Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paradoxe(s) victorien(s) – Victorian Paradox(es)

 | 
William Findlay

III. Le peuple

L’amendement à la loi des pauvres de 1834 : oppression sociale ou promotion sociale ?

Tri Tran

Résumé

L’amendement de 1834 à la Loi des Pauvres est souvent considéré comme un des facteurs déclencheurs du mouvement chartiste; il fut à l’origine d’un profond mécontentement populaire, dans le monde ouvrier, car ses détracteurs soulignèrent à juste titre que la nouvelle loi durcissait les conditions d’octroi des secours et des aides aux plus pauvres. Une étude des archives parlementaires, gouvernementales et paroissiales nous permettent de nuancer ce jugement: les correspondances échangées entre le Poor Law Board et les paroisses, les enquêtes parlementaires, et les minutes des conseils paroissiaux nous montrent les possibilités réelles offertes par la Nouvelle loi des pauvres, par le biais de l’apprentissage et de l’émigration. Il semble que la loi n’était pas si cruelle et les autorités locales disposaient d’une certaine liberté de jugement. Les archives montrent qu’Edwin Chadwick lui-même ne fut pas insensible aux cas les plus affligeants qui lui furent transmis. C’est pourquoi on peut dire finalement que la New Poor Law fut un paradoxe victorien.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La New Poor Law de 1834 est un passage incontournable des études victoriennes. Décriée par Charles Dickens dans Oliver Twist et les caricaturistes de Punch, elle est souvent présentée comme une loi sévère et impopulaire, dure avec les indigents, car elle réforma considérablement le système des secours aux pauvres, se basant sur les principes de less eligibility et de self-help : l’asile devint un lieu effrayant pour les pauvres, qu’il fallait absolument éviter, ce qui indirectement était censé encourager l’effort et le travail.

2En apparence l’application de cette loi fut très injuste pour la classe ouvrière. Or ce que l’on sait moins c’est que l’amendement de 1834 contenait des clauses favorables à l’ouvrier victorien, comme la possibilité de bénéficier d’une instruction pratique par l’apprentissage, ou d’aides financières pour émigrer vers les colonies (présentées très positivement dans la littérature et les documents officiels de l’époque).

3L’exploitation d’un ensemble d’archives à deux niveaux permet au chercheur de mieux cerner la réalité historique : les archives parlementaires (Parliamentary Papers) et gouvernementales (Poor Law Board, Colonial Office) donnent le cadre général de la loi et nous renseignent sur le rôle de l’administration centrale. Puis les archives locales paroissiales (Poor Law Unions) et les archives d’entreprises industrielles (usines ou entreprises locales) nous informent de l’action des autorités locales et de leurs partenaires.

4Cette communication montrera donc comment la loi de 1834 fut appliquée sur le terrain, à une époque où on l’on commençait seulement à réformer le système électoral et le système de gouvernement local. Dans une première partie, après avoir expliqué le contexte social, politique et économique, nous parlerons des objectifs de la loi, de ses grandes lignes, puis du fonctionnement de la paroisse et de l’asile, et enfin des effets de la loi, sujets de polémiques aussi bien parmi les politiques victoriens que parmi les historiens. La deuxième partie traite de ce que prévoyait la loi en terme de formation, puis étudie l’application de ces mesures dans une usine textile du Cheshire. La dernière partie aborde les dispositifs prévus pour les travailleurs désirant émigrer, illustrés par des exemples de paroisses du Wiltshire, une des régions qui enregistra l’un des plus forts taux d’émigration au 19è siècle.

5C’est en analysant l’évolution de la condition des ouvriers anglais pauvres que l’on peut évaluer les effets de la loi et dire s’il y eut une réelle mobilité sociale grâce à l’apprentissage et l’émigration.

LE CONTEXTE POLITIQUE : LES ANNÉES 1830

6En Grande-Bretagne, la période 1830-1832 fut dominée par la question de la réforme électorale. En 1830 le gouvernement Whig de Charles Grey se met en place, après la victoire sur les Conservateurs. Grey n’était pas un démocrate, il voulait seulement donner le vote aux classes moyennes, les nouvelles forces vives de la société anglaise, sans modifier radicalement le système politique. Pour lui la réussite financière et économique de la bourgeoisie montrait qu’on pouvait lui donner le vote en toute confiance. Beaucoup de philosophes politiques comme Jeremy Bentham, le chef des Utilitaristes, prônaient également une réforme du Parlement car pour eux tout gouvernement devait être efficace et responsable, et viser le bien-être du plus grand nombre.

7Beaucoup de réformes du gouvernement whig des années 1830 sont ainsi basées sur ce concept. Le parti Whig avait tissé des liens étroits avec les classes moyennes : on comptait dans ses rangs des députés Whig, beaucoup d’aristocrates mais aussi un nombre croissant de riches bourgeois. Certains bourgeois comme Thomas Attwood, partisans de la réforme électorale, organisèrent des manifestations populaires et pacifiques, des pétitions, en obtenant le soutien des classes populaires.

8Pour l’historien E. P. Thompson, la Grande-Bretagne ne fut pas loin de connaître une révolution entre 1830 et 1832 : cette crise politique survint dans un contexte économique défavorable : des mauvaises récoltes, des prix élevés des denrées et le chômage dans les campagnes, particulièrement dans le sud, amenèrent des révoltes populaires réclamant un changement, une réforme. Dans ce contexte Grey eut moins de mal à faire accepter son projet de loi par le Parlement.

9La loi électorale de 1832 ne donna donc pas le vote aux classes populaires, d’où la grande déception des mouvements radicaux et le ressentiment contre le gouvernement whig. Elle brisa l’alliance entre les petits entrepreneurs, les artisans, les commerçants, et la classe ouvrière, car seuls les premiers furent émancipés. Les classes populaires se sentirent trahies et allaient dorénavant exiger l’extension du droit de vote par le biais notamment du Chartisme.

  • 1 A l’inverse des Humanitariens, comme Robert Owen ou Anthony Ashley Cooper.

10Entre 1830 et 1832 le gouvernement Whig produisit des lois importantes sous la pression des Utilitaristes et des Humanitariens : l’abolition de l’esclavage en 1833 et la réorganisation du système de gouvernement local en 1835 furent des lois majeures. Par contre la loi sur le travail en usine de 1833 ne résolut pas les questions de la durée du travail et du travail des enfants. La loi des pauvres de 1834 durcit le système d’aide aux plus démunis. Cependant l’objectif premier des Utilitaristes était une meilleure efficacité de l’administration et du gouvernement, pas l’amélioration de la condition ouvrière1 (qui était vue comme une conséquence possible de l’objectif).

GENÈSE DE LA LOI DE 1834

  • 2 4 & 5 Will. IV, c. 76

11Edwin Chadwick fut le principal artisan de la New Poor Law2 : très influencé par les idées de Jeremy Bentham, il mit en place une commission d’enquête qui recueillit des témoignages et émit des recommandations reprises par le gouvernement. Le point de départ des travaux de la commission Chadwick fut les lois des pauvres de l’époque élizabéthaine (1597 et 1601), qui rendirent les paroisses responsables de l’assistance à leurs pauvres ; en outre tous les propriétaires devaient payer une taxe spécifique pour l’entretien des pauvres. La loi de 1662 restreignit l’octroi des aides sachant que les pauvres ne purent alors recevoir de l’aide que de leur paroisse de naissance. A la fin du 18è siècle le système d’assistance avait du mal à faire face à l’augmentation du chômage : on essaya le Speenhamland system (1795) c’est-à-dire que les paroisses en Angleterre (particulièrement dans le Sud et le Centre) accordaient des aides financières en fonction de la taille de la famille du demandeur et du prix du pain. Ces aides venaient compléter les salaires des ouvriers (les employeurs tendaient à donner des bas salaires car ils savaient que leurs travailleurs pouvaient recevoir de l’argent de la paroisse). Les contribuables quant à eux se plaignaient de la hausse régulière de la taxe pour les pauvres. Pour les Utilitaristes le système encourageait l’oisiveté et était très coûteux pour les paroisses.

12Le rapport de la commission, publié en février 1834, servit de base à la nouvelle loi des pauvres : il soulignait le gaspillage de l’argent des contribuables. C’était un système trop généreux : tout le monde pouvait en profiter, il n’y avait aucune contrepartie réelle (en théorie la personne secourue devait un travail d’intérêt général mais il était rarement exigé). Il était de plus défavorable aux travailleurs non assistés : selon un témoin cela occasionnait une hausse des loyers d’habitation car les propriétaires savaient que les ouvriers assistés pouvaient payer grâce aux paroisses des loyers supérieurs aux prix du marché. Le système était de plus en plus sollicité, ce qui montre selon des témoins, le manque de scrupules des demandeurs. Beaucoup d’apprentis placés par les paroisses refusaient de travailler et préféraient revenir à l’asile où on ne leur demandait rien du tout. Enfin le rapport souligne l’irresponsabilité des employeurs qui profitent de la générosité des paroisses et ne respectent eux aussi pas les contrats. George Huish, un administrateur de la paroisse de St George, Southwark, à Londres déposa dans ce sens devant la commission :

  • 3 p. 25, in BPP/HC 1834 (44) XXVII.1 : Report from HM’s Commissioners for Inquiring into the Administ (...)

“The most injurious portion of the Poor Law system is the outdoor relief. I do not serve a day without seeing some new mischiefs arise from it... it is utterly impossible to prevent considerable fraud, whatever vigilance is exercised3

13La commission proposa que les secours à l’extérieur de l’asile ne soient plus accordés aux pauvres valides, avec des exceptions possibles pour les infirmes et les personnes âgées. Le système des asiles serait développé mais on les rendrait peu attrayants afin de décourager l’oisiveté. Les paroisses d’un même secteur pourraient fusionner entre elles pour former une Union d’une trentaine de paroisses, une nouvelle entité plus grosse afin de répartir les dépenses de fonctionnement, mettre en commun les asiles (le but étant de séparer les valides des invalides et des réfractaires au travail. Le système comprendrait trois niveaux : les agents des unions (union officers) assuraient le fonctionnement de l’asile ; ils obéissaient aux administrateurs (guardians, overseers), des notables élus par les contribuables qui dirigeaient l’asile et géraient les aides. Un bureau central à Londres (Poor Law Board) contrôlait les unions et les informait des mesures gouvernementales.

LES EFFETS DE LA LOI : POINTS DE VUE

  • 4 BPP/HC 1864 (406) LII.97 : Regulations in force in every poor law union in England, as to the recep (...)

14La classe ouvrière et les travailleurs les plus pauvres furent confrontés à un système d’assistance plus restrictif et plus dur qu’avant. On ne chercha pas vraiment à s’attaquer aux causes de la pauvreté mais seulement à décourager le recours à l’assistance publique. L’abolition des secours externes (outdoor relief) fut durement ressentie dans tout le pays, surtout dans les régions industrielles touchées par le chômage (fort heureusement les meilleures récoltes après 1835 et les recrutements massifs dans les chemins de fer atténuèrent les effets du sous-emploi). Il y eut des émeutes ouvrières dans le Nord contre la nouvelle loi, cependant les archives4 consultées montrent qu’en fait les règles variaient considérablement selon les groupements de paroisses : par exemple en ce qui concerne le travail exigé des pauvres occasionnels en échange de leur accueil en asile, ou bien la quantité et la qualité des denrées fournies. En outre les secours externes continuèrent à être accordés, au cas par cas. Enfin il n’y avait pas toujours des asiles séparés pour les différentes catégories de pauvres.

  • 5 C’est le point de vue d’Elie Halévy : « le gouvernement créait des rouages administratifs nouveaux, (...)

15Pour un ensemble regroupant les Utilitaristes, les partisans de la libre-entreprise et de l’effort individuel, le gouvernement whig, les contribuables, la loi fut une réussite car le nombre des demandeurs de secours diminua beaucoup après 1834 ; c’était une façon de réformer un système qui en avait besoin. La loi permit donc des économies budgétaires pour les groupements de paroisses. En outre elle avait créé un système administratif original qui permit ensuite l’application de réformes sociales importantes5.

  • 6 Blaug, Mark, ed. Pioneers in Economics : George Scrope, Thomas Attwood, Edwin Chadwick, John Caimes (...)

16Pour les Humanitariens et les historiens marxistes6, la loi fut oppressive et cruelle. Certains chercheurs pensent que le rapport de la commission Chadwick fut tronqué et biaisé afin de permettre le vote de l’amendement. Il reste que la loi rendit la condition ouvrière plus difficile encore. Les Chartistes la présentèrent comme une loi particulièrement injuste.

17Un rapport parlementaire de 1837 sur l’octroi des secours aux pauvres, plutôt favorable aux nouvelles dispositions, présente néanmoins des témoignages contrastés ; certains sont favorables aux détracteurs de la loi car ils montrent que les familles nombreuses perdirent leurs aides (calculées auparavant selon le nombre d’enfants à charge) et leurs allocations de logement qui payaient la plus grande partie de leurs loyers. Globalement le niveau des secours fut moindre.

18On trouve aussi dans le rapport des témoignages moralisateurs de notables et des élites économiques qui disent avoir noté depuis le vote de la loi une baisse de la fréquentation des débits de boisson, une attitude plus responsable et active de l’ouvrier :

  • 7 p. 7, in BPP/HC 1837 (481) XVII. Part I.1 : Report of the select committee on the administration of (...)

“The introduction of the new law has been attended with considerable improvement in the character and condition of the poor... the employment of agricultural labour appears to be greater ; the morale and conduct of the labouring poor are said to be improved ; they have become more provident, and more anxious to obtain and keep their places7

19Il ressort de cette première partie que le gouvernement whig mit en place une organisation administrative élaborée, à trois niveaux, et une nouvelle politique sociale plus dure envers les pauvres pour les inciter à l’effort. Nous allons maintenant voir comment, grâce aux économies dégagées, cette nouvelle administration favorisa la mobilité sociale d’ouvriers par l’apprentissage et l’émigration.

APPRENDRE UN MÉTIER : L’APPRENTISSAGE DANS LE CADRE DE LA NEW POOR LAW

  • 8 Wiltshire Record Office (Trowbridge, Wilts.) : WRO/173/54 : [Chippenham : orders of Poor Law Commis (...)
  • 9 Un certificat médical était exigible si l’enfant avait moins de 14 ans.
  • 10 Elle n’était pas obligatoirement celle du lieu de résidence des parents ; un enfant pouvait être en (...)
  • 11 Les jeunes de moins de 16 ans devaient recevoir une instruction religieuse ou aller dans une Sunday (...)

20Des archives8 de la Poor Law Commission sur l’apprentissage nous informent des règles en vigueur en 1834 : les jeunes enfants dès 9 ans9 pouvaient se voir proposer avec l’accord de leurs parents ou leurs tuteurs un contrat d’apprentissage (indenture) pour 8 années, par une Poor Law Union10, le but étant de prodiguer au jeune une instruction pratique et d’aider sa famille, puisque le maître devait instruire11, loger, nourrir, habiller, soigner l’enfant (payer les soins médicaux éventuels). Après 17 ans l’apprenti avait droit à une rémunération au moins égale à ¼ du salaire d’un ouvrier adulte.

  • 12 Manchester Central Library, Local Studies Unit : Grey Collection : CS/1/4/1-4 : Mill Ledgers
  • 13 Grey collection : CS/5/1-5 : Apprentice indentures and agreements. Cf : doc. 1
  • 14 Ibid.

21Les usines de la révolution industrielle avaient besoin en effet d’enfants pour accomplir des tâches d’exécution que des adultes ne pouvaient réaliser ou qui ne demandaient aucune qualification ou aptitude particulière. Ainsi l’usine de cotonnades de Quarry Bank Mill à Styal, tout près de Manchester (Cheshire), implantée près de la rivière Bollin12, avait été fondée en 1784 et pour répondre à ses besoins en main d’œuvre son propriétaire, un certain Samuel Greg, se tourna vers les Poor Law Unions du Cheshire susceptibles de lui procurer de jeunes apprentis13. En effet les tâches à effectuer étaient simples comme le nettoyage des locaux, la réparation des brins de fils cassés, le remplacement des bobines, le graissage des machines. Il y avait beaucoup d’enfants dans les asiles en période de récession si bien que les paroisses payaient même les entrepreneurs qui proposaient des contrats d’apprentissage, afin de réduire les dépenses de fonctionnement de l’asile. Comme nous l’avons dit les employeurs ne payaient pas cette main d’œuvre gratuite et ne devaient que la loger et la nourrir. Entre 1785 et 1847 près de 1000 apprentis14 travaillèrent à Quarry Bank Mill.

22Les contrats d’apprentissage montrent qu’au début la plupart des enfants venaient de Newcastle-under-Lyme (Stafforshire), près de Stoke-on Trent. Puis à partir de 1820, jusqu’en 1847, Liverpool et sa région constituèrent la main d’œuvre principale, même si certains venaient de régions plus éloignées comme Londres, le Shropshire, le Berkshire, le Lancashire. Les familles de ces apprentis étaient toutes d’origine ouvrière mais les pères n’exerçaient pas toujours des métiers sans qualification : on trouve aussi bien des ouvriers qualifiés que des manœuvres sans aucune formation.

  • 15 CS/8/22 : Papers re-imprisonment of Esther Price and Lucy Garner
  • 16 CS/4/1-2 : Physician’s notebooks

23Comme dans la plupart des usines textiles, le travail à Quarry Bank Mill était déplaisant, monotone et parfois risqué du fait des machines en rotation ou de l’atmosphère viciée par les fibres de coton, à raison d’une quinzaine d’heures journalières, à l’exception bien sûr du Dimanche, réservé à une forme d’instruction religieuse. Il n’est pas surprenant que certains apprentis s’enfuirent, comme Esther Price et Lucy Garner : une note15 de 1841 nous détaille les dépenses engagées par l’employeur pour ramener de Liverpool ces deux jeunes filles. Le registre16 du médecin montre l’étendue des maladies respiratoires chez ces enfants, qui se manifestaient clairement chez les apprentis les plus anciens.

  • 17 CS/1/15/1-5 : Wages books et : note 12

24En dépit de ces conditions de travail difficiles, un grand nombre d’apprentis devinrent des ouvriers salariés après leur formation, comme Catherine Quigley17, engagée à 11 ans en 1834 et qui resta 8 ans à l’usine, finissant comme fileuse. Des jeunes garçons devinrent mécaniciens affectés à l’entretien des machines, comme Samuel Scott : engagé en 1835 à l’âge de 12 ans, il figure ensuite dans les registres comme mécanicien en 1847. Enfin un petit nombre d’apprentis fut engagé par Greg en tant que domestiques, comme Sarah Bowden, Sarah Powell, Mary Bradbury, toutes trois entrées à son service en 1834 et encore en poste en 1841. On peut donc dire que ces enfants, grâce au dispositif d’assistance, profitèrent d’une mobilité sociale vers le haut : ils obtinrent dans l’usine où ils avaient effectué leur apprentissage, un travail permanent.

ÉMIGRER DANS LES COLONIES GRÂCE À LA NEW POOR LAW

  • 18 BPP/HC 1854-5 (151) XLVI.57 : Communications relative to the appointment of children to employees i (...)

25La loi offrait une alternative à ceux qui n’avaient pu trouver une place après leur apprentissage : l’émigration vers les colonies. Par exemple, dans les années 1850 il y eut une forte demande en apprentis dans les colonies d’Australie : beaucoup de fermiers recherchaient des travailleurs jeunes et des apprentis, et s’adressèrent au Poor Law Board, qui demanda aux Poor Law Unions de lui faire parvenir des candidatures d’enfants placés en asile. Ainsi un Papier Parlementaire18 de 1854 traite de l’embauche d’apprentis par des employeurs de Nouvelle Galles du Sud : c’est une correspondance gouvernementale échangée entre l’Office de l’émigration (Colonial Land & Emigration Office) et le Poor Law Board, le premier informant le second des dispositions en vigueur. Il était possible ainsi à des mineurs de plus de 14 ans d’émigrer seuls, sous le contrôle du Poor Law Board. Ce dernier avançait à l’enfant le prix de la traversée et l’apprenti devait signer un contrat où il s’engageait à travailler pour un maître qui rembourserait ensuite les sommes avancées par le gouvernement à l’agent d’émigration de la colonie.

  • 19 p. 1 in Lumley, W. G. Practical Instructions to Boards of Guardians and Parish Officers, as to Proc (...)
  • 20 Emigration Circular. Office of Poor Law Commissioners for England & Wales, 20/03/1835, in : WRO/Ms (...)
  • 21 cf : doc. 2 (source : BPP/HC 1842 (301) XXXI.539 : Correspondence relative to emigration to Austral (...)
  • 22 BPP/HC 1851 [XIX] 1 : Report from the Select Committee on Passengers’ Act.
  • 23 BPP/HC 1847-8 (345) XLVII.679 : Account of persons who have been aided in emigration from England a (...)

26En outre pour les candidats à l’émigration les plus démunis, la loi de 1834 (section 62) prévoyait que les administrateurs de la paroisse de résidence pouvaient octroyer des aides financières19 afin de payer tout ou partie de leurs frais de transport vers les colonies britanniques. Une circulaire20 du 20 mars 1835 émise par l’Office of Poor Law Commissioners rappelle les termes de la loi et propose des formulaires-types21 pour la convocation des contribuables de la paroisse (qui devaient procéder à un vote pour la décision finale) et l’octroi des aides : un contrat de transport entre la paroisse et un agent maritime était nécessaire, afin de garantir notamment les voyageurs contre les aléas de la navigation et les abus de certaines compagnies maritimes. En effet les Papiers Parlementaires22 rapportent que les émigrants se plaignaient fréquemment de leurs conditions de transport à bord des navires, de la piètre qualité des vivres fournis par l’équipage. Ce n’est qu’à partir de 1855 que la situation s’améliora grâce au vote par le Parlement d’un nouveau Passengers’Act. Les rapports23 de la Poor Law Commission et du Poor Law Board nous donnent les chiffres des émigrants anglais et gallois qui furent assistés par les paroisses en vertu de la loi de 1834.

27Entre 1836 et 1847 près de 9500 personnes, dont 4000 à destination de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, 4800 pour le Canada et 700 vers d’autres colonies. En examinant les comtés d’origine on voit que le Kent et le Sussex venaient en tête : Londres et le Sud-Est avaient toujours été de fortes zones d’attraction mais aussi un lieu de désillusions pour beaucoup d’artisans, de journaliers agricoles ou d’autres ouvriers au chômage qui étaient venus dans la métropole en pensant y trouver de nouvelles possibilités. Si on compare ces chiffres avec le nombre total d’émigrants à la même époque, on s’aperçoit que l’émigration assistée par les paroisses ne représentait que 5 %.

  • 24 Shepperson, Wilbur Stanley. The Promotion of British Emigration by Agents for American Lands. Reno (...)
  • 25 Hudson, Paul. “English Emigration to New Zealand, 1839-50 : Information Diffusion & Marketing a New (...)
  • 26 Les Papiers Parlementaires contiennent aussi des exemples d’agents plus ou moins bien intentionnés  (...)
  • 27 P. 6 in : Information for Emigrants to the British Colonies Issued by the Colonial Office. London : (...)

28Les candidats à l’émigration, en plus du soutien financier des paroisses, disposaient de nombreux moyens d’information : il y avait des journaux spécialisés dans l’émigration comme les publications de la Society for the Promotion of Colonization, l’Emigrant & Colonial Gazette, ou encore l’Emigration & Colonization Messenger. On y trouvait des conseils, des renseignements pratiques sur les pays, des témoignages d’émigrants (par exemple sous forme de lettres, également publiées sous forme de volumes), des publicités de compagnies maritimes. Il y avait aussi une multitude de guides pratiques sur les colonies. Plusieurs chercheurs ont déjà montré le rôle actif joué par les agents d’émigration mandatés par les gouvernements des colonies ; Wilbur Stanley Shepperson24 pour le Canada, Paul Hudson25 pour la Nouvelle-Zélande. Ces agents26 n’hésitaient pas à démarcher directement les Poor Law Unions pour trouver des candidats potentiels et leur offrir parfois leur transport, ce qui était déjà un avantage considérable (en 1880 un adulte devait débourser 6 livres 6 shillings27 pour aller au Canada en bateau à vapeur ; pour l’Australie il fallait compter une quinzaine de livres. Les enfants payaient demi-tarif) : à cette époque un ouvrier qualifié gagnait environ 80 livres par an. Ces agents faisaient des conférences, distribuaient des tracts vantant le confort des navires, leur rapidité, les possibilités offertes par les colonies. Tout ceci contribuait à une meilleure information des pauvres ouvriers.

  • 28 Cf : note 22

29Le Wiltshire constitue un comté intéressant pour notre étude : pas trop éloigné de Londres, il fournit un contingent relativement important28 d’émigrants au 19è siècle : entre 1836 et 1847, sur 344 émigrants assistés, 11 partirent en Australie & Nouvelle-Zélande, 44 en Nouvelle Galles du Sud et 289 au Canada.

30Une fois la destination choisie, le candidat devait déposer une demande auprès de sa paroisse et remplir plusieurs formulaires où il indiquait la composition de sa famille, les métiers exercés. Après un examen médical par l’officier de santé de la paroisse (et le cas échéant une vaccination contre la petite vérole), il lui fallait encore obtenir des recommandations de deux notables. Le dossier complet était ensuite envoyé par la Poor Law Union au Poor Law Board pour contrôle, ce qui pouvait occasionner des retards et parfois l’annulation du voyage si la réponse du PLB parvenait trop tard à la paroisse qui devait encore organiser le voyage et payer la traversée. Les Papiers Parlementaires se font l’écho d’une polémique autour du rôle du PLB : beaucoup de Poor Law Unions se demandaient s’il était bien utile de passer par ce dernier alors qu’il était parfois nécessaire d’aller vite et de saisir toutes les opportunités offertes par les agents d’émigration ou des employeurs établis dans les colonies.

  • 29 WRO/Ms. 830/32 : Whiteparish : list of those offered a free passage, 1836.
  • 30 BPP/HC 1854-5 (151) XLVI.60 : Government Emigration Office : regulations for the selection of emigr (...)

31Le registre29 des secours de la paroisse de Whiteparish (Wilts.) pour la période 1832-1837 recense les noms des demandeurs, les motifs invoqués et les secours accordés : le 16 mars 1836 le conseil eut à examiner plusieurs requêtes et décida d’aider une dizaine de familles en leur payant l’intégralité des frais de voyage vers le Canada. Parmi les bénéficiaires on note quelques cas qui selon les textes n’étaient pas recevables30, comme plusieurs familles nombreuses (par exemple un nommé Richard Price, sa femme et ses quatre enfants). On note aussi la présence parmi ces voyageurs d’un adolescent de 17 ans, James Lang, probablement un apprenti avec un engagement ferme. En effet les colonies avaient des critères de sélection : on privilégiait les candidatures de femmes (propices à la formation de familles sur place), de travailleurs qualifiés ou semi-qualifiés (prêts à être embauchés dans l’industrie, l’agriculture, le commerce), de couples avec enfants (mais pas trop, et pas en bas âge, l’idéal étant que tous les membres de la famille soient en âge de travailler). Les années 1830-50 furent une période de récession, de famines et de très forte émigration vers le Canada. Les paroisses étaient, au vu de la misère de leurs pauvres, particulièrement désireuses de les aider à émigrer.

  • 31 WRO/Ms. 577/15 : Bishopstone (South Wiltshire) to New South Wales, 1839-40 (select vestry book)
  • 32 WRO/Ms. 212 B/5644 : Purton : agreement for conveying pauper emigrants, 1837. cf : doc. 3
  • 33 p. 62 in BPP/HC 1854-5 (Cf : note 28)

32Une fois la décision prise, la paroisse devait ensuite trouver les fonds nécessaires : un livre comptable31 de la paroisse de Bishopstone nous informe que le 15 mars 1838, 100 livres furent dégagés pour l’émigration des pauvres. Cette somme serait prélevée sur les recettes de la paroisse (sur les poor rates) ou si cela était insuffisant, empruntée. Le comité paroissial avait même envisagé à tout hasard les modalités de remboursement (4 versements de 28£ 2s.6d., les intérêts ne devant pas excéder 5 % l’an). Il fallait ensuite organiser le voyage des émigrants et trouver une compagnie maritime sûre et économique : on trouve trace de ces arrangements dans les archives, comme cet accord32 signé le 22 mai 1837 entre la paroisse de Purton et un agent maritime du nom de Robert Carter établi à Londres. Il mentionnait le prix convenu pour tous les voyageurs et prévoyait qu’à leur arrivée, les émigrants recevraient du capitaine une petite somme d’argent (1 livre) pour leurs premiers frais. Outre le transport, il fallait obligatoirement doter les pauvres d’un trousseau suffisant, contrôlé avant l’embarquement. Les archives gouvernementales33 contiennent des listes détaillées des effets nécessaires (pour les hommes : 6 chemises de travail, 6 paires de bas, 2 chemises de flanelle, 2 paires de chaussures, 2 ensembles d’extérieur, ainsi qu’un nécessaire de toilette et des draps et du savon pour la traversée). Dans les archives de Whiteparish on trouve une pochette de factures de fournisseurs, des commerçants qui avaient équipé les émigrants, comme cette facture d’un shilling pour « un grand plat en étain », destiné probablement à la préparation des repas pendant le voyage. On y trouve aussi les notes de frais des guardians qui accompagnèrent les émigrants jusqu’au port d’embarquement.

33Les archives locales montrent les efforts financiers consentis par les paroisses pour promouvoir la mobilité sociale des pauvres les plus capables, et soulignent l’échec qui en général attendait les émigrants envoyés sans préparation et sans qualification dans les colonies britanniques.

CONCLUSION

34La New Poor Law de 1834 fut une loi sévère pour les travailleurs non qualifiés et les classes ouvrières les plus pauvres. Le gouvernement les accusait de profiter du système d’assistance, ce qui les excluait des programmes d’émigration. Les jeunes enfants des asiles étaient parfois placés en apprentissage contre leur gré, loin de leur famille. Ce fut une loi globalement favorable aux travailleurs instruits ou débrouillards, sachant utiliser les ressources de la loi et s’adapter au nouveau système. Elle accentua indirectement les inégalités entre les ouvriers eux-mêmes, c’est-à-dire entre ceux qui revinrent au pays après une expatriation réussie et ceux qui n’avaient pu partir et avaient subsisté en Angleterre à l’asile.

  • 34 cf : Althusser, Louis. Essays on Ideology. London, Verso, 1984. 179 p.

35Le rôle des paroisses est contrasté : par l’apprentissage elles fournirent aux entrepreneurs une main d’œuvre fragile, corvéable à merci, non rémunérée. Certes un nombre d’apprentis connut une mobilité sociale, leur longévité dépendant en grande partie de leurs conditions de travail et de l’attitude de leurs maîtres. Comme les philosophes marxistes34, on peut aussi voir cet apprentissage, période d’éducation et d’instruction, comme un sas social, la mise en place d’un contrôle idéologique sur l’ouvrier. Par l’émigration elles aidèrent des candidats sélectionnés et les mirent en contact avec des employeurs dans les colonies.

36La New Poor Law, vue de France, semble bien un paradoxe, selon qu’elle s’appliqua aux ouvriers instruits ou aux ouvriers non qualifiés, ou bien encore si l’on oppose le point de vue des concepteurs de la loi et celui de leurs opposants. Peut-on alors parler d’une création, suite à la New Poor Law, d’une sous-classe ouvrière en Angleterre ?

DOCUMENT 1 : CONTRAT D’APPRENTISSAGE DE CATHERINE QUIGLEY A L’USINE DE STYAL

DOCUMENT 1 : CONTRAT D’APPRENTISSAGE DE CATHERINE QUIGLEY A L’USINE DE STYAL

DOCUMENT 2 : FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR L’EMIGRATION EN AUSTRALIE

DOCUMENT 2 : FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR L’EMIGRATION EN AUSTRALIE

DOCUMENT 3 : CONTRAT DE TRANSPORT ENTRE ROBERT CARTER ET LA PAROISSE DE PURTON

DOCUMENT 3 : CONTRAT DE TRANSPORT ENTRE ROBERT CARTER ET LA PAROISSE DE PURTON

SOURCES CONSULTÉES

1) Papiers Parlementaires (House of Commons) :

37HC 1834 (44) XXVII.1 : Report from HM’s Commissioners for Inquiring into the Administration and Practical Operation of the Poor Laws.

38HC 1837 (481) XVII. Part I.1 : Report of the select committee on the administration of the relief of the poor

39BPP/HC 1841 (294) XXI.395 : Copies of letters respecting the proposed emigration of certain female paupers from the parish of St Marylebone.

40BPP/HC 1842 (301) XXXI.539 : Correspondence relative to emigration to Australia)

41BPP/HC 1847-8 (345) XLVII.679 : Account of persons who have been aided in emigration from England and Wales under the provisions of the Poor Law Amendment Act, 1836-47.

42BPP/HC 1851 [XIX] 1 : Report from the Select Committee on Passengers Act.

43HC 1854-5 (151) XLVI. 57 : Communications relative to the appointment of children to employees in New South Wales.

44BPP/HC 1854-5 (151) XLVI.60 : Government Emigration Office : regulations for the selection of emigrants, and conditions on which passages are granted, (section “qualifications of emigrants”)

45HC 1864 (406) LII.97 : Regulations in force in every poor law union in England, as to the reception and relief of casual poor in the workhouses.

2) Wiltshire Record Office (Trowbridge, Wilts.) :

46WRO/173/54 : [Chippenham : orders of Poor Law Commission, accounts and regulations of the workhouses, 1835-44] Rules and regulations in regard to the apprenticing of poor children by the guardians of the poor.

47WRO/1306/105 : Downton : emigration of paupers, 1835 (financial papers)

48WRO/830/32 : Whiteparish : list of those offered a free passage, 1836

49WRO/212 B/5644 : Purton : agreement for conveying pauper emigrants, 1837.

50WRO/577/15 : Bishopstone (South Wiltshire) to New South Wales, 1839-40 (select vestry book)

3) Manchester Central Library (Local Studies Unit) :

51Grey Collection :

52CS/1/4/1-4 : Mill Ledgers

53CS/1/15/1-5 : Wages books

54CS/4/1-2 : Physician’s notebooks

55CS/5/1-5 : Apprentice indentures and agreements

56CS/8/22 : Papers re-imprisonment of Esther Price and Lucy Garner

4) British Library (Rare Books & Music) :

57Lumley, W. G. Practical Instructions to Boards of Guardians and Parish Officers, as to Proceedings to Be Taken in Respect of the Emigration of Poor Persons at the Cost of the Poor Rate. London : Charles Knight, 1849.

58Information for Emigrants to the British Colonies Issued by the Colonial Office. London : HMSO, 1880.

Notes

1 A l’inverse des Humanitariens, comme Robert Owen ou Anthony Ashley Cooper.

2 4 & 5 Will. IV, c. 76

3 p. 25, in BPP/HC 1834 (44) XXVII.1 : Report from HM’s Commissioners for Inquiring into the Administration and Practical Operation of the Poor Laws.

4 BPP/HC 1864 (406) LII.97 : Regulations in force in every poor law union in England, as to the reception and relief of casual poor in the workhouses.

5 C’est le point de vue d’Elie Halévy : « le gouvernement créait des rouages administratifs nouveaux, travaillait à doter l’Angleterre d’une bureaucratie » (p. 379), « Bentham trace tout le plan d’un système de gouvernement local » (p. 382), in Halevy, Elie. Histoire du peuple anglais au XIXe siècle : du lendemain de Waterloo à l’avènement de Sir Robert Peel, 1815-41. vol. 2 Paris, Hachette, 1928.

6 Blaug, Mark, ed. Pioneers in Economics : George Scrope, Thomas Attwood, Edwin Chadwick, John Caimes. vol. 20 Aldershot, Edward Elgar, 1991. 289 p.

7 p. 7, in BPP/HC 1837 (481) XVII. Part I.1 : Report of the select committee on the administration of the relief of the poor

8 Wiltshire Record Office (Trowbridge, Wilts.) : WRO/173/54 : [Chippenham : orders of Poor Law Commission, accounts and regulations of the workhouses, 1835-44] Rules and regulations in regard to the apprenticing of poor children by the guardians of the poor.

9 Un certificat médical était exigible si l’enfant avait moins de 14 ans.

10 Elle n’était pas obligatoirement celle du lieu de résidence des parents ; un enfant pouvait être envoyé loin de chez lui en fonction des offres disponibles.

11 Les jeunes de moins de 16 ans devaient recevoir une instruction religieuse ou aller dans une Sunday school.

12 Manchester Central Library, Local Studies Unit : Grey Collection : CS/1/4/1-4 : Mill Ledgers

13 Grey collection : CS/5/1-5 : Apprentice indentures and agreements. Cf : doc. 1

14 Ibid.

15 CS/8/22 : Papers re-imprisonment of Esther Price and Lucy Garner

16 CS/4/1-2 : Physician’s notebooks

17 CS/1/15/1-5 : Wages books et : note 12

18 BPP/HC 1854-5 (151) XLVI.57 : Communications relative to the appointment of children to employees in New South Wales.

19 p. 1 in Lumley, W. G. Practical Instructions to Boards of Guardians and Parish Officers, as to Proceedings to Be Taken in Respect of the Emigration of Poor Persons at the Cost of the Poor Rate. London, Charles Knight, 1849.

20 Emigration Circular. Office of Poor Law Commissioners for England & Wales, 20/03/1835, in : WRO/Ms 1306/105 : Downton : emigration of paupers, 1835 (financial papers)

21 cf : doc. 2 (source : BPP/HC 1842 (301) XXXI.539 : Correspondence relative to emigration to Australia)

22 BPP/HC 1851 [XIX] 1 : Report from the Select Committee on Passengers’ Act.

23 BPP/HC 1847-8 (345) XLVII.679 : Account of persons who have been aided in emigration from England and Wales under the provisions of the Poor Law Amendment Act, 1836-47.

24 Shepperson, Wilbur Stanley. The Promotion of British Emigration by Agents for American Lands. Reno (Nev.), Nevada University Press, 1954.

25 Hudson, Paul. “English Emigration to New Zealand, 1839-50 : Information Diffusion & Marketing a New World”, Economic History Review, vol. LIV, n° 4, Nov. 2001 : 680-98.

26 Les Papiers Parlementaires contiennent aussi des exemples d’agents plus ou moins bien intentionnés : en 1841 un agent d’émigration contacta la paroisse de Marylebone à Londres pour proposer un contrat de transport à un groupe de femmes qui dépendaient de l’asile. La moralité des femmes et de l’agent paraissant douteuse,, la paroisse refusa l’offre le 16 avril : “It appears that they are to be sent out upon a 4 months’ voyage without a matron, without a surgeon, and without any superintendent responsible for their moral conduct, and that it is to depend solely upon the vigilance of the captain, that no communication is held between the young women and the crew... the girls are to be set on shore at the town of Adelaide without money, without character, with dissolute habits... the removal of parties in the present manner is not likely to be advantageous to themselves, and is calculated to be pernicious to the colony into which they are introduced”, in : BPP/HC 1841 (294) XXI.395 : Copies of letters respecting the proposed emigration of certain female paupers from the parish of St Marylebone.

27 P. 6 in : Information for Emigrants to the British Colonies Issued by the Colonial Office. London : HMSO, 1880.

28 Cf : note 22

29 WRO/Ms. 830/32 : Whiteparish : list of those offered a free passage, 1836.

30 BPP/HC 1854-5 (151) XLVI.60 : Government Emigration Office : regulations for the selection of emigrants, and conditions on which passages are granted, (section “qualifications of emigrants”)

31 WRO/Ms. 577/15 : Bishopstone (South Wiltshire) to New South Wales, 1839-40 (select vestry book)

32 WRO/Ms. 212 B/5644 : Purton : agreement for conveying pauper emigrants, 1837. cf : doc. 3

33 p. 62 in BPP/HC 1854-5 (Cf : note 28)

34 cf : Althusser, Louis. Essays on Ideology. London, Verso, 1984. 179 p.

Table des illustrations

Titre DOCUMENT 1 : CONTRAT D’APPRENTISSAGE DE CATHERINE QUIGLEY A L’USINE DE STYAL
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre DOCUMENT 2 : FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR L’EMIGRATION EN AUSTRALIE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre DOCUMENT 3 : CONTRAT DE TRANSPORT ENTRE ROBERT CARTER ET LA PAROISSE DE PURTON
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteur

GRAAT EA 2113
Université François-Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540