Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Poétique et esthétique : de la négation au négatif

Personnages dandyesques dans la littérature du XIXe siècle : négations des formes, formes de la négation et affirmation de soi

Gilbert Pham-Thanh

Résumé

On étudiera les stratégies discursives qui construisent le personnage dandyesque dans les romans mondains, qui abondent sur le marché de la littérature, dans l’Angleterre du XIXe siècle. On analysera entre autre la façon dont la description du personnage se fixe sur des éléments traditionnellement ignorés : taille des pieds, gestuelle... Chaque point marque ainsi une rupture avec le modèle institutionnel de masculinité, stratégie de communication non discursive que le cut met en place parallèlement. La négation des normes s’articule en outre dans un discours qui n’est qu’un monologue, où le narrataire est le prétexte d’une affirmation de soi, la victime d’une célébration de soi. La mode semble un temps porter la philosophie dandyesque, mais il appartient à des auteurs plus ambitieux de creuser l’expérience humaine pour y déceler de nouveaux territoires, où le personnage dandyesque peut faire l’expérience d’une régénérescence salutaire, fût-elle tragique

Texte intégral

1Lorsque vers la fin du XVIIIe siècle, le dandy remplace Beaux, Bucks et autres Petits Marquis, c'est contre lui que la verve populaire se déchaîne, à l'intérieur de textes satiriques généralement vendus sur les champs de foire, chansons et poèmes où toute qualité lui est refusée. A Receipt for Modern Dress exprime de façon générique et négative la réception que l'époque fait au nouveau venu : «Nor forget that his breeches be roomy between ‘em / ‘Twill shew that a great deal is wanting within ‘em». Le sens est clair, direct, massif : le dandy n'est pas un homme et ses atours dissimulent mal une incapacité à remplir la fonction qui incombe au sexe fort. La condamnation fait écho à un jugement collectif que le texte se contente de formaliser en lui ajoutant la part de ridicule qui plaît à l'auditoire et renforce ses préjugés. Pourtant, ni «nor» ni «want» n'est capable d'abolir entièrement le prédicat originaire, car la négation, cette opération sémantique de phase deux, conserve la marque d'une affirmation reprise au sein même du rejet, du refus, de la contestation de la valeur supposée - ici, l'excellence exclusive du dandysme. Ainsi, nier son importance revient à admettre qu'il vaut qu'on le dénonce, position contradictoire qui fait glisser les plans de signification et se réduit à une confirmation à regret.

2La négation semble toujours arriver trop tard.

3D'ailleurs, en vilipendant le dandy, la littérature ne parvient qu'à l'éterniser dans la conscience collective. De même, une affirmation, I'm a Fashionable Beau (poème anonyme du début du XIXe siècle) par exemple, dissimule souvent la négation d'un élément repéré, ici, refus d'être identifié à un bourgeois inélégant. Parfois, une négation devient première en contexte, comme «There is no chance of the BUBBLE FAMILY becoming extinct» (Doyle Bulwer, 1840, 487). Elle révèle dans ce cas une part d'affirmation, mise en garde relative à la disparition des cercles raffinés. Alors, nier équivaut à sur-affirmer un caractère inévitable, en puisant dans le paradigme de la négation le matériau expressif. La sémantique est subsumée par la rhétorique, dans une littérature qualifiable pour l'occasion d'écriture de la négation, obéissant à une logique de la négation de la négation à l'infini... et au-delà. Il est clair que le personnage dandyesque peut s'y épanouir, en tant que figure de marginal. Ce membre de la communauté, à laquelle il n'appartient pas vraiment, sorte d'étranger de l'intérieur, permettra de suivre les vacillations séparant négation subie, négation agie et négation rendue à sa force de proposition.

4Certains écrivains du XIXe siècle vont reprendre la critique du dandysme, mais cette fois au nom de l'analyse psychosociologique et de l'édification morale du lecteur. Geste idéologique, ils font de la littérature une machine institutionnelle de hiérarchisation des êtres et de validation des identités, dans un texte devenu instrument de contrôle des attitudes et des comportements, et plan de lisibilité des valeurs fondatrices de la société. La perspective dégage un nouveau pan de la négation, appuyé sur l'élément normé et normatif de l'écrit, où connaissance et reconnaissance d'un monde commun fondent la possibilité de la lecture et son horizon. Cet univers de partage organise la séparation du bon grain et de l'ivraie, et plutôt que tribune, transforme l'espace littéraire en tribunal, où le dandysme, objet d'un réquisitoire plus ou moins explicite, se voit condamné.

5Jane Austen illustre à merveille ce mécanisme dans Sense and Sensibility, où le souci de reproduire une scène sociale réaliste l'incite à intégrer les différents acteurs de la comédie mondaine, parmi lesquels un dandy, Robert Ferrars. Sa présence ancre le récit dans le réel, mais les choix narratifs austéniens, notamment la dimension dénégatrice de son inscription textuelle, marquent le désintérêt qu'elle lui porte. Consciente que l'existence de Robert Ferrars et de ses pairs est constitutive de l'atmosphère sociale dépeinte, mais rétive à envisager qu'ils puissent en constituer l'âme, alors même que son texte multiplie les occurrences du terme «  élégance » de façon quasi pathologique, Austen contribue au discours hégémonique où le personnage dandyesque ne peut s'identifier qu'au travers de traits caricaturaux vite convertis en signes d'une indignité stéréotypique. L'auteure, reprise d'une condamnation conventionnelle, réduit l'angle de vision, limite les possibilités narratives de sympathie, et montre envers des êtres vivants un manque patent d'empathie : elle révèle au travers de l'inhumanité de Robert Ferrars sa propre part d'inhumanité.

6Peut-on nier sans se renier soi-même ?

7Certes, Robert Ferrars partage un patronyme avec l'un des héros, son frère Edward, mais il reste en fait placé aux marges du récit, rejet qui proclame son absence de substance, son déficit d'être, son incapacité à relever de la problématique introduite par le titre. Au chapitre 33, dans une courte scène qui demeure matricielle, il est ainsi décrit passant commande d'un porte cure-dents, situation forcée où l'immonde jouxte ironiquement l'apparence de raffinement. Austen lui dénie toute dignité et le renvoie à une sphère de superficialité imbécile d'où il ne sortira pas, puisqu'il épouse la très pathétique Lucy Steele. En filigrane de la construction de l'anecdote se dessine le profil d'une communauté réduite à jouer les utilités, les faire-valoir et les contre-exemples : ses membres se voient affectés d'un tel coefficient de négativité que rien de positif ne saurait ressortir de leur parcours diégétique. Quelques années plus tard, George Eliot traite le jeune Torry de façon similaire, dans The Mill on the Floss, où l'élégant de St Ogg déchoit moralement à l'occasion de la déchéance sociale de Maggie Tulliver. La seule profondeur que ces auteures reconnaissent à ces dandies se marque dans les allusions textuelles à l'abîme de leur vide existentiel.

8Plus complexe, le Daniel Deronda éliotien peut se lire comme exemple saisissant de condamnation de la topique dandyesque, inscrite cette fois, dans un endroit stratégique du roman. En effet, lorsque le héros éponyme paraît, il semble hésiter entre posture morale et attitude dandyesque. Glissant dans un salon, ce jeune homme bien mis scrute l'assistance, évalue les mérites respectifs de chacun, et ne se laisse séduire par rien ni personne, pas même par l'envoûtante Gwendolen Harleth (Eliot, 1982, I, 1, 36). Alors que le héros élabore le sens de la scène, l'atmosphère de cette salle de jeu le construit métonymiquement (trope, la métonymie demeure un point aveugle de la différence entre identité et altérité), en tant que stratège doublé d'un oisif, triplé d'un maître du hasard qui se tient au-dessus de l'assemblée. Parce que cette inscription inaugurale est vite effacée, Eliot chercherait à nier toute compromission éventuelle de son héros dans la sphère du dandysme, cette pâle imitation d'humanité selon l'auteure-traductrice du Das Leben Jesu de David Friedrich Strauss. Ironie suprême, Deronda deviendra donc cet être qui déroute quelque peu la critique en raison de son caractère artificiel, payant peut-être le prix du refus auctorial d'explorer une possibilité qu'elle avait d'abord introduite.

9Fort heureusement, parce que la littérature sait se faire laboratoire des identités, une école littéraire, la Dandy School, selon l'expression du très critique William Hazlitt, va s'intéresser à l'être singulier du dandy. Publiés au début du XIXe siècle par Baudry, Henry Colburn, Richard et Samuel Bentley, entre autres, les fashionable novels, écrits par des Mrs Gore, Maria Edgeworth, Charlotte Bury, Edward et Rosina Bulwer, Thomas Henry Lister, Robert Plumer Ward ou encore Benjamin Disraeli, ouvrent sur les cercles à la mode et le grand monde une porte à l'usage du petit peuple. Ils mettent en scène une multitude de dandies, mais dépeints, cette fois, d'un point de vue généreux, même si cet hommage s'imprime à mesure que s'inscrivent de nouvelles figures de l'immonde, puisque tout discours jette ses anathèmes.

10L'homme naît sous le signe de la négation.

11Témoignages d'un moment paradoxal dans l'évolution littéraire, ces romans mondains s'opposent à la poussée démocratique tout en reconnaissant l'individu dans sa spécificité. Résistant superbe, le dandy y incarne le rejet du bourgeois, créature ignoble qui accroît chaque jour son pouvoir sur l'Angleterre. Ici, la négation se rapproche du négatif photographique, sorte de contre-pied systématique et fondation d'une contre-culture. Occasionnellement invertis, ceux qui se nomment Exclusives demeurent avant tout des figures inversées d'un commun si proche de la bête et de la chose : «what a beastly thing is a common person !» (Bulwer, 1836, II, 1, 91). Résolument polémique, chaque prise de position imprime une contestation du nouvel ordre patriarcal embourgeoisé. Afin de dénoncer les valeurs de ceux qui n'en ont pas, une pièce de 1865 donne perfidement la parole à un parvenu, Chodd Jr. : «The best friends, the best wife, the best children – cheque-book, cheque-book, and cheque-book» (Robertson, 1865, I, 692). L'ironie – dramatique à plus d'un titre – demeure bien une arme rhétorique qui réclame du lecteur qu'il choisisse son camp, mais comment soutenir ceux qui se contentent de réponses conventionnelles en toute chose : «People feel in thousands, and think in tens of thousands» (Gore 1845, 1,1).

12Cette forme de négation de l'autre contribue à l'élaboration d'une représentation archétypale et caricaturale du bourgeois, qui parasite souvent la perception des lecteurs, rendus sensibles à la part la plus négative de ce personnage pourtant moteur dans l'émergence de la modernité. La réfutation est prise en charge par le dandy à un moment où il semble peu politique à l'aristocratie de remettre le parvenu à sa place d'antan, sans doute dans le souci de ne pas attiser la flamme révolutionnaire qui a embrasé la France. Tandis que l'homme d'affaire et d'argent, «a walking column of cash» (Reade, 1863, II, 2, 19), se déshumanise, une approche antithétique permet de faire la promotion de l'univers dandyesque : «Teach us that wealth is not elegance ; that profusion is not magnificence ; and that splendour is not beauty» (Disraeli, 1928, III, 10, 234). Dans un âge qui s'ouvre à l'influence égalitaire, l'élégant active un champ sémantique d'opposition aux vagues déferlantes de la vulgate, et, nouvelle figure de la triangulation du désir, il recherche dans ce qui irrite le bourgeois, son double grotesque, les composantes de sa propre recette identitaire. Afin de marquer les frontières, il se distingue du reste de la communauté, d'habitude en réaffirmant sa supériorité sur ses inférieurs institutionnels et en changeant de paradigme afin d'invalider l'autorité de ses supérieurs statutaires. En conséquence, même si l'appartenance à l'aristocratie en compose souvent un trait caractéristique, le dandysme comporte également un fort attachement à la sortie de l'ordre hiérarchique classique porté par la logique de l'hérédité, et s'épanouit dans la sphère de la cooptation et surtout de l'auto-fondation. Un aspect aphoristique permet à l'occasion de donner à la notion valeur de vérité révélée, comme en atteste Mrs Gore, dans sa présentation d'un personnage : «Harris was a nobody, who had made himself somebody, and gave the law to everybody» (Gore, 1841a, I, 1, 30), expression du congé donné aux représentants du système aristocratique privés de l'arrogance nécessaire à leur survie en tant que groupe dominant. Il va sans dire que la résistance est trop véhémente pour que l'on n'y puisse pas déceler sentiments de nostalgie, d'infériorité et d'insuffisance ; nouvelle preuve que le dandysme, mauvaise conscience s'efforçant de s'approprier sa condition existentielle au travers d'un culte de soi inquiet, marque un point de jonction problématique entre âme aristocratique et esprit bourgeois, l'identité ne niant pas l'altérité, mais s'efforçant de l'intégrer, voire de l'assimiler.

13Quoi qu'il en soit, les choix de focalisation disqualifient les idéologies aristocratique et surtout bourgeoise, dans la sphère des élégants, où le concept de mode, par exemple, permet de fédérer un grand nombre d'attitudes iconoclastes, de postures et de valeurs propres à ces coteries raffinées. Les descriptions vestimentaires abondent, et nombreux sont les personnages qui, comme le Lord Aldemey de Almack's Revisited (White, 1828), donnent diégétiquement leur nom à la coupe de quelque pièce de costume.

14La mode libère formes, couleurs et tissus, après que les apparences ont longtemps été régies par des lois explicites, d'une part, telles les lois somptuaires, et implicites, d'autre part, toutes dictées par la bienséance, l'étiquette, le protocole. En conséquence, le dandy qui s'apprête tient par ce seul fait un discours sur le monde : engagée dans un souci de parure et de parade, son attitude se veut avant tout émancipatrice, prodigue, irrationnelle car capricieuse, improductive et irresponsable, à rebours des valeurs cardinales du monde capitaliste : «Science, Industry and Trade», comme dira John Galsworthy dans Castles in Spain (Galsworthy, 1927, 3), travail, épargne, investissement, spéculation, esprit de sérieux, constance et persévérance, régulation des corps, économie de la vie, productivisme et rationalité pragmatique. Tentative d'écrasement de l'assistance par la mise en œuvre d'une rhétorique de l'éblouissement, fut-elle paradoxale, la stratégie sartoriale participe d'une communication non-verbale qui nie toute importance à autrui. Tout en marquant un territoire identitaire, s'élaborent des conditions d'apparition qui renvoient le reste de la scène à la sphère de l'existence insignifiante, c'est-à-dire à l'inexistence sociale. D'ailleurs, l'absence quasi générale, dans la littérature du XIXe siècle, de la description de l'activité professionnelle rend auteurs et narrateurs complices du discrédit dans lequel elle est jetée.

15La provocation se mêle à la morgue, dans la technique du cut, stratégie d'origine aristocratique qui contribue à organiser la cascade du mépris et marque l'effort de hiérarchiser une société jugée trop mêlée, où parvenus, arrivistes et snobs finissent par s'infiltrer dans les cercles jadis exclusifs. Donner ainsi congé aux importuns caractérise bien des personnages dandyesques, tel le Granby du roman qui porte son nom : «in the art of cutting he shone unrivalled: he knew the ‘when,’ the ‘where,’ and the ‘how’» (Lister, 1826, I, 7, 111). Par une mise à distance, le regard semble ignorer qui se présente, tactique illustrant l'attitude dénégatrice du dandy vis-àvis de la société.

16En effet, le cut ne peut se réduire à l'annihilation de l'entourage visé, comme si, au cœur du refus de la relation s'imprimait, certes sur un mode pervers, la réaffirmation de l'échange. Antithétique, la négation de l'échange porte son propre déni et demeure fondamentalement nég/oci-aussi/ation relativement aux places respectives de chacun dans une relation assumée.

17Société et langage fondent une communauté et seule la nature des liens peut varier.

18Volonté exprimée à autrui du refus de se compromettre en si fâcheuse compagnie, le cut ne devient signifiant que dans le cadre de l'échange, partant, la possibilité de valider ou non le sens de l'attitude et de ses implications demeure offerte, et le sens inaugural posé réclame la caution de l'assistance. D'ailleurs, la simple mention textuelle de la victime semble confirmer son existence.

19La négation demeure un pari.

20En outre, ce refus castrateur s'inscrit dans une chorégraphie de la vie mondaine, dont le caractère répétitif montre qu'il s'agit moins d'en finir avec l'autre que de rejouer sans cesse une organisation de la scène sociale et de construire une mythologie de la vie en société.

21D'autre part, le dandysme ne se réduit pas à une forme agressive de lutte frontale pour le pouvoir, car il permet un dépassement des structures héritées. Dans ces conditions, le personnage dandyesque peut habiter une sphère de négativité dégagée de sa référence à la norme qu'elle conteste, et perçue comme une proposition d'extension de l'aire commune. A un moment où l'Angleterre s'enrichit, alors que l'artiste gagne ses lettres de noblesse, une partie du discours dandyesque résiste à la critique, malgré son opposition fondamentale aux codes en vigueur sur la place publique, ou pour cette raison même. Sans doute la poussée individualiste contribue-t-elle à inscrire la geste dandyesque dans un contexte valorisé, surtout à l'intérieur du roman. Celui-ci prend en effet la personne pour objet central, comme en attestent le titre d'une œuvre de Mrs Gore, Self, ainsi que les nombreux héros éponymes formant le cœur de la production littéraire fashionable.

22Dans ce cadre, la caractérisation peut s'interpréter en tant que mise en abyme du souci de soi, dont le dandy fait une pierre angulaire de son existence. Moins qu'une attitude anti-naturelle, cette orientation psychologique projette sur un plan délaissé par l'époque, la description du corps masculin, l'exigence faite à chacun de se composer et de se parfaire, portée par une idéologie du progrès, de l'entreprise et de l'exploitation des ressources et des potentiels. Plutôt que de nier son incarnation, sa part matérielle, l'homme se réconcilie avec elle, l'investit et se la réapproprie, dans le but de jouer son rôle sur la scène publique de façon plus spectaculaire.

23En accord avec l'enseignement de George Bryan Brummell, qui passait sa matinée à se vêtir (certes assisté par Robinson, son fidèle valet), nombres de personnages sont décrits s'apprêtant, construisant leur image sociale. Dans bien des dispositifs diégétiques, le mouvement centripète se marque par l'introduction de miroirs, qui ne renvoient pas une image en négatif mais à un plan projectif et réflexif, et permettent au dandy de se conformer au modèle qu'il élabore. Il est alors moins question de dénigrer l'essence d'autrui que de revendiquer une identité souveraine. En outre, expression d'une volonté en acte, le dandysme ne cède pas à la tentation de l'idéalisme ; il est également prise en compte de la corporéité de l'homme, de son inscription charnelle sur la scène de l'échange, ce qui explique les nombreuses allusions textuelles aux « extrémités nobles » du dandy, pieds et mains, à sa taille, à ses traits et à ses attitudes.

24En fait, même s'il est vrai que ce formalisme est une ascèse obéissant à une logique du rituel éclairée par une vision ré-enchantée de la vie, la composante hédoniste ne saurait en être sous-estimée. Plus qu'une mise en cause du corps bourgeois, qui trahit son désir d'expansion par un embonpoint obscène, le dandysme érige un monument à la gloire du corps masculin replacé dans le temps par un investissement de la sphère sensible, phénomène dont la littérature rapporte les minutes. La rigueur quasi géométrique de ce physique ne saurait donc révéler une quelconque incapacité à jouir. Il ne s'agit pas d'opposer à la goinfrerie ou à l'exaltation romantique, le jeûne et l'abstinence, mais de proposer un mode sensuel d'existence guidé par un choix discriminant. Comme l'illustre le Lord Henry Wotton de The Picture of Dorian Gray, fumer demeure une activité régie par ce principe d'une consommation qualitative et répond au double impératif dicté par les acceptions du verbe « goûter ».

25Même si le dandy se voit reprocher un manque visible de virilité, son modèle contribue à transformer la société en profondeur : les mœurs se policent, le costume masculin se raffine, les intérieurs victoriens et édouardiens s'emplissent d'objets artistiques, les ustensiles de la vie courante se parent, les meubles proclament le goût de leur propriétaire. Alors, spécialisé dans la description d'occasions festives, dont le bal d'Almack demeure à ce point représentatif qu'il prête son nom à deux des romans analysés dans cette étude, le roman mondain se fait vitrine, et le dandy est promu à la dignité d'un étalon, disposant des fleurs, comme pour le héros éponyme de Greville (Gore, 1841b), arborant un mouchoir parfumé, c'est le cas du Arthur Davidson de Arlington (Lister, 1832), ou arrangeant une mèche folle, à l'instar de M. de Rosenval, dans Almack's (anon., 1887), participant aux événements de la Saison, ou appréciant le mystère des sens, la coupe d'un habit, les lignes d'une attitude, le bouquet d'un bon vin, voire l'émoi causé par le regard fasciné d'autrui. La plupart de ces éléments se sédimentent en un système de signes stabilisé qui se retrouvent à la fin du siècle, chez Dorian Gray (Wilde, 1891), mondain et amateur de beaux objets.

26Reportant ses énergies vers des territoires esthétiques, la masculinité quitte alors le champ de bataille pour le salon ou le boudoir, passage de l'épopée au drame bourgeois. Reniant la figure du guerrier mais aussi celle de l'entrepreneur, le dandysme offre un idéal de culture, qui innerve la société entière, et réintègre un fond conventionnellement qualifié de féminin.

27Plus généralement, redoublant en quelque sorte le projet de l'écrivain, le dandysme s'interprète en tant qu'esthétisation de l'existence, effort de vivre en artiste chaque seconde. Dans Zuleika Dobson (Max Beerbohm, 1911), le traitement diégétique de Lord Dorset montre la difficulté de répondre à cette exigence continûment, surtout dans la tourmente amoureuse. Il rappelle combien la posture dandyesque est fragile, posant sa valeur de processus non réalisé et dévoilant la tension qui la traverse. Ensuite, par une révolution copernicienne, il postule que seul vaut le jugement du dandy, en définitive. Ainsi, la communauté d'Oxford ignorera que Dorset, éconduit par Zuleika, ne se suicide pas par dépit amoureux, mais afin de rendre à son existence une forme parfaite et maîtrisée. A l'instant fatal, son dandysme réside aussi dans sa capacité de rétention de l'information.

28Rétentions du personnage et réticences du texte se complètent des inscriptions relevant de l'impossibilité de définir. Sorte de via negativa, l'approche romanesque se retranche bien souvent derrière le terme même de « dandysme » et ses dérivés, ou bien recourt à une description pointilliste et elliptique afin d'éviter de donner une description exhaustive, comme si la réduction analytique du dandysme à ses parties ne parvenait jamais à épuiser ses caractéristiques. Voies obscures, les notions de « presque-rien » et de « je-ne-sais-quoi » marquent elles aussi le refus de déterminer l'objet. Elles rappellent que le dandysme demeure historique et négociable, sorte de structure creuse que chacun aura à cœur d'emplir de ses préjugés. Ces stratégies énonciatives réaffirment aussi le pacte selon lequel la lecture doit faire sens des refus d'exprimer du texte. En outre, elles refondent le dandysme, dont tout l'aspect négatif s'interprète comme rejet du donné.

29La négation est ouverture vers l'inouï, l'insu et l'inédit.

30En fait, grâce au modèle d'élaboration d'un homme nouveau qu'elle autorise, il est possible de dégager au sein de la négation, l'ombre du consentement, une promesse d'assentiment, que Wilde et Beerbohm servent à leur manière. Il est en effet clair que bien des éléments constitutifs du dandy historiquement localisé fondent le socle de l'identité masculine des générations futures.

31En outre, il y a, dans l'attitude du dandy, un élément de sociabilité fort : maître des apparences, des costumes et des coutumes, il apporte des réformes là où les usages montrent leurs limites, n'impriment pas les mutations sociales ou attestent un conservatisme atone. Enfin, mémoire des traditions héritées, prototype d'un art éphémère et mouvant d'une modernité indéniable, cet homme de la situation par excellence révèle aussi sa capacité à ouvrir des perspectives aux hommes, à la littérature, à l'art en tant qu'expérience existentielle et à la vie comme récit.

Bibliographie

OUVRAGES CITES

Anon, “A Receipt for Modern Dress”, Satirical Songs and Poems on Costume from the 13th to the 19th Century, Dec. 1772, ed. Frederick William Fairholt, Londres, Percy Society, 1849.

———, I'm a Fashionable Beau. The Fashionable Dandies' Songster, Newcastle-Upon-Tyne, J. Marshall, 1825.

———, Almack's, Londres, Remington & Co., 1887

Austen Jane, Sense and Sensibility, 1811, Harmondsworth, Penguin, 1995.

Beerbohm Max, Zuleika Dobson, 1911, Harmondsworth, Penguin, 1954.

Bulwer Lytton Edward, Devereux. Collection of Ancient and Modern British Authors, vol. 33, Paris, Baudry's Foreign Library, 1836.

Disraeli Benjamin, The Young Duke, 1831, Londres, The Bodley Head, William Clowes & Sons, 1928.

Doyle Bulwer Rosina, The Budget of the Bubble Family, Paris, Baudry's European Library, Collection of Ancient and Modern British Authors, vol. 286, 1840.

Eliot George, The Mill on the Floss, 1860, New York, Londres, Norton, 1994.

———, Daniel Deronda, 1876, Harmondsworth, Penguin. 1982.

Galsworthy John, Castles in Spain, Londres, William Heinemann, 1927.

Gore Catherine Frances, Cecil; or, the Adventures of a Coxcomb, Londres, Samuel Bentley, 1841a.

———, Greville; or, a Season in Paris, Paris, Baudry's European Library, Collection of Ancient and Modern British Authors, 1841b.

———, Self, Paris, Baudry's European Library, Collection Ancient and Modern British Authors, vol. 408, 1845.

Hazlitt William, “The Dandy School”, The Examiner. The Complete Works of William Hazlitt in 21 Volumes, vol. 20, 18 novembre 1827, Londres, J. M. Dent & Sons, 1833.

Lister Thomas Henry, Granby, Londres, Henry Colburn & Richard Bentley, 1826.

———, Arlington, Londres, Henry Colbum & Richard Bentley, 1832.

Reade Charles, Hard Cash; a Matter-of-Fact Romance, Londres, Sampson Low, Son & Marston, 1863.

Robertson Thomas William, Society, 1865, Londres, Harrap & Co., Great Modern British Plays, 1934.

White Charles, Almack's Revisited; or, Herbert Milton, Londres, Saunders & Otley, 1828.

Wilde Oscar, The Picture of Dorian Gray, 1891, New York, Londres, Norton, 1988.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris XIII. Il a soutenu une thèse sur le dandysme dans la littérature britannique du XIXème siècle, et poursuit son exploration des champs de l’esthétique, de l’élégance, des mœurs, du dandysme et de la définition de la masculinité

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable