Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paradoxe(s) victorien(s) – Victorian Paradox(es)

 | 
William Findlay

II. L'Environnement

Utilitarisme ou esthétisme ? Le paradoxe des bâtiments industriels victoriens

Isabelle Cases

Résumé

On constate dans la construction de nombreux bâtiments industriels (manufactures et entrepôts notamment) de la deuxième partie du dix-neuvième siècle un souci nouveau de la forme architecturale et un effort esthétique. On peut toutefois y voir beaucoup plus que le seul signe de l’influence de certains styles, tel le néo-gothique. Des facteurs aussi divers et complexes que la rivalité entre cités industrielles ou les aspirations sociales des industriels doivent être pris en compte pour bien comprendre le phénomène. Mais on peut aussi interpréter ce souci architectural comme une tentative visant à transcender le caractère utilitaire du bâtiment industriel et à lui conférer par une amélioration esthétique une sorte de dimension humaine ou de justification morale, comme pour répondre aux critiques visant de plus en plus ouvertement la société industrielle victorienne et son impact physique et culturel. On peut donc voir selon le cas dans ce phénomène un signe de confiance et de fierté, ou l’émergence d'un doute, et donc une contradiction toute victorienne.

Texte intégral

1Le règne de Victoria coïncide avec l’aboutissement de la Révolution Industrielle et l’avènement de l’âge d’or de la vapeur. Au delà des bouleversements économiques et sociaux entraînés, l’héritage matériel et architectural de ce phénomène est également considérable et mérite toute notre attention. Les bâtiments industriels de la période victorienne sont certes remarquables par leur nombre et leur impact toujours perceptible sur le paysage, mais un autre aspect tout aussi marquant est celui de leur diversité. Le terme de « bâtiment industriel » peut en effet renvoyer à des infrastructures de natures extrêmement différentes, et des controverses ont d’ailleurs souvent éclaté quant à ce qu’il convenait d’inclure dans cette catégorie. De nombreuses nouveautés sont cependant tout à fait particulières à la période victorienne. Ainsi les constructions liées au développement du chemin de fer, de la gare au simple entrepôt vont constituer un vivier extrêmement intéressant, en raison de leur variété et de leur richesse, mais aussi de tout le poids symbolique de l’avancée technologique qu’ils illustrent. Pour d’autres types de bâtiments, comme la fabrique, l’atelier ou le dock, on dénombre de multiples antécédents dans les années voire les siècles précédents, mais la nouveauté va souvent résider dans la taille et les caractéristiques techniques adoptées au dix-neuvième siècle. Par ailleurs, les archéologues industriels recensent aussi sous le terme de « bâtiment industriel » d’autres constructions regroupées en anglais sous l’expression « public utilities », et qui comptent entre autres des réseaux d’égout, des réservoirs ou usines à gaz,, des stations de pompage ou de traitement des eaux. Ces innovations de l’époque victorienne témoignent à la fois d’un progrès technologique, puisqu’elles mettent notamment en œuvre de puissantes pompes et machines à vapeur, mais aussi de l’amélioration de la vie quotidienne et des conditions sanitaires des Victoriens. Voilà donc quelques exemples parmi lesquels nous puiserons pour illustrer le propos de cet article. C’est dans un environnement urbain que, dans la grande majorité des cas ici évoqués, s’imposèrent avec le plus de retentissement de telles modifications, et on sait à la fois la fascination et les inquiétudes que suscitèrent souvent la croissance et l’envahissement des villes industrielles.

2Outre leur nature il faudra aussi tenir compte de l’origine de ces bâtiments. Leur commanditaire pouvait être selon le cas un marchand, un entrepreneur, une société ou une municipalité. Pourtant dans tous les cas, leur élaboration impliquait divers intervenants des milieux de l’industrie, et témoignait d’une étroite collaboration entre patrons de manufacture et ingénieurs. De ce fait leur construction reste le plus souvent liée à une catégorie sociale dont on sait qu’elle a été tout à la fois dominante dans le domaine économique, déterminante dans l’élaboration d’un système de valeurs morales et paradoxalement souvent contestée dans sa capacité à faire de la société industrielle la civilisation modèle que semblait annoncer l’exposition de 1851. On peut donc à ce titre se demander dans quelle mesure la conception et la forme de ces nouveaux bâtiments a pu suggérer une confiance grandissante ou tout au contraire refléter des malaises ou des controverses...

3Par ailleurs, il faut aussi envisager le développement des infrastructures industrielles au dix-neuvième siècle dans le cadre du multiforme et très animé débat victorien sur le rôle de l’architecture (simple moyen de construction ou véritable art permettant l’expression de facultés créatives ?), sur le choix des matériaux, sur le lien unissant forme et fonction, style architectural et type de bâtiment, ou encore sur la définition d’un style « national ». Il se trouve en effet que l’on constate dans la construction de nombreux bâtiments industriels de la deuxième partie du dix-neuvième siècle un souci marqué de la forme architecturale et une sorte d’effort esthétique nouveau dans le domaine de la construction utilitaire. Faut-il y voir un paradoxe et, dans ce cas, sa portée se limite-t-elle à de pures considérations architecturales ou révèle-t-elle des contradictions plus inhérentes à la société victorienne ?

4On a souvent parlé d’industrialisme triomphant dans la Grande-Bretagne des années 1850. Si les Victoriens étaient friands de symboles, ils nous ont eux-mêmes laissé quelques jalons symboliques, et c’est le Crystal Palace qui incarne toute la réussite, l’audace et l’engouement associés à cette époque, en même temps qu’il introduit une nouvelle ère architecturale. On peut pourtant arguer que l’évocation au sein même de l’exposition de l’époque médiévale à travers la Medieval Court d’Augustus Pugin constituait déjà une remise en question de certaines certitudes. Dans la deuxième partie du siècle, l’idéal de civilisation industrielle se trouva souvent malmené. Les attaques prirent diverses formes, mais la présence physique de la société industrielle fut, à de nombreuses reprises, la cible d’un certain ressentiment. Les architectes partisans du renouveau gothique s’insurgèrent les premiers contre une société capitaliste et ses manifestations physiques, et rechignèrent à utiliser leur compétence pour la construction de bâtiments à vocation utilitaire. Dès 1843, Pugin avait vivement critiqué le choix d’un style gothique par Brunei pour la gare de Temple Meads à Bristol dans son Apology for the Revival of Pointed or Christian Architecture. Quelques années plus tard, lors d’une conférence à Bradford en 1864, John Ruskin condamna de manière virulente l’adulation d’un nouveau dieu, celui de l’acquisition. L’architecte George Edmund Street s’inquiéta publiquement en 1880 des conséquences esthétiques négatives que ne pouvaient manquer d’entraîner les nouvelles approches scientifiques de l’architecture. De la même manière, l’exposition picturale organisée à Manchester en 1857 avait suscité bien des controverses, tant sur le fond que sur la forme. De nombreux mécènes issus de l’aristocratie se demandèrent alors quel peintre pourrait vouloir exposer dans une ville et un cadre aussi peu propices à l’exaltation artistique, tandis que le bâtiment même destiné à abriter l’exposition, dessiné par la firme CD Young and Company alors spécialisée dans l’exportation de bâtiments métalliques préfabriqués vers les colonies, essuya de virulentes critiques dans le magazine The Builder qui le compara à celui du South Kensington Museum de Londres, construit deux ans plus tôt, et rebaptisé avec mépris « The Brompton Boilers ». On peut de fait noter dès la fin des années 1860 une attitude bien moins tolérante vis à vis des bâtiments à structure métallique. Le fer et la fonte devinrent ainsi synonymes non plus d’audace mais de mauvais goût, ou furent en tous cas presque systématiquement associés à des aspects utilitaires, position appuyée par Ruskin pour qui, dans The Seven Lamps of Architecture, la véritable architecture ne pouvait souffrir l’emploi de matériaux métalliques. Alors que dans la première moitié du siècle la collaboration entre ingénieurs et architectes avait semblé couler de source, d’aucuns critiquaient à présent les manifestations jugées clinquantes d’une architecture de seconde zone, une « architecture d’ingénieurs ». Les constructions épurées en verre et métal se firent plus rares ou se virent agrémentées de fioritures architecturales destinées à pallier une sorte de manque mal défini. Un tel phénomène culmina dans la construction du fameux Tower Bridge à Londres entre 1886 et 1894, dans lequel John Wolfe Barry et Horace Jones associèrent prouesse technique et foisonnement gothique de la décoration architecturale. Plus généralement les avancées matérielles et technologiques qui avaient fait la gloire du pays se trouvèrent marquées du sceau de la suspicion vers la fin du siècle, et il sembla devenir essentiel de contrôler ce progrès débridé. La fabrique était de même souvent présentée comme un exemple architectural et un modèle de vie à éviter. Son aspect réputé peu accueillant renforçait donc la nécessité de bien marquer la différence entre lieu de travail et foyer. Selon George Godwin, et bien d’autres, toute ébauche de réforme sociale semblait donc devoir commencer par la condamnation de la forme même du bâtiment. Certains architectes s’insurgèrent aussi contre ce qu’ils décrivaient comme le gigantisme des nouveaux complexes industriels. Pour les disciples de Norman Shaw notamment, partisans d’un retour à un style architectural plus convivial, l’essence du caractère britannique n’avait de bonnes chances de s’exprimer qu’à travers des proportions plus raisonnables De nombreux observateurs étrangers avouèrent aussi leur surprise face aux dimensions inédites de certaines fabriques ou autres entrepôts, sans pour autant les juger satisfaisants d’un point de vue esthétique.

5Ces réactions pour le moins mitigées n’empêchèrent toutefois pas la prolifération de nouvelles structures mais influèrent probablement sur certains aspects de leur présentation. Tous les architectes ne refusaient pas par ailleurs de s’intéresser aux bâtiments utilitaires, et certains cabinets notamment dans la région de Manchester se spécialisèrent dans la réalisation de constructions du secteur cotonnier. Ce fut ainsi le cas des frères Stotts à Oldham de même que du cabinet Bradshaw, Gass and Hope de Bolton, ou encore d’architectes isolés comme David Bellhouse. D’autres plus connus comme Alfred Waterhouse, né à Liverpool, bataillèrent ferme pour faire accepter l’association de bâtiments et matériaux nouveaux et d’un style du passé médiéval. Dans certains cas, la division du travail entre architecte et ingénieur favorisa certainement les traitements décoratifs appliqués de manière plus ou moins heureuse, à la manière d’un glaçage pâtissier. Dès 1839 Philip Hardwick construisit le célèbre portique dorique menant à la gare de Euston (dont la destruction, en 1960, constitua un choc en quelque sorte salutaire pour les défenseurs de l’architecture industrielle victorienne), véritable entrée monumentale vers de simples hangars, contraste extravagant que certains ne manquèrent pas alors de souligner. De la même manière, Francis Thompson, qui forgea sa réputation d’architecte en travaillant dans le domaine du chemin de fer, agrémenta dix ans plus tard le Britannia Bridge conçu par les ingénieurs Thompson et Stevenson sur le détroit du Menai de motifs « égyptiens ». Certaines entreprises plus modestes comme la construction de la gare centrale de Newcastle en 1855 par un architecte local John Dobson parvinrent avec plus de succès à concilier forme et fonction, en associant de manière relativement harmonieuse structures métalliques et éléments de maçonnerie. Faute de pouvoir dans tous les cas réussir ce pari dans le cadre de structures plus imposantes, la solution de la juxtaposition était parfois envisagée. L’exemple le plus célèbre est sans contexte l’hôtel conçu par Sir Gilbert Scott, sorte de somptueux paravent devant les bâtiments de la gare de St Pancras, terminus de la célèbre Midland Railway Company à Londres. Tout aussi célèbre est la boutade de l’architecte lui-même qui déclara que le magnifique bâtiment néogothique était sans doute trop grandiloquent (« possibly too good for its purpose »). Le Grand Midland Hotel fut, sinon égalé, du moins imité, démarche qui pouvait parfois aboutir à des curieuses disparités comme à Marylebone où dans les années 1890 un hôtel gigantesque masquait un gare de taille peu impressionnante. Dans le cas des grands halls comme celui de la gare centrale de York terminée en 1877, des considérations fonctionnelles telle la nécessité d’une portée large et d’importants écartements entre les piliers dominent la construction en même temps qu’elles confèrent nouveauté et originalité à ces cathédrales d’acier et de verre.

6Les manufactures de l’industrie textile connurent également des développements remarquables au cours du dix-neuvième siècle. Les premières grandes bâtisses frappent essentiellement par leur aspect massif et l’absence de toute tentative destinée à masquer leur caractère strictement utilitaire, contrairement à d’autres bâtiments à vocation commerciale comme les banques ou compagnies d’assurances, qui en raison de leur plus petite taille et d’exigences techniques moins contraignantes, s’intégrèrent plus facilement à certaines tendances, comme le courant néoclassique qui affecta la construction de nombreux bâtiments publics. La croissance du volume était entraînée par l’emploi de machines de plus en plus imposantes, et les changements dans les systèmes de transmission, tandis que l’utilisation de nouveaux matériaux comme la fonte, puis l’acier ou le béton présentait de nouveaux défis tout en permettant de respecter des exigences de solidité et sécurité. Il fallait de la même manière satisfaire à des critères de facilité d’accès, d’éclairage, de chauffage ou encore d’écoulement des eaux et d’évacuation des fumées. Un des premières améliorations esthétiques souligne l’importance du lien unissant forme et fonction : c’est en effet la cheminée de bon nombre d’usines qui devint l’objet d’ornementations architecturales, et la partie même du bâtiment à laquelle une touche esthétique pouvait sans trop de mal être conférée. De plus en plus après 1850, on agrémenta aussi les bâtiments de ces manufactures de petites tours souvent inspirées des campaniles italiens, comme à Bradford sur le site de Manningham Mills, datant de 1871. Alors que les exigences en matière de sécurité devenaient plus grandes, on put ainsi associer améliorations technologiques et esthétiques. La plupart de ces tours ne se contentaient pas ainsi de présenter le nom ou le sigle de la fabrique ou de ses propriétaires et d’en illustrer la prospérité, elles contenaient aussi des réservoirs destinés à protéger le bâtiment en cas d’incendie. On en comptait de nombreux exemples dans les villes de la périphérie de Manchester comme Preston ou Oldham. Le trait le plus frappant au fil des années est la multiplication des caractères ornementaux et le plus grand souci architectural apporté à la construction des usines, plutôt que l’adoption invariable d’un style particulier, même si la tendance néoclassique semble l’emporter assez nettement sur les traits inspirés du renouveau gothique. Plus généralement, on peut dire que l’éclectisme architectural de la fin du siècle a également affecté ce type de bâtiment. L’emploi de matériaux locaux était courant, bien que non systématique, et on remarque vers la fin de l’époque victorienne une utilisation plus fréquente de la brique rouge et de la terre cuite, qui conféraient aux façades un aspect plus flamboyant. Des distinctions régionales s’imposèrent comme l’utilisation de la pierre dans les manufactures textiles du West Yorshire, tandis que certaines villes adoptaient de préférence tel ou tel style ; ainsi à Birmingham, il semble que de nombreux bâtiments utilitaires aient été à l’époque construits dans un style inspiré du gothique, dans le but probable d’exprimer un double sentiment de fierté civique et de supériorité locale. Un tel parti pris esthétique, s’il fut parfois surprenant et plus ou moins heureux, permit cependant de réduire le contraste entre les parties fonctionnelles et celles purement décoratives des bâtiments concernés. On peut s’interroger sur les motivations à l’œuvre derrière un tel phénomène. Pourquoi certains industriels se sentirent-ils soudain aussi concernés par l’enveloppe extérieure de leur unité de production ? Sans doute n’était-ce là qu’un paradoxe de plus, quand on sait que certains d’entre eux avaient déjà acquis ou fait construire, depuis Arkwright lui-même, le père de la fabrique, jusqu’à Cadbury de superbes maisons de campagne dont la possession était censée leur conférer un prestige tout aristocratique, et représentait pour certains architectes une source de commissions extrêmement lucrative.

7La construction d’entrepôts comme celle de manufactures devait également obéir à certaines règles, notamment à la nécessité de disposer de plusieurs étages, souvent quatre, parfois cinq ou six. Par ailleurs, leur conception était aussi influencée par certaines inquiétudes quant à de possibles pillages, vols ou incendies. Comme pour les usines, leur superficie alla le plus souvent grandissant au dix-neuvième siècle, de même qu’ils furent le cadre d’innovations techniques comme l’expérimentation de structures en acier. Leur multiplication dans les docks et à proximité des canaux, des chemins de fer ou des usines modifia complètement l’aspect de certains centres urbains, parmi lesquels Manchester fait encore figure d’exemple. Dans certaines cités, des traits récurrents apparurent dans leur traitement architectural, et on a même évoqué le style « byzantin » de Bristol pour décrire les entrepôts de cette ville ! A Londres, c’est Philip Hardwick associé à l’ingénieur Thomas Telford qui avait su dès 1825 combiner les exigences utilitaires des immenses entrepôts du dock St Katherine et l’adoption d’une architecture classique à la fois sobre et somptueuse, dénotant ordre et harmonie. L’entreprise inspira sans aucun doute Jesse Hartley (qui d’ailleurs trouva conseil auprès de Hardwick) dans l’élaboration de l’Albert Dock de Liverpool. Terminé en 1845 l’Albert Dock se plaçait à la pointe du progrès technique en même temps qu’il éblouissait par ses bâtiments commerciaux, comme le bureau des marchandises orné d’un portique inspiré de l’architecture toscane, d’une corniche et d’une frise en fonte, qui en faisaient un petit bijou de l’architecture moderne. L’ensemble, loué par le prince Albert lors de son inauguration, rehaussait la prospérité et le succès du port qui conférait à Liverpool sa renommée. A Manchester, l’architecte londonien Edward Walters sut se faire un nom en se spécialisant dans la construction d’entrepôts dont l’enveloppe architecturale s’inspirait des palais italiens de la Renaissance. Mais le plus célèbre entrepôt de la ville demeure le somptueux Watts Warehouse construit en 1856, et véritable symbole de la réussite et de la fierté de la ville à cette époque, même si cette assurance presque insolente sembla aller en s’étiolant dans les années qui suivirent.

Watts Warehouse, Manchester (Travis and Mangnall, 1858)

8Dans certaines grandes villes industrielles, de véritables quartiers d’entrepôts virent le jour dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle : ce fut notamment le cas de Nottingham et de son célèbre Lace Market, ou encore du quartier de Little Germany à Bradford. Vitrine commerciale de l’industrie locale, ces bâtisses au sein desquelles certaines tâches industrielles pouvaient être accomplies, mais qui abritaient également dans certains cas une bibliothèque ou une chapelle, rappelaient parfois par leur traitement architectural les résidences des marchands de laine florentins de la Renaissance.

9De fait, les problèmes liés à la construction de ces bâtiments industriels témoignent en premier lieu des difficultés auxquelles furent confrontés les Victoriens d’adapter une foule d’exigences nouvelles de la vie moderne à des cadres physiques et culturels hérités du passé, et de mener à bien leur recherche identitaire. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de la société victorienne que d’avoir à la fois côtoyé un progrès insolent et recherché constamment des modèles passés, dans l’évocation notamment des civilisations grecque, égyptienne ou vénitienne, mais aussi parfois d’un Moyen-Âge idéalisé. Le bâtiment industriel, avec les paradoxes liés à sa conception et sa présentation, se situe au cœur même de cette contradiction. John Marshall, magnat de l’industrie du lin fit construire son usine de Leeds en s’inspirant du temple égyptien de Karnak, allant jusqu’à agrémenter ses machines à vapeur de colonnes en fonte. Que dire encore de la manufacture Templetons spécialisée dans la production de tapis à Glasgow, véritable imitation britannique du palais des doges de Venise ?

Templetons Carpet Factory, Glasgow (W. Leiper, 1889)

10Il s’agissait en fait souvent pour certaines compagnies ou certains entrepreneurs dans un contexte urbain d’asseoir leur supériorité ou d’impressionner, et selon Michael Stratton le célèbre archéologue industriel britannique, d’utiliser le langage architectural comme on pouvait le faire par ailleurs en bâtissant des églises, des mairies ou des musées. L’architecture plus discrète, dans un style régional ou empruntant des matériaux locaux, de certaines gares ou fabriques en milieu rural semblait plutôt destinée à inspirer la confiance, rassurer et asseoir une sorte de respectabilité. On note cependant une certaine concurrence entre les différentes compagnies de chemin de fer, beaucoup choisissant d’adopter au final des signes architecturaux distinctifs dans leurs différents bâtiments. Dans le cas du portique de la gare de Euston, il s’agissait bien d’indiquer qu’on pénétrait dans un monde nouveau et prestigieux, celui de la London to Birmingham Railway, compagnie la plus prospère, et l’œuvre de Hardwick constitua à cet égard une publicité fort efficace. A St Pancras où la Midland Railway Company essaya aussi de promouvoir l’utilisation de la brique rouge de Nottingham, il s’agissait avant tout d’éclipser et de défier les autres compagnies ferroviaires, et de marquer par là même un point important dans la concurrence qui opposait Londres au nord du pays.

11L’exemple le plus surprenant et souvent le plus spectaculaire est enfin celui des stations de pompage et de traitement des eaux, dont l’élaboration constitua un progrès sans précédent dans la vie quotidienne des Victoriens.

Crossness Sewage Works, Bexley (Sir J. Bazalgette, 1865)

12Souvent construites à l’initiative des municipalités, elles témoignent d’un traitement architectural de plus en plus élaboré et ambitieux, à l’image de la station de Crossness, dont certains aspects intérieurs s’apparentent presque à ceux d’une petite église, ou de celle de Whiteacre dans le Staffordshire.

Crossness Sewage Works (intérieur)

13Ces structures foisonnent de détails gothiques, et c’est le cas encore de la station d’Abbey Mills datant de 1868, ou exotiques, et les machines à vapeur utilisées dans leur fonctionnement sont elles-mêmes mises en valeur comme éléments esthétiques. L’ensemble est occasionnellement entouré de jardins. Le contraste est donc grand entre le souci architectural et la fonction même de ces sites, d’autant plus que leur accès demeurait réservé à un petit nombre, mais peut-être leur éloignement même du centre des villes explique-t-il en partie un traitement esthétiques aussi exubérant. On peut y voir une nouvelle manifestation de fierté municipale face à l’importance des réformes sanitaires entreprises, mais sans doute aussi plus largement une sorte d’hommage au progrès, de tentative de réconciliation du beau et de l’utile, comme si le rutilant ou le clinquant pouvait faire oublier les âcres odeurs de vapeur ou d’égouts. Plus généralement la prolifération d’éléments de l’architecture gothique dans des villes fleurons de l’industrialisme comme Manchester, Birmingham ou encore Bradford reflète sans doute un paradoxe tout victorien, en exprimant la coexistence entre un optimisme matériel et un doute spirituel croissant. La fierté sembla un temps prédominer et George Bradshaw qui publia plusieurs guides de voyage pour la région de Manchester ne manqua pas dans les années 40 de louer les structures industrielles de la ville, dignes selon lui des plus grands rois. Ces « rois » de l’industrie furent pourtant confrontés à la fois aux conséquences sociales et environnementales parfois désastreuses de l’industrialisation et à une véritable crise d’identité inhérente à la réflexion sur leur place et leur rôle dans la société. Ainsi l’amélioration esthétique avait-elle aussi sans doute une visée morale, en ce sens qu’elle était censée aider à dissiper les suspicions inhérentes à la notion même de progrès matériel. Cette association entre souci architectural et progrès moral pouvait s’opérer de manière encore plus subtile comme à Saltaire, communauté industrielle modèle, inaugurée en 1853 par un maire de Bradford ne tarissant pas d’éloges sur les « palais industriels » de sa génération. Ce qui frappe à Saltaire en premier lieu, c’est le contraste entre le gigantisme de la fabrique de 170 mètres de long (parfois comparée à l’époque à la cathédrale Saint Paul en raison de sa taille !) qui procurait un emploi à 4500 personnes, et l’effort accompli pour rassembler les travailleurs au sein d’une communauté accueillante, associant logements, lieux de culte et de loisirs, écoles ou encore bains publics. On remarquera notamment que la fabrique et l’église sont construites sur un même axe, si bien que l’on ne peut quitter l’un des deux bâtiments sans être confronté à la présence imposante de l’autre. La présence physique même des bâtiments semble donc témoigner ici du poids moral de valeurs exaltant le travail et la respectabilité. L’ambiguïté des motivations paternalistes à l’œuvre dans une telle entreprise se retrouve dans d’autres sites utilisant des caractéristiques ornementales à des fins bien plus réalistes : on peut notamment penser aux nombreuses coupoles ornant les manufactures victoriennes et abritant le plus souvent des horloges destinées à inculquer aux ouvriers discipline et ponctualité.

14La construction des bâtiments industriels semble donc avoir fait partie intégrante d’une tentative toute victorienne d’ordonner, d’améliorer, de justifier et sublimer dont témoignent les débats sur l’architecture de l’époque, au delà des simples phénomènes de mode ou des inspirations mégalomanes de certains entrepreneurs.

15Si l’éclectisme fut bien de mise dans le traitement architectural des sites industriels, et on trouve dans l’étude du sujet plus de pistes contradictoires que de véritables constantes, les bâtiments spectaculaires ne constituent pas, loin s’en faut, une majorité. Ils témoignent néanmoins d’une expression exacerbée, dont le mérite consiste à souligner la place des constructions industrielles au centre d’un réseau de correspondances et de paradoxes entre forme et fonction, bâtiment et monument, richesse et prestige, succès et reconnaissance, ou peut-être encore, civilisation et décadence...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

Dixon Roger, Stefan Muthesius, Victorian Architecture. London : Thames and Hidson, 1978.

Makepiece Chris, Looking Back at Manchester, Altrincham : Willow Publishing, 1988.

McNeil Robina, Michael Newell, A Guide to the Industrial Archaeology of Greater Manchester, Leicester : ΑΙΑ, 2000.

Palmer Marylin, Peter Neaverson. Managing the Industrial Heritage, Leicester : School of Archaeological Studies, 1995.

Rolt L. T. C., Victorian Engineering, London : Penguin, 1988.

Royal Commission on the Historical Monuments of England, Industry and the Camera, London : HMSO, 1985.

Stratton Michael and Barrie Trinder, Industrial England, London, B. T. Batsford ltd, 1997.

Table des illustrations

Légende Watts Warehouse, Manchester (Travis and Mangnall, 1858)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Templetons Carpet Factory, Glasgow (W. Leiper, 1889)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Crossness Sewage Works, Bexley (Sir J. Bazalgette, 1865)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Crossness Sewage Works (intérieur)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteur

Université de Perpignan

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable