Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Quelques cadres cognitifs et discursifs de l’action politique contemporaine

Philippe Genestier

Texte intégral

  • 1 Urbaniste en chef de l’État, directeur du laboratoire RIVES, École Nationale des Travaux Publics d (...)

1Note portant sur l’auteur1

VILLE ET CITOYENNETÉ : POLYSÉMIE ET AMBIVALENCE DES DISCOURS

2En France aujourd’hui, le discours des politiques et des acteurs de l’action sociale fait un usage intensif du vocabulaire de la ville et de la citoyenneté. Les occurrences des vocables « cité », « citoyenneté », « civilité », « urbanité » et « espace public » en particulier sont très nombreuses et semblent marquées par le flou sémantique : les mots de l’urbain et du politique tendent à s’enchaîner et à s’appeler mutuellement, à se confondre et à se substituer les uns aux autres. Le discours fonctionne comme si l’urbs et la civitas étaient indistincts et relevaient d’un seul et même registre, ou tout au moins de deux registres entretenant entre eux des relations de forte dépendance, voire d’engendrement réciproque. Or ces termes vocables renvoient à deux référentiels politiques traditionnellement différenciés, voire opposés. En effet, il est d’usage en philosophie et en sciences politiques de distinguer nettement, d’une part une acception étatique et républicaine de la citoyenneté, dite « à la française » qui ne valorise que l’échelle nationale et ne veut se fonder que sur un corps de principes abstraits d’inspiration universaliste et, d’autre part, une acception civile, locale et participative, d’inspiration plus libérale et pragmatique.

3L’engouement actuel pour la thématique de la ville, s’il ne surprend guère de la part des acteurs locaux, étonne lorsqu’il investit les discours des acteurs gouvernementaux de manière si massive. Plus fondamentalement, il pose la question des conditions de possibilité de discours mobilisant tant de termes polysémiques et de la fonction que remplissent ces polysémies.

4Pour comprendre le fonctionnement de ces discours, les enjeux des polysémies qui les organisent et le rôle cognitif qu’y joue la thématique de la ville, nous avons constitué un corpus de textes gouvernementaux, associatifs, universitaires et experts portant sur les questions sociales et urbaines contemporaines. Par l’analyse lexicométrique (avec le logiciel Weblex), mise au service d’une étude d’argumentation, nous avons caractérisé tant les ambiguïtés référentielles dans l’emploi actuel des mots considérés, que les représentations du monde social et de l’action politique construites à travers ces discours. Nous avons alors constaté l’existence d’un cadre cognitif et de structures argumentatives, communs à tous ces textes et qui transcendent les acceptions, pourtant théoriquement opposées, des vocables ici analysés.

ENJEUX DISCURSIFS

5Après avoir caractérisé précisément ces phénomènes de discours, notre recherche montre que cette concomitance discursive et cette ambivalence sémantique sont aujourd’hui plus que rhétoriquement acceptables, elles apparaissent comme véritablement souhaitables ou nécessaires d’un point de vue cognitif. En effet, dans l’usage de ces énoncés connotés par deux référentiels antérieurement antinomiques, se joue la possibilité même de continuer à faire exister une opération cognitive fondamentale : celle qui consiste à identifier à titre principal les individus à une communauté substantielle et déterminante dont on affirme la nature proprement politique. Il s’agit d’actualiser un postulat qui sous-tend le cadre idéologique républicain et institutionnaliste, que l’on pourrait appeler « édificationiste » dans la mesure où les pouvoirs publics se donnent pour mission d’édifier le social.

6Il apparaît alors qu’avec la rhétorique de la cité-citoyenneté on ait affaire à la tentative de réactivation d’une vision politico-centrée du monde social. Autrement dit, en deçà de leurs référentiels hétérogènes, l’usage intensif des termes étudiés semble participer d’un même mode de pensée, qui attribue à l’instance politique la capacité de définir ontologiquement les sujets et de les subsumer en une entité collective unifiée, substantielle et hypostasiée. Or, dans le contexte d’une société fortement individuée, marquée par la crise de l’ancien cadre d’appartenance et de référence que constituait la Nation, cette conception de la mission anthropologique dévolue à l’instance politique aurait pu, voire aurait dû, perdre de sa crédibilité. Et il semble en effet qu’un sentiment de perte ou de déstructuration sociale, qu’une hantise de rupture ou d’effilochement des liens civiques imprègne la pensée des locuteurs institutionnels. Mais, en réaction, ces derniers développent des stratégies d’énonciation visant à réaffirmer, de manière peut-être incantatoire, le rôle de l’instance politique en tant que productrice et garante de la société conçue comme une entité unitaire. À cette fin les discours publics changent d’échelle de référence ; passent du « territoire » et de « la communauté nationale » aux « territoires », au « terrain », au « local » et usent particulièrement, à travers les vocables « cité », « urbanité », « civilité », de l’urbain en tant que « creuset civilisateur ». De sorte que, dans les discours des acteurs politiques et dans ceux de nombre de commentateurs, les attributs et les prédicats politiques antérieurement référés aux figures de la Nation et de la République (instances qui étaient censées « souder la collectivité autour d’un destin commun ») se trouvent aujourd’hui indexés à la figure de la Ville. Cette dernière devient le lieu privilégié du « faire-société ».

LA STRUCTURE DU DISCOURS

7À l’analyse, il apparaît en effet que le schéma narratif du discours institutionnel ou para-institutionnel actuel valorise l’action publique de la manière suivante : il établit un constat en termes de dysfonctionnement, de décomposition et de dégradation (une rhétorique usant abondamment du préfixe « de »), auquel répond une thérapeutique conçue en termes de rétablissement, de réparation et de restauration (préfixe « re ») au service d’un objectif de cohésion collective et de cohérence de la communauté (préfixe « co »). Il apparaît de la sorte que si l’objectif final demeure – le politique se donne à concevoir et à appréhender comme instance d’unification sociétale – la méthode et les moyens disponibles changent. C’est par le bas et de proche en proche, dans un espace physique pacifié et civilisateur, que devrait se reconstituer la possibilité pour le politique de continuer à remplir sa mission unificatrice. Seulement, et ce n’est pas une moindre nuance, cette tentative s’exprime selon un ethos de la modestie, qu’exprime particulièrement le rabattement sur le local et sur le partenariat, comme si la posture régalienne et souveraine antérieure n’était plus de mise. Dans cette évolution s’est imposé ce que l’on peut appeler un « paradigme urbaniciste et localiste », qui imprègne tant les proclamations politiques que certaines analyses micro-sociologiques contemporaines.

8Ainsi, il apparaît que ce discours à la fois modeste dans ses modalités mais prétendant continuer à énoncer une conception édificationiste de l’action publique doit, pour être doté du minimum de cohérence discursive qui peut le rendre recevable, concilier des sens contradictoires et des principes philosophiques opposés. Tâche remplie, de manière rhétorique au moins, en se fondant principalement sur l’étymologisme (usage intensif des racines « cit. », « civ. » et « polis »), sur des homophonies approximatives (« lieu » et « lien », par exemple), sur une série de syllepses (figures de rhétorique consistant dans l’énonciation à utiliser simultanément le sens propre et le sens figuré d’un terme, comme si une relation d’implication réciproque et nécessaire existait entre la chose désignée par le sens propre et la chose désignée par le sens figuré) et de métonymies (prendre le contenant pour le contenu et la partie pour le tout).

UNE PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA DÉLIAISON DU SOCIAL

9L’analyse sémantique de ces discours montre que les propos relatifs aux faits sociaux s’énoncent en termes de « lien social » systématiquement référé au « lieu » (le quartier, la ville), et que ces discours expriment une posture de résistance aussi bien contre la montée de l’individualisme postmoderne (ou hyper moderne) que contre la décomposition de l’ordre industriel des Trente glorieuses, censé avoir été la haute époque de l’intégration sociale. Dans les innombrables discours usant du syntagme « lien social » et dans les continuelles évocations de « la citoyenneté » il souffle en effet un vent de crise. Il ne s’agit toutefois pas d’une crise au sens antagonique ou dialectique du terme, mais d’une crise lancinante qui entraîne un sentiment de dégradation des garanties du passé, de perte des espoirs et de décomposition de la dignité. Il ressort que les mots « lieu », « cité », « civilité » sont utilisés très fréquemment au sujet de la pauvreté, de l’absence de capital culturel, symbolique et relationnel. Et ces inégalités sont référées au quartier dans lesquels résident ceux qui en souffrent, qui en éprouvent subjectivement les conséquences (« stigmatisation », absence de « reconnaissance »...). Ainsi les marges, les groupes sociaux en mal d’intégration, les banlieues, l’immigration, l’échec scolaire, la délinquance, le chômage, les délocalisations... sont les thèmes discursifs dans lesquels ces vocables sont massivement employés. De plus, ces problèmes de marge sont conçus comme justiciables à titre principal d’une approche descriptive, ethnographique, attribuant une large part à la subjectivité ; ce qui se traduit par de multiples travaux sur les sentiments : sentiment d’être victime (exclu, relégué, discriminé, harcelé...), sentiment de déréliction (incertitude, précarité, abandon, manque de repères, absence de projet...). Face à la glaciation des rapports sociaux qu’entraînent le chômage d’un côté (« une société de travailleurs sans travail », comme le dit H. Arendt ou « d’inutiles au monde, qui ne sont même plus pris dans des rapports d’exploitation », comme le formule R. Castel) et l’individualisme hédoniste ou consumériste, d’un autre côté, on en appelle à leur réchauffement par la convivialité, le vivre-ensemble dans quelques lieux privilégiés : les rues animées de centre ville, les places de marché, les terrasses de café, les mouvements associatifs... censés être des activateurs du lien social.

PROXIMITÉ = SOLIDARITÉ ?

10Dans le discours sur la civilité, l’urbanité, et sur le lieu en tant qu’opérateur du lien social, ces vocables remplissent la fois une fonction thématique (formulation d’un problème) et une fonction rhématique (ce que l’on dit du thème, notamment sous forme de l’énonciation d’une solution ou d’un objectif). Ainsi, aux difficultés sociales contemporaines répondent des mesures, le plus souvent territorialisées – la « territorialisation des politiques publiques » est une tendance lourde de l’action institutionnelle française et européenne depuis deux décennies –, formulées en termes de relations directes, d’interactions de coprésences et donc de localité. Le lien social étant obtenu par la rencontre et le dialogue entre acteurs divers mais, au moins potentiellement, concernés. Les mots « dialogue », « concertation », « partenariat », « co-élaboration » servent alors à décrire les procédures d’échange et d’implication qui doivent lier les protagonistes, tissant de la sorte des liens entre eux et accroissant de ce fait leur degré de sociabilité au sein de leur milieu de vie. Sont alors évoquées « la vie associative », « l’animation », les démarches « participatives », « l’accessibilité aux services urbains »... en des discours qui mobilisent les notions-idéaux de « cohésion », de « réciprocité », « d’équilibre », « d’ouverture »... en les référant au « lieu » et aux « territoires ». On remarque en effet que dans ces discours le vocable « lieu » est souvent utilisé au singulier, signalant par le fait que la localité en tant que telle constitue une figure substantielle, dotée d’attributs tels que « la proximité », « la particularité », « l’authenticité »... qui lui conféreraient des vertus enracinantes et solidarisantes. En revanche, le vocable « territoire » est pour sa part souvent mis au pluriel, renvoyant par là à des spécificités locales valant en elles-mêmes. Chaque territoire est ainsi conçu comme possiblement doté d’une force identificatoire interne, d’une capacité à produire de l’appartenance à une communauté, par distinction vis-à-vis de ceux qui lui sont extérieurs ou qui viennent d’ailleurs. Il s’avère donc que le vocable « territoire » renvoie aujourd’hui à la concrétude de l’échelle d’un groupe de voisinage, d’une communauté de vie quotidienne et n’est plus du tout indexé aux problématiques d’une communauté de destin et de l’unité nationale comme c’était le cas dans les années 1960 (les discours de la DATAR de cette époque en donnent de maints exemples).

