Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Atelier de traduction (vieil-anglais, niveau 1 - débutants). Étude d'un extrait des chapitres VII et VIII d'Apollonius de Tyr

Patrick Gettliffe

Texte intégral

1. Texte vieil-anglais

1Il s'agit d'un texte de la première moitié du 11ème siècle, donc écrit en vieilanglais tardif.

2"Hlāford cyngc, glada nū and blissa, forðām fee Apollonius him ondǣt þīnes rīces mægna swā þæt hē ne dear nāhwār gewunian." Ðā cwæð sē cyningc: "Flēon hē mæg, ac hē ætflēon ne mæg." Hē þā Antiochus sē cyningc gesette þis geban feus cweðende: "Swā hwilc man swā mē Apollonium lifigendne tō gebringð, ic him gife fīfti punda goldes, and þām ðe mē his hēafod tō gebringð, ic gife him hundtēontig punda goldes." Þā ðā þis geban þus geset wæs, nā þæt ān his fīnd ac ēac swilce his frīnd him æfter foran and hine geond ealle eorðan sōhton,ac hē ne wearð nāhwār funden.

3Apollonius becom ær tō Tharsum. Ðā sume daege ēode hē be strande. þā geseah hine sum his cuðra manna sē was Hellanicus gehāten. þā ēode hē t ō Appolonium and cwæð: "Wes gesund, hlāford Apolloni. Gehўr nū fram mē þæt þū silfa nāst. Þē is sōðlice micel þearf þæt þū ðē warnige, forðām þe ðū eart fordēmed." Ðā cwaæð Apollonius: "Hwā mihte me fordēman, mīnre āgenre þēode ealdorman?" Hellanicus cwæð: "Antiochus sē cyngc." Apollonius cwæð: "For hwilcum intingum hæfð hē mē fordēmed?" Hellanicus sǣde: "Forðām foe þū girndest feast feu wǣre þæt sē faeder is. Swā hwilc man swā ðë lifigende tō him bringð, onfo sē fiftig punda goldes. Sē ðe him bringe Þun hëafod, onfo së hundtëontig punda goldes. Forām ic ðë lǣre þæt þū flēo and beorge þīnum līfe." Æfter þysum wordum Hellanicus fram him gewaende and Apollonius hēt hine eft tð him geclipian and cwæð tð him: "Nym nü hēr aet mē hundtēontig punda goldes, and far tð Antiocho þǣm cynge and sege him þæt mē sy þæt hēafod fram þām hneccan ācorfan, and bring þæt word þām cynge to blisse: þonne hafast þū mēde and ēac chêne handa fram þæs unscæðþigan blōde."

4Ðà cwæð Hellanicus: " Ne gewurðe þæt, hlāford, þæt ic mēde nime aet ðe for þisum þingum, forðon þe mid gōdum mannum nis nāðer ne gold ne seolfor wið gōdes mannes frēondscipe wiðmeten. " Hi tōēodon þā mid þisum wordum.

2. Résumé

5Le roi Antiochus a des relations incestueuses avec sa fille. Les prétendants éventuels se voient imposer comme épreuve le déchiffrement d'une énigme, selon la règle suivante : ceux qui ne la résolvent pas sont décapités, celui qui la déchiffrera pourra épouser sa fille. En fait, Antiochus décapite aussi ceux qui trouvent la solution.

6Apollonius a réussi à déchiffrer l'énigme, mais Antiochus lui déclare qu'il n'a pas trouvé la bonne solution et feint de lui laisser un sursis de trente jours pour la découvrir. Apollonius, qui n'est pas dupe, s'éloigne de la cour, et le roi envoie son intendant à sa poursuite. Parvenu au village natal d'Apollonius, l'intendant ne le trouve pas et revient rendre compte au roi.

3. Traduction juxtalinéaire en anglais et commentaires

7Remarque : l'atelier s'adressant aux débutants, la traduction anglaise proposée relève du mot à mot.

Liste des abréviations utilisées :

8v. a. : vieil-anglais

9Vf : verbe faible

10VF : verbe fort

11i. e. : indo-européen

12g. : germanique

13a. m. : anglais moderne

14all. : allemand

15fr. : français

161. 1 "Hlāford cyngc, glada nū and blissa, forðām þe Apollonius him ondrǣt þines rīces mægna

17Lord King, be glad now and rejoice, because Apollonius for him dreads your kindom's troops.

  • cyngc : trois variantes graphiques dans le texte. Cf. cyningc (l. 2) et cyng (l. 20). Normalement, c'est cyning. Réduction amorcée dès le v. a.
  • glada/blissa (Vf) : impératif singulier de gladian/blissian.
  • forðām þe : for, because ; ðam est le datif du démonstratif article neutre þæt.
  • him : a ici une valeur de pronom réfléchi, au datif.
  • ondrǣt (VF) : 3ème personne du singulier du présent de ondrǣdan (dread, fear).

18Evolution : drædeð > drædð > draedt > drætt > draet.

19Verbe régissant l'accusatif ou le génitif. Ici, mægna est un génitif pluriel.

201. 2 swā þæt hē ne dear nāhwār gewunian." Ða cwæð sē cyningc: "Flēon hē mæg, ac hē ætflēon ne mæg."

21so that he not dares nowhere to dwell. Then said the king: flee he may, but he escape cannot.

22. dear : 3ème personne du singulier du présent de durran (dare), verbe perfectoprésent.

23. ne dear nāhwār : noter la double négation.

24. (ge)wunian : inhabit, dwell. Ge- avait à l'origine un sens perfectif-résultatif, encore parfois présent en v. a.

25Ex. : winnan (fight) > gewinnan : get by fighting (= win). Le préfixe ge- a le plus souvent perdu son poids sémantique en v. a., d'où le fait que de nombreux verbes ont le même sens avec ou sans ge-. Parfois, il peut donner un sens figuré à un verbe : healdan (hold) /gehealdan (observe) ; fyllan (fill) / gefyllan (fulfil).

26. flēon (VF) : fly from, flee.

27. ætflēon : flee away, escape by flight. Le préfixe æt- a le sens de from. On voit par l'opposition des deux verbes que le préfixe garde encore tout son poids sémantique.

281.3 Hē þā Antiochus sē cyningc gesette þis geban þus cweðende:

29He then, Antiochus the king, made this proclamation, thus speaking:

30. Antiochus sē cyningc : c'est une apposition à He.

31. gesette (Vf) : prétérit de (ge) settan alors que sittan est un VF :

32i. e. *sod-eyo > g. *satjan > v. a. settan > set.

33i. e. *sed-yo > g. *sitjan > v. a. sittan > sit.

34Le prétérit des Vf se forme selon les cas avec -e-de (fremede),-o-de (folgode) ou-de (lifde).

35Sette est une modification de settede : disparition du [~] médian et assimilation du [d] en [t],

361. 4 "Swā hwilc man swā mē Apollonium liflgendne tō gebringð, ic him gife fifti punda goldes

37Whichever man to me Apollonius living brings, I him give fifty pounds of gold

  • swā hwilc... swā : whichever ; mot à mot : "so which so".
  • liflgendne : part présent de lifian (Vf), dont les autres graphies peuvent être lifgean, lifigean.
  • tð gebringð : Attention à l'ordre des mots. To est une préposition postposée : Swā hwilc man swā gebringð tð mē Apollonium liflgendne.
  • Apollonium liflgendne : ce groupe nominal est COD de bringan, donc à l'accusatif. Noter l'accusatif latin Appolonium. D'autre part, le participe présent, étant de nature adjectivale, s'accorde avec le nom. Il est donc lui aussi à l'accusatif.
  • gebringð et gife : sont au présent, mais l'effet de sens est un futur. Il n'y a pas de forme de futur en v. a.

381. 5 and þām de mē his hēafod tō gebringð, ic gife him hundtēontig punda goldes."

39and to him who to me his head brings, I give him a hundred pounds of gold.

  • þām : datif masculin du démonstratif se, complément d'attribution de gife.
  • hundtēontig : hundred. Composé de hund (= dix fois) + teon (= dix).

40Le v. a. utilisait aussi simplement hund, qui signifie à l'origine 10 fois 10. Hundred a supplanté ces formes au début du 13ème s. : hund + red (= chiffre).

411.6 þā ðā þis geban þus geset wæs, nā þæt ān his find ac ēac swilce his frīnd him æfter foran

42When this proclamation thus was made, not only his enemies but also his friends after him went.

43. þā ðā : when.

44. wæs : wesan est l'un des trois auxiliaires du passif, les autres étant beon et weorðan (cf. wearð 1. 7).

45Les deux premiers ont souvent un sens de passif d'état et le troisième un sens de passif d'action.

46. nā þæt ān ... ac ēac swilce : locution corrélative. Mot à mot : "not that one...

47but also such" (= not only... but also...).

48 fīnd : pluriel de fēond.

49. frīnd : pluriel de frēond.

50. him æfter foran : æfter est ici une préposition postposée à son régime him, et non un préfixe verbal. Elle régit le datif.

51Mais æfter est parfois préverbe : æfterfolgian (follow after) ; aftercweðan (repeat).

52. foran (VF) : 3ème personne du pluriel du prétérit de faran.

53La désinence est le plus souvent -on, mais on trouve parfois -an qui est la forme originelle.

541. 7 and hine geond ealle eorðan sōhton, ac hē ne wearð nāhwār funden.

55and [for] him over all the earth searched, but he not was nowhere found.

56. geond : préposition + accusatif (throughout, through, over).

57. ealle : s'accorde avec le nom car c'est un adjectif, donc ici à l'accusatif féminin. Il suit la déclinaison de l'adjectif god. Déclinaison forte ici car il n'est pas précédé d'un déterminant.

58. sōhton (Vf) : 3ème personne du pluriel du prétérit de sēcan. Contrairement aux apparences en a. m., seek n'est pas un VF :

59infinitif : g. *socian > v. a. secan (métaphonie à cause du i) > a. m. seek.

60prét. : v. a. sohte (pas de métaphonie car pas de i) > a. m. sought

61Tous les Vf se terminant par une palatale (ici [k]) ont au prétérit <ht>, où l’on reconnaît la dentale [t] du prétérit des Vf : bycgan/bohte ; ðencan/ðohte, etc.

62. wearð : 3ème personne du singulier du prétérit de weorðan (become, get, be). C'est l'un des auxiliaires du passif (Cf. all. werden).

63. funden : participe passé de findan.

641. 9 Apollonius becom ær tō Tharsum. Ðā sume daege ēode hē be strande.

65Apollonius had arrived to Tharsus. Then some day went he to the sea-shore.

66. becom aer : le prétérit associé à ær (= before that, already) correspond à un pl us-que-parfait.

67Becuman est à prendre au sens propre de come by.

68Be- est un préfixe correspondant à une forme faible de bi (> a. m. by). Le sens est ici le rapprochement, le but : cf. plus loin be strande.

69. sume dæge : ce groupe nominal est au datif temporel. On voit que sum se décline : c'est un adjectif indéfini.

70. eode : prétérit de gan (gan/eode/gegan). Gan est l'un des verbes en -mi, qui sont un peu particuliers.

71Sa conjugaison fait appel à deux morphèmes différents (cf. fr. aller/vais/ira) :

72- *ghe- : pour toutes les formes de présent et le participe passé.

73- eo- pour le prétérit (cf. latin eo : je vais).

74Eode a été supplanté vers 1500 par went venant de wende, le prétérit du verbe wend (< v. a. wendan : go, move).

75. be : préposition ayant le sens de to.

761. 9 þā geseah hine sum his cuðra manna sē was Hellanicus gehāten.

77Then saw him some of his intimate men who was Hellanicus called.

  • (ge)seah : 3ème personne du singulier du prétérit de seon.
  • his cuðra manna : au génitif pluriel car complément de sum.
  • sē was... : mot à mot "celui-ci était appelé...". C'est l'un des moyens de construire une relative en v. a., par simple juxtaposition.

78Les deux autres procédés sont soit sē ðe (ðe = particule relative), soit ðe tout seul.

791. 10 þā ēode hē tō Appolonium and cwæð: "Wes gesund, hlāford Apolloni.

80Then came he to Apollonius and said: Hail, Lord Apollonius.

81. wes gesund : mot à mot "be healthy".

82. wes : impératif singulier de wesan. Il y a en v. a. deux verbes "être" :

83a. beon, verbe en -mi, qui a recours à deux racines pour sa conjugaison :

84- *es (cf. latin esse) : à l'origine de am, are, is.

85- *bheu (cf. latin fui) : à l'origine de beon > be.

86b. *wes : à l'origine de wesan, lequel a fourni à beon les formes de prétérit. Les verbes en —mi sont beon, don, gan, willan. Ils sont caractérisés par l'adjonction directe au radical verbal d'une désinence personnelle (-mi pour la 1ère personne du singulier ; -si pour la 3ème personne du singulier) sans voyelle thématique avant. Comparer :

87bher – e – si (He bears)

88rad. v. thém. dés.

89es – si (He is)

90rad. dés.

91. Apolloni : forme de vocatif latin.

921. 11 Gehӯr nū fram mē þæt þū silfa nāst.

93Hear now from me what you yours elf know not.

94. gehӯr : impératif de (ge)hieran/hyran.

95. ðaet : relatif sans antécédent (= ce que). On aurait what en a. m., mais les formes en wh-(v. a. hw-) étaient seulement des interrogatifs. Cf. 1. 13 : Hwā (who).

96Le relatif sans antécédent pouvait être aussi ðaet ðe ("cela que"), réduit souvent à ðætte.

97. silfa : nominatif masculin singulier, car il s'accorde en cas, genre et nombre avec le pronom.

98Les pronoms personnels étaient utilisés aussi comme réfléchis (Cf. 1. 1 : him).

99. nāst : ne + wāst, 2ème personne du singulier du présent de witan (perfecto-présent).

100La négation fusionne avec certains verbes : nis = ne is (1. 24) ; nat = ne wat ; nillan = ne willan ; nolde = ne wolde ; næfde = ne hæfde.

1011. 11 þē is sōðlice micel þearf þæt þū ðē warnige, forðām þe ðū eart fordēmed."

102 To you is indeed great need that you be on your guard, because you are condemned.

  • . is þearf : tournure impersonnelle.
  • . warnige : c'est un subjonctif présent (le sens du verbe est : take heed, be on your guard).

1031. 12 Ðā cwæð Apollonius: "Hwā mihte me fordēman, mīnre āgenre þēode ealdorman?" Hellanicus cwæð: "Antiochus sē cyngc."

104Then said Apollonius: Who could me condemn, my own nation's ruler? Hellanicus said: Antiochus the king.

  • mihte : prétérite de magan (perfecto-présent). Ici, idée de pouvoir conféré par quelqu'un, d'où "qui est en mesure de me condamner ?"
  • mīnre āgenre þēode ealdorman : ce groupe nominal est une apposition à me. Mīnre āgenre þēode est au génitif féminin.

1051. 14 Apollonius cwæð: "For hwilcum intingum hæfð hē mē fordēmed?"

106Apollonius said: For which reason has he me condemned?

  • for : régit le datif.
  • Hwilcum : pronom et adjectif interrogatif suit la déclinaison forte de l'adjectif.
  • Hæfð : noter les deux graphies possibles : ic hæbbe/hafa; ðu hæfst/hafast (Cf. I. 22) ; he hæfð/hafað.

1071. 15 Hellanicus sǣde:"Forðām Þe Þū girndest Þæt Þū wǣre Þæt sē fæder is.

108Hellanicus said: Because you yearn that you were what the father is.

  • sǣde : 3ème personne du singulier du prétérit de secgan (say). On devrait avoir saegde.
  • Þæt : le premier est conjonction, le second est relatif sans antécédent (= what).
  • wǣre : subjonctif dans une complétive introduite par un verbe de souhait.

1091. 16 Swā hwilc man swā ðē lifigende tō him bringð, onfō sē fiftig punda goldes.

110Whichever man you living to him brings, let him receive fifty pounds of gold.

  • ðē lifigende tð him bringð : Comparer avec la ligne 4 sur trois points :
    1. la place de tð.
    2. l'alternance bringan/gebringan : pas de différence sémantique.
    3. lifigende n'a plus de forme d'accusatif : faute du scribe ou système désinenciel en décomposition ?
  • onfō sē : à comprendre comme së onfo: (que) celui-ci reçoive.
  • Onfō : présent du subjonctif de onfon, verbe préfixé. Fn est un verbe contracté : *fanhan > *fohan > fon.

1111. 16 Sē ðe him bringe Þīn hēafod, onfð sē hundtēontig punda goldes.

112He who him brings your head, let him receive a hundred pounds of gold.

  • sē ðe : démonstratif-article + particule relative.
  • him bringe : le verbe est au subjonctif et est absent. Preuve de l'instabilité des structures syntaxiques à cette époque.
  • Þīn hēafod : les pronoms personnels se déclinent : Þīn est ici un accusatif singulier neutre (voir l. 18, où Þīnum est un datif neutre).

113Le génitif des pronoms personnels est utilisé comme adjectif possessif et se décline alors comme l'adjectif fort. Exemples :

  • Beo ðu min gemyndig ("Remember of me") : gemyndig est un adjectif suivi du génitif
  • Miltsa min (Have pity of me) : miltsian est un verbe qui régit le génitif

1141. 17 Forðām ic ðē lǣre þæt þū flēo and beorge þīnum līfe."

115Therefore I you exhort that you flee and preserve your life.

  • lǣran: signifie teach (cf. all lehren), mais aussi advise, persuade, urge, exhort.
  • flēo et beorge : sont au subjonctif (subordonnée introduite par un verbe de conseil).
  • þīnum life : groupe nominal au datif neutre car beorgan régit le datif (lif est neutre).

1161. 18 Æfter þysum wordum Hellanicus fram him gewænde and Apollonius hēt hine eft tō him geclipian

117After these words Hellanicus from him went away and Apollonius ordered him again to him to speak.

  • æfter : régit le datif.
  • gewænde : 3ème personne du singulier du prétérit de (ge)wendan.
  • hēt : 3ème personne du singulier du prétérit de hatan.

1181. 19 and cwæð tō him: "Nym nū hēr æt mē hundtēontig punda goldes, and far tō Antiocho þǣm cynge

119and said to him: Take now here from me a hundred pounds of gold, and go to Antiochus the king

  • nym : imperatif singulier de niman. En v. a. tardif le <y> remplace souvent le <i>.
  • hēr : here.
  • æt mē : æt régit le datif (apparenté à latin ad). Indique la source à laquelle on prend.
  • Antiocho þǣm cynge : groupe nominal au datif après to. Antiocho est un datif latin. þǣm cynge est apposé au nom propre et s'accorde avec lui pour le cas.

1201. 20 and sege him þæt mē sӯ þæt hēafod fram þām hneccan ācorfan, and bring þæt word þām cynge to blisse:

121and tell him that to me is the head from the neck cut off and bring that word to the king for bliss

  • sege : impératif de secgan.
  • me sӯ þæt hēafod fram þām hneccan ācorfan : construction passive où le sujet est þæt hēafod et me le datif ("complément d'attribution" à valeur détrimentaire).
  • sӯ : = sīe, 3ème personne du singulier du subjonctif présent de wesan. Subjonctif dans une subordonnée après un verbe déclaratif.
  • ācorfan : participe passé de aceorfan, verbe préfixé. A- équivaut ici au latin ab (séparation).

122Ge- n'est pas utilisé au participe passé avec les verbes préfixés.

123On devrait avoir aceorfen, mais on trouve parfois –an, qui est la forme originelle de cette désinence.

1241. 22 þonne hafast þū mēde and ēac clǣne handa fram þæs unscæðþigan blōde."

125then have you the reward and also clean hands from this innocent blood.

126. þonne : then.

127. mēde et clǣne handa : sont à l'accusatif car habban régit ce cas.

128Noter la déclinaison forte pour clǣne, mais on devrait avoir clǣna.

129. fram þaes unscæðþigan blōde : fram régit le datif; blōde est bien un datif, mais þæs est un génitif !

1301. 23 Ðā cwæð Hellanicus: "Ne gewurðe þæt, hlāford, þæt ic mēde nime æt ðē for þisum þingum,

131Then said Hellanicus: Let not happen, Lord, that I the reward take from you for these things,

  • gewurðe : 3ème personne du singulier du subjonctif présent de weorðan/wurðan = happen, take place (c'est ce même verbe qui sert d'auxiliaire du passif).
  • þæt : le premier est pronom démonstratif, le second est conjonction.
  • for : régit l'accusatif ou le datif, comme ici.
  • þisum : datif pluriel de ðis. La graphie normale est þissum, souvent simplifiée.

1321. 24 forðon pe mid gōdum mannum nis nāðer ne gold ne seolfor wið gōdes mannes frēondscipe wiðmeten."

133because among good men is not neither not gold nor silver with a good man's friendship compared.

134. forðon þe : = forðām þe ; ðon est l'instrumental de ðæt ; ðӯ en est une autre forme, d'où : for ðӯ þe.

135. nis : ne is.

136. nāðer ne gold ne seolfor : nāðer : neither, composé de nā (= no) + hwæðer (= whether) ;

137ne... ne... : neither... nor...

138Remarquer l'accumulation de négations (quatre avec nis !) : mot à mot "neither not gold nor silver".

139. wiðmetan wið : remarquer la redondance, preuve de la perte de poids sémantique du préfixe wið.

1401. 25 Hī tōēodon þā mid þisum wordum.

141They parted then with these words.

142. tðëodon : 3ème personne du pluriel du prétérit du verbe préfixé tōgān.

143Tō- est apparenté à all. zer-, tous deux préfixes inséparables. Il exprime une idée de séparation, dispersion, destruction. Cf. all. Zerbrechen / v. a. tobrecan (break to pieces).

144Ne pas confondre avec tō- correspondant à all. zu-, qui exprime l'idée de jonction, rapprochement. D'où par exemple les verbes all. Zukommen / v. a. tōcuman (approach). Cf. aussi en a. m. la particule dans The door slammed to.

145. mid : préposition régissant le datif supplantée par wið en moyen-anglais.

Traduction française

146"Seigneur roi, sois heureux maintenant et réjouis-toi, car Apollonius craint les troupes de ton royaume, si bien qu'il n'ose demeurer nulle part." Alors le roi dit : "Il peut fuir, mais il ne peut s'échapper." Puis le roi Antiochus fit une déclaration en ces termes : "A quiconque m'amènera Apollonius vivant, je donnerai cinquante livres d'or et à celui qui m'apportera sa tête, je donnerai cent livres d'or." Cette proclamation faite, non seulement ses ennemis mais aussi ses amis partirent à la poursuite d'Apollonius et le cherchèrent sur la terre entière, mais il était introuvable.

147Apollonius était déjà arrivé à Tharse. Un jour qu'il était allé au bord de la mer, un de ses familiers, qui s'appelait Hellanicus, l'aperçut. Celui-ci s'approcha d'Apollonius et déclara : "Salut, Seigneur Apollonius. Apprends de ma bouche ce que tu ignores. Il faut absolument que tu te protèges, parce que tu es condamné." Apollonius répondit : "Qui pourrait me condamner, moi qui suis le chef de mon propre peuple ?" Hellanicus reprit : "Le roi Antioche." Apollonius demanda : "Pourquoi m'a-t-il condamné ?" Hellanicus dit : "Parce que tu aspirais à être ce qu'est le père. Quiconque t'amène à lui vivant recevra cinquante livres d'or. Celui qui lui apportera ta tête recevra cent livres d'or. Aussi je te conseille de fuir pour sauver ta vie." Sur ces mots, Hellanicus s'éloigna mais Apollonius lui ordonna de continuer la discussion et lui dit : "Accepte de moi cent livres d'or et rends-toi auprès d'Antiochus pour lui annoncer que ma tête est tranchée ; si tu apportes ce message au roi, il se réjouira. Ainsi, tu auras la récompense et garderas les mains propres de ce sang innocent."

148Alors Hellanicus répondit : "Dieu me garde, Seigneur, d'accepter une récompense de toi pour pareille chose, car aux yeux d'un homme vertueux l'or ou l'argent ne sont rien comparés à l'amitié d'un homme vertueux." Sur ces mots, ils se séparèrent.

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540