Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Un trésor des mots de la ville, dictionnaire historique plurilingue

Jean-Charles Depaule et Christian Topalov

Texte intégral

  • 1 Anthropologue, directeur de recherche au CNRS.

1Note portant sur l’auteur1

  • 3 Sociologue, directeur d’études à l’EHESS.

2Note portant sur l’auteur3

UN TRÉSOR DES MOTS DE LA VILLE : FORME ET CONTENU DE L’OUVRAGE

3Il s’agit d’un ouvrage qui invite le lecteur à voyager dans des villes d’aires géographiques diverses à travers leurs mots. Il lui propose d’observer, en se déplaçant dans l’espace et dans le temps, comment des langues différentes organisent des objets analogues (des voies, des divisions, des types de ville ou d’habitat…). D’observer aussi comment un terme passe de l’une à l’autre, circule en se métamorphosant, en acquérant ou non une signification nouvelle. De suivre à l’intérieur d’une même langue « l’aventure » d’un mot qui a évolué entre divers univers de locuteurs, a émergé, a changé d’acception, a été concurrencé. De saisir quel système il a formé et il forme avec d’autres mots. Il lui est possible ainsi de prendre la mesure des enjeux que constituent les processus de dénomination urbaine et de mieux comprendre leur logique.

4Pour cela, ce dictionnaire, qui vise la pertinence, et non l’exhaustivité, propose une série de notices traitant chacune un « mot de la ville » choisi pour la place qu’il occupe dans sa langue, pour l’intérêt des objets auxquels il réfère, pour les problèmes sémantiques et historiques qu’il pose.

5Ce Trésor, qui doit être publié en français, porte sur sept langues européennes (aux cinq initialement prévues, l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français et l’italien, ont été ajoutés le portugais et le russe) et, pour certaines, leurs prolongements « outre-mer » (anglais des États-Unis, anglais de l’Inde, espagnols d’Amérique, principalement Argentine, Pérou et Mexique, français du Québec et d’Afrique de l’Ouest, portugais du Brésil). En outre, nous avons retenu l’arabe, langue de circulation dans une aire dense et proche, la Méditerranée.

6Le Trésor des mots de la ville diffère foncièrement des glossaires multilingues. En effet, il ne propose pas une correspondance mot à mot d’une langue à l’autre : sa conception repose sur l’idée qu’une langue ne se borne pas à mettre des mots sur des objets qui existeraient en dehors d’elle, mais qu’elle contribue à les délimiter, à les catégoriser, à les qualifier ; que les lexiques urbains, théâtre et trace de conflits et de compromis classificatoires, doivent être analysés comme des systèmes et rapportés aux sociétés qui les ont produits ; et que doit être prise en considération la diversité des registres existant dans une même aire linguistique, sans que soit privilégiée, ni négligée, la langue « administrante » ou technique (en particulier celle des planificateurs).

7La description de la variabilité des lexiques est au centre de l’ouvrage : variabilité dans le temps et entre registres au sein d’une même langue, variabilité entre langues.

8Ce même principe préside à l’organisation des notices et de l’ouvrage dans son ensemble : pour mettre en lumière les opérations de catégorisation pratiquées par la langue, on compare l’organisation des mêmes champs sémantiques dans diverses langues ; pour étudier historiquement la circulation des mots entre langues, on montre comment un même mot peut être utilisé et transformé par diverses langues ; pour réfléchir aux problèmes de la traduction, on décrit dans chaque notice des solutions en contexte.

MÉTHODOLOGIE

9Pour élaborer ce dictionnaire plurilingue il a d’abord fallu procéder au choix des langues, en tenant compte du public francophone visé, de la géographie des réseaux de recherche dont nous disposions et de notre intérêt pour la circulation des mots entre les langues.

10Le second choix à effectuer était celui des mots auxquels serait consacrée une notice, une quarantaine par langue – en fait le nombre de ceux qui sont non seulement évoqués, mais traités de façon accessoire, est considérablement plus élevé, puisque les dénominations qui ont été sélectionnées ne sont jamais abordées isolément, mais toujours en tant qu’elles appartiennent à des constellations, des systèmes de mots.

11Les termes retenus sont actuellement en vigueur : ceux qui sont tombés en désuétude ne l’ont pas été. Toutefois, les acceptions anciennes d’un mot employé aujourd’hui sont aussi étudiées. L’option principale du Trésor était, en outre, de s’intéresser à l’usage commun. Par conséquent, ont été écartés les lexiques principalement administratifs ou techniques.

12Pour examiner la variabilité des lexiques et des usages pour chacune des langues, on a sélectionné, dans le vaste corpus potentiel ainsi circonscrit, quatre ensembles : les dénominations génériques ; les divisions de la ville ; les types d’habitat ; les voies et les espaces découverts.

13Ces champs sont liés : ainsi, selon les périodes, les registres, les situations, peuvent renvoyer à des divisions de la ville aussi bien des génériques, comme cité, ou borgata, que des formes d’habitat, comme grand ensemble, estate, ou poligono, ou bien encore des voies publiques comme place, piazza, ou hâra.

14À l’intérieur de ces champs sémantiques, on a retenu des mots importants par leur place dans la langue commune et par l’intérêt des objets auxquels ils réfèrent, des mots qui posent des problèmes sémantiques ou historiques intéressants et dont il est pertinent de retracer les aventures. En particulier, on a été attentif aux mots qui ont circulé d’une langue à l’autre ou qui ont changé de sens au cours du temps ou ont circulé d’un registre à l’autre, et particulièrement du registre technico-administratif au registre commun.

15Des mots de l’espace rural n’ont été analysés que dans la mesure où ils ont intégré un lexique urbain. S’agissant de l’habitat, on ne s’intéresse pas au vocabulaire de l’architecture, ni à celui des espaces intérieurs.

16La cohérence d’ensemble de nos choix résulte d’une sélection par réseaux sémantiques. Lorsqu’un mot a été pris en considération dans une langue, nous nous sommes efforcés de prendre également en considération ceux qui lui répondent dans les autres langues, soit qu’ils désignent des objets de même famille, soit qu’ils partagent à un moment donné une histoire commune.

17Les sources utilisées sont, d’une part, des dictionnaires et des encyclopédies unilingues ou bilingues, et, d’autre part des corpus de première main : traités, documents d’urbanisme, règlements, témoignages, actes de congrès, procès-verbaux de délibérations politiques ou techniques, récits et guides de voyage, chroniques, textes de fiction, articles de la presse spécialisée ou non, enquêtes orales…

18La nature diverse de ces sources constitue une double garantie : ne pas nous limiter à un seul registre et mettre au jour apparitions et évolutions, écarts et variations, en prêtant attention à des moments significatifs de l’histoire de la langue considérée.

USAGES

19L’ouvrage, en cours de mise au point, sera publié en français. Un lecteur ignorant des langues traitées pourra sans doute l’utiliser comme un dictionnaire ou une encyclopédie. Mais il est invité à un autre usage : circuler entre langues dans un champ sémantique donné.

20L’objectif est de faire passer nos lecteurs de la question spontanée de la traduction (comment dit-on quartier en arabe, ou slum en français) à une curiosité comparative pour les façons dont les lexiques découpent, catégorisent et qualifient les objets urbains. D’où l’importance d’une organisation de l’ouvrage qui favorise ce mode de consultation, grâce à des renvois systématiques et à des index.

21Pour offrir plus de fluidité à la lecture, l’organisation du Trésor des mots de la ville en fonction des quatre ensembles sémantiques retenus envisagée initialement a été abandonnée au profit du classement alphabétique des notices, chaque champ faisant, dans l’introduction, l’objet d’une réflexion comparative sur la façon dont les diverses langues du Trésor le structurent.

VALORISATION

22Un séminaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et deux journées d’étude internationales ont été consacrés, en 2000-2001 et 2001-2002, à Paris, à l’élaboration du Trésor des mots de la ville.

23Deux journées d’étude ont été organisées en 2003 par Laurent Coudroy De Lille et Olivier Ratouis, sur le thème Langues techniques et spécialisées de l’urbain, à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Créteil) et à l’Université du Littoral (Dunkerque).

24Des journées d’études par aires linguistiques se sont tenues à Hambourg, Gênes et Madrid.

25Une lettre électronique est régulièrement envoyée à tous les partenaires. Elle diffuse notamment le catalogue périodiquement mis à jour des notices disponibles.

Notes

1 Anthropologue, directeur de recherche au CNRS.

3 Sociologue, directeur d’études à l’EHESS.

Auteurs

Responsable scientifique

Le nombre des contributeurs du Trésor s’élevant à plus de 150 chercheurs de disciplines diverses, seuls sont mentionnés ici les responsables de champs sémantiques et d’aires linguistiques, qui constituent le groupe de pilotage : Wladimir Berelowitch, Martine Boiteux, Stella Bresciani, Laurent Coudroy De Lille, Véronique Dupont, Véronique Faucheur, Christine Lamarre, François Leimdorfer, Paul-André Linteau, Brigitte Marin, Hélène Rivière D’arc, Jay Rowell, Paul Wald.


mailto:depaule@ivry.cnrs.fr
Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU)
UPR 34
27, rue Paul Bert
94204 Ivry-sur-Seine Cedex
Tél. : 01 49 60 40 14

Responsable scientifique

Le nombre des contributeurs du Trésor s’élevant à plus de 150 chercheurs de disciplines diverses, seuls sont mentionnés ici les responsables de champs sémantiques et d’aires linguistiques, qui constituent le groupe de pilotage : Wladimir Berelowitch, Martine Boiteux, Stella Bresciani, Laurent Coudroy De Lille, Véronique Dupont, Véronique Faucheur, Christine Lamarre, François Leimdorfer, Paul-André Linteau, Brigitte Marin, Hélène Rivière D’arc, Jay Rowell, Paul Wald.


mailto:topalov@ehess.fr
Cultures et sociétés urbaines (CSU)
UMR 7112
IRESCO
59-61, rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
Tél. : 01 40 25 11 33

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540