Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Linguistique : négation, stratégies discursives et processus mentaux

When... not, ou le non-événement

Catherine Mérillou

Résumé

Cette étude porte sur la possibilité qu’offre l’anglais de négativer une subordonnée temporelle introduite par “when” de telle façon qu’un événement se trouve situé temporellement par rapport à la négation d’un autre. On dégagera les implications de ce paradoxe : un non-événement est posé comme repère temporel ; quelque chose qui n’a pas lieu, qui est donc dépourvu d’existence, est néanmoins présenté comme se produisant à un moment donné et servant de déclencheur à un nouvel événement. L’explicitation du point de vue d’où est perçue la situation, en révélant la vraie portée de la négation (quelqu’un prend conscience que... ne... pas), montrera que le repère temporel est moins une “absence d’événement” que la perception d’un non-événement

Texte intégral

1. L'OBJET D' ÉTUDE : UNE NÉGATION QUI BLOQUE LA TRADUCTION

1Cette étude porte sur le rôle que peut jouer une négation dans une subordonnée circonstancielle de temps. Plus précisément, sur la possibilité même d'avoir une subordonnée temporelle négative, possibilité qui semble notablement plus réduite en français qu'en anglais.

2En effet, certaines occurrences de la conjonction when introduisant une proposition négative font apparaître un problème de traduction, avec l'impossibilité de recourir dans ce cas à quand... ne... pas. Le point de départ de cette réflexion est donc la constatation de cette difficulté de traduction et les questions qu'elle engendre.

1. 1. Une négation qui bloque la traduction

  • 1 Désignée par TOE dans la suite du texte.

3Ce phénomène, outre qu'il remet en question l'équivalence généralement incontestée entre les conjonctions when et quand, peut donner l'impression - quelque peu déroutante - que ce qui est pris comme repère temporel est une absence d'événement. On s'interrogera donc sur la valeur d'un tel « repère » (concept emprunté à la théorie des opérations énonciatives élaborées par A. Culioli1) et surtout sur le rôle que joue dans cette tournure la négation.

  • 2 La traduction complète et les références des exemples se trouvent à la fin de l'article. Toutes le (...)

4Les énoncés qui suivent en donnent quelques exemples2 :

(1)... He suddenly lay back on the sofa, closed his eyes, and went limp. When she couldn't wake him up. she hurried to the telephone and called her husband at work. (= > (?)... quand elle ne put pas le réveiller...)
(2) He slides back into bed, stealthily but hoping that the unavoidable rustling of sheets and the soft heaving of the mattress might wake her. When it doesn't, he nudges her shoulder. ‘Janice?'he whispers. (= > (?) Quand ce n'est pas le cas.)
(3) Uzma got polio when her mother, Tehazib Jahan, did not allow the girl to finish the vaccination program (=> (?) quand sa mère, Tehazib Jahan, n'a pas autorisé l'enfant...)

5Si la traduction par « quand » est problématique pour ces trois exemples, elle est tout simplement impossible pour celui qui suit [où il est question d'une femme qui rencontre toutes sortes de contretemps dans l'organisation d'un voyage et qui doit en rendre compte à son compagnon Henry, en l'appelant à son hôtel] :

(4) She found it hard to ring Henry with all these problems and, when he was not in his room was both relieved and desolated. (=> * et quand il ne fut (n'était ?) pas dans sa chambre....)

6Cet usage se révèle assez fréquent et il est aisé de constituer un corpus d'exemples de ce type. Ceux qui ont été retenus pour cette étude sont presque tous tirés d'oeuvres littéraires, mais on peut en trouver aussi dans la prose journalistique (3). Dans la très grande majorité des cas, il s'agit de récits au passé, ce qui n'exclut pas le présent de narration (2). Il est beaucoup plus difficile de trouver cette structure dans un énoncé à valeur de visée, mais l'exemple 5 montre que cela n'est pas impossible :

  • 3 Zeitoun, dans son article « When et la temporalité » (1993) affirme que la construction en when... (...)

[F. Jasmine soutient à Bérénice, qui a du mal à la croire, que son frère et sa belle-sœur l'emmèneront avec eux en voyagp de noces ]
(5) F. Jasmine did not speak of the wedding, but her argument passed over it, and she said:‘They will take me. You wait and see.’
‘And when they don't?’
‘I told you,'F. Jasmine said. « I will shoot myself with Papa's pistol. But they will take me.’3

7L'élément commun à tous ces énoncés est donc la présence d'une subordonnée temporelle introduite par when (souvent, comme dans les exemples qu'on vient de voir, and when - on rencontre aussi but when), et comportant une négation. Il n'est sans doute pas inutile de noter que dans tous les cas, la subordonnée apparaît avant la principale. Le not est ce qui attire en premier lieu l'attention. Non seulement c'est lui qui gêne la traduction par quand, mais sa présence fait que la partie de l'énoncé répondant à la question « quand cela eut-il lieu ? » réfère à un événement qui est nié en même temps qu'il est posé.

