Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Atelier de traduction (moyen-anglais, niveau 3) Genesis and Exodus, vers 471-92

Jean-Pascal Pouzet

Texte intégral

1Participants : Guy Bourquin, André Crépin, Jean-Louis Duchet, Annie Lancri, Stephen Morrison, Colette Stévanovitch
L'édition de référence est celle d'Arngart (1968). Les mots en gras sont ceux sur lesquels portent les notes, afin de refléter les principaux points abordés dans la discussion pendant l'atelier, et qui se trouvent ici brièvement complétés.

Lamech ledde long lif til ðan

Ðat he wurð bisne and haued a man

Ðat ledde him ofte wudes ner

To scheten after ðe wilde der.

475

Al-so he mistagte also he schet,

And caim in ðe wude is let.

His knape wende it were a der,

An lamech droge is arwe ner

And letet flegen of ðe streng.

480

Caim unwarde it under-feng,

Grus[n]ede and strekede and starf wið-ðan.

Lamech wið wreðe is knape nam,

Vn-bente is boge and bet and slog

Til he fel dun on dedes swog.

485

Twin-wifing and twin-manslagt

Of his soule beð mikel hagt.

Of hise endinge ne wot ic nogt,

Oc of is kinde woren brogt,

On werlde seue and seuenti ðhusant men,

490

Or or flum noe spredde his fen.

Queðer-so it ðhogte hem iuel or good,

Alle he drinkilden in ðat flood.

Quelques éléments de présentation

2La paraphrase biblique versifiée connue sous le nom de Genesis and Exodus est transmise par un manuscrit unique, conservé à Cambridge (Corpus Christi College MS 444). Sa transcription pourrait avoir suivi de peu sa composition, dans le dernier tiers du XIIIe ou au début du XIVe siècle (Arngart 1968, 11, 45 ; Pouzet, à paraître). Le dialecte est celui des Midlands de l'est, mais il y a quelque hésitation quant à la localisation précise du poème (Suffolk, Norfolk, région de Cambridge, ou de Bourne, dans le sud du Lincolnshire ? voir Arngart 1968, 45-46). Plus récemment, Laing (1993, 25) propose une provenance de l'ouest du Norfolk.

3Si le récit du double meurtre de Lamech ne figure pas dans le texte biblique, on s'accorde à considérer que son point de départ est le souci d'expliciter un verset de la Genèse - Gn 4 : 23, donné ici d'après la Vulgate (Weber-Gryson, 1994, ponctuation ajoutée) : "Dixitque Lamech uxoribus suis : Ada et Sella, audite vocem meam ; uxores Lamech, auscultate sermonem meum : occidi virum pro vulnere meo et adulescentulum pro livore meo ; septuplum ultio debitur de Cain, de Lamech vero septuagies septies."

4Vraisemblablement issu de l'exégèse juive, l'épisode figure en bonne place dans nombre de commentaires latins, de la Glose Ordinaire aux Adnotationes elucidatoriae in Pentateuchon de Hugues de Saint-Victor, en passant par l'Aurora de Pierre Riga. Ces textes ont nourri les paraphrases bibliques en ancien français (par exemple, Bible d'Herman de Valenciennes, Bible de Macé de la Charité) et en moyen anglais (Cursor Mundi), qui en ont fait un de leurs récits apocryphes favoris.

5Le principal texte latin responsable de cette diffusion dans l'Occident médiéval se trouve être la source directe de Genesis and Exodus. Il s'agit d'un passage du chapitre "De generationibus Cain", extrait du commentaire sur la Genèse, premier livre de 1'Historia Scholastica de Pierre Comestor. Dans le passage reproduit en entier pour comparaison (Migne, PL 198, colonnes 1078-79), les caractères gras signalent les éléments qui ont inspiré le poète anglais dans sa composition :

Lamech autem, secundum Josephum, res divinas sapienter sciens, videns eum communi poenae subjacere, sibi vero deberi majorem pœnam, prædixit hoc mulieribus suis hic: Quoniam occidi virum in vulnus meum, et adolescentem in livorem meum, septuplum dabitur ultio de Cain, de Lamech vero septuagies septies [Gen. 4: 23]. Lamech vero vir Sagittarius diu vivendo caliginem oculorum incurrit, et habens adolescentem ducem ; dum exerceret venationem, pro delectatione tantum, et usu pellium, quia non erat usus carnium ante diluvium, casu interfecit Cain inter fructeta, aestimans feram, quern, quia ad indicium juvenis dirigens sagittam, interfecit. Et cum experiretur quod hominem, scilicet Cain, interfecisset, iratus illic cum arcu ad mortem verberavit eum. Occiderat ergo Cain in vulnere, adolescentem in livore vulneris. Vel utrumque occiderat in vulnus, et livorem suum, id est in damnationem suam. Et ideo cum peccatum Cain punitum esset sextuplum, ut diximus, suum punitum, est septuagies species, id est septuaginta animae, et septem egressae de Lantech, in diluvio perierunt: vel hoc numero majoritatem poenae tantum notat. Hebraeus ait: Mulieres suae saepe male tractabant eum. Unde ipse iratus dicebat eis se pati hoc pro duplici homicidio quod egerat; tamen terrebat eas, subdendo poenam, quasi dicat: cur me vultis interficere? Gravius punietur qui me interficiet, quam qui Cain.

6Dans un poème aux graphies fluctuantes et à la syntaxe souvent tourmentée, le sens s'éclaire souvent par le recours à cette source.

Notes

7Listes des abréviations utilisées :

8GE = Genesis and Exodus

9MED = Middle English Dictionary

10OED = Oxford English Dictionary

11VA = vieil-anglais

12v. 472 bisne : adjectif = "malvoyant", et par extension "aveugle" ; d'après MED 1 (1956-58, 906), il est issu de VA bi-sene, signifiant probablement à l'origine shortsighted (une comparaison est établie avec scearp-sene, sharp-sighted). Une seconde occurrence de cet adjectif se trouve en GE, vers 2882.

13v. 473 wudes ner : le substantif wudes, issu de VA wudu, masculin, reflète la morphologie simplifiée de la déclinaison moyen-anglaise. La forme wudes peut correspondre à un génitif singulier, ou à tout cas du pluriel. Le thème en -u, auquel appartient wudu, a disparu en s'alignant sur les thèmes en -a ou -o, dans lesquels rien ne distingue plus, au pluriel, le nominatif de l'accusatif, du génitif et du datif ; voir Stévanovitch (1997, 65-67). La seconde possibilité, celle retenue par Arngart (1968, 272) est la plus naturelle - et bien sûr, également la plus indifférenciée. Le génitif singulier se justifierait si la préposition ner se construisait avec ce cas, mais un tel régime n'est pas attesté. Ce lexème provient de VA near, comparatif de neah. Mitchell (1987, § 1178, 498) indique que neah se construit avec le datif. Il cite (1987, § 1420, 593) au moins un exemple en vieil-anglais attestant la postposition de neah, mais dans le même temps émet un doute sur la nature de neah : adjectif, adverbe, préposition ? Si l'érosion de la déclinaison des cas fléchis au pluriel est un phénomène général bien connu, en l'occurrence, l'ambiguïté planant sur la catégorie grammaticale de neah a pu jouer sur le relâchement de la marque contrastive du datif pluriel pour les substantifs construits avec cette "préposition". Signalons que le MED 6 (1975-79, 924) cite le vers 1460 de GE, "Quanne rebecca cam him ner", qui confirme l'emploi du datif dans le poème. Mustanoja (1960, 394) donne une présentation très succincte de la syntaxe de ner, sans indiquer le régime.

14v. 474 der : ce mot a avant tout le sens de "bête sauvage" (du VA deor) ; il est donc certain qu'il ne faut pas réduire sa valeur à celle de l'anglais contemporain deer. Le MED 2 (1959-62, 989-90) rassemble les différents emplois de der dans GE (vers 178, 611, 4025). Le singulier vaut ici comme un collectif.

15v. 475 he... he : Arngart (1968, 169) souligne en toute logique la différence de référent des deux pronoms dans la traduction qu'il propose : "as he (the man) misdirected, so he (Lamech) shot". La traduction doit tenir compte de cette ambiguïté, qui n'avait pas été perçue par le premier éditeur de GE, Morris (1865, 129).

16v. 476 And : la conjonction a un sens fort : elle exprime la simultanéité des deux procès.

17let : Arngart (1968, 241) tire ce participe passé du verbe leten et lui donne le sens de "left behind". Le MED 5 (1968-73, 894) s'accorde sur cette interprétation, en citant ce vers de GE sous le sens 5a (a) de leten, "to leave (somebody or something in or at a place), depart from, leave behind". Toutefois, il ne serait pas impossible de le comprendre comme une forme du participe passé de luten (< VA lutian). Le glossaire d'Arngart (1968, 242) atteste en ce sens let, prétérit singulier, au vers 3188 de GE. L'entrée lout de l'OED (1989, 51) donne les sens "to lurk, lie, hid, skulk, sneak", mais ne consigne pas de forme let. Dans cette seconde interprétation, le sens de is let serait "était caché/terré, tapi", ou "rôdait (furtivement)". Le texte de Comestor n'est guère utile sur ce point. Cependant, en ce cas un parallèle sémantique serait offert (notamment) par Macé de la Charité, qui écrit au vers 724 de sa Bible que " Caïm fut en repondaille "(Smeets, 1967, 30) ; "repondaille" signifie "cachette" (Smeets, 1967, 197). C'est cette seconde interprétation qui est proposée ici.

18v. 477 knape : ce mot, issu de VA cnapa, présente deux traits définitoires, "jeune" et "mâle" ; par dérivation, le terme désigne un jeune serviteur. Il traduit adolescens de Comestor. Hugues de Saint-Victor a puer. Macé de la Charité, qui traduit un passage de l'Aurora, avait rendu juvenis par juene vaslet ou juvenceaux (Smeets, 1967, 29-30).

19v. 478 is est l'adjectif possessif his (voir également vers 482, 483, 488) ; an est la conjonction and.

20v. 479 streng = string, la corde de l'arc tendu ; MED 10 (1988, 913, sens 2d). Mot à mot, le vers signifie "et laissa voler [la flèche] de la corde".

21v. 481 grus[n]ede : le prétérit de ce verbe a fait couler beaucoup d'encre ! Morris et Arngart ont chacun édité grusnede. Pour grusnen, le MED 4 (1963-67, 413) renvoie à l'entrée grufnen, "to fall down or lie prone" (ibid., 412). Buehler (1974, 37) estime que le manuscrit donne en réalité grusuede ; il propose de corriger le <s> en <f> sur la base de confusions analogues dans d'autres graphies du manuscrit, et de considérer le digraphe <fu> comme la transcription de [v]. Il donne ainsi la leçon grufuede, qu'il rapproche de l'islandais grufa. Sur ce mot, voir l'analyse de Cleasby et Vigfusson (1874, 217-18) qui donnent "to grovel, crouch or cower down, lie on one's face", et rapprochent d'une racine signifiant "horreur". On se reportera aussi à l'entrée gruf(fe) du MED (ibid., 412), qui peut être substantif, adjectif ou adverbe : le trait sémantique qui se dégage de tous ses emplois est "face downward, prone". Notons que dans sa réponse à Buehler, Arngart (1982, 428) maintient la leçon grusnede, sur l'autorité du manuscrit. Quelle que soit la graphie exacte de ce mot, il semblerait que grus[n]ede soit pratiquement un doublet de strekede ; notre choix de traduction reflète cette hypothèse.

22v. 481 strekede : prétérit singulier de streken, strecchen (< VA streccan). Le MED 10 (1988, 905-6) donne sous le sens 1c, "to fall prostrate", ce vers de GE comme seul exemple. Le verbe ne doit certainement pas se comprendre seulement au sens 2b, "to stretch, extend, lay out at length", qui marque seulement le trait définitoire "extension". Notons que le sens lb, "to stretch out one's limbs in a recumbent position", recoupe les deux traits sémantiques ; le participe passé streked est donné comme signifiant "prostrate, prone".

23v. 482-84 : il y a manifestement un changement tacite de référent entre Lamech (vers 482) et he (vers 484) ; voir le vers 475.

24v. 482 wreðe = wrath.

25v. 483 bet et slog ont ici valeur de doublets ; slog est le prétérit de slen. Le MED 9 (1986, 1032-37) rappelle qu'il offre un paradigme nombreux (dont il recense les principales formes) "because of phonological changes and analogical influences both within its own paradigm and from other strong verbs". Au sens lc, "strike, beat, attack, wound", le verbe peut avoir une construction intransitive, comme ici.

26v. 484 on dedes swog : swog est un substantif dont le MED 10 (1988, 1264) répertorie les nombreuses graphies ; le sens qui convient est (b), "a state of unconsciousness or semi-consciousness preceding death". Il ne faut pas le confondre avec swough, substantif (1988, 1265, sens 1 et 2).

27v. 485 twin-wifing... twin-manslagt : ces deux substantifs composés sont pratiquement des hapax legomenon. De manière significative, on constate qu'une autre occurrence du premier (avec la petite variation entre VA twin (n) > twin et VA twiga > twie) explique le lexème d'origine latine bigamie : "Bigamie is unkinde ðing / On engleis tale twie-wifing" (GE, vers 449-50, voir Pouzet, à paraître).

28v. 486 Of... beð... hagt : d'après MED 4 (1963-67, 525), le substantif hagt, "danger, péril", vient de l'islandais hœtta, issu lui-même de hahtja. Arngart (1968, 169) renvoie à E. Björkman (1900-02, 99). Voir aussi GE, vers 2044 et 2082. L'expression ben hagt of signifie "être dangereux pour".

29beð : cette forme est issue de VA bið, qui constitue l'un des deux paradigmes du verbe être en vieil et moyen-anglais. Crépin (2000, 537-42) écrit récemment que "bid a pour valeur celle de l'à-venir, du futur d'événement, de ce qu'[il] appelle l'actualisable, futur de raisonnement". Dans cette expression, l'occurrence de bed correspond à ce que Crépin désigne comme "l'emploi gnomique de l'actualisable" (541), que nous rendons par un présent.

30v. 488 oc : ici, conjonction à sens contrastif = "mais" (< VA ac) ; dans d'autres contextes, oc = "et" ; voir Arngart (1968,247).

31v. 489 ðhusant : pour expliquer l'écart entre Comestor (septuaginta... et septem = 70 + 7) et GE, Arngart (1968, 169) rappelle l'hypothèse d'un commentateur précédent : ce mot pourrait être issu d'une confusion entre le <M> initial de Men et <M> signifiant "mille".

32v. 490 Or or : Morris (1873, 131) glose le redoublement de l'adverbe de temps par "first ere" ou "first before". Il peut s'agir d'une simple dittographie.

33fen : il ne s'agit certainement pas du sens la (a) du MED 3 (1952-55, 482-83, marshland, swamp, slough) mais plutôt 2 (a), mud, dirt (ce terme pouvant avoir une acception morale) ; c'est aussi cette seconde interprétation que retient Morris (1873, 131). On pourra comparer avec l'expression muc andfen dans GE, vers 2557.

34v. 491 it ðhogte hem : comme la construction impersonnelle l'atteste, le verbe est le causatif "faire penser", "sembler", issu du VA thyncean (et non VA thencean, "penser"). La forme du prétérit atteste déjà ici la fusion morphologique entre les deux paradigmes ; sur ce point, voir Crépin (1994, 48).

35v. 492 he drinkilden : he est ici un pronom de troisième personne du pluriel (Arngart 1968, 30). Le prétérit drinkilden correspond au verbe (ici intransitif) drink(e)len ou drenk(e)len, dérivé de drinken et de drenchen ; voir OED (1989, 1042) et MED 2 (1959-62, 1324).

Proposition de traduction

36Lamech vécut longtemps, jusqu'à ce qu'il devint aveugle et qu'il eut quelqu'un pour le mener souvent à l'orée des bois chasser les bêtes sauvages. Celui-ci dirigea mal, celui-là tira mal - cependant que Caïn rôdait dans le bois... Son jeune serviteur crut que c'était une bête sauvage ; aussi Lamech apprêta-t-il sa flèche qu'il lâcha de la corde [tendue]. Caïn, surpris, la reçut, s'affaissa et tomba face contre terre ; il mourut dans l'instant. Lamech de rage attrapa son jeune serviteur, défit [la corde de] son arc, le battit et le frappa, si bien qu'il [le serviteur] tomba à terre, dans une mortelle pâmoison. La bigamie et le double homicide sont très dangereux pour son âme. De sa fin je ne sais rien, mais de sa race furent issus au monde soixante dixsept mille hommes, avant que l'inondation [du temps] de Noé ne répandît sa fange. Que cela leur ait semblé bien ou mal, ils se noyèrent tous dans ce déluge.

Bibliographie

Bibliographie succincte

Arngart, Olof (ed.), 1968. The Middle English Genesis and Exodus. Re-Edited from MS CCCC 444 with Introduction, Notes and Glossary. Lund : C. W. K. Gleerup.

—, 1982. "Comment on a Commentary". Neuphilologische Mitteilungen 83/4, 426-29.

Björkman, Erik, 1900-02. Scandinavian Loan-words in Middle English. Halle.

Buehler, Philip G., 1974. The Middle English Genesis and Exodus. A Running Commentary on the Text of the Poem. La Haye et Paris : Mouton.

Cleasby, Richard et Gudbrand Vigfusson, 1874. An Icelandic-English Dictionary. Oxford : Clarendon.

Crépin, André, 1994. Deux mille ans de langue anglaise. Paris : Nathan.,

—, 2000. "Expression et pensée du futur en anglais de l'an mil", Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l'année 2000 (Avril-Juin). Paris : De Boccard, 519-55.

Kuhn, Sherman M. et Hans C. Kurath (eds.), 1952-. Middle English Dictionary. Ann Arbor : The University of Michigan Press [les notes précisent le volume avec entre parenthèses l'année de parution et la page].

Laing, Margaret, 1993. Catalogue of Sources for a Linguistic Atlas of Early Medieval English. Cambridge : D. S. Brewer.

Migne, Jean-Paul (éd.), Pierre Comestor, Historia Scholastica, Historia libri Genesis, chapitre XVIII "De Generationibus Cain", PL 198, colonnes 1078-79.

Mitchell, Bruce, [1985] 1987. Old English Syntax. Vol. I. Concord, the Parts of Speech, and the Sentence. Oxford : Clarendon.

Morris, Richard, [1865] 1873. The Story of Genesis and Exodus, An Early English Song, about A. D. 1250. Londres : Early English Text Society (Original Series 7).

Mustanoja, Tauno F., 1960. A Middle English Syntax. Part I. Parts of Speech. Helsinki : Société Néophilologique (Mémoires de la Société Néophilologique de Helsinki XXIII).

Oxford English Dictionary, 1989 (seconde édition). Oxford : Oxford University Press.

Pouzet, Jean-Pascal, à paraître. "Quelques aspects du vocabulaire d'origine française dans Genesis and Exodus", Actes du colloque du GRENDEL, Nancy II, réunis par Colette Stévanovitch. Paris : Publications de l'Association des Médiévistes Anglicistes de l'Enseignement Supérieur (collection "Grendel" 4).

Smeets, Jean-Robert, 1967. La Bible de Macé de la Charité. I Genèse, Exode. Leyde : Presses universitaires de Leyde.

Stévanovitch, Colette, 1997. Manuel d'histoire de la langue anglaise des origines à nos jours. Paris : Ellipses.

Weber, Robert et al. (eds.), 1994. Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem, 4e édition revue et corrigée sous la direction de R. Gryson et al. Stuttgart : Deutsche Bibelgesellschaft.

Auteur

Université de Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540