DE LA CITOYENNETÉ RÉPUBLICAINE À LA CONCITOYENNETÉ LOCALE

11En outre, il apparaît que selon des formulations récurrentes aujourd’hui, les notions de « solidarité » et « d’égalité », en tant que visée morale ou objectif pratique, sont dites en termes de « liens sociaux », de « civilité » cultivés en un lieu. Ce faisant, la justice sociale n’est point conçue en termes de conflictualité, classe contre classe puisque les connotations attachées aux vocables actuellement en vigueur véhiculent l’idée d’une coexistence pacifique, voire l’image d’une proximité chaleureuse obtenue par la sociabilité directe, la « concitoyenneté » entre pairs, entre voisins, entre « prochains » et dans un face à face avec « autrui » dont on se doit d’avoir « le souci ». De fait, de fortes connotations personnalistes ont été diffusées au cours des années 1990 par la revue Esprit, notamment au sujet des thématiques urbaines et sociales (banlieues et exclusion). Et le maître à penser de cette revue, Paul Ricœur, développe dans Soi-même comme un autre (Paris, Le Seuil, 1996) une rhétorique qui donne toute sa dimension spirituelle à la thématique de l’urbanité et de la civilité, du lieu et du lien.

12Selon cette perspective, la coprésence et l’accessibilité de tous au centre ville deviennent les conditions nécessaires à la réalisation des effets d’attachement et d’appartenance escomptés. De même, la matérialité de l’espace, sa plasticité, sa concrétude se voient revalorisées dans une pensée qui considère les lieux proprement urbains (dotés « d’urbanité », contrairement aux espaces périphériques) comme les creusets ou les foyers principaux de la socialité. Cette attention nouvelle (nouvelle par rapport aux approches longtemps développées par la sociologie, quand elle relevait d’une pensée structuralo-fonctionnaliste) aux relations sociales directes et immédiates, et au cadre physique de leur déroulement contribue, par un paradoxe apparent, à revaloriser une thématique anciennement structurelle, pour ne pas dire typiquement marxiste comme celle de la ségrégation sociale dans l’espace. Si la « coprésence » de tous au centre ville est requise afin que « le lien social ne s’effiloche pas » et que la société ne se « délite » pas, ne se « décompose » pas (ou pas trop), alors les mécanismes ségrégatifs, les logiques de tri social, les processus de sécession urbaine et de gated community, la recherche d’appariement sélectif et le désir de l’entre-soi deviennent des problèmes cruciaux. Mais si la thématique de la ségrégation se voit ainsi réénoncée, produisant des effets d’affichage partisan non négligeables par temps de basses eaux idéologiques, elle a de fait changé de signification : elle n’est plus celle de la rente foncière et des inégalités sociales projetées sur l’espace et cristallisées par lui, elle devient celle de l’écart psycho-sociologique, de la distance axiologique et civique de certaines populations défavorisées vis-à-vis de la normalité et de ce fait potentiellement dangereuses, « inciviles ». Les notions de lien social et de quartier embrayent donc sur celles de la ségrégation/mixité mais en se référant aux thèmes de « l’urbanité » de « la civilité », de « l’espace public » et même de « la citoyenneté ». De la sorte les significations républicaines, la tonalité jacobine qui caractérisaient ce dernier vocable semblent avoir été abandonnées.

13Un tel glissement de sens montre que la rhétorique de « la politique de la ville » à partir de laquelle s’est développée cette recherche n’est pas circonscrite à son domaine. Pour qu’un mot aussi chargé dans l’imaginaire politique français que celui de « citoyenneté » prenne un sens si éloigné de son origine, alors même qu’il est employé par des forces politiques et sociales qui en ont toujours été de grandes utilisatrices, il a fallu que l’économie du pensable et du souhaitable, du plausible et du dicible soit fortement renouvelée. En fait, il apparaît que le bricolage discursif dont il est question ici procède de la quadrature du cercle : comment exprimer un discours politique fort dans une époque de perte de crédibilité de la politique ? La solution est trouvée, rhétoriquement au moins, en indexant les mots de l’agir politique à l’échelle du local, à la dimension de ressentir et à la pragmatique de la coexistence pacifique.

Notes

1 Urbaniste en chef de l’État, directeur du laboratoire RIVES, École Nationale des Travaux Publics de l’État.

Auteur

Responsable scientifique

Chercheurs associés à cette recherche : Samira Ouardi (Université de Paris 12), Juliette Rennes (IEP de Lyon, Université Lyon 2), avec la collaboration de Jean-Marc Leblanc (Université Paris 1) et le soutien technique de Serge Heiden (LSH, ENS Lyon).


mailto:genestier@entpe.fr
Laboratoire RIVES
École Nationale des Travaux
Publics de l’État – ENTPE
3, rue Maurice Audin
69120 Vaulx-en-Velin
Tél. : 04 72 04 72 93

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540