8On peut s'étonner qu'un phénomène aussi fréquent et en même temps aussi surprenant ait si peu intrigué grammairiens et linguistes français et que son existence ne soit pratiquement jamais mentionnée. Une exception notable est constituée par l'analyse menée dans le cadre de la TOE de and when he did not answer dans L'Analyse grammaticale dans les textes (J. Bouscaren et al., 1998, 247). Bien que convaincante, cette approche ne rend peut-être pas pleinement justice à la valeur spécifique de ce when, qui est présenté comme ayant « la particularité d'être plus proche d'un as causal que d'un when temporel et de ne pouvoir se traduire par quand mais par comme ».

9Le recours commode (et généralement satisfaisant, il faut le reconnaître) à la traduction par comme, faute de pouvoir traduire par quand... ne... pas ne doit pas, nous semble-t-il, conduire à identifier les deux tournures when... not et as... not qui, existant parallèlement, comme l'illustre l'exemple (6), ont nécessairement chacune une valeur propre :

(6)‘What is it?'demanded Elizabeth, and as he did not speak but hesitated, holding on to the door handle,'Well, what do you want?’

10Du reste, la traduction de when... not par comme... ne... pas est loin d'être toujours la meilleure. En (4), comme il n'était pas dans sa chambre impliquerait que cette circonstance est déjà connue alors qu'elle est découverte (non seulement par le lecteur, mais par le personnage désigné par she) à ce stade du récit.

11Cette traduction est même tout simplement impossible dans certains cas :

(3) * Uzma a eu la polio comme sa mère n'a pas autorisé...
(5) * Et comme ils ne le feront pas ?

12Il semble indéniable que, même s'il est doté d'une valeur causale et même s'il est impossible de le traduire par quand... ne... pas, ce when garde une valeur temporelle égale à celle qu'il aurait sans la négation.

13Il n'est pas sans intérêt de noter que les anglophones interrogés sur ce point non seulement confirment tous qu'il est possible et même assez banal d'énoncer quelque chose comme when nothing happened..., mais se montrent généralement surpris de découvrir (quelquefois malgré une excellente connaissance de notre langue) qu'on ne peut pas en faire autant en français. Peut-être est-ce donc sur cette impossibilité qu'il convient de s'interroger, en essayant tout d'abord de cerner où elle se situe exactement ?

1. 2. Où l'anglais et le français divergent

14Ce n'est pas - bien évidemment - que le quand français soit toujours incompatible avec la négation, comme le montre (parmi de nombreux exemples possibles) la traduction de l'énoncé qui suit :

(7) If Ottilie was cooking, the terrible old woman was sure to come poking around the stove, and when she did not like what was to eat, she would take a mouthful and spit it on the floor.
= et quand n'aimait pas ce qu'il y avait à manger...

15La différence avec les exemples précédents est que she did not like... /elle n'aimait pas représente une occurrence répétée. When et quand s'interprètent comme « à chaque fois que » et sont très proches de if ou si (par lesquels ils pourraient très facilement être remplacés). Dans ce cas, quand... ne... pas est tout à fait possible, la seule contrainte étant d'utiliser un imparfait à valeur « d'habitude ».

16On est alors très proche d'un énoncé générique (où la relation prédicative est présentée comme validable quelle que soit la situation d'énonciation, la situation évoquée étant non seulement (comme en (7)) répétée dans le temps antérieur à l'énonciation, mais « répétable » à l'infini), comme en (8) :

(8) In a heterogeneous stand, diseases and infestations can be stopped when they don't have an immediate host to jump to. (Salon Magazine, 1999)

17qui a été traduit (Courrier International) de la façon suivante :

  • 4 Il s'agit d'une comparaison entre la propagation des virus informatiques et celle des maladies en (...)

Dans une futaie hétérogène, il est possible d'arrêter la maladie lorsqu'elle n'a pas d'hôte immédiat à contaminer.4

18et qui aurait pu l'être, de façon tout aussi acceptable, avec quand :

  • 5 S'il existe une différence de valeur entre quand et lorsque, elle ne semble pas devoir être prise (...)

19... quand elle n'a pas d'hôte immédiat...5

20L'impossibilité apparaît donc en français là où, comme dans les exemples (1) à (5), il est fait référence à l'occurrence non seulement spécifique, mais unique d'une situation. En anglais, au contraire, cette différence ne joue pas et il est toujours possible de repérer temporellement un événement par rapport à l'absence d'un autre, ce qu'on pourrait schématiser ainsi :

Quand non-événement n ° l, alors événement n ° 2.

21Ou encore :

Quelque chose n'a pas lieu, alors tel événement se produit.

22L'impossibilité d'un tel schéma en français dans le cas où n ° l représente une situation non itérée s'explique-t-elle par un fonctionnement différent de la négation dans les deux langues ?

2. APPROCHE ÉNONCIATIVISTE DU PROBLÈME

2. 1. Fonctionnement de la négation

23Pour utiliser les concepts de la TOE, une « assertion négative », du type She couldn't wake him up (1) équivaut à une « non-validation de la lexis prédiquée ». Il s'agit d'une modalité du premier ordre dans laquelle l'énonciateur indique que, selon lui, la lexis prédiquée n'est pas conforme à ce qu'il considère comme un fait avéré et, donc, ne peut être validée.

24Rappelons qu'une lexis prédiquée (une proposition) est une mise en relation de notions, qui devient à son tour une notion complexe. Toute notion comprend son complémentaire linguistique qu'on peut appeler l'extérieur (E) du domaine notionnel, I étant « l'intérieur ».

25Avec l'assertion négative, « seul l'Extérieur de la notion complexe constituée par la lexis prédiquée correspond à la valeur référentielle de cette lexis » (Groussier et Rivière, 1996, 127). Ainsi She couldn't wake him up signifie : pour l'énonciateur que je suis, il n'existe pas de fait auquel on puisse se référer en disant She could wake him up. She could wake him up « n'est pas le cas ».

26La même analyse peut s'appliquer au cas des exemples (7) (she did not like what was to eat) ou (8) (they don't have an immediate host to jump to) : là aussi, seul l'extérieur des notions complexes < she/like...> et < they/have an immediate host > correspond à la valeur référentielle des lexis introduites par when. Et l'on constate qu'elle vaut aussi pour les énoncés négatifs correspondants à ces derniers en français (elle n'aimait pas... ; n'a pas d'hôte immédiat...).

27Il est clair que la divergence anglais-français que nous essayons de mettre au clair est à rechercher non dans la négation ellemême, mais dans le rôle joué respectivement par when et quand en rapport avec cette négation. Et il est non moins clair qu'il faut prendre en compte l'énoncé tout entier, sans se limiter à la subordonnée.

2. 2. Négation avec ou sans parcours

28Le caractère « itératif/générique » ou non de nos énoncés n'est en effet pas le fait de la subordonnée temporelle elle-même, mais de la mise en relation < subordonnée-principale >, la première (appelons-la P1) servant dans tous les cas de repère à la seconde (P2). When situe P1 dans le temps et pose la concomitance de la nonvalidation de P1 et de la validation de P2.

29Dans tous les exemples autres que (7) et (8), il est dit simplement que P1 n'est pas validé à un moment donné du temps, et qu'au même moment P2 est validé. Mais en (7) et (8) où P1 correspond à un événement appelé à se reproduire, on nous dit plus précisément que la validation de P1 et de P2 ne peut « être le cas » en même temps, quel que soit le moment considéré ; que la validité de P2 (she would take a mouthful and spit it on the floor; diseases and infestations can be stopped) est avérée dans tous les cas où celle de P1 ne l'est pas. On est en présence d'une opération de « parcours » (vérifiable par la substitution possible de whenever ou de if à when). Il ne s'agit pas seulement de poser P1 à l'extérieur du domaine, mais de faire varier la valeur positive ou négative de P1 et d'enregistrer l'incidence de cette variation sur P2.

30Deux valeurs de vérité, et deux seulement, étant possibles pour une proposition donnée, P1 peut, selon le moment pris en compte, être avéré avec l'une ou l'autre valeur. Pour chaque cas (ayant effectivement eu lieu ou susceptible d'avoir lieu), P2 prend la valeur de vérité opposée. Du fait que la non-validation de P1 entraîne celle de P2 on peut vraisemblablement conclure que, réciproquement, la validation de P1 entraînerait la non-validation de P2 (Quand elle n''aimait pas, elle crachait implique que quand elle aimait, elle ne crachait pas). Et les deux cas de figure n'ont pas moins d'existence l'un que l'autre, car, quel que soit le point du temps pris en compte, on est nécessairement dans un cas ou dans l'autre (soit elle aimait, soit elle n''aimait pas).

31Percevoir ces énoncés comme « itératifs » ou « génériques », c'est donc reconnaître implicitement que l'on parcourt non seulement toutes les occurrences situées à l'extérieur du domaine, mais aussi celles qui appartiennent à l'intérieur. Au contraire, si la concomitance de P1 et P2 est interprétée comme unique, on ne parcourt aucune classe d'occurrences, positives ou négatives, et le complémentaire de P1 et de P2 n'est pas pris en compte.

32Ce serait donc la valeur attribuée à when/quand («  à chaque fois que » ou « une fois où ») qui entraînerait celle de la négation. Qu'est-ce donc qui détermine l'interprétation appropriée de l'un, et, par voie de conséquence, de l'autre, sachant que ces deux marqueurs en eux-mêmes ne sont pas distinctifs ? Ce sera obligatoirement la présence d'autres indices comme, en français, le temps verbal (imparfait contre passé simple/passé composé - distinction que ne marque pas le prétérit anglais) ; la valeur itérative de would dans l'exemple (7) ; la valeur généralisante du présent simple en (8) ou encore l'impossibilité d'interpréter Uzma got polio (3) comme un événement qui s'est répété, etc.

  • 6 Causalité exprimée en termes de « dépendance contrefactuelle » ; « C cause Ε si et seulement si, s (...)

33On voit que, quelle que soit la valeur attribuée à when, la concomitance P1-P2 n'est pas perçue comme une simple coïncidence : la relation entre les deux événements n'est pas simplement temporelle, elle est aussi causale. P2 a lieu à cause de la non-occurrence de Pl. On a donc un préconstruit, que l'on prenne en compte une situation unique ou répétée/X entraînerait Y (aimer la nourriture > manger ; être vacciné > être protégé contre la maladie). Or on a non-X, ce qui entraîne le contraire de Y (cracher, être malade). D'où la valeur causale6 reconnue à toutes les tournures en when... not, et la quasi-obligation où l'on se trouverait (?) de basculer complètement vers la valeur causale dans la traduction vers le français dans le cas où P1 est un événement unique, puisque quand... ne... pas n'est pas acceptable dans ce dernier cas. Mais nous nous retrouvons confrontés à notre question première : pourquoi ne l'est-il pas ?

3. DEUX CONCEPTIONS DIFFÉRENTES DE LA LOGIQUE ET DE LA TEMPORALITÉ ?

34Qu'est-ce exactement qui n'est pas possible en français ? On pourrait dire que les moyens dont dispose cette langue ne permettent pas d'assigner une place dans le temps à la non-occurrence d'un événement et de plus d'en faire un repère temporel.

35En effet, la subordonnée circonstancielle de temps a pour rôle de dater un événement (celui de la principale), en le situant non pas dans le temps du calendrier (à telle date), ni davantage par rapport au temps de l'énonciation (il y a dix ans), mais relativement à un autre événement, lui-même décroché du moment de l'énonciation. Cet événement, comme nous avons vu, est le repère, celui de la principale est repéré.

36Or, pour qu'un événement puisse servir de repère « temporel » à un autre, il faut qu'il soit lui-même de nature temporelle (par définition). C'est ce qu'annonce la conjonction quand (à la différence de si ou de parce que). Autrement dit, le repère temporel est lui-même soumis à la temporalité.

37Dire : Quand Pierre entra, il salua la compagnie implique que Pierre est entré à un certain moment, moment qui pourrait être précisé (Et quand est-il entré ? A 5 heures.). Mais n'a-t-on pas la même obligation, et la même possibilité, avec when? Qu'on observe les exemples qui suivent et l'on verra que certains énoncés en when... not font bien apparaître cette précision temporelle supplémentaire dans la subordonnée :

(9) Later he gave me a necklace and thought that he could make very free with me because of that. When I wouldn't kiss him on the landing one night he got huffed and said the necklace cost a lot of money.

(10)'He was a crazy man.'
John Henry stared without surprise. 'How did he act like?'And when she did not answer all at once, he went on:'Did he crawl on the ground and moan and slobber?'

38Rien ne nous autorise donc à dire que when... not n'est pas un repère temporel au même titre que quand.

39On conviendra pourtant qu'il est difficile de dater quelque chose qui n'a pas lieu. Ce qui peut intriguer un francophone dans ces énoncés de type and when nothing happened, ce n'est pas tant le rapprochement de nothing et de happen que celui de not happen et de when. Nous sommes en présence d'un vrai paradoxe : quelque chose qui n'arrive pas, donc qui est dépourvu d'existence, est néanmoins présenté comme se produisant à un moment donné.

40Il y a ici quelque chose qui heurte la logique. Si quelque chose n'a pas lieu, la question « quand cela n'eut-il pas lieu ? » est totalement dépourvue de sens. La réponse serait, en toute logique (et en même temps en toute absurdité) : « toujours » et non pas un moment défini, unique, suffisamment stable pour servir de repère, à plus forte raison de déclencheur, à un nouvel événement.

41Il y a là aussi quelque chose qui heurte la notion même de temporalité. Il est aussi vain de concevoir un événement qui serait de nature non temporelle (« La simultanéité ou succession ne tomberait pas elle-même sous la perception, si la représentation du temps ne lui servait à priori de fondement », Kant, 1980, 61) qu'un « temps sans événement » (« Le temps n'est pas quelque chose qui existe en soi [...] réellement sans objet réel », ibid. 63), tant le temps semble être le tissu même de l'événement, et non un circonstant accessoire dont on pourrait le dissocier. Cette nécessité semble située au-delà des différences linguistiques (anglais-français par exemple). Le locuteur anglais, même si son système linguistique lui offre une possibilité inexistante en français, n'en est pas moins soumis aux exigences de la logique et de la temporalité. Si la subordonnée en when... not peut avoir ce rôle de repère temporel que nous constatons, il nous faut aller au-delà des apparences et ne pas nous contenter de lui attribuer l'étiquette peu concluante de « non-événement ».

42Si l'on fait référence à un événement qui n'a pas lieu, que fait-on précisément ? L'événement est posé, mais on dit de lui qu'il ne s'est pas produit. Pour que cette précision ait une quelconque raison d'être, il faut que, d'une certaine façon, quelque chose ait lieu, même si, pour l'exprimer, on a recours à une forme grammaticale négative.

4. QUESTION DE POINT DE VUE : OÙ « L'ABSENCE D'ÉVÉNEMENT » CRÉE L'ÉVÉNEMENT

4. 1. Verbes à sens négatif et quasi-négations

43C'est ce qui apparaît assez clairement avec cette variante de la tournure en when... not qu'est l'utilisation de when avec une quasinégation ou un verbe à sens négatif :

(11) When it seemed that drowning couldn't be avoided, my whole past life did not flash before me, but I did have the very distinct thought : how strange that I should have come all this way to die. When I could hardly push my arms forward, it was the length of the trip that came before me.

44Hardly fait partie des « semi-négatifs », qui « tempèrent ou limitent la négation en autorisant le maintien d'une faible quantité » (Lapaire et Rotgé, 1998, 148). Pour le nageur épuisé dont il est question ici, être presque incapable de faire les mouvements de la nage est l'étape qui précède celle où il ne pourra plus du tout. Ces deux étapes sont situées (et ordonnées) temporellement. Ce sont des événements à part entière. De même, dans l'exemple qui suit, that failed, malgré le sens négatif du verbe (synonyme de not succeed), fait référence à quelque chose qui se produit réellement à un certain moment :

(12) He was trying to count to ten and then jump, and when that failed, he tried to take a long breath and close his eyes.

45La traduction par « et quand cela échoua » n'est pas très heureuse et on lui préférera « n'y parvenant pas » (apposition d'un participe présent à valeur causale) ; il n'en reste pas moins que le recours à quand est, cette fois, grammatical et interprétable.

46D'une façon comparable, dans l'exemple (9), When I wouldn't kiss him on the landing one night se traduit sans difficulté avec quand si on a recours au verbe refuser (Quand je refusai de l'embrasser...) dont la forme est positive mais le sens négatif - car un refus est un acte (ce n'est pas seulement « ne pas vouloir », c'est « vouloir-que-ne-pas ») qui s'inscrit dans un moment donné du temps.

47Il apparaît qu'en anglais, puisque he did not succeed et he failed sont équivalents, when he did not succeed et when he failed sont également possibles, de même que when I wouldn't et when I refused. Ou encore when I couldn't swim/when I could hardly swim/when I could no longer swim.

48Nous nous retrouvons au point où, face à cette cohérence de l'anglais, c'est à nouveau l'impossibilité ou la contrainte imposée par le français qui semble devoir être justifiée, ou tout au moins précisée. Pour exprimer la même réalité, le français oblige à une explicitation : « puis vint un moment où je ne fus plus en mesure de nager », « quand il dut se rendre à l'évidence qu'il n'y arrivait pas », « quand il se heurta à mon refus... ». Toutes ces gloses font apparaître la tournure anglaise comme elliptique, mais – tout bien considéré – moins étrangère à la démarche du français qu'il ne pourrait paraître.

4. 2. Où l'anglais et le français convergent

49Afin d'illustrer cette convergence, nous allons maintenant nous attacher à l'étude de quelques énoncés anglais qui se rapprochent de cette explicitation du français ainsi que d'énoncés français qui se révèlent proches de la tournure elliptique anglaise. Nous y verrons que dans tous les cas, si le non-événement est en fait un véritable événement (dont l'absence est significative, donc digne d'être mentionnée) c'est en vertu de l'attente dont il fait l'objet, en fonction d'un certain point de vue..

50Dans le cadre d'une comparaison entre les emplois de when et as, E. Zeitoun (1993) cite deux exemples (ci-dessous, (13) et (14)) qui se trouvent illustrer parfaitement le phénomène when... not et que nous nous permettrons d'emprunter pour l'intérêt qu'ils présentent en termes de traduction :

(13) I had gotten somewhat drunk and had nearly forgotten to come but when I didn't see her there, I felt lonely and hollow.
(14) The next day when he wasn't to be seen, I guessed he'd gone across...

51Il s'avère que, dans ces deux énoncés, c'est le même procès (see) qui fait l'objet d'une négation dans une subordonnée introduite par when. Alors que nous retrouvons en (14) l'impossibilité de traduire par quand :

*« Quand il ne fut/n'était pas visible, je devinai... »

52Il est en revanche tout à fait possible de traduire when I didn't see her (13) par :

« Quand je ne la vis pas, je me sentis seul... ».

53De fait, voici un exemple tout à fait similaire emprunté à Henri Troyat :

(15) « Quand je n'ai pas vu Sylvie dans sa chambre, j'ai tout de suite deviné que je la trouverais ici. »

54(Exemple d'autant plus intéressant qu'il fait également écho à (4) : when he was not in his room, que nous avions déclaré tout à fait impossible à traduire par quand... ne... pas).

55La raison de la différence entre (13) et (14) nous semble liée à deux facteurs :

561. La co-référentialité des sujets de la principale et la subordonnée, présente en (13) et (15), absente en (14) et (4). Qu'on la supprime en (13) et la traduction en quand... ne... pas n'est pas interprétable :

* « Quand il ne la vit pas, je me sentis seul. »

572. L'orientation de la lexis introduite par when. Le procès see, par son sémantisme, évoque le point de vue (au sens propre) d'un témoin. Mais ce témoin reste totalement indéfini en 14 à cause de l'orientation passive de l'énoncé, alors qu'en (13) et (15), ce témoin est, de façon tout à fait explicite, identifié comme étant le sujet de l'énoncé (qui est aussi l'énonciateur). Alors, quand... ne.... pas devient tout à fait possible.

58D'où l'on peut conclure que la tournure en when... not correspond dans tous les cas, de façon plus ou moins visible, à la constatation (par l'énonciateur-origine ou un énonciateur rapporté) que quelque chose ne se produit pas. Ce qui « a lieu » à un moment donné du temps c'est donc la perception du « non-événement ».

59Le télescopage que révèle la tournure en when... not n'est, du reste pas totalement impossible en français. On peut concevoir un énoncé comme (16), d'un registre familier mais tout à fait acceptable :

(16) Il est sorti en disant qu'il allait acheter des allumettes. Quand il n'est pas revenu, elle s'est posé des questions.

60« Quand il n'est pas revenu » s'interprète sans difficulté « quand elle a constaté qu'il ne revenait pas », de même que « Quand je n'ai pas vu Sylvie... »(15) = « quand j'ai vu qu'elle n'y était pas » et When I didn't see her (13) = « when I realized that she was nowhere to be seen ».

61Dans ces reformulations, la négation ne disparaît pas : elle se déplace dans la subordonnée complétive d'un verbe de perception (physique ou intellectuelle) comme « voir, se rendre compte que... ». L'exemple qui suit nous montre que l'anglais ne fait pas toujours l'économie de ce verbe introducteur :

(17) They used to lob tomatoes at the back of my head in the hope of some reaction, but they left me mostly alone when thev saw none was forthcoming.

62When they saw none was forthcoming n'est pas une tournure en when... not telle que nous l'avons identifiée et illustrée jusqu'à présent, puisque l'élément négatif (none) fait partie d'une complétive elle-même enchâssée dans la subordonnée temporelle. Et pourtant, nous sommes indéniablement dans un cas de when nothing happened - qui signifie en fait X saw that nothing happened (« Un beau jour, lassés de ne pas voir leur victime réagir, ses ennemis l'ont laissée tranquille »). La valeur causale est indéniable (c'est parce qu'elle ne réagit pas). Mais ce qui occupe un point dans le temps, ce n'est pas le moment où cette absence de réaction a lieu (elle a déjà eu lieu, à chaque agression), c'est le moment où elle devient significative, où elle est interprétée (= si on n'a pas eu de réaction jusqu'à maintenant, on n'en aura jamais).

5. L'OUTIL « WHEN… NOT » COMPARÉ À « QUAND... NE... PAS »

5. 1. Franchissement d'un seuil temporel

63When... not correspond au point sur l'axe du temps où un seuil temporel est atteint, au-delà duquel un nouvel état de choses commence. C'est le franchissement de ce seuil qui constitue le repère temporel par rapport auquel est situé l'événement correspondant à la principale :

(4) When he was not in his room = quand la sonnerie du téléphone est restée sans réponse suffisamment longtemps pour être interprétée comme « il n'est pas là ».

(5) La mère d'Uzma a arrêté le programme de vaccination au moment où il aurait été efficace.

64A partir de ce moment-là, l'enfant s'est trouvée exposée à la maladie. Elle n'a pas attrapé la polio à ce moment-là, mais à la suite de cette décision et surtout à cause d'elle. La valeur causale est plus nette dans cet exemple que dans tous les autres : on pourrait sans difficulté remplacer when par because, ce qui distingue cet exemple de tous les autres (on remarquera également que c'est le seul où la subordonnée est placée en second).

65Beaucoup d'exemples comportent non seulement when mais and when, ou but when et donc doivent s'entendre en fonction de ce qui précède. Un cas privilégié est celui où, dans une situation d'échange langagier, un des interlocuteurs attend une réponse ou une réaction à ce qu'il vient de dire. Celle-ci ne se produisant pas, il relance le dialogue en prenant éventuellement en compte cette absence de réaction. C'est le cas de l'exemple (8), when she did not answer all at once, ou de celui-ci :

(18) He waited for her to enlarge on this, and when she did not, « am I going to be allowed to see them? » he asked

66C'est parce que quelque chose d'attendu (1. He waited) n'a pas eu lieu (2. she did not), et au moment où (and when) cela aurait pu/dû avoir lieu, qu'un nouvel état de choses (3. he asked) est déclenché. La non-apparition de l'événement attendu ne bloque pas le cours du récit ou du dialogue, au contraire (... he went on... (10)), mais marque une nouvelle orientation. Le « non-événement » est traité, sur le plan linguistique et sur le plan narratif, comme ayant la qualité d'un événement à part entière.

5. 2. Deux opérations sous un seul marqueur

67When I wouldn't kiss him on the landing one night (9) équivaut à « he tried to kiss me one night and I didn't let him... Then he got huffed... ». Dans cette reformulation, la première information est ce qui est arrivé one night. Elle est reprise par then qui est le repère temporel de he got huffed.

68Avec when I wouldn't let him, ces deux étapes sont télescopées. On pose l'événement « déclencheur » en même temps qu'on l'utilise comme repère de l'événement ainsi déclenché.

69Il semblerait que ce fonctionnement « économique » soit une caractéristique de when avec et sans négation. On le retrouve dans l'exemple qui suit, et, avec lui, la difficulté à traduire when par quand, malgré l'absence de négation :

  • 7 Selon Adamczewski (1982 : 346), when fonctionne toujours en corrélation avec un then qui ne se man (...)

(19) Then something remarkable actually happened. His back was propped against a small knoll and when a ghostly sound touched his ear he screwed round and through the rank heather on the knoll's top saw a phantom woman in the mist twenty yards above him = A ghostly sound touched his ear, then he screwed round...7

70Le cas de when... not est simplement le révélateur de cette double opération marquée par when. Autrement dit, c'est parce que when fonctionne toujours de cette façon qu'il est compatible avec une négation et c'est parce que quand n'a pas le même fonctionnement qu'il ne l'est pas et qu'il ne peut pas toujours traduire when.

71Ce double rôle de la conjonction when n'est pas sans rappeler celui du relatif when, qui reprend un élément (son antécédent) et introduit une proposition où il a une fonction grammaticale. Proposition qui peut être négative, comme en (18).

(20) Their faces turned as I stood in the doorway and I had the illusion that the face of the Basque I was looking for was multiplied many times. In the moment when no one moved the whole picture was queerly arresting.
= For a moment no one moved. In that moment...

72La conjonction when serait donc assimilable à in the moment when, c'est-à-dire à un « relatif sans antécédent », dont il serait plus approprié de dire qu'il contient son propre antécédent.

CONCLUSION

73Nous sommes partis d'un problème de traduction et nous en arrivons à la conclusion que le français quand, qui, lui, n'a jamais le statut de relatif, n'est pas non plus - pour cette raison sans doute - doté de la même économie de fonctionnement que when. D'autres procédés seront donc à mettre en œuvre pour rendre la valeur de when... not, à côté du comme causal, dont l'inconvénient est d'évacuer la valeur temporelle. On peut proposer par exemple :

(9) « Il pensait pouvoir prendre des libertés avec moi et essaya un soir de m'embrasser. Je refusai, il le prit mal... »

74Dans cette petite scène, la simple juxtaposition suffit à indiquer la succession temporelle cependant que la relation de cause à effet entre « refusai » et « le prit mal » se passe d'explicitation - comme elle s'en passe d'ailleurs en anglais.

75Par des moyens différents, un moment est mis en valeur, celui où la signification d'un événement s'inscrit en négatif, laissant le co-énonciateur juger de la pertinence de cette non-occurrence.

RÉFÉRENCES ET TRADUCTIONS DES EXEMPLES UTILISÉS

761. Soudain il se renversa en arrière sur le divan, ses yeux se fermèrent et son corps devint flasque. Comme elle ne parvenait pas à le réveiller, elle se précipita sur le téléphone et appela son mari à son travail. (Raymond Carver, A Small, Good Thing)

772. Il se glisse à nouveau dans le lit, furtivement mais en espérant tout de même que l'inévitable froissement des draps et le léger balancement du matelas la réveillera. Comme ce n'est pas le cas, il lui donne un petit coup d'épaule et murmure « Janice ? ». (John Updike, Rabbit at Rest)

783. Uzma a attrapé la polio suite au refus de sa mère de la laisser poursuivre le programme de vaccination. (The New York Times, sélection hebdomadaire du Monde, 2/3 fév. 2003)

794. Il lui en coûtait d'annoncer tous ces problèmes à Henry au téléphone. Il n'était pas dans sa chambre et elle en éprouva autant de soulagement que de chagrin. (Doris Lessing, Love, Again)

805. F. Jasmine ne parla pas du mariage, mais c'était sous-entendu, et elle dit :

81« Ils m'emmèneront, tu verras.

82— Et s'ils ne t'emmènent pas ?

83— Je te l'ai dit : je me tuerai avec le pistolet de Papa. Mais ils m'emmèneront. » (Carson McCullers, The Member of the Wedding)

846. Elizabeth s'impatienta : « alors, qu'est-ce que c'est ? » et, comme il ne parlait pas mais hésitait, cramponnant la poignée de la porte, « Eh bien qu'est-ce que tu veux ? » (Doris Lessing, Love, Again)

857. Si Ottilie faisait la cuisine, la terrible vieille venait immanquablement rôder autour du fourneau et quand elle n'aimait pas ce qu'il y avait à manger, elle en prenait une bouchée et la crachait par terre. (Truman Capote, Breakfast at Tiffany's)

868. Dans une futaie hétérogène, il est possible d'arrêter la maladie lorsqu'elle n'a pas d'hôte immédiat à contaminer. (« The Ecology of Computer Viruses », Salon Magazine, by Jamais Cascio, April 7, 1999, traduction du Courrier International, n ° 444, 6-11 Mai 1999)

879. Plus tard il m'offrit un collier et crut que cela l'autorisait à prendre des libertés avec moi. Quand je refusai de l'embrasser sur le palier un soir, il se vexa et dit que le collier avait coûté très cher. (Edna O'Brien, Girl with Green Eyes)

8810. « C'était un fou. » John Henry la fixa sans marquer de surprise. « Comment se comportait-il ? » Et comme elle tardait à répondre, il poursuivit : « est-ce qu'il se traînait par terre en grognant et en bavant ? » (Carson McCullers, The Member of the Wedding)

8911. Il essayait de compter jusqu'à dix pour sauter ensuite. N'y parvenant pas, il tenta de prendre une bonne respiration et de fermer les yeux. (Morley Callaghan, The Runaway)

9012. Quand il me sembla que la noyade était inévitable, je n'eus pas une vision-éclair de toute ma vie passée, mais j'eus très nettement cette pensée : comme c'est étrange d'avoir fait tout ce chemin pour mourir. Quand il me devint pratiquement impossible d'allonger les bras, c'est la longueur du trajet qui me vint à l'esprit. (Neil M. Gunn, The Well at the world's End)

9113. J'avais un peu trop bu et j'avais failli oublier de venir mais quand je ne la vis pas, je me sentis très seul et désemparé. (exemple emprunté à l'article « When et la temporalité » d'E. Zeitoun, ma traduction)

9214. Le lendemain, comme il restait introuvable, je devinai qu'il avait traversé... (ibid.)

9315. Henri Troyat, Viou.

9417. Au début ils me balançaient des tomates sur la tête, par derrière, en espérant me faire réagir. Voyant que rien ne se produisait, ils me laissèrent à peu près tranquille. (John McGahern, Christmas)

9518. Il attendit qu'elle développe ce point. Comme elle n'en faisait rien, il demanda : « vais-je avoir droit à les voir ? » (Rosamund Pilcher, The Shell Seekers).

9619. Alors qu'il était adossé à un petit monticule, un son venu d'outretombe le fit se retourner sur lui-même ; il vit alors, à travers la bruyère épaisse qui recouvrait le monticule, le fantôme d'une femme dans la brume à vingt pas de lui. (Neil M. Gunn, The Well at the world's End)

9720. Leurs visages se tournèrent au moment où j'apparus dans la porte et j'eus l'illusion de voir, démultiplié, le visage du Basque que je recherchais. Ce moment d'immobilité générale offrait un tableau d'un charme étrange. (Neil M. Gunn, The Well at the world's End)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADAMCZEWSKI Henri, Grammaire linguistique de l'anglais, Paris, Armand Colin, 1982.

BOUSCAREN Janine & Sylvie PERSEC, Analyse grammaticale dans les textes, Paris, Ophrys, 1998.

BOURGEOIS-GIRONDE Sacha, Temps et causalité, Paris, Philosophies P.U.F., 2002.

CULIOLI Antoine, Pour une linguistique de l'énonciation : opérations et représentations, Paris, Ophrys, 1990.

GROUSSIER Marie-Line & Claude RIVIERE, Les Mots de la linguistique, Paris, Ophrys, 1996.

KANT Emmanuel, Critique de la Raison Pure, 1781, Paris, P.U.F., 1980.

LAPAIRE Jean-Rémi & Wilfrid ROTGE, Linguistique et grammaire de l'anglais, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998.

MERILLOU Catherine & Graham RANGER, « Repérage, déformabilité et ajustement dans les propositions circonstancielles en when », Cahiers du Forell, Université de Poitiers, 2000.

MERILLOU Catherine, « Causalité et temporalité en français et en anglais : « when et quand », Causalité, corpus, contrastivité (textes réunis et présentés par H. Chuquet et M. Paillard), P.U.R. (sous presse), 2005.

ZEITOUN Elizabeth, « When et la temporalité », Types de procès et repères temporels, Cahiers de Recherche (Travaux de l'équipe de J. Bouscaren), T. 6, Ophrys, 1993.

Notes

1 Désignée par TOE dans la suite du texte.

2 La traduction complète et les références des exemples se trouvent à la fin de l'article. Toutes les traductions sont les miennes, sauf celle de l'exemple (8).

3 Zeitoun, dans son article « When et la temporalité » (1993) affirme que la construction en when... not n'est pas possible « si l'énonciateur réfère à un à-venir ». Un énoncé comme When he doesn t come, I'll let you know (exemple emprunté à Chuquet 1982) serait « mal formé ». Notre exemple (5), sans doute marginal, relève pourtant bien de ce cas. On ne manquera pas de remarquer que when est ici très proche de if et que Bérénice ne l'utilise que pour marquer sa certitude que l'événement souhaité par l'adolescente n'aura pas lieu.

4 Il s'agit d'une comparaison entre la propagation des virus informatiques et celle des maladies en sylviculture.

5 S'il existe une différence de valeur entre quand et lorsque, elle ne semble pas devoir être prise en compte ici.

6 Causalité exprimée en termes de « dépendance contrefactuelle » ; « C cause Ε si et seulement si, si C n'avait pas lieu, alors Ε n'aurait pas lieu » (Bourgeois-Gironde 2002 : 55).

7 Selon Adamczewski (1982 : 346), when fonctionne toujours en corrélation avec un then qui ne se manifeste pas en surface, pour cause de redondance. « Le schéma général semble bien être le même que dans as... so. »

Auteur

Est Maître de conférences à l’Université de Limoges (département d’anglais) où elle est membre du Centre de Recherches Sémiotiques. Elle participe également aux travaux du Forell de Poitiers. Travaille en linguistique énonciative. Domaines de recherche : contrastivité (anglais-français), interférences de langues, traductologie

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540