Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Le préverbe be- du vieil-anglais1

Fabienne Toupin

Texte intégral

1. Introduction

1. 1. Présentation du préverbe

  • 1 Ma plus vive gratitude va à André Crépin, qui a été un relecteur attentif de ce travail et dont les (...)

1Une caractéristique bien connue du VA est de présenter une série d'entités linguistiques fonctionnant tantôt comme adverbe, tantôt comme préposition, tantôt encore comme préfixe. Cf. entre autres Fraser (1995 : 97) et Gettliffe (1999 : 8). La catégorie des préfixes est elle-même l'objet d'une distinction supplémentaire entre préverbes et autres préfixes (en particulier, mais pas exclusivement, les éléments adnominaux).

  • 2 On emploie ici le terme de "particule" en référence aux éléments distingués par Bolinger et que l'o (...)

2En VA la préverbation se reconnaît en principe à l'univerbation. En principe, car si préverbation est synonyme d'univerbation, l'inverse n'est pas vrai. On trouve en effet des séquences particule-verbe graphiquement soudées2, pour deux raisons : d'une part, la position pré-verbale d'une particule accentuée, plutôt rare en AM (Off you go !), est commune en VA ; d'autre part, les scribes n'indiquaient pas toujours les divisions de mots.

3Le résultat est une certaine difficulté à distinguer les suites préverbe-verbe des séquences particule-verbe. Le seul indice fiable, reconnu par tous les auteurs, est la position éventuelle d'un ne (négation) ou d'un to (devant l'infinitif fléchi). Ces deux items ne peuvent pas s'insérer entre un préverbe et un verbe. Donc, dans l'exemple (1), qui est en MA :

(1) Men and wommen, as wel yonge as olde, gon to Saluce, upon hir to biholde. (Chaucer, The Clerkes Tale)
Hommes et femmes, jeunes et vieux, venaient à Saluces pour la contempler.

4la position de TO porte à penser que "bi + holde" est une suite préverbe-verbe. Notons au passage ce n'est pas avec be-que se posent les problèmes d'identification les plus cruciaux, dans la mesure où ce morphème ne fonctionne que rarement comme particule adverbiale.

5Par ailleurs, les préverbes VA n'ont qu'une relative spécificité sémantique : ils sont dotés de sens locaux/directionnels (concrets), mais aussi de sens aspectuels (figurés ou idiomatiques), alors que les particules ont tendance à n'avoir que la première série de sens, cf. Brinton (1988 : 188) et Gettliffe (1999 : 73).

6En fait, le seul trait apte à distinguer les préverbes des adverbes et prépositions est le caractère atone des premiers.

  • 3 Nous parlons de composition en suivant Mossé (1945 : 132), qui parle de "composition par particules (...)

7Be(-) fait partie de ces entités catégoriellement mobiles. Ses différentes réalisations fonctionnelles déterminent donc son caractère accentué ou atone. L'adverbe et la préposition ont la forme accentuée be/bi/big (> AM by) ; le préfixe, lui, a la forme be-/bi- (> AM be-), qui est accentuée en composition avec un nom, mais toujours atone en composition avec un verbe (Campbell (1997 : 30)3.

8Evolution phonétique (VA > AM) :

  • En VA précoce, la forme accentuée connut un allongement à bi, tandis que la forme inaccentuée restait bi.
  • En VA tardif, la forme faible bi- développa une variante be-, qui s'imposera ultérieurement comme seule forme inaccentuée.
  • Entre le XIVème et le XVIème siècle, la forme accentuée vit sa voyelle longue se diphtonguer en [aI] dans le cadre du Grand Changement Vocalique.
  • En AM, cette même forme (orthographiée by ou bye), se trouve dans quelques rares mots descendant du VA, comme by-law (VA bi-lage), by-word (VA biword), mais surtout dans les formations datant de l'époque moderne basées sur l'adverbe : by-gone, by-name, by-play, by-road, by-stander, etc.

9Inventaire des emplois du préverbe en VA :

  • 4 Pour plus de détails sur la parenté de be(-) et ymb(e), on consultera Fraser (1985 : 114-5).

10On le fait remonter à une racine IE *bhi, forme réduite de *ambhi. La préposition VA ymb(e), sans descendant en AM, serait étymologiquement apparentée et a le même sens, à savoir "about"4.

111. Il permet de former des dérivés avec le sens de "around" :

12beclingan : BECLING, surround, inclose

13befealdan : fold, infold, clasp, involve, surround

14bewindan : wind, bind around/about, entwine, wrap, enwrap, encircle, surround, turn

15bebycgan : sell [intéressante dérivation à partir de la base bycgan : buy]

162. Il permet de former des dérivés marquant l'intensité ("thoroughly"), voire l'excès ("excessively") :

17bedrincan : drink in, drink up, absorb

18behawian : see clearly [hawian : view, look, observe]

19bestyrian : heap up, pile up

20beswœlan : sweal, scorch [swœlan : burn]

213. Il permet de former des dérivés à sens privatif ("off", "away") :

22befellan : fell, strike down ; deprive by felling, bereave

23belibban : deprive of life

24beneotan : deprive of the enjoyment/use of anything

25berœdan : dispossess, deprive of

264. Il permet de former des dérivés transitifs à partir de verbes intransitifs :

27befaran : go round, travel through, go all over, traverse, march, encompass, surround

28befeolan : commit, commend, deliver, assign, allot [feolan : stick, adhere ; come, pass]

29began : - go over, surround, occupy, dwell, cultivate, till ;
- go to, visit, attend, cherish, honour, worship ;
- commit, exercise, practise, observe

30bereotan : deplore [reotan : lament, wail, weep]

  • 5 De la Cruz (1975 : 70) signale que ces dénominaux et déadjectivaux correspondent souvent à des verb (...)

315. Il permet de former des dérivés transitifs dénominaux ou déadjectivaux5. Dans les premiers, on retrouve le sens privatif évoqué en 3 ("deprive of Ν") :

32befotian : BEFOOT, cut off the feet

33behorsian : deprive of a horse

34mais on trouve aussi son contraire notionnel ("cover with Ν") :

35behriman : cover with rime/hoarfrost

36bemyldan : cover with mould/earth, bury, inter, hide/put under ground

37puis, par extension, "affect in any way with Ν" :

38bedician : BEDIKE, mound, fortify with a mound

39bestyrman : BESTORM, storm, agitate

  • 6 Le schéma sémantique sous-jacent aux dérivés déadjectivaux permet peut-être d'expliquer formations (...)

40Les dérivés déadjectivaux ont un sens factitif et sont paraphrasables par "make Adj."6 :

41befœstan : fasten, make fast, fix ; establish ; (re)commend, deliver, put in trust, entrust

42befylan : BEFOUL, defile, pollute, make filthy

43Bilan en AM :

  • Dans la fonction 1, des dérivés romans (cf. surround, encircle, enclose) ont concurrencé les dérivés en be-et les ont souvent supplantés.
  • Dans les fonctions 2 et 3, des verbes à particule (transitifs directs ou indirects) ont pris le relais ; ils sont composés en particulier avec up, off et away, cf. de la Cruz (1975 : 77)7.
  • Dans la fonction 4, de nombreux verbes prépositionnels se sont imposés ; l'exemple suivant est typique de cette évolution : VA besorgian > AM be sorry for, care for, be anxious about).

44A la différence des autres préverbes (sauf out-, over- et un-), be- est resté relativement productif jusqu'à une époque récente, mais en se spécialisant surtout dans la formation de verbes dénominaux ou déadjectivaux. De la Cruz (1975) signale certaines formations amusantes, comme le verbe bejesuit, besleeve (a bishop), les adjectifs à allure participiale bediamonded, benightmared, bewigged, etc. Parmi les néologismes les plus récents nous avons noté : bechill (1952), be-aureoled (19A5) et bejeaned (1958).

1. 2. Be-, un préverbe "pur" ?

45Be-est parfois qualifié de "préverbe pur". Pour certains auteurs, c'est parce qu'il n'a pas de contrepartie adverbiale ; pour d'autres, pas de contrepartie prépositionnelle. Le premier argument se rencontre chez Fraser, qui distingue 3 groupes de particules (1995 : 98) :

  • les particules gotiques (préverbes & prépositions) pour lesquelles le VA a seulement les emplois préverbaux correspondants ;
  • celles (préverbes & prépositions) pour lesquelles le VA a développé des emplois adverbiaux correspondants (et le MA perd les préverbes) ;
  • celles (préverbes, prépositions et adverbes) pour lesquelles le VA a les trois réalisations correspondantes.
  • 8 Dans Fraser (1985 : 124), on trouve déjà l'idée que be- fait partie des "purs préfixes", avec ge-, (...)

46Be fait partie du premier groupe. Il a certes une forme adverbiale apparentée, mais distincte (bien que l'auteur ne le précise pas, il pense vraisemblablement à ymb)8.

47Le second argument (absence de contrepartie prépositionnelle) se rencontre chez de la Cruz (1975), qui définit comme purs les préverbes dépourvus de contrepartie prépositionnelle étymologiquement apparentée ou pourvus d'une telle contrepartie mais avec des fonctions respectives nettement différenciées. Be- relève du second cas de figure.

48En fait, s'agissant de be-, les deux arguments sont équivalents : les contreparties adverbiale et prépositionnelle sont identiques, dans la mesure où la particule du phrasal verb s'analyse comme une préposition sans régime (que celle-ci ait d'ailleurs la forme ou ymb).

49D'autres linguistes, en revanche, refusent de considérer séparément be- et be (préposition). C'est le cas de Brinton (1988 : 281, note 17), par exemple, qui marque explicitement son désaccord avec de la Cruz. C'est également l'option retenue ici, au vu de l'identité formelle et de la parenté étymologique des deux opérateurs.

1. 3. Problématique

50Pourquoi s'intéresser au préverbe VA be- ?

  • 9 Cf. Toupin (2003).

51Cet article est le prologement argumentatif d'un travail sur le sémantisme des verbes gan (AM go) et cuman (AM come), qui nous a incidemment amenée à réfléchir sur be-9. Lors de cette recherche, il est en effet apparu que la clé de notre argumentation résidait dans le préverbe be- et, plus précisément, dans une nouvelle approche de son rôle dans la grammaire du VA.

  • 10 Précisons qu'à la différence de l'approche psychomécanique, le concept d'invariant renvoie ici à un (...)

52Comme il s'imposait que ce rôle soit compatible avec les emplois de be traditionnellement décrits, fort hétéroclites (voir énumération ci-dessus), nous l'avons alors conçu comme une sorte de dénominateur commun à ces derniers. Dans cette optique, le dénominateur commun est un invariant et les divers emplois de be-, des effets de sens, i. e. des valeurs de discours générées localement par deux types de paramètres : le programme sémantique propre à la base verbale (ou dérivant) et l'environnement discursif immédiat dans lequel le verbe dérivé est inséré10.

53On propose donc ici une exploration plus approfondie d'une hypothèse restée à ce stade embryonnaire. Cette hypothèse est présentée plus bas, § 3.

54L'intérêt d'une démarche de type guillaumien paraît être le suivant. En synchronie, nous avons une pluralité d'effets de sens, entre lesquels il est difficile de percevoir une cohésion ; certains mêmes de ces effets sont contradictoires, cf. par exemple les dérivés du type "deprive of" et ceux signifiant "cover with". Mais l'incohérence n'existe qu'au plan du discours. Sur celui de la langue, l'invariant permet de réduire la pluralité des valeurs locales à l'unicité d'un mécanisme conditionnant d'ordre opérationnel.

55En diachronie, le problème est encore obscurci par la perte de productivité du préverbe. En effet, des quelque 300 dérivés VA ne sont demeurés que 80 verbes environ, soit un quart d'entre eux, et l'on a déjà signalé que c'est principalement la fonction 5 qui est aujourd'hui représentée dans les verbes préfixés en be-. Il ne reste que quelques reliquats des autres fonctions de be- (become, begin, belong). Autrement dit, l'évolution de la langue anglaise a fait perdre de vue une ancienne systémicité et tenter de la rechercher, c'est ramener le disparate d'aujourd'hui au cohérent d'hier.

2. Le point sur la question

56De la Cruz (1975) offre une description fine et documentée de be-, mais c'est chez Brinton et Fraser que l'on trouve des théorisations du rôle du préverbe. Les deux approches sont complémentaires, dans la mesure où Brinton considère be- dans le système global des préverbes en VA, alors que Fraser (1985) propose une véritable monographie de cet opérateur.

2. 1. Brinton (1985 et 1988)

57La théorie de Brinton est exposée dans son article de 1985, dont le contenu est repris de façon plus détaillée dans son livre de 1988. Elle est basée sur l'Aktionsart.

  • 11 Dans son article de 1975, de la Cruz avait fait une observation allant dans le même sens : "The int (...)

58Au cours de leur histoire, les préverbes en germanique ont connu un développement sémantique particulier : ils sont devenus marqueurs d'aspect (aspect lexical du verbe)11. Dans ce processus, Brinton reconnaît moins une décoloration sémantique ou une métaphorisation qu'un isomorphisme ("diagrammatic iconicity", concept qu'il emprunte à Pierce) entre sens spatiaux et sens aspectuels :

That is, particles which express movement from, to, or through come to indicate actions oriented or headed towards a goal ; the actions are seen as occurring in time, as journeys through time. Particles which express stasis or location come to indicate action atellically continuing or repeating at a particular point in time" (1985 : 60).

  • 12 Pour une critique des conceptions traditionnelles ("semantic bleaching" et "metaphorical shift"), s (...)

59De "mouvement dans une certaine direction" à "action tendant vers un certain but", le glissement est métonymique, non métaphorique12.

60En VA, la majorité des préverbes sont des marqueurs d'aspect télique : "... like the post-verbal particles of Modern English, most verbal prefixes in Germanic are better analyzed as markers of telic aktionsart" (1985 : 57). Dit différemment, les préverbes en question transforment des verbes d'activité (verbes simples atéliques) en verbes d'accomplissement (dérivés téliques). En se basant en particulier sur la grammaire de Quirk & Wrenn (1957), Brinton en établit la liste.

  • 13 Mais Brinton met en garde contre la confusion entre but (catégorie d'Aktionsart) et atteinte du but (...)

61C'est à ce groupe que be- appartient : de mouvement dans une certaine direction (avec des sens qui se ramènent à "entourer", "encercler"), on passe à la notion d'action tendant vers un certain but (donc télicité), et le rôle de transitivisation est lié à cette télicité : "in transitivisation, an object, which may be the end-point of the action, is added" (1985 : 66)13.

2. 2. Fraser (1985)

62Dans cet article, Fraser décrit la genèse du préfixe be- dans le cadre de la théorie guillaumienne de la subduction ésotérique (ou interne).

63Pour qu'un mot puisse exister, ses deux composantes, notionnelle et formelle, doivent être équilibrées, suivant la formule : M (matière) + F (forme) = I (intégrité). Si le mot perd de sa matière notionnelle (i. e. se dématérialise, est subduit), les phénomènes suivants se réalisent :

  • Première étape : si la dématérialisation est assez poussée, le mot doit s'associer avec un mot non-subduit pour satisfaire la condition d'intégrité : il devient alors motoutil. Dans le cas qui nous occupe, ceci correspond au passage de l'adverbe big à la préposition be. La matière du nom avec lequel be s'associe compense en quelque sorte celle originellement perdue par big.
  • Deuxième étape : si la dématérialisation est totale, le mot perd ce qui lui restait d'indépendance : "il devient totalement formel et est de ce fait intégré à un autre vocable comme morphème astématique (suffixe, flexion,...)" (Douay & Roulland (1990) : 171). Ceci correspond au passage de la préposition be au préfixe be- :

What we are left with, once subduction has transcended the stematic vector, is an affix, that is a form, in the position of matter which, in a way, takes over from the matter. In the case under consideration the prefix be-, the form, "becomes" a movement, and as such is capable of propelling, or pushing the verb to which it is attached. This propulsive action of the preverb (the term is used by Gustave Guillaume in two unpublished lectures given in May 1940 and December 1943, but he never expands on it) can operate both lexically and grammatically.
(Fraser (1985) : 119-120)

64Fraser analyse ensuite le rôle propulsif de be- du point de vue lexical, en se concentrant sur les dérivés dépourvus de sens spatial. Du point de vue grammatical, il évoque la formation de verbes dénominaux (le préverbe propulse le nom hors de l'univers spatial et dans l'univers temporel) et la construction de verbes transitifs (sous l'action du préverbe, la notion verbale est alors portée à son but, à savoir l'objet direct).

2. 3. Fraser (1982)

65A la fin de son article de 1982, consacré aux couples verbaux come/go et bring/take en VA et MA, Fraser évoque le rôle du préverbe dans son rapport à cuman et gan. Le rappel préalable des thèses de l'auteur sur ce couple verbal est nécessaire à la compréhension de ce qui suit (ce qui est dit de come et de go s'appliquant aussi à cuman et gan) :

66Come is used when the mobile element moves towards the position occupied by the speaker at the moment of speaking ; go, which expresses movement in general, is excluded in this case, but more particularly, it expresses movement away from the speaker in the moment of utterance. We therefore have, in a figure : showing come to be associative with respect to the speaker and go to be dissociative. (56-7).

Image

67La théorie de Fraser est que be- serait la solution à un problème de représentation :

68- Le VA avait hérité du proto-germanique un système ternaire de représentation de l'espace et des relations spatiales, dont le gotique nous fournit un témoignage :

Image

Figure 2 de Fraser (1982)

69- Puisque dans ce système ternaire la deuxième personne était associée à ego, le fait d'utiliser cuman, verbe associatif par excellence, dans les phrases exprimant le mouvement vers le centre déictique avec comme sujet syntaxique une deuxième personne était superflu, redondant. Dans ces conditions, gan, exprimant le mouvement en général, convenait parfaitement, et l'on trouve en VA de nombreuses occurrences de gan associatif.

70- En VA tardif et en MA, à une époque où plusieurs autres systèmes binaires se construisirent (nombre : singulier/pluriel, genre : animé/inanimé, voix : actif/passif), le système de représentation de la personne se binarisa, entraînant ainsi une réorganisation de celui de l'espace :

Image

  • 14 Certes, et Fraser le dit lui-même, on retrouve le ternaire sous le binaire, mais ce qui compte, c'e (...)

Figure 1 de Fraser (1982)14

71A partir de ce moment, il fallut mettre le couple cuman/gan en conformité avec ce nouveau système : l'anglais avait désormais besoin d'outils référant sans ambiguïté à la sphère du locuteur ou à son extériorité, et gan, comme on l'a dit, était ambigu de ce point de vue (dissociatif et associatif).

  • 15 Rappel : le verbe est propulsé, lexicalement ou grammaticalement, au-delà de la position qu'il occu (...)

72- La solution vint du sytème préverbal, grâce à la propriété propulsive des préverbes15 : préfixé à cuman, be- marque que le mouvement a atteint sa cible (becuman = arriver vs. cuman = venir). Une action plus intense encore du préverbe propulse cuman au-delà de la sphère de l'ego et le mouvement devient dissociatif.

2. 4. Objections

73• A la théorie de Brinton :

74Son argumentation est que be- (à l'instar des autres préverbes VA) est un marqueur de télicité et que celle-ci est à l'origine du rôle transitiviseur du préverbe :

The concept of goal can be understood to follow from the directional meaning of surrounding or encompassing which occurs with verbs of motion or of concrete action, for by moving around something, one reaches the point where one began, simultaneously the beginning and the end. (1988 : 209)

75Mais alors il semble contre-intuitif que be- soit le meilleur candidat à la fonction de transitiviseur ; il signifie en effet "autour" et l'on pourrait penser que la transitivisation serait mieux illustrée, puisque la théorie de Brinton est basée sur des rapports d'iconicité, par un marqueur de télicité signifiant "vers" (on songe à to par exemple). Le fait est que d'autres préverbes VA ont un rôle transitiviseur : de la Cruz (1975) mentionne ge-, for-, of-, ce que l'hypothèse de Brinton ne permet pas d'expliquer.

76• A la théorie de Fraser :

77En premier lieu, l'action propulsive du préverbe repose sur la conversion de la forme en mouvement, notion qui paraît quelque peu ad hoc dans le cadre de l'opposition matière/forme qui est celui de la subduction. En outre, que le préverbe be- soit une pure forme, totalement subduite donc dépourvue de matière notionnelle, est assez difficile à accepter. A cette idée, on préfèrera l'hypothèse que le signifié de puissance de BE, avant toute catégorisation, est, et a toujours été, une représentation mentale invariante d'ordre grammatical.

78Ensuite, le comportement des deux verbes VA cuman et becuman pose problème dans le cadre de l'hypothèse de Fraser. Commençons par cuman : la théorie de l'action propulsive de be- (qui propulse lexicalement cuman en verbe dissociatif) ne tient pas compte du fait que cuman, en dehors même de cette action, peut se comporter en verbe dissociatif. Dans l'article indiqué ci-dessus en 1. 3, étude basée sur le corpus fourni par Apollonius de Tyr, nous avons montré que tel était le cas dans 20 % environ des occurrences du verbe ventif. On en fournit un exemple ici :

(2) "Mid me Þu boccrœft leornodest and ðu nœfre buton Þare ceastre geate from me ne come."
"Tu as fait tes études avec moi et [litt.] tu ne t'es jamais éloigné de moi au-delà de la porte de la ville." (XXI)

  • 16 Ce n'est plus la même composante sémantique qui l'emporte en cas de conflit : c'est la aspectuelle (...)

79Le problème vient, à notre sens, de ce que l'explication de Fraser est bâtie sur le postulat (implicite) que le sémantisme de cuman et gan est identique entre le VA et l'AM : cuman est associatif et gan déictiquement non marqué. Or cette présentation néglige la question de la priorité entre contraintes déictiques et contraintes aspectuelles en cas de conflit entre les deux volets du sémantisme de cuman16.

80Considérons à présent becuman : pour l'auteur, ce verbe est censé apporter la solution à un problème de représentation dû à un gan trop indécis du point de vue déictique (observation que nous reprenons à notre compte). Or, toujours dans la même étude, nous sommes arrivée à la conclusion que becuman, justement, n'avait pas non plus de profil déictique déterminé, en notant une répartition relativement égale de ses occurrences en contexte associatif et en contexte dissociatif.

3. Hypothèses

  • 17 "Neutralisation" n'est pas pleinement satisfaisant, mais nous l'utilisons faute d'une meilleure sol (...)

81C'est précisément cette indifférence déictique de becuman qui a été le point de départ de notre réflexion et nous a conduite à postuler que be- opère une neutralisation du repérage déictique17.

  • 18 ou "directionnels déictiques" dans Bourdin (1992).

Cela signifie en premier lieu que dans ces verbes dits de déplacement orienté18, dont le sémantisme intègre une composante déictique, cette dernière devient caduque lorsqu'intervient une préfixation par be-. Ainsi, si le verbe ventif du VA, cuman, marque, comme le veut la doctrine commune, un processus d'approche du centre déictique (Image et/ou le co-énonciateur) dans la situation-repère, cette composante déictique n'est plus de mise avec becuman. Tout se passe comme si becuman était un cuman délesté de sa composante déictique (ce qui empêche de poser une équivalence sémantique, même grossière, entre les deux verbes).

82Avec les autres verbes, qu'il s'agisse de verbes de déplacement non-orienté ou de verbes autres que de déplacement, les paraphrases sémantiques des dérivés font apparaître "round", "around", "about", "surround". Quatre exemples de ce type figurent dans l'inventaire des emplois de be- (§ 1. 1 ci-dessus) : beclingan, befealdan, bewindan (verbes autres que de déplacement, rubrique 1) et befaran (verbe de déplacement non-orienté, rubrique 4).

83Notre article sur gan et cuman faisait mention d'un premier argument en faveur de notre hypothèse, reposant sur les travaux de G. Bourquin sur les marques grammaticales d'origine articulaire dans les langues IE. On ne fera que le rappeler brièvement : si be- est une marque grammaticale d'origine articulaire, il est issu par la loi de Grimm du thème bh e/o G. Bourquin attribue à ce thème -. Or la valeur "de part et d'autre", "ici et là" que est compatible avec le sens "about", "around" du préverbe, mais aussi avec sa raison d'être plus profonde en VA (telle qu'on la postule ici). Un même "objet" discret ne saurait être repéré comme étant à la fois ici et là ; ce que la langue codifie avec un tel outil, c'est la perte de pertinence des repérages déictiques, leur neutralisation.

3. 1. Première tentative de réduction des effets de sens à l'invariant

84De "around", "all around", on passe par un premier glissement sémantique à "all over", puis de à "all over" à "thoroughly", "completely", et l'on obtient la série 2 des verbes dérivés marquant l'intensité, le haut degré ou la complétude.

85A partir de là, on trouve chez Brinton (1985 et 1988) une explication assez convaincante des connotations péjoratives ou détrimentales que prennent de nombreux dérivés : par "connotations péjoratives", on entend le marquage de l'excès ("excessively") et par "connotations détrimentales", celui de l'éloignement qui génère la privation ("off", "away"). Brinton soutient en effet que le glissement de l'atteinte du but (i. e. du terme du procès) au dépassement de ce but est un phénomène fréquemment attesté : en quelque sorte, on passe sémantiquement de "beaucoup", "complètement" à "trop", et ce dépassement d'un terme qui est en même temps une norme est l'objet d'un jugement négatif. Ainsi s'expliqueraient les dérivés de la rubrique 2 marquant l'excès, comme beswœlan, et de la rubrique 3 indiquant la privation : befellan, belibban, beneotan, berœdan, etc.

3. 2. Tentative de réduction des effets de sens à l'invariant (suite) : la construction de la relation prédicative dans la Théorie des Opérations Enonciatives

Restent à expliquer les dérivés des rubriques 4 et 5. Le nœud du problème semble être la formation de verbes transitifs opérée par be-, et ce bien que de nombreux verbes simples soient déjà transitifs (cf. supra note 5). Cette intuition est basée sur la remarque de Mitchell selon laquelle les dérivés intransitifs formés sur base transitive ne sont pas attestés en VA. En effet, si l'on a nécessairement en VA le scénario Image ou, Image mais jamais le Image :

Image

86c'est bien que la transitivisation est un phénomène étroitement lié à be-, et non un simple accident statistique.

87La transitivité du verbe est un phénomène qui joue au niveau de la relation prédicative. Il faut donc retracer ce qui se passe lors de la construction d'une relation prédicative, ce que fait la Théorie des Opérations Enonciatives.

88Lors de la première étape de constitution de l'énoncé, le schéma de base, dit schéma de lexis, <ξ0, π, ξ1 >, où ξ0 et ξ1 correspondent à des variables d'arguments et π à une variable d'opérateur de prédication, voit ses trois places instanciées par les éléments d'une relation primitive de la forme < a, r, b > comme < Paul, jouer, violon > par exemple, ce qui livre une lexis, c'est-à-dire une relation ordonnée munie d'un terme source (ici, "Paul") et d'un terme but (ici, "violon"). La lexis est ensuite orientée grâce à la sélection du premier argument (sujet de la tradition grammaticale) ; dans le cas de la diathèse active, qui sera notre cadre de raisonnement ici, le premier argument se construit en sélectionnant le terme source de la relation primitive ((a) : ici, " Paul ") pour instancier ξ0.

89Lors de l'étape suivante, la lexis est organisée en relation prédicative proprement dite par le choix du repère prédicatif (ou terme de départ). Trois possibilités s'offrent pour cette nouvelle sélection :

90— c'est le premier argument, ce qui oriente la prédication vers celle d'une "propriété" :

(3) Paul joua du violon dans l'Orchestre Symphonique de Tours.

91— c'est le deuxième membre de la relation (rb) :

(4) C'est Paul qui joua du violon.

92— aucun terme n'est distingué, ce qui oriente la prédication vers celle d'un "événement" (au sens de "procès localisé dans le temps, par rapport à une situation donnée et délimitable en termes de début et de fin" [définition de J. Chuquet, correspondance privée]) :

(5) Paul joua du violon hier au théâtre Louis Jouvet.

  • 19 Notre corpus d'exemples a été établi à partir du dictionnaire Bosworth & Toller.

93Revenons aux dérivés en be-du VA19. Dans une première étape, si l'on examine des énoncés ou fragments d'énoncés du type de (6) - (9) :

94wægan = deceive, delude

(6) Ne gewurðe hit ðœt ic on ðam halgum gerecednyssum wœge.
Litt. : Qu'il n'advienne pas que je trompe dans ces histoires saintes.

95bewægan = deceive, disappoint (entre autres sens)

(7) Swor dryhten soÞfestnisse and ne biwœgde hine.
Le Seigneur le jura [à David] et il ne le déçut pas.

96sirwan = plan, devise ; plot, attempt with craft

(8) Ðam ðe me syrwedan yfel
Ceux qui me voulaient du mal.
Litt. : Ceux qui concevaient du mal envers moi

97besirwan = ensnare, surprise, deceive

(9) Þises geares eac Þa Scottas heora cyng Duncan besyredon and
ofslogan.
Litt. : Cette année également les Ecossais tendirent un piège à leur roi
Duncan et le tuèrent.

98on est tenté de dire que les énoncés avec verbe simple sont de type propriété, ceux avec verbe préfixé, de type événement. En effet, des paraphrases avec la copule BE se présentent en (6), où wœgan correspond sémantiquement à "be a deceiver/a liar" plutôt qu'au verbe "deceive" ; en (8), où le sens de yfel sirwan se laisse mieux appréhender par "be evil-devisers" (expression non-attestée, sur le modèle de evildoers), que par "plot/devise evil". De telles paraphrases ne sont recevables ni en (7) ni en (9).

99Mais dans une deuxième étape, face à des exemples comme (10), on s'aperçoit que cette conclusion, pour séduisante qu'elle soit, est réductrice :

100beodan = command, bid, order (entre autres sens)

(10) He bead Iosepe ðœt he bude his broðrum.
Dixit ad Joseph ut imperaret fratribus suit.
Litt. : Il ordonna à Joseph qu'il commande à ses frères.

  • 20 La constitution d'un tel échantillon d'exemples a bien sûr pour but de limiter au maximum toute int (...)

101La prédication principale reçoit une lecture de type événement, mais dans la complétive, une interprétation de type propriété n'est pas à exclure (seconde occurrence de beodan : "qu'il commande à" = "qu'il soit le chef de"). Une observation plus approfondie, basée sur un sous-corpus d'énoncés strictement comparables (assertés au prétérit de l'indicatif)20, permet alors de confirmer l'observation ci-dessus. De nombreux verbes simples sont aptes à construire des énoncés de type propriété ou événement :

102hatan = call, name (entre autres sens)

(11) And ðu hine hete ða flyman.
Litt. : Et alors, tu le déclaras fugitif.
Alors tu declaras que c'était un fugitif.

(12) Romane hy dictatores heton.
Les Romains les appelaient "dictatores".

103healdan = hold out, last, hold on ; rule, govern (entre autres sens)

(13) Ða nolde seo burhwaru abugan ac heoldan midfullan wige ongean.
Les citoyens refusèrent de se soumettre et résistèrent de toutes leurs
forces de combat. [Bosworth traduit "mid fullan wige" par "avec tous
les moyens de combat" ("by all warlike means")]

(14) Heold ðœt folc teala.
Il gouvernait bien ce peuple.

104tellan = tell, recount ; account, consider (entre autres sens)

(15) Swegen tealde ðœt his sciperes woldon wœndon fram him.
Swegen dit que ses hommes l'abandonneraient.

(16) On bocum ðe unlœrede men þurh heora bilewitnysse to micclum wisdome tealdon
Litt. : Dans des livres que les ignorants, dans leur simplicité,
considéraient comme de la grande sagesse

105Ceci amène une reformulation de notre hypothèse sous la forme suivante :

Image

106Troisième étape : une autre série d'exemples, où des verbes dérivés figurent dans des énoncés de type propriété, amène à intégrer dans le tableau la question des rapports sémantiques entre dérivant et dérivé. Voir ainsi (17), (19) et (20) :

107behealdan = behave (entre autres sens)

(17) He gemetfœstlice and ymbsceawiendlice hine sylfne on eallum Þingum
beheold.
Se modeste et circumspecte in omnibus gerebat.
En toute chose il agissait avec modestie et circonspection.

108Comparer avec healdan = behave, conduct one's self (entre autres sens) :

(18) Heo hit [hie ?] heold œr to fœste wið hine.
Auparavant, elle s'était comportée trop durement avec lui.

109benugan = need, want, require, enjoy, have at one's disposal

(19) And sið no frofre benohte.
Et dès lors il ne trouva jamais plus de consolation.

110Comparer avec *nugan = forme non répertoriée dans Bosworth, forme hypothétique pour Hall.

111beþencan = trust, confide (entre autres sens)

(20) He beÞohte swiðost to Arpelles.
Il se fiait surtout à Arpalus.

112Comparer avec þencan = look to with trust, expectation (entre autres sens) :

(21) Nœs heo swicol nanum ðœra ðe hyre to þohte.
Elle ne trompait jamais personne qui avait confiance en elle.
[Litt. : elle n'était jamais trompeuse envers un d'eux qui avait confiance en elle]

113Avec les verbes de ce type, on constate que ou bien le sens du dérivé dans l'énoncé est un sens possible du dérivant, voire le seul sens attesté du dérivant (cf. le couple limpan/belimpan = "happen" ou "concern" dans les deux cas), ou bien que le dérivant n'existe pas (comme pour benugan ci-dessus, mais aussi behofian, autre verbe signifiant "need").

Image

114Ces cas particuliers sont sans doute imputables au phénomène général de l'affaiblissement des préfixes, auquel be- n'échappe pas : dans ces exemples, tout se passe comme si be-V - ØV. Nous en voulons pour preuve des surcompositions possibles, telle : abehofian ("BEHOVE", "concern") où behofian se comporte en fait comme la base verbale.

  • 21 Certains linguistes parlent d'"actant principal". Cf. les articles "relation prédicable en priorité(...)

115Ces cas marginaux n'invalident donc pas l'hypothèse 1, que l'on va donc prendre comme point de départ. Le préverbe be- signerait l'abandon du répérage prédicatif par rapport au premier argument lorsque celui-ci est construit par sélection du terme source ; or ce dernier est prototypiquement un actant au rôle sémantique d'agent21. Pour rendre compatible l'hypothèse 1 avec la notion de neutralisation du repérage déictique, il faut et il suffit maintenant d'expliciter le lien entre "agent" et "énonciateur". On trouve une réponse dans un article de M.-L. Groussier sur les verbes come et go en anglais contemporain :

La position privilégiée dont jouit la propriété "énonciateur" n'est en fait qu'une manifestation de cette prééminence de la fonction agentive mais c'en est la manifestation fondamentale puisque le sujet énonciateur est le déclencheur du processus d'énonciation sans lequel il ne serait point d'énoncé. (1978 : première partie, 40).

116Les hypothèses s'enchaînent dans l'ordre suivant :

Image Be- marquerait la neutralisation du repérage déictique, c'est-à-dire du repérage par rapport à l'énonciateur. Or Image est l'"archi-agent", le "modèle de toute fonction agentive" (Ibid. : 30).

Image Par suite, be-marquerait la neutralisation du repérage par rapport au premier argument construit par sélection de l'actant au rôle sémantique d'agent - ou terme source. De Image à Image, le lien est d'ordre synecdochique.

  • 22 "[...] le repérage intervenant au niveau 1 (ou prédicatif) est déterminant pour les repérages qui s (...)

117Be- jouerait un rôle de filtre : en rendant impossible ce type de repérage, il contraindrait la suite des opérations linguistiques, en pré-sélectionnant celles qui vont pouvoir être mises en oeuvre aux stades ultérieurs de la construction de l'énoncé (dont la formation de la relation prédicative n'est que la deuxième étape). Ainsi, be- ne ferait que créer les conditions propres à la constitution d'énoncés dont la lecture est de type événement22.

118Si la théorie est exacte, elle permet d'expliquer pourquoi c'est une forme accentuée du même morphème, la préposition by, qui introduit aujourd'hui le complément d'agent de la phrase passive. La diathèse passive en effet a comme caractéristique d'exclure l'agent de la relation prédicative ; cela s'opère par la sélection du terme but de la relation primitive pour construire le premier argument. Il y a donc de facto impossibilité de repérage par rapport au premier argument construit par sélection du terme source (actant au rôle d'agent). De notre point de vue, que la satellisation de l'agent ait été marquée, à compter du MA tardif (XVème siècle), par by est une extension logique (mais nullement obligée) des emplois de VA be au détriment d'autres prépositions, sans doute moins bonnes candidates à cette fonction, VA fram, of mid, Þurh.

4. Conclusions provisoires

119Entre l'option de de la Cruz (qui considère be- comme un préfixe pur) et celle de Brinton (qui ne voit aucune raison de traiter séparément le préverbe de la préposition), nous avons indiqué plus haut choisir la seconde. Cela signifie que notre hypothèse concerne l'invariant grammatical du morphème BE, avant toute catégorisation.

120Cela n'implique pas, en revanche, que les effets obtenus en dicours soient comparables. Il est clair en effet que les préverbes ont des fonctions morphosyntaxiques spécifiques qui ne peuvent pas toujours échoir aux adverbes ou prépositions correspondants. Un exemple de telle fonction est le changement d'objet du verbe (cf. de la Cruz [1975 : 64-5]), qu'on illustrera avec le couple VA strypan/bestrypan ("strip" dans les deux cas) :

(22) Erest he [the devil] strepte of him [Job] his shep.
At first he stripped his sheep [away] from him
. strypan something of (= away from) somebody

(23) Ealle ða bestrypte he œt lande.
He stripped all of those of land,
bestrypan somebody cet (= of) something

Selon Rousseau, "la préverbation est elle aussi un phénomène de nature syntaxique et la dimension syntaxique rend aux préverbes leur véritable identité" (1995 : 384 ; c'est nous qui soulignons). Cette étude aura contribué, espérons-le, à éclairer la préverbation sous cet angle. La dimension énonciative s'ajoute d'ailleurs au plan syntaxique, si l'on considère par exemple l'emploi 2 de be- qui permet à Image de poser un jugement par rapport à une norme présupposée.

121Dans le même ordre d'idées, de la Cruz pense que ce rôle grammatical est à l'origine de l'affaiblissement des préfixes :

The weakening of OE pure prefixes arises, at least in part, from increasingly grammaticalized uses fostered to a considerable extent by the existence of other modes of expression which were more explicit and of more recent origin. Above all, we have in mind the Germanic development of the Phrasal Verb. (1975 : 49)

122Be- est au carrefour de délicates questions linguistiques : la transitivité, la construction interne de la relation prédicative, la typologie des procès, la construction et spécification d'occurrences de procès, etc. Dans cette mesure, ce qui est présenté ici est une réflexion en cours plus qu'un travail abouti. Il serait nécessaire de travailler sur de plus nombreux exemples, mieux contextualisés. Certains énoncés du Bosworth sont inexploitables faute du contexte nécessaire à leur interprétation :

(24) Hy God upstigende eagum segun.
Litt. : Ils virent de leurs (propres) yeux Dieu ascendant.
Ils assistèrent à l'ascension de Dieu ? ?
Ils assistaient à (= étaient les spectateurs de) l'ascension de Dieu ? ?

(25) Niht lagustreamas wreah.
La nuit recouvrit les eaux ? ?
La nuit recouvrait (= était comme une couverture sur) les eaux ? ?

123Enfin, malgré nos efforts pour travailler à contexte (relativement) constant, la désintrication des paramètres n'est pas complète : il est en particulier évident que la détermination des groupes nominaux en place d'argument joue un rôle dans la problématique développée ici.

124Deux pistes de réflexion se dégagent en prolongement de ce travail. D'une part, étudier la compatibilité de nos conclusions avec la typologie discret/dense/compact étendue au domaine verbal par Franckel, Paillard et de Vogüe. La définition retenue ici du terme d'événement (rappel : "procès localisé dans le temps, par rapport à une situation donnée et délimitable en termes de début et de fin") montre sans ambiguïté que ce procès relève du discret ou du discrétisé, de sorte que sa valeur référentielle s'interprètera comme :

Image

125De ce point de vue, il est possible que be- soit un filtre créant les conditions d'une affiliation au discret de notions verbales qui n'ont avant préverbation que partiellement ou pas du tout les propriétés nécessaires.

126D'autre part, Fraser pense que l'emprunt de taka au VN (verbe qui va supplanter VA niman et entrer en micro-système avec bringan) est une réponse au même problème de représentation que be- par rapport au couple cuman/gan. La prochaine étape pourrait donc être une recherche sur l'éviction de niman du lexique VA. Il est très probable en effet, comme le dit Fraser, que derrière la rivalité taka/niman se cache plus qu'un simple conflit de synonymes.

Signes et abréviations :

127VA : vieil-anglais

128VN : vieux-norrois

129MA : moyen-anglais

130AM : anglais moderne

131IE : indo-européen

Image : énonciateur

132Vt : verbe transitif

133Vi : verbe intransitif

134> : donne la forme

135< : vient de la forme

Bibliographie

Bibliographie :

Articles et ouvrages :

Bourdin, Philippe, 1992. "Constance et inconstances de la déicticité : la resémantisation des marqueurs andatifs et ventifs". La Deixis (s. la dir. de M.- A. Morel et L. Danon-Boileau). Paris : P. U. F., 287-296 + 296-306 [débat avec Davide Ricca].

Bourquin, Guy, 1995. "Approche étymologique de quelques marques grammaticales d'origine articulaire" (communication au premier séminaire de diachronie de l'ALAES, 4-7 septembre 1995, Paris III). Texte non publié.

Bouscaren, Janine et Jean Chuquet, 1987. Grammaire et textes anglais : guide pour l'analyse linguistique. Gap : Ophrys.
— et Alain Deschamps, 1991. "Réexamen de la typologie des verbes anglais". Cahiers Charles V13. Publications de l'Université de Paris 7.,
—, Alain Deschamps et Catherine Mazodier, 1993. "Eléments pour une typologie des procès". Cahiers de recherche 6. Gap : Ophrys.

Brinton, Laurel J., 1985. "Iconicity and semantic change : Old English verbal prefixes". Amsterdamer Beiträge zur älteren Germanistik 23, 55-70.
—, 1988. The Development of English Aspectual Systems. Cambridge : Cambridge University Press.

Campbell, Alistair, [1959] 1997. Old English Grammar. Oxford : Clarendon Press.

Crépin, André, 1994. Deux mille ans de langue anglaise. Paris : Nathan.

De la Cruz, Juan M., 1975. "Old English pure prefixes : structure and function". Linguistics 145, 47-82.

Douay, Catherine et Daniel Roulland, 1990. Les Mots de Gustave Guillaume : vocabulaire technique de la psychomécanique du langage. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Franckel, Jean-Jacques, Denis Paillard et Sarah de Vogüe, 1989. "Extension de la distinction discret, dense, compact au domaine verbal". Termes massifs et comptables, Actes du Colloque de Metz (novembre 1987). Paris : Klincksieck, 239-247.
— et Denis Paillard, 1992. "Objet : construction et spécification d'occurrences". Le Gré des Langues 4. Paris : L'Harmattan, 29-42.

Fraser, Thomas Κ. H., 1982. "The system of verbs involving a speaker-hearer relationship : come/go, bring/take in Old and Middle English". A. Ahlqvist (ed.), Papers from the 5th International Conference on Historical Linguistics. Amsterdam & Philadelphie : John Benjamins, 54-61.
—, 1985. "Etymology and the lexical semantics of the Old English preverb be-". J. Fisiak (ed.), Historical Semantics, Historical Word-Formation. Berlin, New York, Amsterdam : Mouton, 113-126.
—, 1995. "Remarques sur le passage du préverbe au postverbe en vieil-anglais tardif". A. Rousseau (éd.), Les Préverbes dans les langues d'Europe : introduction à l'étude de la préverbation. Lille : Presses universitaires du Septentrion, 95-104.

Gettliffe, Patrick, 1999. Verbes prépositionnels et verbes à particule. Paris : Ellipses.

Groussier, Marie-Line, 1978. "Sur les verbes come et go en anglais contemporain". T. A. Informations 19. 1, 22-41 ; 19. 2, 33-56.
— et Claude Riviere, 1996. Les Mots de la linguistique énonciative : lexique de linguistique énonciative. Gap : Ophrys.

Mitchell, Bruce, 1978. "Prepositions, adverbs, prepositional adverbs, postpositions, separable prefixes, or inseparable prefixes, in Old English ?". Neuphilologische Mitteilungen 79, 240-57.

Mosse, Fernand, 1945. Manuel de l'anglais du Moyen Age I. Paris : Aubier-Montaigne.

Paillard, Denis, 1992. "Repérage : construction et spécification". La Théorie d'Antoine Culioli. Gap : Ophrys, 75-88.

Rousseau André (éd.), 1995. Les Préverbes dans les langues d'Europe : introduction à l'étude de la préverbation. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

Toupin, Fabienne, 2003. "Le Sémantisme primitif de COME et de GO", L'Articulation langue-littérature dans les textes médiévaux anglais (III), Actes du Colloque du GRENDEL, Université de Nancy.

Vendler, Zeno, 1967. Linguistics in Philosophy (Chapitre 4 : Verbs and Times). New York : Cornell University Press.

Dictionnaires :

Bosworth, Joseph et T. Northcote Toller, [1898] 1954. An Anglo-Saxon Dictionary. Glasgow, New York, Toronto : Oxford University Press.

Cambridge International Dictionary of English, 1995. Cambridge, New York, Melbourne : Cambridge University Press.

Collins Cobuild English Language Dictionary, 1987. Londres & Glasgow : Collins.

Hall, J. R. Clark et D. Meritt, [1894] 1960. A Concise Anglo-Saxon Dictionary. Toronto, Buffalo, Londres : University of Toronto Press.

Oxford English Dictionary, 1933 [supplément (1972)]. Oxford : Clarendon.

Watkins, Calvert, 1985. The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. Boston : Houghton Mifflin Company.

Notes

1 Ma plus vive gratitude va à André Crépin, qui a été un relecteur attentif de ce travail et dont les remarques et observations érudites m'ont été très précieuses. Je dois aussi remercier très profondément Hélène et Jean Chuquet, qui ont pris le temps de clarifier pour moi certains points de la Théorie des Opérations Enonciatives. Merci enfin à Patrick Gettliffe, qui m'a aidée à constituer mon corpus d'exemples. Je suis seule responsable des erreurs ou omissions qui pourraient subsister.

2 On emploie ici le terme de "particule" en référence aux éléments distingués par Bolinger et que l'on trouve définis dans Gettliffe (1999 : 87-89), à savoir la particule adverbiale, la préposition sans régime et l'adprep.

3 Nous parlons de composition en suivant Mossé (1945 : 132), qui parle de "composition par particules". Nombreux sont aujourd'hui les auteurs à considérer que la préverbation participe à la fois de la composition et de la dérivation verbale ; voir entre autres Rousseau (1995 : 384). Il n'est que de se tourner vers l'allemand moderne, par exemple, pour saisir toute l'ambiguïté (catégorielle) des préverbes en germanique.

4 Pour plus de détails sur la parenté de be(-) et ymb(e), on consultera Fraser (1985 : 114-5).

5 De la Cruz (1975 : 70) signale que ces dénominaux et déadjectivaux correspondent souvent à des verbes simples transitifs parfaitement synonymes. On peut y voir un indice de l'affaiblissement sémantique généralisé des préfixes durant la période VA.

6 Le schéma sémantique sous-jacent aux dérivés déadjectivaux permet peut-être d'expliquer formations plus récentes : les verbes du type "call by the name of" (qu'il s'agisse d'injure ou non), tels beblockhead ou bedoctor. Le glissement serait de la forme :
make (Adj./ Ν) > cause to be (Adj./N) > treat as (Adj./N) > call N.

7 En MA on trouve d'intéressantes structures intermédiaires, qui sont préfixales et prépositionnelles ou bien ni préfixales ni prépositionnelles. Voir de la Cruz (1975 : 68).

8 Dans Fraser (1985 : 124), on trouve déjà l'idée que be- fait partie des "purs préfixes", avec ge-, a-, on-

9 Cf. Toupin (2003).

10 Précisons qu'à la différence de l'approche psychomécanique, le concept d'invariant renvoie ici à un mécanisme conditionnant d'ordre opérationnel qui est déconnecté de tout postulat sur la forme de la pensée humaine.

11 Dans son article de 1975, de la Cruz avait fait une observation allant dans le même sens : "The interesting thing about the semantics of prefixes is that a great proportion of the oppositions 'prefixal structure/simplex' demonstrate either (a) some sort of relation of opposites, or (b) more or less mild Aktionsart modifications, which in fact constitute the greater bulk of them." (75).

12 Pour une critique des conceptions traditionnelles ("semantic bleaching" et "metaphorical shift"), se reporter à Brinton (1988 : 193-199).

13 Mais Brinton met en garde contre la confusion entre but (catégorie d'Aktionsart) et atteinte du but, catégorie composite relevant de 1'Aktionsart et de l'aspect (perfectivité).

14 Certes, et Fraser le dit lui-même, on retrouve le ternaire sous le binaire, mais ce qui compte, c'est l'opposition ego/extra-ego, d'où les caractères gras (de notre fait).

15 Rappel : le verbe est propulsé, lexicalement ou grammaticalement, au-delà de la position qu'il occupait initialement.

16 Ce n'est plus la même composante sémantique qui l'emporte en cas de conflit : c'est la aspectuelle qui est prépondérante en VA, la composante déictique en AM. De ce point de vue, le VA est plus proche de l'allemand moderne que de l'anglais moderne. Cf. Toupin (2003).

17 "Neutralisation" n'est pas pleinement satisfaisant, mais nous l'utilisons faute d'une meilleure solution terminologique. On comprendra, suivant les cas de figure, qu'il s'agit d'impossiblité ou d'abandon du repérage déictique, c'est-à-dire du répérage par rapport à Image.

18 ou "directionnels déictiques" dans Bourdin (1992).

19 Notre corpus d'exemples a été établi à partir du dictionnaire Bosworth & Toller.

20 La constitution d'un tel échantillon d'exemples a bien sûr pour but de limiter au maximum toute interaction de paramètres et d'éviter d'attribuer à be- des phénomènes relevant du temps, de la modalité, de l'aspect ou encore d'une combinatoire de ces éléments.

21 Certains linguistes parlent d'"actant principal". Cf. les articles "relation prédicable en priorité" "actant principal", dans Groussier & Rivière (1996 : 9 et 176 entre autres)

22 "[...] le repérage intervenant au niveau 1 (ou prédicatif) est déterminant pour les repérages qui suivent" (Bouscaren et Chuquet (1987) : 169).
L'idée que l'organisation lexicale joue un rôle de filtre des opérations syntaxiques et énonciatives est développée par Franckel, Paillard et de Vogüe (1989), à qui nous l'empruntons.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540