inconnu", Littérature 2, 41, 1981.

—, "La trace de l’intertexte", La Pensée, 215, 1980.

TWAIN Mark, Adventures of Huckleberry Finn, 1885, New York, Harper and Brothers, 1912K.

VOLPILHAC-AUGER Catherine, "Montesquieu en ses livres : une bibliotheques à recomposer", P. d’Iorio et D. Ferrer, eds, Bibliothèques d’écrivains.

Notes

1 Laurent Jenny, dans son article devenu classique « La stratégie de la forme » (Poétique 27, 1976, p. 263), prétendait distinguer l’intertextualité « de la présence dans un texte d’une simple allusion ou réminiscence, c’est-à-dire chaque fois qu’il y a emprunt d’une unité textuelle abstraite de son contexte et insérée telle quelle dans un nouveau syntagme textuel, à titre d’élément paradigmatique. ». Avec le recul, on voit mal ce que peut être une simple allusion, ni comment une unité textuelle pourrait être abstraite de son contexte d’origine sans en conserver la trace ou insérée telle quelle dans un nouveau syntagme sans en être affectée.

2 In Le Signe et le texte ; Etudes sur l’ecriture au XVIe siecle en France, Laurence Kritzman éd., Lexington, French Forum, 1990. Voir aussi Michael Riffaterre, « L’intertexte inconnu », Littérature 2, 41, 1981 et « La trace de l’intertexte », La Pensée 215, oct. 1980, p. 4.

3 « Contraintes intertextuelles », Texte(s) et Intertexte(s), E. Le Calvez et Marie-Claude Canova-Green eds., Amserdam, Rodopi, 1997, p. 38

4 Ces anomalies sont extrêmement nombreuses, mais on ne peut pas dire qu’elles constitueraient une « grammaticalité » nouvelle. Les mots et syntagmes ordinaires demeurent malgré tout majoritaires dans l’œuvre.

5 Les carnets VI. B. 42, p. 143 et V. B. 46, p. 16. Voir James Joyce’s "The Index Manuscript" : "Finnegans Wake" Holograph Workbook VI. B. 46 (Danis Rose éd., Colchester, A Wake Newslitter Press, 1978), p. 23.

6 Voir D. Ferrer, « La toque de Clementis : rétroaction et rémanence dans les processus génétiques », Genesis 6, 1994.

7 Voir notamment Roland Barthes par Roland Barthes (Paris, Seuil, 1975), p. 70.

Auteur

CNRS-ITEM

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540