Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Quelques enseignements tirés de la comparaison linguistique entre l’historia ecclesiastica gentis anglorum de Bède et sa version vieil-anglaise

André Crepin

Texte intégral

1L’Historia ecclesiastica de Bède, dont la première édition date de 731, est restée sans traduction française - sauf pour de brefs extraits - jusqu’en 1995. Gallimard a publié alors dans sa collection "L’aube des peuples" la traduction de Philippe Delaveau. En 1999 a paru aux Belles Lettres, dans la collection "La Roue à livres", celle d’une équipe de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes dirigée par Olivier Szerwiniack. Les "Sources chrétiennes", des Editions du Cerf, ont sous presse le texte latin du manuscrit de Saint-Pétersbourg établi par Michael Lapidge, accompagné d’une traduction de Pierre Monat et de mes commentaires.

2L’éclairage de l’Hist. eccl. par le vieil-anglais a deux sources. Une source, interne au texte latin de Bède, car Bède lui-même fait maintes allusions à l’anglais. Une autre source est la version vieil-anglaise de l’Historia. L’Historia a, en effet, été traduite en anglais dans les dernières décennies du IXe siècle, donc un siècle et demi après sa parution en latin. Cette traduction s’inscrit dans la politique de traductions qui fut un des axes de la politique culturelle du roi Alfred (r. 871-899), politique expliquée dans la préface-programme que le roi mit à sa traduction de la Regula pastoralis du pape Grégoire Ier.

3Le texte latin de 1’Hist. eccl. nous est parvenu en de nombreux manuscrits. Les plus anciens sont le manuscrit de St-Pétersbourg, dont une partie a peut-être été copiée par Bède lui-même, et celui de Cambridge. Les deux manuscrits ne diffèrent que par des détails, notamment la place de la table des matières.

4La traduction vieil-anglaise nous est conservée par quatre manuscrits et quelques fragments d’un cinquième. Ces manuscrits s’échelonnent de la première moitié du Xe siècle à la seconde moitié du XIe, mais ils remontent tous à un unique original en dialecte anglien. Le texte publié par Thomas Miller (1890-1898) est un amalgame de ces manuscits avec une préférence pour le ms Tanner 10 de la Bodléienne, de la première moitié du Xe siècle, qui, malheureusement, présente des lacunes importantes.

5La traduction anglaise a été attribuée au roi Alfred lui-même (r. 871-899), notamment par Ælfric vers l’an mil (Catholic Homilies, 2nd series, homélie IX, 7). Le dialecte anglien de la source (plus ou moins systématiquement effacé au profit du west-saxon), l’omission des développements sur la date de Pâques (mais la version anglaise omet aussi les documents d’archives), la précision des localisations dans le nord de l’Angleterre indiqueraient, d’après Miller (Intr. pp. lvi-lix), que le texte d’origine vient de Mercie, peut-être de Lichfield. S. M. Kuhn, examinant les binômes de synonymes, y voit la trace d’une glose mercienne, à laquelle on aurait ajouté un synonyme west-saxon - si bien que l’origine alfrédienne de la traduction (mais non de la glose initiale) pourrait n’être pas fausse. On dira que la traduction répond bien au désir du roi de situer l’histoire de son peuple dans l’historie universelle - comme la traduction d’Orose - et, plus précisément, dans l’histoire du salut de l’humanité - comme le fait l’Introduction à son recueil de lois.

6A ces traductions de l’ensemble de 1’Hist. Eccl. il convient d’ajouter le texte anglais de l’Hymne de Cœdmon copié en marge de certains manuscrits du texte latin original.

Notes lexicales

7La version vieil-anglaise doit parfois être éclairée, rectifiée par la source latine.

8Par exemple dans le groupe in oppido municipio (III, 1), le traducteur a pris municipium pour un nom propre : in municep Þœre byrig (Miller p. 152/ligne 23, "dans la ville fortifiée de Municep").

9Le vieil-anglais occulte certaines précisions. Un seul mot peut traduire différents termes latins. Ainsi gefera "celui qui va (vb feran "aller") avec (ge-), compagnon", traduit eos qui secum uenerant : his feran (Livre II, ch. 9 ; Miller 120/27) ; mais également socius (I, 25 ; 58/2) ; les pueri du roi David (I, 37 ; 84/13) ; des termes à valeur technique, soit politico-militaire : comes (I, 25 ; 58/29), soit ecclésiastique : clericus (I, 27 ; 64/6).

10Cela dit, il arrive, au contraire, que la traduction anglaise nous aide à préciser le sens : sacerdotalia uel clericilia indumenta : biscopgegyrlan ond diacongegyrlan (I, 29 ; 90/2). On peut distinguer trois domaines de réalités anglo-saxonnes : l’onomastique, la géographie humaine, les institutions.

11Bède lui-même prend soin de donner le toponyme anglais, soit seul soit précédé du nom latinisé, avec ou sans explication. Par exemple : Intrauit autem praefata regis Osuiu filia Deo dicanda monasterium, quod nuncupatur Heruteu, id est Insula Cerui, cui tunc Hild abbatissa praefuit. Quae post biennium conparata possessione X familiarum in loco qui dicitur Streanœshalch, ibi monasterium construxit (III, 24 "Entra donc au monastère la fille du roi Oswiu, déjà mentionnée et consacrée à Dieu - au monastère qui s’appelle Heruteu, c’est-à-dire l’île au Cerf, qui avait alors à sa tête l’abbesse Hild. Laquelle, ayant acheté deux ans plus tard une propriété de dix manses au lieu qu’on nomme Streanæs-halch, y fonda un monastère"). On rapprochera Heruteu de Heorot, le palais du roi Hrothgar dans Beowulf, les deux toponymes renvoyant, comme le signale Bède, au nom du cerf, moderne hart. Au chapitre suivant Bède note Strenœshalc, quod interpretatur Sinus Fari "qui signifierait Baie du Phare". La version vieil-anglaise omet ce ch. III, 25. Halch (west-saxon healh) signifie "coin, recoin, place secrète" et streon-œs est le génitif northumbrien de "gain, d’où trésor, trafic, procréation". L’imagination peut y voir une baie et son fanal, la caverne d’un trésor, le giron de la mère de s. Hild, le rayonnement du monastère. Les historiens modernes utilisent, par anachronisme, le nom Scandinave de Whitby.

12L’interprétation anglaise mentionnée par Bède occulte parfois l’origine celtique du toponyme : Iustum uero in ipsa Cantia Augustinus episcopum ordinauit in ciuitate Dorubreui, quam gens Anglorum a primario quondam illius qui dicebatur Hrof Hrofœs castrœ cognominat (II, 3 "Quant à Justus, Augustin l’ordonna évêque en Kent même dans le cité de Dorubrevis, que les Anglais appellent, du nom de l’ancien chef local qui s’appelait Hrof, Hrofæs-cæstræ"). En réalité, le nom remonte au brittonique Durobrivœ "les ponts (briva sg, brivœ pl.) de la forteresse (duro-)". L’accent sur la deuxième syllabe entraîne l’amuissement de la première et de la dernière, le passage de /b/ à /v/. D’où *rovri. Les Anglo-Saxons ajoutèrent un/h/initial (instable, cf. hraðor > rather), d’où Hrovri écrit Hrofri, puis par dissimilation Hrofi, et au génitif Hrofes ceaster (moderne Rochester).

13Pour illustrer le domaine de la géo-politique, on peut apporter un complément philologique aux ouvrages de Georges Tugène sur l’idée de nation chez Bède (2 vol., l’un aux Presses de l’Université de Strasbourg, l’autre dans la collection des "Études Augustiniennes" de Brepols, 2001). Quatre termes semblent se chevaucher : gens, natio, populus, provincia. Trois de ses termes se trouvent dans la phrase : [Oswiu...] Merciorum genti, necnon et ceteris australium provinciarum populis praefuit (III, 24 ; 238/28-30) : [Osweo...] Mercna Þeode ond swylce eac Þam oðrum folcum Þara suðmœgða in aldordome ofer wœs ("[Oswiu] se trouva à la tête de la nation des Merciens et des autres populations des communautés du sud"). Même terminologie dans le chapitre (I, 15) sur l’arrivée des Angles, Jutes et Saxons : gens : Þiod ~ populus : folc. Le terme de prouincia est rendu par le traducteur anglosaxon, non par rice "royaume", mais par mœgð "groupe familial au sens large, clan, tribu, génération, race - d’où province, pays" (Dict. de Clark Hall). Natio garde un sens clairement apparenté à natus "né". Le terme désigne l’ensemble ethnique d’où tel personnage ou tel groupe d’hommes est issu. Agilberctus, natione quidem Gallus (III, 7 ; 168/28) Ægelberht : Wœs he Gallia cynnes. Enfin, cynn suggère un ensemble génétiquement homogène. Quamuis de hac re [aller à la messe après avoir fait l’amour] diuersae hominum nationes diuersa sentiant (I, 27, Question 8 ; 80/33-34) : Peah pe bi pisse wisan missenleco cynn monna missenlice ongete ond halde ("bien que sur cette conduite la race diverse des hommes ait des avis et des comportements divers").

14Le domaine des institutions est celui où la version vieil-anglaise, postérieure, il est vrai, à l’époque de Bède, fournit le plus de données. Je me limiterai à quelques termes.

15Le terme d’aldorman est un composé dont le premier élément vient de la racine *al- "nourrir, grandir, vieillir". Dans les sociétés traditionnelles l’âge donne l’autorité. Aldorman (a. m. alderman) est le supérieur hiérarchique : l’intendant (uilicus) que vient trouver le bouvier Cædmon (IV, 22 ; 344/18), ou l’un des trente princes alliés de Penda (III, 24 ; 236/11), ou encore un chef, que Bède appelle satrapa (V, 10 ; 414/25).

16Comes comporte étymologiquement le même préfixe *ko- que ge-fera. Comes de la Vita Sancti Guthlaci de Félix est traduit gefera dans la version vieilanglaise, mais dans notre Hist. eccl. il est traduit gesið. Le sens étymologique de "celui qui fait route ou expédition (sið) avec (ge-)" peut s’appliquer à l’évêque Paulinus accompagnant la future épouse du roi Edwin (II, 9 ; 120/33). Le sens technique de "proche du roi possédant un domaine et des responsabilités publiques" est le plus fréquent. Le récit de l’assassinat du roi Oswine mentionne plusieurs termes de fonction :

...diuertitque ipse cum uno tantum milite sibi ftdissimo, nomine Tondheri, celandus in domum comitis Hunualdi, quem etiam ipsum sibi amicissimum autumabat. Sed, heu pro dolor ! longe aliter erat ; nam ab eodem comite proditum eum Osuiu cum praefato ipsius milite per praefectum suum Ediluinum detestanda omnibus morte interfecit. (III, 14 ; 194/18-24) : þa gecerde he mid ane his þegne, pe he him getreowestne tealde, pœs noma wœs Tondhere, to Hunwaldes ham his gesiðes, þœt he pœr wolde deagol beon, pone he him cer pone holdestan gelefde. Ac hit feorr on oðre wisan wees. Forpon se ilca gesiið purh Æðelwine his gerefan mid py foresprecenan his þegne hine pœr ameldedon ; ond hine mon pœr laðlice deaðe cwealde. ("Lui-même fait demi-tour avec rien qu’un seul compagnon très loyal, du nom de Tondhere, pour aller se cacher dans la demeure du comte Hunwald, qu’il pensait être un très grand ami. Mais, quelle horreur ! il en était bien autrement, car, livré par ce comte, il fut assassiné sur ordre d’Oswiu, avec ledit compagnon, par l’intermédiaire de son délégué Æthelwine - crime que tous devraient maudire.")

17On relève ici les correspondances miles : þegn, comes : gesið et praefectus : gerefa. Les sociétés traditionnelles sont fondées sur les relations de personne à personne, et la loyauté, l’hospitalité sont des impératifs catégoriques. On est le suivant, "l’officier" d’un chef particulier (his pegn), alors que plus tard le thane sera le titulaire d’un domaine (cf. les sorcières saluant Macbeth, I, iii : Hail to thee, Thane of Glamis ! - Hail to thee, Thane of Cawdor ! (Glamis et Cawdor sont des châteaux d’Ecosse). Le Þegn est proche du chef, il fait partie de sa garde personnelle, il le défend contre ses ennemis, l’aide sur le champ de bataille ou dans la grandesalle par ses conseils. Gerefa présente le même préfixe que gefera, gesið. La base, refa (a. m. reeve), est rapprochée du v. a. rof "fort". Le gerefa est responsable d’un territoire, d’où le composé scir-gerefa (a. m. sheriff).

L’Hymne de Cædmon

18Le texte vieil-anglais de cette hymne nous est transmis dans 17 manuscrits, allant du VIIIe au XVe siècle, soit en dialecte northumbrien (par exemple dans le ms de St-Pétersbourg), soit en west-saxon (dans les manuscrits de la traduction vieilanglaise). Bède encadre sa citation d’un bref commentaire :... statim ipse coepit cantare in laudem Dei conditoris uersus quos numquam audierat, quorum iste est sensus [ici, l’hymne]. Hic est sensus, non autem ordo ipse uerborum, quae dormiens ille canebat ; neque enim possunt carmina, quamuis optime composita, ex alia in aliam linguam ad uerbum sine detrimento sui decoris ac dignitatis transferri (IV, 22) ("... il se mit aussitôt à chanter en l’honneur du Dieu Créateur des vers qu’il n’avait jamais entendus. En voici le sens [...]. Tel est le sens mais non l’ordre des mots qu’il chantait en dormant. Les poèmes, en effet, même de parfaite composition, ne sauraient être traduits mot-à-mot d’une langue dans une autre sans dommage pour leur beauté et leur contenu.").

19Une lecture rapide pourrait ne voir en ce commentaire qu’une banale excuse. Si l’on garde à l’esprit le soin que Bède met à peser les mots, à réaliser une élégante concision, on s’interrogera sur le quamuis optime composita et sur le sine detrimento sui decoris ac dignitatis.

20La première précision souligne l’importance de la com-positio, c’est-à-dire de la syn-taxe, avec ce qu’elle comporte d’effets stylistiques. Le traducteur alfrédien n’avait pas, dans la phrase introductive, à parler de "sens", il a remplacé quorum iste est sensus par Þœre endebyrdnesse is (344/4-5) "dont voici l’arrangement". Endebyrdness s’analyse en ende "limite, d’où partie, élément", byrd "naissance, d’où statut, rang", et le suffixe de qualité généralisante -ness. La poésie vieil-anglaise montre un arrangement, une construction étrangère au latin.

21Mettons en parallèle l’anglais original de l’Hymne et sa traduction latine par Bède :

22Les éléments qualifiant le nom suivent celui-ci en latin, le précèdent en germanique : auctorem regni caelestis traduisant hefen-ricœs uard, etc. Le latin met le verbe en position finale, ce qui permet à Bède d’insister sur l’attribut majeur de Dieu : creauit. Si Dieu est créateur, c’est parce qu’il a créé l’humanité, qu’il en est le maître, le rédempteur et le juge. On notera que Bède traduit le he du vers 5 par le relatif qui.

23Délicat est le problème de la "variation", caractéristique de la poésie germanique ancienne : la répétition sémantico-syntaxique d’un élément, sous une autre forme, mais avec le même référent et la même fonction : he du vers 3 est repris au vers suivant par eci dryctin. Cette reprise, Bède l’explicite en en faisant une proposition subordonnée : cum sit aeternus Deus, insistant ainsi sur le paradoxe ou le mystère de l’éternité causant l’origine de toute chose (or), donc la temporalité. L’autre solution du traducteur, à l’inverse de la première, est non plus d’expliciter mais de supprimer : ce que fait Bède pour le deuxième hémistiche de 6, et les vers 8, 9. L’ange de la vision a ordonné à Caedmon de chanter la Création. Bède met en valeur ce thème, non seulement par le creauit final, mais en encadrant le premier quatrain par la répétition d’auctor (vers 1 et 4).

24Nous abordons alors le siue detrimento... decoris et dignitatis. Decus et dignitas renvoient respectivement à la valeur phonique et à la qualité expressive (sémantique et stylistique). Ici Bède fait un clin d’œil à son lecteur anglo-saxon en utilisant une triple allitération (d.. d.. d..), comme dans le vers canonique vieil-anglais (cf. par exemple le vers 2 de l’Hymne, m.. m.. m..). Toutefois, il n’est guère possible de respecter dans la traduction latine les règles d’allitération, le jeu des variations et des répétitions.

25Cette brève étude comparative nous montre l’éclairage que procure une lecture croisée des deux textes, qui met en relief la position respective des éléments, exprimant le vrai sens des textes.

Which is which ?

26Nous venons de voir Bède utiliser volontiers un relatif latin, qui, pour traduire le simple pronom personnel anaphorique vieil-anglais, he.

27Un passage de l’Hist. eccl. a reçu deux interprétations différentes au grand dam des historiens. Bède (III, 24) rapporte la victoire remportée le 15 novembre 655 par le roi northumbrien Oswiu sur le puissant roi mercien Penda, qui ne cessait de faire des incursions en Northumbrie. Les morts furent nombreux du côté de Penda et de ses alliés : in quibus Aedilheri, frater Anna regis Orientalium Anglorum, qui post eum regnauit, auctor ipse belli, perditis militibus siue auxiliis interremtus... ("parmi lesquels Æthelhere, frère du roi roi d’Est-Anglie Anna, à qui il succéda, celui-là même cause de la guerre, tué après la disparition de ses compagnons et alliés..."). Faut-il comprendre qu’Æthelhere fut cause de la guerre et, cessant d’être protégé par compagnons et alliés, fut tué à son tour ? Faut-il voir en auctor belli un simple déclencheur de la bataille, et non pas le fauteur de cette guerre ? Autre interprétation, plus conforme à l’Histoire : Æthelhere n’est nommé que comme l’un parmi les alliés de Penda, peut-être n’a-t-il pas été tué, c’est Penda, fauteur de guerre (s), qui a péri. Interrogeons la version anglaise (236/13-16) : In Þœm wœs Æðelhere Annan broðor Eastengla cyninges, se œfter him to rice feng ; se wœs ordfruma Þœs gefeohtes. Þone mon slog eac mid ealle his compweorode, Þe he mid him brohte. La ponctuation est de Miller. Ordfruma Þœs gefeohtes pourrait signifier qu’Æthelhere lança cette bataille, mais ce n’est pas sûr. On note la cascade de pronoms anaphoriques se... se... Þone.... Le premier se rattache à Æthelhere, ouvrant une proposition parallèle à l’apposition broðor Eastengla cyninges. Examinons la succession des deux autres pronoms se wœs... Þone mon slog.... N’aurions-nous pas ici une structure bipartite, nous invitant à faire dépendre sémantiquement l’une de l’autre ? Je change la ponctuation de Miller, je mets un point avant se, et une virgule avant Þone et je traduis "Celui qui fut la cause de la bataille, celui-là on le tua...".

28Deux arguments confirment cette analyse. Quelques paragraphes plus loin, pour traduire post occisionem / interfectionem Pendan regis l’Anglo-Saxon emploie le nom correspondant à notre verbe slog : œfter Pendan slege (238/28, 240/6). La seconde preuve est que la structure bipartite que je suppose est attestée ailleurs, dans le poème sur s. Hélène du Livre de Verceil (Ker n ° 394, deuxième moitié du Xe siècle, mais le poème est signé par Cynewulf que l’on situe vers 800).

Ongit guma ginga

godes heahmægen

nergendes naman

se is niða gehwam

unasecgendlic

Þone sylf ne mæg

on moldwege

man aspyrigean

29(Elene 464-67 "Reconnais, jeune homme, la sublime puissance de Dieu, / le nom du Sauveur se est pour tout mortel/ineffable, Þone ne peut de lui-même / personne au monde scruter à fond.") Une première analyse verrait dans les deux propositions introduites par se et Þone de simples relatives juxtaposées : "qui... que...", comme dans l’hypothèse d’Æthelhere, cause de la guerre ou premier à se battre. Une seconde analyse invite à mettre un point après naman et à faire des deux propositions suivantes les membres d’une structure bipartite. Dans l’extrait d’Elene la deuxième proposition explique la première, alors que dans la version anglaise de l’Hist. eccl. la première identifie le sujet de la deuxième. Je comprends donc : "Ce nom est pour tout mortel ineffable, lui que personne de soi-même ne peut scruter à fond."

30Nous avons là une structure proche de celle d’une relative accompagnée d’une proposition contenant, ou non, un pronom antécédent : Ac se ðe nolde of ðœre rode abrecan, se aras of ðœre byrgene (Ælfric, Catholic Homilies, 1st series, XV, 149 "Mais lui qui refusa de se détacher de la croix, il ressuscita du tombeau") ; and se ðe wœs leorningcniht on hade ongan wesan lareow on martyrdome (III, 87-8 "et celui [s. Etienne] qui fut selon son statut disciple se mit a être par son martyre enseignant"). La nette différence est que nos deux extraits, de l’Hist. eccl. vieilanglaise et d’Elene, présentent une répétition du même pronom anaphorique. Cette structure, si rare soit-elle (je n’en connais pas d’autre exemple), montre bien la nature de se, à mi-chemin entre le personnel he et le relatif à proprement parler (se, Þe, se Þe).

***

31Ces quelques observations lexicales et syntaxiques, glane de mon travail sur l’Hist. eccl., montrent l’importance de la philologie, au carrefour de la linguistique et de l’histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Bède : en attendant l’édition des Éditions du Cerf, on utilisera
Colgrave, Bertram et R.A.B. (eds), 1991. Bede. Ecclesiastical History of the English People. Oxford : Clarendon [texte du ms de Cambridge et trad. anglaise].
Miller, Thomas (ed.), 1890-98.
The Old English Version of Bede’s Ecclesiastical History of the English People. The Early English Text Society [2 vol. de texte + trad. en anglais moderne ; 2 vol. de variantes].

Ælfric :
Clemoes, Peter (ed.), 1997. Ælfric’s Catholic Homilies. The First Series. Text. EETS.

Godden, Malcolm (ed.), 1979. Ælfric’s Catholic Homilies. The Second Series. Text. EETS.

Εlene :
Krapp, George Philip (ed.), 1932. The Vercelli Book. New York : Columbia University Press (The Anglo-Saxon Poetic Records, vol. 2), 66-102.

***

Hall, J. R. Clark, 1960. A Concise Anglo-Saxon Dictionary. Fourth Edition. University of Toronto Press (Medieval Academy Reprints for Teaching).

Ker, N. R., 1957. Catalogue of Manuscripts Containing Anglo-Saxon. Oxford : Clarendon.

Kuhn, Sherman M., 1947. "Synonyms in the Old English Bede". Journal of English and Germanic Philology 46, 168-76 (reprinted in Sherman M. Kuhn, Studies in the Language and Poetics of Anglo-Saxon England. Ann Arbor : Karoma, 1984, 73-81).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Université de Paris IV - Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540