Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Négation

 | 
Stéphanie Bonnefille
, 
Sébastien Salbayre

Introduction

Stéphanie Bonnefille et Sebastien Salbayre

Texte intégral

1Les 8 et 9 octobre 2004 se tenait à l’Université François Rabelais de Tours, sous l’égide du Groupe de Recherches Anglo-Américaines de Tours et en présence de Mmes les Professeurs Judith Roof (Michigan State University) et Eve Sweetser (University of California, Berkeley), le colloque international de littérature et de linguistique « La négation : formes, figures, conceptualisation ».

2Ce colloque transversal entendait favoriser la rencontre entre les disciplines et permettre à des spécialistes de domaines aussi variés que la linguistique, la linguistique appliquée à la littérature, l’analyse du discours, l’analyse textuelle, la stylistique et la poétique de réfléchir ensemble aux modalités de l’expression de la négation. Partant des travaux de recherche sur la négation conduits par les linguistes énonciativistes, le colloque a proposé une lecture du texte littéraire fondée sur une démarche analytique. Par là même, il s’est inscrit dans la lignée de colloques précédemment organisés par le GRAAT et dont l’objectif premier était l’exploration de la textualité et de l’esthétique littéraire (« Usure et rupture », « L’allusion et l’accès », « (R)apports textuels »). En outre, il reposait sur une dynamique de recherche qui vise la convergence et la collaboration interdisciplinaire, et a permis de mettre en valeur les liens étroits qui unissent deux domaines fondamentaux de la recherche et des études anglicistes : la littérature et la linguistique.

3Au-delà d’un recensement des divers marqueurs de la négation dans une perspective purement grammaticale, les communications dont nous reproduisons le texte ont cherché à définir la logique de la négation et à analyser l’effectuation de cette opération fondatrice par l’énonciateur. C’est dire que le colloque a fait coexister deux axes essentiels, les auteurs ayant pratiqué, en fonction de leur spécialité, macro-analyses et micro-analyses. Les travaux réunis dans le présent volume s’inscrivent donc dans le cadre d’une analyse textuelle qui suppose l’application au discours littéraire de concepts propres à certaines théories linguistiques et esthétiques.

POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE : DE LA NÉGATION AU NÉGATIF

4Les contributions réunies dans la première partie de ces actes relèvent de domaines de recherche variés et traitent d’œuvres qui appartiennent à des catégories génériques diverses : théâtre élisabéthain, théâtre contemporain, roman britannique des XVIIIème, XIXème et XXème siècles, poésie, littérature américaine contemporaine, littérature des pays du Commonwealth, littérature enfantine, postmodernisme, théorie esthétique. En dépit de cette apparente diversité, elles indiquent toutes que la négation, parce qu’elle ne saurait se résumer à la simple verbalisation du contraire, implique d’autres figures logiques qui définissent un rapport particulier du sujet au langage : le rejet, le déni, le désaveu et la dénégation. Enfin, elles montrent en quoi la négation rend possible l’expression de l’altérité, de la différenciation, de l’absence, du vide, de l’impossible, de l’inexprimable et de l’indescriptible, voire de l’absurde.

5Les auteurs des articles qui suivent ont mis au jour un principe de création fondé sur la négativité de certaines stratégies d’écriture, de la simple désapprobation à la néantisation : la manipulation du contenu sémantique sur le mode ironique, la feinte par laquelle l’objet du discours est réfuté pour être reconnu, l’assertion d’une absence ou d’une présence contestée, voire ignorée, l’affirmation de l’indicible ou de l’innommable, la mise à l’écart ou le refoulement de l’objet, notamment par le biais de la substitution métaphorique ou métonymique, l’inversion et l’effacement qui, à l’image d’un négatif photographique, tendraient vers un « minimum figuratif » (Philippe Hamon).

6La première partie du présent ouvrage s’efforce donc de définir, à travers divers champs d’investigation, la problématique de la négativité dans le texte littéraire, en particulier : la négation comme moyen d’affirmation du sujet dans Not I de Beckett (J. Roof), l’expression de l’altérité dans le discours dominant sur la figure de la prostituée tel qu’il se donne à lire dans le théâtre de la Renaissance (F. Fouassier), la rhétorique du vide dans King Lear (N. Buté), le non-dit comme affirmation de l’altérité dans Clarissa de Richardson (H. Dachez), les figures de la négation comme éléments révélateurs de la relation entre l’instance narrative et le lecteur dans la prose de Thackeray et de Dickens (J. Fromonot), la négation de normes définitoires dans la description des personnages dandyesques de la littérature britannique du XlXème siècle (G. Pham-Thanh), le pouvoir de la négativité dans l’écriture conradienne (P. Vernon), le paradoxe et l’ambiguïté de la négation diabolique dans Precious Bane de Mary Webb (V. Tröger-Belser), les rapports entre l’expression de la négation, la versification et 1’« ambivalence métrique » dans la poésie de T. S. Eliot (J. Underhill), la dimension dialogique du déni et du reniement dans Plain Girl d’Arthur Miller (J. Szlamowicz), le recours à la négation à des fins poétiques et musicales dans A Spy in the House of Love d’Anaïs Nin (S. Dubois Boucheraud), l’empreinte du comportement négatif dans le discours des narrateurs de Stories in the Worst Way de Gary Lutz (A.-L. Tissut), la cartographie du vide et du déni dans Less than Zero de Bret Easton Ellis (Ν. Vincent-Arnaud), la problématique du nom d’auteur et du non-auteur dans les nouvelles de Carter Sholz (A. Regnauld), i’innomable et l’invraisemblable dans Mason & Dixon de Pynchon (G. Chamerois), négativité et postmodernisme dans « And the Four Animals » de Sheila Watson (G. Colvile), la négation comme condition de la (re) construction identitaire chez Rushdie (S. Rinzler), le déni, le reniement et l’abnégation dans Secrets de Nuruddin Farah (G. Cingal), le non-figuratif comme forme privilégiée du non-savoir (T. Swoboda), l’indicible et le principe de contradiction dans la relation que noue le texte avec le lecteur (M. Kerr) et, enfin, les marques linguistiques de la négation dans la littérature enfantine (K. Kow Yip Cheng).

NÉGATION, PROCESSUS MENTAUX ET STRATÉGIES DISCURSIVES

7Dans une volonté commune de dépasser l’analyse de l’encodage de la négation dans la langue, les auteurs de la deuxième partie de cet ouvrage envisagent plus particulièrement la négation sous l’angle de la conceptualisation. Comment le sujet cognitif relie-t-il entre elles les diverses formes de la négation afin d’avoir accès à une catégorie sémantique et syntaxique dynamique ? En termes de stratégie discursive, que révèle le choix qu’effectue l’énonciateur pour une forme de négation plutôt qu’une autre ? La négation possède-t-elle une dimension incarnée ou demeure-t-elle un processus purement intellectuel ? Peut-elle être modalisée ? Sollicite-t-elle l’activation d’espaces mentaux ?

8Deux cadres théoriques ont été mis à contribution afin d’aborder la négation en tant que phénomène linguistique. Dans un premier temps, le lecteur pourra consulter des travaux qui prennent appui sur la théorie de la linguistique cognitive. En examinant un corpus d’énoncés littéraires, E. Sweetser s’interroge sur les types d’espaces mentaux activés lors du processus de négation, tout en s’appuyant sur les nombreuses recherches qu’elle a menées sur les conditionnelles. J.-R. Lapaire démontre que la négation n’est pas un acte intellectuel en soi, mais qu’il existe une grammaire incarnée de la négation qui se développe sur la base d’expériences sensorimotrices. Il met également l’accent sur la centralité de la réification dans la conceptualisation de la négation. P. Chilton envisage la négation comme une forme de modalité qui peut être formalisée par le biais de la théorie qu’il développe : Discourse Space Theory. La négation est alors modélisée sous la forme d’un espace géométrique à trois vecteurs avec, à leur origine, l’énonciateur. B. Lewandowska-Tomaszczyk établit une distinction nette entre le concept de négation et celui, plus large, de « négativité » et analyse la présence d’espaces mentaux dans le processus de négation lato sensu. En effet, conceptualiser un état de fait négatif nécessite, de façon synchrone, l’activation – sous forme d’espace mental – de l’état de fait positif correspondant. B. Cappelle sonde les limites du concept de négation et ce plus particulièrement lorsque ce dernier est ramené à la question de la polarité. Partant de trois classes d’énoncés, il démontre que le soi-disant vase communicant entre polarité positive et polarité négative est pour le moins fragile. N. Arimitsu étudie la portée et le fonctionnement de la négation dans les antonymes et les synonymes d’un point de vue conceptuel.

9La dernière partie de l’ouvrage regroupe des textes qui s’inscrivent dans le cadre théorique de la linguistique de l’énonciation. H. Le Prieult explore les emplois rhétoriques des figures de la négation dans le discours scientifique linguistique. Quelles stratégies discursives permettent de rejeter une théorie sachant que « les vainqueurs rédigent l’histoire » ? Y.-B. Malinier étudie le fonctionnement dissymétrique des adjectifs possible et impossible dans des structures syntaxiques définies. Cette étude fait appel aux concepts culioliens de valeurs qualitative et quantitative ainsi qu’à celui de domaine notionnel. G. de Montjou examine les traductions majoritaires de sinon (if not, otherwise, except) en inscrivant son analyse dans le cadre de la TOE. A son tour, il fait appel aux concepts mis en lumière par Malinier. C. Mérillou analyse le rôle de la négation dans les subordonnées circonstancielles de temps et concentre son attention sur la combinaison when... not. Elle s’applique à souligner le paradoxe conceptuel qui consiste, pour l’énonciateur, à poser comme repère temporel un événement qui n’a pas lieu afin d’en déclencher un nouveau. En réalité, la négation à laquelle l’énonciateur a recours traduit davantage la perception d’un non-événement que l’absence réelle d’événement.

10Nous tenons à exprimer toute notre gratitude à Claudine Raynaud, présidente d’honneur du GRAAT, qui a bien voulu prononcer le discours d’ouverture du colloque, à Gérard Deléchelle, président d’honneur du GRAAT, pour ses précieux conseils, ainsi qu’à William Findlay, directeur du GRAAT, pour son soutien et sa bienveillance.

11Saluons également la participation de Michel Bitot (Tours), Marie Buschini (Tours), Paul Chilton (Norwich), Georgiana Colvile (Tours), Barbara Dancygier (Vancouver), Henri Le Prieult (Toulouse II), John Pier (Tours), Claudine Raynaud, Eve Sweetser, Peter Vernon (Tours) et Nathalie Vincent-Arnaud (Toulouse II), qui ont chacun accepté de présider une ou plusieurs séances relevant de leur domaine de recherche. Qu’ils soient chaleureusement remerciés pour la qualité de leur contribution.

12Signalons enfin que la publication de ce volume a été rendue possible grâce au soutien du Conseil régional du Centre, du Service des Relations internationales et de l’UFR Lettres & Langues de l’Université François Rabelais de Tours. Que ces partenaires soient remerciés pour leur générosité.

Auteurs

GRAAT EA 2113
Université François Rabelais de Tours

GRAAT EA 2113
Université François Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable