Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fonctions du Cliché : du Banal à la Violence

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Political Correctness, ou les difficultés d'une lutte contre les clichés

Dominique Daniel

Texte intégral

1C'est à la fin des années 1980 que le mouvement "politiquement correct" (Political Correctness ou PC) est apparu sur les campus et chez les intellectuels américains. Son but : combattre la discrimination dont souffrent, selon lui, les "minorités", une appellation générique désignant l'ensemble de ceux qui sont défavorisés dans la société américaine, en raison de leur origine ethnique, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle, voire de leur apparence et de leur santé physique.

2Leur combat est mené sur trois fronts principaux : un élargissement des programmes universitaires, en particulier en histoire et en littérature, pour promouvoir la diversité culturelle des Etats-Unis ; des politiques de traitements préférentiels pour les minorités (tels que quotas d'admission et bourses réservées) ; une réforme du langage courant. C'est cet aspect qui nous intéressera ici, et plus particulièrement la lutte contre les clichés associés aux minorités. A la suite de R. Amossy, j'emploierai ici le terme de cliché au sens d'expressions toutes faites, qui, pour être trop utilisées, sont perçues comme banales ou ressassées (Amossy, 1982, 9). Dans cette optique, les clichés doivent être distingués des lieux communs, qui ne sont pas seulement des faits de langue mais sont plutôt de l'ordre de l'idée, de l'argument ou du sujet de conversation. Ils sont aussi distincts des stéréotypes, qui sont des représentations collectives préconçues et tiennent à la fois du mot et de l'image (Amossy, 1982, 9-10 ; 1991, 9-11).

3Si les PCPs ("Personnes Politiquement Correctes") combattent certains clichés, ce n'est pas parce que ce sont des expressions ressassées, voire vidées de sens, mais parce qu'ils véhiculent et renforcent les lieux communs et les stéréotypes qui font des portraits dévalorisants des minorités. Ces clichés peuvent, selon eux, consolider les préjugés et même provoquer des actes de discrimination. Ainsi, le langage est aujourd'hui aux Etats-Unis un champ de bataille où s'affrontent partisans et adversaires de la Political Correctness. Cette guerre a une dimension théorique (elle se manifeste par de nombreux débats académiques sur les rapports langage/réalité, sur le pouvoir performatif du langage) mais aussi des enjeux très concrets d'ordre politique et social qui confirment que les platitudes ne sont pas innocentes, mais que derrière les clichés se cache peut-être une certaine violence.

L'offensive PC contre la "violence verbale"

4L'offensive PC sur le plan du langage prend de nombreuses formes. Dans les universités, des guides sont diffusés à l'attention de tous les étudiants et du corps professoral, afin d'établir "ce qui se dit et ce qui ne se dit pas". Des dictionnaires sont publiés. Enfin, les journaux donnent des conseils de rédaction et d'expression à leurs journalistes : par exemple, le Los Angeles Times a distribué à son personnel des Guidelines on Ethnic and Racial Identification.

5Le but est toujours d'éviter tous les propos susceptibles d'offenser les minorités. Par exemple, sont rejetées toutes les expressions attribuant une valeur négative aux adjectifs black et dark, telles que black-hearted, a black future, a dark mood, a dark horse, black sheep (Beard et Cerf, 1992, 111). Le mot black lui-même est discrédité car "the symbolism of white as positive and black as negative is pervasive in our culture" (Beard et Cerf, 1992, 4). Naturellement, le même interdit frappe white, en particulier dans des expressions comme two blacks don't make a white.

6Les clichés sexistes sont aussi mal venus, tels que pretty as a doll, a damsel in distress, ou même little girl. Citons encore pêle-mêle : the discovery of the New World (qui implique que les civilisations indigènes du continent nord-américain ne comptent pas), les expressions familières désignant les obèses (broad in the beam, full-figured, generously proportioned), des formules négatives comme confined to a wheelchair.

7Mais le discrédit est aussi jeté sur les expressions qui renvoient implicitement à un groupe minoritaire précis, même si elles ne sont pas en elles-mêmes péjoratives, simplement parce qu'elles décrivent des activités stéréotypiques : to bury the hatchet, to beat the drums. Jusqu'aux stéréotypes positifs sont suspects : ainsi l'association des journalistes asiatiques-américains a condamné l'usage du cliché model minority et des formules employant des adjectifs comme industrious, reserved, smiling, serene. Ce n'est donc pas seulement le péjoratif, mais le cliché parce qu'il est cliché, que le mouvement PC combat. Ce dernier s'inscrit clairement dans une démarche de démythification de schèmes collectifs figés tels qu'ils s'expriment par des "mots-étiquettes". Généralisateurs et invariants, les clichés ne respectent pas la réalité dans sa diversité et ses fluctuations. Inversement, les PCPs prônent la reconnaissance et le respect des "différences", et cherchent à promouvoir le multi-culturalisme dans tous les domaines.

8Sur le plan du langage, ce combat anti-cliché est souvent associé à un souci poussé de la précision : selon le guide du Los Angeles Times, il faut préférer aux appellations générales de Asian-American, native American, Hispanic, etc., le nom du groupe ethnique précis — jusqu'aux Aleuts, Inupats et Yupiks. En somme, le signifiant doit "coller" au signifié, le vocabulaire à l'identité autant que possible. Le guide du Los Angeles Times va même jusqu'à recommander de prendre en compte les sensibilités personnelles : le journaliste doit demander aux individus concernés la façon dont ils préfèrent être désignés, car un terme donné peut être acceptable pour certains mais pas pour d'autres membres du même groupe ethnique.

9Paradoxalement, cependant, les PCPs ont fréquemment recours aux euphémismes : dans l'ignorance des opinions particulières de l'intéressé, l'emploi de termes vagues, aux contours peu nets, évite l'enfermement par des "étiquettes" et garantit le respect de son identité (a non-white person).

10Fondamentalement, c'est une forme de violence que dénonce le mouvement PC : la violence que l'expression figée inflige symboliquement à l'être ou à la chose exprimée dans sa singularité. De nouveaux concepts viennent expliciter cette violence, tel celui de lookism, qui désigne l'oppression par stéréotypisation et généralisation à partir de l'apparence physique. En fait, toute généralisation est oppression et fait violence, au sens défini par Yves Michaud :

Il y a violence quand, dans une situation d'interaction, un ou plusieurs acteurs agissent de manière directe ou indirecte... en portant atteinte à un ou plusieurs autres à des degrés variables, soit dans leur intégrité physique ou morale... soit dans leurs participations symboliques et culturelles. (Michaud, 1986, 7)

11Cette définition a le mérite de s'étendre au-delà de la définition classique d'actes de violence pour englober des états de violence plus insidieux : elle rend compte de la distribution temporelle de la violence — ponctuelle ou durable — et des différentes sortes d'atteinte possibles, non seulement aux personnes et aux biens physiques mais aussi aux appartenances culturelles. Surtout, elle permet de prendre en compte le caractère complexe des situations d'interaction dans l'ensemble de la société, où la cohabitation entre de multiples individus et groupes distincts est en ellemême source d'une certaine violence.

12A cet égard, l'analyse du philosophe Roger Dadoun sur la violence en société est particulièrement éclairante. Il constate d'abord : "La violence est toujours violence de l'autre — c'est ainsi que l'on perçoit les choses communément". Il analyse ensuite les rapports sociaux en termes que les PCPs, dans une perspective sociologique et politique, ne renieraient pas :

L'autre m'occupe... il m'implique en lui... Il me tourne et me retourne à l'intérieur de lui-même, pour me renvoyer à la face une image de moi que je ne connais pas et qu'il me plaque. (Dadoun, 1993, 45)

13Dadoun rappelle que l'identité sociale est une construction de pièces diverses, parmi lesquelles le regard et les mots de l'autre sont déterminants. Cette altérité fait violence "en tant qu'elle cherche à m'identifier, qu'elle ronge ou bricole mon identité" (Dadoun, 1993, 47). Or, les clichés sont des instruments capitaux de cette identité plaquée : ils constituent la parole commune par excellence (Amossy, 1982, 10), "la parole nivelante de l'Autre" (8).

  • 1 Les intellectuels PC tels que Stanley Fish affirment que, dans la mesure où la réalité ne peut être (...)

14Les PCPs sont d'autant plus sensibles à cette menace qu'ils s'inspirent de théories post-modernistes du langage : celui-ci ne serait pas un simple mécanisme pour décrire, véhiculer, capturer la réalité, mais bien une construction sociale, donc imprégnée de valeurs particulières ; en conséquence, toute prise de parole est une prise de positions, ou, en termes PC, "tout est politique" dans une société perçue comme un espace de tensions permanentes entre ses divers membres1. Tout serait donc une question de point de vue.

L'engagement PC : de la relativité de toute chose...

15On peut dès lors se demander quel est exactement ce "point de vue" PC. En fait, "l'Autre", pour un PCP, c'est l'ensemble des hommes blancs d'origine européenne (male WASPs) ; la société se divise entre les "dominants" (mainstream) et les dominés, c'est-à-dire les ethnies de couleur, les femmes mais aussi les homosexuels, les handicapés, etc. Les premiers détiennent depuis toujours le pouvoir politique, économique et culturel et imposent leurs normes à l'ensemble de la communauté. C'est pourquoi le PCP condamne l'"eurocentrisme" des Américains, qu'il définit ainsi :

the view that Europe was the focal point of human history, and that, as a result, white-male-heterosexual-dominated "Western" culture is somehow superior to all other ways of life and deserves to hold a privileged place in society. (Beard et Cerf, 1992, 21)

16Les PCPs accusent donc l'élite blanche américaine (power elite) d'avoir systématiquement nié la validité — et même le droit à exister — de toute culture "américaine" autre que la leur.

17C'est pourquoi ces personnes sont particulièrement sensibles aux clichés et aux stéréotypes à l'égard des minorités : la distance que leur militantisme leur fait prendre par rapport à la culture dominante est précisément ce qui leur permet de repérer et d'identifier les expressions figées. En effet, comme le dit Amossy, il n'y a pas de cliché en soi, mais seulement par l'appréciation d'une itération dévalorisante qu'une personne porte en se démarquant du discours commun. En raison de cette secondarité, les clichés paraissent aux PCPs les signes insupportables de l'eurocentrisme honni : "Si certaines expressions parviennent à s'imposer et à devenir monnaie courante, c'est parce qu'elles disent à leur manière les valeurs du contexte socio-culturel au sein duquel elles s'inscrivent" (Amossy, 1982, 17).

18Empli de clichés, le langage dominant scandalise les PCPs parce qu'il exprime des normes qu'elles rejettent et transgresse de ce fait les normes "alternatives" dans lesquelles elles se reconnaissent : celles de respect et d'affirmation des différences dans la perspective multiculturelle. En d'autres termes, les minorités, conscientes d'avoir été "catégorisées", cherchent à se réapproprier le discours sur elles-mêmes dans le cadre d'une quête identitaire.

19Identifier un cliché, y percevoir une violence anti-minoritaire, constitue donc une entreprise relative ou subjective qui s'expose au doute, à la critique d'autres membres de la société ne partageant pas les mêmes valeurs. Une personne PC peut dénoncer comme violence verbale un cliché qui paraîtra anodin à un autre Américain.

  • 2 On peut rapprocher cela de la polémique qui a eu lieu récemment en France à propos de la confiserie (...)

20Par conséquent, l'entreprise PC souffre d'un certain flou : dans cet espace fluctuant de la subjectivité s'investit une sensibilité PC qui peut aisément tourner à la sensiblerie, ou être jugée comme telle. Ce ne sont pas seulement les clichés mais toutes les manifestations langagières qui sont soupçonnées. Ainsi, les PCPs s'offusquent de certaines expressions en vertu de leur seule origine, qu'elles réactivent alors qu'elle s'était depuis longtemps effacée derrière l'arbitraire du signe : c'est le cas des expressions formées avec le mot Dutch, comme Dutch treat, to go Dutch, ou Dutch courage, qui reflétaient à l'origine l'hostilité des colons britanniques du Nouveau Monde envers leurs rivaux néerlandais. Il semble aujourd'hui aux oreilles PC que Dutch treat insinue que les Hollandais sont mesquins2.

  • 3 Il paraît étrange que personne ne se soit encore attaqué aux "nègres en chemise" et aux "esquimaux" (...)

21Il s'agit là d'un processus classique : les clichés sont "colorés", contaminés par les schémas de pensée, les valeurs de la société et de l'époque dans lesquelles ils sont nés — si bien que dans le contexte actuel, de telles formules peuvent nous apparaître comme les témoins d'un passé raciste intolérable. La violence se trouve donc non pas dans l'expression même, mais dans le décalage entre le contexte social, politique et culturel d'origine et notre cadre référentiel propre. On comprend que certaines personnes, moins sensibles au poids idéologique ou ne partageant pas les mêmes normes, accusent les adeptes PC de paranoia !3

22Mais le mouvement PC va encore plus loin, en affirmant que le langage véhicule inconsciemment des schémas de pensée racistes — d'où l'offensive contre Blanche Neige/Snow White mais aussi contre black/white coffee, et les sauces à salade de type French/Russian/Italian dressing, qui manifestent symboliquement la prééminence eurocentrique (Beard et Cerf, 1992, 101). Enfin, certains extrémistes PC voient des étymologies offensantes dans un certain nombre de termes tels que history, denigrate ou emancipation. En somme, si l'Américain moyen n'a pas conscience des valeurs anti-minoritaires qui imprègnent le langage courant, le mouvement PC se fait fort de réveiller cette conscience en lui apportant un regard extérieur.

Les limites de l'entreprise PC

23Avec de telles ambitions, le mouvement PC a suscité un large débat dans les milieux intellectuels d'abord, puis sur la scène politique.

  • 4 Ces critiques s'inscrivent souvent dans le débat suscité par le courant déconstructionniste, accusé (...)
  • 5 Pour plus de détails, voir Marcus, 1993, 633.

24Les critiques portent en premier lieu sur l'importance même que les PCPs accordent au langage4. En effet, leurs activités sont souvent jugées à la fois excessives et dérisoires : excessives parce qu'affabulatrices (les exemples ci-dessus sont fréquemment repris par ces critiques), et dérisoires parce qu'elles accordent la priorité à la réforme de mots plutôt qu'à celle de la situation socio-économique réelle des minorités. Quelle importance peuvent bien avoir les clichés autour du mot black au moment où les conditions de vie de nombreux Noirs se dégradent, où les immigrants sans ressources et souvent clandestins affluent, où les prestations sociales sont menacées et où le développement de la criminalité fait de plus en plus de victimes chez ces populations défavorisées ? Cela revient à changer le nom du navire au moment où celui-ci coule5.

25Mais les efforts PC ne sont pas seulement dérisoires : ils sont dangereux, car ils détournent l'attention et l'énergie des vrais problèmes de fond — c'est là ce que pensent nombre d'intellectuels et hommes politiques, de droite comme de gauche.

26Ces critiques sont souvent étayées par une interprétation des origines du mouvement PC qui en limite singulièrement la portée : il ne ferait que transposer dans le domaine langagier un militantisme de gauche qui fut actif dans les années 1960 mais qui n'a pu s'affirmer et s'accomplir dans le champ économique, social et politique à l'ère des présidents Reagan et Bush. Avec des gouvernements réticents et une majorité d'électeurs davantage soucieuse de limiter ses impôts que de financer des réformes sociales, la gauche se serait retrouvée dans une impasse. Son intérêt soudain pour les problèmes de langue ne serait donc en fait qu'un pis-aller et un signe d'impuissance.

27A toutes ces critiques les PCPs répondent qu'il ne faut pas sousestimer l'importance du langage, en particulier des "étiquettes" sous forme de clichés. Et de rappeler la logique qui anime leur mouvement, que nous avons décrite au début : les clichés véhiculent des stéréotypes, reflètent des préjugés et peuvent susciter ou renforcer la discrimination. Les adeptes du mouvement estiment plus important de s'attaquer, par l'intermédiaire des mots, aux schémas de pensée où sont enracinés les préjugés de toutes sortes, que de militer pour obtenir des réformes légales. Selon eux, les effets décevants des grandes lois sociales adoptées depuis 1964 à l'époque du mouvement pour les droits civiques s'expliquent par le fait que ces réformes institutionnelles ne peuvent pas être efficaces tant que les mentalités n'ont pas changé, que les préjugés n'ont pas disparu. D'où l'importance de l'offensive PC en matière de clichés.

28Cette importance apparaît encore plus clairement lorsqu'on rappelle ce que George Orwell avait déjà fort bien exprimé : les régimes totalitaires se caractérisent par une orthodoxie du langage et l'incapacité des citoyens à repérer les schèmes collectifs figés ainsi diffusés. Inversement, "la capacité à maintenir en éveil son esprit critique et à soumettre au libre examen les images diffusées par le pouvoir serait alors l'apanage des tenants de la démocratie" (Amossy, 1991, 42-44).

29Dans cette perspective, la stratégie du mouvement PC, qui se veut un défenseur des droits de l'homme et des peuples, paraît fondée : combattre pour une conscience du cliché, c'est combattre "tout ce qui s'oppose à l'originalité, la liberté de penser".

30Cependant, d'autres critiques mettent en évidence les limites d'un combat langagier.

31Le parti-pris PC n'est pas sans danger, dans la mesure où la lutte contre le langage s'opère à travers le langage. Non seulement les expressions offensantes sont dénoncées mais d'autres, politiquement correctes, viennent les remplacer : people of color/people of noncolor, ice/sun persons, significant other (époux), person of size (obèse), client of the correctional system (détenu), etc. Des speech codes et des dictionnaires compilent ce nouveau vocabulaire.

  • 6 On cite de nombreux exemples d'enseignants, de chercheurs et de journalistes accusés d'être politiq (...)
  • 7 A cela, les intellectuels PC répliquent qu'il ne peut pas y avoir de parole libre, car elle véhicul (...)
  • 8 Elle l'est si totalement qu'elle prime parfois sur le contenu du discours incriminé : même une pers (...)

32Cela a deux conséquences majeures. D'une part, la parole sur les campus et dans les médias se trouve surveillée et policée, amenant certains critiques à parler de censure et même de McCarthysme de gauche6. On y voit une violation du Premier Amendement de la Constitution garantissant la liberté de parole, qui est pratiquement sacré aux yeux des Américains7. Quoi qu'il en soit, le mouvement PC ne peut pas surmonter la contradiction inhérente à sa démarche : alors qu'il se veut initialement le défenseur de l'expression individuelle créative contre un discours collectif tyrannique et appauvrissant, les speech codes qu'il établit cherchent à la réglementer et à la limiter de façon tatillonne. L'absence d'humour qui caractérise la plupart des PCPs est révélatrice : toute plaisanterie sur des sujets sensibles est mal prise, comme si les clichés anti-minoritaires ne pouvaient être utilisés au second degré. Le mouvement en vient à établir une nouvelle orthodoxie qui voit dans l'humour, c'est-à-dire une manifestation originale personnelle, une forme de déviance. La chasse aux clichés devient obsessionnelle8. Le mouvement semble se raidir, se rigidifier autour de ses obsessions.

33La nouvelle langue PC n'échappe d'ailleurs pas à ce processus — et c'est la deuxième conséquence significative des speech codes : les Américains y repèrent facilement des clichés. Parmi les plus connus citons Dead White Males, the racist oppressors, vertically challenged, to know is to fuck. On ridiculise cette langue PC, on la parodie, on fait des caricatures de ses adeptes (Marcus, 1993, 635).

34Evidemment, les adversaires de la démarche PC ont rapidement mis en évidence ses contradictions. Selon R. Burstein, "language is used as a form of incantation". Il ajoute : "Left-wing journalists, quick enough to charge other people with racial stereotyping, riddle their own prose with PC stereotypes and clichés" (Burstein, 1993, 532).

35Pierre Barbéris, dans son introduction à un récent ouvrage sur le stéréotype, nous rappelle que tout langage a une tendance stéréotypifiante :

La mise en cause ou la mise à mort du stéréotype ne génère pas un discours désormais indemne de tout pouvoir de stéréotypification. Elle fait deviner, éprouver, découvrir que tout discours vit de stéréotypifications renaissantes et qui collent à la peau du fait même de discourir. (Goulet, 1994, 11)

36Les PCPs découvrent donc à leurs dépens que le contrestéréotype devient lui-même stéréotype. Certaines d'entre elles se sont mises à critiquer la langue PC même, où elles perçoivent des clichés : ainsi, person of color n'est plus satisfaisant à leurs yeux dans la mesure où "it obscures diversity and specificity and lumps all racial and ethnic groups together, thus facilitating the tendency in language to universalize" (Beard et Cerf, 1992, 47). Puisque tous les mots sont suspects et que le "clichage" menace sans répit, la quête PC est sans fin. Le raidissement du mouvement semble indiquer qu'il ne peut ou ne veut pas l'accepter.

  • 9 Pour plus de détails, voir Boldner, 1993, 259-276.

37Sur le plan légal, il est clair que le mouvement PC s'expose à des défaites : poursuivis en justice, les auteurs de certains speech codes se sont vus condamner par la Cour Suprême. Traditionnellement, les tribunaux américains invoquent le Premier Amendement même dans le cas de paroles qui, dans la plupart des autres démocraties, tomberaient sous le coup de lois contre l'incitation à la haine raciale ou à la violence9. Mais, ce qui est plus grave, le mouvement PC contient en lui-même la source de son échec : il est victime du phénomène contre lequel il s'est élevé initialement — tel une hydre, le cliché renaît perpétuellement...

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Amossy, Ruth et Elisheva Rosen, 1982. Les Discours du cliché. Paris : CDU-SEDES.

—, 1991. Les Idées reçues : sémiologie du stéréotype. Paris : Nathan.

Beard, Henry et Christopher Cerf, 1992. The Official Politically Correct Dictionary and Handbook. London : Harper Collins.

Boldner, James. "The Discordant Voices of the Politically Correct". Voix et Langages aux Etats-Unis (actes du colloque du GRENA, 26-28 mars 1993) : 258-276.

Burstein, R, 1993. "Dumbocracy in America". Partisan Review, Fall, 526-534.

Choi, Jung Min, 1992. The Politics and Philosophy of Political Correctness. Wesport, Ct : Praeger.

Dadoun, Roger, 1993. La Violence : essai sur "l'homo violens". Paris : Hatier, coll. Optiques Philosophie.

Fish, Stanley, 1993. "There's no such thing as free speech and it's a good thing too". In Are You Politically Correct ? Debating America's Cultural Standards. Eds. Francis J. Beckwith et Michael E. Bauman. Buffalo, NY : Prometheus Bks, 43-55.

Goulet, Alain, dir., 1994. Le Stéréotype : crise et transformations. Intro. Pierre Barbéris. Actes du colloque de Cérisy-la-Salle. 7-10 octobre 1993. Caen : Presses Universitaires de Caen.

Loury, Glenn C, 1993. "Self Censorship". Partisan Review, Fall, 608-620.

Marcus, Steven, 1993. "Soft Totalitarianism". Partisan Review, Fall, 629-638.

Michaud, Yves, 1986. La Violence. Paris : PUF (Que Sais-Je ?).

Notes

1 Les intellectuels PC tels que Stanley Fish affirment que, dans la mesure où la réalité ne peut être appréhendée que par la médiation du langage, tout savoir est "corrompu" par le langage et ne peut qu'être interprétation. Les universités, ces soi-disant bastions du savoir ne seraient donc que des forums d'expression politique ; dominées par le point de vue eurocentrique, elles sont devenues un lieu d'affrontement privilégié depuis que les minorités ont pris conscience que "to know is to fuck" (toute connaissance est, en soi, une violation des droits des minorités). En conséquence, le langage est un enjeu de pouvoir déterminant. Pour une discussion détaillée, voir Fish, 1993, 43-55 et Choi, 1992, 63.

2 On peut rapprocher cela de la polémique qui a eu lieu récemment en France à propos de la confiserie appelée "tête de nègre", dénoncée par la cliente d'un supermarché qui venait de la découvrir dans un rayon...

3 Il paraît étrange que personne ne se soit encore attaqué aux "nègres en chemise" et aux "esquimaux". Aux Etats-Unis, c'est chose faite : le terme de Eskimo pie est politiquement incorrect.

4 Ces critiques s'inscrivent souvent dans le débat suscité par le courant déconstructionniste, accusé de scepticisme radical, de nihilisme et d'anarchie pour avoir nié l'existence du savoir et de la vérité et affirmé que tout est politique (Choi, 1992, 96-97).

5 Pour plus de détails, voir Marcus, 1993, 633.

6 On cite de nombreux exemples d'enseignants, de chercheurs et de journalistes accusés d'être politiquement incorrects, et contraints de modifier leurs discours et leurs écrits ou d'y renoncer.

7 A cela, les intellectuels PC répliquent qu'il ne peut pas y avoir de parole libre, car elle véhicule des valeurs de son contexte social et politique. Selon S. Fish, on ne peut pas défendre la liberté de parole en soi : si les conservateurs accusent les PCPs de violer le Premier Amendement, c'est qu'ils veulent défendre leurs propres valeurs, menacées par les initiatives PC. Fish ajoute que tout langage est une forme de censure : en posant ses propres valeurs, on s'oppose à celles d'autres personnes. Entre deux formes de censure, il est donc préférable d'adopter celle qui combat les discours racistes et sexistes grâce à un langage qui prône des valeurs de diversité et de tolérance (Fish, 1993, 54).

8 Elle l'est si totalement qu'elle prime parfois sur le contenu du discours incriminé : même une personne connue pour ses sympathies multi-culturalistes peut se faire accuser de racisme si elle emploie des expressions tabous ou simplement douteuses dans une blague (voir Loury, 1993,612).

9 Pour plus de détails, voir Boldner, 1993, 259-276.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter