Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

L’expérience professionnelle et la multiplication des structures d’écoute territoriale : mise en valeur du local dans la politique de la ville1

Benoît Gay

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Viviane Claude.
  • 2 Doctorant en géographie, aménagement et urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon.

1Note portant sur l’auteur2

2Ce travail part à la fois d’une envie et de quelques rapides observations. L’envie, peut-être naïve au départ, était de comprendre comment faire de la concertation une réalité plus que de simples mots ou de volontés restant marginalisées ; les observations, de manière globale, révélaient un discours de plus en plus récurrent sur cette thématique et la tentative de mettre en place ce discours à travers la multiplication de structures se voulant rapprocher la sphère décisionnelle, technique, administrative, associative ainsi que les habitants.

  • 3 Cf. Bourdin A., (2000), qui met en relief l’opposition entre un local de proximité qui correspondr (...)
  • 4 Comme le remarque X. Piolle, (1990-1991), à partir d’une recherche sur une base de données scienti (...)

3Parler de concertation, de multiplication des structures de rapprochement entre acteurs d’un même territoire, d’un point de vue géographique peut amener à conclure à une volonté élargie d’écoute du local, de ce qui fait la vie d’un quartier, donc de manière indicible, une sorte de mise en exergue du proche comme élément de socialisation ou du moins caractéristique de la vie de l’espace identifié. Une des premières interrogations tourne autour de la pertinence de cette observation alors que nombre d’auteurs ne voient plus guère le local comme facteur essentiel de socialisation et de construction d’un territoire individuel [Bourdin, 2000 ; Ascher, 1995 ; les géographes sociaux…3). Pour beaucoup, la notion de territoire a été effacée ou concurrencée par celle paraissant plus pertinente de réseau. Si celle-ci fut utile pour rendre compte du développement des supports de télécommunication, de l’évolution exponentielle des flux matériels ou immatériels et a permis de s’écarter de ce courant né contre le fonctionnalisme, qui avait mis en valeur le local ou plus globalement des concepts culturalistes4 ; il me semble important de ne pas tomber dans l’excès inverse et tout interpréter sous le jour du réseau.

POUR UNE PROBLÉMATIQUE : RAPPORTS ENTRE TERRITORIALISATION ET STRUCTURES DE CONCERTATION, POUR UNE ÉCOUTE RÉELLE DES TERRITOIRES ?

  • 5 Se reporter à ce qui peut être considéré comme le rapport fondateur des idées de la Politique de l (...)

4Je partirai donc du postulat de la nécessité de prise en compte du fait territorial, en faisant l’hypothèse que le proche, le local peut encore être, dans certains cas, un facteur de socialisation. Les quartiers dits de grands ensembles peuvent constituer un terrain de choix au niveau de leurs caractéristiques dans le temps long (évolution sociale, « destruction » médiatique de ces quartiers avec des effets sur les représentations sociales des habitants ou des allochtones…) mais aussi en lien avec une politique publique traitant en particulier de ceux-ci. Si elle a évolué et prit parfois un visage plus économique que social (avec la LOV), et aujourd’hui plus urbain (avec l’agence nationale du renouvellement urbain), il n’en reste pas moins que son histoire est marquée par la succession de structures en faveur de la remontée d’informations du territoire aménagé, aux professionnels, politiques de toutes échelles, en charge de son aménagement5.

  • 6 Je prendrais volontairement la classification que fait G. Di Méo [1991] qui évoque la construction (...)

5Il ne s’agit en aucun cas de voir dans le proche le facteur d’explication de tous les phénomènes sociaux dans ces quartiers mais bien plutôt, dans l’observation d’une diversité de professionnels, d’acteurs, de se poser la question suivante : dans quelles mesures les métastructures socio-spatiales6 sont en contact et comment est pris en compte le local, la vie d’un quartier ?

6D’autres questions viendront donc se poser naturellement bien avant cette dernière : Pourquoi cherche-t-on à connaître ce qui se passe à l’échelle du local, dans le quartier même, est-ce une simple obligation liée à la délimitation spatiale qu’incite, qu’oblige la Politique de la Ville ou est-ce la clé pour une intervention « raisonnée » et plus efficace pour les professionnels, les populations ? Ainsi doit-on se demander comment cette prise en compte du local est faite concrètement ? Et enfin, peut être l’interrogation clef, dans cette dynamique de prise en compte du proche, du terrain dont ont conscience les acteurs de cette politique publique : quel local, quel territoire – c’est-à-dire quel « espace objectivé », selon Di Méo [1991] – est produit par les groupes « tenants » un quartier (de l’État aux habitants en passant par la municipalité, les associations…) ?

7Ces premières observations amèneront à une question importante puisque touchant l’opérationnel : quelle est la signification de la multiplication, certainement sans précédent, de toutes ces structures de concertation ? Peut-on y voir une volonté réelle de répondre aux demandes des personnes gérées ? Cela exprime-t-il une recherche de légitimité dans un cadre représentatif général qui semble mettre en valeur la concertation… ? Cette démarche n’est-elle pas contre-productive en ce sens que la multiplication des structures de concertation ne permettrait plus une présence aussi active et demanderait le don d’ubiquité des structures associatives et encore plus de la part des habitants « isolés » ? Cela constituerait l’une des failles de la prise en compte réelle du local.

SIGNIFICATIONS DE L’INTÉGRATION PROGRESSIVE DANS LES REPRÉSENTATIONS ET LES PRATIQUES DE STRUCTURES DE REMONTÉE D’INFORMATION, EXEMPLE DE MONTCHOVET.

  • 7 Le quartier de Montchovet connut la plupart des dispositifs de cette politique publique, des opéra (...)
  • 8 En effet, le quartier de Montchovet est un quartier de grands ensembles, géré par un seul bailleur (...)

8Pour tenter de répondre à ces grandes interrogations, mon regard se portera plus particulièrement sur deux quartiers stéphanois actuellement pris en charge par la Politique de la Ville7. Les différences apparaîtront nombreuses et enrichissantes notamment au niveau de la mise en relief de l’intervention d’une politique publique sur des espaces où la territorialisation ne s’est pas faite de la même manière (architecture, nombre et genre de bailleurs, type de population, date et durée de construction, ancienneté du réseau associatif8…).

9Je développerai mes observations selon la structure suivante :

10Il me paraît intéressant en premier lieu de sortir d’une lecture exclusivement verticale dans la constitution des territoires dans ces quartiers de grands ensembles. Si de nombreux auteurs ont vu l’emprise du pouvoir national dans leur création, une vision plus fine du phénomène pourrait permettre de contourner la question et de pouvoir observer la participation des représentants de chaque échelle d’acteurs (État, municipalité, associations voire même habitants) à la diffusion de leur vision du quartier, du local. Je souhaiterais émettre l’hypothèse qu’une échelle ne domine pas entièrement l’autre. En effet, on peut remarquer par exemple, dans une période allant de 1945 à 1977, la revendication de trois types de local différents et le dessin de trois types de territoires. En effet, se sont succédées et interpénétrées les logiques étatiques représentant la vision du local français de manière centralisatrice ; les logiques municipales pour la défense des intérêts « locaux » (entreprises favorisées, normes de construction en accord avec le mode de vie stéphanois) et plus tard, la logique associative qui répondra à la création de groupes de revendication au sein de ces quartiers mêlant revendications pour le quartier et revendication politique (PSU très présent à Montchovet). Ceci correspond certainement à l’éviction en 1963 des représentations de locataires au sein des CA d’OHLM tout autant, pour le volet politique, à la non représentation de l’opposition à l’intérieur du Conseil municipal à partir de 1965.

11Ces premières observations se révèleront primordiales pour comprendre l’impact de la Politique de la Ville à Saint-Étienne sur le jeu d’acteurs en place. En effet, la plupart des représentants d’associations, qui prônent la concertation, l’écoute des habitants, sera élue dès 1977 à la tête de la Ville. Le maire, Joseph Sanguedolce (PCF) fut un des créateurs de l’association de locataires pour le premier quartier de grands ensembles de Saint-Étienne.

  • 9 Habitat et Vie Sociale, initié dans les années 1970 par la création d’un groupe de réflexion du mê (...)
  • 10 Développement Social des Quartiers. Opérations lancées par la gauche présidentielle dès le début d (...)

12Néanmoins, la mobilisation en faveur du classement en HVS9 puis en DSQ10 n’aboutira que lors du retour de la droite au pouvoir municipal. Période non encore traitée de ma part, elle se révélera certainement très intéressante en ce qui concerne le jeu d’acteurs et l’opposition entre les acteurs locaux d’une part et les structures nationales d’autre part.

  • 11 Réhabilitation dans les années 80 puis destruction de la fameuse Muraille de Chine en 2000.
  • 12 Il faut cependant noter que la municipalité Sanguedolce organisa deux grandes structures de remont (...)
  • 13 Maîtrise d’Œuvre Urbaine et Sociale.

13Si le quartier de Montchovet va connaître de nombreuses actions dans le cadre de la Politique de la Ville11, c’est depuis le milieu des années 1990 que les structures de connaissance du local vont se multiplier12, à la fois dans le cadre de la Politique de la Ville avec la création des MOUS13, l’appel fait à des structures extérieures comme Fonda Rhône Alpes à la fin de la même décennie… ou en dehors : on peut le voir avec la loi SRU, avec la mise en place des Conseils de quartiers à l’échelle nationale ou encore le rapprochement fait par certains acteurs de leur territoire d’intervention comme ce fut le cas en 2000 par l’OPAC.

14La question restera entière, toutes ces structures plus ou moins visibles n’ont-elles pas tendance à dissoudre la possibilité d’intervention des structures de quartiers (associations, centres sociaux…) et rendre impossible la remontée d’une voix directe de la part des habitants qui ont en général du mal à s’investir quotidiennement dans une action associative ? Cette « fête de la concertation » n’empêcherait-elle pas une réelle prise en compte des territoires ? Ne peut-on pas en conclure à un écart de plus en plus grand entre les réseaux et la population ? Ces premières interrogations qui tiennent lieu de constat seront encore à développer lors de la poursuite de ma thèse.

VALORISATION

15Animation d’un séminaire au sein de l’IUL sur le thème de « La patrimonialisation de l’architecture fonctionnaliste : le cas de l’Unité d’Habitation Le Corbusier à Firminy ».

16Animation d’un séminaire dans le cadre d’une formation dispensée par le SUFC et l’AFORE à des travailleurs sociaux sur le thème « Les outils de la géographie sociale et urbaine pour une prise en compte du local dans la Politique de la Ville ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Ascher F., (1995), Metapolis ou l’avenir des villes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bourdin A., (2000), La question locale, Paris, PUF, 253 p.

Chevalier J., (1996), « La géographie sociale, une géographie dans toutes ses échelles ? » dans Hérin R., Muller C., Espaces et sociétés à la fin du xxe siècle, quelles géographies sociales ? Actes du Colloque de géographie sociale de Caen, octobre 1996.

Di Méo G., (1991), L’homme, la société, l’espace, Paris, Éditions Anthropos/Economica.

Dubedout H., (1983), Ensemble refaire la ville, Éditions La Documentation Française, 122 p.

Piolle X., (1990-1991), « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’espace géographique, n° 4, pp. 349-358.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Viviane Claude.

2 Doctorant en géographie, aménagement et urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon.

3 Cf. Bourdin A., (2000), qui met en relief l’opposition entre un local de proximité qui correspondrait à nos anciens moyens de socialisation et le « local de coprésence » mettant en exergue les réseaux, la recherche et la mise en valeur d’intérêts communs limités… ; Ascher F., (1995) ou encore Chevalier J., (1996)… Et bien d’autres, la liste serait longue.

4 Comme le remarque X. Piolle, (1990-1991), à partir d’une recherche sur une base de données scientifique, la thématique du local a fait l’objet d’un nombre d’études très importants à partir de la fin des années 1970.

5 Se reporter à ce qui peut être considéré comme le rapport fondateur des idées de la Politique de la Ville, le rapport Dubedout, (1983).

6 Je prendrais volontairement la classification que fait G. Di Méo [1991] qui évoque la construction pour chaque individu d’une métastructure socio-spatiale, c’est-à-dire l’espace matériel où il inscrit ses représentations, sa sélection d’individus, ses rapports sociaux et spatiaux. Elle paraît enrichissante en ce sens qu’elle permet de rendre visible les préoccupations diverses qui touchent chaque acteur, et ce, de manière spatiale, territoriale.

7 Le quartier de Montchovet connut la plupart des dispositifs de cette politique publique, des opérations DSQ au début de la décennie 1980 au GPV actuellement au sein de l’ensemble des quartiers sud-est de Saint-Étienne ; la Cotonne-Montferré en revanche est touchée de manière plus récente par le biais du Contrat de Ville 2000-2006.

8 En effet, le quartier de Montchovet est un quartier de grands ensembles, géré par un seul bailleur, construit dans le milieu des années 1960. La population reste très homogène et se paupérise progressivement, il s’agit d’un quartier qui a connu et connaît encore une mobilisation habitante vive et structurée alors que l’on peut presque y opposer à chaque point les caractéristiques du quartier de la Cotonne-Montferré.

9 Habitat et Vie Sociale, initié dans les années 1970 par la création d’un groupe de réflexion du même nom (1973) qui devint quatre ans plus tard un groupe interministériel. Ces actions eurent pour objectif essentiellement une réhabilitation des quartiers de grands ensembles, notamment d’un point de vue urbain.

10 Développement Social des Quartiers. Opérations lancées par la gauche présidentielle dès le début des années 1980 cherchant à intervenir sur le social et visant à plus de concertation dans les interventions. Cette action fut une réponse aux « événements » lyonnais de 1981 par le biais de la création d’un Comité National au Développement Social des Quartiers sous la baguette du premier ministre P. Mauroy.

11 Réhabilitation dans les années 80 puis destruction de la fameuse Muraille de Chine en 2000.

12 Il faut cependant noter que la municipalité Sanguedolce organisa deux grandes structures de remontée d’information, une regroupant les professionnels, et une autre les habitants de manière plus large.

13 Maîtrise d’Œuvre Urbaine et Sociale.

Auteur

Allocataire de recherche
mailto:gay_benoit@hotmail.com
Institut d’Urbanisme de Lyon (I.U.L.)
UMR 5600
14, avenue Berthelot
69007 Lyon
Tél. : 04 78 58 65 51

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540