Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Avant-propos

Fabienne Toupin

Texte intégral

1Les textes regroupés au début de ce recueil sont les versions écrites de communications données au colloque de diachronie de l'anglais organisé à l'Université de Tours en mars 2001. Elles abordent le thème de ces journées, "histoire de la langue anglaise : évolution et système", sous divers angles et à travers diverses problématiques.

2Guy Bourquin effectue un "sondage étymologique" portant sur des vocables devenus modaux du français ou de l'anglais. L'interprétation de ces données lui permet de construire un (dia-)sytème rendant compte de la production de valeurs modales à travers l'activité modalisante des locuteurs. L'originalité de cette construction est que son économie repose sur un mouvement cyclique qui met en relation dialectique l'ici et l'ailleurs, l'absence et la présence, et qui est donc la traduction du mouvement perpétuel de l'inconscient cérébral.

3André Crépin nous invite à une lecture croisée de l'Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum de Bède (731) et de sa traduction vieil-anglaise, postérieure d'un siècle et demi. La confrontation porte aussi sur les 9 vers de l'"Hymne de Cædmon" et sa traduction latine par Bède. Les observations lexicales et syntaxiques montrent les enseignements à tirer d'une telle démarche comparative et l'importance de la philologie, carrefour de la linguistique et de l'histoire.

4Fabienne Dedieu s'intéresse à l'évolution des intensifs pendant la période moyen-anglaise. S'appuyant sur la littérature classique concernant les intensifs (en particulier Mustanoja 1960) dont elle indique les limites à ses yeux, elle nous propose une série de monographies, des intensifs les plus fréquents (swiÞe, wel) aux moins usités (ferly, selly,...) et trace les grands traits de l'évolution de la carte dialectale des intensifs.

5Céline Roméro défend et illustre l'hypothèse qu'il existe, dès l'époque vieil-anglaise, une position syntaxique spécifique aux verbes dits perfecto-présents, ancêtres des modaux de l'anglais contemporain. Cette position n'est pas pour autant synonyme de grammaticalisation, les perfecto-présents restant à ce stade des items lexicaux. La réflexion de l'auteur se situe dans le cadre du programme minimaliste énoncé dans Chomsky (1995).

6Fabienne Toupin propose une nouvelle approche du préverbe vieil-anglais be-. Se référant à des travaux de Brinton et Fraser, elle formule un invariant de be- qui, en synchronie, ramène les effets de sens à un commun dénominateur et, en diachronie, démontre que le préverbe a partie liée avec des questions aussi centrales que la transitivité ou la construction de la relation prédicative.

7La seconde partie du recueil rassemble des contributions d'une autre nature, qui reflètent la discussion et la réflexion qui ont eu lieu pendant certains ateliers de la première journée d'étude. L'activité enjouée des ateliers a confirmé le bonheur d'une formule inaugurée au colloque de Tours en mars 2000. Ce succès traduit sans doute le besoin de formation, initiale et continue, ressenti par les anglicistes français dans le domaine de l'histoire de la langue et trop longtemps négligé par l'institution universitaire.

8Patrick Gettliffe propose une lecture guidée d'un passage d'un classique de la littérature vieil-anglaise, Apollonius de Tyr. Le parcours, guidé par des remarques pour l'essentiel morphosyntaxiques, débouche sur une traduction et donne une méthode à un public non-nécessairement spécialiste mais amoureux d'énigmes et d'aventures exotiques pour poursuivre la lecture du texte.

9Jean-Pascal Pouzet invite un public avisé à analyser une vingtaine de vers sur les quelque 4 000 que compte le poème moyen-anglais Genesis and Exodus. Les notes portent essentiellement sur la lexicologie et la morphosyntaxe de l'extrait ; une proposition de traduction vient conclure la réflexion sur cette paraphrase biblique délicate, que J.-P. Pouzet lui-même décrit comme ayant une "syntaxe souvent tourmentée ".

10Ariane Lainé aborde son texte, une traduction moyen-anglaise d'un exemplum latin, par le biais de la paléographie. Elle en montre l'intérêt non seulement philologique, mais aussi paléographique, en nous éclairant sur le cheminement du compilateur du manuscrit conservant cet extrait. La curiosité est également éveillée par les corrections interlinéaires d'un ancien lecteur, qui sont peut-être l'indice d'une sympathie pour l'hérésie lollarde.

  • 1 Respectivement, Groupes de Recherches Anglo-Américaines de l'Université de Tours, Association des (...)

11Le colloque de mars 2001 ainsi que le présent volume n'auraient pas pu voir le jour sans l'aide financière du Conseil Scientifique de l'Université de Tours, du GRAAT, de l'AMAES et de l'ALAES1, sans l'efficace assistance technique de Mireille Motteau et de Monique Girard, sans l'aide logistique et amicale de Myriam Fouasse et de Florence Bourgne. Que ces personnes et institutions soient ici chaleureusement remerciées.

Notes

1 Respectivement, Groupes de Recherches Anglo-Américaines de l'Université de Tours, Association des Médiévistes Anglicistes de l'Enseignement Supérieur et Association des Linguistes Anglicistes de l'Enseignement Supérieur.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540