Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Linguistique : négation, stratégies discursives et processus mentaux

John is impossible/*possible to teach

Yves-Bernard Malinier

Résumé

This paper aims: (i) at providing an account of structure 1 NP IS IMPOSSIBLE/*POSSIBLE TO (as opposed to structure 2 IT IS IMPOSSIBLE/POSSIBLE TO) by assessing the role of a quantitative (Qnt) / qualitative (Qlt) component in each structure from an enunciative point of view. The choice of structure 1 imparts to the construction an appreciative value by attributing a property or characteristic to the referent of the grammatical subject and the operation of qualification is clearly preponderant, and (ii) at showing that *POSSIBLE is not acceptable in structure 1 as the paths to the interior (or I) and the exterior (or E) of the notional domain are both open with CAN and (E) cannot therefore be set aside even if it is not meant to be taken into account. Conversely, when IMPOSSIBLE is used, the utterance has a stabilized character that renders it compatible with both the value of identification and the construction of a property. Indeed, the lexical category of the adjective (i.e., definitive) combined with the fact that the path to (I) is blocked enable the utterer not only to validate but also to assert the "impossibility" value.

Texte intégral

1. DEUX TYPES DE SCHÉMAS ACCOMPAGNENT LES ADJECTIFS POSSIBLE ET IMPOSSIBLE

1Ces adjectifs se rencontrent, entre autres, dans deux types de schémas qui nous intéressent ici. Chaque schéma est illustré de deux exemples, tant pour l'adjectif impossible que pour son antonyme. On aura donc les énoncés (1) à (11) suivants :

-pour impossible
Schéma 1
(1) It is impossible to eat this dish, it's dynamite! (Speak English, 4ème, Hatier)
(2) It is
impossible to swim across the river, it's foil of sharks.
(3) It is
impossible to teach John, he's too difficult. mais
(3’)* It is
impossible to teach children.
alors que
(3”) It is
impossible to teach wild children.
(4) Now the Chinese government is seeking to shut down the bogus drug trade. Authorities closed 1,300 factories last year. « These are not companies. They are just ordinary households. You close one, they move to another. It's really basically
impossible to eradicate this problem. We're managing it more than solving it », said Smiling Wolf's general manager. (« China is awash in fake drugs », IHT, 1er Septembre 2002)
Schéma 2
(5) This dish is
impossible to eat. (Robert et Collins senior, édition 2000)
(6) The river is
impossible to swim across.
(7) As British aid agencies working in Iraq, we believe that military action could cause a humanitarian catastrophe. Already Iraq has nearly three-quarters of a million internally displaced people. A period of civil strife between Iraq's various ethnic and religious groups is
impossible to rule out. (« Iraq: rhetoric and reality, Action Aid »,Guardian Weekly, 3-9 Octobre 2002)
-
pour possible
Schéma 1
(8) ?? It is
possible to teach John 0.
(9) It is
possible to teach John when he behaves himself/to texh John French.
Schéma 2
(10) * John is
possible to teach.
(11) * This car is
possible to drive.

2Notons (i) que l'irrecevabilité de (3’) disparaît dès lors que l'on fait précéder children à la référence générique de wild dans (3”), (ii) qu'il manque quelque chose à (8) pour en faire un énoncé recevable (on ajouterait volontiers « so what? »). Quant à (11), il est tout simplement absurde : toute voiture est fabriquée et achetée pour être conduite. Remarquons simplement que si l'on avait eu This car is impossible to drive, on aurait bien entendu proposé la glose suivante : « since certain conditions have NOT been met, it rules out, for this car, any possibility of being driven ». On peut constater, par ailleurs, qu'un supplément d'information visant à poser la condition préalable susceptible de lever l'irrecevabilité, ici le risque et le danger qu'il y a à conduire un véhicule aux freins défectueux, ne permet pas pour autant de rendre l'énoncé (11') acceptable :

(11')* This car is possible to drive now that the brakes have been repaired.

  • 1 Tout marqueur de modalité se définit par un couple de composantes Qnt et Qlt, dont chacune se carac (...)

3La constatation d'une curieuse dissymétrie de comportement de possible et impossible (cf. l'agrammaticalité de possible dans le titre de cet article et les deux derniers énoncés), déjà signalée par Rivière (1991), va servir de point de départ à une tentative d'interprétation de ces deux adjectifs en termes d'opérations modales à prépondérance quantitative (Qnt) et/ou qualitative (Qlt)1. La composante quantitative correspond aux cas qui impliquent la discrétisation et/ou la localisation spatio-temporelle d'occurrences de la notion à laquelle renvoie la relation prédicative et la composante qualitative relève des cas où l’on envisage la construction de propriétés associées à la représentation notionnelle à laquelle renvoie la relation prédicative, les relations intersubjectives et la position de l’énonciateur (ie.validable/non-validable, bon/mauvais, etc.). On peut avoir une prépondérance de l'une de ces deux composantes ou, au contraire, une équipondération Qlt/Qnt comme dans (6') et (12) ci-dessous :

(6') This river is sometimes/often impossible to swim across.
(12) Hamnett became irate and alleging breach of contract and damage to her image, threatened to sue him for a £ 500,000. No one is willing to go on record with their feelings about Hamnett's sometimes capricious behaviour, but one says privately: like many creative people, she can be impossible to reason with, and the experience can be very painful...
(British National Corpus, consultable sur Internet)

4Il y a dans (6') discrétisation d'occurrences, c'est-à-dire délimitation quantitative sur la classe des situations pour lesquelles la relation prédicative n'est pas validée (l'adverbe itératif créant l'altérité entre les moments (« there are times when...  »)) et construction d'une propriété notionnelle associée au sujet grammatical river. Quant à (12), la présence de can (dit « sporadique ») implique qu'il existe des occurrences validées et des occurrences non-validées et c'est sur l'existence de ces occurrences qu'on s'appuie pour poser la validation comme caractéristique du sujet (ici, Hamnett), de sorte qu'on part de la composante quantitative pour construire le qualitatif.

2. QUELQUES REMARQUES PRÉLIMINAIRES D'ORDRE GÉNÉRAL

2.1. L'avis des anglophones

5Pour les anglophones que nous avons sollicités, les différences entre les schémas 1 et 2 semblent se résumer à ceci :

6- Les énoncés du schéma 1 viennent « plus spontanément à l'esprit et présentent un caractère plus général ».

7- Si les énoncés du schéma 1 ont un « sens actif » (i.e. « X can't eat this dish »/ « X can't swim across the river »), ceux du schéma 2 ont « un sens passif » (i.e. « This dish can't be eaten »/ « This river can't be swum across »).

2.2. Dans le cas du schéma 1

8Soient les énoncés (13) et (13') suivants :

(13) It is impossible to drive this car.
(13') It is impossible
for Jack to drive this car.

9Ici, l'énonciateur affecte l'ensemble de la lexis <drive this car> ; d'un degré de validité en bloc : la modalité du 2ème ordre qualifie la relation de l'énonciateur à la lexis prédiquée tout entière. Il y a choix de « not drive » à l'exclusion de p et l'on peut gloser (13) ainsi : « Whoever wants to drive this car can't.  ».

  • 2 Cette dénomination tient compte du fait que le traditionnel « complément d'Agent » ne renvoie pas t (...)

10Le terme de départ est instancié par un représentant quelconque (i.e. for anybody) de la classe des animés-humains (désormais/ah/). L'énonciateur prédique < ( ) r b > de X, étant donné que X est une valeur quelconque : on a donc constitué la classe des valeurs susceptibles de servir de terme de départ (ici, « agent »). Comme dans le cas de la construction passive courte, l'Actant principal2 dans la subordonnée infinitive occupe une position extérieure à la lexis signalée par la préposition « for X ». Lorsque l'on mentionne un Actant principal au référent déterminé (il s'agit de for Jack pour (13')), l'énoncé est alors interprété différemment par notre informateur anglophone : « Mentioning a specific driver transfers the impossibility from the car to the person who happens to be physically disabled ».

2.3. Dans le cas du schéma 2

  • 3 La grammaire générative parle de raising. À rapprocher des énoncés passivés à verbe principal intro (...)
  • 4 La thématisation est définie comme le fait, pour l'énonciateur, de poser un élément comme pré-repér (...)

11Avec le schéma 2 et contrairement à ce qui se passe pour le schéma 1, dans les énoncés (5) et (6) avec impossible, la modalité affecte la relation prédicat-premier argument. Les termes dish et river qui occupent la place de complément de rang 1 (désormais Cl) dans l'infinitive imbriquée du schéma 2 sont « montés »3 en place de sujet grammatical (Co), se substituant ainsi au pronom cataphorique it des énoncés (1) et (2). Ils sont thématisés4 et constituent, par làmême, l'objet du discours, le centre des préoccupations de l'énonciateur, le repérage privilégié ne se faisant pas par rapport à un quelconque mangeur pour (5), nageur pour (6) ou enseignant pour l'énoncé qui fait office de titre. Ce sont les commentaires annexes it's dynamite/it's full of sharks/he's too difficult figurant dans les prédications subordonnées qui créent les conditions favorables à la caractérisation du référent du sujet de l'énoncé, c'est-à-dire à l'attribution d'une propriété (par définition stable) par le biais de l'adjectif absolu, non-gradable (definitive pour les anglophones) impossible-et ce sans transiter par une passive courte (cf. la remarque relative au schéma 1 dans 2.1. supra). Cependant, ce type de schéma ressemble, à plus d'un titre, à celui de la construction passive dans laquelle le deuxième argument de la construction active devient le sujet grammatical de l'énoncé transformé. Mais ici il n'y a pas de passivation syntaxique. Si les noms dish et river renvoient certes à des notions auxquelles est associée la propriété/inanimé/, le renvoi à un/ah/n'est cependant pas exclu. C'est le cas pour (14) :

(14) I work nights in a news bureau, as a croupier in a nightclub, as a waitress. The door shook. Maggie stood up, shot the bolt and let herself out. Sorry, she muttered. A pity Simon hadn't stayed in the kitchen. He was lying in wait in the hallway, where he was impossible to overlook, forking salad in his well-shaped mouth (British National Corpus)

12ainsi que pour John is impossible to teach, l'énoncé du titre.

13Nous allons nous pencher sur les caractéristiques constitutives du premier puis du deuxième schéma, ce qui nous permettra de voir ce qui les rapproche et ce qui les distingue avant de considérer plus en détail la question de la modalité (portée, rôle de la négation, interprétation en termes de Qnt/Qlt,...) et de tenter d'expliquer le comportement dissymétrique des deux adjectifs.

3. SCHÉMA 1 VS. SCHÉMA 2

3.1. Caractéristiques du schéma 1

3.1.1. Repérage par rapport à une classe de Situations

14Reprenons (13) :

(13) It is impossible (for X) to drive (his car.

15Ce type d'énoncé est validé quelles que soient les circonstances (« Whenever anybody wants to drive... »), pourvu qu'il y ait une valeur non nulle pour instancier la place de premier argument. Par le biais de l'opérateur de parcours et en l'absence de référence à un sujet grammatical particulier, le repérage se fait par rapport à une classe de Situations ; whenever construisant une classe ouverte d'occurrences. Lorsque l'on a affaire à un représentant quelconque de la classe des/ah/, la forme correspondant à ce schéma ne peut pas atteindre le niveau notionnel (QLT) puisqu'elle implique un repérage par rapport à des moments : on aura donc QLT/qnt, c'est-à-dire Qnt prépondérant et Qlt non prépondérant.

3.1.2. Antéposition du pronom it

16Le pronom it, marqueur de désengagement énonciatif, est antéposé. On a affaire à un jugement appréciatif que l'énonciateur veut mettre sur un plan de généralité tel qu'il soit impossible de l'attribuer à une Situation particulière et donc à un énonciateur particulier. On peut donc gloser (1) It is impossible to eat this (kind of) dish de la façon suivante : « celui qui essaie, quel qu'il soit, constate qu'il est impossible de manger ce (type de) plat ». Ainsi, kind of dans this kind of dish correspond à l'opération d'extraction d'une occurrence comme représentante de la classe des occurrences de validation.

3.2. Caractéristiques du schéma 2

3.2.1. Points communs avec le schéma 1

17-Il a pour conséquence de faire de l'Actant principal un élément dont la mention n'est pas obligatoire

18-Il revient à poser un constat comme évident, une assertion dont tout le monde reconnaît la validité. Ce procédé qui consiste à effacer les marques du sujet énonciateur tend à faire passer l'énonciation pour « objective » : les énoncés peuvent être pris en charge par un sujet énonciateur quelconque et, de ce fait, on n'a pas affaire à une Situation d'énonciation déterminée, mais à une sorte de repère absolu, identifiable à toute Situation (« celui qui constate, quel qu'il soit, constate que... »). Il en va tout autrement dans (15) et (16) :

(15) Hoskyns was not a good lecturer. At least, he lectured in such a way that many in the audience found him impossible to understand. Students were known to spend their time in his lectures counting up the number of clichés which he used. (British National Corpus)
(16) Geoffrey Boycott's credibility was dented further yesterday when he left the emergency meeting an hour before the end. Sid Fielden, an erstwhile ally and chairman of the county's public relations sub-committee said afterwards: I find his conduct difficult to understand and impossible to explain. (ibid.)

19Ici, le jugement appréciatif est repéré par rapport à « many in the audience » dans (15) et « I » dans (16).

3.2.2. Il se distingue du schéma 1

3.2.2.1. Différence 1 : parenté avec le passif

20a. Ce type de schéma n'est possible qu'avec des verbes transitifs.

21Si un verbe peut être soit transitif soit intransitif, il est immédiatement interprété, dans un énoncé de ce type, comme transitif. Ainsi, John is impossible to teach est paraphrasable par You can't teach John et non John can't teach.

22b. Il a une structure syntaxique similaire

23Celle-ci s'apparente à celle d'un énoncé passif par la manipulation des arguments: ce schéma permet de redistribuer les arguments de la relation prédicative de telle façon qu'il thématise un actant autre que l'Actant principal en lui assignant la position syntaxique de Co et de « faire glisser » l'adjectif modal impossible qui conserve la fonction d'attribut (qu'il a dans le schéma 1) mais appliquée cette fois au nouveau sujet grammatical. Be retient également son statut de Verbe principal et donc, contrairement à ce qui se passe lorsque l'on passive, l'auxiliaire be n'est pas ici nécessaire.

24c. L'argumentqui faisait fonction de Cl à l'actif est thématisé fonction communicative)

25Un autre point commun avec le passif est la transformation du deuxième argument de l'actif en 1er argument. Ainsi, John is impossible to teach ne peut être paraphrasé par John can't teach. Dans ce cas, comme dans la passivation, si le verbe est prépositionnel, la préposition demeure à sa droite comme dans John is impossible to talk to. Le Co est le centre des préoccupations de l'énonciateur, l'objet du discours. En thématisant ce qui est un C 1 dans un énoncé avec pour Co le pronom générique one (cf. X/One can't teach JohnJohn is impossible to teach), l'énonciateur redistribue les arguments de la relation prédicative pour adopter, comme dans le cas de la transformation actif→passif (mais en faisant l'économie du participe passé), une hiérarchie énonciative différente. L'indétermination référentielle du pronom à caractère générique one (ou de people) lui confère une stabilité insuffisante pour pouvoir servir de repère constitutif à la relation prédicative et c'est alors le terme but qui remplit ce rôle. C'est donc d'un terme autre que le terme source que le modal can ('t) construit une propriété (nous reviendrons plus loin sur ce point). Thématiser consiste pour l'énonciateur à poser un élément comme pré-repéré par rapport au couple énonciatif. Cette thématisation du C 1 à partir de One can't teach John permet de mieux assurer la cohésion discursive du propos en garantissant la contiguïté contextuelle (principe de distanciation minimale entre la première mention d'un élément et sa reprise). Autrement dit, un sujet grammatical de schéma 2 peut très difficilement être nouveau.

26Soient les énoncés (17), (18) et (19) :

(17) For years, the Popplewells symbolized to me everything that was successful, integrated and marked down by the gods for effortless achievement. What is more, they were impossible to dislike: they proved to me that it was feasible to conform and to excel without losing integrity, honour, charm or modesty. (S. Fry, Moab is my washpot, 391)
(18) Dismissed by some as a pointlessly sadistic horror
The Wasp Factory is now more usually viewed as a brilliant opening to a great writing career, full of sharp dialogue and gruesome invention-and impossible to put down. (à propos de... , in Waterstone's guide to fiction, Septembre 2002, 5)
(19) Viral levels are assessed by viral-load assays, which count copies of HIV RNA in a millimeter of plasma. Within eight weeks after therapy starts, viral levels should drop by at least 10-fold. By six months from the initiation of treatment, levels should be impossible to detect and remain so thereafter.
(Scientific Journal, Juillet 1998,69)

27La promotion du second argument en position de Co est directement influencée par le contexte, à savoir qu'il existe dans ces deux énoncés des relations anaphoriques entre les divers constituants. Il s'agit pour l'auteur dans (17) de caractériser les Popplewells, amis de longue date en dressant progressivement la somme de leurs différentes qualités dont le commentaire appréciatif impossible to dislike constitue l'aboutissement attendu. Le procédé est identique dans (18) : la critique littéraire commence par « distribuer les bons points » qui vont pleinement justifier, dans une ultime étape, le jugement sans appel et accrocheur impossible to put down. Quant à (19), il se passe de commentaire. On a en revanche pu observer que c'est un adjectif qualificatif à préfixe négatif (et non la structure en be impossible to) qui apparaît d'emblée dans l'énoncé lorsque n'a pas été préalablement tissé ce réseau de relations anaphoriques. Ainsi dans (20) :

(20) Max Beckmann's work is unclassifiable (et non impossible to classify), irreducible (et non impossible to reduce) to any of the vanguard movements that have marked the history of modern German painting. It is that of a loner, drawing from history and from his intimate reveries a meaning that could illuminate human destiny. (brochure Max Beckmann, « A painter in history », Centre Pompidou, 2002)

28Les adjectifs unclassifiable et irreducible figurent dès la première phrase de présentation de l'oeuvre de l'artiste et le commentaire explicitant le choix des deux adjectifs vient à la suite, contrairement à ce qui se passe par exemple dans les énoncés (17) et (18).

29d. Les contraintes sur la définition notionnelle du procès exprimé par le verbe ne sont pas plus fortes que pour la passivation

  • 5 Nous remercions tout particulièrement nos collègues Lilli Parrott et Athena Efstathiou ainsi que Ba (...)

30La structure X is impossible to V est acceptable aussi bien lorsqu'il s'agit de capacité intrinsèque de l'actant thématisé que de capacité conférée par les circonstances. En effet, il n'y a pas d'impossibilité lorsque le verbe renvoie à un procès tel que ce ne sont pas les propriétés de l'actant thématisé qui conditionnent la capacité. Ainsi John was impossible to see in the pitch-dark cellar (capacité conférée par les circonstances) est considéré par nos informateurs5 comme tout aussi recevable que A needle is impossible to find in a haystack.

31e. Effet discursif

32Soient les énoncés (21) et (22) :

(21) According to a shopkeeper, they went through the market forcing merchants at gunpoint to hand over money and gold. As patriots, we think we have some Cambodians to support us, said Khmer Rouge leader Khieu Samphan in an interview in Paris in August. The extent of active support for the Khmer Rouge in the countryside is impossible to judge, but interviews with peasants in the west and south of Cambodia indicate widespread passive support allowing the guerrillas to move around and gather food. (British National Corpus)
(22) The number of deaths is impossible to calculate. (two days after the floods in south-east France,
The Guardian, septembre 2002)

  • 6 Commentaire produit par un anglophone britannique dans une conversation privée.

33Le choix de la structure correspondant au schéma 2 dans (21) s'explique légitimement par le désir d'assurer la cohésion interphrastique, et ce, bien que le schéma 1 soit en principe toujours possible. Comme le bloc active support for the Khmer Rouge a des connotations positives, contrairement à impossible to judge, il est placé en début de phrase, ce qui permet de relativiser l'impossibilité dont il est question : « As impossible is coming at the end, it does not carry the same strength as if it were at the beginning. So by putting the positive first, you actually create a positive reception on the part of the listener/reader. It is a way of minimizing a negative impact » (6CP-GB).

34La même remarque s'applique à (22) : il aurait été bien sûr possible d'avoir It is impossible to calculate the number of deaths... mais pour notre informateur : « It is impossible to... is a much stronger negative and implies there is a fault with the people doing the calculating » (ibid.). Nul doute que ce choix énonciatif est à rapprocher une fois encore de celui de la voix passive dont Siewierska (1984) signale l'un des effets : « The choice of the passive creates a sense of distance, « ameliorating » the unpleasant effect of the statement being made.  »

3.2.2.2. Différence 2 : prédication de propriété et prépondérance de Qlt

35Soient (5), (6), (23) et (24) :

(5) This dish is impossible to eat; it is dynamite.
(6) The river is
impossible to swim across; it is full of sharks.
(23) Rendered or dashed walls can always benefit from a coat of good exterior wall paint, and surfaces which are already painted will probably need recoating every few years. If you have a good facing brick, it is generally best not to paint it or seal it with any kind of coating. Once on, paint is
impossible to remove... (British National Corpus)
(24) South America's famous clubs are massively in debt and must sell to Europe to survive, though much of the money paid in transfer fees ends up in private bank accounts. In effect, they are nursery teams for the European giants. Players constantly appear, shine for a while, and are then sold across the Atlantic. Continuity is impossible to maintain and results inevitably suffer(www.independent,co.uk)

  • 7 Uneatable est obtenu par dérivation adjectivale déverbale, au moyen du suffixe- able: « -able is ad (...)
  • 8 Il ne nous paraît pas inapproprié de rapprocher les énoncés du schéma 3 d'un énoncé « médio-passif  (...)
  • 9 Coates, 1995 parle de « disabling circumstances ».
  • 10 Ce n'est pas toujours le cas (cf. énoncé (13) supra : The Wasp Factory (being such a riveting book) (...)

36Une propriété est prédiquée du premier argument. (5) et (6) sont des énoncés qui caractérisent un Co spécifique. Ils sont à la frontière de deux fonctionnements puisque d'une part l'itération ne peut qu'être itération d'une Situation spécifique et que, d'autre part, elle fonde en même temps une propriété du Co validée à la fois pour toute Situation. On a, en définitive, affaire à la construction d'une propriété sous-tendue par l'existence d'une classe d'occurrences, et donc caractéristique de cette classe, soit la représentation (Qnt) Qlt. On a affaire à des énoncés de troisième personne renvoyant à la caractérisation d'un référent préalablement stabilisé dans le contexte (respectivement this dish et the river). Dans le premier cas, le type de plat dont il est question est posé comme « uneatable7  » et la possibilité du préfixe un-indique que l'on est dans une logique du tout ou rien. Cette appréciation qualitative est vue comme indépendante de tout mangeur spécifique8. Parce qu'il est central pour le propos tenu, le terme dish peut passer du statut d'argument 2 dans le schéma 1 à la fonction de Co dans le schéma 2. La nature de l'obstacle qui bloque l'actualisation de l'événement9 est chaque fois spécifiée dans le contexte. Ce type d'énoncé présuppose une valuation défavorable10 et donc un écart par rapport à la « bonne valeur » et à une norme préconstruite: dans (5), à l'adjectif uneatable correspond le préconstruit « TOO hot » et dans le titre de cet article, un énoncé comme John is impossible to teach présuppose un référent de John au caractère particulièrement difficile (« TOO difficult »). Il y a dans (23) et (24) renvoi à la notion-strictement Qlt-avec respectivement « paint » et « continuity ». Eu égard aux circonstances (propriété liée au type de produit, conditions d'application-revêtement extérieur-, etc....), il est préférable de ne pas utiliser de peinture. Dans (24) enfin, c'est la qualité de l'équipe qui pâtit des hasards du recrutement (constantly appear, shine for a while, and then are sold...) dans la mesure où le départ des joueurs favorise une instabilité chronique au sein des clubs. L'impossibilité est donc ici aussi liée au fait que les conditions optimales ne sont pas réunies : l'impossibilité de valider la relation prédicative est la conséquence des événements dont il est fait état dans le contexte gauche. Autrement dit, le cadre de référence est incompatible avec la validation de la proposition modalisée (i.e. Continuity can't be maintained). Le paramètre Qlt passe ainsi au premier plan : on voit transparaître la prépondérance du qualitatif sur le quantitatif, la problématique des occurrences se retrouvant à l'arrière-plan. Qnt apparaît en premier car il est fondateur et entre parenthèses pour indiquer que can ('t) ne suppose aucune stabilisation quantitative dans une situation donnée. Quant à Qlt, il ne figure pas entre parenthèses car, en tant que constitutive a posteriori d'une classe d'occurrences, la propriété que construit le modal est nécessairement stabilisée.

4. COMPORTEMENT DISSYMÉTRIQUE DE POSSIBLE/IMPOSSIBLE : TENTATIVE D'EXPLICATION

4.1. Les modalités du sujet et la valeur « possibility » de CAN

37Le terme possibility signifie que la nature de la possibilité n'est relative ni aux capacités du terme source ni à une source déontique, mais à des paramètres extérieurs (« external circumstances »). Au chapitre « Dynamic possibility », Palmer (1990, 85) rend compte d'un emploi de can qui est soit « neutral, i. e. simply to indicate that an event is physically possible, using the word « physical » in its widest sense to cover anything that enables or compels an event to occur » comme dans l'énoncé Signs are the only things you can observe (« Signs alone are observable ») soit « subject oriented » comme dans One thing you want to avoid, if you possibly can, is a present from my mother qu'il commente ainsi :

Does this example refer to the ability of the person to take avoiding action, or merely to the general possibility? It is not at all clear whether there is or is not an indication of the ability of the subject to perform the action. It is by no means always possible to distinguish between mere possibility and ability, i. e. between neutral and subject oriented possibility.

  • 11 cf. définition dans Les mots de la linguistique de Groussier et Rivière, 1996, page 187 : « D'une f (...)

38Le terme de subject est employé au sens de « sujet de l'énoncé11 » et renvoie au repère central de cet énoncé qu'est le thème, c'est-à-dire le premier argument du prédicat. Dans les modalités du sujet de Culioli, le degré de certitude de l'occurrence de procès en cause dépend du sujet de l'énoncé. Nous nous intéressons ici aux modalités de propriété : le terme fonctionnant comme sujet de l'énoncé a les propriétés nécessaires au déclenchement du procès modalisé de telle sorte que l'occurrence de ce procès est parmi les possibles. Pour Groussier (1993-4, 94-95) :

La capacité primaire est l'ensemble des propriétés de S, sujet de l'énoncé, soit intrinsèques, soit conférées par les circonstances, soit mixtes, constituant la condition nécessaire de l'appartenance au possible de la validité de la mise en relation de ce S et du procès en cause. Cette mixité est justement possible parce que l'opposition capacité intrinsèque/capacité conférée n'existe plus de nos jours.

39Dans John is impossible to teach, énoncé figurant dans le titre de l'article, on peut aisément faire apparaître le rôle de propriété de S dans une paraphrase du type « John is such that he can't be taught ». Cette glose permet par ailleurs de rétablir un passif court sans mention du complément d'Actant principal puisque ce dernier est indéterminé (« John is such that it is impossible for X to teach him »).

4.2. Construction de la négation

  • 12 Klein, 2001 : « The scale of possibility is closed by the absolute adjective impossible  ». Il en v (...)

40En termes de représentation graphique, les deux chemins vers p et p'sont ouverts avec can même s'il n'y a pas équipossibilité dans la mesure où le chemin vers p est privilégié. En d'autres termes, on est en présence de « I en tout cas » et rien n'est dit de l'altérité, ce qui ne signifie pas qu'elle n'existe pas. ÀI est associé un biais positif puisqu'il n'est pas défini en opposition à autre chose ; l'altérité demeurant implicite dans la mesure où elle n'est pas saillante ou pertinente pour l'énonciateur. Des énoncés tels que It is possible to teach John when he behaves himself ou It is possible to teach wild children ne sont recevables dans le cadre du schéma 1 que parce que l'on a construit une classe d'occurrences de situations pour le premier et pour le second une propriété différentielle qui détermine le terme children dans un paradigme de possibles. Partant des énoncés de type schéma 2 avec impossible, on remonte aisément au schéma prédicatif a r b en reconstruisant une image d'agentivité et la modalisation (can't) sous-jacentes, témoins de la proximité paraphrastique des énoncés considérés. Comme dans l'énoncé passif, le thème correspond au terme but de la relation primitive qui devient le terme de départ au niveau prédicatif : ici les propriétés notionnelles de ce terme permettent de poser la relation prédicative comme nonvalidable. La non-validabilité peut également être due à un élément extérieur comme dans John is impossible to teach at the moment; his coach is ill. Contrairement au caractère gradable de la notion de « possible », l'adjectif impossible12 est « sans appel » dans la mesure où il ne comporte pas de degrés (Rivière, 1991 et l'organisation du champ notionnel du « possible »). C'est la raison pour laquelle il joue le rôle d'élément stabilisateur de la construction. De là, l'irrecevabilité attestée par nos informateurs des énoncés de type schéma 2 avec possible tels que :

  • 13 Il est tout de même troublant que l'un de nos informateurs, par ailleurs linguiste, considère que c (...)

(10)* John is possible to teach.13

41Mais

(9) It is possible to teach John when he behaves himself, (repère permettant de poser une classe de Situations à parcourir) / French
(11)* This car is
possible to drive.

(23')* Once on, paint is possible to remove...
(26')* The number of deaths is
possible to calculate.

42L'énonciateur asserte la valeur positive du possible, sans pour autant renvoyer à une validation. D'autre part, on ne peut construire dans le cadre du schéma 2 une propriété du Co à partir de l'adjectif possible : le seul fait que les deux chemins sont ouverts est un facteur d'instabilité. En revanche, on a un choix net avec can't puisque la représentation de l'impossibilité dans le schéma se traduit par un blocage du chemin vers p : l'énonciateur asserte une impossibilité. Le modal can't (ou couldnt) marque que la validation de la relation dépend d'une propriété potentiellement vérifiable du terme a, ayant pour conséquence le non-possible. En d'autres termes, avec impossible, on supprime la validabilité d'occurrences quelles qu'elles soient et l'on n'a plus que la dimension qualitative. Toute validation étant exclue, il n'y a pas de degré possible. C'est par exemple le cas dans John is impossible to teach:

Avec can't, la négation nie la possibilité d'existence d'une occurrence positive. L'impossible n'étant autre que la représentation du vide, de l'inexistence, la classe, en l'absence d'occurrences, se ramène à l'ensemble vide. (Gilbert, 2001, 53)

43Avec possible, il y a validabilité d'occurrences (Qnt) mais on ne sait pas si cette validabilité mène à la validation.

4.3. Récapitulatif

  • 14 unexpected ou unusual, en anglais.

44Le schéma Ν is impossible to + base verbale se suffit à luimême sans qu'il soit nécessaire d'ajouter quoi que ce soit dans le contexte droit (on a vu qu'il en va tout autrement pour (9) supra où la recevabilité passe par l'ajout de l'opérateur de parcours when/whenever), dans la mesure où l'énonciateur pose qu'il existe un blocage qui empêche la validabilité de la relation prédicative. Autrement dit, la validation de cette dernière se présente comme contradictoire dans le cadre de référence défini par le contexte. La valeur de la propriété envisagée dans la situation où l'énoncé est produit exclut toute autre valeur possible : il y a élimination de l'altérité notionnelle. Puisque l'altérité est écartée, la valeur retenue a acquis sa stabilité référentielle. Le degré absolu de l'adjectif impossible est particulièrement compatible avec la construction d'une propriété du référent du Co, cette dernière n'étant pas par ailleurs perçue comme correspondant au type14 (cf. « l'écart » par rapport à la norme dont il est question dans 3.2.2.). La construction d'une classe d'occurrences de Situations avec impossible crée une discontinuité en réintroduisant la composante Qnt et attribue alors une propriété temporaire, sporadique au référent du Co sans rompre le principe de stabilité qualitative, contrairement à ce qui se passe avec possible.

4.4. Rappel : (ir) recevabilité de possible/impossible dans chaque schéma

-Schéma 1
/ah/à référence générique :
?? It is possible/* impossible to teach children.
It is possible/impossible to teach wild children. (propriété différentielle)
/ah/à référence spécifique :
It is impossible/?? It is possible to texh John.
It is possible to teach John when he behaves himself. (classe d'occurrences de Situations)
It is possible/impossible to teach John French.
It is impossible to teach John when he does not behave himself.

-Schéma 2
/ah/à référence générique :
* Children are possible to teach./* Even wild children are possible to teach.
* Children are possible to teach nuclear physics.
Nuclear physics is impossible to teach children.
Wild children are impossible to teach
.
Children are impossible to teach when they do not behave themselves.
/ah/ou/inanimé/à référence spécifique :
* John is possible to teach. (« It isn't John who ' s possible, but the potential of teaching John  », CP- GB)
*John is possible to teach when he behaves himself. (glose: « John is impossible to teach MOST OF THE TIME but he isn't when he behaves himself  »)
John was impossible to see in the pitch-dark cellar.
John was impossible to reach from so far away.
John is impossible to teach when he does not behave himself.
John is impossible to talk to (he won't listen).
A needle is impossible to find in a haystack.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUWERA VAN DER Johan, « On the semantic and pragmatic polyfunctionality of modal verbs », The Semantics/Pragmatics interface from different points of view, 1, Oxford, Elsevier, 1999.

COATES Jennifer, « The expression of root and epistemic possibility in English », Modality in grammar and discourse, 32, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 1995.

FUCHS Catherine, « Polysémie, interprétation et typicalité : l'exemple de pouvoir », Sémantique et Cognition : catégories, prototypes, typicalité, CNRS, 161-170, 1991.

GAUTHIER André, « * Salted food doesn't eat », Cahiers Charles V, 23, Université Paris 7-Denis Diderot, 1997.

GILBERT Eric, « Vers une analyse unitaire des modalités », Cahiers de recherche, tome 8, Paris et Gap, Ophrys, 2001.

GROUSSIER Marie-Line, « Histoire des verbes et locutions verbales indicateurs de modalités », séminaire de DEA, Institut d'Anglais Charles V, non publié, 1993-4.

GROUSSIER Marie-Line & Claude RIVIERE, Les mots de la linguistique, Paris et Gap, Ophrys, 1996.

GROUSSIER Marie-Line, « Arguments en faveur de l'hypothèse d'un actant principal en anglais et en français », Langues, vol. 2, 1, 30-37, John Libbey Eurotext, 1999.

GUILLEMIN-FLESCHER Jacqueline, « La prédication de propriété : Qlt et Qnt », Langage et sciences humaines : propos croisés », Peter Lang, 1995.

HEIDELBERGER Herbert, « Knowledge, certainty and probability », Inquiry, 6, Oslo, 1963.

HOYE Leo, Adverbs and modality in English, London and New York, Longman, 1997.

LEECH Geoffrey & Jennifer COATES, « Semantic indeterminacy and the modals », Studies in English linguistics, London, Longman, 79-90, 1980.

MALINIER Yves-Bernard, « Focalisation sur 1'actant principal dans les passifs « longs » », Cahiers Charles V, 30, Université Paris 7-Denis Diderot, 2001.

PALMER Frank, Modality and the English modals, London and New York, Longman, 1990.

RIVIERE Claude, « Les adjectifs de modalité en anglais », Cahiers de recherche, tome 5, Paris et Gap, Ophrys, 1991.

SIEWIERSKA Anna, The Passive: A comparative linguistic analysis, London, Croom Helm, 1984.

TANAKA Toshiya, « Semantic changes of can and may: differentiation and implication », Linguistics, 28, 1, Berlin and New York, Mouton de Gruyter, 1990.

Notes

1 Tout marqueur de modalité se définit par un couple de composantes Qnt et Qlt, dont chacune se caractérise par une opération sur le domaine notionnel auquel renvoie la relation prédicative.

2 Cette dénomination tient compte du fait que le traditionnel « complément d'Agent » ne renvoie pas toujours à un Agent (cf GROUSSIER 1999).

3 La grammaire générative parle de raising. À rapprocher des énoncés passivés à verbe principal introduisant un énonciateur rapporté et renvoyant à un jugement comme dans Nikola Sainovic is believed to have been in charge of the ethnic cleansing in Kosovo: le fait que le Verbe principal passivé est suivi d'une complétive infinitive implique qu'il y a co-référence entre le Co du Verbe principal et le Co du Verbe enchâssé. C'est le premier argument de l'énoncé rapporté qui devient le thème (ici Nikola Sainovic).

4 La thématisation est définie comme le fait, pour l'énonciateur, de poser un élément comme pré-repéré par rapport au couple énonciatif. C'est donc l'opération par laquelle un énonciateur pose comme repère constitutif de son énoncé un terme doté de cette double pertinence dans la Situation d'énonciation.

5 Nous remercions tout particulièrement nos collègues Lilli Parrott et Athena Efstathiou ainsi que Barry Scanes qui ont bien voulu se prononcer sur l'acceptabilité de ces énoncés et de ceux avec possible dont il est question plus loin (cf. 4.2.).

6 Commentaire produit par un anglophone britannique dans une conversation privée.

7 Uneatable est obtenu par dérivation adjectivale déverbale, au moyen du suffixe- able: « -able is added to verbs to form adjectives describing someone or something that can have the thing done to them which is described by the verb » (Collins Cobuild English Language Dictionary 1989). Le même dictionnaire donne pour uneatable la définition suivante dans laquelle figure un complément d'Actant principal indéterminé : « (food) that cannot be eaten by people ». Signalons ici qu'on a également trouvé le suffixe-ible, comme dans irreducible, « that cannot be reduced ».

8 Il ne nous paraît pas inapproprié de rapprocher les énoncés du schéma 3 d'un énoncé « médio-passif » tel que Chopin's pieces do not arrange easily (Gauthier, 1997 : 57) que l'on peut gloser par « It is not easy (for X) to arrange them » et dans lequel le deuxième argument Chopin's pieces (them) passe en position de sujet grammatical.

9 Coates, 1995 parle de « disabling circumstances ».

10 Ce n'est pas toujours le cas (cf. énoncé (13) supra : The Wasp Factory (being such a riveting book) is impossible to put down).

11 cf. définition dans Les mots de la linguistique de Groussier et Rivière, 1996, page 187 : « D'une façon générale, en l'absence de déterminations directement énonciatives, le Sujet de l'énoncé sera constitué, pour un prédicat donné, par l'actant principal du procès ainsi prédiqué ».

12 Klein, 2001 : « The scale of possibility is closed by the absolute adjective impossible  ». Il en va tout autrement d'un certain nombre de collocations qui figurent dans notre corpus. Citons par exemple almost impossible, virtually impossible et next to impossible qui font, bien sûr, partie du champ du « possible ».

13 Il est tout de même troublant que l'un de nos informateurs, par ailleurs linguiste, considère que ces énoncés avec possible non acceptables en début de discours (il y a unanimité sur ce point) perdraient vraisemblablement (?) leur astérisque dans le cadre d'une conversation entre A et B. Prenons deux exemples :
A : Most of these children are impossible to teach.
B?? : Well, JOHN is possible to teach. (contraste entre « most of these children » et «  John  »).
Ibid. pour * This dish is possible to eat :
A : This dish is impossible to eat.
B?? : No, that's not altogether true. If you hold your nose and drink a glass of water after each bite, then this dish is
possible to eat, especially if you don't mind spending the rest of the night in the emergency room.

14 unexpected ou unusual, en anglais.

Auteur

Enseigne à l’Université Paris VIII. Spécialiste de linguistique énonciative de l’anglais et, en particulier, de l’interface sémantique/syntaxe pour tout ce qui relève des formes dites « non canoniques » en anglais actuel.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540