Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Marion Amblard (Université Grenoble III)

2Edimbourg vue par Alexander Nasmyth : synthèse de l’identité culturelle écossaise au début du 19e siècle

3Edimbourg incarnait à elle seule la dualité de l’identité culturelle écossaise au début du dix-neuvième siècle. Cette ville avait connu une longue période de déclin après le départ pour Londres de la famille royale en 1603 et la suppression du parlement écossais lors de l’Union Parlementaire en 1707. Toutefois, à partir de la deuxième moitié du dix-huitième siècle elle devint un des principaux centres culturels de l’Europe occidentale. Le développement économique et la surpopulation de la ville encouragèrent alors l’extension d’Edimbourg qui était surnommée l’Athènes du nord en raison du grand nombre de penseurs qui y résidait. La nouvelle ville bâtie à la fin des années 1760 dans un style néoclassique fut construite au nord de la vieille ville médiévale, l’“Auld Reikie” aux hauts immeubles et aux ruelles étroites célébrée par Robert Fergusson.

4Plusieurs peintres écossais ont produit des vues d’Edimbourg, mais les plus célèbres d’entre toutes sont les vues panoramiques réalisées par un artiste natif de cette ville : Alexander Nasmyth, père de l’École écossaise de peintures de paysages. Ces paysages topographiques datant des années 1820 ont non seulement une grande valeur documentaire mais capturent aussi toute l’originalité de cette capitale. L’artiste rend ainsi hommage à sa ville natale en offrant une vision harmonieuse de la capitale écossaise : une ville alliant à la fois modernité et tradition ; un paysage urbain qui s’intègre parfaitement à la nature environnante.

5Christian Auer (Université Marc Bloch, Strasbourg II)

6The “Glasgow system” Glasgow et la lutte contre la prostitution à l’époque victorienne

7Les différentes lois votées à la fin des années 1860, connues sous le nom de Contagious Diseases Acts, destinées à protéger l’armée et la marine des maladies vénériennes, représentèrent les premières tentatives réelles de la part du gouvernement de contrôler et de réguler la prostitution en Grande Bretagne. Bien que Glasgow fût une ville de garnison, les lois n’y furent jamais appliquées, car la ville développa son propre système de lutte contre la prostitution. En 1870, Alexander McCall, qui venait d’être nommé à la tête de la police de Glasgow, décida en effet d’engager une véritable croisade contre les manifestations les plus visibles d’un phénomène qui avait jusqu’alors été plus ou moins toléré par les autorités municipales. Le « système de Glasgow », outre les services de police, reposait sur deux autres institutions : le Lock Hospital, chargé de soigner les prostituées, et la Magdalene Institution, qui avait comme mission de procéder à leur purification morale.

8Les acteurs principaux de cette entreprise, qui n’avaient jamais eu comme ambition de s’attaquer aux racines de la prostitution ou de comprendre et d’analyser les motivations de celles qui exerçaient cette activité, développèrent en fait un instrument de contrôle qui revêtait un caractère éminemment discriminatoire et dont la fonction essentielle était de resocialiser les femmes qui avaient fauté en leur permettant de rejoindre une structure familiale ou d’intégrer le marché de la main d’œuvre industrielle et domestique.

9Carine Berberi (Université de Montpellier)

10Les villes au cœur de la politique de l’Exécutif en Ecosse

11Depuis la loi sur l’Ecosse (Scotland Act) votée en 1998 à la suite du référendum du 11 septembre 1997, un certain nombre de décisions relatives à l’Ecosse ne sont plus prises par les institutions politiques de Londres, mais par de nouveaux organes localisés à Edimbourg : un Exécutif, formé d’une coalition entre le Parti travailliste écossais (Scottish Labour Party) et le Parti libéral-démocrate écossais (Scottish Liberal Democrat Party), et un Parlement, composé d’une majorité de travaillistes depuis les premières élections de 1999. Ces organes peuvent désormais décider de l’avenir de l’Ecosse dans divers domaines comme la santé, l’éducation, la politique locale, les services sociaux, le logement, l’aménagement du territoire, le développement économique, les transports ou la justice. Seules les questions impliquant l’ensemble du royaume, comme la constitution, la défense, les affaires étrangères ou l’immigration, demeurent sous le contrôle de Westminster. Dans ce cadre, l’Exécutif écossais a développé une politique de promotion urbaine, concentrée sur six villes (cities) : Glasgow, Edimbourg, Dundee, Aberdeen, Inverness et Stirling, qui vient tout juste d’acquérir le statut de “city”. Considérant ces villes comme des lieux importants d’activité économique et d’intégration sociale, susceptibles de jouer un rôle crucial dans la vitalité économique et sociale du pays, l’Exécutif cherche à pallier leurs déficiences et à accroître leur productivité et leur compétitivité afin d’assurer le succès économique de l’Ecosse. Cette tâche est d’autant plus importante que le pays se caractérise par un certain nombre de disparités, les villes de l’Est étant beaucoup plus riches et florissantes que celles de l’Ouest et du centre de l’Ecosse. Ainsi, alors que Edimbourg et Aberdeen ont vu leur population augmenter et ont enregistré de faibles taux de chômage au cours des dernières décennies, Glasgow a été frappée par une chute de sa population, des taux d’emploi peu élevés - même si un changement est depuis peu perceptible -, une importante pauvreté et une forte insécurité. Toutefois, il ne s’agit que d’un constat général puisque Dundee, ville localisée à l’Est, souffre de problèmes similaires. Par conséquent, il convient d’étudier, plus précisément, les difficultés auxquelles ces villes doivent faire face ainsi que la politique définie par l’Exécutif écossais - les mesures proposées et les objectifs visés. Nous tenterons également d’examiner comment ces initiatives sont perçues par le milieu politique et économique, et quelles sont les perspectives d’évolution pour ces six villes écossaises.

12Danièle Berton Charriere (Université Jean Monnet, Saint Etienne)

13“The Steamie” ou le Glasgow d’antan

14Glasgow dans les années 50 : des femmes se retrouvent pour la grande lessive. C’est l’occasion d’un grand déballage de linge sale. “The Steamie” est une histoire de sueur, de rires et de larmes. Mais le topos est-il celui qu’on croit ?

15Jean Berton (Université Jean Monnet, Saint Etienne)

16Inverness, coeur, tête et nombril de la Calédonie ?

17Inverness se targue d’être la capitale des Hautes Terres depuis le haut moyen âge ; mais la ville est-elle réellement le centre historique vers lequel s’est irrésistiblement tourné le coeur de générations de Montagnards ? Ou bien n’est-elle pas plutôt un pôle dont la puissance d’attraction est variable et qui se proclame métropole de l’Ecosse septentrionale ? Cette étude, au titre volontiers provocateur, a pour ambition de tenter d’évaluer l’importance de la capitale de la région Highland sous divers aspects : politique, historique, culturel ?

18Philippe Brillet (Université de Marseille I)

19Edimbourg et Belfast, deux quasi capitales entre réalités économiques et rêves de puissance

20L'Ecosse, comme l'Irlande, présente une hiérarchie urbaine bicéphale laissant loin derrière la troisième ville. Le poids économique et social de ces deux ensemble est d'ailleurs très voisin. Mais il est partagé de façon presque équitable en Ecosse, ce qui est exceptionnel en Europe, alors que l'Irlande présente une domination dublinoise nette. Ces situations contrastées s'expliquent en partie par l'histoire, génératrice d'un capital symbolique variable lui-même source de capital économique. Reste que l'avance de Dublin sur Edimbourg dépasse ce que l'histoire peut expliquer, ce qui pose question. Mais ceci est, je crois, fort connu et bien étudié. Une autre question, peutêtre plus originale, est la gestion différentielle du même Edimbourg et de Belfast de leur statut commun de capitale d'un "quasi état", et ses résultats contrastés.

21Connaissant assez bien les problèmes de hiérarchie urbaine de l'Europe, je pense pouvoir vous proposer une comparaison des stratégies politiques, et de leur efficacité symbolique et économique, de ces deux villes, avec les réactions de Glasgow et de Dublin. Pour être franc, j'avais commencé à travailler sur ce thème cet hiver, espérant alors pouvoir me libérer pour aller en mars à Aberdeen pour la "Irish and Scottish Studies Conference".

22Edwige Camp (Université de Valenciennes)

23Représentations politiques des villes écossaises de 1992 à 2003 : vers une remise en cause de la domination travailliste ?

24Le Parti travailliste domine la représentation politique des villes écossaises, pour des raisons politiques et socio-économiques. Cette domination s’est progressivement construite, et étendue au-delà des seules villes ouvrières, aux dépens d’un Parti conservateur de plus en plus associé au néo-libéralisme et à l’Angleterre, et devenu un parti rural. Les Libéraux-démocrates et le SNP ont eux aussi une faible implantation dans les villes, ce qui a des conséquences opposées. La collaboration des premiers avec les Travaillistes s’en trouve facilitée au plan national. Le SNP, principal parti d’opposition, cherche à s’implanter dans les villes pour devenir majoritaire, c’est pourquoi elles constituent un enjeu électoral.

25La domination des Travaillistes, qui a connu une apogée dans les années quatre vingt-dix, leur confère des moyens d'action, mais entraîne parfois des dérives en l'absence de contre-pouvoirs solides (« affaires » de corruption, pressions, népotisme...).

26Elle connaît ces dernières années une érosion, notamment au Parlement écossais. Cette tendance est liée à l’expression croissante en fonction d’enjeux locaux (impôts, services publics), et en faveur de petits partis (SSP) ou d’indépendants, et plus uniquement selon des déterminants (classe, religion...) ; elle résulte aussi d’une certaine désaffection de l’électorat à l’égard des élections (montée de l’abstention). Elle est facilitée par le mode de scrutin, en partie proportionnel, utilisé pour l’élection des députés au Parlement écossais et qui devrait bientôt être étendu à celle des conseillers locaux. De plus, les circonscriptions utilisées pour les élections à la Chambre des communes vont prochainement subir une forte réduction, aux dépens des villes. Ces perspectives, qui constituent une menace pour le Parti travailliste, suscitent actuellement des tensions en son sein.

27Christian Civardi (Université Marc Bloch, Strasbourg II)

28Dundee : Les Paradoxes D'une Cite D'ouvrieres

29De la guerre de Crimée à la Première Guerre mondiale, Dundee fut la capitale mondiale de l'industrie du jute, qui employait une main d'œuvre très majoritairement féminine. Ville dans laquelle on ne dénombrait que 75 hommes pour 100 femmes, Dundee détenait au tournant du XX° siècle les records britanniques de bas salaires, de logements insalubres, d'ivrognerie et de mortalité infantile. C'est pourtant un syndicat de fileuses dundoniennes qui fut le premier à obtenir la semaine de 5 jours, en octobre 1918, et c'est également de Dundee que vint la plus grande surprise des législatives de 1922, l'éviction de Churchill au profit de deux travaillistes très atypiques, le prohibitionniste Edwin Scrymgeour et le pacifiste E. D. Morel. Cette communication a pour ambition de tenter d'expliquer comment cette cité majoritairement féminine, l'une des plus déshéritées du royaume, a produit une culture politique originale, mélange détonnant de millénarisme et de pragmatisme, de bon sens et de religiosité, de spontanéité populiste et d'intransigeance morale.

30Rosie Findlay (Université François-Rabelais, Tours)

31Saving the weans : Cinderella in the “dark dungeons” of Scottish Slumland

32By the end of the nineteenth century in Scotland as in the rest of the United Kingdom, the State had taken the child in hand in matters of education and employment as well as offering them protection from cruelty in the home, but the most basic of needs - hunger - still had to be tackled ; when we consider that nearly 30 % of the male work force at the end of the nineteenth century were in a state of primary poverty, that is to say, not earning enough to keep the family fed, it is hardly surprising that children often suffered from malnutrition. It was not until the early 20th century that the State began its intervention into the feeding of schoolchildren. This paper proposes to look at the grey area concerning the feeding of children between the Children's Charter of 1889 and Provision of School Meals Act in 1906, and how voluntary groups like the Clarion Clubs intervened when the State did not to try and ameliorate the hungry child's life in the slums of the industrial cities of Scotland.

33William Findlay (Université François-Rabelais, Tours)

34Glasgow’s oppressive nightmare : Midnight scenes from the “metropolis of Puritanism”

35The dominant image of Glasgow during the nineteenth century, the one the city fathers and dignitaries were most keen to stress, was of progress and prosperity with more than a hint of the pride in the claim that this industrial giant was at heart a “dear green place”. Glasgow would demonstrate to the world how a modern city could flourish by sound municipal management and the “preaching of the Word” as the city motto proclaimed. Yet mid-Victorian Glasgow also had a dark side to its make-up, a side which, when it could not be ignored, was dismissed and marginalised in terms of deviancy and abnormality. In 1858, however, a “sociological” exploration of this “other Glasgow” was published, revealing how ill-founded and wrong such assumptions were and calling for positive action to help a people in utter distress.

36Win Hayes (University of Edinburgh)

37The ‘baths’ in Scotland's major cities

38The different profiles of the population, the nature of the work locally and the environmental conditions resulted in different responses to the provision of baths and to their role both in relation to the cleanliness of the poor and also in relation to their use for leisure and sporting pursuits. This can be seen both in relation to the responses of the city administrators and also the responses of individuals and the business community. This paper will look at the different developments in Scotland’s two major cities.

39Gilles Leydier (Université du Sud Toulon-Var)

40Glasgow réinventée : mutations urbaines et identité écossaise

41Au cours des trente dernières années, le tissu et le paysage urbains de Glasgow ont été transformés, de façon cosmétique et artificielle selon certains observateurs, de manière durable et profonde pour d'autres. Cette communication se propose de revenir sur ces évolutions, à la lumière de la place particulière occupée par Glasgow à la fois dans l'histoire écossaise contemporaine et dans l'identité nationale écossaise.

42Fabienne Moine (Université Paris X)

43Poèmes et vie d'Ellen Johnston, “Factory Girl” à Glasgow : de la détresse industrielle à la poétisation de la condition ouvrière

44Le destin d'Ellen Johnston (1835-1873), tisseuse à Glasgow, surnommée'the Factory Girl', est intrinsèquement lié à la ville, par son travail d'une part, mais surtout par la poésie qu'elle a laissée grâce à la presse ouvrière et au "Poetry Corner" du Penny Post en particulier. Unique poétesse ouvrière écossaise largement reconnue à l'époque dont on peut désormais trouver quelques poèmes dans les anthologies modernes de poésie féminine aux côtés des "grandes" du XIXème siècle, issues de la classe moyenne ou supérieure, Johnston nous a laissé sa représentation de la ville, du travail et du monde ouvrier dans une poésie qui ne s'engage peu dans une cause politique. Il s'agit davantage - et c'est ce que nous montrerons en illustrant notre propos de poèmes variés (rédigés depuis Glasgow, Dundee, mais aussi Belfast) - d'une poésie de la reconnaissance artistique et personnelle plus que d'une poétique de la dénonciation.

45Cette reconnaissance du monde ouvrier écossais passe par la création d'une communauté populaire de bardes (d'une part la poétesse rédige des poèmes en l'honneur de la classe ouvrière, pour instruire, pour divertir mais rarement pour stigmatiser, et d'autre part, la diffusion de ces poèmes par la presse populaire apporte la renommée et les échanges littéraires, dépassant le cadre de l'usine et de la classe ouvrière). Paradoxalement, la ville industrielle s'efface derrière une représentation fortement poétisée afin que Johnston puisse proposer de la ville, du travail et de l'ouvrier une vision idéalisée, embellie, sublimée. Ainsi la classe ouvrière déshumanisée par le labeur et les conditions de vie retrouve dans les poèmes de Johnston un caractère humain allant jusqu'à la glorification et l'érotisation. La poésie de Johnston mais aussi celle d'autres poétesses ouvrières écossaises (Janet Hamilton) ou anglaises (Charlotte Richardson, Louisa Horsfield...) n'est presque jamais proche du reportage et laisse place au discours de l'affect et du corps érotisé qui redonne une humanité nouvelle à l'ouvrier écossais.

46Bernard Sellin (Université de Nantes)

47Aux origines de la ville littéraire : le roman écossais au début du XXe siècle

48Le roman écossais, à ses débuts du moins, ne s’est guère montré à son aise dans la représentation de la ville, alors même que la société connaissait les mêmes bouleversements que l’Angleterre, sous la pression de l’industrie. Le roman du XIXe est quasiment muet sur ce sujet. Il faudra attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que la scène urbaine s’impose véritablement.

49Avant cette date, dans le première moitié du XXe siècle, seuls quelques écrivains tentent, avec plus ou moins de succès, de se tourner vers la scène urbaine. Souvent ceux-ci n’évitent pas les clichés qui collent à la ville industrielle : ville accaparée par l’ouvrier et son cortège de maux sociaux. Il faudra attendre George Blake et The Shipbuilders (1935) pour que l’approche se fasse plus nuancée. Il s’agira d’évoquer l’émergence de la ville comme sujet de fiction et de se pencher sur le paradoxe écossais d’une naissance tardive. On examinera successivement quelques unes des œuvres les plus marquantes de l’époque.

50Tri Tran (Université François-Rabelais, Tours)

51Les chantiers navals de Glasgow, 1800-1915 : lieux de conflits et de négociations

52Glasgow fut aux 19è et 20è siècles un des plus grands ports du monde, un centre industriel actif, et le principal employeur sur la Clyde. Des navires de toute nationalité empruntaient la Clyde pour se rendre à Glasgow. On y trouvait des chantiers navals actifs et réputés, des entrepôts prospères, des travailleurs qualifiés, très attachés à leur statut. Cette communication expliquera l'évolution de la condition des travailleurs des chantiers navals de Glasgow entre le début du 19è siècle et les années 1910.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540