Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

L’histoire urbaine : invention des questions, invention des sources (1876-1968)

Patrice Bourdelais et Jean-Luc Pinol

Texte intégral

  • 1 Historien, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de Recherches Historiques (CRH).

1Note portant sur l’auteur1

  • 3 Professeur d’histoire contemporaine, LAHRA (CNRS).

2Note portant sur l’auteur3

OBJET ET MÉTHODE

3De l’avant-guerre émergent quelques articles connus sur l’histoire urbaine, ceux de Henri Pirenne [Pirenne, 1893 ; Pirenne, 1898], ceux d’Halbwachs sur Chicago et sur Berlin [Halbwachs, 1932 ; Halbwachs, 1934].

4Pour autant, on n’a pas l’impression que l’histoire urbaine ait connu un développement soutenu, ait été vraiment pensée, avant les années 1960 qui, dans ce domaine, seraient couronnées par la thèse de Jean-Claude Perrot [Perrot, 1975]. Serait-on alors seulement passé, chez les historiens, d’une histoire « dans la ville » à une « histoire de la ville », impliquant un questionnement sur l’objet urbain ? Mais peut-on analyser une évolution historiographique à partir de quelques articles et de quelques ouvrages, si justement réputés soient-ils ?

  • 5 Si la Revue Historique conserve son nom tout au long de la période, en revanche, les Annales chang (...)
  • 6 L’inconvénient de la méthode provient ici du poids identique attribué à d’obscurs d’articles et à (...)

5La recherche menée ici a consisté, à l’inverse, à conduire un dépouillement systématique des trois grandes revues françaises (Revue historique, Revue d’histoire moderne et contemporaine, et Les Annales E.S.C.5) de 1876 à 1968, afin de mieux apprécier l’ampleur et l’évolution chronologique des articles traitant de la ville6.

6Dans un second temps une analyse de contenu des titres et des thèmes abordés par les articles a permis de mettre en évidence les principaux changements d’orientation des approches et de choix des sources mobilisées.

7Enfin, le rôle respectif des trois revues a été testé dans ce champ particulier de l’histoire urbaine. Une étude comparable a été entreprise par Denis Menjot sur les revues ibériques.

8Pour les revues françaises, d’un ensemble de quatre cents textes repérés par leur usage explicite des mots « ville », « cité », « urbain » et de leurs dérivés ou bien encore le nom d’une ville, seuls deux cent vingt-cinq articles ont finalement été étudiés. Car tous ceux qui renvoyaient simplement à la localisation d’un événement, ou à un recours à la métonymie (Rome pour la papauté par exemple) ont été écartés.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

PÉRIODES

9Sur près d’un siècle, on ne repère aucune période au cours de laquelle l’histoire des villes serait totalement absente. On a même pu mettre en évidence des moments de surproduction relative : autour de 1900, entre 1927 et 1940, puis entre 1950 et 1968.

10Au cours des deux dernières périodes tout particulièrement, il apparaît que la ville a occupé une place plus importante dans la préoccupation des historiens.

  • 7 Deux autres classifications ont été testées. Si les résultats en sont différents, il semble que le (...)

11De nombreuses discussions ont précédé l’élaboration d’une grille de dépouillement thématique, imparfaite, comme toute grille d’analyse, elle n’en permet pas moins des analyses chronologiques intéressantes7.

Fig. 1 – Répartition thématique des articles publiés dans les trois revues entre 1876 et 1965.

12Une première analyse thématique consiste à étudier la répartition de l’ensemble des articles publiés entre 1876 et 1968.

13S’il faut le dire en peu de mots, soulignons simplement l’importance du passage d’une domination de la thématique institutionnelle jusqu’en 1935 à la thématique fonctionnelle après 1935. Mais dès 1926, le social et le professionnel, puis l’économique connaissent une forte croissance. Il y aurait donc une histoire des villes avant et après le début des Annales. Le moment particulier de l’intérêt pour la thématique fonctionnelle entre 1896 et 1905 serait une conséquence des travaux de Pirenne (les fondateurs des Annales ont d’ailleurs fait de Pirenne leur collaborateur [Carbonell, 1981]).

14Les années 1930 se caractérisent principalement par l’ouverture de l’éventail des questions sur l’histoire des villes, ce qui nuance le constat trop brutal du simple remplacement de l’institutionnel par l’économique et le social ; en outre, la thématique institutionnelle se maintient pendant la période.

  • 8 Pour un aperçu des productions de ces revues, on se reportera à Wesseling, 1978.

15Si l’on tient compte des changements intervenus dans le nombre de livraisons annuelles, les proportions fournissent une autre cartographie8.

Fig. 2 – Répartition thématique pondérée.

16Les questions institutionnelles entre 1886 et 1895 sont aussi importantes dans l’ensemble de la production que celles portant sur les fonctions urbaines en fin de période. Le fait de pouvoir rapprocher la production thématique d’articles sur la ville avec la moyenne par thème permet de revenir sur l’idée évoquée plus haut de « thématique dominante ». La période 1896-1905, malgré un nombre d’articles réduit (treize) conserve son intérêt parce qu’elle est le moment d’une première diversification des thèmes, et celui de la très forte croissance (de courte durée) de la thématique fonctionnelle.

17Toutes les différentes mesures utilisées confirment la spécificité de trois moments particuliers des discours sur la ville. Celui des années du tournant du siècle est marqué par l’importance de la thématique fonctionnelle.

18Le deuxième moment qui semble a priori le plus intéressant est celui des années 1928-1939, caractérisées par une curiosité très diversifiée. Les soixante articles qui sont alors publiés battent en brèche la prééminence de la thématique institutionnelle non seulement au profit de la thématique fonctionnelle, mais aussi, à un degré moindre, de toutes les autres. Celles-ci forment un ensemble de même poids que les questionnements relatifs aux institutions ou aux fonctions. C’est précisément dans cette diversité que réside la spécificité de la période.

19La période suivante, mieux connue, voit s’imposer les thématiques fonctionnelles, institutionnelles, sociales et professionnelles. Mais gardons-nous d’y voir le simple reflet d’une historiographie dominante constituée au croisement de l’économie et de la société (le modèle labroussien). Au contraire, l’histoire de la ville conserve sa particularité : elle maintient son intérêt pour les aspects institutionnels qui disparaissent alors des autres champs de la recherche historique.

REVUES

20Si l’on s’intéresse à la production par revue, il semble possible de retenir cinq temps.

21Le premier est celui de la domination sans partage de la Revue historique entre 1876 et 1895 (et en fait jusqu’en 1899). Pendant cette période, cette publication est la seule revue généraliste de la discipline historique. D’autres revues existent et peuvent publier des articles sur la ville, mais aucune n’a la stature de la Revue historique.

Fig. 3 – Publication d’articles en histoire des villes dans les trois revues 1876-1965.

22La Revue d’histoire moderne et contemporaine semble donc s’ajouter à la Revue historique dans un contexte de concurrence apparemment peu active en ce qui concerne l’histoire des villes. La chute rapide de la production dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine après 1906 montre en quelque sorte qu’elle n’a pas réussi à s’imposer à ce moment donné ; ce qui est sanctionné par sa disparition en 1918.

23Le troisième temps assez court va de 1919 à 1925 et voit le retour de la suprématie de la Revue historique. L’absence de concurrence forte explique peut-être ici la stabilité à un bas niveau des publications sur la ville.

24Le quatrième temps en revanche est celui de l’apparition, ou de la réapparition de revues généralistes (Annales HES et Revue d’histoire moderne) et va être le moment d’une forte croissance des publications sur la ville, tant en général qu’en ce qui concerne la Revue historique qui passe de sept articles pour dix ans entre 1906 et 1925 à onze articles en dix ans entre 1926 et 1935. L’histoire de la ville, qui n’était pas une question dominante de l’historiographie jusqu’à cette date, semble donc devenir un terrain où la concurrence entre revues se développe.

25Le dernier temps, de 1936 à 1965, est celui de l’effondrement de l’histoire des villes dans la Revue historique qui semble progressivement laisser le terrain libre à une revue plus dynamique : les Annales. Pour cette revue, dernière arrivée, la croissance est constante depuis 1929 et s’accentue après 1955. Après cette date, l’histoire de villes est principalement traitée dans cette seule revue (cinquante articles entre 1956 et 1965 contre dix-huit articles dans les deux autres revues soit presque les trois-quarts de la production). Quant à la Revue d’histoire moderne…, il semble que ce soit avec le retour de la Revue d’histoire moderne et contemporaine que l’histoire des villes reprenne quelque place dans cette publication.

26On note toutefois des sortes de nœuds de production en quelques années, en particulier dans les Annales E.S.C. par exemple en 1960-1962 (1960 : dix articles ; 1961 : neuf articles ; 1962 : huit articles). Le phénomène est d’ailleurs encadré par de fortes années de production entre 1957 et 1965 (5,5 articles en moyenne pendant cette période [cinquante articles en neuf ans]). La chute du nombre de publications sur la ville dans cette revue est ensuite d’autant plus marquée. Au moment où la thèse de J.-C. Perrot est soutenue, il semble que ce soit à peu près cinq ans après une phase d’hyperproduction, qui aurait dissimulé les recherches plus anciennes. La recherche effectuée a également procédé à une analyse de contenu des articles de Pirenne puis d’Espinas en particulier qui donnent les principales directions de recherche dans les années 1930.

LEXIQUES

27Une analyse lexicographique a aussi été effectuée sur deux cent trente et un titres (correspondant à des articles de plus de cinq pages), en croisant les trois revues et six périodes (avant la Première Guerre mondiale, les années 1920, les années 1930, la Seconde Guerre mondiale, les années 1950 et les années 1960).

28Quelques constats viennent préciser l’évolution d’ensemble et la spécificité de chaque revue.

29Ainsi, la RHMC d’avant la première guerre mondiale ou des années 1930 privilégie des articles portant sur la composante religieuse de l’organisation des villes, tout en privilégiant les aspects réglementaires et institutionnels (parfois renforcés par l’étude des constitutions, des finances et de la bourgeoisie). La dimension politique est présente par les insurrections et les émeutes.

30L’originalité des Annales des années 1930 dans le domaine de l’histoire urbaine : dimension économique de la vie urbaine, en particulier une forte présence de l’économie portuaire. En outre, les termes de capitalisme, ou liés à un essai de conceptualisation, apparaissent alors que d’autres revues s’intéressent aux capitalistes, aux individus. Avec les Annales des années 1950, 1960, ce sont les mots de « structure » (au singulier comme au pluriel), « structuralisme » et toutes les approches liées à la société qui dominent.

31La Revue Historique des années 1950 se caractérise par une attraction particulière pour Paris, à l’inverse des Annales ESC, en particulier des années 1930 et 1950. La Revue Historique des années 1960 reste marquée par les dimensions politique et réglementaire.

32Le mot « urbain » est très spécifique des années 1950 et des Annales, et « ville » des années 1960 et des Annales à nouveau.

DIMENSIONS URBAINES

33Trois pôles se sont mis en place : le premier apparu, et qui persiste, correspond à la dimension politique et juridique de l’histoire urbaine, le deuxième à la dimension économique, et le troisième à une dimension plus sociale.

34Les Annales occupent les trois pôles, la RHMC reste à l’écart de la dimension sociale et la RH reste attachée au premier domaine pour l’essentiel.

35Dans les analyses factorielles conduites les Annales apparaissent effectivement en opposition par rapport aux deux autres revues (en particulier par rapport à la RH au cours des années 1950-1960 : l’un des titres les plus emblématiques des Annales des années 1960 est « Continuité sociale et histoire urbaine médiévale », et le plus révélateur de la RH au cours de la même période : « Les incendiaires de Rome » ou « Les lois pénales romaines ». Les Annales des années 1960 présentent souvent le cas de villes non européennes : Macao, Manille, Cuzco, Damas, et quelques villes européennes : Londres, Pise, Séville, voire Venise ou Novgorod. Comment ne pas y voir l’influence de Fernand Braudel ?

CONCLUSIONS

36Finalement les Annales, depuis leur création, ont occupé une place à part dans l’histoire des villes. Ne devrait-on pas dire d’entrée de jeu dans l’histoire urbaine, car dès la première année de parution le terme d’» histoire urbaine » figure dans l’index des tables des Annales.

37En outre, dès la première livraison de 1929, Georges Espinas, un élève de Henri Pirenne, se charge de vingt-trois pages de la rubrique « À travers les livres et les revues », consacrées à l’» histoire urbaine ». Il intervient à intervalle régulier au cours des années 1930, il présente la production récente, souligne les biais, les erreurs, les insuffisances et aboutit à tracer une véritable ligne directrice de ce que devraient être les études d’histoire urbaine, le tout dans une veine assez polémique.

38Dès la deuxième livraison de 1929, la rédaction a fait appel à l’historien suédois E. Hecksher afin de traiter de l’histoire urbaine allemande. Dans la même livraison, L. Febvre se charge lui-même d’une note de six pages sur « La maison urbaine », dans laquelle, à partir du compte rendu d’un livre récent, il propose nouvelles approches et nouvelles questions.

39Dès son lancement, l’originalité des Annales se manifeste par conséquent également dans le champ de l’histoire urbaine qui devient après la Deuxième Guerre mondiale l’un de ses domaines d’excellence. Comme dans d’autres secteurs de l’histoire, cette originalité provient aussi de l’appel à des contributeurs non historiens, comme Maurice Halbwachs, qui ouvrent l’éventail des questions dans le domaine de l’histoire urbaine également.

40Enfin, une démarche semblable a été conduite sur les revues ibériques (Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, Boletin de la Real Academia de la Historia, Anuario de historia del derecho espanol, Cuadernos de historia de Espana, Hispania, Estudios de historia moderna).

41Contrairement à la production française, les articles comme les comptes rendus qui traitent d’histoire de la ville (institutions, fonctions, bâti, dimensions sociétales et culturelles) concernent dans leur énorme majorité l’époque médiévale, puis celle du Siècle d’or. La période franquiste amplifie encore ces tendances à l’éloignement chronologique du contemporain.

VALORISATION

42Bourdelais Patrice, Pinol Jean-Luc, Verdier Nicolas, (2002-2003), Séminaire Histoire urbaine : invention des sources, invention des questions (sept séances), EHESS.

43Bourdelais Patrice, Pinol Jean-Luc, Verdier Nicolas, (2004), « Aux origines de l’histoire urbaine : Pirenne, Espinas et les Annales », Histoire urbaine.

44Verdier Nicolas, (2003), « L’histoire urbaine dans les revues françaises d’histoire (1870-1970) », dans I saperi della città, Colloquio Internazionale di Storia Urbana, Siracusa-Catania, 19-20 settembre 2003.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Carbonell Charles-Olivier, (1981), L’historiographie, Paris, PUF, p. 109.

Halbwachs Maurice, (1932), « Chicago, expérience ethnique », Annales HES, n° 1, pp. 11-49.

Halbwachs Maurice, (1934), « Gross Berlin : une grande agglomération ou une grande ville ? », Annales HES, n° 6, pp. 547-570.

Perrot Jean-Claude, (1975), Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris, Mouton & Co et Éds. de l’E.H.E.S.S.

Pirenne Henri, (1893), « L’origine des constitutions urbaines au Moyen âge », Revue Historique, vol. 18, n° 53, pp. 52-83.

Pirenne Henri, (1898), « Villes, marchés et marchands au Moyen âge », Revue Historique, vol. 23, n° 67, pp. 59-70.

Wesseling H. L., (1978), « The Annales School and Writing of Contemporary History », Review, n° 1, pp. 185-194.

Notes

1 Historien, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de Recherches Historiques (CRH).

3 Professeur d’histoire contemporaine, LAHRA (CNRS).

5 Si la Revue Historique conserve son nom tout au long de la période, en revanche, les Annales changent de nom plusieurs fois (Annales d’histoire économique et sociale jusqu’en 1939, elles sont ensuite les Annales d’histoire sociale de 1939 à 1942, puis les Mélanges d’histoire sociale de 1942 à 1944, puis les Annales d’histoire sociale en 1945 et deviennent les Annales Économies, société civilisation à partir de 1946). Quant à la Revue d’histoire moderne et contemporaine, elle n’existe pas tout au long de la période : présente de 1899 à 1914, elle se transforme en Revue d’histoire moderne de 1926 à 1940, puis les Études d’histoire moderne et contemporaine de 1947 à 1953, et redeviennent ensuite la Revue d’histoire moderne et contemporaine à partir de 1953.

6 L’inconvénient de la méthode provient ici du poids identique attribué à d’obscurs d’articles et à ceux par exemple d’Halbwachs sur Chicago et sur Berlin.

7 Deux autres classifications ont été testées. Si les résultats en sont différents, il semble que les moments les plus intéressants restent les mêmes.

8 Pour un aperçu des productions de ces revues, on se reportera à Wesseling, 1978.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Répartition thématique des articles publiés dans les trois revues entre 1876 et 1965.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 2 – Répartition thématique pondérée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 3 – Publication d’articles en histoire des villes dans les trois revues 1876-1965.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteurs

Responsable scientifique

Équipe : Patrice BOURDELAIS (CRH, EHESS), Jean-Luc PINOL (LARHRA CNRS, Lyon II), Denis MENJOT (Lyon II) et Nicolas VERDIER (CNRS UMR 8504 Géographie-cités).


mailto:Patrice.Bourdelais@ehess.fr
Centre de Recherches Historiques (CRH)
UMR EHESS-CNRS
EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : 01 49 54 24 42

Responsable scientifique

Équipe : Patrice BOURDELAIS (CRH, EHESS), Jean-Luc PINOL (LARHRA CNRS, Lyon II), Denis MENJOT (Lyon II) et Nicolas VERDIER (CNRS UMR 8504 Géographie-cités).


mailto:Jean-Luc.Pinol@ish-lyon.cnrs.fr
LARHRA (CNRS)
14-16, avenue Berthelot
69363 Lyon Cedex 07
Tél. : 04 72 72 64 80

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540