Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Nami Arimitsu (Toyo University, Tokyo)

2Antonyms and Synonyms: Cognitive Aspects of Negation in Positive Sentences

3This paper investigates the cognitive orientation of the negative meaning in antonyms and synonyms. While the negative meaning in antonyms is a reflection of the cognitive mapping of our mental contiguity, the negative images in synonymous words are more closely associated with aspects of subjective semantics and factors related to politeness.

4Nicolas Buté (Paris IV)

5King Lear et l’expression du rien : le décentrement vers la découverte du « quelque chose »

6Cet article se propose d’analyser la rhétorique du vide dans King Lear de Shakespeare, thématique qui parcourt toute la pièce, depuis les premiers mots de Cordélia jusqu’à la mort tragique du roi Lear. C’est à partir du mot « nothing », qui répond à la question du père à la première scène, qu’une rhétorique du vide se construit et s’étend, et conquiert des territoires qu’il dispute ensuite à la folie. Le néant dans la pièce, qui s’instaure avec la dénaturation du lien familial et la négation du pouvoir royal, puis trouve son expression dans le bannissement et l’errance des personnages, creuse un vide qui est bientôt comblé par la folie et son principal avatar, la mélancolie, qui, selon les mots de Julia Kristeva, est un « déni de la dénégation », c’est-à-dire une violente prise de conscience du caractère arbitraire du langage. C’est ainsi que, le vide se creusant, les interrogations sur l’arbitraire linguistique se font de plus en plus présentes, en particulier dans le discours d’Edmund, le fils illégitime.

7Au fur et à mesure que le vide s’étend en un mouvement centrifuge qui le portera jusqu’aux falaises de Douvres, la folie, cette marginalité, vient occuper le centre de la pièce. Et c’est dans l’encre noire de la mélancolie qu’un nouvel ordre, celui du « something », peut alors trouver son expression.

8Bert Cappelle (Leuven)

9Negation in the margin of grammar

10On a linguistically naive view of sentence negation, all positive sentences have a direct negative counterpart and all negative sentences have a direct positive counterpart: after all, negation is just a matter of changing the polarity by means of an element like not. In this paper it is shown that this view is, indeed, all too simplistic. Three marginal sentence types in English are discussed: one which is always positive and cannot contain negation (unless under special conditions), another which is always negative and cannot be made positive by removing the negative items, and yet another where adding or removing a negative item does not seem to cause any change in meaning.

11Gilles Chamerois (Tours)

12“With Savage-Pictures fill [the] gaps” : représentation, invraisemblable et innommable dans Mason & Dixon de Thomas Pynchon

13Jonathan Swift fait référence, dans la citation qui me sert de titre, à la pratique des géographes du XVIIIème siècle qui sur leurs cartes peuplaient les terrae incognitae de créatures fantastiques. En retraçant le périple de deux de ces géographes, Mason et Dixon, le roman de Thomas Pynchon fait surgir des béances de l’Histoire une myriade d’épisodes, sinon impossibles, du moins invraisemblables (mais qui nous dit que George Washington ne cultivait pas la marijuana ?). Il conviendra d’examiner les modalités de l’invraisemblable, pour peut-être montrer qu’il est une stratégie privilégiée pour approcher la représentation de l’innommable, et que dans ce cas le réalisme se doit d’être magique. Si l’Innommable est souvent désigné sous d’autres modalités, du privatif (“the Unspoken,” “the Invisible”...) à l’indéterminé (“That whichever precedeth ghostliness,” “whatever the Visto was suppos’d to deny”), ce sont les tentatives de le représenter, de le figurer (“figure” a la même racine que “feindre”), qui font proliférer l’Invraisemblable aux abords des béances du temps et des béances de la carte, qui peuvent n’être que minces craquelures (“the Breeze between Worlds”). De la castoranthropie en lieu et place de lycanthropie au canard automate de Vaucanson soudain doué de vie, de raison, et d’invisibilité quand sa vitesse est suffisante, cet autre monde possible (au moins possible à imaginer) interroge d’un côté le consensus social sur ce qui est vraisemblable, et de l’autre l’Innommable (“what is never to be named directly”).

14Paul Chilton (Norwich)

15Negation as Maximal Distance in Discourse Space Theory

16This paper proposes that natural-language negation is best understood as a discourse phenomenon. It is also proposed that discourse can be treated in a geometrical rather than a propositional framework. This perhaps surprising notion is based on the prevalence of metaphorically spatial meanings in language and in the description of language. In this context, standard geometry is a natural tool. In particular, Discourse Space Theory (DST) uses a vector space of three dimensions, one of which is epistemically modal and incorporates counterfactuality as a location distal to the speaker or subject, who is located at the deictic centre, i.e. the origin of the coordinate system. Counterfactual concepts are interpreted in this model as the distal point on a modal scale. It is then shown how this model can efficiently represent and integrate a variety of well known types of negation. An implied affirmative ‘background’ can be included in a simple fashion. Within the sentence, constituent negation is easy to handle in terms of the location of referents in the abstract discourse space. The inaccessibility of anaphoric antecedents in negated clauses is also implicitly accounted for in the geometric approach. Strikingly, the DST geometry can provide an elegant representation of the relationship between negated and non-negated counterfactual sentences. Finally, the capacity of DST to deal with a classic problem concerning presupposition is outlined. It is suggested, in conclusion, that these examples demonstrate the validity and potential of this framework, which applies simple coordinate geometry to the abstract concepts of ‘space’ that underlie many linguistically encoded concepts.

17Guillaume Cingal (Tours)

18Pour une stylistique de l’ab-négation : Secrets de Nuruddin Farah, ou l’épreuve du non/m

19Cette étude se propose de partir de plusieurs expressions de la négation inscrites au sein du texte (Nuruddin Farah, Secrets, New York, Arcade, 1999), qu’il s’agisse de formes préfixées (verbes en dis- et un-) ou suffixées (adjectifs en -less, substantifs notionnels en -lessness qui appellent la référence à Beckett). Dans le contexte de la guerre civile et de l’effondrement total de l’Etat somalien, qui sombre au cours du roman dans le chaos, ces marques de la négation, qui jalonnent surtout le parcours introspectif du personnage principal, Kalaman, renforcent l’idée d'une « fin de partie » ou d'une fin de règne, à la négativité accrue. Ces formes anaphoriques de négation semblent toutefois dériver progressivement vers un genre nouveau de surassertion, par l'entremise, notamment, de la double négation.

20Mis à l’épreuve de la négativité ambiante, Kalaman cherche à connaître la vérité quant à ses origines. En particulier, son insistance, lorsqu'il était enfant, à nier l'importance des pères (‘Mothers matter a lot, fathers matter not! ») trouve un sens nouveau lorsqu’il découvre qu’il est le produit d’un viol collectif et que Yaqut, le mari de sa mère, l’a, d’une certaine façon, adopté. Cette réinvention de la généalogie passe par une reconsidération totale du rôle joué par le père de Yaqut, son « grand-père », que le récit nomme le plus souvent Nonno. Ce surnom, donné par Yaqut à son père lors de la naissance de Kalaman, est simultanément un bégaiement négatif aphatique et une affirmation de la lignée : en italien, « nonno » est le titre honorifique donné au grand-père. Le déni générique (« fathers matter not ») ouvre la voie à une singulière ab-négation : « Mothers matter a lot! Yaqut matters too! » s’exclame Kalaman.

21L’ab-négation consiste ici à se détourner de la négativité, et des tentations de repli, de mauvaise foi identitaire, pour embrasser une généalogie, au passé certes trouble, mais pleine de sens et prometteuse. Sans reniement ni dénégation, les pères montrent l’exemple de cette ab-négation : Yaqut élève Kalaman comme son fils, Nonno renoue avec ses autres noms (Miftaax, Misbaax, Matukade) ; enfin, loin des mirages de la filiation, Kalaman s’affirme père à son tour.

22Georgiana Colvile (Tours)

23Dog Eat Dog, Word Eat Word: Postmodern negation in Sheila Watson’s “And the Four Animals” (1950-1980)

24In this very short story, the “Mother of the Canadian Postmodern”, author of the seminal novel The Double Hook (1959), provides a masterful example of anthropophagic writing, in the wake of psychoanalysis and beyond minimalism. “And the Four Animals” is her last text, she had reached her own “degré zéro de l’écriture”. In my paper, I will attempt to deconstruct the meanings and mechanisms of this fascinating piece.

25Hélène Dachez (Toulouse II)

26“Like the sweet Philomela” : le non-dit dans Clarissa; Or, the History of a Young Lady (1747-48) de Samuel Richardson

27La légende de Philomèle et de sa sœur Progné, narrée par Ovide dans les Métamorphoses, s’inscrit dans Clarissa; Or, the History of a Young Lady (1747-1748), de Samuel Richardson, par l’intermédiaire de la voix censurée, et de la parole transposée et compensée. Alors que, dans un premier temps, la forme épistolière du roman, marquée par la spontanéité de l’écriture et par la volonté de ne rien cacher à son destinataire, semble s’opposer au non-dit, le texte, par incapacité de dire ou volonté de taire, bascule dans la réticence. Clarissa repose en effet sur une esthétique de l’indirect, si bien que le personnage se situe soit en deçà, soit au-delà du discours, situation que vient renforcer la présence de l’ironie dramatique. Le sens est régulièrement nié et déconstruit, et les lettres sont détournées, comme l’est aussi la signification des mots. Le non-dit, d’abord signe de faiblesse, se transforme en force. Dans le roman de Richardson, loin d’être une négation du discours, il devient alors l’affirmation d’une autre manière de dire. Le texte se fait physique et le non-dit est compensé par des signes extra-liguistiques (la gestuelle, les images et les symboles), qui consacrent dans le même temps le non-dit, 1’« autrement-dit » et le mystère de la parole.

28Simon Dubois-Bouchereau (Tours)

29To Live or not to love: “The moment of non-living, non-desirig” in Anaïs Nin’s A Spy in the House of Love

30My paper will focus on negation in Anaïs Nin’s novel A Spy in the House of Love. In what she terms “symphonic” writing, Nin uses negation under various forms, to musical ends. In this respect negation will often be felt as sforzandi or as fortissimi.

31At first it would seem that the narrator tends to conceptualize things according to what they are not rather than what they are. Negation is then resorted to as a means of drawing a intaglio engraving based on a standard that would be a state of WITHOUT or NOT. This strategy may be used either as a humorous device underscoring irony or as a way to protract the utterance and not to end.

32Negation tends to make the literary text close to the argumentative genre, in that negation appears as a means of pre-empting what the reader might think. As such negation rests upon an artificial anaphora on the part of the narrator, which seeks to create a sense of familiarity with the reader.

33Finally this paper will attempt to show to what extent A Spy in the House of Love is akin to fugue. In this piece of music a tune, namely negation, is repeated regularly in different keys, e.g. syntactically, semantically, etc. by different instruments. Conjuring up images of disappearance, disintegration and detachment, the fugue rises to a crescendo illustrating an apparently paradoxical freedom of the self in negation, and eventually culminates in a musical pause: “the moment of non-living, non-desiring.”

34Frédérique Fouassier (Tours)

35“Neither maid, widow, nor wife”. The prostitute in English Renaissance drama: ostracism through negative definition

36The prostitute embodies the figure of the unsettling Other par excellence—paradoxically enough, precisely because she is disturbingly similar. She represents, indeed, everything the representatives of the dominant early modern English discourse (i.e. white male Protestant aristocrats or burghers) repress in themselves and try to ignore, that is to say, the physical, the instinctive and the irrational—potentially anarchic forces constantly threatening to overflow. The prostitute puts these men face to face with their “dark side”, with their own contradictions, which they desperately try to hide.

37This is the basic paradox that I will explore in my study with reference to a selection of plays, mainly city comedies, in which the prostitute is a character nearly impossible to omit, belonging as she does to the urban landscape. I will particularly focus on the speech of the characters embodying, reporting or parodying the dominant discourse, and of the expressions of negation within this speech.

38Since the prostitute is so much within, the dominant discourse obsessively tries to keep her without, and it does so with the aid of negative definition, constructing our character as Other by defining her as “non-“. The paradoxical result of this attitude is the creation of a new category through the exclusion of other categories (one must remember that classifying and labelling constitute the main ways in which the Renaissance mind operates). The only way to designate this unsettling Other who transgresses the boundaries of known and stable categories is to enunciate what she is not.

39The prostitute is accordingly first defined as a non-Londoner, and although there were street-walkers within the city, they were repeatedly referred to as dwellers of the suburbs. The geographical exclusion is often extended, and the prostitute portrayed as non-English, but, first, Welsh or Irish, then from continental Europe (France, Italy, the Low Countries), and even from Africa and the Middle-East. The question of the prostitute’s nationality will also lead us to consider the debate over the origins of syphilis, a burning issue at the time. Difference may also extend to religion: the prostitute is recurrently accused of being a Catholic, a Jew, a Muslim, even an atheist, in short, everything but a Protestant. In the most extreme accusatory speeches, our character is even seen as non-human: she is an object or an animal—or, more disturbingly, a witch or a devil.

40The prostitute does not fit legal categories either. But does being “neither maid, widow, nor wife” (Measure for Measure, V, i, 180) necessarily come down to being “nothing”? May it not mean, on the contrary, being everything? By pertaining to none of these categories, the prostitute may indeed very well belong to all at the same time. When the heroine at the dénouement of Measure for Measure proclaims her non-identity in these terms, she intends to pose a riddle whose solution will affirm the validity of all these categories. But the play’s voice of subversion interjects an unsuspected and unwanted answer: he suggests that she may indeed be something—namely, a prostitute.

41Jacqueline Fromonot (Paris VIII)

42Figures de la négation : les romans thackerayens et dickensiens comme espaces démocratiques en trompe-l’œil

43Au travers de plusieurs figures de style qui, liées à divers égards à la notion de négation, s’avèrent récurrentes dans le discours du narrateur de la fiction victorienne, on étudiera les rapports que l’instance narrative entend entretenir avec le lecteur, et en particulier les enjeux de pouvoir qui caractérisent les stratégies discursives, chez Thackeray et Dickens.

44Megan Kerr

45Contradictions & The Way of the Creator

46Deconstructive literary theory looks to contradiction to disrupt illusions of coherence and unity, to liberate the reader from normalising terms, to reopen dialogue, and to express possibilities of truth that language denies us.

47This paper examines how explicit contradiction functions in the relationship between a text and its reader. Through Nietzsche’s ‘On the way of the Creator’ from Thus Spake Zarathustra, I argue that explicit contradiction does not make sense in the text alone, but requires a relationship with the reader who will make sense of it by supplying the mediating third term. While apparently liberating its readers to make their own meaning, the text deprives them of any position from which to argue back: the text is already positioned as that which one must believe makes sense in order to make sense of it; and the text already holds both the thesis and the antithesis, while the synthesis, the new thesis, is the reader’s and not the text’s.

48Using this model, I consider how contradiction may express the unspeakable – in this case, post-structuralism’s inadmissable obsession with what lies outside of language. Kristeva’s semiotic offers a third term for this dilemma, and is intimated in her texts through explicit contradictions. I conclude that these do not express the synthesis, but force the reader either to believe in the semiotic, in their own third terms, or to reject the text entirely, without recourse to argument. Rather than making an ethical / liberationary project possible, explicit contradiction supports the authority of the text and silences discourse.

49Karen Kow Yip Cheng (Malaya)

50Negation in Children’s Literature

51For Chomsky, negation is not part of what he calls the “underlying strings” or the deep structure of language, which is tautological, simple, separate, and repetitious. Negation is one of many possible surface transformations into the interrogative, passive, etc. Chomsky calls negation an insertion transformation, one of four elementary transformational operations, and one which adds something to, or inserts something into, the deep structure. This paper examines negation and how it is employed in children’s literature. This study is an exploratory one as the analysis of negation and affirmation is a highly complex one to achieve even in adult literature. Further children’s literature in itself is a complex area. Hence what is attempted in this study is an examination of negation in children’s literature which entails analysis of negation in children’s discourse, adult discourse and children’s literature.

52Jean-Rémi Lapaire (Bordeaux III)

53Negation, reification and manipulation in a cognitive grammar of substance

54The syntax and semantics of negation are crucially linked to socio-physical and cognitive experience. There is a phenomenology of negation that relates negative concepts and expressions to the body and the senses, via “ceptual narratives” blending conception with motion and perception.

55Henri Le Prieult (Toulouse II)

56Tradition vs. modernité : doit-on nier la grammaire pour la faire ?

57Even though histories of science are more often than not written by the “victors of scientific warfare” (Murray 1994), one should be able to make as objective and acute an analysis of scientific rhetoric as possible. Based mainly on the detailed analysis of three examples of the scientific rhetorical negation of linguistic doctrines (Sextus Empiricus Against the Professors, Chomsky’s Cartesian linguistics and the debate beween Adamczewki and Boisson in 1999-2001), this paper attempts to give an account of the major devices used in the scientific debate in order to contradict, oppose and undermine an opponent’s theory.

58Barbara Lewandowska-Tomaszczyk (Lodz)

59A Cognitive-Interactional Model of Direct and Indirect Negation

60Negation is interpreted in the paper in a broad sense of the term. It covers explicit sentential negation as well as the elements of negativity, implicit in some meanings and their presuppositions. Relevant is also discourse negatibility, dormant in speakers’ interactional contributions, in terms of the speakers’ ratification of an utterance and its potential refutability. Philosophical and psychological conditioning of negation is discussed and a mapping approach to negation is presented in terms of a cognitive-interactional model. The model assumes that a positive state of affairs has to be activated as an input space in negation and followed by a number of operations, which lead to the construction of spaces of a negative (counterfactual) type. For a positive state of affairs to be activated in negative contexts, the elements must be both embedded in a familiar frame and salient enough extralinguistically, i.e. foregrounded either by convention, context or individual subject’s experience. Indirect negation is identified on lexical, sentential and discourse levels, as exemplified in neg-raising and non-commitment cases, which involve suspended assessment and inclination, resolved towards positive or negative judgement in larger context. It invariably involves building complex multiple-space models, with the negated elements located in different parts of the structure, which affects the incrementation processes in current Discourse Domains.

61Yves-Bernard Malinier (Paris VIII)

62John is impossible/*possible to teach

63This paper aims: (i) at providing an account of structure 1 NP IS IMPOSSIBLE/*POSSIBLE TO (as opposed to structure 2 IT IS IMPOSSIBLE/POSSIBLE TO) by assessing the role of a quantitative (Qnt) / qualitative (Qlt) component in each structure from an enunciative point of view. The choice of structure 1 imparts to the construction an appreciative value by attributing a property or characteristic to the referent of the grammatical subject and the operation of qualification is clearly preponderant, and (ii) at showing that *POSSIBLE is not acceptable in structure 1 as the paths to the interior (or I) and the exterior (or E) of the notional domain are both open with CAN and (E) cannot therefore be set aside even if it is not meant to be taken into account. Conversely, when IMPOSSIBLE is used, the utterance has a stabilized character that renders it compatible with both the value of identification and the construction of a property. Indeed, the lexical category of the adjective (i.e., definitive) combined with the fact that the path to (I) is blocked enable the utterer not only to validate but also to assert the "impossibility" value.

64Catherine Mérillou (Limoges)

65When... not, ou le non-événement

66Cette étude porte sur la possibilité qu’offre l’anglais de négativer une subordonnée temporelle introduite par “when” de telle façon qu’un événement se trouve situé temporellement par rapport à la négation d’un autre. On dégagera les implications de ce paradoxe : un non-événement est posé comme repère temporel ; quelque chose qui n’a pas lieu, qui est donc dépourvu d’existence, est néanmoins présenté comme se produisant à un moment donné et servant de déclencheur à un nouvel événement. L’explicitation du point de vue d’où est perçue la situation, en révélant la vraie portée de la négation (quelqu’un prend conscience que... ne... pas), montrera que le repère temporel est moins une “absence d’événement” que la perception d’un non-événement.

67Guy de Montjou (Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

68Etude des traductions majoritaires de sinon en anglais

69S’inscrivant dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives (TOE) de Antoine Culioli, cette étude vise à mettre en évidence les paramètres expliquant trois traductions de sinon perçues comme majoritaires – if not, otherwise, except.

70Ce sont les concepts de domaine notionnel, d’une part, et de valeurs qualitative et quantitative, d’autre part, qui serviront de fondement à l’analyse de ces traductions de sinon.

71Partant du postulat que la relation étroite entre si et non dans le marqueur français correspond à l’activation de la valeur qualitative, nous associerons respectivement les trois traductions proposées à la valeur quantitative (if not), à la valeur qualitative (otherwise), et enfin aux deux valeurs qualitative et quantitative (except).

72Gilbert Pham-Thanh (Paris XIII)

73Personnages dandyesques dans la littérature britannique du XIXe siècle : négations des formes, formes de la négation et affirmation de soi

74On étudiera les stratégies discursives qui construisent le personnage dandyesque dans les romans mondains, qui abondent sur le marché de la littérature, dans l’Angleterre du XIXe siècle. On analysera entre autre la façon dont la description du personnage se fixe sur des éléments traditionnellement ignorés : taille des pieds, gestuelle... Chaque point marque ainsi une rupture avec le modèle institutionnel de masculinité, stratégie de communication non discursive que le cut met en place parallèlement. La négation des normes s’articule en outre dans un discours qui n’est qu’un monologue, où le narrataire est le prétexte d’une affirmation de soi, la victime d’une célébration de soi. La mode semble un temps porter la philosophie dandyesque, mais il appartient à des auteurs plus ambitieux de creuser l’expérience humaine pour y déceler de nouveaux territoires, où le personnage dandyesque peut faire l’expérience d’une régénérescence salutaire, fût-elle tragique.

75Arnaud Regnauld (Paris VIII)

76Du nom d’auteur au non-auteur : la signature en question dans les nouvelles de Carter Scholz

77À partir d’une réflexion sur la signature comme vestige, terme dont l’étymologie nous renvoie à l’empreinte d’un pas et de fait à la trace d’un passage qui fraye une voie plutôt qu’elle ne circonscrit un lieu proprement dit, la présente étude s’attachera à montrer la manière dont Carter Scholz remet en question la notion d’autorité. La signature est en effet un geste double (et en cela paradoxal) tout à la fois d’inscription et de négation du sujet qui, faute de pouvoir s’identifier à lui-même, apparaît dès lors comme une entité désancrée, flottant en marge de textes-mosaïques truffés de références intertextuelles qui finissent par en brouiller l’origine. En multipliant les signatures, Carter Scholz entame en effet la présence supposée pleine de l’Auteur tout puissant et déplace sans cesse le lieu d’inscription d’un sujet placé sous rature, fantôme d’un auteur qui revient hanter les marges du texte sous un masque ironique.

78Simone Rinzler (Paris X)

79Négation et (re)construction identitaire positive : quelques paradoxes rushdiens

80Dans ses fictions comme dans ses non-fictions, Rushdie est hanté par deux concepts appelés à l’être après la fatwa, unbelonging et disorientation qui sont au cœur de sa problématique sur la question de l’identité postmoderne/postcoloniale.

81J’étudierai la construction d’une revendication identitaire rushdienne positive à la lumière du concept développé dans Step Across This Line que je considère, avec Imaginary Homelands, comme l’œuvre d’un philosophe humaniste. Retravaillant le traditionnel concept de la Frontière, Rushdie se fait le chantre de la transgression de toutes les frontières : physiques, littéraires, culturelles, linguistiques ou philosophiques.

82À partir d’une étude linguistique, stylistique et pragmatique, je montrerai que la construction d’identité passe par le recours paradoxal à la négation transfigurée en valeur positive. Ainsi, malgré une dénotation négative construite linguistiquement par la présence du suffixe négativant -less dans frontierless, Rushdie met en place une connotation positive en raison de la requalification de la notion de Frontier. Les formes de la négation paradoxale rushdienne seront envisagées dans leur aspect tant onomasiologique que sémasiologique.

83Judith Roof (Michigan State University)

84The Subject of Denegation. The “Speaking” Subject “I Am Not”

85Samuel Beckett’s play Not I enacts the process of negation by which subjects continually produce themselves

86Eve Sweetser (Berkeley)

87Negative spaces: Levels of negation and kinds of spaces

88Mental spaces theory offers useful tools for handling long-observed facts about negation, such as the evocation of the corresponding positive situation and its participants: negative sentences regularly bring up one more space than positives. The mental-space construction possibilities become even more numerous when we note that negation may involve one of various levels of mental space representation (content, epistemic, speech-act, and metalinguistic). Interestingly for stylistics and literary theory, this mental spaces analysis can help us to understand how negation has enriched possibilities for expression of multiple and embedded viewpoints: e.g., praeteritio, irony, humor, and depiction of unassertive or vacillating personality.

