Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Syntaxe des perfecto-présents en vieil-anglais

Céline Romero

Texte intégral

1. Introduction

1En vieil-anglais (VA) existait une classe de verbes qui a donné naissance aux verbes modaux de l'anglais contemporain (AC) : les perfecto-présents. Ce sont des verbes qui ont la forme d'un parfait mais la valeur d'un présent (par exemple I have got en AC). A ces perfecto-présents, on peut ajouter un verbe anomal, ou verbe athématique en -*mi (la première personne du singulier du présent de l'indicatif était en -*mi en indo-européen et en germanique, eo-m en VA "je suis") : les flexions verbales sont directement ajoutées à la racine.

2L'hypothèse du présent article est la suivante : il existe, dès le VA, une position syntaxique spécifique aux perfecto-présents. Pourquoi formuler une telle hypothèse ? D'un point de vue syntaxique, une position pour les verbes modaux ne peut pas être soudainement apparue à la période moyen-anglaise. De plus, les verbes irréguliers (perfecto-présents + verbe anomal)-ou verbes modaux-semblent déjà réagir différemment des autres verbes en VA, et donc appartenir à une catégorie spécifique.

3Cet article se placera dans une optique générativiste, et plus spécifiquement dans le programme minimaliste de [Chomsky, 1995], dont nous expliquerons les principaux concepts au fil de notre analyse. Nous utiliserons le format X-barre pour représenter un constituant. De plus, nous suivrons l'analyse de la phrase vieilanglaise telle qu'elle a été exposée dans [Pintzuk, 1991], [Pintzuk, 1993] et [Pintzuk, 1995] : la structure de la phrase en VA est IP-V2 pour la grande majorité des phrases (le VA est une langue V2 -le verbe est en seconde position, précédé d'un topique-et il y a mouvement de V à I (pour Inflexion), à la différence de l'allemand qui est CP-V2 : il y a mouvement de V à I à C (pour Complémenteur)), et CP-V2 pour un nombre restreint de phrases : les questions directes, les phrases commençant par un constituant négatif et par les adverbes Þa et Þonne.

2. Les verbes irréguliers (ou modaux)

4Enumérons maintenant les verbes irréguliers et classons-les en suivant [Mossé, 1945], 118-21.

5Classe 1 : WITAN "savoir", AGAN "avoir, posséder".

6Classe 2 : *DUGAN (l'astérisque indique que cette forme infinitive est reconstruite "exister, être utile".

7Classe 3 : UNNAN "accorder", CUNNAN "pouvoir, savoir", ÐURFAN "avoir besoin, être nécessaire" (lequel sera plus tard abandonné au détriment du verbe neodian), DURRAN "oser".

8Classe 4 : MUNAN "se souvenir", *SCULAN "être obligé, devoir".

9Classe 6 : *MOTAN "être autorisé, pouvoir".

10Non Classé : MAGAN "être capable".

11Verbe anomal : WILLAN "vouloir".

12Le fait marquant de ces verbes est qu'ils sont défectueux, au contraire de leurs homologues forts et faibles. Le tableau 1 récapitule ce fait.

Tab 1. Conjugaisons des verbes irréguliers

Tab 1. Conjugaisons des verbes irréguliers

3. Catégoriser les verbes irréguliers

13Nous proposons une position syntaxique pour les verbes irréguliers que nous nommerons ModalP. Cependant, son contenu ne sera en aucun cas identique à celui de la position correspondante en AC. Nous verrons que seuls ces verbes seront accueillis sous cette position car ils possèderont des traits spécifiques qui devront être satisfaits par celle-ci. Cet ensemble de traits fera des verbes irréguliers une catégorie de verbes différente de celle des verbes forts et faibles. Nous appellerons cette catégorie la catégorie des verbes modaux par simplicité.

14Pour nous aider à catégoriser ces verbes, nous allons nous servir des notions suivantes.

3. 1. Sémantique

15Lorsque l'on parle de modalité et des verbes modaux, on entend généralement des verbes qui expriment la possibilité et la nécessité (et parfois aussi la futurité). Par extension, les verbes modaux en AC expriment différentes notions sémantiques que nous pouvons utiliser pour classer les verbes irréguliers.

  • Connaissance : WITAN, CUNNAN, MUNAN et MAGAN.

  • Capacité : DURRAN, *DURRAN, MOTAN, MAGAN et CUNNAN.

  • Permission : UNNAN et MOTAN.

  • Obligation : *SCULAN et MOTAN.

  • Nécessité : ÐURFAN.

  • Possession : AGAN et WITAN.

  • Volition/Futurité : WILLAN.

16Si l'on regarde les racines, tant indo-européennes que germaniques, de ces verbes, on retrouve les notions fondamentales de la modalité : possibilité, nécessité et futurité (voir [Tellier, 1962] et [Bourquin, 2000]).

  • WEID- "savoir, voir" : WITAN.

  • GEN- "être capable mentalement, savoir" : CUNNAN.

  • NAW- "être nécessaire" (mais d'abord "fatiguer") : ÐURFAN.

  • SKEL- "être capable, obligé de" : *SCULAN.

  • MEGH- "être capable" : MAGAN.

  • MOT- "être obligé, nécessaire" : MOTAN.

  • WEL- "vouloir, futur" : WILLAN.

  • MEN- "penser, croire" : MUNAN.

  • DHERS- "oser" : *DURRAN.

  • UNN- "accorder" : UNNAN.

  • DHEWGH- "exister, être utile" : DUGAN.

  • AIK- "posséder" : AGAN.

17Illustrons de quelques exemples ce qui vient d'être dit (les exemples sans référence aux auteurs appartiennent au Corpus de York [Pintzuk et al., 2000a].

18(1) He sealde eall ðæt he ahte. ([Visser, 1973], 505)

19Il donna tout ce qu'il possédait. (OEGosp. Mt. XIII, 46)

20(2) Binnan þrym nihtum cunne ic his mihta. ([Denison, 1993], 306)

21Qu'en l'espace de trois nuits je puisse connaître ses pouvoirs (MCharm 9. 14)

22(3) Hu mycel scealt þu minum hlaforde. ([Visser, 1973], 497)

23Comme vous êtes reconnaissant, mon seigneur. (OEGosp. Luke. XVI, 5)

24(4) Deofol us wile ofslean gif he mot. ([Warner, 1993], 112)

25Le diable nous tuera s'il le peut. (ÆCHom i. 270. 10)

26(5)... & (hwa) him unne ðæt he to ryhte gecierre. (CP, CP : 46. 349.13. 2387)

27... & qui (le) lui accorde de sorte qu'il puisse être converti au bien.

28De plus, dès le VA, certains de ces verbes peuvent avoir une lecture, et donc un sens, épistémique ou déontique (voir par exemple (Warner, 1993]).

29(6) and hi ða ealle saston, swa swa mihte beon fif ðusend wera. ([Warner, 1993], 166)

30Puis tous s'assirent, de sorte qu'il aurait pu y avoir des milliers d'hommes. (ÆCHom i. 182. 16)

31(7) Ðu scealt on æghwylce tid Godes willan wercan. ([Denison, 1993], 303)

32Tu dois accomplir la volonté de Dieu à chaque instant. (BlHom 67. 33)

3. 2. Morphologie et morphosyntaxe

33Outre le fait que les perfecto-presents ont une forme de parfait mais le sens d'un présent, ces verbes modaux ont les caractéristiques morphologiques suivantes.

34- A la différence de la racine vocalique des verbes forts et faibles qui reste la même entre la forme infinitive et la première personne du singulier au présent de l'indicatif, celle des verbes irréguliers change (à l'exception de AGAN, MOTAN et WILLAN).

35Pour les verbes les verbes forts et faibles, nous avons par exemple : bindan ("lier"), binde, binst, bind ; faran ("aller"), far, fœrest, fœreð ; beatan ("battre") beate, bietst, biett ; habban ("avoir") habbe, hœfst, hœfð.

36Pour les verbes irréguliers, nous avons : WITAN wat, wast, wat ; DUGAN deah/deag ; UNNAN an (n) ; CUNNAN can (n), canst, can ; ÐURFAN ðearf ðearft, ðearf ; *DURRAN dear, dearst, dear ; MUNAN man, manst, man ; *SCULAN sceal, scealt, sceal et MAGAN mœeg, meaht, mæg.

37- En ce qui concerne les flexions verbales, ce qui différencie les verbes irréguliers (WILLAN excepté) des autres verbes est la terminaison des formes plurielles au présent de l'indicatif : les verbes forts et faibles possèdent la flexion –, quant aux perfecto-présents, ils ont la flexion –on.

38(8) and we forhealdað æghwær Godes gerihta ealles to gelome (Sermo Lupi ad Anglos in [Treharne, 2000], 228)

39Et en tout lieu, nous refusons trop souvent la justice de Dieu.

40(9) We willað campian for ðinre hælo. (Appolonius of Tyre IX in [Treharne, 2000], 240)

41Nous combattrons pour votre sécurité.

42(10) Ælc riht sculon gehadode men lufian. (]Pintzuk, 1991], 68)

43Les moines doivent aimer chaque droit. (Whom 10a. 10)

44On peut donc supposer que ces verbes possèdent des traits morphologiques, et par là-même phonologiques, qui leur sont propres : nous adopterons la notion [+ Phon (mod)]. Il est à noter que dans le programme minimaliste, chaque item lexical possède un ensemble de traits (phonologiques, morphologiques, sémantiques, syntaxiques) et que ces traits doivent être satisfaits (par une position syntaxique). De plus, on fera la distinction entre des traits interprétables, qui ont un contenu sémantique, et des traits ininterprétables, qui n'ont pas de contenu sémantique et qui sont effacés une fois satisfaits.

45- On peut aussi souligner que les verbes modaux sont les seuls verbes à ne pas posséder de préfixes verbaux (MUNAN, UNNAN et WITAN mis à part), puisqu'ils ont déjà une forme de parfait. En effet, pour simplifier, [Brinton, 1988], 201 écrit que les préfixes verbaux expriment un "aspect perfectif". C'est pour cela que l'on ne trouve pas d'occurrences avec les verbes irréguliers. Dans les cas où l'on trouve le préfixe ge-, il semblerait qu'il n'ait pas de réel contenu sémantique, et donc pas d'incidence sur ces verbes.

3. 3. Syntaxe

3. 3.1. Constructions elliptiques

46En AC, les constructions elliptiques se rencontrent avec les verbes modaux et les auxiliaires. En VA, ces constructions existent aussi. On peut distinguer deux types de constructions elliptiques :

471. gapping : il y a ellipse du verbe non fini et du complément d'un verbe modal.

48(1 l) forðy is betere þæt feoh þætte næfre losian ne mæg ðonne þætte mæg and sceal. ([Warner, 1993], 112)

49Ainsi, le bien qui ne peut jamais périr est préférable à celui qui le peut et le fera. (Bo 11. 25.24)

50(12) Wenst ðu þæt se godcunda anweald ne mihte afyrran þone anweald þam unrihtwisan kasere,... if he wolde ? Gise, la, gese ;

51ic wat þæt he miht, gif he wolde. (Idem)

52Ne penses-tu pas que le Pouvoir divin puisse soustraire l'empire de cet injuste César,... s'il le voulait ? Oui, oh, oui, je sais qu'il le pourrait s'il le voulait. (BO 16. 39.30)

532. pseudo-gapping : il y a ellipse partielle du ou des compléments de l'infinitif.

54(13) We magon monnum bemiðan urne geðonc & urne willan, ac we ne magon Gode. ([Warner, 1993], 114)

55Nous pouvons cacher nos pensées et nos désirs aux hommes, mais, à Dieu, nous ne le pouvons pas. (CP 39. 12)

56(14) Se ðe wille godcundne wisdom secan ne mæg hine wiþ ofermetta. (Idem)

57Celui qui recherche la sagesse divine ne peut le faire avec arrogance. (Bo 12. 26.22)

3. 3.2. Construction des verbes irréguliers

58En VA, les verbes irréguliers peuvent être employés seuls et régir un complément, ou bien être suivis d'un infinitif comme en AC.

59Nous pouvons comparer les constructions rencontrées avec ces verbes et avec les verbes forts et faibles. [Tellier, 1962], 57-8 établit la liste suivante des constructions des principaux perfecto-présents dans les langues germaniques (il ne propose que les racines).

  • -*WEL-+ proposition infinitive, substantif/pronom, complétive et infinitif.

  • -*SEL-+ substantif/pronom et infinitif.

  • -*MOT-+ complément circonstanciel et infinitif.

  • -*MEGH-+ infinitif et construction absolue.

  • -*GEN-+ substantif/pronom, complétive et infinitif.

  • -*WEID-+ substantif/pronom, complétive, proposition infinitive et infinitif.

60En regardant les textes en prose du Corpus de York [Pintzuk et al., 2000a], nous retrouvons les mêmes constructions syntaxiques en VA, excepté pour WILLAN qui peut aussi être employé seul, sans compléments autres que des groupes prépositionnels :

61(15) and wunige se þe wille mid me on þyssere byrig. (AelfLives, Sebastian : 333. 204)

62Et que celui qui le désire s'installe dans ce bourg avec moi.

63(16) Gif Wealas nellað sibbe wið us... (ChronA : 607. 2.267)

64Si Wealas ne veut de relations avec nous...

65En ce qui concerne les autres perfecto-présents : ÐURFAN, *DURRAN, AGAN, MUNAN et UNNAN, nous pouvons les trouver dans les constructions syntaxiques suivantes :

66(17)... þæt ic ðinum awyrgedum godum ne ðurfe geoffrian... (AelfLives, Agnes : 126-588)

67... que je n'aie besoin de me sacrifier pour ce détestable présent...

68(18) þa ne dorste se heahgefera naht ongean þa hæðengylfan. (AelfLives, Agnes : 211. 646)

69Le préfet n'osa donc rien contre l'idolâtre.

70(19) & þa Denescan ahton wælstowe gewald. (ChronA : 833. 1.663)

71& les Danois prirent possession du champ de bataille.

72(20) Hwæt ða Florus gemunde hwæt he gemynte æt fruman... (AelfLives, Maur : 216. 411)

73Oyez, Florus se rappela ce qui lui vint alors à l'esprit...

74(21)... butan he his geunne oðrum menn sylf willes... (Alet3, Wulfstan2 : 144. 221)

75... de plus, il lui accorderait volontiers une autre personne...

76Quant aux verbes lexicaux, nous les trouverons généralement suivis d'un pronom ou d'un groupe nominal, d'un groupe prépositionnel, parfois d'un participe, et pour quelques verbes comme secgan et cweðan d'une préposition complétive. Mais nous ne trouverons pas d'occurrence où ils seront suivis d'un infinitif.

3. 3.3. Négation

77La négation en français. Le français peut exprimer une négation totale de la phrase avec le clitique ne seul. Ce clitique est la tête de NegP, tout comme en VA, mais le français ne connaît pas le phénomène de concorde négative que le VA possède. Le clitique ne partage une caractéristique avec son homologue vieil-anglais : ne précède immédiatement le verbe fini (et non fini en français) et il y incorporation du clitique (on parle de proclitique). Cette incorporation ne se fait que sur les verbes modaux et auxiliaires.

78(22) Dans ces moments-là, il ne sait réagir convenablement.

79(23) Il ne pourra résoudre ce problème.

80(24) Je n'ose lui parler de cette question.

81(25) Ne vouloir connaître la vérité est stupide.

82Mais cette incorporation devient agrammaticale avec des verbes lexicaux.

83(26) *Il ne joue du piano.

84(27) *Ne manger du chocolat, c'est dommage.

85Notre hypothèse est que la négation exprimée par la particule adverbiale négative ne en VA a le même comportement que celle du français.

86La négation en VA. Une des façons d'exprimer la négation en VA est d'utiliser la particule adverbiale négative ne, qui est un clitique. Comme nous l'avons mentionné, le VA est une langue qui possède la concorde négative : il peut y avoir plusieurs constituants négatifs dans une phrase, mais ils expriment une seule et même négation (voir [Haegeman, 1995] et [Haegeman and Zanuttini, 1991]). De plus, comme [van Kemenade, 2000], entre autres, nous adopterons l'hypothèse qu'il existe une projection négative en VA, NegP, ainsi que le concept du critère-Neg : le clitique ne généré à la base sous la tête de NegP, Neg, entrera en relation avec un constituant négatif (qu'il soit réalisé ou non) qui sera positionné, mais non généré, sous le spécifieur de NegP, Spec ("Each Neg Xo must be in a Spec-head relation with a negative operator ; each negative operator must be in a Spec-head relation with a Neg Xo." [Haegeman and Zanuttini, 1991], 244). Ce clitique précède le verbe fini sur lequel il s'incorpore : il y a procliticisation. Cependant, le phénomène de cliticisation n'est pas obligatoire : il n'apparaîtra que lorsqu'un verbe commence par une voyelle ou par les consonnes w et h. Chose frappante pour notre ananlyse, la caractéristique principale du clitique ne en VA est qu'il ne s'incorpore qu'à certains membres des verbes irréguliers : AGAN, WITAN et WILLAN (il y a aussi incorporation avec les auxiliaires HABBAN et WESAN).

87(28) Nah Ic ricra feala freonda on foldan. (The Dream of the Rood in [Treharne, 2000], 114

88J'ai peu de riches amis sur terre.

89(29) Nat Ic hwæt he besorgað. (Apollonius of Tyre XV in [Treharne, 2000], 244)

90Je ne sais pas ce qui le trouble.

91(30) Hwi noldest ðu mine bebodu healdan ? (Vercelli Homily X in [Treharne, 2000], 102)

92Pourquoi n'as-tu pas obéi à mon ordre ?

93Nous n'avons pas trouvé d'exemples de procliticisation sur des verbes autres que ceux-ci. Il semblerait donc que le trait (ininterprétable) négatif [+ neg] soit plus fort pour les verbes modaux, ce qui représenterait une caractéristique supplémentaire.

94Selon une estimation faite sur le corpus de York, le comportement syntaxique des verbes irréguliers par rapport aux verbes forts et faibles semble indiquer une différence : si l'on prend des phrases ne comportant que la négation ne, on remarque que le taux des phrases ne + modal est supérieur à celui des phrases ne + verbe lexical ; mais dès qu'un adverbe négatif intervient dans la phrase, c'est le taux de phrases ne + verbe lexical qui est supérieur à celui des phrases ne + modal. Nous pouvons alors nous poser les questions suivantes :

  • quels types de constituants négatifs trouve-t-on avec les verbes modaux ?

  • sont-ils les mêmes avec les verbes lexicaux ?

  • qu'en est-il des constituants négatifs et de l'inversion (questions directes, phrases introduites par un élément négatif ou par les adverbes (þa et þonne) ?

95Tant avec les verbes modaux qu'avec les verbes lexicaux (nous n'avons pas inclu les verbes auxiliaires habban et beon/wesan dans notre recherche), nous trouvons les mêmes constituants négatifs, c'est-à-dire des adverbes et des quantifieurs, en plus de la particule adverbiale négative ne.

96Sur l'ensemble des textes en prose du corpus, nous avons remarqué que l'adverbe de lieu nahwar était employé trois fois plus souvent avec les verbes lexicaux qu'avec les verbes modaux, quant à l'adverbe de temps nœfre, c'est un peu plus de deux fois plus souvent qu'il est utilisé avec les verbes lexicaux par rapport aux verbes modaux. L'adverbe le plus utilisé est na, tant avec les verbes lexicaux qu'avec les verbes modaux, sans grande différence majeure entre les deux types de verbes. L'adverbe nought n'est employé qu'une seule fois, et avec un verbe lexical.

97(31)... that man therefore nought fight in feild, nowther with staffe no with sheild. (Charters 1, Birch644 : 53. 382)

98... qu'ainsi aucun ne combatte sur le champ de bataille, ni avec un bâton, ni avec un bouclier.

99Quant à l'adverbe nateshwon, on le trouve plus souvent employé avec des verbes modaux, même si cette différence est minime (huit occurrences contre cinq sur l'ensemble des textes en prose). En ce qui concerne les quantifieurs, nous n'avons pris en compte que ceux appartenant à des groupes quantifieurs (et non ceux appartenant à des groupes nominaux, lesquels nous ont semblé non pertinents, car à distribution égale entre les verbes modaux et lexicaux), c'est-à-dire les têtes de QPs, noht, nales, nan et leurs variantes. Quel que soit le quantifieur, le résultat est le même : sur l'ensemble du corpus en prose, on trouve ces quantifieurs plus souvent employés avec les verbes lexicaux qu'avec les verbes modaux (pour certains quantifieurs, on ne trouve qu'une seule occurrence avec un verbe modal).

100(32) Ða ðing & eac oðero ðe se Dryhtnes wer geseah, nales eallum monnum æhwer suongrum & heora liifes ungemendum sæcgan wolde. (Bede, Bede5 : 13. 434.4. 4344)

101Je voulus comprendre ces choses, ainsi que d'autres, que l'homme de Dieu avait dites de certains hommes châtiés et de leurs vies saintes.

102Les verbes lexicaux semblent donc avoir un comportement et un emploi particuliers vis-à-vis des constituants négatifs autres que la particule adverbiale négative ne, comportement et emploi que les verbes modaux ne possèdent pas, sauf peut-être avec les adverbes de temps et de lieu, dans une moindre mesure, et ce, bien que les constituants négatifs employés soient identiques.

103En ce qui concerne les constituants négatifs et l'inversion-les questions directes, les phrases introduites par une élément négatif et par þa et þonne-les comportements sont identiques, tant pour les verbes modaux que les verbes lexicaux : lorsque le premier élément de la phrase (au sens strict) est la particule adverbiale négative ne, elle est immédiatement suivie du modal ou verbe lexical, puis du sujet (lequel peut être précédé d'un autre constituant). Avec les adverbes þa et þonne, les questions directes et les quantifieurs négatifs qui sont des sujets, il en est de même. La différence majeure concerne les quantifieurs négatifs qui ne sont pas sujets, il n'y alors pas d'inversion entre le sujet et le verbe. Les occurrences sembleraient montrer que lorsqu'il y a présence d'un verbe lexical, nous avons l'ordre syntaxique : quantifieur négatif + sujet (nominatif) + verbe, comme dans l'exemple :

104(33)..., nales þæt an þæt he (nom.) him þa saetunge þa gewearonode þæs unholdan cyninges. (Bede, Bede2 : 9. 132.11. 1264)

105..., (ce ne fut) nullement le seul dont il se protégea alors par lui-même contre le piège du roi déloyal.

106Alors qu'en présence d'un verbe modal, l'ordre syntaxique sera : quantifieur négatif + verbe modal, sans NP nominatif. Nous avons donc affaire à des constructions impersonnelles.

107(34) Nales þæt sona þæt (acc.) innstæpe & ungeþeahtenlice þæm gerynum (dat.) onfon wolde þæs Cristenan geleafan (gen.),... (Bede, Bede2 : 8. 124.13. 1175)

108Nullement celui (-ci) qu'il aurait bientôt été reçu, directement et rapidement, du mystère de la foi chrétienne,...

109Il semblerait qu'il y ait effectivement une différence entre le comportement syntaxique des verbes modaux et celui des verbes lexicaux (c'est-à-dire forts et faibles) par rapport à la négation, prise dans son sens général : le nombre d'occurrences où l'on rencontre ne + modal + constituant négatif est inférieur au nombre d'occurrences ne + verbe lexical + constituant négatif, mais, comme nous l'avons mentionné, le nombre d'exemples où l'on trouve ne + modal est supérieur à celui des verbes lexicaux.

3. 3.4. Résumé

110Il semblerait donc que les verbes irréguliers forment une catégorie de verbes à part entière. D'après notre analyse, ces verbes ont les traits ininterprétables (sans contenu sémantique) suivants :

  1. des traits morphologiques et phonologiques propres, concernant la racine vocalique et les flexions verbales : [+ Phon (mod)].

  2. des traits sémantiques qui les lient à la modalité : [+ Sem (mod)].

  3. des traits syntaxiques différents des verbes lexicaux : existence de constructions elliptiques [+ Gap] et d'un trait de négation plus fort [+ neg].

111On donnera, pour l'ensemble de ces traits, la notation générique [+ Modal].

112Cet ensemble de traits, dans le programme minimaliste, devra être satisfait si l'on ne veut pas que la dérivation échoue, ou, en d'autres termes, pour que la phrase soit grammaticale.

4. La position syntaxique ModalP

113Comme nous l'avons mentionné dans l'introduction, une position syntaxique pour les verbes modaux n'est pas subitement apparue à la période moyenanglaise. Nous proposons l'existence de cette position dès le VA, par souci de cohérence et au vu des caractéristiques énumérées précédemment.

114Rappelons que le VA est une langue IP-V2. Par simplicité, nous emploierons le terme IP pour signifier l'hypothèse, d'abord énoncée par [Pollock, 1989], d'une inflexion qui contient deux projections fonctionnelles : AgrP (accord) et TP (temps). La structure de la phrase VA sera alors la suivante :

115(35) CP - AgrP - NegP - TP - VP, ou, plus simplement,

116CP- NegP - IP - VP.

117Qu'en est-il maintenant de la position ModalP ?

118En AC, il existe une position pour les modaux, laquelle est fonctionnelle. Celle-ci se trouve placée haute dans la structure (35) : entre AgrP et NegP. Les modaux sont générés sous cette position : ce sont des items fonctionnels, ou grammaticaux, dont le trait principal est le suivant : [-V + M]. Nous pourrions être tentés d'utiliser la même position pour les verbes irréguliers en VA. Cependant, nous placerons la position ModalP plus bas dans la structure.

119(36) CP - NegP - IP - ModalP - VP.

120A la différence des verbes modaux en AC, les verbes irréguliers en VA sont toujours générés sous la tête V de VP (ils assignent toujours des θ-rôles), avec un ensemble de traits ininterprétables que nous avons énuméré dans la section 3. 3.4, plus les traits d'accord et de temps : ils ont donc le trait [+ V + M], C'est ce que Chomsky [Chomsky, 1995] nomme le matériel morphologique : un verbe, ou un autre item lexical, est généré totalement fléchi, et par des processus de fusion ou de mouvement, il va satisfaire ses différents traits sous les différentes positions qui possèdent ces traits.

121Pour les verbes irréguliers, leurs principaux traits (traits de temps, d'accord et de négation exclus) seront satisfaits sous la position ModalP (plus spécifiquement sous la tête de ModalP). Cette position a la particularité de posséder le trait [+ Modal] : la position ModalP n'accueillera donc que les verbes possédant ce trait dans leur matériel morphologique et seulement ceux-là.

122Reprenons maintenant un des exemples déjà a mentionnés et analysons-le. Soit l'exemple (37), précédemment (2).

123(37) Binnan ðrym nihtum cunne ic his mihta.

124La dérivation de cette phrase sera la suivante :

125Comme nous l'avons mentionné, le verbe cunne est généré sous V, la tête de VP. Il monte alors sous la tête de ModalP pour satisfaire son trait [+ Modal]. Au lieu du terme mouvement, nous préférerons désormais adopter celui d'attraction (Attract α, [Chomsky, 1995]). Le constituant α (le verbe modal généré sous VP) va devoir satisfaire ses traits ininterprétables, nommément son trait générique [+ Modal], sous la position β (ModalP) qui possède ce trait. ModalP va donc attirer le verbe modal généré sous VP, afin qu'il y ait satisfaction et que la dérivation n'échoue pas. Cependant, l'attraction de a ne sera possible que si α c-commande β (c pour constituant), ce qui est le cas ici. La c-commande se définit comme suit : a c-commande β si et seulement si toute catégorie qui domine α domine aussi β, a est différent de β et α ne domine β, ni β, α. A ce stade de la dérivation, une fois le trait [+ Modal] satisfait, celui-ci est effacé. Puis, pour satisfaire son trait de temps et ses traits 0 (ce sont les traits de genre, nombre, personne et cas), il va âtre attiré sous I pour les satisfaire (car la position I possède ces traits). Comme précédemment, une fois satisfaits, ces traits sont effacés. Enfin, il y a mouvement de I à C, l'inversion du sujet et du verbe est déclenchée par le PP en position topique (qui est généré sous VP) : il y a mouvement, et donc inversion, car la position C est lexicalisée.

126En ce qui concerne le sujet, celui-ci est généré en tant qu'argument externe de VP, c'est-à-dire sous [Spec, VP]. Il va alors entrer en relation d'accord avec [Spec, IP] pour satisfaire les traits EPP ([Spec, IP], c'est-à-dire qu'un sujet apparent (réalisé ou non), est obligatoire dans une phrase, sinon la dérivation échoue). Une fois les traits EPP satisfaits, ceux-ci seront effacés. Nous obtenons alors la phrase (37). Que le verbe irrégulier soit utilisé seul ou suivi d'un infinitif, l'analyse sera identique.

5. Conclusion

127Il apparaît donc que, dès la période vieil-anglaise, une position syntaxique existe pour ces verbes particuliers que sont les perfecto-présents, lesquels nous avons nommés verbes modaux. Cependant, cette position n'est pour le moment pas synonyme de grammaticalisation de ces items lexicaux. Ils restent une catégorie de verbes qui sont générés sous VP et qui montent à la tête de ModalP pour satisfaire un certain nombre de traits qui leur sont particuliers.

Bibliographie

Références

Allen, C. 1975. "Old English Modals". Occasional Papers in Linguistics 1 : 91-100.

Bourquin, G. 2000. "Quelques leçons de l'histoire des perfecto-présents du germanique". Recherches en Linguistique et Psychologie cognitive 14.

Brinton, L. 1988. The Development of English Aspectual Systems : Aspectualizers and Post-Verbal Particles. Cambridge University Press.

Campbell, A. 1969. Old English Grammar. Oxford University Press.

Chomsky, Ν. 1995. The Minimalist Program. MIT Press.
—, 1998.
Minimalist Inquiries : the Framework. MIT Occasional Papers in Linguistics. MIT Press.
—, 1999.
Derivation by Phase. MIT Occasional Papers in Linguistics. MIT Press.

Cinque, G. 1999. Adverbs and Functional Head s : A Cross-Linguistic Perspective. Oxford Studies in Comparative Syntax. Oxford University Press.

Collins, C. 1997. Local Economy. Linguistic Inquiry Monograph. MIT Press.

Crystal, D. 1985. A Dictionary of Linguistics and Phonetics. Blackwell Publishers.

Denison, D. 1990. "Auxiliary + Impersonal in Old English". Folia Linguistica Historica 9 : 139-166.
—, 1993.
English Historical Syntax. Longman.

Fischer, O., A. Van Kemenade, W. Koopman et W. Van der Wurff. 2000. The Syntax of Early English. Cambridge University Press.

Haegeman, L. 1995. The Syntax of Negation. Cambridge University Press.
—, 1997. "The syntax of N-words and the Neg-criterion". Forget D., Hirschbuehler P., Martineau F. et Rivero M. (éds),
Negation and Polarity : Syntax and Semantics. John Benjamins : Amsterdam.
—, et
Ε. Haeberli. 1995. "Clause structure in Old English : Evidence from Negative Concord". Journal of Linguistics 31 : 81-108.
—, et R. Zanuttini. 1991. "Negation heads and the Neg-criterion".
The Linguistic Review 8 : 233-251.

Hall, J. R. Clark. 1894. A Concise Anglo-Saxon Dictionary. University of Toronto Press, 4th edition.

Lass, R. 1994. Old English : a Historical Linguistic Companion. Oxford University Press.

Mitchell, B. et F. Robinson. 1994. A Guide to Old English. Blackwell Publishers, 5th edition.

Mossé, F. 1945. Manuel de l'anglais du Moyen-Age, Vieil-Anglais. Paris : Aubier.

Pintzuk, S. 1991. Phrase Structure in Competition : Variation and Change in Old English Word Order. Doctoral dissertation, University of Pennsylvania.
—, 1993. "Verb Seconding in Old English : Verb Movement to Infl".
The Linguistic Review 10 : 5-35.
—, 1995. "Variation and Change in Old English Clause Structure".
Language Variation and Change 7 : 229-260.
—, E. Heaberli, A. Van Kemenade, W. Koopman et F. Beths. 2000a.
The Brooklyn-Geneva-Amsterdam-Helsinki Parsed Corpus of Old English. Department of Language and Linguistic Science, University of York, York.
—, G. Tsoulas et A. Warner 2000b.
Diachronic Syntax : Models and Mechanisms. Oxford University Press.

Pollock, J.-Y. 1989. "Verb movement, Universal Grammar, and the structure of IP". Linguistic Inquiry 20 : 365-424.

Radford, A. 1997. Syntactic Theory and the Structure of English : a Minimalist Approach. Cambridge University Press.

Tellier, A. 1962. Les verbes perfecto-présents et les auxiliaires de mode en anglais ancien. Klincksieck : Paris.

Treharne, E. 2000. Old and Middle English : an Anthology. Blackwell Publishers.

Van Kemenade, Α. 1987. Syntactic Case and Morphological Case in the History of English. Foris : Dordrecht.
—, 2000. "Jespersen's Cycle Revisited : Formal Properties of Grammaticalization". Pintzuk, S., Tsoulas, G. et Warner, A. (éds),
Diachronic Syntax : Models and Mechanisms.
—, et Ν. Vincent. 1997. Parameters of Morphosyntactic Change. Cambridge University Press.

Visser, F. 1963-1973. An Historical Syntax of the English Language. Brill : Leiden.

Warner, A. 1993. English Auxiliaries : Structure and History. Cambridge University Press.

Table des illustrations

Titre Tab 1. Conjugaisons des verbes irréguliers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540