Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Analytique du trouble urbain et perception de la ville. Une approche pragmatique des problèmes publics

Marc Breviglieri et Danny Trom

Texte intégral

  • 1 Sociologue, maître de conférences à l’IUT de Paris V, chercheur au Groupe de Sociologie Politique (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 3 Sociologue, chargé de recherche au CNRS, Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM – EHESS/CN (...)

2Note portant sur l’auteur3

3Nous présenterons les résultats de cette enquête menée sur le monde urbain comme espace sensible en nous déportant progressivement d’un propos général visant à discuter les thèses sociologiques classiques sur la ville pour nous diriger ensuite vers nos résultats d’enquêtes qui, partant de l’échelle du voisinage et du quartier, convoitent le domaine du politique.

4C’est par la question de qu’est-ce qu’habiter une ville ? que nous avons ouvert notre réflexion critique sur la ville. Pour répondre à cette question, nous sommes partis d’une analytique du trouble, dans l’idée que tout sentiment trouve sa thématisation minimale au seuil d’une impression troublée, y compris s’il y va d’une simple distraction familière comme celle qui peut caractériser un sentiment d’habiter.

LE TROUBLE COMME MODE D’ENTRÉE

5La posture habitante du citadin suppose un composé de liens étroits avec son environnement proche, tissés par l’habitude, composé d’affinités et où le corps a su trouver un ensemble complexe d’ancrages et de convenances. S’il semble s’y évanouir l’objectivité du lieu il y demeure un arrière-plan de phénomènes dont l’imprévisibilité peut venir troubler le sentiment même d’habiter. Le trouble, cette émergence d’un espace sensible, nous a permis d’interroger les chocs émotionnels, minimes ou violents, qui, mobilisant les sens, finissent ou non par déplacer les habitudes ancrées et les manières de faire et faire se réviser les croyances.

6Nous nous sommes intéressés au trouble en tant qu’il est le préalable du passage de la perception à la catégorisation des choses et des événements, la genèse possible du sens et de sa qualification, et donc la prémisse du problème public qui, in fine, établit et configure le lieu même du politique (ou de ce qui le menace). En faisant varier, dans nos terrains d’enquête, la nature même du trouble, en regardant autant celui qui est intime que celui qui accompagne la publication d’un problème public, nous avons testé ce qui des villes et de leur environnement se prête à l’ajustement et à l’accommodement, à la dispute et au débat, au compromis ou à la concession. Nous nous sommes penchés, depuis ce qui met à l’épreuve l’idée d’habiter un logement, un quartier, une ville, sur l’apprentissage d’un vivre ensemble qui comprenne autant des acteurs (le voisin, le commerçant, le passant anonyme, le politicien en quête de participation citoyenne, etc.) que des dispositifs (techniques, juridiques, patrimoniaux, etc.).

7Cette entrée méthodologique par le trouble nous a permis de ré-envisager de manière critique les thèses classiques sur la ville : tant leurs positions analytiques (et ce qu’elles charrient comme oppositions : public/privé ; bien/mal ; sens/non sens) que leurs méthodologies (définissant des régularités permettant de qualifier des habitants selon des dispositions et des propriétés communes ; modélisant des répertoires d’actions et de compétences ; délimitant en termes symboliques et en termes d’espaces signifiants les lieux urbains). Notre analyse a cherché à parcourir simultanément, sans rupture théorique, un premier axe allant du proche au public, un second axe allant des distractions anodines aux phénomènes les plus problématiques, et un troisième axe allant des indices sensoriels aux évaluations cognitives guidant l’action.

