Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Linguistique : négation, stratégies discursives et processus mentaux

Étude des traductions majoritaires de sinon en anglais

Guy de Montjou

Résumé

S’inscrivant dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives (TOE) de Antoine Culioli, cette étude vise à mettre en évidence les paramètres expliquant trois traductions de sinon perçues comme majoritaires – if not, otherwise, except.
Ce sont les concepts de domaine notionnel, d’une part, et de valeurs qualitative et quantitative, d’autre part, qui serviront de fondement à l’analyse de ces traductions de sinon.
Partant du postulat que la relation étroite entre si et non dans le marqueur français correspond à l’activation de la valeur qualitative, nous associerons respectivement les trois traductions proposées à la valeur quantitative (if not), à la valeur qualitative (otherwise), et enfin aux deux valeurs qualitative et quantitative (except).

Texte intégral

1Cette analyse s'inscrit dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives d'Antoine Culioli qui pose que les marqueurs constitutifs de l'énoncé - en l'occurrence sinon - correspondent à des opérations fondamentales sous-jacentes qu'il s'agit pour le linguiste de faire apparaître.

2Je poserai que sinon correspond à l'association entre ce qu'Antoine Culioli (1990, 109, 130, 150) appelle le repère fictif et le marqueur de négation. L'opération à laquelle correspond le marqueur pourrait être glosée sous la forme suivante : « si ce n'est pas cela, alors ».

3Je poserai également que le marqueur sinon est lié à 1'activation de la valeur qualitative, du fait qu'il forme une unité de sens concentrée, les deux éléments - si et non - le constituant étant indissociables.

4Dans un premier temps, je présenterai les trois grands types d'emploi du marqueur, puis j'exposerai brièvement les concepts de la théorie qui serviront de base à ma démonstration. Je m'intéresserai ensuite à la relation entre la négation et ce marqueur avant d'étudier trois des traductions majoritaires de sinon.

1. LES EMPLOIS DE SINON

1.1. Trois cas de figure d'emploi du marqueur

5Les trois types d'emploi de ce marqueur - emploi conditionnel, emploi restrictif et emploi concessif - sont illustrés par les exemples suivants :

-emploi conditionnel :
(1) « Elle serait bien vexée, se dit-il, si elle voyait ça... elle tousserait énormément et ferait semblant de mourir. Et je serais bien obligé de faire semblant de la soigner, car, sinon, pour m'humilier moi aussi, elle se laisserait vraiment mourir... » (Le Petit prince, 64)
-emploi restrictif :
(2) Rien, évidemment, à tirer de là (il écrivait à un bourgeois dont il avait besoin pour ses rentes), sinon cette « mobilité dans les avis », le « que suisje ? »... que le divin marquis aurait pu prendre pour devise. (La Littérature et le mal, 132)
-emploi concessif :
(3) C'est évidemment un grave manquement à la règle que de courir à contresens. Dans la mesure où la notion de péché est, sinon inconnue à W., du moins complètement intégrée à la morale sportive [...]. (W ou le souvenir d'enfance, p. 101-102)

6Leur point commun est de présenter une relation entre deux éléments de l'énoncé, relation qui tourne autour du marqueur sinon qui associe le repère fictif et le marqueur de négation.

1.2. Analyse

1.2.1. L'emploi conditionnel

7L'emploi du marqueur dans l'énoncé (1) évoque ce qui se passerait si. L'énonciateur envisage ce qu'il ferait, à partir d'un repère fictif qui permet de construire une situation parallèle à la situation d'énonciation sur un autre plan, plan qui a été établi par la construction hypothétique dans le contexte avant. L'énonciateur présente une alternative entre l'obligation de faire et le non-faire et envisage la conséquence du non-respect de cette obligation.

1.2.2. L'emploi restrictif

8Dans l'énoncé (2), on a affaire à une opposition entre l'absence de quelque chose – rien – et quelque chose – cette « mobilité dans les avis », le « que suis-je » – qui permet de remettre en question ce qui a été dit précédemment.

1.2.3. L'emploi concessif

9La concession, dans l'énoncé (3), consiste en un travail sur une qualification, l'énonciateur proposant deux caractérisations possibles de ce dont il est question. On a affaire, en apparence (du moins), à une comparaison entre deux degrés de la notion d'inconnu, celle-ci pouvant - dans ce contexte - être partiellement identifiée à la notion d'intégration.

10L'idée qu'il existe une gradation entre les deux notions constitue un obstacle à la comparaison entre ce type d'emploi et l'emploi conditionnel étant donné qu'il ne s'agit pas tant d'une opposition que d'un degré entre deux notions. La question est de savoir néanmoins si ce degré n'est pas le fait de du moins plutôt que de la structure dans son ensemble.

11Nous allons voir en quoi il est possible d'identifier ces trois exemples.

1.3. Sinon comme déclencheur d'inversion

12Le point commun entre ces trois emplois n'apparaît pas au premier abord étant donné la diversité des éléments mis en relation - relation prédicative en (1), des syntagmes nominaux en (2) et des adjectifs en (3) - et l'absence de véritable complémentarité, surtout dans l'énoncé (3).

13Il me semble néanmoins possible de poser qu'il existe un repère fictif qui suppose l'existence de deux plans, deux plans entre lesquels on peut établir une complémentarité stricte.

14En effet, on peut dire qu'en (1) et en (2) par exemple, l'énonciateur envisage le contraire de ce qu'il vient de poser. En (1), il vise quelque chose et envisage que ce quelque chose ne soit pas atteint et en (2), il pose qu'il n'y a rien avant de dire qu'il y a quelque chose, quelque chose qui se place sur un autre plan que ce qui a été posé initialement, quelque chose qui est, littéralement, le contraire de rien.

  • 1 Dans cette analyse, nous ne tenons pas compte du schéma d'anticipation, ce jeu rhétorique de l'énon (...)

15Quant à l'exemple (3)1, l'énonciateur présente l'idée la plus évidente (inconnue), celle qui vient à l'esprit compte tenu de ce qui vient d'être dit avant de proposer une autre idée (complètement intégrée). La complémentarité n'est pas apparente étant donné que les termes sont présentés comme synonymes mais on peut considérer qu'il existe une opposition sous-jacente entre ce qui est évident et ce qui ne l'est pas.

16Cette analyse de l'énoncé (3) permet de le comparer à l'énoncé (2) étant donné que tous deux correspondent à une opposition entre ce qui est apparent et ce qui est.

  • 2 L'inversion est l'un des termes qu'Antoine Culioli (1990 : 94) emploie pour décrire le phénomène qu (...)

17Dans les trois cas de figure, me semble-t-il, il est donc possible de dire qu'on pourrait caractériser le repère fictif associé au marqueur de négation comme un déclencheur de l'inversion2 entre ce qui est le visé non-atteint et la conséquence (énoncé (1)), l'immédiat et le secondaire (énoncé (2)), le réel et l'apparence (énoncé (2) et (3)).

18Il est possible de proposer une représentation schématique de ce phénomène en s'appuyant sur les concepts de la théorie de l'énonciation.

2. DEUX CONCEPTS DE LA THÉORIE D'ANTOINE CULIOLI ET LEUR APPLICATION À L'EMPLOI DE SINON

2.1. Le domaine notionnel3

  • 3 Consultée sur le sujet, Eve Sweetser m'a confirmé qu'il était possible d'établir un parallèle entre (...)

19Une notion est construite par le sujet linguistique qui s'appuie sur une représentation en deux zones, l'une correspondant à l'intérieur (I) et l'autre correspondant à l'extérieur (E), toutes deux étant séparées par une frontière (F).

20Pour prendre un exemple simple,

(4) Ceci est une poire,

21on a affaire à la notion poire, c'est-à-dire à ce qui est le cas, notion qui implique son complémentaire, ce qui n'est pas la poire, celui-ci pouvant correspondre à ce qui-est-autre-que la poire ou à la négation de la poire.

Ce qui nous donne le schéma suivant :
Ε = non-I
Ε = autre-que-I
Dans l'exemple (1) que je reproduis ici,

(1) « Elle serait bien vexée, se dit-il, si elle voyait ça... elle tousserait énormément et ferait semblant de mourir. Et je serais bien obligé de faire semblant de la soigner, car, sinon, pour m'humilier moi aussi, elle se laisserait vraiment mourir... » (Le Petit prince, 64),

22on a affaire à une première notion faire semblant de la soigner liée, du fait de la structure conditionnelle, au maintien en vie de la fleur et une deuxième notion se laisser mourir qui est liée, quant à elle, à l'opposé de la première notion, c'est-à-dire ne pas faire semblant de la soigner.

23On obtient ainsi un I fictif – ce qui serait le cas sur un autre plan, c'est-à-dire ce qui serait le cas – et un Ε fictif, ce qui ne serait pas le cas (Ε = non-I) sur le même plan.

2.2. Les valeurs qualitative et quantitative

24On peut dire que la valeur qualitative renvoie à la notion et aux propriétés dont nous venons de parler et que la valeur quantitative renvoie à l'occurrence de cette notion, c'est-à-dire à sa concrétisation.

25Voici la définition que donne A. Culioli (1999, 82-83) de la quantifiabilisation :

(1) La quantifiabilisation. Partant d'une notion qui a la propriété d'être insécable, on va, par une opération abstraite d'individuation, fragmenter la notion, de sorte qu'on puisse construire des occurrences de cette notion dans la production/reconnaissance d'énoncés.
(2) La quantification permet, en second lieu, de construire l'existence d'une occurrence, en la situant dans l'espace-temps énonciatif qu'un sujeténonciateur construit par rapport à un coénonciateur.

26Ces deux valeurs concernent, grosso modo, l'opposition entre le concret et l'abstrait, entre l'occurrence et la notion, entre ce qui est perceptible et localisable et ce qui est invisible.

27Pour reprendre l'exemple de la poire, on a affaire à la fois à ce qui relève du qualitatif, c'est-à-dire les propriétés associables à la poire, et à ce qui relève du quantitatif, c'est-à-dire à ce qui concerne sa localisation, sa place dans l'espace et dans le temps.

28Appliquée à l'exemple (2) que je reproduis ici :

(2) Rien, évidemment, à tirer de là (il écrivait à un bourgeois dont il avait besoin pour ses rentes), sinon cette « mobilité dans les avis », le « que suisje ? »... que le divin marquis aurait pu prendre pour devise. (La Littérature et le mal, 132)

29cette analyse nous permet de dire que sinon est uniquement associable à la valeur qualitative, bien que ce qui précède semble correspondre à l'activation de la valeur quantitative et ce qui suit le marqueur semble lié à l'activation de la valeur quantitative.

30Le marqueur français renvoie, en effet, à la seule valeur qualitative, du fait qu'il constitue une unité lexicale irréductible. On pourrait dire qu'il correspond uniquement à cette mise en relation que nous avons caractérisée comme étant une complémentarité.

2.3. La négation et sinon

31Nous avons vu plus haut que la négation concernait la relation existant entre les deux zones du domaine notionnel. Voici la définition qu'en donne Antoine Culioli (1990, 112-113) :

L'opération de négation elle-même consiste à situer une occurrence notionnelle dans le domaine de validation (appelé en haut domaine notionnel). Pour ce faire, il faut : 1. construire une position décrochée, hors validation, par rapport au domaine, qui permette le parcours de tous les possibles, 2. parcourir le domaine, du centre vers l'extérieur, avec inversion du gradient, de sorte que, par élimination de tel puis tel possible, on aboutisse à une issue ; 3. Cette dernière peut être grossièrement schématisée comme suit : ou bien on a vide-de-p (« en aucune manière, en aucune mesure p n'est le cas et rien d'autre n'est le cas »), ou bien l'on a autre-que-p (faiblement ou radicalement autre : « quelque chose est le cas, mais ce n'est pas p »), ou enfin un couple pondéré de deux représentations mises en perspective.

32Ainsi que nous l'avons vu précédemment en II. Α., on a deux cas de figure possibles : soit on affaire à une relation d'altérité entre I et Ε (autre-que-p), soit on a affaire à une relation du type « tout-ou-rien » (vide-de-p).

33Dans les trois exemples-type présentés au début de l'article, on peut poser que, du fait de l'association entre le repère fictif et le marqueur de négation, sinon renvoie à une complémentarité stricte entre un I et un E, ce dernier pouvant être défini comme non-I.

34Ce qui nous donnerait le schéma suivant :

I sinon Ε (= non-I)

35Ceci est également le cas de l'exemple d'emploi du sinon dit concessif. En effet, comme nous l'avons vu en I. C., ce qui se présente comme synonyme est en fait analysable comme une opposition entre ce qui est apparent et ce qui ne l'est pas. Autrement dit, ce qui se présentait sous la forme suivante :

I = autre-que-E

36est en fait schématisable sous la forme :

I = non-E

3. LES TRADUCTIONS MAJORITAIRES DE SINON

37Nous allons montrer ici que c'est l'opposition entre les valeurs qualitative et quantitative qui va nous permettre de rendre compte des différences de traduction de sinon dans le passage du français à l'anglais.

3.1. La traduction par if not

38Nous poserons que le marqueur français sinon, qui correspond à l'activation de la valeur qualitative, est traduit par if not, qui, lui, correspond à l'activation de la valeur quantitative. Dans l'exemple (1) que nous reproduisons ici :

(1) « Elle serait bien vexée, se dit-il, si elle voyait ça... elle tousserait énormément et ferait semblant de mourir. Et je serais bien obligé de faire semblant de la soigner, car, sinon, pour m'humilier moi aussi, elle se laisserait vraiment mourir... »

"She would be very much annoyed," he said to himself, "if she should see that... She would cough dreadfully, and she would pretend that she was dying to avoid being laughed at. And I should be obliged to pretend that I was nursing her back to life - for if I didn't do that, to humble myself also, she would really allow herself to die..." (Le Petit Prince, 64/Katherine Woods, 77-78)

39on peut observer qu'en français, un lien nécessaire est établi entre les deux éléments de l'énoncé tandis que le lien va être, en anglais, médiatisé par le renvoi à une situation qui va déclencher la réaction.

40En français, la relation de causalité est établie entre des propriétés associables aux notions faire semblant et se laisser mourir, sans qu'il soit fait référence à une situation, cette référence étant implicite.

41En anglais, la relation de causalité est rendue visible, en quelque sorte, par le renvoi à une situation (do that).

42Dans l'exemple (3) que je reproduis ici :

(3) C'est évidemment un grave manquement à la règle que de courir à contresens. Dans la mesure où la notion de péché est, sinon inconnue à W., du moins complètement intégrée à la morale sportive [...]

It is obviously a serious infringement of the rule to run the wrong way. In so far as the notion of sin is, on W, if not totally unknown, then at least fully integrated into a sports morality [...] (W, ou le souvenir d'enfance, 101-102/D. Bellos, 71)

43la comparaison entre l'énoncé français et sa traduction fait apparaître la tendance de l'anglais à spécifier, comme en témoigne l'emploi de la localisation avec le syntagme prépositionnel on W.

44En résumé, on remarque que, dans un cas comme dans l'autre, l'anglais centre l'énoncé soit, dans l'énoncé (1), sur une situation spécifique (do that) qui va déclencher une réaction, soit, dans l'énoncé (3), sur un lieu.

45Ce qui montre clairement que le français fait référence à une notion et que l'anglais fait référence à une occurrence.

46Il y a donc bien activation de la valeur qualitative en français et activation de la valeur quantitative en anglais.

3.2. La traduction par otherwise

47L'opération associable à ce marqueur correspond à l'activation de la valeur qualitative - et ce dans les deux langues - comme semble l'indiquer l'énoncé suivant :

(5) Par ailleurs, le terme final de cette série n'étant plus le monde à représenter mais le sujet toujours absent, il devient de toute nécessité de signaler ce sujet comme tel et de signifier du même coup l'œuvre comme objet de ce sujet : c'est la fonction de la signature, c'est de cette nécessité qu'elle tire son privilège actuel.
Sinon, comment expliquer cette exigence acharnée, mythologique d'authenticité dans l'art contemporain - chaque tableau émanation d'un moment unique, sanctionné souvent par le jour et l'heure, et par la signature [...].
Incidentally, since the final term of this series is no longer the world to be represented by the ever absent subject, it becomes essential to indicate this subject as such, and in the same act to declare the oeuvre as the object of this subject : that is the function of the signature, it is from that necessity that it derives its present privilege.
Otherwise, how could we explain the insistent mythological demand for authenticity in contemporary art - that each painting be the emanation of a unique moment, often sanctioned by the very day and hour of its execution, and by the signature ?
(Jean Beaudrillard, Pour une Critique de l'économie politique du signe, 117/C. Levin, 104)

48Qu'il s'agisse de ce qui précède ou de ce qui suit sinon, nous avons affaire à l'énoncé de propriétés qui justifient pleinement l'idée que otherwise et la valeur qualitative sont étroitement liées. En effet, si l'on s'en tient aux seuls termes fonction/ function - exigence acharnée/ the insistent mythological demand, ceux-ci correspondent à l'activation de la valeur qualitative, étant donné qu'il s'agit d'idées, de concepts, ceci étant probablement dû au fait qu'il s'agit d'un texte à caractère théorique.

49La relation existant entre le marqueur anglais et la valeur qualitative est explicite dans la définition suivante : « to say what the result or consequence would be if the previously mentioned situation, fact, idea, etc. was untrue or was not the case. » (Collins-Cobuild).

50Cette relation apparaît explicitement dans la traduction de l'énoncé suivant :

(6) Julia s'assit à la caisse, enfin. Il n'y avait pas de clients, elle pouvait, sinon ce n'est pas un bon principe : le chaland songe tout de suite aux conséquences monétaires de son geste et il n'achète rien.

Julia finally sat down at the cash desk. There weren't any customers, she could, otherwise it isn't a good principle : the purchaser immediately thinks of the monetary consequences of her action and doesn't buy anything. (Le Dimanche de la vie, 19/Barbara Wright, 10)

51Tant ce qui précède que ce qui suit le marqueur sinon constitue une contrainte sur la traduction du marqueur français par otherwise. En effet, le renvoi apparent à la situation - le fait qu'il n'y ait pas de clients - constitue en fait une partie du raisonnement sousjacent au passage, raisonnement selon lequel il vaut mieux ne pas se tenir à la caisse lorsqu'il y a des clients.

52Dans ce cas de figure, l'activation de la valeur qualitative s'applique à ce qui précède et à ce qui suit le marqueur, dans les deux langues.

3.3. La traduction par except

53Mon hypothèse est que le marqueur anglais correspond à la fois à l'activation de la valeur qualitative et à l'activation de la valeur quantitative, c'est-à-dire à ce que Ton appelle une équipondération des deux valeurs.

54C'est ce que montre l'énoncé suivant :

(7) Nulle chronologie sinon celle que j'ai, au fil du temps, arbitrairement reconstituée : du temps passait.
No sequence in time, except as I have reconstructed it arbitrarily over the years: time went by. (W ou le souvenir d'enfance, 98/David Bellos, 68-69)

55Ce qui est remarquable dans ce type d'énoncé, c'est l'opposition entre le nul, le rien, l'absence, le vide et l'unité, opposition à laquelle renvoie le marqueur.

56Ce qui justifie, à mon sens, l'idée qu'il y a équipondération, c'est que ce qui précède correspond à l'activation de la valeur qualitative et que ce qui suit correspond à l'activation de la valeur quantitative.

57On peut développer en disant que cette reconstitution dont parle l'énonciateur correspond à l'addition de tous les faits et les événements vécus par lui, addition qui correspond explicitement à l'activation de la valeur quantitative.

58Cette opposition entre les deux valeurs se retrouve dans l'énoncé (3) :

(3) Rien, évidemment à tirer de là (il écrivait à un bourgeois dont il avait besoin pour ses rentes), sinon cette « mobilité dans les avis », le « que suis-je ? »... que le divin marquis aurait pu prendre pour devise.
We obviously cannot deduce anything from this letter, written to a bourgeois who was of assistance to him in collecting his rents, except for a "mobility of opinions" and the "What am I?" which the divin marquis might well have taken as his motto. (La Littérature et le mal, 132/Alastair Hamilton, 113)

59étant donné que l'on a une opposition entre rien et l'unité représentée par l'emploi de guillemets - qui isolent les énoncés - et la référence à la devise.

4. CONCLUSION

60Notre analyse a montré que le marqueur français correspond à une relation de complémentarité entre les deux zones du domaine notionnel, complémentarité que l'on peut rendre par la glose si ce n'est pas... alors. Cette complémentarité s'accompagne d'un passage d'une zone à l'autre du fait de la négation.

61Dans tous les cas de figure étudiés, nous avons vu qu'il était possible de ramener cette complémentarité à une relation entre I et E, ce dernier étant égal à non-I.

62Cette analyse a également permis de montrer que la différence entre sinon et ses traductions majoritaires en anglais vient de ce que le marqueur français correspond à 1'activation de la valeur qualitative tandis que les marqueurs de l'anglais correspondent soit à l'activation de l'une des deux valeurs - la valeur quantitative avec if not, la valeur qualitative avec otherwise - soit à l'équipondération entre les deux valeurs (except).

Bibliographie

RÉFÉRENCES DES EXEMPLES

BATAILLE Georges, La Littérature et le mal, Paris, Gallimard, 1957, traduction anglaise de Alastair Hamilton, London, Marion Boyars Publishers, 1985.

BAUDRILLARD Jean, Critique de l'économie politique du signe, Paris, Gallimard, collection Tel, 1972, traduction anglaise de Charles Levin, London, Telos Press Ltd, 1981.

PEREC Georges, W ou le souvenir d'enfance, Paris, Denoël, 1975, traduction anglaise de David Bellos, London, The Harvill Press, 1996.

QUENEAU Raymond, Le Dimanche de la vie, Paris, Gallimard, 1952, traduction anglaise de Barbara Wright, London, John Calder Publishers Ltd, 1976.

SAINT-EXUPERY Antoine de, 1946, Le Petit prince, Paris, Gallimard, 1946, traduction anglaise de Katherine Woods, New York, Harcourt Brace Jovanovitch, 1971.

BIBLIOGRAPHIE

CULIOLI Antoine, « La négation : marqueurs et opérations », Pour une linguistique de l'énonciation, tome 1, Paris, Ophrys, 1990.

———, « Des façons de qualifier », Pour une linguistique de l'énonciation, tome 3, Paris, Ophrys, 1999.

DAMOURETTE Jean et Emile PINCHON, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, Paris, Editions J. -L. d'Artrey, 1911-1936.

DE VOGUE Sarah de, « SI, au centre et aux marges de la condition », l'Hypothèse au miroir des langues, Paris, l'Harmattan, 2004.

JESPERSEN Otto, A Modern English Grammar on English Principles, London, G. Allen and Unwin Ltd, 1931.

MULLER Claude, « La négation comme jugement », Les Négations, Langue française, Paris, Larousse, 1992.

Notes

1 Dans cette analyse, nous ne tenons pas compte du schéma d'anticipation, ce jeu rhétorique de l'énonciateur, afin de nous concentrer sur la construction proprement dite et de faire apparaître ce que nous appelons la complémentarité liée au repère fictif.

2 L'inversion est l'un des termes qu'Antoine Culioli (1990 : 94) emploie pour décrire le phénomène qu'est la négation.

3 Consultée sur le sujet, Eve Sweetser m'a confirmé qu'il était possible d'établir un parallèle entre le concept d'espaces mentaux et le concept de domaine notionnel.

Auteur

Enseigne la linguistique et la linguistique appliquée à la traduction en licence à l’université de Versailles-Saint-Quentin. Il s’intéresse tant au système grammatical de l’anglais qu’à l’étude des paramètres intervenant dans le passage d’une langue à l’autre, du français vers l’anglais ou de l’anglais vers le français. Il participe régulièrement aux activités de recherche du groupe de linguistique de l’institut Charles V (Université Paris VII) dirigé par Alain Deschamps.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable