Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Quelles convergences entre la problématique du renouvellement urbain et celle de la ville durable ?

Cyria Emelianoff

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en géographie à l’Université du Maine.

1Note portant sur l’auteur1

2La recherche a consisté à sonder une proximité entre deux concepts – la ville renouvelée et la ville durable – et à confronter les politiques conduites en leur nom. Elle répond aux interrogations d’acteurs de terrain, qui se demandent comment articuler ces deux approches, le développement durable pouvant permettre de rajeunir les politiques de requalification urbaine, de les resituer dans une évolution globale de la ville, et le renouvellement urbain, de concentrer l’attention sur les territoires vulnérables sur un plan social et/ou écologique.

PROBLÉMATIQUE, MÉTHODOLOGIE ET TERRAINS

3Le renouvellement urbain est un concept opérationnel utilisé par les urbanistes et les acteurs de la politique de la ville dans la plupart des villes européennes, tandis que le concept de développement durable urbain est un référentiel plus englobant pour l’action publique, dont les traductions concrètes sont encore expérimentales et peu développées en France.

4Ces deux problématiques se construisent parallèlement surtout au cours de la décennie quatre-vingt-dix, deviennent des préoccupations montantes et convergent depuis quelques années sur un mode plus théorique qu’opérationnel (par exemple dans les travaux de Richard Rogers au Royaume-Uni [Rogers, 1999] ou dans la loi « Solidarité et Renouvellement Urbain » en France). Elles apparaissent complémentaires. Le renouvellement urbain contribue à la durabilité dans la mesure où il réintègre des morceaux de ville dévitalisés et stigmatisés dans le fonctionnement urbain, et qu’il freine l’étalement urbain et ses impacts négatifs sur l’environnement, l’agriculture, les paysages. Le développement durable, quant à lui, confère une légitimité supplémentaire au renouvellement urbain.

5Ces deux approches partagent une vision critique assez forte, portant à la fois sur l’évolution des villes durant ces quarante dernières années et sur l’insuffisance de l’intervention publique face aux dégradations écologiques et aux ségrégations socio-spatiales. Le développement durable se référant à des échelles spatio-temporelles plus larges, on peut considérer que les deux problématiques sont emboîtées, la ville durable représentant un horizon et une ambition politiques de portée plus lointaine.

6L’analyse de quelques cas concrets a été privilégiée, à partir d’entretiens non directifs et d’échanges entre chercheurs et responsables d’opérations de renouvellement urbain (séminaires). La synthèse bibliographique a montré de son côté que la convergence entre renouvellement urbain et développement durable est plus forte dans les pays européens marqués par la désindustrialisation et/ou le manque d’espace, comme sur la dorsale européenne. Le choix d’une étude de cas allemande (Leipzig) a permis d’analyser les croisements explicites entre politiques de renouvellement et de durabilité. Les autres exemples retenus, en France, concernent le GPV de Saint-Étienne, la politique de la ville renouvelée à Roubaix, et à une échelle plus modeste, la réhabilitation écologique d’une centaine de HLM à Grande-Synthe.

RÉSULTATS

7Les deux problématiques convergent vers cinq registres d’action et de légitimation des politiques urbaines, qui s’interpénètrent mais prennent un poids relatif différent selon les contextes géographiques.

1. LA QUALITÉ URBAINE, PERÇUE COMME LEVIER D’ATTRACTIVITÉ ET DE REVITALISATION DE LA VILLE DENSE

8Postulat. Densité urbaine et attractivité urbaine ne sont pas antinomiques mais corrélées.

9Objectifs communs. Enrayer le déclin des centres villes et des premières couronnes ; reconstruire l’attractivité de la ville dense ; offrir des alternatives à l’habitat périurbain ; « ramener les habitants au centre » [Rogers, 1999].

10Politiques. Recyclage des friches industrielles, portuaires, militaires (nouveaux quartiers « durables »). Amélioration de la qualité de l’environnement écologique, humain et bâti.

11Divergences. Dans quelle mesure la qualité écologique est-elle essentielle pour que la ville dense soit attractive pour les habitants ?

12Contre-exemple. Le grand ensemble du Grünau à Leipzig, dans un marché du logement très détendu. La réhabilitation « durable » est un échec en raison de la force des représentations symboliques et du « modèle » de la ville pavillonnaire, en dépit de la qualité effectivement instaurée. La question se déplace alors : peut-on reconstruire la légitimité des grands ensembles ?

2. L’ÉGALITÉ URBAINE, OU L’ATTÉNUATION DES DISPARITÉS SOCIO-SPATIALES INTRA-URBAINES

13Postulat. L’existence de « territoires bloqués » s’oppose à la durabilité urbaine et/ou à la revitalisation des villes (ex : Saint-Étienne, Roubaix).

14Objectifs communs. Enrayer les processus de ségrégation, réinsérer les territoires en déshérence dans les dynamiques urbaines.

15Politiques. Réhabilitation des quartiers d’habitat dégradé anciens ou modernes.

16Divergences. Dans quelle mesure l’intervention des opérateurs privés (facteur de revitalisation économique) enraye-t-elle la ségrégation sociale ? Faut-il privilégier la réinsertion dans l’économie urbaine, le retour à la norme (l’économie de marché) ou le développement d’une économie locale, plus alternative ?

17Contre-exemple. La gentrification. Cependant ce phénomène est loin de guetter les villes dégradées comme celles qui ont servi de terrain d’étude.

3. L’ÉCONOMIE D’ESPACE, LE RESSERREMENT URBAIN

18Postulat. L’étalement urbain ne peut être poursuivi à ce rythme ; le renouvellement urbain sert la compacité.

19Objectifs communs. Ville compacte, ville à courtes distances (pays denses à trames urbaines polycentriques).

20Politiques. Densification interstitielle, linéaire (axes de transport en commun) ou polarisée (polycentrisme), construction de nouveaux quartiers denses. Maintien des habitants dans des quartiers denses (Allemagne de l’Est, Europe centrale et orientale).

21Divergences. Poids respectif accordé à l’impératif de densification et à celui de protection de certains espaces écologiques (Amsterdam, îles artificielles et nouveaux polders).

22Cas limite. Aux Pays-Bas, la valeur ajoutée par les politiques de développement urbain durable est faible compte tenu de l’existant.

4. LE MAINTIEN DE L’IDENTITÉ URBAINE

23Postulat. La densité urbaine est un patrimoine, le support de l’identité des villes européennes.

24Objectifs communs. Préserver un modèle culturel de ville, une urbanité fondée sur l’importance de l’espace public et la transmission du patrimoine urbain ; accessoirement, affirmer une urbanité européenne face à la ville nord-américaine.

25Politiques. Recyclage des bâtiments, entretien du patrimoine. Renouvellement des espaces publics.

26Divergences. Les modes de réhabilitation peuvent être plus ou moins écologiques (et coûteux à court terme) et les espaces publics, plus ou moins restitués aux piétons et/ou à la nature urbaine (politiques de biodiversité).

5. L’ÉVOLUTIVITÉ URBAINE : LE SOUCI DU TEMPS LONG

27Postulat. La vitalité des villes à long terme ne peut être dissociée de leur capacité à durer, à se renouveler sur elles-mêmes.

28Objectifs communs. Renforcer l’évolutivité des tissus urbains, leur adaptation aux besoins du présent.

29Politiques. Développer les visions prospectives, l’anticipation des évolutions urbaines, et les outils de veille.

30Divergences. L’avenir urbain n’est pas perçu à la même échelle de temps. La prospective peut être conduite sur le mode de l’expertise ou du débat démocratique (scénarios urbains dans le cadre des agendas 21, forums, etc.).

CONCLUSION : DEUX PROBLÉMATIQUES EMBOÎTÉES QUI SE RENFORCENT MUTUELLEMENT

31Le renouvellement urbain conditionne le développement durable urbain et l’oriente vers des objectifs plus sociaux. Le développement durable donne une légitimité supplémentaire au renouvellement urbain, il rajeunit ses objectifs, ses méthodes. Ses registres de légitimité ou d’action sont plus larges : économie de mobilité, de gaz à effet de serre, d’énergie, de ressources naturelles, préservation des paysages, des écosystèmes.

32Quelques divergences persistent quant aux priorités différentes données aux requalifications économique et écologique. Les modes d’intervention publique sont plus techniques pour le renouvellement urbain, et légèrement plus démocratiques pour le développement urbain durable.

VALORISATION

33Emelianoff C., (2004), « Reconstruire la légitimité des grands ensembles », Annales de la Recherche Urbaine, n° 97.

34Prolongement de la recherche par Isabelle Roussel dans le cadre d’un projet de recherche financé par le PUCA (« Politiques territoriales de développement durable »).

35Prolongement de la recherche par Cyria Emelianoff sur des terrains européens (réhabilitation « durable » en Suède, au Danemark) dans le cadre du programme de recherche CER à l’Université du Maine.

Bibliographie

RÉFÉRENCE

Rogers R. (Ed.), (1999), Towards an Urban Renaissance, Final Report of the Urban Task Force, Londres, E&FN Spon, 328 p.

Notes

1 Maître de conférences en géographie à l’Université du Maine.

Auteur

Responsable scientifique

Membres de l’équipe : Isabelle ROUSSEL (professeur émérite en géographie) et François-Xavier ROUSSEL (directeur de la filière « Renouvellement urbain » à la SCET et expert auprès de la Direction du Renouvellement urbain de la Caisse des Dépôts et Consignations).


mailto:Cyria.Emelianoff@univ-lemans.fr
GREGUM-ESO UMR 6590 du CNRS
Université du Maine
Avenue Olivier Messiaen
72085 Le Mans Cedex 9
Tél. : 01 45 85 18 96
ou 02 98 72 40 59

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable