Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Linguistique : négation, stratégies discursives et processus mentaux

Tradition vs. Modernité : doit-on nier la grammaire pour la faire ?

Henri Le Prieult

Résumé

Even though histories of science are more often than not written by the “victors of scientific warfare” (Murray 1994), one should be able to make as objective and acute an analysis of scientific rhetoric as possible. Based mainly on the detailed analysis of three examples of the scientific rhetorical negation of linguistic doctrines (Sextus Empiricus Against the Professors, Chomsky’s Cartesian linguistics and the debate beween Adamczewki and Boisson in 1999-2001), this paper attempts to give an account of the major devices used in the scientific debate in order to contradict, oppose and undermine an opponent’s theory.

Texte intégral

1Ce sont les figures de la négation sur le plan épistémologique qui nous intéresseront ici. Nier (à savoir, "refuser tout ou partie du prédicat que l'on reprend" — Dupriez 1980, 306), s'opposer, dépasser, désavouer, étendre, remplacer, réinterpréter, rénover, commettre une palinodie, autant d'actes qui s'inscrivent au cœur même du débat intellectuel, depuis qu'il nous en reste des traces. A travers trois exemples significatifs, il s'agira de tenter d'illustrer, sinon de comprendre, les mécanismes de la rhétorique scientifique d'opposition.

  • 1 "that is the victors of scientific warfare who write the histories enshrined in textbooks" (Murray (...)

2Comme le précise Charles Hockett à propos de Bloomfield, les relations entre les courants de pensée contemporains ne sont pas loin de pouvoir être assimilées aux relations institutionnelles de corps constitués ou de forces politiques : "[like the relation] of the House of Lords to the House of Commons: when it agrees, superfluous ; when it disagrees, obnoxious" (Hockett, 1965, 196). C'est bien l'enjeu de pouvoir, avec toutes ses connotations, sociales, économiques et politiques, qui lie les initiatives intellectuelles tout au long de l'histoire de la pensée occidentale (pour ne nous limiter, ici, qu'à celle-là). Les formes du conflit, la rhétorique de la négation ou du rejet empruntent les armes d'un affrontement réel dont les enjeux "révolutionnaires" ou "réactionnaires" marquent les étapes de l'historiographie. Mais ne faut-il pas rappeler, comme certains, que ce sont les vainqueurs qui rédigent les histoires ?1 C'est la raison pour laquelle l'enquête doit être minutieuse et prudente qui doit nous mener sur les traces de ces refus, de ces rejets et de ces négations pour en examiner, avant toute chose, les formes et les figures, afin de pouvoir commencer à en juger de la valeur épistémologique intrinsèque. Ainsi le conflit entre tradition et modernité ne se joue pas seulement dans les domaines notionnels et conceptuels, mais il repose, d'abord, sur une rhétorique propre, où la dénégation prend une part que je vais ici tenter d'éclairer à travers trois exemples.

1. CONTRE LES GRAMMAIRIENS

3C'est le titre d'un des chapitres de l'importante œuvre de Sextus Empiricus (médecin et philosophe sceptique du IIème siècle ap. J. C.), œuvre comportant onze volumes, dont l'un d'entre eux s'intitule "Contre les mathématiciens" (Against the Professors, dans la traduction de R. G. Bury, 1949) et comporte, en livre premier, le titre sus-cité, qui semble marquer un temps fort de la construction de la réflexion antique sur le langage.

1.1. Du commentaire a contrario

4C'est la définition de la grammaire qui est principalement visée par Sextus. La période alexandrine avait déjà connu de vifs débats à ce sujet. Denys Le Thrace avait alors défini la grammaire comme "un savoir portant sur l'essentiel de ce qui est dit chez les poètes et les écrivains". Cette définition à l'extension particulièrement large, inspirée par Aristarque, marquée par les deux niveaux selon lesquels s'exercent le métier de grammairien chez les Alexandrins (à la fois enseignement empirique et systématisation), amena, dès le deuxième siècle av. J. C., à un positionnement critique qui, tel celui de Cratès de Mallos à Pergame, s'attache à réfuter la position des grammairiens en se nourrissant d'un argumentaire proprement empirique. C'est cette position que le sceptique Sextus reprend à son compte, quatre siècles plus tard, pour donner plus de vigueur encore à la critique, au rejet, à la dénégation. Il porte deux objections, à la fois formelles et conceptuelles, à la définition de Denys. Globalement, son but est de récuser l'entreprise descriptive alexandrine qui visait à reconstituer le "système" de la langue.

5Il s'agit d'abord d'une critique portant sur le périmètre attribué à la grammaire elle-même. La définition de Denys contient en effet une forme de paradoxe. La grammaire y est présentée aussi bien comme un "savoir", un ensemble constitué, une science, mais qui porte sur "l'essentiel de ce qui est dit chez les poètes et les écrivains", sans se soucier, donc, d'exhaustivité ; aussi bien elle se veut profondément empirique ("ce qui est dit chez") mais se donne une visée systématique, qui paraît contraire à la visée empirique. Si l'on reprend les trois définitions suivantes, on se rend bien compte des enjeux représentés par l'étude de la langue :

i) La grammaire est la connaissance empirique de ce qui se dit couramment chez les poètes et les prosateurs. (Denys Téchnè 1, trad. Lallot)
ii) La grammaire est la connaissance empirique poussée le plus loin possble de ce qu'on lit chez les poètes et les prosateurs. (Denys selon Sextus Empiricus, Contre les grammairiens, 57)
iii) La grammaire est l'art (téchnè) de ce qu'on trouve chez les poètes et la connaissance (eidesis) des mots de l'usage commun. (Démétrius Chlorus, selon Sextus Empiricus, C. les gramm., 84)

6La comparaison des définitions (i) et (ii) met en place le cadre fondamental du statut épistémologique de la grammaire. Dans l'une, on se contente d'étudier les formes linguistiques courantes, les mots ordinaires ; dans la seconde, le grammairien s'efforce de laisser le moins de faits possibles hors du champ de son étude : la grammaire est présentée comme tendant à l'exhaustivité. C'est précisément autour de cette conception de la grammaire comme impeiria (connaissance empirique, activité non théorisée), soucieuse ou non d'exhaustivité, que se cristalliseront les débats des quelques siècles qui suivront. Plus encore, la définition (iii) se place dans le cadre plus large de la distinction platonicienne (Gorgias, 465a), puis aristotélicienne (Métaph. A 1, 981 a 1 - 982 a 3 ; Eth. à Nic. VI 3-4, 1139 b 14 ss.) entre empeiria, tékhnè et epistémè. Cette définition, citée par Sextus, serait celle d'un auteur du Ier siècle av. J. C. C'est l'époque où la définition de la grammaire comme empeiria commence à être fortement contestée et révisée, et où l'on se plait à lui substituer le terme plus ambitieux de tékhnè. Certains commentateurs voient dans cette révision les premiers signes de l'éclosion d'une "nouvelle science" prenant le relais de la grammaire philologique d'Aristarque et de ses disciples (dont Denys), avant tout subordonnée à l'édition et à l'interprétation des textes. La nouvelle grammaire se caractérise par son projet d'analyse systématique de la langue. La tradition retiendra finalement la définition de la grammaire comme art (tékhnè), le plus souvent rangée au rang des "arts mixtes" avec la médecine.

7Mais la deuxième objection portée par Sextus est plus importante encore. Si le grammairien tend à obtenir une description exhaustive de la langue, il doit prendre appui sur un outil qui lui permet de mener une démarche descriptive à partir d'un nombre limité de catégories. C'est le principe de l'analogie qui joue ce rôle essentiel, puisqu'il permet de dégager des régularités applicables en toutes circonstances, quelles que soient les singularités apparentes des phénomènes langagiers. Cependant, si l'analogie règne en maître sur les catégories linguistiques descriptives, qu'en est-il de l'usage ? L'analogie doit être alors perçue comme a priori génératrice de l'établissement d'une norme linguistique qui sous-tend la vision même de la langue comme système. Ce qui ne relèverait pas du système, qui ne pourrait être réglé par la régularité analogique, devrait être exclu de la langue. Ce penchant normatif, pourtant inspiré des meilleures intentions, fruit d'une méthodologie propre, est reproché aux grammairiens dès la période alexandrine, et Sextus ne va qu'amplifier, en la reprenant, cette objection.

1. 2. La rhétorique de la négation

8Mais il faut, maintenant, s'attacher plus spécifiquement à la lettre du texte de Sextus sur ces récusations grammaticales. Le premier acte du discours consiste à s'appuyer sur une autorité plus ancienne, et fonder ainsi la force de la critique. En convoquant Epicure, il ramène en effet la problématique à un cadre théorique antérieur, la confronte à une antiquité (certes, relative) qui permet de l'éclairer sous le jour de la méthodologie ; tout comme de consolider la déconstruction de l'argumentaire qui suivra. Une fois ce principe méthodologique avancé, Sextus examine directement la définition de la grammaire telle que Denys l'a posée. Puis, successivement, il va enchaîner les objections qui, soit sont constituées de contestations des termes de cette définition, soit s'accrochent à des définitions ultérieures et à leur aménagements de la notion de grammaire (Ptolémée, Asclépiade, Charès et Démétrios). Le texte de Sextus est véritablement rythmé par cet enchaînement de récusations et d'objections, sans pour autant qu'une contre-proposition ferme n'émerge. Il s'agit essentiellement pour lui de rejeter, de prouver que les définitions jusque-là produites ne sont pas valides. Il se sert de quelques arguments récurrents, et relativement simples, pour mener à bien ces objections. Elles sont d'abord ancrées sur une série de paradoxes. Par exemple celui qui oppose empeiria et téchnè, c'est-àdire la connaissance fondée sur une pratique non théorisée à la connaissance théorisée organisant des objets en système et capable de produire des lois. Des diverses propositions d'une définition de la grammaire qu'il relève, il ne semble pas pouvoir se dégager un parti sain. Et cela, principalement, du fait d'un second paradoxe, que l'on peut nommer celui de l'exhaustivité. Connaître nécessite la délimitation d'un objet connaissable. Or l'infini de la langue (que la pratique non théorisée nous soumet) ne semble pas pouvoir être systématisé par la science, à moins de parvenir à une normativité qui fait sortir le grammairien de son rôle de scientifique, puisqu'il deviendrait, à ce moment-là, prescripteur.

9Un autre procédé, utilisé avec une certaine libéralité par Sextus, consiste à introduire, dans le cours de la récusation, des sentences ou maximes qui donnent son orientation au raisonnement, sans pour autant avoir été soumises au même crible critique. Ainsi l'on trouve des principes soutenus sans faillir comme "la grammaire n'est rien sans le grammairien" (C. les gramm., 75 — qui sert à réfuter la définition d'Asclépiade qui voulait différencier l'imperfection de la connaissance du grammairien en contraste avec la perfection de la connaissance du tout par la grammaire), ou encore "la science est la clôture de l'indéterminé" (ibid., 81) ou "il est impossible de percevoir un objet scientifique avec un instrument non scientifique" (ibid., 83) qui servent toutes deux à récuser la définition de Charès.

10On le voit, il s'agit là de procédés classiques, relevant de la rhétorique simple et qui sont complétés, à l'issue du raisonnement, par la convocation d'un autre artifice, lui aussi peu original, la conclusion inconclusive (ibid., 90). Sous couvert d'une humilité proclamée et de fortes concessions se cache la charge définitive et la révocation globale du champ examiné. Contre les grammairiens, en effet, et seulement contre.

11Il faut sans doute à ce stade, après cet exemple antique, reprendre, avec le recul aujourd'hui acquis, les conclusions de Thomas Kuhn dans son important ouvrage sur les Révolutions scientifiques. Murray (1994, mais aussi 1980a, 1980b, 1983 et 1985) en fournit une réinterprétation anthropologico-sociologique en tout point stimulante. Il s'inspire non seulement de Kuhn mais aussi de Griffith et Mullins (1972) et de Nisbett (1969 et 1976) pour aménager la problématique des révolutions scientifiques, et tenter de la dépasser en recherchant des outils descriptifs des états dits "normaux" d'une science donnée, opposés aux états dits "révolutionnaires". Une science sociale comme la linguistique peut ainsi chez Murray être décrite dans le cadre géographique donné des Etats-Unis d'Amérique du Nord en tirant pleinement profit des outils de la sociologie et de l'anthropologie.

2. DES RACINES ET DESCARTES (CHOMSKY 1966)

12Ce texte a pourtant été très vite l'objet de farouches critiques tant sur le plan théorique que de la méthodologie historique. Il est inutile de rappeler ici les contre-arguments qui ont été développés dans des articles ou des ouvrages qui ont paru dans la décennie suivante, depuis Aarsleff (1970 et 1971), qui contestait la vision historique du'"Professor Chomsky", jusqu'à Bouveresse (1979) qui s'attaquait au mythe de la "linguistique cartésienne" sur le mode balzacien. L'ensemble de ces débats est assez bien résumé par Hagège (1976, 30) à propos de "l'ignorance sélective" des générativistes. Sélectivité du savoir, que les anglophones pointeront, dans la même période, à l'aide de l'expression "eclipsing stance" (Voegelins, 1963) pour stigmatiser la capacité à faire l'impasse sur les pères et les prédécesseurs ou à en présenter une réinterprétation manifestement biaisée, afin de servir l'autorité des positions théoriques nouvelles. En revanche, il semble que les historiens se soient peu attachés à relever la lettre et la mécanique argumentative du texte lui-même de Cartesian Linguistics.

2.1. Précautions oratoires : la méthode du discours

13La linguistique cartésienne (dès lors CL) révèle tout d'abord un propos hautement précautionneux sur l'histoire et la méthode historiographique. Ainsi l'histoire de la linguistique est jugée alors par Chomsky "in a sorry state" du fait de ces traitements antérieurs peu amènes. Deuxième paramètre du raisonnement : c'est précisément l'immensité de ce chantier historique (dont la perspective est encouragée avec la bienveillance du sage, mais dont l'incomplétude est alors donnée comme le fruit d'un traitement antérieur mal avisé), qui justifie la modestie du périmètre du projet chomskien (CL 1-2). Qu'on ne s'y trompe pas : il ne faut pas lire ici seulement une justification, celle de l'ambition modérée de son essai, mais aussi une condamnation a priori de toute tentative un tant soit peu exhaustive d'étude de la "linguistique cartésienne". Chomsky s'appuie sur ces arguments, en fait, sur ce seul argument négatif peu étayé, pour annoncer une démarche qui se limitera à "une esquisse à l'ambition volontairement limitée".

14Restait à forger une expression, désormais fameuse, mais qui n'était pas alors évidente, celle de "linguistique cartésienne". Le caractère non immédiat de cette expression pourrait se lire dans la relative neutralité que révèle son introduction dans le texte. Néanmoins, son emploi est direct et libre dès les premières lignes de l'ouvrage, sans parler du titre éponyme, seulement tempéré du soustitre prudent : "A chapter in the history of rationalist thought". C'est dans une note (n° 3, 75) que Chomsky s'arrête un instant sur sa légitimité même. Il y annonce que les auteurs qu'il convoque sous cette bannière ne se sont jamais revendiqués comme appartenant à un même courant. Il s'agit donc d'un "construit" qui renvoie à une "constellation" d'idées et de centre d'intérêts. Chomsky est bien conscient des limites de la formule. Il accepte l'objection des origines antérieures, il accepte le fait que ceux-là mêmes qu'il a inclus sous cette appellation s'y seraient refusés, il concède, enfin, que les quelques remarques de Descartes sur le langage sont largement sujettes à interprétations divergentes. L'enjeu n'est pas ici, on l'entend bien. Ce qui compte c'est "déterminer la nature exacte" d'idées anciennes, "évaluer leur signification contemporaine" (et non "moderne", on le verra plus loin) et "les amener à féconder l'étude du langage" (CL 3). Ceux-ci semblent, en effet, des objectifs honnêtes, rigoureux et qui pourraient ne pas s'embarrasser davantage des quelques inconvénients induits par une expression sans doute maladroite. Il n'en reste pas moins vrai que l'expression est forgée, répétée et reproduite de page en page, en dépit de ces précautions oratoires et méthodologiques que l'on peut juger majeures. Quel est donc, sous couvert d'une formule avouée comme inappropriée, l'enjeu réel de ce texte, s'il ne s'agit pas de rendre totalement hommage aux penseurs du passé ?

15Pour le savoir, il faut, à nouveau, s'intéresser à la lettre du discours et en comprendre ainsi mieux la méthode. Attachons-nous, en particulier, à l'armature narrative du propos historicisant et examinons les circonstants ou locutions temporelles qui servent à le rythmer. La linguistique est d'abord, pour Chomsky, "moderne" avant d'avoir été tout court. Mais l'âge moderne (encore faiblement défini Hans les premières pages) se caractérise surtout par le traitement défectueux qu'il a pu commettre des idées antérieurement proposées, dans une période qui est soit appelée "traditionnelle", soit "prémoderne", soit encore "antérieure" (earlier). A ces deux temps (le prémoderne et le moderne) s'oppose l'âge dit "contemporain" (contemporary, present, current). Lorsque la phraséologie s'installe, elle se dévoile. Elle révèle, par exemple que l'adjectif modem est accolé à des expressions du type "the defects of modern linguistic theory" (CL 55), ou encore "they are unsatisfying, just as modem linguistic description" (CL 58). Plus loin, il est question de "modern behaviorist speculations" (CL 80) ou encore de "failure (...) typical of modern linguistics" (CL 82). Progressivement, presque insidieusement, la linguistique "moderne" s'incarne : dans la figure de Bloomfield tout d'abord, puis de Hockett, puis de H. Paul, de Saussure et de Jespersen, d'une certaine façon, dans le courant structuraliste (CL 26). Sont ainsi opposés des penseurs du XVIIIème et du XIXème siècle aux penseurs du début du XXème siècle. La période "moderne" serait donc celle qui s'étend sur la première moitié du XXème siècle. Parallèlement, la période dite "contemporaine" ne manque pas davantage de s'incarner. C'est bien la théorie générative qui est jugée comme telle. Les "current works", les "questions of current interest", ce qui se passe "at present" ce sont les conséquences théoriques des premiers travaux chomskiens. Il s'agit dont d'un cri de ralliement. C'est Chomsky qui parle depuis un aujourd'hui auto-défini et jette l'opprobre sur un âge "moderne" taillé sur mesure pour recevoir l'invective.

2.2. La négation en creux

16Il semble donc inscrit au cœur même du discours historicisant sur la "linguistique cartésienne" un objectif implicite : celui de donner à voir une histoire de la linguistique "contemporaine" et de situer, dans ce cadre, l'exacte place de la linguistique dite "moderne". L'amalgame, la concaténation des idées et des individus sous un même chapeau générique ("cartésien", "moderne") semble produire tous ses effets ici. En fait, le but de l'essai est avoué en termes qui se veulent clairs dès les premières lignes (CL 2). On y décèle bien l'enjeu : il s'agit de considérer certaines idées (et certaines seulement) en isolation, et de les ramener à l'époque contemporaine pour en déterminer la "signification" (terme hautement ambigu et non anodin). Même s'il dit ne pas vouloir s'occuper de la "transmission" des idées, il s'agit bien de nourrir un corps théorique donné. Par ailleurs, la note 3 révèle un autre enjeu non explicite, comme a contrario, qui consisterait à mettre en difficulté un autre corps théorique :

A study of this sort could profitably be developed as part of a more general investigation of Cartesian linguistics as contrasted with a set of doctrines and assumptions that might be referred to as "empiricist linguistics" and illustrated by modern structural and taxonomic linguistics... I will not attempt to develop this distinction any more fully or clearly here, however. (CL 76)

17Mais entrons dans l'essai lui-même, pour ne pas se satisfaire des déclarations d'intentions, et lire dans le développement même du raisonnement les implications et les enjeux théoriques. Le titre premier (pp. 1-31) traite de la "créativité" du langage. Pour révéler et alimenter historiquement cet aspect, Chomsky s'appuie sur le texte même de Descartes dans le Discours de la méthode, tout particulièrement (et quasi-exclusivement), sur la fin de la cinquième partie. La conclusion qu'il en tire tient au fait que la créativité doit retrouver une place centrale dans les concepts qui permettent l'appréhension des phénomènes langagiers. Il pousse cependant un peu plus loin son propos en empruntant une terminologie non innocente pour l'époque :

In short, then, man has a species-specific capacity... and which manifests itself in what we may refer to as the "creative aspect" of ordinary language use — its properties being both unbounded in scope and stimulus-free. Thus Descartes maintains that language is available for the free expression of thought or for appropriate response in any new context and is undetermined by any fixed association of utterances to external stimuli or physiological states (identifiable in any noncircular fashion). (CL 4-5, je souligne)

18La créativité langagière n'est pas limitée, certes, mais elle est surtout, "stimulus-free", c'est-à-dire, car le terme de "stimulus" n'est pas nouveau aux Etats-Unis au milieu du XXème siècle, qu'elle ne peut être décrite par le schéma béhavioriste que les structuralistes ont développé et formalisé à travers les écrits de Bloomfield (Language, 1933). La récurrence de l'emploi du terme "stimulus" pour décrire les qualités et les caractéristiques de la créativité langagière est frappante, par exemple dans la note qui commente les lignes qui viennent d'être citées (note 8, 77-78). Le contrôle comportemental par le biais de stimuli relève, c'est Descartes qui le précise, du domaine de l'automate, pas de celui de l'homme. Dont acte. Mais ce n'est plus le propos de Descartes sur les facultés humaines qui est ici visé :

For our purposes what is important in this is the emphasis on the creative aspect of language use and on the fundamental distinction between human language and the purely functional and stimulus-bound animal communication systems, rather than the Cartesian attempts to account for human abilities. (CL 9)

19Le projet devient dès lors plus explicite. Peu importe ce que voulait prouver Descartes, ou ses "disciples" (s'il en fut), ce qu'il importe de dire ici c'est que les structuralistes se fourvoient en réduisant le langage humain au cadre béhavioriste. Ce qui conduit tout droit à une charge explicite de Bloomfield et de Hockett (pp. 10-11 et notes 21 et 22) qui auraient seulement délimité la créativité du langage à l'aide du principe d'analogie et ramèneraient les processus d'acquisition à l'entraînement, à l'imitation et à l'habitude. En résumé : "the failure to consider the linguistic mechanisms that determine the meaning of the ordinary, generally quite novel sentences of everyday life is typical of modern linguistics" (CL 82) — c'est-à-dire, on le sait à ce stade, de la linguistique structurale américaine. Une fois les accusations portées et le véritable enjeu théorique et épistémologique dévoilé, même si ce fut à demi-mot, le premier titre de l'essai peut donc se terminer sur une conclusion synthétique qui retrouve une forme plus générique et les accents pro-cartésiens de l'introduction (quoique l'œil du lecteur soit désormais averti des implications de certaines occurrences terminologiques).

  • 2 Il n'est pourtant pas anodin de signaler que la "reconstruction" historique ne survit pas à une rel (...)

20Le titre deux de l'essai (pp. 31-51) porte sur une deuxième thèse centrale des théories génératives et transformationnelles de l'époque : les structures dites "profondes" et "de surface". Je ne reviendrai pas sur les abondantes critiques qui ont mis en question le détail de cette deuxième partie du raisonnement et des références historiques chomskiennes2. Mais il semble que cela ne disqualifie pas l'intention sous-jacente de l'essai, le fait que la "linguistique moderne" a failli à reconnaître les mérites des "cartésiens". Plus encore, leur limitation des phénomènes observables à la surface, aurait amené les modernes à juger comme absurde toute tentative (pourtant présente dès le XVIIIème) de découvrir et de caractériser la structure profonde et d'étudier les règles transformationnelles qui la relient à la forme de surface (CL 51). Mais c'est surtout le cadre général sur lequel se sont appuyés les structuralistes américains qui semble avoir faussé leur jugement :

The modem disparagement of traditional linguistic theory develops, not only from the decision to restrict attention to surface structure, but also, quite often, from the uncritical acceptance of a "behaviorist" account of language use and acquisition, common in its essentials to several fields — an account that seems to me to be pure mythology. (CL, note 94, 104)

21Le titre trois de l'essai (pp. 52-59) amène à préciser, si cela était nécessaire, les accusations implicites et néanmoins centrales à l'encontre des structuralistes. Le thème en est la méthodologie descriptive et explicative propre à la linguistique. Il s'agit d'une pause dans la revendication de l'héritage de la grammaire générale. En fait, la "grammaire raisonnée" ne le serait pas suffisamment, et la critique "moderne" qui leur reprochait un excès de rationalité est prise à contre-pied, même si cela revient à miner l'intérêt même que lui porte le générativiste Chomsky :

... the tradition of philosophical grammar is... insufficiently "raisonnée"... their work is purely descriptive... one is constantly struck by the ad hoc character of the analysis... What is missing is a theory of linguistic structure... Although the examples... often seem quite plausible, they are unsatisfying, just as modem linguistic description... (CL 57-58)

22Mais comme il ne faut justement pas se laisser emporter par la critique du structuralisme, et retourner le profit du regard rétrospectif, la conclusion du titre trois est plus amène :

Despite these shortcomings, the insights into the organization of grammar that were achieved in Cartesian linguistics remain quite impressive, and a careful study of this work can hardly fail to prove rewarding to a linguist who approaches it without prejudice or preconceptions as to the a priori limitations on permitted linguistic investigation. (CL 59)

23L'essai se termine par deux pages de conclusion en forme de résumé ("summary", pp. 72-73) qui permettent de poser la question de la cohérence du discours et de la dynamique induite par celui-ci, une fois le raisonnement abouti. Le propos de Chomsky s'articule autour de trois axes. Tout d'abord, il convient de rappeler une dernière fois que le "century of genius" a été trop longtemps délaissé et que sa préfiguration de la grammaire générative et transformationnelle doit désormais lui permettre de retrouver toute l'attention des chercheurs et des historiens. La deuxième conclusion est plus implicite. Elle traite, comme le contenu de l'essai, de l'approche structuraliste :

Contemporary work has finally begun to face some simple facts about language that have been long neglected, for example, the fact that the speaker of a language knows a great deal that he has not learned and that his normal linguistic behavior cannot possibly be accounted for in terms of "stimulus control", "conditioning", "generalization and analogy", "patterns", and "habit structures" or "dispositions to respond", in any reasonably clear sense of these much abused terms. (CL 73)

24La linguistique "contemporaine", par le pont que Chomsky établit avec le passé, peut donc être définitivement sevrée de celle qui l'a immédiatement précédée, qui se trouve, quant à elle, comme annulée en une parenthèse d'errance et de confusion.

25Mais la troisième conclusion de Chomsky est en tous points énigmatique. Lorsqu'il rappelle que l'étude qui vient d'être menée est "très fragmentaire" et, d'une certaine façon, "trompeuse" ("misleading"), que veut-il laisser à ses lecteurs ? Quel est, au final, l'objectif de cet ouvrage ? Sur le plan scientifique, il se plaît à en miner les bases. Il dit qu'il a commis des omissions impardonnables (Kant, entre autres), qu'il a souvent mal servi les auteurs qu'il a cités ("inadequatly discussed"), il va même jusqu'à dire que l'essai amène à une certaine "distorsion" en projetant dans un passé innocent des idées contemporaines, plutôt qu'en respectant les données historiques et en les présentant en contexte. On peut donc difficilement admettre, après de tels aveux, que l'objectif scientifique suffirait à justifier l'ouvrage. Peut-être, alors, doit-on se prêter à envisager un objectif plus programmatique. Chomsky lui-même semble suggérer la nécessité, pour la génération qu'il conduit, de l'approfondissement de la démarche historique, la nécessité de mener à bien une recherche qui n'emprunterait pas les raccourcis auquel il a lui-même consentis de mauvaise grâce. Mais ce serait une perception sans doute par trop ingénue. Je crois qu'il faut aller jusqu'au bout de la conclusion chomskienne et la lire comme le texte de l'essai nous a appris à décoder la charge sous l'hommage. Il s'agit d'un pamphlet, d'une objection fondamentale à ses pères et à certains de ses contemporains (dont Z. S. Harris), d'une négation de la linguistique "moderne", pour permettre l'installation de la linguistique "contemporaine". Le passé, "cartésien" ou non, n'en serait que le prétexte.

3. LA RHÉTORIQUE DES DÉBATS MODERNES

26Il me faut, pour conclure, me tourner brièvement vers la période actuelle, en France, dans le domaine énonciativiste. Les échanges des énonciativistes français, anglicistes ou non, sont tout aussi vifs et libres de ton. Comment abordent-ils le passé et la tradition ? Je ne prendrai qu'un exemple de ces échanges pour aborder une autre forme de la négation épistémologique. Pour faciliter l'analyse, je me limiterai à un "dialogue" récent qui, au travers du même canal de diffusion (la revue Anglophonia et son volume annuel consacré à la linguistique, "Sigma"), présente les caractéristiques d'un observable strict. Boisson et Adamczewski ont en effet entretenu, par le biais d'articles en écho (Boisson 1999, Adamczewski 2000, Boisson 2001), un échange strictement académique, que les quelques pages des articles produits permettent de cerner sur le plan formel et rhétorique.

3.1. Les termes d'un débat

27Lorsque l'on s'attache à lire ces trois articles avec le recul nécessaire, sans se laisser prendre dans le courant de l'argumentaire proprement scientifique, et que l'on ne retient que les paramètres qui conditionnent l'échange intellectuel, on arrive à pointer un certain nombre d'éléments qui, implicitement, conditionnent fortement le propos argumentatif lui-même. Le premier de ces facteurs relève du degré de personnalisation du discours. On connaît le niveau de prise de parole d'Adamczewski dès ses premiers écrits. Boisson 1999 renvoie directement à cette prise de parole, et s'adresse à Adamczewski en maniant aussi bien le "je", le "nous" universitaire, que des formules impersonnelles. Cela amène Boisson, en chemin, à proférer des sentences définitives et que le discours assume complètement, malgré l'absence d'un marquage d'attribution à un énonciateur donné : "tout vacillement sur ce concept constitue ipso facto une erreur fondamentale" ou "la diffusion de ces illusions nuit à la clarté de la pensée grammaticale dans notre pays".

28On le conçoit, le style scientifique ne peut se dédouaner des outils et des modèles rhétoriques du discours public (revendication atténuée de la première personne du singulier sauf lorsqu'il s'agit d'expliciter la méthode empruntée ou les choix effectués, recours à la première personne du pluriel pour atteindre un niveau argumentatif et phatique plus satisfaisant. Appui, enfin, sur l'impersonnel pour fondre le sujet et atteindre à une certaine dé-personnalisation du discours, condition première de sa force de conviction scientifique).Il s'agit néanmoins d'un propos qui vise à critiquer, déconstruire, analyser une théorie spécifique qui se trouve incarnée par un autre individu (Adamczewski et ses élèves, ainsi que, dans une "très faible mesure", Culioli).

29La réponse d'Adamczewski se veut explicitement une "réponse". Malgré les signes d'un échange direct, l'auteur va s'ingénier à distancier les instances. Il est question de Claude Boisson (parfois même de C. B.) de façon très directe et répétée. En revanche, la revendication par Adamczewski de son propre discours est plus subtile. Le début de l'article amène le lecteur à être pris dans un réseau de références assez complexe : "La "linguistique anglaise" dont il est question chez Boisson est essentiellement la linguistique anglaise selon Adamczewski, comme l'annonce clairement 1'abstract en langue anglaise qui figure en tête de la prestation" (ibid., 249). Ici, dès les premières lignes, l'homme s'efface derrière son patronyme. Les prénoms ne semblent pas avoir le même statut, et cela renforce l'effacement du "je" derrière la figure à laquelle il est fait référence par l'intermédiaire du nom propre. Le "je" est pourtant bien présent, ne serait-ce que dans l'attribution distanciée et faussement objective du terme "prestation". C'est bien Adamczewski qui signe les lignes qui suivent, malgré une distanciation maintenue, par la réduction aux initiales "H. Α.". En revanche, Boisson est pointé du doigt, l'attribution des propos soulignée ("selon lui"), la mesure de l'offense dévoilée ("va jusqu'à suggérer"), la portée de l'outrage incarnée par le choix d'un terme symbolique culturellement ("débaptiser"), et, paradoxalement, la relativité et le caractère véniel de l'attaque suggéré (il n'est question que d'"étiquette").

... le paradoxe entre l'érudition époustouflante de l'auteur dans le domaine de la logique... et la pauvreté de son information en linguistique anglaise, paradoxe d'autant plus choquant que la raison d'être de la première partie, consacrée à la logique, est d'amener une seconde partie qui est une mise en question systématique de la grammaire anglaise telle qu'elle apparaît dans les écrits d'Henri Adamczewski. En effet les points de vue qui sont la cible des assauts appuyés et répétés de C. B. ne sont plus d'actualité depuis pratiquement vingt ans ! (ibid.)

30La charge est rude, seulement en apparence adoucie (mais en fait argumentativement renforcée) par la convocation du "lecteur linguiste", c'est-à-dire d'une instance qui va tout à la fois pouvoir être dûment sélectionnée et servir de couverture pour dépersonnaliser tout en l'universalisant la critique directe et brutale sur la compétence. On se situe, dès ces premières lignes, à un niveau de fusion du personnel et de l'impersonnel particulièrement élevé. Il semble en apparence ne s'affronter que des instances, des figures emblématiques de positions théoriques. Le "je" est absent du discours alors que la charge est personnelle, le propos empreint de subjectivité (le point d'exclamation), personnelle sans nul doute comme a été perçue l'agression, et sans doute comme elle a été conçue. Mais le "je" ne tarde pas à confirmer sa présence, selon des modalités non moins subtiles. Et s'il s'avance ici à terrain découvert, comme irrépressiblement, ce n'est pas pour autant sans s'entourer, et, il faut le noter, non plus du sous-ensemble précédemment convoqué, celui des "lecteurs linguistes", mais de celui, plus resserré, et plus fidèle encore, de "tous ceux qui ont suivi de près le développement de [la] théorie". Cette "théorie" réacquiert son indépendance impersonnelle, quelques lignes plus bas, lorsqu'il s'agit d'en évoquer la progressive, mais néanmoins rapide, évolution. Au passage, le moi revendique, même si c'est en se défaussant complaisamment sur autrui ("ils n'ont pas tort"), une certaine bravoure (voir le terme "brûlot" environné de "marier", "inaugurer", "inédit"). Un moi revendiqué donc, entouré d'un groupe de partisans. Mais qui sait manier avec rigueur son autorité et peut aussi renier ses propres fils spirituels ou certains produits de la recherche couramment dévalorisés (les "manuels"), comme le montrent les lignes qui suivent. L'effacement peut alors, à nouveau, se matérialiser ("autrui") lorsque la charge reprend et devient radicale. L'érudition ne serait que de façade et le contrevenant aurait manqué aux plus élémentaires des devoirs. L'hallali peut alors être ordonné, non sans convoquer des composantes sociales et culturelles hautement marquées, non sans, au passage, laisser le moi affleurer dans un exercice d'appropriation conceptuelle explicite. D'abord il est reproché de détruire gratuitement ("aucune contre-proposition"), puis intervient l'accusation de réaction (selon une vision téléologique d'un progrès nécessaire de la pensée), ensuite le grief de l'autarcie. C. Boisson n'aurait de ce fait pas l'autorité pour parler comme il parle. Il doublerait cette attitude inconstante d'une agressivité caractérisée dont l'offensé se défend. Adamczewski reprendra d'ailleurs par la suite, à plusieurs reprises, un terme introduit dans cette introduction, celui de "censeur" et qu'il serait naïf de ne pas recevoir dans toutes ses connotations culturelles et historiques.

3.2. Le cadre du débat

31Au-delà de la lettre de cette "réponse", qui sera elle-même la cible, l'année suivante, d'une seconde attaque de Claude Boisson (répondant point par point et avec beaucoup de précision), il faut s'attacher aux implications de la présence d'une telle rhétorique au cœur même de l'échange universitaire contemporain. On l'a vu à l'instant, la personnalisation du discours semble constituer un premier pôle irréductible de fixation des idées et des théories. Nier un système théorique revient à s'attaquer nommément à son "auteur", tant il paraît impossible de n'entrevoir ce système autrement qu'incarné. Voir ses idées, ou celles que l'on a reprises, l'objet de critiques, revient, par un même mouvement, à se trouver personnellement attaqué. L'incarnation des idées, des concepts, ou ne serait-ce que de la terminologie (tant il est difficile pour un individu de laisser une trace sensible à un niveau plus ambitieux) ne semble pas pouvoir être, aujourd'hui encore, soumis à une réévaluation. Culturellement, historiquement et sociologiquement, les modes de publication des écrits, le statut de l'auteur, le fonctionnement de nos institutions conditionnent et consacrent tous à la fois cette incarnation qui fige le tableau, fixe les données et permet à l'esprit humain d'organiser chronologiquement les soubresauts d'une discipline. L'incurie historique, ce que les anglophones, je le rappelais, ont dénommé "eclipsing stance", poursuit son œuvre aujourd'hui, et cela de l'aveu même des protagonistes. Adamczewski reproche à Boisson son "ignorance", Boisson rappelle à Adamczewski de façon appuyée l'origine des concepts qu'il emploie et se prévaut du "succès social" de la terminologie métaopérationnelle pour en entreprendre une "estimation rigoureuse de [la] légitimité scientifique" (Boisson 1999, 165). Comment concilier tradition et modernité, et répondre au vœu général, même s'il peut être, chez certains, peu sincère ? Sans doute pas en poursuivant le processus, certes antique, de personnalisation du discours scientifique tel que nous pouvons le constater, au moins dans les écrits relatifs à la linguistique angliciste.

32C'est justement l'expression disciplinaire de "linguistique angliciste" qui cristallise le deuxième pôle fédérateur de la modernité. La disciplinarité a, dans l'histoire des sociétés occidentales, rarement connu l'ampleur que nous constatons aujourd'hui. Chacun se doit de s'identifier à une discipline, à une sous-discipline, voire à une sous-sous-discipline. L'encyclopédisme est ramené à une érudition flatteuse, lorsqu'il n'est pas explicitement dénigré ou jugé comme miné par la prolifération contemporaine des sources d'information, des modes et des conditions d'accès, comme des données elles-mêmes. La personnalisation des idées amène, plus encore, à la fondation de champs nouveaux, de redécoupages incessants et à l'établissement de modèles nécessairement en opposition. Il convient de délimiter son terrain, non plus transversalement, en joignant des espaces jusque-là étrangers, mais par l'annexion, le rejet, la négation de la situation antérieure.

33Pour illustrer ce propos général et proprement générique, tournons-nous vers l'exemple examiné ici. Le lieu d'affrontement des deux auteurs Boisson et Adamczweski se trouve précisément structuré par ce second pôle. Il va être question d'opposer linguistique anglaise et linguistique générale, linguistique à logique, grammatical à extra-linguistique, terminologie à concepts. Autant de partitions, de délimitations qui servent à marquer un territoire et à exclure. Boisson est jugé compétent en logique mais incompétent en linguistique anglaise, ce qui revient à mettre sur le même plan deux disciplines qui n'appartiennent pas au même ordre. Adamczewski est condamné pour confondre "concepts de base" et terminologie, pour manquer de rigueur dans l'enchaînement des apparitions des concepts, et ainsi pour dériver dans une discipline un concept provenant d'une autre discipline sans en respecter le contour. C'est un grand affrontement auquel nous assistons qui marie les personnes et les institutions (puisque les disciplines sont, avant tout, incarnées au travers des institutions universitaires). Il s'agit bien du cadre actuel dans lequel s'échafaude le dialogue entre tradition et modernité, la dialectique entre l'héritage et l'inédit.

3.3. Conclusion

34La prise d'appui sur une autorité chronologiquement antérieure, la mise au jour du paradoxe dans le discours d'autrui, la convocation de maximes à visée universaliste, abolissant la chronologie, l'échappement systématique à la contre-proposition constructive, le maniement de déclarations d'intentions méthodologiques non nécessairement suivies des faits (d'effet ?), l'amalgame et la concaténation, la personnification (parfois objectivée, voire revendiquée) des idées, la disciplinarité dans son inhérence institutionnelle, les degrés de la personnalisation du discours scientifique, furent autant d'actes récurrents et emblématiques que l'on a pu repérer au cours de l'évocation de ces trois temps de notre histoire intellectuelle.

35Il faudra sans doute prendre en compte pleinement ces données lorsque l'on se regroupera pour commencer à écrire l'histoire des théories de l'énonciation en France. C'est pour moi un projet important, auquel j'espère participer à rallier un certain nombre de mes contemporains. L'établissement d'un cadre théorique spécifique doit être nourri par la lucidité et l'humilité que nous apportent la connaissance de la tradition et celle des écarts du monde moderne. On l'a vu ici, les quelques époques envisagées brièvement ont chacune amené à une appropriation de la tradition particulière et chaque fois spécifique qui emprunte des schémas (souvent proprement rhétoriques) de rejets, de refus, d'ignorance plus ou moins objective, de (dé) négation, de réorganisation. Si l'on veut en faire un profit quelconque pour l'avenir de nos disciplines, il semblerait qu'il suffise d'avoir à l'esprit ces phénomènes et de poursuivre son chemin en minimisant les effets sociaux, culturels, ethnologiques et civilisationnels des relations intellectuelles.

36La tâche nous attend, pour poursuivre l'édification d'un modèle théorique ou pour le laisser sciemment en proie aux générations futures qui ne manqueront pas de lui appliquer les mêmes grilles dont nous sommes les premiers à ne pas savoir nous départir.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADAMCZEWSKI Henri, "Pour une Recherche authentique en linguistique anglaise", Anglophonia/Sigma 8, 249-257, 2000.

AARSLEFF Hans, "The History of Linguistics and Pr. Chomsky", Language, 46, 570-585, 1970.

AARSLEFF Hans, "Cartesian Linguistics : History or Fantasy ?", Language Sciences, 17, 1-12, 1971.

ATKINSON R.E.B., "In Support of a Rationalist Approach to Linguistics", Linguistics, 196,49-56, 1977.

BARATIN Marc & Françoise DESBORDES, L'Analyse linguistique dans l'antiquité classique, Paris, Klincksieck, 1981.

BEDELL George, "The Arguments about Deep Structure", Language, 50(3), 423-445, 1974.

BLOOMFIELD Leonard, Language, 1933, Chicago, University Press, 1984.

BOISSON Claude, "Le Concept de 'métalinguistique' dans la linguistique anglaise", Anglophonia/Sigma 6, 151-198, 1999.

BOISSON, Claude, "'BE+ING' et la théorie des phases d'Adamczewski", Anglophonia/Sigma 10, 7-62, 2001.

BOUVERESSE Jacques, "La Linguistique cartésienne : Grandeur et décadence d'un mythe", Critique 35 (384), 420-428, 1979.

BRACKEN Harry M., "Chomsky's Cartesianism", Language Sciences 22, 11-17, 1972.

CHOMSKY Noam, Cartesian linguistics, New York, Harper & Row, 1966.

DESCARTES René, Discours de la méthode, 1637, Paris, Garnier-Flammarion, 1966.

DOUGHERTY Ray C., "Einstein and Chomsky on Scientific Methodology", Linguistics 167, 5-14, 1976.

DUPRIEZ Bernard, Gradus. Les Procédés littéraires, Paris, 10-18, 1980.

FELLMAN Jack, "Concerning the Validity of the Term 'Cartesian Linguistics", Linguistics 182, 35-37, 1976.

GRIFFITH Belver C. & Nicholas C. MULLINS, "Invisible Colleges", Science 177, 959-964, 1972.

HAGEGE Claude, La Grammaire générative. Réflexions critiques. Paris, P.U.F., 1976.

HOCKETT Charles F., "Sound Change", Language 41, 185-204, 1965.

KUHN Thomas S., The Structure of Scientific Revolutions, 1962, Chicago, University Press, 1970.

LALLOT Jean, La Grammaire de Denys le Thrace, Paris, Editions du CNRS, 1989.

MURRAY Stephen o, "Gatekeepers and the 'Chomskian Revolution'", JHBS 16, 73-88, 1980a.

MURRAY Stephen O, "The Invisibility of Scientific Scorn", The Don Juan Papers, R. de Mille (ed.), 197-202, Santa Barbara, Ross-Erikson, 1980b.

MURRAY Stephen O, Group Formation in Social Science, Edmonton, AL, Linguistic Research, 1983.

MURRAY Stephen O, "Towards a Model of Members' Methods for Recognizing Interruptions", LinS 14, 31-40, 1985.

MURRAY Stephen O, Theory Groups and the Study of Language in North America, Amsterdam, Benjamins, 1994.

NISBETT Robert Α., Social Change and History, New York, Oxford Univ. Press, 1969.

NISBETT Robert Α., "The Social Impact of the Revolution", America's Continuing Revolution, S. Tonsor (ed.), 73-98, Garden City, NY, Doubleday, 1976.

PARIENTE Jean-Claude, "Grammaire générale et grammaire générative", Actes de la Recherche en Sciences Sociales 1 (5-6), 36-49, 1975.

SEXTUS EMPIRICUS, Against the Professors, Trad. R. G. Bury, Londres, Loeb, 1948.

VOEGELIN Carl F. & Florence M. VOEGELIN, "On the History of Structuralizing in 20th Century America", Anthropological Linguistics 5, 12-37, 1963.

VOSS Joseph, "Noam Chomsky et la linguistique cartésienne", Revue Philosophique de Louvain 71 (11), 512-538, 1973.

Notes

1 "that is the victors of scientific warfare who write the histories enshrined in textbooks" (Murray 1994 : 4)

2 Il n'est pourtant pas anodin de signaler que la "reconstruction" historique ne survit pas à une relecture fine des textes cités (Port-Royal, Du Marsais, Beauzée) et que l'édifice justificatoire ne resta pas longtemps debout (voir en particulier Pariente 1975 et Hagège 1976, 71-72, 117 et 217-218).

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Toulouse II-Le Mirail. Linguiste angliciste, il centre ses recherches sur l’histoire des théories linguistiques et l’épistémologie de la linguistique. Auteur d’une Grammaire de l’anglais et d’articles sur l’histoire des théories linguistiques, il s’apprête à publier un ouvrage intitulé Grammaticalité : traditions et modernités aux Presses Universitaires du Mirail.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540