89Tomasz Swoboda (Gdansk)

90Le non-savoir de Georges Bataille et les arts

91Le point de départ de notre analyse est l’idée qui revient dans la plupart des textes de Bataille : celle des capabilités très limitées du sujet à se représenter et à se définir, qui va être analysée sous la perspective du visuel. En effet, le non-figuratif et tout ce qui échappe à la représentation constituent une des formes privilégiées du non-savoir proposé et imposé par l’auteur de l’Érotisme. Il fait également écho au regard d’Orphée qui relie l’être avec le non-être. Par ailleurs, il sera intéressant d’examiner le non-savoir de Bataille dans le contexte esthétique : l’art en tant que visage qui montre mais qui ne révèle rien. De même, il faudra analyser son anthropologie de l’image par laquelle il comprenait à la fois une possibilité d’échapper à 1’intellection et une occasion de se trouver « au verso » du langage. La primauté des sens, l’extase sexuelle et mystique, le désordre dionysiaque, autant de formes par lesquelles se manifeste le non-savoir, et auxquelles il faudra ajouter le regard transgressif qui étudie des peintures de Goya, de Van Gogh, des graphiques de Masson et la grotte de Lascaux. Dans les textes de Bataille, ces images semblent se libérer des idées et devenir autonomes, non pour élargir le savoir, mais pour agir dans le domaine du non-savoir.

92Jean Szlamowitz (Orléans)

93Le déni dans Plain Girl d’Arthur Miller. De la représentation au refoulement : l’individu dans l’histoire

94Si l’on considère d’un point de vue cognitif la négation comme une opération seconde, réactive, son emploi dans la co-énonciation n’est pas de même nature que dans le soliloque. Dans Plain Girl, Arthur Miller donne à la négation des faits un rôle dynamique dans la construction de soi qui place le discours solitaire du narrateur au cœur de l’Histoire. Au fil des rencontres et de l’évolution du personnage, le déni, la négation et le reniement prennent alors une dimension dialogique où le jeu entre consensualité et discordance sont autant d’étapes convoquées par l’écriture pour construire des positionnements à la fois subjectifs et historicisés. La fiction dès lors se veut le reflet du caractère propre à la négation : l’ambiguïté du passage de la négation prédicative à la négation polémique comme expression de la pensée et du désir dans le rapport au réel et dans le rapport de soi à soi.

95Anne-laure Tissut (Tours)

  • 1 Lutz, 1996,28.

96“What would be left when you got back”1 : l’empreinte négative dans Stories in the Worst Way de Gary Lutz

97Les narrateurs du premier recueil de nouvelles de Gary Lutz ont en commun leur comportement négatif, dont leur discours même porte l’empreinte, sous les diverses formes de la négation. C’est là pour eux une façon de se mettre en scène, et pour l’auteur, de détourner l’attention du lecteur vers le discours. S’y accomplit la ruine de la détermination, sous l’effet des divers usages de la négation, qui révèlent les failles du processus de sélection et d’exclusion régissant l’élaboration du discours. Changée en opération de substitution à l’infini, la négation constitue le principe dynamique animant la fiction, à l’essence de laquelle elle participe.

98Virginie Tröger-Belser (Paris X)

99"Je suis l’esprit qui toujours nie" : la négation diabolique dans Precious Bane de Mary Webb

100La sorcellerie et la malédiction sont au cœur du roman de Mary Webb, dont le titre oxymoronique exprime le paradoxe de la fonction diabolique. Où est le mal, entre le sorcier de pacotille du village, la malédiction familiale que Gideon Sarn s’acharne à mettre en actes, et le bec-de-lièvre de l’héroïne, qui la met au banc d’une société intolérante et cruelle ? Les forces du mal sont négation du mouvement de la vie. Elles s’opposent, et par là même contribuent à une dynamique dans la confrontation à ce qui leur résiste : le réseau des forces créatrices, représentées par l’écriture et le tissage. L’aboutissement est une victoire sur la négation, symbolisée par l’image de la mue de la libellule. Dans le roman de Mary Webb, le mal comme obstacle nécessaire à l’affirmation des forces de vie n’est pas une dialectique manichéenne. La négation demeure. L’omniprésence du lac, réservoir de tous les possibles, où gisent un village englouti et le corps de noyés, maintient l’ambivalence. Les images d’échos et de reflets disent l’ambiguïté de la victoire sur la négation.

101James W. Underhill (Grenoble III)

102The Forms of Negation: Metre and Metaphysics in the Versification of T.S. Eliot

103While this conference offers an interesting opportunity to discuss ways in which we say ‘no’, it might be interesting to examine the way in which negation is formulated. If all forms of negation must be formulated, then they are all engendered formally. This begs the question; what form does negation take? Poets have long examined ways in which the form of language can be harnessed to underline negation at strategic moments within the poem (Shakespeare, Dylan Thomas, for example). Similarly, the refusal to use a formal structure such as metre can be interpreted as a form of negation advanced by a movement of writers (free verse, for example). More interestingly poets such as Thomas Hardy use the breakdown of metre within a poem to signal a striking change of mood, such as the entry of despair. T.S. Eliot, perhaps most interestingly of all, offers a poetry which is ambivalent towards structure and form. The voice which emerges in his versification is one which highlights negation in traditional ways using foregrounded negation at the beginning and at the end of lines, refrains and rhyme, but one which also manages to maintain a constant adoption and negation of traditional metres, a negation in permanence, which I would call metrical ambivalence. Working principally with the conceptual tools of Derek Attridge’s metrics, I propose in this paper to consider briefly a wide variety of techniques with which poets have shown that ‘No’ is not simply something that we say, but something that we do.

104Peter Vernon (Tours)

105Negation in Conrad

106This paper investigates Conrad’s distrust of language, which will lead us on to his attempt to get behind or beyond language. I shall be concentrating on the specific case of Lord Jim, but will be making reference also to Heart of Darkness, Nostromo, and Victory. I will conclude with some observations on the power of Negation in Conrad’s writing which will, for his isolated protagonists, in extremity, be seen as the final move of liberation, which, under these extreme circumstances, connects his protagonists to all men

107Nathalie Vincent-Arnaud (Toulouse II)

108“To The Land’s End” ou “farther out into the desert” : itinéraires de la négation dans Less than Zero de Bret Easton Ellis

109Tout au long de ce récit qui couvre environ trois semaines de la vie de Clay, jeune californien étudiant dans le New Hampshire et revenu à Los Angeles pour les vacances de Noël, la narration dresse une cartographie détaillée du sentiment de vide et de l’attitude de déni qui accompagnent la redécouverte de la ville et du mode d’existence qui s’y rattache.

  • 2 Au sens où Marc Augé entend ce terme dans son ouvrage Non-lieux : introduction à une anthropologie (...)

110En proie à un vertige grandissant, le narrateur autodiégétique explore en alternance deux types de wasteland : un qui prend le plus souvent les traits du désert tout proche, devenant alternativement refuge, locus amœnus affranchi de la sauvagerie et de la détresse urbaines, et miroir fantasmagorique, no man's land pourvoyeur d'images magnifiées de cette même détresse ; l'autre qui revêt les oripeaux de la jungle civilisée d'une certaine jeunesse dorée californienne qui erre de soirée mondaine en bar branché en passant par tous les lieux nocturnes et interlopes (« The Land's End » – boîte de nuit dont un alter ego significatif est « The Nowhere Club » – étant emblématique de ce vagabondage sans fin dans des « non-lieux »2 abreuvés d'alcool, de drogue, de bavardages intempestifs et d'une promiscuité sexuelle non exempte de violence). Double itinéraire, donc, qui donne naissance à un décor et à l'envers de ce décor ou, pour établir d'emblée une analogie avec les domaines photographique et cinématographique qui seront convoqués par ailleurs, à un positif et à un négatif, un texte et un autre texte qui s'écrit dans la sous-jacence, les blancs, les interstices multiples laissés par le premier comme autant d'indices d'une fracture existentielle où le « moi » actuel et le « non-moi » – avatar d'un « moi » révolu et/ou fantasmé – se juxtaposent sans jamais se rencontrer.

111On examinera les diverses modalités d'inscription de la négation dans le texte où l'homogénéité et la récurrence de certains marqueurs linguistiques et de certains tours syntaxiques révèlent la trame obsessionnelle de l'attitude existentielle dont ils émanent.

Notes

1 Lutz, 1996,28.

2 Au sens où Marc Augé entend ce terme dans son ouvrage Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité (Paris, Seuil, 1992).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540