Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paradoxe(s) victorien(s) – Victorian Paradox(es)

 | 
William Findlay

I. Identité et image nationale

Approches imagologiques de la société victorienne et édouardienne

Richard Tholoniat

Résumé

Pour rendre compte des paradoxes du “caractère national” du peuple anglais au XIXème siècle, deux thèses, celles de Pierre Reboul et Andrès Barblan, adoptent une approche imagologique. Après avoir présenté leurs conclusions, j'avancerai une tentative de résolution des paradoxes caractérologiques de l'Angleterre victorienne à partir des travaux de Geert Hofstede.

Texte intégral

  • 1 A. De Tocqueville, Oeuvres complètes, t. V (2) "Voyages en Angleterre, Irlande, Suisse et Algérie", (...)

"Je ne comprends pas bien comment l'esprit d'association et l'esprit d'exclusion peuvent exister d'une manière si développée chez le même peuple, et souvent s'y combiner d'une façon si intime. Exemple, un club : quel puissant exemple d'association que l'union des individus qui forment le club ? Quoi de plus exclusif que l'individu représenté par le club ? Ceci s'étend à presque toutes les associations civiles et publiques, les corporations... Voyez les familles, comme elles se divisent dès que les oiseaux peuvent sortir du nid"1.

1S'exclamant devant les contradictions de ce qu'il qualifie d'esprit d'association et d'esprit d'exclusion, Alexis de Tocqueville crée une antinomie, qu'avec le recul du temps l'on peut déconstruire ainsi : d'un côté, il se fait l'écho de l'opinion des anglophiles qui admirent l'esprit d'entreprise, lequel conduit à la création et à la gestion d'une institution utile et confortable, ainsi que de celle des anglophobes qui n'y voient qu'une réunion de riches oisifs, ennuyeux et ennuyés. Par ailleurs, l'esprit d'association lui permet de déplorer les divisions paralysantes de la société française, ainsi que le cocon familial qui amollit les jeunes Français, ce qui entrave les efforts commerciaux ou coloniaux de la mère patrie. Il reconnaît, dans le même souffle, que la France se prévient contre l'esprit d'exclusion par le partage démocratique de valeurs culturelles.

  • 2 Sur ces problèmes voir : Ruth Amossy et A. Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue. Disc (...)

2Cette intrication des représentations qu'un peuple se fait de lui-même et d'un autre est l'objet des analyses imagologiques lorsque les stéréotypes ethniques sont relevés en littérature comparée : les relations interethniques et interculturelles sont saisies, non pas tant au niveau de leur réalité effective (?) que dans la manière dont elles sont perçues, pensées et fantasmées, toutes représentations qui deviennent elles-mêmes une réalité dont l'aspect pathogène est plus souvent souligné que la valeur heuristique2.

3Ce qui nous arrêtera ici ne sera pas comment Tocqueville et les quelques centaines de ses contemporains anglophiles et anglophobes se sont efforcés, par leurs écrits, de produire du sens à partir de ces paradoxes (que l'on pense à Taine et à ses « facultés maîtresses »), paradoxes qui reflétaient, révélaient des contradictions françaises. On proposera ici une grille interprétative pour mettre de l'ordre dans les jugements antinomiques des Français du XIXe siècle sur la société victorienne et édouardienne, après avoir examiné les travaux de chercheurs "imagologues".

  • 3 Pierre Reboul, Le Mythe anglais dans la littérature française sous la Restauration, Thèse Lille, B (...)
  • 4 Andris Barblan, L'Image de l'Anglais en France, de Fachoda à l'Entente Cordiale, Thèse Genève, Bern (...)

4Deux thèses ont tenté cette gageure d'ordonnancement : l'une à l'orée de la période victorienne, celle de Pierre Reboul, Le Mythe anglais dans la littérature française sous la Restauration3, et pour la fin du siècle, celle d'Andris Barblan, L'Image de l'Anglais en France, de Fachoda à l'Entente cordiale4.

5Pierre Reboul, analysant la psychologie des comportements collectifs français à travers la littérature des années 1815-1830, arrive à la conclusion qu'elle a fixé durablement des stéréotypes dont il trouve l'élément pivot dans l'hypocrisie. Les dénonciations antipatriotiques de Byron auraient permis aux Français de réconcilier les aspects paradoxaux de leur image des Anglais. Ainsi les qualités qui séduisent les anglophiles, telles que philanthropie, rigueur morale, liberté, amour du home et de Dieu, par le révélateur de l'hypocrisie, étaient lues comme intérêt bien compris, débauche, tyrannie, étourdissement des raouts et adoration de Mammon par les anglophobes.

6Peu disert sur l'auto image des Français, P. Reboul avance quelques réflexions pertinentes :

  • 5 Pierre Reboul, Le Mythe anglais..., op. cit. p. 329.

« La France se définissait par opposition à L'Angleterre : si l'Anglais fut cruel, le Français était humain ; si les fastes de la society assommaient, la vie des salons parisiens était la plus plaisante du monde. Ainsi de tout : le Français invente, mais l'Anglais applique ; l'Anglais réussit, mais le Français comprend ; celui-là se débauche, mais celui-ci s'amuse ; à l'hypocrisie britannique s'opposa le naturel gaulois ; au sérieux spleenétique (sic), la joie saine ; l'un était tourné vers les choses, l'autre vers les abstractions. Ici, travail et ennui ; là, nonchalance et bonheur ; politesse et affabilité répondaient à la morgue et au sans-gêne. Qui s'étonnerait que le bilan fut favorable aux Français ? Après une défaite, il est bon d'avoir confiance en soi. Mais il y avait aussi une immense jalousie double "complexe" ; supériorité et infériorité. On enviait à l'Angleterre tout ce dont on regrettait l'absence en France : le sérieux, auquel s'opposait la légèreté ; la richesse, à laquelle répondait pauvreté et honneur ; le public spirit, par l'évocation duquel on condamnait l'individualisme ; et, surtout, cette merveilleuse unité de la nation dans le temps et dans l'espace, unité naturelle et vivante, à laquelle s'opposaient dans la conscience des Français les luttes révolutionnaires et l'unité factice d'une administration centralisée à l'excès5 ».

  • 6 Andris Barblan, L'Image de l'Anglais..., op. cit. p. 122.

7Andris Barblan, lui aussi, examinant la stéréotypie collective et contradictoire produite sur les Anglais par les années de tensions franco-britanniques de 1882 à 1904, via Fachoda, l'Affaire Dreyfus et la guerre des Boers, pose l'énergie et ses champs négatifs et positifs en principe explicatif qu'il précise en s'appuyant sur la caractérologie. Croisant les champs de l'action, de la volonté, des sentiments, des sens et les domaines du home, de la société et de la patrie, il établit une cible de constellation d'attributs qui se chargent positivement ou négativement suivant le sentiment pro ou anti-anglais de l'observateur français d'alors. Par exemple, la liberté d'allure peut s'inverser en dévergondage, la pudeur en pruderie, la dignité en dureté, le patriotisme en chauvinisme6...

8Sans doute plus au fait que Pierre Reboul qu'une des découvertes majeures des théories de l'ethnicité pose que l'identité ethnique ne se définit jamais de façon purement endogène, mais qu'elle est le produit d'une interaction entre l'auto définition des membres du groupe et de la définition des autres groupes, il est également plus attentif que Pierre Reboul aux paradoxes de l'auto image française qu'il développe ainsi :

  • 7 Ibid, p. 214.

"Si l'Anglais est essentiellement volontaire, le Français est d'abord intelligent. C'est là la différence fondamentale entre les deux peuples, selon les Français du moins. Intelligence ne veut pas dire sagesse. Au contraire. Si l'Anglais est réfléchi, le Français est passionné et se laisse entraîner par ses sentiments. Ses idées n'ont qu'un lointain rapport avec la réalité mais il leur prête vie par la force du coeur. L'Anglais, lui, colle aux données quotidiennes, reste imperturbable face aux transformations auxquelles il s'adapte avec souplesse. D'où sa froideur terre à terre qui ne connaît que des débordements bestiaux, par opposition à la générosité française qu'entraîne une trop grande sentimentalité et un trop grand pouvoir d'abstraction. En France, l'intelligence soumet les perceptions des sens et l'émotion au crible de la raison systématique, elle ordonne l'animalité humaine pour lui donner une forme civilisée. En cela, elle fait l'homme différent de toutes les autres créatures, lui donne sa raison d'être et d'espérer. Le pouvoir d'abstraire permet de contrôler le réel, de le façonner, de l'humaniser. Cette médiation constante de l'esprit donne à l'existence son équilibre. C'est pourquoi le Français se considère comme l'être civilisé par excellence et voit son pays comme la terre d'élection de la mesure. Ainsi la France est le refuge des arts et des sciences, ces activités typiquement humaines ; c'est la nation du bon goût, de l'élégance discrète et raffinée, de la douceur de vivre, de la bonne table et des bons vins"7.

  • 8 G. Hofstede, Culture's Consequences : Comparing Values, Behaviors, Institutions and Organizations A (...)
  • 9 Ces lignes reprennent une partie de la conclusion de ma thèse d'Etat : R. Tholoniat, Londres vue pa (...)

9Mon approche s'appuie sur les travaux anthropologiques de l'Américain Ε. T. Hall et surtout du Hollandais Geert Hofstede, dont j'utiliserai d'une manière toute pragmatique la méthodologie et les conclusions contemporaines8. Il s'agira de classer les jugements sur les Anglais : Ecossais et Irlandais présentent souvent dans le discours français des différences de nature plus que de degré avec leurs compatriotes. Les notations sur Londres qu'ont apportées 450 voyageurs entre 1814 et 1914, la capitale fonctionnant comme métonymie pour la nation anglaise, serviront de corpus9.

10Afin d'éviter les faux-pas culturels aux entreprises exportatrices, Ε. Τ Hall a développé, en particulier, les concepts de temps monochronique ou polychronique et celui de contexte large ou strict. G. Hofstede, de son côté, a dégagé quatre indices explicatifs du fonctionnement d'une société donnée : les deux premiers mesurent la distance hiérarchique et la maîtrise de l'incertitude ; les deux autres scrutent deux paires d'oppositions : masculin / féminin et individualisme / collectivisme.

11L'individualisme - autrement dit l'affirmation de soi, de ses propres besoins et de ceux de ses proches - combiné à une maîtrise d'incertitude faible - la société anglaise aurait besoin de peu de principes ou d'institutions pour faire face à l'incertitude et à l'inconnu - expliquent l'égoïsme de la nouvelle Carthage : traîtrises d'une politique extérieure qui, de Waterloo à Fachoda, lèse les chevaleresques et généreux Français tenants des droits de l'homme, et qui contraint à l'émigration les malheureux Irlandais échoués dans l'East End et les enclaves du West End. Au centralisme organisateur et protecteur français, on oppose le laisser-faire économique et administratif qui entraîne la prolétarisation des ouvriers, le chaos d'intérêts rivaux qui, à Londres, nuit à toute coordination efficace dans les domaines de l'emploi, de l'hygiène publique et de la charité.

12Les privilégiés supportant mal le spectacle de la misère, spécialisation de l'espace et individualisme vont de pair ; une ségrégation gigogne afflige Londres : banlieues et centres, East End et West End, enclaves et squares, rues privées barrées ; la maison bourgeoise confine les domestiques au sous-sol, les visiteurs au salon, les enfants dans la nursery ; l'accès refusé ou limité à certains jours, heures ou catégories de places par des gardiens ou des tarifs dissuasifs, marque les statuts sociaux dans les lieux publics, depuis les églises et cathédrales jusqu'aux théâtres et parcs ; la Tamise cachée, l'absence de relief, le manque de distractions, les moeurs étroites, la difficulté de trouver la compagnie des femmes, de se livrer à l'art de la conversation donnent aux malheureux Français l'impression d'une ville qui se dérobe à l'étranger, à la différence de Paris, ville offerte. La manie du quant-à-soi est érigée en règle de conduite : la taciturnité, du vertical drinking du pub, des salles de lecture des clubs, de la marche hâtive sur le trottoir, répugne aux Parisiens habitués à l'animation et la décontraction des quartiers fonctionnellement et socialement mêlés, ainsi qu'aux immeublesphalanstères, trottoirs-forums, salons et cafés. A l'échange verbal d'idées politiques et esthétiques, encouragé à Paris par les terrasses des cafés, par l'ouverture gratuite des musées, l'embellissement volontariste de la capitale par gouvernement et municipalité, s'opposent dans la capitale anglaise, les monuments enclavés, négligés, les rues tristement fonctionnelles, les collections artistiques "confisquées" par l'aristocratie.

13Celle-ci règne sur les moeurs ; au grand dam des originaires du pays de l'égalité, le pouvoir hiérarchique, troisième indice de Hofstede - l'acceptation par les classes "inférieures" du partage inégal du pouvoir - contrecarre toute émergence d'un "populaire", cette alliance d'ouvriers et de bourgeois communiant sous les mêmes espèces culturelles depuis 1830 ; la société parisienne, communauté à contexte large, fonctionne sur la connivence de valeurs partagées ; à cause du manque d'osmose entre les castes anglaises, que Stendhal compare à une tige de bambou, règne à Londres une communication à contexte strict imposée par l'aristocratie ; les Français s'indignent ou s'attristent du code moral rigide, qui tolère la prostitution mais accuse d'immoralité les pièces de théâtre françaises, des sinécures et baux emphytéotiques aberrants qui confirment l'adage implicite que pauvreté est vice et humiliation, ce dont témoigne éloquemment la déchéance de mendiants spectres que recouvrent les défroques de leurs exploiteurs. La cascade de mépris qui part de l'aristocratie éclabousse la famille : garçons et aînés bénéficient d'avantages déniés aux filles et cadets, protégés par le Code civil en France.

14Ce qui n'a rien d'étonnant dans une société où les valeurs dominantes sont masculines (quatrième indice de Hofstede), privilégiant la force, la vitesse, l'argent, la réussite, les possessions, l'autre versant s'attachant au souci d'autrui et à la qualité de la vie.

15Climat rude et protestantisme iconoclaste se conjuguent pour mettre à mal cette dernière : la défiance envers la beauté expliquerait l'absence de toute architecture, peinture, théâtre, musique ou statuaire de qualité ; la suie et le brouillard engourdissent les sens ; en musique, seuls les cuivres, les fifres ou les grosses caisses, les tempi accélérés parviennent à émouvoir les oreilles anglaises ; les tons criards des tableaux, des robes et des affiches qui annoncent des intrigues corsées ou des matches de boxe sanglants, heurtent les regards français ; en amour, les femmes honnêtes seraient frigides, les prostituées peu aguicheuses ne s'animant que sous l'influence de l'alcool ; l'ivresse noire du gin, opposée à celle, rose, du vin, les épices brutales qui relèvent les lourds puddings, les viandes trop ou mal cuites, expliquent le désert gastronomique outre-Manche.

  • 10 H. Taine, Notes sur l'Angleterre, Paris, Hachette, 1872, 395 p., p. 18.

16Ces combustibles grossiers entretiennent une énergie excessive ou sans objet : foules poussiéreuses du Derby ou automates de noir vêtus du centre-ville se hâtant vers leurs bureaux ou leurs gares. La taille moyenne des gentlemen intimide les pygmées français qui se vengent en dénonçant les longs pieds des dames, adaptés aux déplacements éprouvants dans une capitale où « tout est [...] sur un plus grand module10 » : banlieues tentaculaires, ponts et docks cyclopéens, mégalomanie monumentale, circulation torrentielle, bref les Français se retrouvent dans la position inconfortable de Gulliver aux pays des géants. On dénonce surtout la souffrance psychologique de l'individu enfermé dans sa solitude, comparé tantôt à un atome, un grain de sable dans le désert, une goutte dans le ruissellement humain. Les objets, eux-mêmes, semblent souffrir d'un usage excessif et l'écrasement social sert à instruire le procès de cette démesure. L'abondance mal utilisée est choquante au regard de l'énormité des problèmes sociaux de la capitale : les Anglais entassent les statues dans Trafalgar Square, les marchandises dans les vitrines des magasins, les personnages de cire chez Madame Tussaud, les meubles et les tentures dans leurs intérieurs ; moins privilégiées par leurs ressources physiques, vestimentaires ou alimentaires, les Parisiennes dament le pion en joliesse, élégance et gastronomie à leurs consoeurs londoniennes.

17C'est que le « charmant Babylone sur Seine » est à l'échelle humaine, faisant preuve de mesure dans l'utilisation de ses ressources, de l'espace et du temps : au « monotopisme », qui assigne les classes à résidence dans leurs quartiers-prisons, correspond le système monochronique : time is money ; aussi n'exécute-t-on qu'une tâche à la fois ; à Londres, on ne flâne pas ; la nuit, le dimanche, tout est fermé ; la semaine s'arrête à 14 heures le samedi lorsque les ouvriers s'approvisionnent jusqu'à minuit ; on ne travaille que de 9 à 17 heures en semaine ; les upper classes ne résident à Londres que dînant les trois mois d'une Season soigneusement planifiée pour favoriser la carrière politique du mari ou présenter un bon parti aux débutantes.

18Seules les femmes apportent une touche de fantaisie comme hôtesses de salon, mais, là encore, le gynocentrisme affable de la société française tranche sur l'égoïsme viril de la société anglaise : quand le mari ne s'absente pas au club, la maîtresse de maison est priée de s'éclipser au pass wine ; la bourgeoise, évincée de nombreux métiers accessibles à ses soeurs françaises, dépérit dans le home carcéral. Le « machisme » révulse lorsqu'on assiste à des ventes de femmes du peuple que leurs maris conduisent par un licol. La Parisienne, elle, tient salon, préside dans son magasin, anime la rue par son élégance, son agilité, ses courbes qui contrastent avec les corps raides et les gestes anguleux des Londoniennes.

19La signature de l'Entente cordiale est trop souvent présentée comme imposée à la hussarde à deux opinions publiques méfiantes par un ministre des Affaires étrangères et par un souverain francophiles, Lord Lansdowne et Edouard VII, des diplomates français anglophiles, Cambon et Delcassé ; ou encore comme un traité opportuniste pour se débarrasser de points d'irritation coloniaux, l'essentiel étant d'affronter un rival commun ; l'Allemagne. Pourtant, du moins en ce qui concerne le sentiment des voyageurs, le rapprochement s'opérait depuis au moins la deuxième moitié du XIXe siècle. Une visite à Londres finit par inviter plus à l'interrogation sur les complémentarités, voire les similarités des deux capitales qu'à encourager l'accentuation des différences et, là encore, les critères de G. Hofstede permettent de préciser cette évolution.

20A partir des années 1870 s'accuse la féminité de Londres : les toilettes claires des employées égayent les trottoirs après que leur sont ouvertes les carrières du tertiaire ; plus généralement, les Français goûtent une qualité de vie qui va s'améliorant à partir de cette même décennie : confort des hôtels, plus grande variété des lieux de restauration, de la nourriture, des transports ; ces derniers sont pris d'assaut dès le samedi après-midi par les foules qui se précipitent vers l'aristocratique Richmond ou la populaire Margate ; cyclistes, marcheurs et canotiers croisent les pratiquants des premiers sports collectifs dans les parcs du centre ou sur les commons de banlieue. Si le corps trouve son compte dans cette embellie, l'esprit n'est pas en reste : renaissance du théâtre, de la musique, de la peinture, reconnaissance des artistes, émergence d'un public de connaisseurs ; l'enseignement primaire, devenu obligatoire, renforcé par l'ouverture de musées, de salles d'exposition, d'excellentes bibliothèques publiques, contribue à ce progrès, ainsi que les efforts des pourvoyeurs universels d'amusements prenant modèle sur le Crystal Palace pour contester les oukases des rigoristes de l'observation du dimanche. La (petite) bourgeoisie londonienne impose ses goûts et sa présence, ce qui ne déplaît pas à la majorité des Français qui appartient à la même classe.

21Non contente de diversifier ses spectacles, la ville ellemême offre un visage moins rébarbatif : les façades des maisons bourgeoises s'animent, les intérieurs s'égaient de tissus et matériaux clairs et légers, les parcs, les squares, les cimetières reconvertis en jardins apportent verdure et détente, les prisons et usines sont reléguées en banlieue, on célèbre la Tamise, sertie dans l'écrin des quais intra-muros ou des rives verdoyantes et joyeuses de l'amont ; les fêtes gagnent des fervents - Lord Mayor's Show et Noël - le spectacle de la rue est apprécié pour le pittoresque de ses amuseurs publics, de ses marchands forains, de « types » diversifiés. Parmi ceux-ci, on salue ces figures de pères (tranquilles) de la société anglaise qui lui impriment des traits masculins positifs : le bobby, gentleman du peuple, le cocher, ou encore le juge du tribunal de simple police et le Speaker des Communes. Bonté, mais aussi flegme et efficacité les caractérisent, et l'on s'incline devant le monochronisme ambiant : le mouvement automatique de la rue paraît maintenant admirablement réglé ; au lieu du « polychronisme » parisien, épuisant et brouillon, on préconise la netteté en affaires, les prix affichés, la journée de travail courte mais bien remplie qui libère le long week-end pour la détente physique. Celle-ci produit des jeunes gens sains, élancés et robustes qui n'hésitent pas à se rendre en train vers les banlieues ou en bateau vers les colonies. En attendant, leur besoin de déplacement commande la construction de gares et de ponts stupéfiants ; le souci d'efficacité se marque par des infrastructures admirées (eau, gaz, égouts) qui assurent l'hygiène publique ; dans le même temps, il est fait appel aux méthodes de la grande industrie et du commerce pour s'attaquer à la pauvreté.

22A ces indices masculins positifs correspond un réexamen de l'individualisme outre-Manche. Les éloges ne tarissent pas envers les démarches collectives disciplinées qu'impliquent la lutte pour la préservation des espaces verts, la régénération de l'East End ou le socialisme municipal ; coopératives ouvrières, building societies, gentlemen's clubs combinent union et rentabilité.

23La liberté économique, qui entraîne la construction des docks et des banques, des routes et des voies ferrées, avec des délais et des devis honorés, assure la prospérité nationale ; les statistiques servent alors à critiquer le juste milieu français, qui apparaît comme celui de la stagnation. Le libre-échange procure aux classes inférieures les produits de consommation de base autant que le superflu comme le music-hall, les transports ou le journal.

24Ce dernier rend possible la liberté d'expression, enviée dans les meetings, dans l'institution du jury, l'indépendance des juges, l'absence des cerbères du continent (soldatesque, concierges, agents de police, de l'octroi, des douanes) et enfin dans l'art du speech et les discussions dénuées de démagogie au Parlement.

25Là, siègent des aristocrates comme Lord Shaftesbury, soucieux de promouvoir une législation qui atténue l'injustice de la hiérarchie sociale ; avec lui oeuvrent les jeunes Oxoniens dans les settlements de l'East End. Par leur présence au coeur des quartiers déshérités, par les services qu'ils rendent (et la grâce du snobisme), ces jeunes apôtres élèveraient les classes "inférieures" à eux alors que l'égalitarisme réducteur français tirerait vers le bas les classes "supérieures". Le prestige du type idéal du gentleman favoriserait une communication à contexte large : les classes inférieures anglaises montreraient de la gratitude envers leurs dirigeants qui leur proposent un patriotisme local, basé sur la liberté et la prospérité, ainsi qu'une vision coloniale et une destinée impériale. De ce point de vue, l'inégalité devant l'héritage, contraignant cadets et femmes à travailler et émigrer, favorise l'osmose des classes et la grandeur nationale.

26Cette dernière bénéficie d'une vie politique « burkéenne », sans à-coups, point destructrice comme les révolutions qui ponctuent le XIXe siècle français, déchirant le tissu social, alors que les Anglais procèdent avec une sage lenteur et un pragmatisme servi par un centralisme éclairé. Cette maîtrise de l'incertitude finit par faire considérer Londres essentiellement comme le conservatoire de la tradition plutôt que le banc d'épreuve des tensions du progrès ; de la Tour à Windsor, l'histoire ressuscite les heurs et les malheurs des dynasties ; Shakespeare, Thomson, Walter Scott, Dickens et d'autres remodèlent par exemple la perception de la City : on cherche moins à avoir le doigt sur le pouls du temps pour sentir le coeur de l'Empire qu'à découvrir St Paul et le faste des couronnements et de l'oratorio, le Lord Mayor's Show, la garde montante et les yeomen de la Tour, les arbres séculaires et les réminiscences historiques du Temple, perdu dans le brouillard, les vieux restaurants qui servent roastbeef, soupe à la tortue et poudings.

  • 11 R. Tholoniat, "Esquisse d'un ethnogramme : représentations croisées France, Angleterre, Etats-Unis, (...)

27J'ai montré par ailleurs le chassé-croisé qui va affecter les représentations françaises de l'Angleterre, surtout à partir de 1898 quand l'Amérique va endosser le rôle de contre-modèle que l'Angleterre avait pu jouer jusque-là11.

  • 12 Georges Duhamel, Scènes de la Vie future. Paris, Mercure de France (1929) 1931, 248 p.

28Je ne prendrai qu'un exemple : les traits masculins négatifs autrefois attribués à l'Angleterre vont être majoritairement plaqués sur les USA michiniste, tayloriste, standardisés, viant dans l'immédiat, le matériel, l'inculture. La dynamique stéréotypique qui marque l'apogée, économique et impériale, de l'Angleterre victorienne et édouardienne, exprimée par la métaphore du "miroir de notre avenir" (Stendhall, 12) va se transférer sur les horrreurs des scènes (américaines) de la vie future (Georges Duhamel)12 et aboutir, en grande partie, à construire l'anti-américainisme de XXe et XXIe siècles.

Notes

1 A. De Tocqueville, Oeuvres complètes, t. V (2) "Voyages en Angleterre, Irlande, Suisse et Algérie", Paris, Gallimard, 1958,245 p., p. 24.

2 Sur ces problèmes voir : Ruth Amossy et A. Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue. Discours. Société, Paris, Nathan Université, 1997, 128 p. et P. Claret, La Personnalité collective des nations. Théories anglo-saxonnes et conceptions françaises du caractère national, Bruxelles, Bruylant, 1996, 463 p.

3 Pierre Reboul, Le Mythe anglais dans la littérature française sous la Restauration, Thèse Lille, B U. Lille, 1962, 457 p.

4 Andris Barblan, L'Image de l'Anglais en France, de Fachoda à l'Entente Cordiale, Thèse Genève, Berne, H. Lang, 1974, 224 p.

5 Pierre Reboul, Le Mythe anglais..., op. cit. p. 329.

6 Andris Barblan, L'Image de l'Anglais..., op. cit. p. 122.

7 Ibid, p. 214.

8 G. Hofstede, Culture's Consequences : Comparing Values, Behaviors, Institutions and Organizations Across Nations, 2nd edition, Thousand Oaks (Ca), Sage Publications, 2001, 596 p. (v. aussi la traduction française : Vivre dans un monde multicultural. Comprendre nos programmations mentales, Paris, Les Editions d'Organisation, 1994) ; Ε. T. HALL, Understanding Cultural Differences, Yarmouth (ME), Intercultural Press, 1990.

9 Ces lignes reprennent une partie de la conclusion de ma thèse d'Etat : R. Tholoniat, Londres vue par les voyageurs français au XIXe siècle, 1814-1914, Lyon, 1993.

10 H. Taine, Notes sur l'Angleterre, Paris, Hachette, 1872, 395 p., p. 18.

11 R. Tholoniat, "Esquisse d'un ethnogramme : représentations croisées France, Angleterre, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Orient (1870-1914)", Réciprocités : pays francophones - pays anglophones, Le Mans, P. Univ. du Maine, 1994, p. 245-255.

12 Georges Duhamel, Scènes de la Vie future. Paris, Mercure de France (1929) 1931, 248 p.

Auteur

Université Du Maine

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540