Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

L’évolution des intensifs en moyen-anglais

Fabienne Dedieu

Texte intégral

Introduction

1A la fin du vieil-anglais, la plupart des intensifs d’origine germanique montrent des signes d’usure sémantique. Le co-énonciateur est tellement habitué à les entendre qu’ils n’attirent plus son attention sur la référence au haut degré. Ceux-ci perdent leur accent, sont renforcés par un intensif neuf et efficace, voient leur fréquence d’occurrence chuter avant d’être définitivement remplacés par le nouvel intensif. C’est le cas de l’intensif de tous les jours swiþe "very, much, exceedingly" (Anglo-Saxon Dictionary [ASD]). On note également la disparition de tous les intensifs peu usités renvoyant à un degré exceptionnellement élevé construits sur le verbe vieil-anglais metan "to measure" (ASD) comme l’adjectif ofer-mœte "beyond measure, excessive", l’adverbe ungemetlice "beyond measure, immoderately", l’adjectif ongemet "immense", l’adverbe or-mœte "excessively, without measure" et l’adjectif uþ-mœte "immense, very great" (ASD). Le renouvellement de certains intensifs vieil-anglais s’impose et se réalise différemment dans des dialectes dont le nombre se multiplie en moyen-anglais.

2L’usure des intensifs et leur renouvellement incessant ont retenu l’attention des philologues allemands qui se sont très tôt étonnés de la différence d’intensité entre l’intensif moderne et son sens étymologique. Stoffel (1901 : 2, 12) et Borst (1902 : 2, 7) expliquent l’usure sémantique des intensifs par l’emploi excessif de l’hyperbole par les locuteurs. Fettig 1934 traite les intensifs en moyen-anglais, de 1100 à 1470, de manière exhaustive pour la première fois. Mustanoja 1960 reprend principalement les travaux de Borst 1902 et Fettig 1934 dans la partie sur les intensifs et les restrictifs dans sa syntaxe du moyen-anglais. Or, son exposé rapide des intensifs les plus fréquents reflète quelques inexactitudes imputables au corpus inégal de Fettig 1934 et la diachronie telle qu’on la pratiquait au début du siècle dernier.

1. Les intensifs banals

1. 1. Swiþe

3L’adverbe swiþe vient de l’adjectif vieil-anglais swiþ "strong, producing a powerful effect, violent" (ASD). Kluge 1889 propose la racine indo-européenne *sghuwent- "puissant, considérable, colossal" ; Lehman 1986 n’est pas satisfait de la reconstruction proto-indo-européenne *swento- et suppose qu’il s’agit là d’un mot particulier aux langues germaniques. Il note que l’adverbe intensif swith est attesté en vieux-frison. Les mots apparentés au gotique *swinþs dans les états anciens des langues germaniques expriment le haut degré des notions "force" et "puissance". Les locuteurs extraient de swiþe une référence à un très haut degré, qui toutefois ne coïncide pas avec le degré maximum, le degré typique aux yeux des locuteurs. Swiþe est un marqueur de haut degré purement qualitatif et, par conséquent, instable. La première citation est tirée de la Peterborough Chronicle, rédigée dans le dialecte des Midlands-Est.

(1) Ðis wæs swiðe gedeorfsum gear her on lande, purh mænifealde gyld, 7 þurh orfcwealm 7 wæstma forweorpenesse ægðer ge on corne 7 eac on eallon treowwæstman.
(The Peterborough Chronicle, an. 1103,11. 12-14)
"Le pays connut une année fort pénible due aux nombreux impôts, aux épidémies parmi le bétail et au pourrissement des récoltes dans les champs de blé et aussi dans tous les vergers."

4Swiðe opère une référence à un très haut degré de la notion gradable "gedeorfsum" d’un point de vue qualitatif et de façon instable. L’énonciateur juge l’occurrence de "gedeorfsum" comme étant proche de ce qu’il appelle gedeorfsum. Il est difficile de savoir si swiðe est accentué dans les textes en prose. Etant donné la date tardive de composition, il est fort peu probable qu’il soit accentué, d’autant plus qu’il n’est pas dans une structure morpho-syntaxique focalisante.

5Mustanoja (1960 : 325) reprend l’analyse de Fettig (1934 : 166ff) sur l’évolution de swiðe du vieil-anglais au 15e siècle :

In the meaning "extremely, very, very much" this adverb is the most popular intensifier of adjectives, adverbs and verbs in OE and early ME.... About 1250, however, swiþe begins to give way to other intensifying adverbs, notably full, well, and right, .... In the second half of the 14th century swithe is only occasionally found, and after 1450 it is no longer recorded as an intensifying adverb.

6Fettig (1934 : l0ff) a été amené à ces conclusions suite à des relevés exhaustifs entre 1100 et 1470. Or son corpus pose problème tant par la taille que par le choix des textes. D’une part, six textes de longueur inégale représentent les dialectes du Sud contre dix pour les dialectes des Midlands — le dialecte du Nord n’est pas représenté avant 1250. D’autre part, Fettig a classé la version Β du Brut de Layamon dans le dialecte du Sud et la version A dans le dialecte des Midlands. Il n’est pas étonnant que les trois quarts des occurrences soient relevées dans les œuvres longues. Par exemple, 353 occurrences de swiþe ont été dénombrées dans la version Β du Brut sur les 412 occurrences relevées dans tous les textes des dialectes du Sud. Il paraît alors logique que swiþe soit l’intensif le plus fréquent en vieil-anglais et au début du moyen-anglais.

7En optant pour un corpus plus équilibré entre les dialectes et en effectuant les relevés sur les cent premières pages, il se dessine une évolution différente de l’intensif. Swiþe est l’intensif le plus usité uniquement dans les quelques dialectes où il résiste à ses deux concurrents, ful et wel, qui apparaissent dans un emploi intensif à la fin du 9e siècle (Oxford English Dictionary [OED]). Dans le Sud-Est, on relève 31 occurrences de l’intensif contre 22 occurrences de wel dans Vices & Virtues (cl200). Sa fréquence d’occurrence chute sensiblement dans King Horn (cl300) où sont dénombrées 7 occurrences de swiþe et 48 occurrences pour wel. Il disparaît définitivement dans la seconde moitié du 15e siècle. Par contre, dans l’Ormulum, texte rédigé en dialecte du Nord vers 1200, on relève seulement 17 occurrences de swiþe, 95 de l’intensif wel et déjà 71 occurrences de full. Cela montre que swiþe est sur le déclin, ayant déjà été remplacé par l’intensif wel, qui est à son tour perçu comme inefficace et sera bientôt remplacé par full. Swiþe disparaît totalement vers 1400. Dans les Midlands-Est, swiþe décline très rapidement : 46 occurrences ont été relevées dans la Peterborough Chronicle et seulement 12 dans Genesis & Exodus (cl250) ; puis il disparaît en tant qu’intensif avant 1300, remplacé par wel. Dans les Midlands-Ouest, une seule occurrence de swiþe est relevée dans Poema Morale (cl 150) alors que 16 occurrences de wel y sont dénombrées. On observe une fréquence d’occurrence quasi-nulle jusqu’en 1400. La même remarque vaut pour les dialectes du Sud-Ouest.

8Le fait que swiþe prenne le sens de "quickly" lorsqu’il porte sur des verbes de mouvement comme gon, comen, fleon dans les anciens territoires du Danelaw à partir de 1250 environ suggère que le vieux-norrois sviðr, svinnr a probablement joué un rôle. Cela aurait permis aux locuteurs de garder en mémoire sa valeur intensive dans l’Ouest conservateur jusqu’à la fin du 14e siècle. Par contre, cela aurait précipité son déclin puis sa disparition dans l’Est où de nombreux mots d’origine vieux-norroise comme tyte, blyþe signifient "quickly" et partagent l’expression de la vitesse.

1. 2. Wel

9Il vient du vieil-anglais wel dont la racine indo-européenne est *w-l "to will, wish" (Klein 1966) ; Lehman 1986 propose la racine proto-indo-européenne *we/ol- "will, select". La notion de choix apparaît centrale ainsi que le jugement appréciatif qui en découle puisque l’on agit afin d’obtenir ce que l’on considère comme bon. Wel est donc un adverbe mélioratif en vieil-et moyen-anglais, c’est-à-dire qu’il exprime un degré conforme à ce que l’énonciateur estime bon dans Sit0, la situation d’énonciation dans laquelle il se trouve. Cela implique que son sens varie avec l’appréciation que fait l’énonciateur dans Sit0. Par conséquent, wel est un marqueur de haut degré qualitatif et instable. L’OED rend compte de son instabilité qualitative dans la définition de l’adverbe qu’il propose en vieil-et moyen-anglais, "from fully, completely" to "fairly, considerably, rather". Ainsi, selon le type de notion modifiée et l’appréciation de l’énonciateur, son sens oscille entre un degré élevé et le degré maximum. Dans la citation suivante tirée de King Horn, un texte en dialecte du Sud-Est daté de cl300, on note deux occurrences de wel :

(2) þu wenest ibeo a beggere,
And Ihc am a fissere,
Wel seor
icome bi este
For fissen at þi feste :
Mi net liþ her bi honde,
Bi a wel fair stronde,
Hit haþ ileie þere
Fulle seue 3ere.
(King Horn, 11. 1133-1140)
"Tu penses que je suis un mendiant,/ Et je suis un pêcheur,/ De bien loin je viens des terres de l’Est/ Pour pêcher à ton banquet. /Mes filets sont posés près d’ici/ Le long d’un très beau rivage,/ Là-bas il sont/ Depuis sept bonnes années".

10L’occurrence de wel au vers 1138 est intéressante à cause de la prosodie. L’intensif porte sur l’adjectif fair et indique une référence à un degré élevé de la notion gradable "fair" dans Sit0. De plus, l’appréciation favorable exprimée par wel renforce la propriété/appréciation favorable/associée à la notion "fair". Wel opère un renvoi à un haut degré de "fair" d’un point de vue qualitatif et de manière instable. Par ailleurs, l’intensif est accentué alors qu’il ne l’est pas au vers 1135. L’accentuation lui permet de gagner en efficacité et en intensité. Pour qu’un intensif soit efficace, il doit attirer l’attention du co-énonciateur sur la référence au haut degré. Dans King Horn, wel est l’intensif le plus usité et il est en train de se banaliser dans le Sud-Est à cette période. L’énonciateur l’accentue - mais il ne le met pas en position focalisée - afin que le co-énonciateur le remarque et probablement afin d’indiquer que wel renvoie à un degré proche du degré typique de la notion "fair". Cela a pour conséquence de diminuer son indétermination sémantique et son instabilité qualitative.

11Mustanoja (1960 : 327) reprend presque textuellement les conclusions auxquelles Fettig (1934 : 186) est arrivé sur l’évolution de wel au cours du moyen-anglais. La seconde moitié du 13e siècle est à nouveau présentée comme une date charnière dans le renouvellement des intensifs banals :

Wel has occurred as an intensifying adverb of degree since OE. In ME it is remarkably popular as an adjective and adverb intensifier. In the South and South Midlands it becomes the most common intensifying adverb after swiþe begins to lose ground (after the middle of the 13th century), but has to give way to full and right in the second half of the 14th century.

12Ces observations concordent avec les relevés de mon corpus pour les dialectes du Sud-Est et des Midlands-Ouest. Par exemple, 37 occurrences de wel et 149 occurrences de full ont été relevées dans Sir Gawain and The Green Knight (cl390). Les divergences de résultat entre mes relevés et ceux de Fettig s’expliquent par la pertinence dialectale : Fettig (1934 : 9) considère qu’il y a quatre dialectes avant 1350, "Süden, Mittelland, Norden, Schottland". La nécessité d’une subdivision entre l’Est et l’Ouest est tout à fait pertinente. Ainsi, wel est effectivement l’intensif par excellence dans le Sud-Ouest conservateur jusqu’au 15e siècle. Or dans les Midlands-Est, l’intensif est sur le déclin dès la seconde moitié du 13e siècle. Fettig ne peut évidemment pas s’en rendre compte puisqu’il n’y aurait pas lieu, selon lui, de faire une quelconque distinction entre les Midlands-Est et les Midlands-Ouest. Il considère que "von der dritten Periode an [1350-1400], wo sich die Dialektgrenzen nicht mehr scharf abheben, und die Schriftsprache sich langsam entwickelt, wird nur noch getrennt zwischen englischen und schottischen Texten" (Fettig 1934 : 9). Finalement, et c’est sans doute le plus remarquable, les relevés effectués dans l’Ormulum et Havelok The Dane indiqueraient que wel a été l’intensif le plus employé dans les dialectes du Nord entre la fin du vieil-anglais et 1200 probablement. Dans 1'Ormulum, wel est renforcé par full dans 23 occurrences, ce qui indique qu’il n’est plus efficace aux yeux des locuteurs. Un siècle plus tard, trente occurrences de wel sont renforcées par full dans Havelok The Dane, ce qui confirme son déclin. Ainsi, full s’impose dès le début du moyen-anglais au Nord et devient un trait caractéristique de ces dialectes.

1. 3. Full

13L’adverbe intensif full vient de l’adjectif vieil-anglais ful(l) "complete, entire, perfect" (ASD). Sa racine indo-européenne est *plno- qui signifierait "filled, full" (Klein 1966). Lehman 1986 fait mention des constructions indo-européennes pelu, filu avec le sens de "very, much". Ainsi la notion modifiée par full serait représentée comme un réceptacle dont la totalité de l’intérieur est occupée par un contenu. La notion "full" est spatiale et donc stable. Full opère un renvoi au degré maximum, ce qui est une détermination qualitative, mais d’un point de vue quantitatif, à cause de sa valeur spatiale. Voyons d’abord l’occurrence de full dans la citation (3). Ywain & Gawain est un texte rédigé en dialecte du Nord vers 1400.

(3) He fand a knyght under a tre,
Upon a clath of gold he lay ;
Byfor him sat a
ful fayre may ;
A lady sat with pam infere.
(Ywain & Gawain, 11. 3084-3087)
"Il trouva un chevalier sous un arbre,/ Il était allongé sur un tissu en or ;/ Devant lui était assise une très belle damoiselle ;/ Une dame leur tenait compagnie."

14L'occurrence de ful portant sur un adjectif - ou un adverbe - renvoyant à une notion gradable illustre l’un des emplois les plus répandus de l’intensif. Dans la citation suivante se trouve un autre emploi très fréquent de ce marqueur de haut degré : il modifie un intensif (double intensification).

(4) þe lioun bremly on þam blist ;
When he þam saw ful wele he wist
þat þai sold with his mayster fight ;....
"Le guépard les fixa avec un regard féroce ; / Quand il les vit, il sut fort bien/ Qu’ils devaient affronter son maître au combat..."

15Ful porte sur l’intensif wele, qui modifie le procès non borné "witen". Wele indique que l’énonciateur estime que le repérage du procès "witen" par rapport à he est satisfaisant et conforme à la situation d’énonciation. Wele, qui est accentué ici, fait donc référence à un degré de la notion de procès "witen" jugé élevé dans Sit0. Il opère une référence d’un point de vue qualitatif et instable. L’intensif ful renforce la référence au degré élevé de "witen" et la stabilise grâce à sa composante quantitative. On remarquera que ful n’est pas accentué bien qu’il soit beaucoup moins obsolescent que wele - 90 occurrences de wele et 270 occurrences de ful ont été dénombrées dans Ywain & Gawain. En fait, il est fort rare que ful soit accentué et il est difficile de trouver des occurrences focalisées de l’intensif, quelque soit le dialecte. Cela tend à montrer que c’est effectivement ful qui renforce le renvoi au haut degré opéré par un intensif usé ou inefficace comme swiþe en premier lieu, et wel ensuite.

16Mustanoja (1960 : 319) reprend presque mot à mot la description du développement de full du vieil-anglais au 16e siècle dans Fettig (1934 : 93ff) :

In the meaning "completely, fully, very", full is popular even in OE. It is used to intensify numerals, adjectives, and adverbs, being second only to swipe in popularity. This is the case also in eME, down to cl250, after which swipe begins to lose ground. From 1250 on full is the prevailing intensifier of adjectives and adverbs in the North and the North Midlands, and a century later all over the country.

17Cela est confirmé par les relevés dans le corpus, excepté le dialecte conservateur du Sud-Ouest où on relève 170 occurrences de wel et 88 occurrences de full dans Sir Ferumbras à la fin du 14e siècle. Fettig ne s’en aperçoit pas puisqu’il considère les variations dialectales non pertinentes à partir de 1350. Full devient l’intensif favori dans le Nord dans la première moitié du 13e siècle, un peu plus tôt que ce que Fettig pense. Il se propage assez rapidement vers le sud et l’ouest où il entre en vive concurrence avec l’autre intensif habituel à la même période, wel. Il s’impose au détriment de ce dernier dans la seconde moitié du 13e siècle dans les Midlands-Est. Fettig ne s’en apeçoit pas puisque les textes de l’Ouest sont plus nombreux que ceux de l’Est dans son corpus représentif des Midlands de 1250 à 1350. C’est en effet après 1350 que full domine l’expression du haut degré dans les Midlands-Ouest conservateurs. Dans le Sud-Est, il commence à concurrencer fortement wel vers la fin du 14e siècle lorsqu’un nouvel intensif, riht, apparaît.

18L’évolution de ces trois marqueurs montre que l’on est passé de l’expression du haut degré d’un point de vue qualitatif et instable avec swiþe et wel, à une référence d’ordre quantitatif prépondérant et stable opérée par ful. L’arrivée en force de ful dans le Sud-Est au 14e siècle correspond à la constitution de Londres en tant que capitale du royaume, ce qui favorise le brassage des dialectes. Il semblerait qu’à la même période il y ait eu un engouement croissant pour les chansons de geste du Nord. Ainsi, certains intensifs caractéristiques du Nord et des Midlands-Est sont employés dans les chansons de geste copiées dans le Sud.

2. Les intensifs exceptionnels

19Un intensif exceptionnel se caractérise par une fréquence d’occurrence peu élevée mais relativement constante. Ce type de marqueur opère une référence à un très haut degré. Soit celui-ci est situé au-delà du degré typique, comme la référence opérée par tous les intensifs formés sur le verbe vieil-anglais metan "to measure" ; soit il renvoie au plus haut degré imaginable pour l’énonciateur, c’est-à-dire le centre attracteur. Ceci est le cas des intensifs vieil-anglais wundrum et wundorliche qui signifient "wonderfully" (ASD).

2. 1. Wonder

20L’adverbe wonder vient du substantif vieil-anglais au datif wundor "a wonder, a portent" (ASD) apparenté au vieux-norrois undr. C’est un mot d’origine obscure, attesté seulement dans quelques langues germaniques. D’après Lehman 1986, il n’est pas apparenté au gotique wulþus "splendor". La notion "wonder" exprime une émotion forte de la part de l’énonciateur, due à une situation tellement inhabituelle et surprenante qu’elle est considérée comme surnaturelle. Wonder est donc un marqueur qualitatif qui opère un renvoi à un degré subjectif extrêmement élevé, proche du centre attracteur, et auquel est associé la propriété/ appréciation défavorable/ en vieil-anglais et ce, jusqu’au 14e siècle très probablement. Dans la citation (5) tirée d’Ywain & Gawain, texte en dialecte du Nord daté autour de 1400, l’intensif a perdu la propriété /appréciation défavorable/.

(5)... Fast sho hyed wyth al hyr myght,
Until sho of him had a syght
And of hys lyoun þat by him ran.
Wonder-joyful was sho þan,
And with hir force sho hasted so fast
þat sho overtoke him in þe last.
(Ywain & Gawain, 11. 2893-2898)
"... Elle se hâta aussi vite qu’elle le put/ Jusqu’à ce qu’elle l’aperçut/ Lui et son guépard qui courait à ses côtés./ Elle en éprouva alors une immense joie,/ Et de toutes ses forces elle se hâta si bien/ Qu’elle le dépassa."

21Mustanoja (1960 : 328) retient quelque remarques de l’étude de Fettig (1934 : 191ff) consacrée à wonder(liche). Par une formulation malheureuse, il sous-entend que wonder est l’un des intensifs préférés de certains auteurs des dialectes de l’Est : "Wonder... and wonderly... have been used as intensifying adverbs of degree since OE. Wonder, favoured by many writers, among them Chaucer and Lydgate,…." Le dialecte conservateur des Midlands-Ouest garde encore de nombreuses caractéristiques du vieil-anglais à la fin du 12e siècle puisque l’on relève une occurrence dans Poema Morale, rédigé vers 1175. Fettig (1934 : 11 ; 192) relève un nombre relativement élevé d’occurrences dans la version A du Brut de Layamon. Wonder est surtout l’intensif exceptionnel caractéristique des dialectes du Nord où les premières occurrences sont relevées en moyen-anglais à partir de cl200 dans l’Ormulum (OED). A la fin du 14e siècle, 17 occurrences de l’intensif sont relevées dans Ywain & Gawain. Fettig (1934 : 29) observe également une fréquence d’occurrence élevée dans les textes écossais de la même période. L’intensif se propage lentement vers le Sud-Est, où quatre occurrences sont relevées dans les cent premières pages des Canterbury Tales de Chaucer. Selon Fettig, 43 occurrences de l’intensif sont relevées dans toute l’œuvre de Chaucer et 135 occurrences dans l’ensemble des écrits de Lydgate. Ces auteurs étant très prolifiques, il faudrait avoir recours aux pourcentages afin de pouvoir affirmer que wonder est l’intensif préféré de ces auteurs. Concernant le Sud-Ouest conservateur, il paraît étrange que deux occurrences soient dénombrées dans Sir Degare (cl330) et trois autres occurrences dans Sir Ferumbras (cl380). Ces textes étant des chansons de geste, la présence de l’intensif du Nord pourrait s’expliquer par la popularité croissante des textes du Nord au sud de la Tamise. Enfin, on remarque que wonder n’arrive pas à s’imposer dans les Midlands où il partage l’expression de la notion "wonder" avec les intensifs locaux, ferly et selly.

2. 2. Ferly

22Cet adverbe assez peu usité vient de l’adverbe vieil-anglais fœrlice "suddenly, immediately, by chance" dérivé du substantif vieil-anglais fœr "fear, danger, peril" et de l’adjectif fœr "sudden, intense, terrible, horrid" (ASD). Sa racine proto-germanique est fēra- "danger" ; la reconstruction proto-indo-européenne *per- "go forward, penetrate into" est discutable (Lehman 1986). La notion "fær" fait référence à une situation où le danger est tellement soudain et/ou le péril est présent dans Sit0 à un degré tellement élevé que le héros risque de mourir. Cette référence à une émotion très forte est entièrement subjective puisqu’elle découle de l’évaluation du degré de danger ou de péril dans Sit0 par l’énonciateur. La propriété/appréciation défavorable/fait partie des propriétés notionnelles de "fær". Ferly renvoie donc à un degré subjectif extrêmement élevé, proche du centre attracteur. La citation (6) est tirée de Sir Gawain and The Green Knight, composée en dialecte des Midlands-Ouest vers 1390 :

(6) Βi a mounte on pe morne meryly he rydes
Into a forest ful dep, þat
ferly watɜ wylde,
Hiɜe hilleɜ on vche halue, and holtwodeɜ vnder
Of hore okeɜ ful hoge a hundreth togeder ;...
(Sir Gawain and The Green Knight, 11. 740-743)
"De bon matin, le cœur léger, il chevaucha vers une montagne/ Dans une forêt très profonde extrêmement sauvage/ De hautes collines se dressaient de part et d’autre, et à leurs pieds/ S’étendaient des centaines de chênes gris très grands ;…."

23Sir Gawain and The Green Knight est un poème allitéré. Le vers 741 porte une allitération en [f] ; les intensifs ful et ferly sont accentués, ce qui est exceptionnel pour le premier. La faible fréquence d’occurrence de ferly indique un choix énonciatif particulier. L’énonciateur attire l’attention du co-énonciateur sur le degré extrêmement élevé de la notion gradable "wylde" en employant un intensif peu commun. De plus, l’allitération amplifie son efficacité.

24Mustanoja (1960 : 319) a repris les conclusions sommaires de Borst (1902 : 65ff), qui a traité feondliche et ferly ensemble : "This adverb occurs from OE down to the 16th century ; it becomes rare in later ME. It stands for "very, extremely, terribly"...." Or d’après Fettig (1934 : 92), ferly est un intensif rarissime dans la seconde moitié du 14e siècle. Mustanoja n’a peut-être pas réalisé que cette fameuse occurrence du 16e siècle avait été relevée dans une chronique écossaise. De plus, Fettig précise que cet intensif est particulier aux anciens territoires colonisés par les Vikings. Il est fort probable qu’il y ait eu des interférences entre le vieil-anglais fœrlic et le vieux-norrois farligr "dangerous" (OED). Les premiers relevés de l’intensif sont effectués dans un texte des Midlands-Est, Amis & Amiloun, rédigé vers 1330. Dans les travaux de Robert Mannyng of Brunne, quinze occurrences sont totalisées (Fettig 1935 : 20). Cependant, c’est dans les Midlands-Ouest que ferly semble s’être le plus développé puisque l’on relève une occurrence de la forme adverbiale renforcée, ferlyly, dans Sir Gawain and The Green Knight à la fin du 14e siècle. Dans le Nord, où les dialectes sont influencés par le vieux-norrois, deux occurrences de l’intensif qui a perdu la propriété/appréciation défavorable/sont relevées dans Ywain & Gawain ainsi que dans Octavian Imperator. Il est intéressant de noter que la seule occurrence de l’adjectif ferly dans mon corpus pour les dialectes du Sud-Est, se trouve dans le Reeve’s Tale. C’est l’un des étudiants de "Strother, Fer in the North" (11. 4014-4015) qui l’emploie avec le sens de "strange". Cela montre que Chaucer le considère comme un adjectif caractéristique des dialectes du Nord, même si, au regard des relevés, ferly serait plutôt un mot particulier aux Midlands-Est.

2. 3. Selly

25Il vient de l’adjectif vieil-anglais seldlic "strange, extraordinary, wonderful ; excellent" (ASD). Ce dernier est dérivé de l’adjectif vieil-anglais seld que l’on retrouve dans de nombreuses combinaisons en vieil-anglais - par exemple, dans l’adjectif seld-cuþ "little known, strange" (ASD) dont la forme adverbiale sera un marqueur de haut degré en moyen-anglais (Middle English Dictionary [MED]). Son origine est obscure et Lehman 1986 émet l’hypothèse que sa racine proto-indo-européenne est *se- suivie d’un -/-. La notion "seld" a les propriétés notionnelles /rare/ et /strange/, auxquelles les locuteurs auraient ajouté la propriété /wonderful/ par déduction : quelque chose de rare et étrange est exceptionnel, ce qui peut être perçu comme une manifestation du merveilleux. Par ailleurs, la propriété /appréciation défavorable/ n’est pas associée à "seld", contrairement aux notions "wonder" et "fær". Ainsi, selly est le marqueur d’une référence à un très haut degré, proche du centre attracteur, opérée de manière subjective, donc d’un point de vue qualitatif. Il est important de noter qu’il ne peut pas être considéré comme un concurrent de wonder puisque la propriété /wonderful/ ne fait pas partie de ses propriétés notionnelles d’origine. La citation (7) est extraite de Sir Gawain and The Green Knight :

(7) And ho stepped stilly and stel to his bedde,
Kest vp the cortyn and creped withinne,
And set hir ful softly on pe bed-syde,
And lenged pere
selly longe to loke quen he wakened.
(Sir Gawain and The Green Knight, 11. 1191-1194)
"Puis, à pas feutrés, elle se dirigea vers son lit à pas de loup,/ Souleva le rideau et grimpa à l’intérieur ;/ Puis elle s’assit très doucement sur le bord du lit,/ Pendant un très long moment pour voir quand il se réveillerait."

26Le vers 1194 étant allitéré en [1], il est fort improbable que selly soit accentué. Il serait hâtif de conclure à son inefficacité. En effet, il a une fréquence d’occurrence tellement faible qu’il retient l’attention du co-énonciateur, qu’il soit accentué ou non. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il soit obsolescent ou qu’il ne soit plus compris de la majorité des locuteurs.

27Mustanoja 1960 ne le mentionne pas dans sa syntaxe à cause de sa rareté. Borst 1902 ne répertorie ni selly ni selcouth. Quant à Fettig (1934 : 155ff), il souligne le peu d’occurrences relevées jusqu’au 15e siècle. Selly est un intensif qui a une vie particulièrement brève. La première occurrence est relevée dans la version A du Brut de Layamon en dialecte des Midlands-Ouest datant de cl225 (OED). Dans le corpus, il est attesté uniquement dans les textes de ce dialecte. Par exemple, dans Sir Gawain and The Green Knight, deux formes renforcées de l’adverbe, sellyly, sont relevées.

28Toutefois, le MED fait état de trois occurrences de cet intensif rare dans le MS Cotton du Cursor Mundi (cl325), corroborant les observations de Fettig sur le fait que selly et selcouth (liche) sont particuliers à cette oeuvre. Au vers 2271, le scribe du MS Cotton utilise selly, occurrence conservée par les scribes des manuscrits Göttingen et Trinity, alors que le scribe du MS Fairfax, rédigé en dialecte des Midlands-Nord-Est tardif, emploie ferly au même endroit. Cela tend à montrer que selly n’a probablement pas eu une durée de vie très longue dans les Midlands-Est. Au vers 3249, le scribe du MS Cotton utilise selly pour renvoyer à un degré exceptionnellement élevé de la notion "prud" (proud). Il est conservé par les scribes des manuscrits Fairfax et Göttingen, lequel est une autre version en dialecte du Nord. Par contre, le scribe du MS Trinity n’emploie aucun intensif à cet endroit-là. Ce qui pourrait s’expliquer par la date tardive (début du 15e siècle) du manuscrit, ainsi les intensifs selly et ferly ne seraient plus compris ou ils seraient jugés archaïques. Au vers 4015, le scribe du MS Cotton emploie selly pour faire référence à un degré extrêmement élevé de la notion "fair". Le scribe du MS Fairfax ne change rien ; par contre, le scribe du MS Göttingen opte pour le remplacer par wonder à cet endroit-là (il est normal de rencontrer un intensif du Nord dans une version en dialecte du Nord) et le scribe du MS Trinity emploie ful, suggérant que selly est soit obsolète soit mort au début du 15e siècle.

29Finalement, il est fort probable que selly soit un intensif archaïque compris presque uniquement dans les Midlands-Ouest conservateurs, ce qui expliquerait sa distribution géographique limitée et sa courte durée de vie puisqu’il disparaîtrait avant 1400 sur la base des relevés effectués dans mon corpus.

Conclusion

30Bien que les diachroniciens et les philologues s’entendent sur le fait que "Im Ae ist swiþe, im Me sind ful, wel, riht, im Ne very, much die herrschenden Intensivadverbien" (Fettig 1934 : 2), la diversité dialectale doit être prise en compte. Les évolutions exposées par Mustanoja illustrent les avancées de la linguistique diachronique au début du siècle dernier. Une analyse plus fine montrerait la propagation des intensifs d’un dialecte à l’autre, non seulement du Nord vers le Sud, mais également de l’Est vers l’Ouest. Les régions de l’ouest étant conservatrices, le renouvellement des intensifs est beaucoup plus lent et parfois même, des intensifs obsolètes ailleurs réapparaissent dans ces régions au 14e siècle.

31Le renouvellement des intensifs banals et exceptionnels va se ralentir avec la diminution du nombre de dialectes au cours des 15e et 16e siècles. Full et wel vont être fortement concurrencés par l’adverbe riht dans la première moitié du 15e siècle, période pendant laquelle leurs fréquences d’occurrence vont rapidement chuter. En ce qui concerne les intensifs exceptionnels, les adverbes intensifs merveillous et merveillousli, empruntés au moyen-français merveille, sont relevés sporadiquement dans les travaux de Robert Mannyng of Brunne au 14e siècle. Ces derniers vont se développer au début du 15e siècle. Par conséquent, selly et ferly sont délaissés au profit de ces intensifs neufs d’origine française, si bien qu’au 15e siècle, les locuteurs n’ont plus le choix qu’entre wonder et merveillousli pour opérer une référence à un degré extrêmement élevé.

32L’intensif qui va altérer le renouvellement en ce qui concerne les intensifs habituels, est déjà en embuscade. Il s’agit de l’adjectif verrey qui signifie "true", emprunté au moyen-français verai, varai, vrai (Klein) vers 1250 dans le Kent. La première occurrence serait relevée dans les Kentish Sermons (OED). Au milieu du 14e siècle, l’adjectif ainsi que les adverbes verraiment (verement), veire et veraily (verrely) sont attestés dans tous les dialectes sans exception. Verray commencerait à évoluer vers une interprétation en tant qu’intensif à la fin du 14e siècle. Selon les textes, les éditeurs adoptent une attitude plus ou moins claire. Lorsqu’ils considèrent que verray est effectivement un adjectif, ils l’indiquent par une virgule séparant les deux premiers adjectifs en position pré-nominale :

(8) He was a verray, parfit gentil knight.
(The Canterbury Tales, 11. 72)
"Il était un véritable chevalier noble."

33Par contre, ils adoptent une attitude assez ambiguë dans le Confessio Amantis de Gower (cl393) où ils omettent de placer une virgule entre verrai et l’adjectif qu’il modifie :

(9) That is a verrai gentil man,....
(Confessio Amantis, liber iv, 1. 2275)

34Cette phrase peut avoir plusieurs interprétations. Soit l’on considère que (9) est un cas identique à (8), la virgule en moins, et la traduction sera :

(9a) "C’était un vrai noble...."

35En revanche, si l’on accepte l’interprétation que font généralement les éditeurs de verrai comme adverbe, la traduction sera :

(9b) "Il était vraiment noble...."

36Or si on voit dans ce groupe nominal une occurrence d’un emprunt au moyen-français gentilz man à la fin du 13e siècle (OED), la traduction sera :

(9c) "Il était un vrai gentilhomme …."

37Seulement, cet emprunt est relevé en un seul mot au 14e siècle (cf. ientilman dans Ayenbite of Inwyt ; p. 190,1. 20). En (9), l’emprunt est en deux mots ; peut-être faut-il y voir une différence.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barron, W. J. R. (ed.), 1974. Sir Gawain and The Green Knight. Manchester : Manchester University Press.

Benson, Larry D. (general ed.), 1987. The Riverside Chaucer. Oxford : Oxford University Press.

Borst, Eugen, 1902. Die Gradadverbien im Englischen. Heidelberg : Carl Winters.

Bosworth, Joseph, [1882] 1972. An Anglo-Saxon Dictionary based on the manuscript collections of the late Joseph Bosworth, edited and enlarged by T. Northcote Toller. Oxford : The Clarendon Press.

Clark, Cecily (ed.), 1958. The Peterborough Chronicle 1070-1154. Oxford : Oxford University Press.

Fettig, Adolf, 1934. Die Gradadverbien im Mittelenglischen. Heidelberg : Carl Winters.

Friedman Albert B. et Norman T. Harrington (eds.), 1964. Ywain and Gawain. EETSOS 254. Oxford : Oxford University Press.

Klein, Ernest, 1966. A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language. Amsterdam : Elsevier.

Kluge, Friedrich, [1889] 1989. Etymologisches Wörterbuch der Deutschen Sprache. 22. Auflage. Berlin : Walter de Gruyter.

Kurath H. et S. M. Kuhn (eds.), 1954-( ? 2001). The Middle English Dictionary. Ann Arbor : The University of Michigan Press.

Lehman, Winfred P., 1986. A Gothic Etymological Dictionary, based on the third edition of Vergleichendes Wörterbuch der Gotischen Sprache by Sigmund Feist. Leiden : E. J. Brill.

Lumby, J. Rawson (ed.), 1866. King Horn. EETSOS 14. London : Trübner & Co.

Mustanoja, Tauno F., 1960. A Middle-English Syntax, I. Helsinki : Société Néophilologique.

Peck, Russell A. (ed.), 1986. Confessio Amantis. Toronto : University of Toronto Press.

Simpson, J. A. et E. S. C. Weiner, 1989. The Oxford English Dictionary. Oxford : The Clarendon Press.

Stoffel, C., 1901. Intensives and Downtoners, a Study in English Adverbs. Heidelberg : Carl Winter.

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540