Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fonctions du Cliché : du Banal à la Violence

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Clichés et pathos : l'instigation à la violence

Ruth Amossy

Texte intégral

1Grosso modo le discours, et le stéréotype qui en relève, peut nouer trois types de rapport à la violence :

  1. Il peut constituer l'acte de langage par lequel la violence advient. Ainsi dans des propos injurieux ou dans une dispute, il est, ou plutôt fait violence.
  2. Il peut contribuer à la représentation de la violence. Dans une description de rixe ou de bataille, par exemple, il travaille à la dire et à la figurer.
  3. Enfin, il peut se proposer d'inciter à la violence.

2C'est de ce troisième cas que traite mon propos. S'inscrivant dans le cadre des études sur l'argumentation, il analyse un discours persuasif qui entend agir sur les esprits pour les pousser à adopter un certain comportement. Dans l'incitation à la violence, il s'agit de disposer l'auditoire de telle façon, que le recours à la force brute lui semble légitime aussi bien que désirable. Il n'est pas question ici d'injonction ou d'appel à la violence du style "Mort à...", mais d'un discours élaboré, qui tente à la fois de faire adhérer le public à la nécessité ou au bien-fondé de la violence, et à susciter en lui le désir d'y recourir.

3C'est dire que l'argumentation est ici comprise dans un sens particulier qui pourrait sembler au premier abord dépasser ses limites ordinaires. Elle inclut en effet l'adhésion affective aussi bien que rationnelle : éveiller les passions importe autant qu'obtenir l'assentiment de la raison. Une telle prise en compte du sentiment dans l'argumentation est-elle justifiée, et si oui, sur quelles bases ? Aristote, qui consacre le livre II de sa Rhétorique aux passions, considère que,

la Rhétorique est instituée pour porter l'Auditeur à donner son jugement sur ce qui lui est proposé... ; pour cela il sera nécessaire que l'Orateur, non seulement ait soin d'apporter de bonnes raisons et de prouver ce qu'il dit, mais aussi de donner une bonne opinion de lui en parlant ; et de plus de gagner l'esprit de ses Juges et de les faire tourner de son côté. Car en matière de persuasion il est très important... de disposer et préparer les esprits d'une certaine manière. (Aristote, 1989, 8)

4Le pathos occupe donc, de même d'ailleurs que Y ethos, une place de choix dans la rhétorique telle que la conçoit Aristote. Dans Rhétorique et Littérature, Aron Kibédi-Varga rappelle qu'il en va de même dans les divers traités qui s'écrivent en France dans le courant du 17e et du 18e siècles, comme ceux de Bary (1669), Crevier (1765), Gibert (1730). On voit ainsi Gibert demander que l'on ajoute à la conviction, ou "assujettissement de l'esprit à une vérité ", la persuasion, ou "assujettissement efficace de la volonté à l'amour ou à la haine d'une action" car "l'esprit peut être assujetti à une vérité par les raisons les plus claires, sans qu'il y ait encore une vraie persuasion (Kibédi-Varga, 1970, 34). L'opposition bien connue entre convaincre et persuader recoupe à l'âge classique celle de la raison et du coeur. Evoquant la tradition qui "préfère le rationnel à l'irrationnel, l'appel à la raison à l'appel à la volonté", Perelman et Olbrechts-Tyteca rappellent, entre autres, les positions de Pascal et de Kant. Les Rhétoriques de l'époque prennent en compte la suprématie de la rationalité et la dévalorisation subséquente des passions qui, "par leur nature sont bien plus aptes à aveugler qu à éclairer". L'auteur de cette formule, Crevier, n'en choisit pas moins de suivre l'exemple d'Aristote, en intégrant dans son ouvrage des considérations sur les passions.

5La restriction progressive de la rhétorique à l'elocutio et l'évacuation de Yinventio ont inévitablement fait tomber en désuétude la question de la pertinence des passions. Elle s'est toutefois reposée dans la nouvelle rhétorique de Chaim Perelman qui, tout en s'efforçant de dépasser la dichotomie de la conviction et de la persuasion, n'en privilégie pas moins la rationalité au détriment des passions. Sans doute Perelman refuse-t-il "un rationalisme étroit" qui, trop exigeant sur les preuves, rabaisse au rang de suggestion tout ce qui ne répond pas aux critères de la logique formelle. En adoptant ce point de vue on risque, selon Perelman, de soustraire au champ de la rationalité tous les choix et comportements qu'exige la vie en société : "L'impasse est d'enlever à l'action fondée sur le choix toute justification rationnelle, et de rendre par là absurde l'exercice de la liberté humaine" (Perelman, 1970, 59). C est dans ce cadre que le philosophe choisit d'élaborer une théorie de l'argumentation qui présente une grande "diversité de procédés de preuve" (Lempereur, 1991, 123), et qu'il définit comme "l'étude des techniques discursives permettant de provoquer ou d'accroître l'adhésion des esprits aux thèses qu'on présente à leur assentiment" (Perelman, 1970, 5)· Ayant ainsi étendu le champ de la rationalité, il en évacue cependant l'émotif à proprement parler en écartant le livre II de la Rhétorique aristotélicienne. "N'oublions pas, écrit-il à ce propos, que certains chapitres de sa Rhétorique appartiendraient nettement, aujourd'hui, au domaine de la psychologie" (Perelman, 1970, 130).