ÉTUDES DE CAS

8Une première enquête a été réalisée sur les tensions de voisinage dans un logement collectif de la ville de Cergy-Pontoise. Le terrain s’est volontairement effectué en amont de la dispute, du côté de ceux qui se plaignent de troubles de voisinage. Il a été mis au jour une dynamique du ressentiment qui s’alimente de phénomènes sensibles gênants thématisés comme intrusifs et envahissants (et ce, quelle que soit la source sensible du trouble). Le ressentiment, depuis cette thématisation d’une violation de la propriété privée, s’érige, par la voie d’une moralisation de l’expérience (et de l’identification d’un mal). Mais il configure alors potentiellement deux types de communautés de voisinage dont la félicité n’est pas de même nature : l’une fondée sur une participation égale à la gestion des espaces communs (et l’appel à une nécessaire solidarité de voisinage), l’autre fondée sur la non-interférence (et le recours aux institutions adéquates en cas de nuisances). L’enquête montre l’importance du lien de proches en proches (entre voisins et dans un même foyer) susceptible d’animer un ressassement qui nourrit le ressentiment et alimente des rumeurs de faible ampleur. Le ressassement témoigne d’une attitude paradoxale : il évoque autant une résistance (non publique) au fauteur de trouble qu’une absence de révision de ses propres habitudes et croyances. C’est précisément cette absence de révision qui conduit à ne jamais rencontrer cet « autre » gênant sur un terrain d’entente, à concevoir l’espace des différences (où se mêlent les propriétés privatives d’habitation aux propriétés culturelles permanentes) comme un espace où les oppositions sont aperçues comme durablement irréconciliables. La persistance durable des troubles, l’acceptation du malaise et la non intervention du voisin gêné nous a permis de questionner le sens de la responsabilité civique d’un individu s’estimant pourtant le témoin d’actes fautifs ou délictueux.

9Une seconde étude de cas a été menée dans le quartier du Vieux-Lyon et a d’abord porté sur les troubles suscités par la présence de marginaux dans un espace public urbain patrimonialisé. Ce processus a considérablement transformé l’environnement urbain. D’une part, l’hospitalité donnée au passant visiteur est maximisée. D’autre part, cette mise en valeur apparaît comme un appui susceptible de constituer un ensemble de désagréments et de troubles mineurs en atteintes morales et en problèmes publics. La figure du visiteur engage en effet une dramatisation de la vigilance ordinaire et institue des préoccupations inédites, en particulier celles liées aux conditions jugées nécessaires aux visiteurs de s’installer dans l’état requis par l’appréciation esthétique. La grammaire du patrimoine qui régit désormais l’espace public rend alors la présence de marginaux insupportable. L’inquiétude qu’ils suscitent gêne la quiétude du visiteur, leurs manières d’habiter les lieux suscitent le soupçon de dégradation. Dans un second temps, l’enquête a porté sur les troubles suscités en retour par les visiteurs sur les résidants. L’accessibilité généralisée du quartier reconfigure la manière d’habiter le quartier et se détermine dans des obligations d’accueil de l’étranger et de soumission à ses regards et à ses déplacements. Loin des risques d’une clôture communautaire ou d’une privatisation de l’environnement urbain soulevés classiquement par la sociologie urbaine, l’enquête analyse la dynamique des troubles et des problèmes publics dans un site soumis à une forte communalisation.

10La troisième enquête, menée à Levallois-Perret visait à concevoir le cheminement complexe qui a conduit un collectif d’habitants, troublé par les effets d’une politique de rénovation immobilière, à prendre la parole sur la scène politique locale à l’occasion des élections. D’un côté, pour entendre et considérer des plaintes qui relèvent de troubles sensibles à l’échelle de l’habitat et de son voisinage, les habitants se sont appuyés sur un dispositif associatif. De l’autre côté, les autorités politiques, saisies par le mouvement associatif, ont promu une action publique visant à établir une « proximité » à l’égard du citoyen. Le souci du proche, de la particularisation de la mesure, se traduit difficilement en France où dominent les grammaires politiques civiques et égalitaires sur lesquelles repose classiquement l’action de l’État. Cette étude de terrain montre toutefois que les mesures dites « de proximité » à l’égard des résidants, dans le contexte électoral de Levallois-Perret, ont emprunté largement la voie de la concertation (alternant des colloques singuliers et des mises en scène d’arènes publiques fondées sur l’écoute publique – et critique – des troubles formulés par les habitants). Ce dispositif ne consacre pas la disparition du politique, mais entend montrer les transformations dans le rapport entre des scènes non publiques et des scènes publiques fondées sur la publication de troubles locaux et la difficile confection de bien communs locaux à l’échelle réduite de la ville ou du quartier.

11Une dernière enquête, menée dans la ville de Caracas, s’intéresse au trouble du point de vue d’une théorie de l’action urbaine dans un contexte ordinairement soumis à des épreuves de violence. Le trouble, parce qu’il retient les attentions de certains et devient pour eux l’objet possible d’une préoccupation, peut être la source, pour d’autres, et notamment pour une partie de la population qui vit de la « débrouille », de nombreuses opportunités d’action. Des contextes particulièrement propices à la fois à une certaine sédentarité et au va-et-vient urbain, comme les lignes de bus ou les places publiques, convoquent un foisonnement d’activités fondées partiellement sur l’exploitation de ces troubles : commerces itinérants et marché noir, manche, vol à la tire, drague, règlements de compte, etc.

CONCLUSION

12Le trouble pose la question cruciale, dans les espaces publics urbains, de la confiance mutuelle et de la responsabilité politique relative à son maintien. L’ébranlement de celle-ci, lorsque le trouble se généralise et s’impose par excès, convertit l’incertain en perception d’un danger. De fait, le régime attentionnel ordinaire du citadin varie : il se trouve constamment sur ses gardes et la civilité s’efface.

13Ces trois enquêtes montrent qu’une analytique du trouble permet une réflexion sur la genèse des problèmes publics et sur les modalités de réception des mesures politiques locales qui contribuent, à leur tour, à modifier les seuils de vigilance aux phénomènes sensibles propres à la ville.

VALORISATION

Séminaire

14Séminaire mensuel Compétences sensibles en milieu urbain, GSPM/EHESS, animé par Marc Breviglieri et Danny Trom, d’octobre 2000 à juin 2001. Huit séances : « Compétences sensibles et troubles », « Description phénoménologique et urbanité », « Usages de la vidéo dans les enquêtes de type ethnographique », « Effrois, peur, panique : accessibilité et vulnérabilité », « Autour des catégories esthétiques », « Perception, ambiance, environnement », « Espace public, espace privé, dans la micro-sociologie urbaine ».

Publications

15Breviglieri Marc, (2004), « Habiter l’espace de travail. Perspectives sur la routine », Histoire & Société. Revue européenne d’histoire sociale, n° 9, pp. 18-29.

16Breviglieri Marc, Pattaroni Luca, Stavo-Debauge Joan, (2003), « Quelques effets de l’idée de proximité sur la conduite et le devenir du travail social », Revue Suisse de Sociologie, vol. 29, n° 1, pp. 141-157.

17Breviglieri Marc, Trom Danny, (2003), « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », dans Cefaï D., Pasquier D. (dir.), Le sens du public, Paris, PUF, pp. 399-416.

18Doidy Éric, (2004), « L’économie politique de la proximité », dans Lefebvre R., Le Bart C. (dir.), La « proximité » dans le champ politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

19Stavo-Debauge Joan, (2003), « L’indifférence du passant qui se meut, les ancrages du résidant qui s’émeut », dans Cefaï D., Pasquier D. (dir.), Le sens du public, Paris, PUF, pp. 347-371.

20Stavo-Debauge Joan, Trom Danny, (2005), « Troubles, situations problématiques et environnement urbain », dans Karsenti B., Joseph I. (dir.), Le pragmatisme, Éditions de l’EHESS, collection « Raisons Pratiques », n° 15.

Communications

21Breviglieri Marc, (2000), « Habiter comme condition de la dignité de la personne et de la décence des sociétés », Séminaire Université de la Vie Associative, CRESAL, Université de Saint-Étienne, novembre 2000.

22Breviglieri Marc, (2002), « Compétences perceptuelles et relationnelles du travailleur social de proximité », Colloque La proximité : catégorie politique, catégorie sociologique, Institut National de la Recherche Scientifique (INRS), Urbanisation, Culture et Société, Montréal, 8-10 mai 2002.

23Breviglieri Marc, (2002), « Pour une sociologie de la proximité : habiter et cohabiter », Journée d’étude du Centre franco-russe en sciences sociales et humaines de Moscou Vivre ensemble de près ou de loin. Pratiques et politiques de la cohabitation, Moscou, 17 mai 2002.

24Breviglieri Marc, TROM Danny, (2002), « La ville : une approche par le trouble », Colloque Le sens du public, CURAPP/CEMS, Amiens, 7-8 mars 2002.

25Doidy Éric, (2002), « Problématisations politiques de la proximité », Colloque La proximité : catégorie politique, catégorie sociologique, Institut National de la Recherche Scientifique (INRS), Montréal (Québec), mai 2002.

26Doidy Éric, (2003), « Du quartier à la campagne : le souci de la proximité à l’épreuve de l’engagement politique », Symposium Engagement de proximité, Université de Bretagne Occidentale (Brest), novembre 2003.

27Doidy Éric, (2003), « Les régimes de la proximité dans des économies de la grandeur », Journées d’étude La « proximité » dans le champ politique : usages, rhétoriques, pratiques, CERAPS Lille-CRAPE Rennes, Université Lille 2, septembre 2003.

28Doidy Éric, (2004), « Engagements vulnérables : mobilisations d’habitants à Levallois, Toulouse et en vallée d’Aspe », Congrès de l’AISLF L’individu social, Tours, juillet 2004.

29Garcia Sanchez Pedro José, (2002), « Urbanidad, usos citadinos y ciudadanía. La ecología de lo público », IXe Congreso Internacional de Antropología, Federación de Asociaciones de Antropología del Estado Español (FAAEE), Centro de Cultura Contemporánea, Barcelona, 4-7 septiembre 2002, 21 p.

30Garcia Sanchez Pedro José, (2004), « La cité vulnérable et le trouble », Atelier Espaces Publics, Centre d’Études sur les Mouvements Sociaux (CEMS) de l’EHESS, Paris, 4 mars 2004.

31Garcia Sanchez Pedro José, (2004), « La mobilité urbaine saisie par l’urgence. Perception, cognition et gestion du trouble lors des déplacements ordinaires à Caracas », XVIIe Congrès de l’Association Internationale de Sociologie en Langue Française (AISLF), Tours, 5-9 juillet 2004.

32Garcia Sanchez Pedro José, (2004), « La vigilance à Caracas : ressources et dilemmes. Des épreuves de la violence à la sociabilité de surveillance dans les espaces publics », Séminaire européen de recherche, Centre de Recherche et d’Études Sociologiques Appliquées de la Loire (CRESAL), Université Jean Monnet – Saint-Étienne, 1-2 juillet 2004.

33Stavo-Debauge Joan, (2000), « Le quartier Saint-Jean : la mise en valeur disputée d’un espace urbain », Journée d’étude Le quartier, programme de recherches interdisciplinaires « Études urbaines », coordonné par J. Polinisimardt et C. Topalov, EHESS, 1er mars 2000.

34Stavo-Debauge Joan, (2001), « Les sans-abris sous le regard des politiques urbaines », Journées de formation sur l’Errance, EPSI/EPIRES, École de formation en travail social, Le Puy, 29 mars 2001.

35Stavo-Debauge Joan, (2002), « Le trouble : autour des figures du passant et de l’habitant », Colloque Le sens du public, CURAPP/CEMS, Amiens, 7-8 mars 2002.

Notes

1 Sociologue, maître de conférences à l’IUT de Paris V, chercheur au Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM – EHESS/CNRS).

3 Sociologue, chargé de recherche au CNRS, Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM – EHESS/CNRS).

Auteurs

Responsable scientifique

Équipe : Marc Breviglieri (MC IUT Paris V/GSPM/EHESS), Danny Trom (CR CNRS, GSPM/EHESS), Joan Stavo-Debauge (doctorant GSPM/EHESS), Éric DOIDY (ATER Université de Toulouse/GSPM/EHESS), Pedro José GARCIA SANCHEZ (ATER Université du Littoral).


mailto:Breviglieri@ehess.fr
Groupe de Sociologie Politique et Morale
EHESS
10, rue Monsieur-le-Prince
75006 Paris
Tél. : 01 44 41 42 14

Responsable scientifique

Équipe : Marc BreviglierI (MC IUT Paris V/GSPM/EHESS), Danny Trom (CR CNRS, GSPM/EHESS), Joan Stavo-Debauge (doctorant GSPM/EHESS), Éric Doidy (ATER Université de Toulouse/GSPM/EHESS), Pedro José Garcia Sanchez (ATER Université du Littoral).

mailto:Trom@ehess.fr
Groupe de Sociologie Politique et Morale
EHESS
10, rue Monsieur-le-Prince
75006 Paris
Tél. : 01 44 41 42 14

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable