Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fonctions du Cliché : du Banal à la Violence

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Ezra Pound et les juifs : du cliché antisémite à la poétique de l'usure... et retour…

Hélène Aji

Texte intégral

1Parler de cliché à propos de l'oeuvre d'Ezra Pound peut sembler incongru : la complexité même de son travail poétique, à laquelle s'ajoute la multiplicité des genres abordés (traduction, calligraphie, réflexion politique et économique, théâtre, poésie enfin), marque avant tout un refus de la normalité et des catégories closes et le choix, volontaire ou non, de la marge comme lieu d'où s'élève la voix du poète. Pound ne s'inscrit pas dans cet "American grain" à la manière de William Carlos Williams, où la localité devient enjeu majeur dans le travail de la langue. Il ne s'agit pas pour lui de revendiquer ce statut de poète véritablement américain, de voix américaine, qui tient tant à coeur à Williams. Son recours à l'exil est sa solution pour sortir du marasme des magazines américains, où fleurit la mièvrerie de pâles imitations de Tennyson. C'est aussi le moyen d'échapper à la puissance totalisante et totalitaire du premier poète de l'Amérique, des villes, de la Californie, du gigantisme d'un continent neuf : Walt Whitman. Ni voix officielle et conformiste, ni voix nouvelle "qui brise le bois vert" — "It was you that broke the new wood" (Collected Shorter Poems, 89) — Ezra Pound se lance dans une conquête/reconquête de la tradition poétique, renversant les fondements établis et recherchant des lieux noncommuns : spatiaux, l'Ezuniversité de Rapallo ; et mentaux, un enseignement tiré du dehors des anthologies. Jusque-là, tout semble en place pour combattre le cliché, créer un nouveau corpus textuel fondamental, engendrer pour finir une tradition poétique hors norme. L'émergence de cette tradition, dans les faits, est indéniable (Charles Olson, Louis Zukovsky, Allen Ginsberg, Gary Snyder, Jerome Rothenberg, David Antin sont là, parmi d'autres, pour en faire la preuve), mais c'est là un tout autre sujet. C'est plutôt la dérive poundienne qui nous intéresse, celle née de la plongée dans le tourbillon du siècle, de la volonté du poète de s'ériger en prophète et de l'erreur du visionnaire confiné, finalement, à la traque obsessionnelle du juif, être qui permet au poète de cristalliser toutes ses hantises et de faire le procès du monde moderne.

  • 1 Il est intéressant de noter, d ores et déjà, la métaphore du cadavre en putréfaction, appliquée à l (...)

2Pound est sans nul doute ce que Doris Eder appelle un poète en exil (Eder, 1984), un poète en fuite et en quête d'une civilisation "nouvelle / ancienne", pour utiliser les mots de Gary Snyder. Le départ pour l'Europe est donc rupture au premier chef, motivée par la constatation que "Civilization WAS in America" (dans The Jefferson-Adams Letters as a Shrine & a Monument). Présence passée de la civilisation, donc, et tentative pour le poète de retrouver les facteurs d ordre qui permettraient de réorganiser le chaos : l'histoire américaine produit Adams et Jefferson, la Chine fournit les empereurs confucéens, l'Europe, enfin, après l'échec d'un séjour dans un Londres que Pound voit comme un monstre dévorant aux chairs en putréfaction, donne Benito Mussolini (Dasenbrock, 1985, 208). Cette figure du pourrissement est centrale, puisqu'elle qualifie la capitale britannique, mais aussi l'ensemble de la culture et du savoir. Ainsi, dans A Guide to Kulchur, on peut lire : "A vast mass of school learning is DEAD. It is as deadly as corpse infection" (A Guide to Kulchur, 58)1. Le remède, Pound le trouve d'abord dans ses études sur les langues romanes, puis dans les papiers de Fenollosa et l'étude de l'idéogramme chinois, bref dans l'élaboration d une tradition, sinon nouvelle, du moins différente, qui utilise, recycle les fragments arrachés au passé, les langues les plus diverses, pour traduire ce monde en désagrégation et la tragédie de l'incommunicabilité. Dans cette démarche, Pound semble ouvrir des voies nouvelles, recomposer la civilisation, réécrire les traditions littéraires. L'antisémitisme et le fascisme viennent dans ce cadre comme des éléments dissonants, au point que la critique a souvent omis de tenir compte de l'unité du travail poétique poundien. Artificiellement, on a séparé politique et poétique, dans le cas de Pound, idéologie et idéogramme.

  • 2 Des cassettes sont disponibles à 1'American Library in Paris.

3Pourtant, c'est toujours le même homme qui écrit les Cantos et qui parle sur Radio Roma, qui ensemence le champ poétique américain, et qui est jugé pour trahison et enfermé dans un asile psychiatrique aux États-Unis. Dichotomie de bon aloi entre homme et oeuvre, peut-être, mais pour nous, surtout, la volonté, comme le fit le jury du prix Bollingen en 1949, d'effacer le violent pour ne garder que le génial, d'oblitérer la haine-cliché pour ne laisser apparaître du spalimpseste politico-poétique que la forme inédite. Mais une écoute, même cursive, des enregistrements conservés à la bibliothèque du Congrès à Washington, puis d'une lecture que donne Pound de certains Cantos2 ne manque pas de faire éclater l'évident : même ton, même débit, même teneur parfois, le poème fusionne avec le texte radiophonique, le cri s'inscrit de façon troublante sur la page et sur la bande magnétique à l'identique ; le médium change, l'impulsion poétique et politique reste seule et unique. Pound lui-même en a convenu lors de conversations avec sa fille Mary de Rachelwitz à Rapallo : il ne s'agit pas de dire du différent, mais de dire différemment, afin d'atteindre un autre public. Aussi, puisque la similitude formelle est indéniable, pourquoi ne pas chercher dans l'oeuvre poétique et essayiste, une virulence semblable, un antisémitisme et/ou un fascisme qui sous-tendraient la pensée poundienne et informeraient l'ensemble de l'oeuvre ? Surtout, pourquoi ignorer, plutôt que de tenter d'expliquer ? Il faut faire le lien entre les deux Pound définis par Robert Casillo :

Pound the imitator of Dante and Cavalcanti, his mind filled with images of light, beauty, and benevolence, passing judgment on the world from his "Thrones" of justice; and Pound the violent anti-Semite and fascist, whose hatred and fear of Jews finally reduces them in his mind to the demonic status of germs and bacilli, invisible "carriers" of plague and disease, a swamp, an enormous "power of putrefaction" and profanation preying invisibly on the body of the West. (Casillo, 1988, 3)

  • 3 Jonathan Gill (" Fuzz on the Tongue : Pound's Céline ") communiqua sur ce sujet lors du colloque de (...)

4Pour se pencher, dans un premier temps, sur les fondements de cet antisémitisme poundien, il est intéressant de distinguer plusieurs phases dans l'évolution d'une pensée (thinking) constamment en mutation. Pound ne se livre pas à la construction d'un dogme, à l'élaboration d'une théorie de l'antisémitisme. Mais il passe, il franchit la barrière qui sépare le vague ressentiment de la haine, la répulsion diffuse et privée de la proclamation publique, de la propagation, de l'apologie de l'extermination de ces juifs, sur lesquels il jette l'anathème en termes sans ambiguïté, violents et surtout symptomatiques ; "the rot eating since Cromwell"; "rats"; "bed bugs"; "vermin"; "syphillis"; allant jusqu'à déformer le nom des États-Unis envahis et dévorés par les juifs, pour en faire "the Jewnited States". Dans ce champ sémantique, rien de bien nouveau comparé aux écrits de Céline ou de Hitler. Pourtant, ce ne sont pas les sources attestées de l'antisémitisme poundien : celui-ci est antérieur à la vulgarisation des écrits d'Adolf Hitler, antérieur à une lecture éventuelle et partielle de Céline, que Pound aurait effectuée en mai 19423. Est-ce à dire pour autant que l'antisémitisme de Pound est original, le pur produit de sa réflexion personnelle ? Le caractère topique de son discours tendrait à prouver le contraire.

5Les sources possibles de cet antisémitisme poundien nous ont été dévoilées par Pound lui-même dans une conversation qu'il eut dans les années cinquante, avec Charles Olson, à l'asile de Saint-Elizabeth's. Ces années de l'après-guerre et de l'internement psychiatrique ont toujours été qualifiées d'années de repentir et de rétractation, Pound reniant ses prises de position passées et rentrant, pour ainsi dire, dans le rang. Pourtant, jusqu'aux ultimes fragments, les Cantos contiennent des allusions antisémites et, dans cette conversation, Pound ne nie pas son antisémitisme viscéral, bien au contraire, il l'explique, le justifie, le défend. Cette défense est que, pour Pound, son antisémitisme n'est pas choix original et volontaire, mais populaire, banal, typique de l'Amérique des classes moyennes, imposé à l'individu, quasiment un héritage génétique : "suburban anti-Semitism", tels sont les mots de Pound luimême. Voilà une version qui rend compte sans doute de la naissance d'un sentiment diffus, d'une répugnance à la fréquentation des juifs (Pound fut toutefois très lié à Zukovsky), d'un snobisme dont les premiers amis de Pound (William Carlos Williams, H. D.) furent les témoins privilégiés. Mais cela ne permet pas de cerner la forme que prend cet antisémitisme dans les écrits et les conférences poundiens : les juifs y perdent toute identité ethnique — le protestantisme est "Judaic" — pour devenir une catégorie d'agents dont l'action débilitante dans le monde est, sinon démontrée, du moins évoquée, métaphorisée, vilipendée. Au cours de ce processus de formulation, plus que de théorisation, Pound réinvestit les clichés majeurs de l'antisémitisme dit post-Belsen, par opposition à l'antisémitisme shakespearien, voltairien, etc., qui reflétait non l'émergence d'un dogme pseudo-scientifique, mais la situation sociale d'un groupe donné, les juifs.

  • 4 Voir Milesi, 1995.

6Comme le souligne Robert Casillo dans son ouvrage The Genealogy of Demons, l'explication prétendument génétique, d'un antisémitisme hérité de la bourgeoisie américaine ne tient pas la route comme seule source des écrits antisémites de Pound, et cela pour diverses raisons : d'abord, dans le contexte de l'expansion économique américaine, le rôle des juifs n'est pas critiqué ; mais plutôt leur mode de vie, leur façon d'être et de se comporter en société. Ensuite, cet antisémitisme ne prend jamais aux États-Unis la forme d'écrits théoriques. L'antisémitisme poundien, dans ses aspects les plus caractéristiques, ne provient donc pas des clichés de l'antisémitisme américain de 1900. Il est européen. Il faut, toutefois, à nouveau nuancer ce propos : dans un premier temps, Pound écarte la culture antisémite telle qu'il la trouve en Europe dans les années vingt. Pour lui, le dirigeant du parti fasciste anglais, Mosley, n'est qu'un imbécile et Hitler est qualifié de "pathetic hysteric" (New English Weekly, 1934). C'est Mussolini qui reçoit ses suffrages et, avec lui, le fascisme italien, notoirement décentré par rapport à la question juive. Hitler ne devient un martyr, aux yeux de Pound, qu'après la guerre et si, pour lui, les juifs doivent être exterminés, les raisons en sont distinctes de celles exposées par la propagande nazie. Aussi ne faut-il pas se borner aux clichés sémantiques qui le relient à la doxa antisémite nazie, que l'on retrouve dans les textes de Pound. Par exemple, la haine du juif chez Pound prend souvent la forme d'une détestation du monde industriel et financier. Il s'agit pour lui, dès la Grande Guerre, de lancer une croisade contre les profiteurs qui ont assassiné son génial ami, le sculpteur Gaudier-Brzeska, et massacré toute une génération, comme le montrent les peintures et gravures de Wyndham Lewis, son collaborateur à Londres pour la revue Blast et reporter de guerre en 1914. Les juifs sont maléfiques, selon Pound, ils ne participent pas à la production de biens, mais à la reproduction illégitime de l'argent (ils pratiquent l'usure, au sens monétaire du terme). Pound transpose alors au début du XXe siècle le cliché du juif avare et usurier, présent dans la culture anglo-saxonne bien avant lui, bien avant Marlowe ou Shakespeare même, mais il le nourrit des écrits de Dante, de Waddell, du fatras des pamphlets politiques fascistes et de sa propre interprétation du créditisme. Il supprime toute notion de rupture entre deux structures sociales et économiques pourtant distantes de plusieurs siècles : la grande finance internationale n'est que la généralisation, l'extension d'un système créé par les juifs et fondé sur l'usure. Il est clair que Pound, qui se veut aussi historien, déforme — réforme, dirait-il ; "révise", dirions-nous — des faits, tels que l'exclusion des juifs de la propriété foncière et leur confinement à la banque, commerce de l'argent interdit aux catholiques, qui ne sont plus à démontrer. Pour tirer le monde du chaos, avant de songer à proposer des solutions éventuelles, il le reconstruit donc selon sa vision personnelle : les juifs usent et abusent de l'argent4, ils ne sont pas tous visibles (Franklin D. Roosevelt devient juif, dans les émissions de radio, parce qu'il s'oppose à la révolution fasciste et protège, voire encourage, l'emprise des juifs sur la finance et les médias), la crise, de quelque nature qu'elle soit, leur est due, etc. Pound reprend tous les credos de l'antisémitisme, tous les clichés dont la violence a transformé les juifs en boucs émissaires, et les travaille au premier degré, dans une perspective très proche de la doxa nazie. Il reste cependant à rendre compte d'une autre décadence, celle qui préoccupe Pound au premier chef, celle de la culture occidentale.

7Là, l'antisémitisme de Pound sort d'une certaine façon des sentiers battus. Il pratique l'exportation du cliché du juif usurier à un domaine dans lequel il était jusqu'alors inouï. Ce faisant, il lui confère une résonance nouvelle, qui décuple sa violence. "Usura", "usury", etc. : la réitération de ce mot, dans ses multiples variantes permet au poète de passer, presque imperceptiblement, du sens propre à un sens figuré qui lui est strictement personnel. Ce passage s'effectue en deux temps : d'abord, par le jeu sur le nom "Pound / pound", nom propre et monnaie. Comme le souligne Richard Sieburth, la poésie économique et l'économie poétique fusionnent sur la confusion sémantique entre le nom du poète et le nom de l'argent. Onomastique numismatique, donc, selon les mots de Maud Ellman (Ellman, 1987, 156), qui voit l'usure s'appliquer à l'or monétaire et à "l'or poétique" (Laughlin, 1987, 150). Pour Pound, cette attaque du nom par l'usure, cette assimilation du nom à un objet par excellence de la déliquescence provoquée par les juifs, alliée à la confusion sur son prénom biblique, qui le fit souvent prendre pour juif, n'est qu'une preuve de plus du danger juif : détournement du nom, vol de l'identité, pourquoi pas ; toujours est-il que le générique devient imperceptiblement spécifique, motivant un acharnement qui frise parfois la paranoïa. Financièrement, l'usurier empêche l'utilisation de l'argent dans le cycle de production ; culturellement, il arrête le processus de circulation du savoir et interdit la libre évolution de la civilisation, l'émergence des tendances nouvelles, il étouffe les voix de la marge. Ainsi, dans A Guide to Kulchur, on lit : "Usury endows no printing press. Usurers do not desire circulation of knowledge" (62).

  • 5 Voir à ce sujet, Rabaté, 1986, 22.
  • 6 Voir Le Caractère écrit chinois, matériau poétique, 36.

8C'est dans ce glissement, selon nous, que se trouvent les motivations profondes de l'antisémitisme poundien, auquel s'ajoute un deuxième processus : l'opposition, chez Pound, au monothéisme en général, parce qu'il s'exprime, en particulier, par le culte, chez les juifs, du livre révélé. Cette attitude du peuple élu se rattache au processus d'usure, puisqu'il est l'accaparement jaloux d'un trésor à la manière capitaliste5. Les Hébreux, peuple du livre, sont finalement accusés non plus seulement de pervertir la nature transitive de l'argent pour en faire une valeur à thésauriser pour elle-même, mais de pervertir aussi la nature transitive de l'écrit, de le retenir, de l'user, etc. Le texte biblique devient emblématique de tous les textes qui composent la culture mondiale : tous les textes qui entourent le poète sont soumis à cette usure. Cette vision sort du textuel, pour ainsi dire, et se transfère sans plus de procès, chez Pound, au niveau du langage même : parce que les juifs l'utilisent, le langage est gauchi, les mots perdent leur sens vrai, le signifiant voit ses signifiés se rétrécir comme une peau de chagrin, l'univocité frappe — et là Pound oppose les idéogrammes chinois, qui auraient conservé toute leur fraîcheur, le rouge fait de cerise, de soleil, de rouille, de flamant et de rose6 — le poétique qui gît dans le paradigmatique tombe victime de l'entropie généralisée engendrée par l'usure "à la juive". Le seul moyen d'y échapper serait, par conséquent, la quête de signes qui n'ont pas encore fait l'objet d'une telle appropriation par les "juifs" (entre guillemets, car il ne s'agit plus dès lors des adeptes de la religion juive, mais des agents indéterminés d'un mode de possession de type juif), impliquant une tentative d'établir une nouvelle économie du signe : comme le dit Rabaté dans Language, Sex and Ideology in Ezra Pound's Cantos:

A new economy of the sign should bypass conventional rhetorics by replacing metaphors, either too formal or too worn-out, by ploces. The ploce as intensive repetition eradicates the perversion of language which Pound calls metaphoric but is in fact catachrestic — since a catachresis refers to an impropriety of language, especially when a proper term is lacking and has to be supplemented by a tropological denomination [the arm of a chair, e. g.]... The normal tendency of language-use moves towards a loss of differences, a dwindling of energy, entropy finally... Against language as used and abused [through usury], against the erosion of tropes, Pound wishes to promote a new political economy of the sign. (Rabaté, 1986, 181)

9Paradoxe à facettes multiples, donc, dans l'écriture poundienne, et qui se trouve résumé entier dans la problématique antisémite du poète : par refus d'un langage usé, où le mot a perdu son sens premier, par refus de cette "usura", Pound se lance dans la lutte contre le cliché. À l'aide de la répétition intensive (plocé), il tente de rendre aux mots leur puissance originelle et leur polysémie : tout comme "pound" est nom d'homme et monnaie, l'usure est pratique usante de l'objet, quel qu'il soit, et engendrement de l'argent par l'argent ; parce qu'il hait l'usure, Pound hait ceux qui se cachent derrière elle, les juifs au sens premier comme au sens élargi du terme. En révolutionnant l'écriture politique, économique, critique, poétique, etc., Pound s'élève contre le culte du texte clos et intouchable, que pratiquent, notamment, selon lui, les juifs. L'antisémitisme, qui s'exprime par un désir obsessionnel de supprimer les agents de l'entropie générale, se pose dès lors comme issue potentielle ; mais aussi et surtout comme stratégie vouée à l'échec, car il s'inscrit dans le texte sous la forme du cliché honni. Les juifs sont une "hydre" qui dévore tout, "vermine," "microbes," "infection," "peste," les mots ne manquent pas à Pound, tout comme ils ne manquent pas à Céline, à Mosley, à toutes les voix de l'antisémitisme. Et ce sont toujours les mêmes mots, usés, abusés, répétés jusqu'à la nausée... une pratique que Pound dénonçait pourtant. De même, pour oblitérer les textes "usurés" de la culture, Pound ne trouve pas mieux que d'ajouter une couche supplémentaire au palimpseste : dans une mise en scène emphatique du corpus littéraire, Cavalcanti, Dante, les troubadours, etc., comme soudain découverts par la culture occidentale via Pound, devraient dès lors prendre la force de textes neufs traduits, transcrits, interprétés par le poète. Pourtant, la pratique citationnelle de Pound se rapproche étrangement de la pratique talmudique d'un Jerome Rothenberg, juif pseudo-orthodoxe, qui par ailleurs se réclame de Pound. Le texte, biblique ou, plus modestement et plus souvent, un texte emblématique aux yeux du poète, sont au centre. Enfin, les plocés, répétitions à volonté performative aussi (volonté de mettre l'objet sous les yeux du lecteur) définies par Rabaté, peuvent très bien être considérées comme une usure des mots, mots empruntés, qui s'engendrent les uns les autres en cercles infinis, qui se constituent en chaînes topiques, en clichés finalement, pour se développer au sein des Cantos : ainsi, la ponctuation des Cantos par des idéogrammes chinois, dont le sens se perd, pour ne plus donner qu'un rythme au poème, que le dessin d'une spirale où le mot s'unit à son identique. De cette façon, et sans préjuger de la qualité indéniable du travail poétique de Pound, on ne peut que constater l'ironie de ce ressurgissement du cliché au sein même d'une entreprise de déconstruction des clichés : parce que Pound choisit l'arbitraire et l'irrationnel du discours antisémite, il ne parvient pas à empêcher que le cliché fasse retour, dans la mesure où la propagande antisémite est faite de langue de bois et non d'arguments justifiables et justifiés.

10Pour conclure, il faut constater combien la volonté de diviser pensée poétique et idéologie politique est intenable dans le cas de Pound. Nous aurions pu aller plus loin et aborder, suivant en cela Robert Casillo, la question des phobies poundiennes (peur du phallus, peur de la femme, peur de l'inceste, peur de la mort, peur de l'aphasie, etc.) telles que le poète lui-même les subsume sous la catégorie d'une haine unique : l'antisémitisme. Dans un renversement radical, Pound, après avoir déclaré la guerre aux clichés et, cependant, s'être laissé piéger par les clichés de l'antisémitisme, contredisant en cela la finalité même de son travail, chercherait refuge dans le cliché même, tentant désespérément de dissimuler, d'ordonner, de contrôler le chaos psychiatrique en plaquant sur lui un inacceptable somme toute acceptable, un antisémitisme qu'il tente de faire passer pour une déviance anodine et banlieusarde, quand il est, de façon cruciale, violence faite à l'autre, à soi et au verbe. Les ultimes cantos ne sont que "fragments and drafts" et la voix ne tombe plus du haut des "thrones" du passé : aphasique, le poète ne peut qu'énoncer un constat d'échec — fissure, écart, différence insoluble entre travail poétique et travail politique : "I cannot make it cohere" (The Cantos, 810). Quand la logique se rebelle et que le sens s'opacifie, il ne reste plus au poète qu'à "laisser parler le vent."

11"Let the wind speak" (ibid., 816)…

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

a) Oeuvres d'Ezra Pound mentionnées

The Cantos, 1986. Londres : Faber & Faber.

Le Caractère écrit chinois, matériau poétique. Paris : L'Herne (non daté).

Certain Radio Speeches of Ezra Pound: From the Recordings & Transcriptions of his Wartime Broadcasts (Rome, 1941-1943), 1975.

Ed. William Levy. Rotterdam : Cold Turkey Press.

Collected Shorter Poems, 1984. Londres: Faber & Faber.

Ezra Pound Speaking: Radio Speeches of W. W. II, 1978. Ed. Leonard W. Poob. Westport, Ct: Greenwood Press.

A Guide to Kulchur, 1938. New York: New Directions.

Je Rassemble les Membres d'Osiris, 1989. Ed. Bacigalupo, Rabaté, Shapiro. Auch : Tristram.

b) Ouvrages critiques

Casillo, Robert, 1988. The Genealogy of Demons. Anti-Semitism, Fascism and the Myths of Ezra Pound. Evanston, Ill: Northwestern University Press.

Chace, William M, 1973. The Political Identities of Ezra Pound & T. S. Eliot. Stanford: Stanford University Press.

Cornell, Julien, 1967. The Trial of Ezra Pound : A Documented Account of The Treason Case by The Defendant's Lawyer, Julien Cornell. London: Faber & Faber.

Dasenbrock, Reed Way, 1985. The Literary Vorticism of Ezra Pound & Wyndham Lewis: Towards the Condition of Painting. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Davis, Earle Rosco, 1968. Vision Fugitive: Ezra Pound and Economics. Lawrence: University Press of Kansas.

Eder, Doris L, 1984. Three Writers in Exile: Pound, Eliot & Joyce. Troy, N. Y.: Whitston Pub. Co.

Ellman, Maud, 1987. The Poetics of Impersonality: T. S. Eliot & Ezra Pound. Brighton: Harvester.

Heymann, C. David, 1976. Ezra Pound: The Last Rower, A Political Profile. London: Faber & Faber.

Laughlin, James, 1987. Pound as Wuz: Essays & Lectures on Ezra Pound. Saint Paul: Greywolf Press.

Martins, Jose V. de Pina, 1954. Prometheus Bound: Vatican Radio Broadcast on The Case of Ezra Pound. Washington, DC: Library of Congress.

Meacham, Harry M., 1967. The Caged Panther: Ezra Pound at Saint Elizabeth's. New York: Twayne Publishers.

Rabaté, Jean-Michel, 1986. Language, Sexuality and Ideology in Ezra Pound's Cantos. London: Macmillan.

Torrey, E. Fuller, 1984. The Roots of Treason: Ezra Pound & the Secret of St. Elizabeth's. London: Sidgwick & Jackson.

Tytell, John, 1990. Ezra Pound: Le Volcan Solitaire. Paris : Seghers.

c) Articles

Campanaro, G. G., 1987. "Il contributo simultaneista nelle personali coniugazioni di Pound, Eliot, Joyce, Lindsay, Williams, Cummings". Quaderni del Novecento Francese, 10, 263-92.

Gill, Jonathan, 1995. "Fuzz on the Tongue: Pound's Céline". Inédit du Colloque Ezra Pound de Brantôme.

Milesi, Laurent, 1995. "Plus d'usure : Dante, Shakespeare, Pound, Derrida". GRAAT, 13, 205-229.

Reck, Michael, 1968. "A Conversation between Ezra Pound and Allen Ginsberg". Evergreen Review, 55.

Notes

1 Il est intéressant de noter, d ores et déjà, la métaphore du cadavre en putréfaction, appliquée à l'érudition et au savoir, car elle se généralise, dans l'oeuvre de Pound, à tous les domaines touchés par l'usure, c'est-à-dire, selon Pound, par l'action, directe ou indirecte, des juifs.

2 Des cassettes sont disponibles à 1'American Library in Paris.

3 Jonathan Gill (" Fuzz on the Tongue : Pound's Céline ") communiqua sur ce sujet lors du colloque de Brantôme en juillet 1995, soulignant que Pound n'aurait eu accès qu'aux pamphlets de Céline existant en traduction italienne, et 6e tardivement comparé à l'évolution de son propre antisémitisme.

4 Voir Milesi, 1995.

5 Voir à ce sujet, Rabaté, 1986, 22.

6 Voir Le Caractère écrit chinois, matériau poétique, 36.

Auteur

Université de Rennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter