Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

L’émergence du développement durable au regard des mutations de l’histoire urbaine (xviiie-xxe siècles)

Sophie Descat, Éric Monin et Daniel Siret

Note de l’éditeur

Responsable scientifique : personnes ayant collaboré à cette recherche : Sabine Barles, Vincent Berdoulay, Sophie Descat, Richard Etlin, Philippe Gresset, André Guillerme, Ruth Hanish, Éric Monin, Gabriel Moser, Daniel Rabreau, Daniel Siret, Jacques Tellier.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Bibliographie

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

Située à l’intersection des domaines de l’environnement, de la société et de l’économie, la notion de développement durable a été accaparée par les politiques urbaines pour se substituer à celles de croissance et de progrès qui ont généralement conditionné l’évolution des villes à travers l’histoire. Pourtant, l’emploi devenu presque systématique de cette notion dans les discours et les projets participant au renouvellement urbain ne correspond pas toujours à la définition première d’un impératif d’action qui a tendance à devenir au mieux un alibi, au pire une formule supplémentaire du politically correct [Chauveau 1996]. Comment, dès lors, peut-on comprendre le succès de l’émergence d’un tel mot d’ordre appliqué à la ville ?

Pour tenter de répondre à cette question, ce projet de recherche propose, non pas de s’attacher à une étude de la notion de ville durable en tant que telle (ce qui a déjà été entrepris), mais plutôt de la confronter à d’autres impératifs d’action qui ont scandé l’histoire urbaine, notamment lors de périodes de mutations comparables à celle que nous vivons aujourd’hui. En effet, les constats alarmistes mis en avant par la notion de ville durable (congestions, pollutions, épuisement des ressources, ségrégation sociale) pour présenter une situation jugée insupportable (insoutenable) et défendre la nécessité de redéfinir la ville dans sa forme, son fonctionnement et sa gestion, ne sont pas sans rappeler ceux qui ont légitimé, à plusieurs reprises depuis la fin du xviiie siècle et les débuts de l’ère industrielle, un renouveau de la ville ressenti comme inéluctable : analyser la ville durable au regard de l’histoire urbaine peut ainsi être riche d’enseignements.

Pour ce faire, nous supposons l’existence de correspondances entre la notion actuelle de développement durable et d’autres principes opératoires qui ont animé certaines mutations de l’histoire de la ville occidentale [Edwards, Plessis, 2001]. En choisissant de concentrer notre attention sur la notion d’embellissement au siècle des Lumières [Rabreau, 1990 ; Genestier, 1996], sur celles d’hygiène [Guerrand, 2001] et de ville moderne aux xixe et xxe siècles [Moos, 1991 ; Sachs, 1996 ; Berdoulay, Claval, 2001], l’idée est de mettre en évidence les parentés entre une succession de mots d’ordre, afin, d’une part, de permettre une meilleure compréhension de l’émergence de la notion de développement durable ; d’autre part, d’avoir des éléments de réflexion qui autoriseraient un questionnement critique vis-à-vis de l’utilisation qui en est faite.

MÉTHODOLOGIE

Le premier temps de la recherche (janvier-septembre 2002) a été consacré à l’établissement d’une bibliographie thématique devant permettre des analyses comparatives entre une série de textes des xviiie, xixe et xxe siècles, publiés par les principaux théoriciens de la ville pour chaque période. L’étude de ces textes a ensuite permis de distinguer différentes problématiques pouvant être reliées à la notion de ville durable, confrontant théorie (définition des concepts) et pratique (analyse des solutions proposées). Au cours de cette première phase, un article a été publié dans les Annales de la Recherche Urbaine [Descat, Monin, Siret, 2002].

La deuxième phase de la recherche (juin-novembre 2003) a conduit à l’organisation d’un colloque interdisciplinaire : il s’agissait, à partir de l’image du « croisement », de favoriser la rencontre et les échanges entre des chercheurs venant de différents horizons (urbanistes et architectes, historiens, géographes, ingénieurs, sociologues) et un public diversifié (acteurs du développement durable, architectes, chercheurs, étudiants, public amateur). Afin de pallier les difficultés inhérentes à l’approche interdisciplinaire et d’assurer une meilleure cohérence d’ensemble, le programme s’est élaboré autour de deux axes majeurs : la confrontation entre les principales notions (embellissement, hygiène, ville radieuse, durabilité) et l’analyse des fondements constitutifs des mutations urbaines que sont les rapports entre ville et nature, ville et technique, ville et sociabilité [Campbell 1996]. Enfin, une série d’approches transversales devait permettre de développer, à partir d’un thème précis (la gestion de l’eau, de l’ensoleillement, etc.), les solutions prônées au cours du temps pour rendre la ville meilleure.

Le colloque, intitulé Le développement durable au regard de l’histoire urbaine, s’est déroulé les 27 et 28 novembre 2003 à l’École d’Architecture de Lille : il fera l’objet d’un ouvrage.

RÉSULTATS

La première phase de la recherche a permis d’identifier un processus récurrent dans la manière dont les différents impératifs d’action orchestrent une remise en cause cyclique des principes générateurs de l’espace urbain.

Les différentes communications et débats qui ont eu lieu lors du colloque de novembre 2003 ont permis d’affiner ces premiers résultats et d’ouvrir sur d’autres questionnements. Il est difficile de synthétiser en quelques lignes l’ensemble des réflexions élaborées ; quelques idées majeures peuvent simplement être évoquées. Les communications qui ont fait l’objet des « Approches transversales » ont permis de renforcer l’idée que des invariants façonnent le développement des milieux urbains, en améliorant les conditions de vie des citadins par une maîtrise croissante des phénomènes ambiants. La gestion de l’eau, de l’insolation ou des réseaux de circulation participe de cette logique et il a semblé important de souligner comment le développement durable prolonge ce processus tout en essayant d’en projeter et d’en contrôler les effets dans un contexte spatial et temporel élargi.

En dehors de cette question, les deux thèmes associant les couples ville/nature et ville/technique ont occupé une part essentielle des débats, relayés par celui de la ville et la réglementation. Le couple ville/nature, que, selon les principes de la ville durable, l’on souhaiterait inséparable, a été analysé par Daniel Rabreau à travers une étude de la notion « d’embellissement » au xviiie siècle : plus qu’une utopie, la question de la présence de la nature dans la ville introduit l’idée d’une hétérotopie capable d’organiser cette cohabitation. Vincent Berdoulay a par ailleurs insisté sur les logiques disciplinaires qui se sont affrontées à l’occasion des tentatives de mise en place d’une écologie urbaine au début du xxe siècle. Le couple ville/technique a fait également l’objet de plusieurs interventions : Philippe Gresset a notamment montré que la place croissante occupée par la notion de progrès dans la ville du xixe siècle a fini par réduire le milieu urbain à ses composantes techniques. Cet amalgame, source de nombreuses disconvenues, montre bien que les réactions du mouvement moderne, comme celles du développement durable aujourd’hui, ne sont pas étrangères à ce qui a façonné l’histoire de la ville occidentale.

RÉFÉRENCES

Berdoulay V., Claval P. (dir.), (2001), Aux débuts de l’urbanisme français (fin xixe – début xxe), Paris, L’Harmattan.

Campbell S., (1996), « Green cities, growing cities, just cities ? Urban planning and the contradictions of sustainable development », Journal of the American Planning Association, vol. 62, n° 33.

Chauveau L., (1996), « Le développement durable existe-t-il ? », Environnement magazine, n° 1553, pp. 18-22.

Edwards B., Plessis CH., (2001), « Snakes in Utopia : a brief History of Sustainability », Architectural Design, vol. 71, n° 4, pp. 9-19.

Dubois-Taine G., Chalas Y. (dir.), (1997), La Ville émergente, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Genestier Ph., (1996), « Embellissement », dans Merlin P., Choay F., (sous la direction de), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, pp. 289-290.

Guerrand R.-H., (2001), Hygiène, Paris, Éd. de La Villette.

Moos S. (Von), (1991), « Machine et Nature : notes à propos de l’unité d’habitation de Marseille », dans Le Corbusier et la Nature, Actes des rencontres des 14-15 juin 1991, Paris, Fondation le Corbusier, pp. 39-48.

Rabreau D., (1990), « De l’embellissement. L’iconographie urbaine comme catharsis au xviiie siècle », Architecture et Comportement, n° 6, pp. 36-62.

Rogers R., (2000), Des villes pour une petite planète, Paris, (édition originale Cities for a small planet, Londres, 1997).

Sachs I. (dir.), (1996), Quelles villes, pour quel développement ?, Paris, PUF.

VALORISATION

Publications

Descat S., Monin É., Siret D., (2002), « Le développement durable et l’histoire urbaine », Annales de la Recherche Urbaine, n° 92, pp. 7-16.

Descat S., Monin É., Siret D. (dir.), (2004), Le développement durable au regard de l’histoire urbaine, Presses de l’École d’Architecture de Lille.

Séminaires, colloques

Colloque International Le développement durable au regard de l’histoire urbaine, École d’Architecture de Lille, 27 et 28 novembre 2003.

Notes

1 Historienne de l’art, maître de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale, chercheur associée au Centre Ledoux.

2 Architecte DPLG, docteur en sciences de l’ingénieur, maître-assistant à l’École d’Architecture et de Paysage de Lille, chercheur associé au laboratoire CERMA, (École d’Architecture de Nantes – UMR CNRS 1563 Ambiances Architecturales et Urbaines).

3 Architecte DPLG, docteur en sciences de l’ingénieur, ingénieur de recherche du Ministère de la Culture, chercheur au laboratoire CERMA, (École d’Architecture de Nantes – UMR CNRS 1563 Ambiances architecturales et urbaines).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540