Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Atelier de paléographie (moyen-anglais, niveau 2)

Ariane Lainé

Texte intégral

1L'extrait retenu dans le cadre de cet atelier de paléographie et conservé dans MS C. U. L. Gg. 6. 16 est un exemplum relatant l'histoire d'une mère incestueuse et infanticide qui tue l'enfant qu'elle a conçu avec son propre fils. Le sang de son crime la force à porter des gants car il lui laisse, à la main, des traces qui ont la forme de lettres et l'accusent de son forfait. Honteuse et repentante, elle implore la Vierge qui l'exhorte à se confesser et lui envoie un prêtre. Elle obéit et, le péché avoué, les lettres de sang disparaissent. Ce récit présente un intérêt philologique certain car il s'avère être une traduction moyen-anglaise originale d'un exemplum latin emprunté au Gesta Romanorum (éd. par Hermann Oesterley, Berlin : Weidmannsche Buchhandlung, 1872). De nombreuses versions en sont conservées dans divers sommes théologiques et traités, parmi lesquels on peut citer le Fasciculus morum, célèbre traité sur les sept péchés capitaux et les sept vertus qui leur sont associées, composé par un anonyme franciscain au XIVème siècle (The Fasciculus Morum, a fourteenth-century Preacher's Handbook, éd. et trad. par Siegfried Wenzel, University Park, Londres, 1989).

2Par ailleurs, cet extrait en particulier et le manuscrit qui le conserve en général sont dignes d'une étude paléographique. MS C. U. L. G. g. 6. 16 est une compilation personnelle datant de la fin du XVème siècle, vraisemblablement originaire des régions du Suffolk ou Norfolk. Un prêtre, dont l'identité nous est inconnue, assembla, en un volume, la matière qu'il jugeait utile et nécessaire à l'exercice de son sacerdoce, prenant en note parfois des bribes, parfois des exempla, parfois des sermons entiers appartenant à un même cycle ou bien isolés. Pour réaliser cet ouvrage, il eut recours à des modèles différents et variés, ce qui donne à l'ensemble un aspect hétéroclite. Mais il ne faut pas se laisser prendre à ces apparences car il existe bien une logique interne, un fil conducteur qui lie entre eux ces textes très différents et nous éclaire sur le cheminement qui fut celui de ce compilateur. Il est essentiel, en effet, de garder présent à l'esprit le fait que l'ordre de reliure, celui dans lequel les textes nous sont donnés à lire aujourd'hui, ne correspond pas nécessairement à l'ordre de copie, à la chronologie de la réalisation de l'ouvrage. Afin de rétablir cet ordre, il convient d'identifier le nombre de modèles utilisés par le compilateur. Pour cela, un examen détaillé de l'encre, de la calligraphie et de la présentation des textes aura toute son utilité.

3Proche de la littera cursiva, l'écriture de ce compilateur est cursive et tardive. On y repère aisément certaines formes caractéristiques, telles que le A à une panse ou bien le D avec une boucle qui indique que le scribe ne lève pas sa plume, pas plus que pour les lettres M et N. On note également la présence du R continental avec une longue jambe ; le Ε est renversé. L'orthographe des prépositions off et ffor mérite qu'on s'y attarde. On remarque, en effet, le redoublement systématique de la consonne F aussi bien à l'intérieur d'un mot qu'à l'initiale ou à la finale. Enfin, la lettre X transcrit le son [f] dans l'auxiliaire xall notamment. Cette orthographe est typique des régions voisines du Suffolk et Norfolk, ce qui nous permet de situer la provenance du manuscrit. Ajouté au grand usage qu'il y est fait d'abréviations latines et à leur variété trahissant l'habitude que ce scribe avait de prendre des notes, le style calligraphique indique que cet ouvrage n'était probablement pas destiné à la vente mais seulement à l'usage personnel de son auteur. Ces premières conclusions sont confortées par la disparité de présentation des textes, imputable à la diversité des modèles. Il est fort intéressant de noter qu'un scribe ne se contente pas de recopier des mots mais son imitation va souvent jusqu'à respecter la présentation qui fut celle de son modèle. Par présentation, il faut entendre la présence ou non de lettrines, le nombre de lignes, les retours à la ligne, les sauts de ligne. Mais on peut y voir également la forme même de certaines lettres.

4En observant tant les changements d'encre que la présentation des textes conservés dans MS C. U. L. G. g. 6. 16, on en vient à constater qu'ils répondent à la forme et au contenu de ces écrits.

5En effet, les sermons universitaires conservés dans MS C. U. L. G. g. 6. 16 et dont la forme est savante et élaborée, font l'objet d'un soin particulier qui affecte tant la présentation que la calligraphie. L'application de ce scribe se décèle notamment dans la présence d'un grand nombre de A à deux panses. Fréquent à l'initiale, en revanche, ce type de A est rarement employé à l'intérieur d'un mot dans les sermons à la forme et au contenu plus simples. Le passage retenu ici nous en offre une bonne illustration.

6Enfin, cet extrait présente deux autres intérêts. Le premier est que le scribe copie à reculons : le folio 5v fut copié avant le folio 5 où figure la suite de l'exemplum commencé au verso. Cette inversion est signalée par le scribe lui-même qui rétablit l'ordre de lecture par l'annotation suivante : "verte folium et ibi muneres conclusio". Ce phénomène, récurrent dans MS C. U. L. G. g. 6. 16, confirme qu'un tel assemblage ne pouvait être destiné à la vente. Le second touche aux corrections apportées parfois dans l'interligne, parfois dans le texte même, par un lecteur postérieur que les références à la Vierge ne laissaient point indifférent. Ce correcteur prit le soin ici, ainsi que dans d'autres textes, de biffer systématiquement tout propos se rapportant à la Vierge, aux saints et en particulier à l'Eucharistie. Ces modifications méritent toute notre attention car elles trahissent la sympathie de ce lecteur pour l'hérésie de Wyclif, à moins qu'il ne s'agisse d'un réformateur.

Transcription

7Folio 5

  • 1 Un lecteur postérieur biffa le mot lady pour le remplacer par only mediator Ihesu Crist.

Case cecidisti carne cecata

Demone dedisti dona dotata

Monstrat maniffeste manus maculate

Resedit rubigo regina rogata

5

By ffrelnes off þi fflesche þu ffell in a caas

þu gaffiste to the dule þat to the goffyn was

Yt aperythe in thi honde wrytun within

That thoroo þe prayer off owre lady ffor3ovyn is þi syn1.

And anon afftur ffell Candelmes dey sche bare a candell

10

abowte the chyrche 3erde. And qwhan menys candells went

owte hyr candell was styll lygh3t. And þan all the pepull

went to hyre to ffeche lygl3t, the qwhyche was acordynge

to the seeynge off owre Lorde, gaudeo magis super vno

peccatorem penitenciam agente, etc. Et alibi: non veni vocare

15

justos usque peccatores ad penitencia. Amen.

8Folio 5v

  • 2 Ce même correcteur biffa owre lady à deux reprises et lui préféra God.

Remember the tale off the ladye þat had a chylde

and cheryst it and leyd it in hyr bed tyl the chylde

was off xvj 3erys off age. And than, thoro the

temptacion, he gate hys modur with chylde and he was

5

so aschamyd and soree þat he wolde labur to Rome

and into the holy lond ffor to seeke remedee ffor

hys synnys. And qwhan he was goone, þis lady kept

hyr close to the chylde was borne and fforthewith sche

kyllyd þis chylde. And the blode off the chylde sprong

10

into hyr honde and þeroff com xvj letters, that is ffor

to sey iiij cccc, iiij dddd, iiij mmmm and iiij rrrr.

And þan þis lady cuide neuer wasche awey thyse blody

letters. And þan sche provydyd a glove ffor that

hande, þat sche neuer ete ne dranke ne slept bot

15

þat hand was allwey glovyd. And euer, sche toke

myche caroo ffor hyr syn and euery dey, knelynge,

worchept owre Lady2 with v Aves. ban owre lady

had pete off hyr and wolde have hyr

savyde and sent a prest to hyr to excite hyr to be conffess[yd]

20

'And yflf sche wylnot be conffessyd off þat syn, pull awey hyr glove and þan, sche xall be so ffull

off soro þat sche xall nee dye ffor soroo. And þan

cowmfforthe hyr ffor dyspeyr and sey þat owre

lady wyll have hyr savyd ffor the servys þat

25

sche hathe to hyr.' And þan sche was conffessyde.

Be þis xvj leters is vndurstonde þise wordys,

verte ffolium et ibi muneres conclusio.

Notes

1 Un lecteur postérieur biffa le mot lady pour le remplacer par only mediator Ihesu Crist.

2 Ce même correcteur biffa owre lady à deux reprises et lui préféra God.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540