6Il faudra attendre les travaux de Michel Meyer (qui fut, par ailleurs, élève de Perelman), pour que les passions retrouvent dans la rhétorique la place qu'elles occupaient dans l'Antiquité. "Pouvoir bien argumenter, souligne Meyer dans sa préface à Aristote, donc convaincre, suppose que l'on connaisse ce qui met en branle le sujet auquel on s'adresse, c'est-à-dire ce qui le meut, ou plus exactement l'émeut" (Meyer, 1989, 32). Résumant les quatorze passions que répertorie et commente le Stagirite, il conclut :

Tout ceci n'est bien sûr qu'hypothèse, parce qu'interprétation. Ce qui compte est de voir le rôle de la passionnalité dans la relation rhétorique, laquelle cherche à influencer, donc à modifier l'état d'âme du récepteur. (Meyer, 1989, 36)

7Parallèlement à cette réhabilitation des passions, certains courants aux Etats-Unis s'opposent de nos jours à la condamnation de l'émotion dans la pratique argumentative et tentent de poser la légitimité du recours à l'affectif, généralement relégué au rang de paralogisme. Ainsi se dessine une défense du rôle de l'affect qui invite à le prendre en compte dans le discours persuasif.

8Comment interfèrent la raison et la passion dans l'art de persuader ? Il paraît impossible d'analyser l'incitation à la violence sans aborder cette question. Je voudrais l'examiner à partir des stéréotypies discursives qui me semblent l'un des lieux où s'articulent, dans la rhétorique, le rationnel et l'émotionnel, le raisonnement logique et l'adhésion affective. Je vais donc, en un premier temps, examiner le rôle des stéréotypes dans le discours argumentatif pour montrer ensuite comment ce que Perelman renvoyait à la psychologie peut, en réalité, s'intégrer dans un modèle de l'argumentation.

9Partons donc de celui que propose la nouvelle rhétorique. Selon Perelman, l'orateur qui veut faire adhérer à sa thèse doit s'adapter au public dont il recherche l'attention et l'assentiment. Aussi doit-il s'en faire une image qui guidera ses propos, et évaluer les objets d'accord sur lesquels il peut miser. Il doit d'abord partir de prémisses entérinées sous peine de faire une pétition de principes. Il doit ensuite transférer sur ses conclusions l'accord donné aux prémisses à travers un discours qui s'appuie sur les lieux communs partagés par la communauté. Perelman passe en revue les différents objets d'accord qu'il range sous les rubriques des faits et vérités, des présomptions, des valeurs, des hiérarchies et des lieux communs. Il en ressort que l'orateur s'appuie nécessairement sur un savoir de sens commun auquel l'auditeur peut adhérer, et sur la base duquel s'édifie le développement argumentatif. C'est dans ce sens que les stéréotypes, en prise sur les croyances et la doxa de l'auditoire, jouent un rôle fondateur dans le discours argumentatif.

10Or ce dernier est, toujours selon Perelman, tourné vers l'avenir et "se propose de provoquer une action ou d'y préparer, en agissant par des moyens discursifs sur l'esprit des auditeurs" (Perelman, 1970, 59) : "l'argumentation efficace, est celle qui réussit à accroître cette intensité d'adhésion de façon à déclencher chez les auditeurs l'action envisagée (action positive ou abstention), ou du moins à créer, chez eux, une disposition à l'action, qui se manifestera au moment opportun" (ibid). En d'autres termes, l'argumentation ne cherche pas seulement à obtenir un assentiment de principe à une thèse donnée, elle intervient dans notre vécu en influant sur nos choix et nos comportements. Au-delà des opinions, elle crée des dispositions à agir ; en d'autres termes, elle modèle des attitudes.

11Quelle est la part de l'affectivité, dont la nouvelle rhétorique refuse de tenir compte, dans le processus argumentatif qui débouche sur des attitudes et des comportements ? Est-il possible, est-il souhaitable de construire un modèle qui fasse totalement l'économie des passions ? Et que peut nous apprendre à ce sujet la stéréotypie discursive qui fournit ses assises à l'argumentation ? Je voudrais explorer ces questions à partir de l'exemple des discours revanchards du début de siècle, qui cherchent à persuader les Français de la nécessité de combattre l'Allemagne et de récupérer les provinces perdues. Je prendrai tout d'abord un bref extrait de l'introduction de René Henry, professeur à l'Ecole des Sciences Politiques, à une thèse sur la question de l'Alsace-Lorraine publiée en 1912 (Girardet, 1983, 233-4 ; voir notre Annexe 1).

12Dans ce texte l'incitation à la guerre est indirecte, bien que très présente. Elle revêt l'aspect d'une analyse politique qui débouche sur un constat : "Les chocs allemands sont en train de refaire la France", le danger allemand provoque le "ralliement français" — ralliement étant à entendre ici au sens militaire premier de regroupement de soldats ou de troupes. Il ne s'agit pas cependant de la description d'un simple état de fait, mais d'un appel à la réaction patriotique et militaire qu'exige la menace allemande. Je voudrais examiner comment fonctionnent les stéréotypes reliés à l'Allemagne dans ce plaidoyer en faveur de la thèse belliciste.

13Je ne m'attache ici qu'aux phénomènes de stéréotypie qui relèvent de la doxa, c'est-à-dire qui présentent sous une forme figée les idées reçues et les croyances partagées de la communauté. Sont pris en ligne de compte :

  1. Les stéréotypes à proprement parler, ou schèmes collectifs figés qui assignent de façon schématique un ensemble de traits généraux à tous les individus appartenant à un même groupe, ou à ce groupe comme tel — par exemple la représentation collective constituée par l'image simplifiée de l'Allemagne (Amossy, 1991, 27 ; Willems, 1970, 277).
  2. Les idées reçues procédant du discours des majorités, "associations figées dans l'opinion commune" qui circulent comme telles (Herschberg-Pierrot, 1988, 29). Par exemple : la puissance germanique représente un terrible danger pour la France.
  3. Les clichés qui sont des figures de style usées, unités lexicalement remplies et figées qui "disent à leur manière les valeurs du contexte socio-culturel" dont elles participent. Par exemple : l'Allemagne comme "carnivore qui rôde" (Riffaterre, 1971, 162 ; Amossy et Rosen, 1982).

14Le texte, qui module emphatiquement le mot "Allemagne" en ajoutant chaque fois une touche nouvelle à son évocation semble au premier abord une synthèse de la situation politique, fondée sur des faits établis. Il rappelle les tentatives d'implantation de l'Allemagne au Maroc en rivalité avec la France, sa menace de guerre au moment du coup d'Agadir, sa politique de propagande dans le monde musulman colonisé, sa politique agressive d'armement (les fameux cuirassés) et la présence de sa puissance militaire dans la zone de la Méditérranée — en bref, ses tentatives d'expansion et de domination dans une partie du monde où elle menace les acquis et les intérêts français. Le discours de l'historien semble donc prendre appui sur une analyse factuelle du rôle de l'Allemagne outre-mer, qui s'ajoute au rappel de la situation créée en Alsace-Lorraine à la suite de la défaite de 1870. Telle est la dimension qui se veut purement "scientifique" de la démonstration : l'accumulation des faits sur la politique actuelle de l'Allemagne montre que "le danger allemand est pour nous continental, maritime, colonial, économique aussi".

15Cependant, le texte esquisse une représentation de l'Allemagne qui déborde cette présentation des faits, et qui correspond à l'image circulant à l'époque dans les discours les plus divers. Il permet au lecteur français de reconstuire un schème collectif figé qui lui est familier, et cela à partir des éléments mêmes qui constituent l'analyse politique factuelle. Si on utilise ici la méthode attributive, on retrouve autour du thème — l'Allemagne d'aujourd'hui — un ensemble de qualificatifs qui sont : expansionniste, envahissant (envahisseur), puissant, militariste, fauteur de troubles, malveillant, agressif, belliqueux, méprisant. On rejoint là un stéréotype courant dans la littérature revancharde d'après 1870, où :

à l'image du "bon Allemand" naïf, bonhomme, artiste ou philosophe si souvent présentée dans la période précédente, semble s'être définitivement substituée celle du barbare, du Germain des grandes invasions, animé de la joie sauvage de nuire et de détruire. (Girardet, 1983, 49)

16A cela s'ajoute l'utilisation de clichés, ou figures lexicalisées et figées, qui renforcent la représentation menaçante en la concrétisant dans des images familières. L'Allemagne est comparée à un "carnivore" qui "rôde", elle est une "tenaille" qui tient la France entre ses deux "mâchoires". Elle veut dévorer et broyer. L'expression usée, comme l'a bien montré Riffaterre, ne perd rien de son effet ni de son impact. Stéréotypes et clichés s'appuient, par ailleurs, sur une idée reçue de l'époque, le danger que l'Allemagne en plein essor économique, militaire et colonial, représente pour la France.

17Examinons à présent quel est l'impact de la stéréotypie dans ce texte. L'orateur fonde son accord avec l'auditoire à la fois sur des faits et sur des lieux communs — ici définis comme les idées, images et représentations communes à la collectivité. L'adhésion donnée aux prémisses est ensuite transférée à la conclusion. On passe ainsi de la menace que fait peser l'Allemagne à la prise de conscience du danger : "Les masses françaises sentent enfin le péril" ; on arrive en fin de parcours à la constatation du "ralliement" français face à ce même péril. Il s'agit en réalité d'une incitation implicite à la guerre, puisqu'il est question de rassembler les troupes dispersées pour livrer bataille. Le stéréotype remplit ici une fonction cognitive, qui correspond à l'une de ses dimensions reconnues. En tant que schème qui organise le réel en le simplifiant, il permet un repérage et une interprétation nécessaires à toute appréhension de l'Autre. Comme l'avait déjà souligné Walter Lippmann en introduisant la notion de stéréotype dans les sciences sociales, dans le foisonnement du réel il est impossible de penser le monde sans catégorisations et généralisations, de percevoir et interpréter l'univers environnant sans schèmes préalables. La vie publique et les rapports entre les groupes, en particulier, seraient impossibles sans la présence des schèmes préétablis élaborés par la collectivité. Dans ce sens, le stéréotype participe dans l'argumentation d'une rationalité élargie au sens que lui confère Perelman.

18Le stéréotype, donc, est un schème cognitif correspondant au savoir de sens commun dont sont censés participer l'orateur et l'auditoire. Il ne peut par ailleurs fonctionner comme prémisse que s'il correspond à une croyance partagée. Pour que le discours d'Henry ait prise sur son public, il faut en effet que celui-ci croie à la justesse de l'image esquissée par l'analyse. La mise à distance critique de cette représentation bloquerait le discours argumentatif. Le lecteur qui mettrait en doute la représentation stéréotypée d'une Allemagne puissante, agressive et malveillante en alléguant son caractère réducteur et déformant saperait les bases de la démonstration subséquente. C'est donc en sa qualité de croyance que le stéréotype remplit ses fonctions persuasives. Précisons qu'une croyance n'est pas par définition irrationnelle : nous croyons que les hommes sont égaux en droit, que la démocratie est préférable au despotisme, etc.

19Il faut prendre en ligne de compte que le stéréotype comprend une évaluation, elle aussi donnée d'avance et qui en représente véritablement une dimension constitutive (elle intervient dans les analyses sociologiques). Ainsi la stéréotypie de l'Allemagne dans l'avantguerre est loin d'être neutre : la représentation contient une forte charge négative. Les attributs obligés du thème apparaissent comme péjoratifs en vertu de certaines normes éthiques enracinées dans la communauté, et qui portent le blâme sur toute conduite qui vise à nuire à autrui (la malveillance, l'agressivité, le mépris), voire à l'anéantir. Les connotations de bestialité (le carnivore) et d'instrument destructeur (une puissance militaire comparée à une tenaille) renforcent la condamnation morale. L'intensité de l'évaluation négative (ou positive) est variable ; dans le cas présent, la dévalorisation est poussée à l'extrême et revêt l'aspect d'une véritable diabolisation. L'Allemagne se donne en effet comme l'incarnation même des forces du mal et apparaît comme un monstre dévorateur particulièrement redoutable.

20A ce point précis on peut se demander si l'on est encore, dans cette préface académique, dans la dimension purement rationnelle de l'argumentation. Schème cognitif et croyance partagée, le stéréotype à forte connotation négative permet également de susciter à l'égard de l'Allemagne un sentiment puissant d'hostilité. A l'inquiétude que soulève la prise de conscience des faits énumérés par le politologue s'ajoute un mouvement de colère et de haine. Il est d'autant plus vivace que le stéréotype s'alimente ici à une mythologie politique : l'adversaire, véritable incarnation du Mal, se présente sous les dehors de la bête humaine à abattre. Représentation de l'ennemi dont l'hymne national donne un raccourci saisissant, auquel fait peut-être écho le texte de l'historien patriote : "Entendez-vous dans vos campagnes/Mugir ces féroces soldats/Ils viennent jusque dans vos bras/Egorger vos fils et vos compagnes". Le stéréotype révèle ici son autre face, celle qui charrie les images, les désirs et les angoisses d'un irrationnel dont se nourrit l'imaginaire social. Produit préfabriqué et préconçu, le stéréotype peut être d'autant plus fortement en prise sur une mythologie politique d'époque, qu'il généralise abusivement et schématise outrageusement.

21Dans cette perspective, on peut dire que l'attitude suscitée par le stéréotype comporte un pan émotionnel aussi bien que rationnel. D'une part, la disposition à l'égard de l'Allemagne doit se fonder sur une prise de conscience réfléchie du danger qu'elle représente. D'autre part, et corrolairement, elle est modelée par une réaction affective à l'image d'une Allemagne dont le mépris, la malveillance et l'agressivité soulèvent l'indignation et la colère patriotique. Ce sont ces deux composantes étroitement imbriquées l'une dans l'autre à l'intérieur d'une même stéréotypie qui doivent pousser à la guerre : l'incitation à la violence se fait entendre clairement sans nécessiter un appel direct. Le texte argumentatif travaille ainsi, selon les termes de Perelman, à "déclencher chez les auditeurs l'action envisagée (action positive ou abstention), ou du moins à créer, chez eux, une disposition à l'action, qui se manifestera au moment opportun" (Perelman, 1970). Si l'on transpose ces remarques dans le champ de la psychologie sociale, on dira que le stéréotype est à la base d'une attitude qui détermine un comportement, lequel trouve à s'exprimer en certaines circonstances :

The object of an attitude, under certain conditions, is frequently perceived as having a goal-character, as demanding action. The Frenchman with an anti-German attitude perceives the German as "bad" — the very sight of a German may impel the Frenchman to do something about him. (Krech, 1948, 152)

22Les auteurs ajoutent qu'on peut, en l'occurrence, qualifier l'Allemand d'"objet émotionnel". Le stéréotype, qui intègre en lui les éléments de la cognition, de la croyance et de l'évaluation, sous-tend ainsi des attitudes (une disposition à l'action) menant à des comportements, dans un ensemble où se marient la raison et la passion.

23Il est intéressant de constater que dans le texte analysé, l'objet émotionnel — en l'occurrence le stéréotype de l'Allemagne — provoque une attitude passionnelle qui permet de court-circuiter la démonstration logique sans qu'il y paraisse. Le ralliement de la France qui se refait face au danger est en effet présenté comme une conséquence inéluctable de la situation. Comme si à l'agressivité et à la violence, on ne pouvait répondre que par la violence. Or, en l'année 1912 on peut, même si on admet la volonté de puissance brutale de l'Allemagne, imaginer d'autres issues que le conflit armé — comme le prouvent, par ailleurs, les mouvements pacifistes de l'époque. L'option qui se fonde sur le débat et la négociation en cas de crise suppose cependant que l'adversaire soit un interlocuteur susceptible d'y prendre part. C'est justement ce que le stéréotype d'une Allemagne diabolisée exclut d'emblée. On ne discute pas avec un "puissant carnivore", on ne cherche pas de solution pacifique avec cet instrument de destruction aveugle qu'est la tenaille aux mâchoires redoutables. Une seule solution s'impose dès lors, celle du recours à la force.

24Il faut souligner que le stéréotype fait plus que présenter l'ennemi en partenaire avec qui la négociation est impossible : il permet d'esquiver le débat sur la nécessité d'une réaction violente à l'Allemagne en la présentant sous les dehors de l'évidence. A aucun moment, en effet, la question de savoir si le fait de la menace allemande (le "fifre allemand") doit nécessairement mener à une riposte militaire française (le "ralliement français"). Cette liaison de cause à effet est présentée comme allant de soi. La réaction passionnelle que déclenche le stéréotype permet dès lors, sinon un saut conceptuel, du moins le gommage exemplaire d'un débat rationnel sur l'attitude à adopter face aux menaces et au péril. La chose est d'autant moins voyante, que la présence du rationnel est insistante dans un texte fondé sur une analyse historique et politique. Il est simplement mobilisé ailleurs : il vise à persuader que l'Allemagne représente un péril imminent, non à justifier la réaction attendue face à ce péril.

25En résumé, on peut donc dire que la stéréotypie contribue, tant à renforcer des arguments en faveur de la guerre, qu'à provoquer une attitude belliqueuse envers ceux qu'on doit désormais percevoir comme l'ennemi absolu. Cette attitude, si elle est ancrée dans des motifs explicables rationnellement, est aussi empreinte de diverses passions. La haine et la colère, autant que les raisons nationales et politiques, peuvent prédisposer les Français à partir en guerre. De plus les passions suscitées par la représentation stéréotypée de l'ennemi absolu permettent d'opérer une liaison fondée sur un présupposé qui n'est à aucun moment explicité ni débattu : à la force et à la violence, il faut répondre par la force et la violence.

26La préface de Henry relève d'un genre académique qui possède ses propres exigences de rationalité ; l'incitation à la guerre y demeure implicite et indirecte. Je voudrais à présent examiner un texte où l'incitation au combat est claire et l'appel émotionnel prédominant. Dans un discours dont la charge affective est puissante, le stéréotype demeuret-il le lieu privilégié où s'articule, dans l'argumentation, le rationnel et le passionnel ? Plus encore, un texte qui se présente comme un appel à l'émotion populaire mérite-t-il encore le titre d'argumentation ? Je tenterai de répondre à ces questions en analysant la fonction du passionnel dans un fragment de discours revanchard de Déroulède prononcé le 3 décembre 1908, devant le monument aux morts de Champigny-la-Bataille.

27Dans ce discours, l'orateur commence par faire part du sentiment d'allégresse qui l'envahit pour la première fois depuis de longues années à la vue du renouveau patriotique de la France. Comment s'y met en place l'interaction argumentative au niveau du pathos ? Tout d'abord, Déroulède choisit de s'y adresser aux patriotes, terme à prendre à la fois dans son sens général et dans le sens plus restreint de membre de la Ligue des Patriotes, fondée et à l'époque dirigée par Déroulède lui-même. L'auditoire est donc a priori constitué de membres qui aspirent à la revanche sur l'Allemagne, laquelle est l'objectif avoué de la ligue. C'est dire que les auditeurs partagent avec l'orateur, qui est leur dirigeant attitré, non seulement des valeurs et des croyances, mais aussi des aspirations et des désirs. Cette disposition d'esprit ne peut qu'être renforcée par le contexte de la commémoration des soldats tombés en 1870, où le discours de circonstance devient prétexte à une réitération de l'objectif de guerre. Dans ce cadre le discours, qui relève de l'épidictique, travaille essentiellement à renforcer l'accord des esprits et à entretenir et relancer l'enthousiasme guerrier. L'orateur peut donc miser à la fois sur des prémisses sûres parce que partagées, et sur une disposition d'esprit revancharde, c'est-à-dire belliqueuse.

28Ceci explique l'utilisation des stéréotypes qui caractérise le discours de Déroulède, ainsi que son recours à une tactique de l'affirmation emphatique plutôt que de la preuve. En effet, le chef de la Ligue des Patriotes procède à coups de constatations ; il pose pour acquis ce qu'il serait normalement censé démontrer. Ainsi il affirme que la France ayant retrouvé sa grandeur d'antan est désormais prête à faire la guerre à l'Allemagne, là où il faudrait en réalité argumenter sur la nécessité de combattre. Il dit qu'elle est disposée à lutter "pour sa libération", son honneur, ses intérêts et son statut international, au lieu de prouver que ces causes légitiment la guerre. A l'intérieur de cette stratégie, Déroulède insiste moins sur l'image stéréotypée de l'ennemi, que sur celle de la France. La représentation d'une Allemagne dominatrice et méprisante, bien connue et d'ailleurs développée par Déroulède plus loin, est évoquée en quelques mots : "les menaces, les flatteries, et, pour dire le mot, l'offensante maîtrise de nos vainqueurs". L'image de la France, au contraire, est dûment mise en valeur pour renforcer l'adhésion émotionnelle recherchée par Déroulède.

29De la France, ce dernier donne une double représentation qui lui permet de jouer sur une opposition tranchée entre l'image valorisée et l'image dégradée. Un premier stéréotype, évidemment familier à l'auditoire, est celui de la France humiliée après la défaite. Il est en prise non seulement sur un imaginaire d'époque, mais aussi sur la représentation séculaire du vaincu humilié. C'est le "visage de tristesse et de résignation, d'humilité et d'inquiétude" avec lequel la France a jusque-là supporté, selon Déroulède, "l'offensante maîtrise" du vainqueur. Il va sans dire que ce schème collectif figé s'appuie sur un ensemble d'idées reçues concernant les provinces perdues, les relations franco-allemandes et la politique trop molle de la France. Concentrant en lui la vision que se fait le vaincu de sa situation, le stéréotype comporte une forte charge émotionnelle.

30Cette représentation, dans laquelle chaque Français ne peut se mirer qu'avec déplaisir, reste néanmoins brève. Elle sert de chaînon argumentatif en rappelant que l'image désastreuse du vaincu humilié doit céder le pas à celle du patriote libérateur. Un second stéréotype fondé sur l'image glorieuse de la France luttant pour la Liberté s'oppose diamétralement à celui du vaincu couvert d'opprobre. Sans doute Déroulède la rattache-t-il à une connaissance historique : "cette France qui a jadis si follement prodigué son sang pour l'affranchissement des nations voisines". Il n'en a pas moins recours, essentiellement, à une mythologie politique. La France, patrie des droits de l'Homme et des grands principes de la Révolution, qu'elle a valeureusement défendus et diffusés en 1792, est une image centrale dans l'imagerie républicaine. Elle réapparaît de façon insistante dans toutes les leçons de patriotisme qui se prodiguent à l'époque. Ainsi Aulard, historien et auteur de manuel, écrit en 1904 qu'on peut préparer les Français à la défense de leur patrie si on donne

à l'homme un tel sentiment de la dignité, un tel amour de la vie libre, qu'il aime mieux être tué que de devenir esclave, qu'il aime mieux périr sur un champ de bataille que de vivre sous un régime militariste comme le régime prussien... la seconde [éducation] a formé les soldats de Valmy... c'est la conception raisonnée, intelligente du patriotisme, celle de la Révolution française. (L'Aurore, 4 mars 1904 ; cité dans Robin, 1981, 102)

31Sans doute Déroulède mène-t-il une politique d'opposition agressive contre le régime en cours et prône-t-il des valeurs nationalistes qui vont à l'encontre de la "classique tradition révolutionnaire et humanitaire", celle de Louis Blanc et Michelet, source de la défaite et de la décadence françaises (Sternhell, 1978, 83). Dans son désir de faire renaître les vertus patriotiques et de relever la France, il n'en tente pas moins de l'unifier à partir d'une exaltation de la gloire militaire française de tous les temps. Il cherche, note Sternhell, à "recréer l'unité compromise de la nation en intégrant dans un même culte la vieille France et celle qui est née sur les champs de bataille de la Révolution..." ; il veut "chanter tous les héroïsmes de tous les moments de l'histoire de France : Vercingétorix, Valmy, Jeanne d'Arc, les soldats de l'An II expriment dans un même esprit d'héroïsme et d'abnégation la continuité française" (Sternhell, 1987, 81).

32En réalité, cette image de la France révolutionnaire sert de tremplin à un raisonnement qui exalte l'intérêt national au-delà de la défense des droits de l'Homme. Il peut se résumer comme suit : si la France est capable de verser son sang pour défendre la liberté des autres, à plus forte raison est-elle capable de se battre pour sa propre liberté. Ou, dans le développement historique tracé par Déroulède : si la France a voulu combattre pour l'affranchissement des peuples, et si elle est aujourd'hui redevenue ce qu'elle était, elle ne peut que vouloir combattre pour son propre affranchissement.

33Le raisonnement ne se suffit cependant pas à lui-même : le texte tire sa force argumentative d'un puissant appel émotionnel. Le chef de la Ligue des Patriotes fait miroiter aux yeux de son auditoire l'image magnifiée d'une France glorieuse dont le discours social a de longue date fixé les traits. Elle est noble, fière, généreuse ("la noble et généreuse figure de notre France", toute "rayonnante... de fierté") ; elle est passionnée (pleine d'"indignation") chevaleresque et prête au sacrifice (elle a "follement prodigué son sang" pour affranchir les nations). Il propose aux Français une identification passionnelle à cette image, qui leur permettra de la réactiver dans la guerre prochaine. On pourrait dire, en inversant l'argument, qu'il leur propose de déclencher la guerre qui leur permettra de réactiver enfin cette image glorieuse. Au refus de se voir en vaincu résigné honteusement foulé aux pieds se joint ainsi le désir de s'égaler à un modèle héroïque valorisant. L'émulation, comme la colère, l'indignation et la honte, fait partie des passions étudiées par Aristote.

34Le stéréotype apparaît dès lors, chez Déroulède comme chez l'universitaire, intégrer la passion et la raison dans un modèle argumentatif unifié. En exploitant le stéréotype de la France héroïque champion de la Liberté, le discours de Champigny active à la fois un schème cognitif (la France du passé), une mythologie politique glorifiante (l'héroïsme des défenseurs de la Liberté) et une attitude (la fierté et le désir de combattre les Allemands). Celle-ci joint à sa composante rationnelle — la nécessité de défendre l'existence et les valeurs de la nation — une composante affective — l'identification passionnelle à un modèle héroïque. Reste à attendre les circonstances dans lesquelles l'adoption enthousiaste de cette image pourra se traduire en un comportement réel, où l'incitation à la violence mènera à sa pratique effective. Déroulède souligne que ce moment ne saurait tarder : la "guerre future", la "guerre inévitable" est "plus prochaine que ne se l'imaginent et ne s'évertuent à nous le faire croire messieurs les pacifistes" ; "Il faudrait vraiment être aveugle ou aveuglé pour ne pas voir monter à l'horizon ce soleil rouge".

35Reste à savoir si le fait que le texte privilégie l'appel émotionnel à la foule le disqualifie en tant qu'argumentation. Faut-il le considérer comme un discours populiste dont la légitimité serait en cause ? C'est ce que certaines études de rhétorique auraient tendance à faire en condamnant l'argumentum ad populum, ou argument qui pour appuyer ses conclusions fait appel au sentiment populaire ou au peuple. Engel le qualifie de "mob appeal" ou "appeal to our lowest instincts", [inviting] people's unthinking acceptance of ideas which are presented in a strong, theatrical manner" (dans Walton, 1992, 2). Si l'argument ad populum est souvent considéré comme "fallacy", ou paralogisme, c'est justement parce qu'il fait appel à la passion plutôt qu'à la raison.

36Cependant Douglas Walton, dans son ouvrage The Place of Emotion in Argument, met en évidence le fait que certaines situations s'accommodent de l'argumentation ad populum sans que celle-ci soit pour autant abusive ou incorrecte. Il s'agit des contextes où l'orateur peut faire valoir une communauté de vues avec son auditoire — communauté de vues qui lui permet de se dispenser en partie au moins de preuves.

As a tactic of argumentation the argumentum ad populum exploits a link between a proponent and a respondent, presuming they have much in common in their basic positions. The proponent is arguing, in effect : "There is really no need for me to prove all this, because you and I are in basic agreement on it". By putting a blanket presumption in place, the proponent is asking to be relieved of a detailed burden to prove the individual points required to make the case. (Walton, 1992, 102)

37C'est bien ce que fait Déroulède lorsqu'il s'adresse à un auditoire de patriotes qui partage ses positions sur la situation de la France et la nécessité de la revanche. Le discours qui vise à renforcer le désir de redevenir des Français glorieux, et donc capables de faire la guerre aux Prussiens, se fonde sur des croyances partagées et des valeurs communes. Il s'agit à Champigny d'accroître l'adhésion donnée aux idées revanchardes et de renforcer les attitudes qui incitent au combat. Dans ce cas, l'utilisation de stéréotypes qui non seulement renvoient aux opinions entérinées par le groupe, mais encore comportent pour tous ses membres une forte charge affective, peut être valable. J'entends par là qu'elle peut être efficace sans être fallacieuse, dans le sens où fallacy marque "a serious, systematic, underlying error of argumentation" (Walton, 1992, 98).

38D'autre part, il ne faut pas oublier que le texte de la préface académique utilisait aussi à son profit l'appel émotionnel du stéréotype, puisque la représentation diabolisée de l'Allemand lui permet de faire passer sous forme d'évidence une prémisse non explicitée : on ne peut répondre à la violence que par la violence. Cela ne le disqualifie en rien sur le plan de l'argumentation. Si manipulation il y a, il ne faut pas oublier que la rhétorique vise une action efficace sur les esprits. Dans la mesure où le terme de manipulation évoque des intentions malveillantes et une tentative d'abus, il vaudrait mieux d'ailleurs parler de stratégies argumentatives. Dans ces stratégies, le cliché au sens large joue un rôle primordial dans le registre rationnel, dans le registre passionnel et dans sa capacité à les intégrer tous deux dans l'incitation à la violence et plus généralement, dans l'art de persuader.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Amossy, Ruth et Elisheva Rosen, 1982. Les Discours du cliché. Paris : CDU-SEDES.

Amossy, Ruth, 1991. Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype. Paris : Nathan.

Aristote, 1991. Rhétorique. Trad. C-E Ruelle. Préface Michel Meyer. Paris : Le livre de poche.

Aristote, 1989. Rhétorique des passions. Postface de Michel Meyer. Paris : Rivages poche / Petite bibliothèque.

Girardet, René, 1983. Le Nationalisme français. Anthologie. Paris : Le Seuil, coll. Points.

Herschberg-Pierrot, Anne, 1988. Le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert. Presses universitaires de Lille.

Kibédi-Varga, Aron, 1970. Rhétorique et Littérature. Paris : Didier.

Krech, David & Richard S. Crutchfield, 1948. Theory and Problems of Social Psychology. New York/Toronto : McGraw Hill Book Company.

Lempereur, Alain, ed., 1991. L'Argumentation. Bruxelles : Mardaga.

Lippmann, Walter, 1922. Public Opinion. New York : Penguin Books.

Meyer, Michel, 1991. Le Philosophe et les passions. Paris : Le Livre de poche.

Perelman, Chaim et Olbrechts-Tyteca, 1970. Traité de l'argumentation. La nouvelle rhétorique. Bruxelles : Editions de l'Université de Bruxelles.

Riffaterre, Michael, 1971. Essais de stylistique structurale. Présentation et traduction de D. Delas. Paris : Flammarion.

Robin, Régine, 1981. "Essai sur la stéréotypie républicaine". Littérature, 44, 98-116.

Sternhell, Zeev, 1978. La Droite révolutionnaire. Les origines françaises du fascisme 1885-1914. Paris : Le Seuil, coll. Points Histoire.

Walton, Douglas, 1992. The Place of Emotion in Argument. Pennsylvania State University Press.

Willems, Emilio, 1970. Dictionnaire de sociologie. Adaptation française par A. Cuvillier. 2ème éd. augmentée, Librairie Marcel Rivière et Cie.

Annexes

ANNEXE 1

L’Allemagne de Tanger, de Casablanca et d’Agadir, l’Allemagne qui regardait hier du côté de Tobrouk, l’Allemagne dont, avant-hier, en Syrie, l’Empereur se déclarait l’ami vigilant des 200 millions de musulmans, l’Allemagne qui est puissante à Constantinople et qui allonge ses rails vers Bagdad, l’Allemagne qui pousse au lancement de dread-noughts tripliciens dan la Méditerranée et dans son golfe Adriatique n’est plus seulement le puissant carnivore qui rôde à notre frontière déjà bousculée de l’Est. Elle est apparue, malveillante, dans ce Maaghreb anarchique où, les forces qui somnolaient ayant été troublées et les difficultés européennes ayant été soulevées, nous sommes maintenant tenus d’agir par nécessité algérienne. Elle menace notre grande frontière maritime du sud et sa grande mer intérieure. Nous ne courrons plus comme au mauvais temps de notre histoire extérieure "deux lièvres à la foi". Mais le danger allemand, s’il est aujourd’hui le seul, se fait plus menaçant, multiple ; "il nous encercle". Des deux mâchoires de la tenaille pangermaniste, si l’une pèse toujours sur la Lorraine restée française, l’autre appuie maintenant sur la Provence. Le danger allemand est pour nous continental, maritime, colonial, économique aussi. Les masses françaises, troublées dans leur quiétude, dans leur amour de la paix, et blessées dans leur dignité sentent enfin clairement le péril. "Le fifre allemand a sonné le ralliement français". Les chocs allemands sont en train de refaire la France.

Robert Baldy, L’Alsace-Lorraine et l’Empire allemand, 1912. Préface de René Henry.

ANNEXE 2

Patriotes,

Pour la première fois depuis trente-huit ans j’ai joyeusement gravi ce calvaire de Champigny-la-Bataille, pour la première fois je suis monté sur la tombe de nos morts en ayant au cœur un sentiment d’allégresse.

[...] En vérité, oui ! la face de la France s’est renouvelée. Le visage de tristesse et de résignation, d’humilité et d’inquiétude avec lequel elle avait supporté jusqu’ici les menaces, les flatteries, et, pour dire le mot, l’offensante maîtrise de nos vainqueurs, ce visage-là a disparu. Nous avons vu réapparaître, toute rayonnante d’indignation et de fierté, la noble et généreuse figure de notre France d’autrefois, de cette France qui a jadis si follement prodigué son sang pour l’affranchissement des nations voisines et qui se montre enfin prête à le verser utilement pour sa propre libération, pour son propre honneur, pour ses propres intérêts et pour la reprise de son rang parmi les peuples.

C’est en effet tout cela qu’il s’agira de défendre et de reprendre dans la guerre future, dans la guerre inévitable et, ne craignons pas de le dire nettement, dans la guerre plus prochaine que ne se l’imaginent et que ne s’évertuent à nous le faire croire messieurs les pacifistes, ces parents timides de nos antimilitaristes éhontés.

Il faudrait vraiment être aveugle ou aveuglé pour ne pas voir monter à l’horizon ce soleil rouge.

Paul Déroulède, discours prononcé le 3 décembre 1908, devant le monument aux morts de la bataille de Champigny.

Auteur

Université de Tel-Aviv

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter