Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

III. Present development of towns and cities as a political, social and economic problem

Les villes au cœur de la politique de l’exécutif en Écosse

Carine Berberi

Texte intégral

  • 1 Voir le site : http://www.scotland.gov.uk

1À la suite de l’arrivée des travaillistes au pouvoir en mai 1997 et du référendum du 11 septembre 1997, une profonde réorganisation de l’architecture institutionnelle du Royaume-Uni, la dévolution, s’est opérée. Mis en œuvre dès 1998, les textes adoptés par le Parlement ont doté l’Ecosse, le pays de Galles et l’Irlande du Nord d’organes législatifs, accordant ainsi une plus grande autonomie à ces pays. Désormais, les pouvoirs sont partagés au sein de chacun d’eux. En ce qui concerne l’Ecosse, son Parlement, composé d’une majorité de travaillistes depuis les premières élections de 1999, peut décider de l’avenir du pays dans divers domaines comme la santé ; l’éducation (de la maternelle à l’université), la formation professionnelle et la recherche scientifique ; la supervisation des collectivités locales ; le travail social et le secteur associatif ; le logement et la politique urbaine ; le développement économique ; les transports locaux ; le droit civil et pénal ; l’agriculture, la pêche et les forêts ; les sports, les arts et la culture ; la gestion du patrimoine et la protection de l’environnement (devolved issues). Toutefois, les questions impliquant l’ensemble du royaume, comme celles relatives à la constitution, la politique étrangère, la défense et la sécurité nationale, le système fiscal économique et monétaire du Royaume-Uni, le marché commun des biens et services, la législation du travail, la gestion de la sécurité sociale, demeurent sous le contrôle de Westminster (reserved issues)1.

  • 2 En 1999 les travaillistes n’avaient obtenu que 56 sièges sur les 65 requis. Il leur fallait donc fo (...)
  • 3 Entre 1999 et octobre 2000, ce poste a été occupé par Donald Dewar, puis par Henry McLeish jusqu’en (...)
  • 4 Jacques Leruez, L'Ecosse. Vieille Nation, Jeune Etat, Crozon, Armeline, 2000, p. 99-100.
  • 5 Ibid., p. 103.
  • 6 Ibid., p. 106.
    Voir aussi le site : http://www.scotland.gov.uk

2Outre le Parlement, l’Ecosse dispose d’un Exécutif (Scottish Executive) formé d’une coalition entre le Parti travailliste écossais (Scottish Labour Party) et le Parti libéral-démocrate écossais (Scottish Liberal Democrat Party) depuis mai 19992. Dirigé par un First Minister3, nommé par le Parlement, il est chargé de traiter toutes les questions entrant dans le domaine de ses compétences (devolved issues). Toutefois, cet Exécutif n’émane pas du processus de dévolution puisqu’il existait déjà jusqu’en juillet 1999 sous la forme du Scottish Office. Ce dernier était un ministère à la compétence géographique limitée mais aux fonctions multiples. Même avant 1999, son existence limitait la compétence nationale de certains ministères de Londres, dont les tâches se recoupaient, en tout ou partie, avec les fonctions assurées par le ministère écossais. C’étaient notamment le cas des ministères de l’Education, des Collectivités locales, de l’Agriculture, de l’Environnement, de la Santé, et de l’Intérieur4. En 1980, le Scottish Office comprenait cinq ministères : agriculture et pêche, développement, planification économique, éducation, intérieur et santé5. Il était alors dirigé par un homme politique membre du Cabinet et directement responsable devant le Parlement de Westminster6.

  • 7 Les development plans fournissent un cadre pour les prises de décision relatives à l'aménagement du (...)
  • 8 Les structure plans définissent les orientations générales des politiques et fournissent un cadre p (...)
  • 9 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)

3Même si une « autonomie » relative pouvait déjà être distinguée avant 1999, la dévolution a véritablement renforcé les pouvoirs de l’Ecosse, notamment en matière de politique et de régénération urbaines. Selon la législation de 1997 (Town and Country Planning Act), l’aménagement du territoire est sous la responsabilité des collectivités locales qui élaborent les documents de référence7 (development plans) et décident de la plupart des permis de construire. Depuis 1947, toute nouvelle construction, urbanisation, tout changement dans l’affectation des sols sont effectivement soumis à contrôle, à travers l’obligation de demander aux autorités locales une autorisation (planning permission). Néanmoins, l’Exécutif écossais joue un rôle plus important qu’il peut sembler de prime abord puisqu’il est responsable du bon fonctionnement du système. Ainsi, il exerce un contrôle sur les collectivités locales, ceci vraisemblablement afin de faire obstacle à des intérêts ou à des décisions qui seraient d’inspiration strictement locale. Tout d’abord, il établit un cadre d’action en donnant des conseils sur les politiques urbaines à mener. Il remplit cette fonction en publiant trois types de documents destinés à guider, inciter et inspirer les collectivités locales, notamment lors de l’élaboration des documents d’urbanisme et lors de l’instruction des permis de construire : les National Planning Policy Guidelines (NPPGs) dans lesquelles il traite des problèmes nationaux relatifs à l’aménagement du territoire, les circulars dans lesquelles il donne des conseils sur la mise en œuvre de politiques urbaines, les Planning Advice Notes (PANs) dans lesquelles il informe et donne des conseils sur ce qu’il vaut mieux faire. L’Exécutif écossais approuve également les structure plans8 et prend les décisions relatives aux permis de construire lorsqu’ils concernent les intérêts nationaux. Enfin, il peut servir de recours aux individus sollicitant un permis de construire auprès d’une collectivité locale et essuyant un refus. Les demandeurs peuvent alors faire appel aux ministres écossais9.

4Compte tenu de ces responsabilités et de ces changements, il est important d’étudier la politique suivie par l’Exécutif dans ce domaine, et notamment les politiques de revitalisation urbaine auxquelles il semble attacher beaucoup d’importance depuis 1999. Après avoir présenté le contexte dans lequel elles s’inscrivent, nous en examinerons les principales caractéristiques tout en essayant de déterminer si elles représentent un réel changement par rapport au passé et si elles sont aussi novatrices qu’elles le paraissent. Enfin, nous nous intéresserons aux principaux organismes écossais chargés de promouvoir ces politiques au niveau national.

BREF TABLEAU DES POLITIQUES URBAINES EN ÉCOSSE

  • 10 Office for National Statistics, UK 2004 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)

5Les politiques urbaines en Ecosse, et dans tout le Royaume-Uni, ont beaucoup évolué depuis 1945. Après la seconde guerre mondiale, elles ont cherché à contrôler la croissance des villes et à organiser la redistribution des citoyens vers des agglomérations nouvelles et planifiées, tout en attirant de nouvelles industries et activités pour fournir des emplois sur place aux nouveaux habitants. Deux types d’action ont donc été menés. D’une part, des ceintures vertes (green belts) ont été mises en place autour de la plupart des grandes agglomérations pour endiguer la croissance urbaine, facilitée par le développement des réseaux de transports. Cette option d’aménagement, définie légalement en 1955, consistait à délimiter par un zonage particulier une couronne périphérique dans laquelle toute nouvelle urbanisation, ou toute nouvelle utilisation des sols dite non-conforme, était soit interdite, soit limitée. Ces ceintures vertes pouvaient englober des champs, des forêts, mais aussi des villages ou de petites villes dont on ne pouvait geler l’évolution. Créées autour de Glasgow, Edimbourg, et Aberdeen, elles sont aujourd’hui au nombre de sept en Ecosse, totalisant 159 000 hectares. Trois ceintures vertes supplémentaires devraient voir le jour à St Andrews, Dumferline et Perth10.

  • 11 Jacques Leruez, Pierre Morere, L'Ecosse contemporaine, Paris, Ophrys-Ploton, p. 96-97.
  • 12 Ibid., p. 180-182. Claude Chaline, Delphine Papin, Le Royaume-Uni ou l'exception britannique, op. c (...)

6D’autre part, des villes nouvelles (new towns), comme East Kilbride (1947), Glenrothes (1948), Cumbernaud (1955), Livingston (1962), ou Irvine (1966), ont vu le jour, les aménageurs étant contraints d’organiser, au-delà des ceintures vertes, la localisation des futurs besoins en logements et activités. Ces villes nouvelles abritaient une très grande partie d’ex-résidents d’Edimbourg, de Dundee, et surtout de Glasgow11. Le cas de Glasgow était alors particulièrement préoccupant en raison de graves problèmes liés au manque de logements. Ce vaste programme a permis de limiter, à l’extrême, l’édification de grands ensembles d’habitats, essentiellement collectifs, sur les franges urbaines, formule urbanistique appliquée en France à cette époque. Il est aujourd’hui pratiquement achevé en Ecosse12.

7A partir des années 1970, il n’a plus été possible d’appliquer ce type de politique alliant dédensification et villes nouvelles. Bon nombre de villes souffraient alors du ralentissement de l’activité économique, d’une hausse du chômage due à la désindustrialisation et à la délocalisation des emplois, d’une chute de la population, d’une forte pauvreté, et du délaissement de nombreux territoires urbains à la suite de la fermeture de mines, d’usines ou de sites portuaires existants. Les autorités gouvernementales et locales décidèrent donc de modifier totalement leurs politiques en s’engageant dans des politiques de régénération urbaine concentrées non seulement sur le renouveau matériel des villes mais aussi sur le traitement de leurs problèmés économiques et sociaux :

  • 13 In the 1970s, the focus of urban regeneration policy in Scotland, as in Britain as a whole (and ind (...)

Dans les années 1970, les politiques de régénération urbaine en Ecosse, comme dans tout le Royaume-Uni (et même dans d’autres pays), n’ont plus eu pour priorité le renouveau matériel mais se sont intéressées aux problèmes sociaux, comme le résume l’expression suivante ‘la redécouverte de la pauvreté’13.

  • 14 Jacques Leruez, Pierre Morere, L'Ecosse contemporaine, op. cit, p. 138. Arthur Midwinter et al., Po (...)

8La majorité des politiques urbaines allait maintenant chercher à revitaliser des quartiers, voire des villes, en difficulté en n’omettant pas de renouveler la base des économies urbaines. L’exemple de Glasgow fut particulièrement frappant puisqu’une vaste opération de reconstruction d’un quartier tout entier fut lancée dans l’est de la ville (Glasgow Eastern Area Renewal project - GEAR) en 1976. Ce programme, qui reposait sur une coopération volontariste entre le secteur public et le secteur privé, mobilisa 300 millions de livres d’argent public et des investissements privés de l’ordre de 200 millions. Il visait à mettre un terme au déclin matériel, économique et social du vieux quartier situé à l’est du centre-ville14. Outre la construction d’édifices de prestige, ces politiques de régénération urbaine comprenaient la création de puissants complexes commerciaux, la revalorisation des patrimoines bâtis, la création d’établissements d’enseignement supérieur, le développement des transports collectifs.

  • 15 Claude Chaline, Delphine Papin, Le Royaume-Uni ou l'exception britannique, op. cit, p. 97-100. Arth (...)

9En dépit de leur aspect paternaliste, ces politiques urbaines n’ont pas été aussi efficaces qu’on aurait pu le penser : la théorie a effectivement été différente de la pratique, et le volet économique a souvent été privilégié au détriment du volet social. A la fin des années 1980, les autorités gouvernementales sont ainsi tombées sous l’influence du Thatchérisme, qui considérait que les problèmes urbains résultaient, avant tout, de dépenses excessives et d’une implication trop importante du gouvernement. Elles se sont donc désengagées et ont mis l’accent sur le développement des activités commerciales et des services dans les villes, activités susceptibles d’être les plus lucratives, aux dépens de toutes considérations sociales. Non seulement les nouveaux emplois qui furent créés ne correspondaient guère aux qualifications ou demandes des résidents, plus habitués à travailler dans le secteur secondaire, mais les problèmes des quartiers en difficulté n’étaient pas vraiment pris en compte15.

10Depuis les années 1990, les politiques urbaines ont amorcé un nouveau virage. Face à de nouvelles pressions s’exerçant sur le marché du logement en raison du nombre croissant de ménages d’une seule personne, les autorités gouvernementales ont réactualisé le principe d’« urban containment », à savoir elles tentent de contenir à nouveau la croissance urbaine. Cette fois-ci, elles encouragent la revitalisation des espaces déjà urbanisés, des centres-villes, et invitent les collectivités locales à faire obstacle à toute demande de promoteurs en territoire vierge (greenfields) et à favoriser plutôt le recyclage des terrains urbains disponibles ou en friche (brownfields). En même temps, elles cherchent toujours à promouvoir des politiques de régénération urbaine plus efficaces, capables de traiter les problèmes économiques et sociaux des villes. Les politiques urbaines développées par l’Exécutif écossais depuis 1999 s’inscrivent dans ce contexte.

LA « CITY-VISION » : UNE ÈRE NOUVELLE POUR LES POLITIQUES DE REVITALISATION URBAINE ?

  • 16 Voir les documents suivants publiés par l'Exécutif écossais : Review of Scotland's Cities - The Ana (...)

11Depuis 1999, l’Exécutif écossais a cherché à élaborer de nouvelles politiques de régénération urbaine afin de rendre les principales villes écossaises (cities) plus dynamiques mais aussi plus humaines, plus agréables, l’essentiel ici étant d’allier le volet économique au volet social. Initiée en 2000, la stratégie développée par l’Exécutif s’est découpée en deux phases, correspondant à deux documents : Review of Scotland’s Cities - The Analysis en 2002, document brossant le tableau des principales villes écossaises, à savoir Glasgow, Edimbourg, Dundee, Aberdeen, et Inverness ; puis, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities en janvier 2003, qui proposait des moyens d’action et qui était concentré cette fois-ci sur six villes - Stirling, ayant acquis entre temps le statut de « city »16. Le terme de « city » par opposition à « town » indique que chacune de ces six villes a une population supérieure à 100 000 habitants.

  • 17 Charlie Johnstone et al., " Urban Social Policy in the New Scotland : A New Beginning or Old Hat' ? (...)
  • 18 SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 10-11.

12Pour l’Exécutif, il était primordial de s’assurer de la bonne santé économique des six principales villes écossaises car elles soutiennent la vie économique et culturelle du pays : deux tiers de la population y vivent, 40 % des employés y travaillent ; elles sont des zones de création de richesse, d’innovation et de créativité ; des zones commerciales ; des centres culturels, artistiques, touristiques. C’est également là que sont établies les institutions scolaires écossaises les plus prestigieuses. Or, un certain nombre de déficiences économiques et sociales, et des inégalités nuisent à leur compétitivité. Glasgow et Dundee, en particulier, doivent faire face à de nombreuses difficultés : elles ont assisté à une chute de leur population entre 1981 et 2001 alors que Aberdeen, Edimbourg et Inverness ont vu leur population croître ; elles ont des taux de chômage relativement élevés (de l’ordre de 6 % contre 2 ou 3 % pour Aberdeen, Edimbourg ou Inverness) ; leurs habitants sont en moins bonne santé que ceux des autres villes écossaises. De manière plus générale, nous pouvons également noter que ces six villes comprennent de grandes poches de pauvreté, surtout Glasgow qui inclut les quartiers les plus pauvres en Ecosse17 ; qu’elles sont confrontées à de grandes difficultés de circulation, notamment Edimbourg, Aberdeen et Glasgow ; et qu’elles soulèvent des problèmes liés à l’environnement. Etant donné que ces déficiences portent préjudice à la productivité et à la compétitivité, et donc au succès économique de l’Ecosse, l’Exécutif insistait sur l’importance de remédier à cette situation et de transformer les six villes en centres de croissance18.

  • 19 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Guidance and Next Steps, 9 January 2003, p. 1-2.
  • 20 " The Cities Growth Fund covers a wide range of priorities to address the social, economic and cult (...)
  • 21 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, op. cit., p. 26.

13Pour y parvenir, plusieurs types de financement ont été proposés. Premièrement, l’Exécutif a mis à la disposition des villes un fonds (city growth fund) s’élevant à 90 millions de livres sur trois ans. Il était prévu que chacune des six villes en recevrait une partie une fois qu’elles auraient élaboré une stratégie de revitalisation sur dix ans (a strategic ten-year City-Vision), stratégie qui devait spécifier de quelle manière l’argent serait dépensé19. Le fonds pouvait avoir de nombreux usages : « Le fonds pour la croissance des villes englobe un vaste éventail de priorités pour répondre aux besoins sociaux, économiques et culturels d’une ville. La qualité de vie dans nos villes s’en trouvera totalement modifiée »20. Par exemple, il pouvait servir à améliorer l’infrastructure, y compris les transports, accroître les compétences des individus dans le domaine de l’emploi pour lutter contre le chômage, promouvoir l’innovation et la recherche scientifique, développer la vie culturelle en organisant de grands événements sportifs et culturels (a major events strategy), investir dans les écoles, investir dans le National Health Service (NHS), construire de nouveaux hôpitaux21.

  • 22 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, op. cit, p. 26.

14Deuxièmement, l’Exécutif a prévu de débourser 20 millions de livres sur la période 2003-2006 pour recycler les terrains, inoccupés et abandonnés (brownfields), situés à Dundee ainsi qu’à Glasgow et dans le Lanarkshire. Glasgow possédant à elle seule 14 000 hectares de territoires vacants, 16 millions de livres lui étaient allouées (en commun avec le Lanarkshire), les quatre autres étaient destinées à Dundee. Compte tenu de l’importance des terrains disponibles, nettement supérieurs à la demande, l’Exécutif envisageait même la transformation de certains territoires en espaces verts sur le moyen et le long terme22. Ce qui comptait, avant tout, pour l’Exécutif, c’était de supprimer ces terrains qui nuisent à la qualité de vie des quartiers environnants et empêchent la régénération urbaine :

  • 23 The legacy of the past can blight local environments and inhibit regeneration and renewal. The pres (...)

L’héritage du passé peut nuire à l’environnement des quartiers et freiner toute rénovation. Le fait qu’il y ait des terrains inoccupés et abandonnés dans les alentours a des conséquences importantes sur la qualité de vie de certains de nos quartiers les plus défavorisés. Recycler ces terrains, et améliorer ainsi la qualité du cadre de vie, peut souvent donner une impulsion vitale à la rénovation des quartiers23.

  • 24 Les Community Planning partners font référence aux partenariats entre les conseils locaux et les pr (...)
  • 25 The past months have seen the development and approval of six strategic city-region agreements - th (...)

15Le rôle de l’Exécutif écossais étant de fournir un cadre d’action, il a laissé le soin aux collectivités locales concernées d’élaborer une stratégie de revitalisation pour chaque ville. Nous avons indiqué que cette stratégie devait préciser la manière dont l’argent accordé par l’Exécutif serait dépensé, mais elle devait également indiquer précisément les moyens d’action qui avaient été choisis pour traiter les problèmes mis en évidence par l’Exécutif écossais, et le cadre d’application dans lequel les initiatives seraient menées. Effectivement, il est très important de noter que l’Exécutif écossais souhaitait favoriser une coopération entre des acteurs très variés, incluant à la fois le secteur public et le secteur privé. Les partenariats pouvaient inclure les collectivités locales, le secteur privé, les représentants des quartiers, le secteur associatif. Conformément à ces conseils, la stratégie de revitalisation n’avait pas été définie par les collectivités locales seules : « Au cours des derniers mois, six stratégies de revitalisation urbaine (City-Visions) ont été élaborées et approuvées. Elles définissent de manière claire et constructive la vision stratégique de chaque ville pour les dix prochaines années. Elles ont été élaborées en étroite collaboration avec les Community Planning partners24, et elles ont été soutenues par les quartiers et les parties prenantes locales, par les conseils au sein de chaque région, et par les Ministres »25.

  • 26 " Central to this is working in partnership. We want our cities to work with the public sector, wit (...)
  • 27 " But for Scotland to be truly successful, it is also essential that Glasgow and Edinburgh should w (...)
  • 28 John Innes, " End east west rivalry to boost Scotland's cities ", The Scotsman, 11 November 2002. ( (...)

16Non seulement l’Exécutif écossais encourageait l’association entre les différents secteurs public et privé, mais il incitait aussi les villes à travailler les unes avec les autres : « Le travail en partenariat est essentiel (à ce projet de revitalisation urbaine). Nous voulons que nos villes travaillent avec le secteur public, avec le secteur privé, et il est aussi très important qu’elles travaillent les unes avec les autres. L’Exécutif organisera régulièrement des réunions avec les six villes pour s’assurer qu’elles travaillent ensemble le plus possible »26. En fait, l’Exécutif attachait une importance toute particulière à la coopération entre Glasgow et Edimbourg, les deux principales villes du pays, afin qu’elles deviennent plus compétitives en tirant parti de leurs atouts, et qu’elles puissent rivaliser avec les autres villes sur le plan européen, voire international : « Mais pour que l’Ecosse connaisse véritablement la prospérité, il est primordial que Glasgow et Edimbourg travaillent davantage ensemble, en tant que ville mais aussi en prenant en compte la région au centre de laquelle elles se trouvent, il est primordial qu’elles collaborent pour renforcer leur compétitivité sur le plan international »27. Comme l’indique cette citation, la régénération des villes n’était jamais envisagée sans prendre en compte la région toute entière. Déjà en 2002, un rapport commandé par l’Exécutif écossais avait incité ces deux villes à mettre un terme à leurs rivalités passées et à travailler ensemble pour attirer davantage d’investisseurs, et développer de nouvelles initiatives dans les domaines culturel, touristique et des transports. Le rapport suggérait notamment qu’un million de livres soient investies dans la construction de voies ferrées menant aux aéroports de ces deux villes et qu’un organisme indépendant soit créé afin d’élaborer des projets culturels et touristiques communs28.

17En juillet 2003, chacune des six villes avait défini une politique de régénération urbaine. Elles se virent attribuer les financements publics suivants : 11,5 millions de livres pour Aberdeen ; 9,3 millions pour Dundee ; 24,2 millions pour Edimbourg ; 40 millions pour Glasgow ; 3,1 millions pour Inverness ; 1,9 millions pour Stirling. A l’exception de Dundee dont la stratégie était essentiellement concentrée sur la régénération de ses zones industriélo-portuaires (waterfront), les politiques de revitalisation proposées par les autres villes cherchaient à améliorer des domaines assez variés :

  • principalement développer l'identité culturelle - artistique et sportive -, les espaces publics et créer un centre sur les énergies de substitution pour Aberdeen ;

  • mettre en valeur le centre-ville, améliorer les transports en commun, et proposer des logements abordables pour Edimbourg ;

  • accroître les compétences des habitants pour lutter contre le chômage, promouvoir l'emploi et la formation dans les quartiers les plus pauvres, et mener un programme de régénération tout autour de la rivière Clyde, qu'il s'agisse des territoires industriélo-portuaires ou de « Clyde gateway » pour Glasgow ;

  • améliorer le site historique autour du château et de la rivière Ness, la vie dans le centre-ville grâce à de nouvelles zones piétonnes et à une réduction du trafic, la gestion des déchets, et assurer un système d'information « en temps réel » aux habitants (Wired City Initiative) pour Inverness ;

    • 29 Voir l'annexe située à la fin de l'article.

    enfin, assurer un meilleur réseau routier, rénover les quartiers situés autour du centre-ville et améliorer les zones piétonnes et les espaces verts pour Stirling29.

MESURES COMPLÉMENTAIRES : LA RÉGÉNÉRATION DES CENTRES-VILLES

18La stratégie de revitalisation urbaine de l’Exécutif a été accompagnée d’initiatives visant à redynamiser les centres-villes et à améliorer la qualité de vie de leurs habitants - nous retrouvons ici l’équilibre entre le pôle économique et le pôle social. Non seulement l’Exécutif reprochait aux centres-villes leur manque d’activité économique et d’attractivité pour les investissements, mais également leur cadre peu accueillant, puisqu’il mentionnait, par exemple, le trop grand nombre de voitures, la pollution environnante ou le manque d’hygiène.

  • 30 SCOTTISH EXECUTIVE, Improving Town Centres, October 1999.

19Divers types de mesures ont donc été proposés dans une Planning Advice Note. Tout d’abord, l’Exécutif écossais a encouragé les constructions de logements, de commerces, le développement de services variés, ou la réutilisation de terrains et bâtiments abandonnés à des finalités résidentielles, commerciales ou industrielles afin de dynamiser les centres-villes et d’y stimuler les loisirs ainsi que la culture. Il souhaitait avant tout éviter qu’un nombre trop important de commerces et d’activités ne s’installent hors des villes, comme cela avait été le cas au cours de la dernière décennie. Il suggérait, par exemple, de recycler les immeubles de bureaux, immeubles souvent prestigieux mais manquant d’équipements modernes et aujourd’hui abandonnés, en les transformant en pubs ou clubs. Il recommandait également une amélioration du réseau routier afin d’améliorer l’accès aux villes ainsi qu’un accroissement des places de parking. Par ailleurs, l’identité et l’attractivité de chaque centre-ville devait être renforcées : il fallait mettre en avant leurs points forts, limiter la circulation des voitures - ce qui peut sembler paradoxal avec le point mentionné précédemment -, et s’assurer que les rues et les lieux publics soient propres et bien entretenus grâce à des investissements plus réguliers dans la voirie30.

  • 31 Brian Ferguson, Ian Swanson, "£ 300,000 to cut crime in Edinburgh centre ", Evening News, 4 Novembe (...)
  • 32 " If cities are safer places then we all benefit. The public feels safer in coming into city centre (...)

20Enfin, un programme de lutte contre la criminalité (Scottish Safe City Centres Initiative) a été développé : 1,7 millions de livres ont été déboursées sur 3 ans pour rendre les centres-villes de Dundee, Aberdeen, Edimbourg, Glasgow, Inverness, Stirling et Perth plus sûrs et plus prospères grâce à des mesures comme la mise en place de systèmes de vidéo surveillance (CCTV - Closed Circuit Television -), ou le développement de nouveaux projets visant à améliorer la sécurité dans les quartiers. A Edimbourg, par exemple, les autorités ont décidé de mettre en commun les informations sur les voleurs à l’étalage, les délinquants juvéniles et les mendiants afin de mieux prévenir toute forme de violence, ainsi que de multiplier les équipes de sécurité dans les centres commerciaux31. La somme d’argent allouée à chaque ville a été répartie de la manière suivante : 154 690 livres ont été attribués à Edimbourg, 150 669 à Glasgow, 128 523 à Dundee, 109 571 à Stirling, 105 000 à Inverness, 99 182 à Aberdeen et 33 500 à Perth. Ici encore l’Exécutif justifiait son action dans le domaine social par le fait qu’elle bénéficierait à l’économie du pays en fin de compte : « Si les villes sont plus sûres, alors tout le monde en profite. Les gens se sentent davantage en sécurité lorsqu’ils viennent dans les centres-villes. Tous les commerces quels qu’ils soient profitent de davantage de clients. Lorsque les affaires marchent bien, les rues sont animées, et lorsque les rues sont animées, elles sont plus sûres »32.

  • 33 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)
  • 34 Office for National Statistics, UK 2004 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)

21Il semblerait par conséquent que les politiques élaborées par l’Exécutif écossais rompent nettement avec les politiques développées par les conservateurs au cours des années 1980, tout en étant dans la continuité de celles prônées, avec plus ou moins de succès, au cours des années 1970. Notons que ces préoccupations pour des villes à la fois plus compétitives et plus « humaines » sont perceptibles dans toute la Grande-Bretagne, et notamment en Angleterre, puisque, dès son arrivée au pouvoir, le Premier ministre, Tony Blair, a clairement indiqué qu’il souhaitait revitaliser les centres urbains. Divers efforts ont déjà été faits dans ce sens. En novembre 2000, le gouvernement travailliste a publié un livre blanc sur la politique urbaine, intitulé Our Towns and Cities : The Future - Delivering an Urban Renaissance. Ce document, qui présentait les projets du gouvernement pour les villes et banlieues, encourageait les Anglais à retourner vivre dans les centres-villes en les faisant bénéficier d’abattements fiscaux afin de diminuer les pressions existant dans les campagnes en matière de logements et de les protéger du développement économique33. En outre, en 2001, un projet intitulé « Urban Renaissance » a été lancé pour trouver des solutions aux problèmes auxquels les villes sont confrontées. Il a donné lieu à un rapport publié en 2002 lors du sommet urbain (Urban Summit). Ce rapport évaluait les progrès faits en matière de régénération urbaine dans vingt-quatre villes anglaises et définissait des lignes directrices pour élaborer des stratégies de régénération34.

22D’autres éléments de rupture résident dans la plus grande concertation ouverte entre le gouvernement et les collectivités locales, et dans la multiplication d’actions plus décentralisées depuis la fin des années 1990 et le changement de majorité politique. Depuis 1997, des formes de partenariat focalisées sur la régénération urbaine se sont développées localement entre les collectivités locales, le secteur privé et les services déconcentrés de l’Etat afin de répondre plus efficacement aux problèmes des quartiers, notamment les problèmes sociaux.

DES PROGRAMMES DE RÉGÉNÉRATION NOVATEURS ?

  • 35 Parmi les principales, nous pouvons noter :
    - les local authority companies dans lesquelles la colle (...)
  • 36 SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 244.

23L’Exécutif écossais a fait de son mieux pour développer de nouveaux programmes afin de faciliter la mise en place des stratégies de régénération urbaine. Deux principales raisons ont motivé son action. D’une part, l’Exécutif écossais estimait que les initiatives passées35 n’avaient pas été assez efficaces puisque certains quartiers étaient toujours confrontés à des problèmes liés à l’emploi, à l’environnement ou à l’infrastructure. D’autre part, le processus permettant la mise en place de nouveaux projets de revitalisation avait été jusqu’à présent beaucoup trop lent, ce qui avait engendré beaucoup de frustration parmi les aménageurs36 :

  • 37 Despite many examples of effective delivery, however, the review has identified considerable frustr (...)

Cependant, malgré de nombreux exemples de réussite, notre étude a établi qu’il existait une très forte frustration parmi de nombreux aménageurs en ce qui concerne les retards, parfois importants, qui peuvent suspendre, voire empêcher, la réalisation de projets importants. Ceux qui travaillent sur le terrain, que ce soit dans le secteur public ou le secteur privé, ont indiqué qu’ils étaient frustrés par le temps qu’il faut pour réaliser certains projets et ont énuméré de nombreux d’obstacles à une mise en œuvre plus rapide, plus efficace37.

  • 38 Sure Start Scotland est un programme qui cherche à aider les familles qui ont des enfants en bas âg (...)

24De nouveaux programmes ont donc été définis, programmes qui venaient soutenir et compléter d’autres projets s’attaquant au déclin économique et social, ainsi que des initiatives comme Sure Start Scotland38 ou Community Safety Partnerships qui ont été mises en place par les collectivités locales, la police et les pompiers pour lutter contre la criminalité dans les quartiers. A cette liste, il ne faut pas oublier d’ajouter les aides en provenance des fonds structurels européens qui soutiennent de nombreux projets dans les zones industrielles, urbaines et rurales les moins prospères de l’Union européenne.

  • 39 School of Town and Regional Planning, University of Dundee, " Patterns of Regeneration and the Morp (...)

25Désormais existe ainsi en Ecosse un programme d’association pour l’inclusion sociale (Social Inclusion Partnership - SIP -). Il compte quarante-huit associations au niveau local qui cherchent à résoudre les problèmes auxquels les quartiers défavorisés sont confrontés dans les villes et campagnes écossaises. Ces associations regroupent des acteurs très variés : toutes les agences gouvernementales concernées au niveau local, les secteurs privé et associatif, et les représentants des quartiers. Il est prévu qu’elles reçoivent 169 millions de livres entre 2001 et 2004 pour financer les initiatives locales existantes mais aussi pour encourager les activités visant à améliorer l’accès à l’emploi et à l’instruction, la qualité de vie, et les conditions de vie pour les enfants. Ces programmes représentent une nouvelle étape dans les politiques de régénération urbaine pour deux raisons principales. D’une part, ils cherchent à empêcher et à traiter le problème de l’exclusion sociale tout en promouvant l’inclusion sociale. D’autre part, ils tentent de s’attaquer directement aux causes du déclin urbain plutôt que de chercher seulement à en améliorer les effets39.

26Deux projets importants sont également à l’étude : les Urban Regeneration Companies - URCs - et les Business Improvement Districts - BIDs L’Exécutif écossais a clairement indiqué dans ses publications qu’il souhaitait lancer un débat sur ces deux programmes, déjà existants dans d’autres pays, afin de les voir apparaître rapidement sur le sol écossais, et d’accélérer ainsi la revitalisation urbaine, pas seulement dans les six villes mentionnées précédemment mais dans toutes les villes écossaises de manière générale. Selon lui, ces deux projets vont permettre une plus grande création de richesse en alliant les différentes compétences du secteur public à celles du secteur privé.

  • 40 Au nombre de neuf ces organismes définissent les priorités en termes de revitalisation et assurent (...)
  • 41 Institué en 1995, réorganisé en 1999, English Partnerships est l'un des principaux organismes gouve (...)
  • 42 SCOTTISH EXECUTIVE, Urban Regeneration Companies : A Consultation Paper, August 2003, 10p. SCOTTISH (...)

27Les Urban Regeneration Companies existent en Angleterre depuis 1999. Tout d’abord au nombre de trois, sous la forme de projets pilotes à Manchester (New East Manchester), Liverpool (Liverpool Vision) et Sheffield (Sheffield One), leur succès a poussé le gouvernement à en créer douze autres en 2000. En avril 2003, elles étaient au nombre de quatorze en Angleterre. Ce sont des organismes indépendants qui ont pour objectif d’élaborer des projets pour la revitalisation matérielle, économique et sociale des villes, de promouvoir la nouvelle image des villes et de susciter l’intérêt des investisseurs. Il s’agit de formes de partenariat développées localement entre les collectivités locales, les organismes déconcentrés de l’Etat au niveau régional (Regional Development Agencies - RDAs)40, l’organisme gouvernemental English Partnerships41 (EP) et le secteur privé. Selon l’Exécutif écossais, elles permettraient d’élaborer plus facilement des stratégies communes, elles assureraient une meilleure coordination des activités existantes ainsi qu’une certaine indépendance par rapport aux collectivités locales et aux autres organismes publics, elles permettraient de faire passer les intérêts locaux avant ceux nationaux, enfin, elles indiqueraient clairement au secteur privé où il faut diriger les investissements - ces associations reposent effectivement sur des investissements publics et privés. Ainsi les URCs permettraient de relancer les efforts de revitalisation urbaine dans certaines zones où les initiatives passées n’ont pas fonctionné42 :

  • 43 The Cities Review team therefore believe that there is potential in introducing key elements of the (...)

Par conséquent, l’équipe qui a travaillé sur la Cities Review estime qu’il existe des possibilités d’introduire des éléments-clés du programme relatif aux URCs en Ecosse afin de donner un nouvel élan aux efforts de revitalisation dans les quartiers de nos villes où les initiatives existantes ont échoué. En particulier, nous pensons que le rôle joué par le pouvoir central dans la désignation des URCs est bénéfique dans la mesure où il permet de déterminer les priorités nationales et d’indiquer au secteur privé que les organismes publics ont l’intention de concentrer les efforts et les investissements afin de stimuler la régénération de certains quartiers43.

  • 44 SCOTTISH EXECUTIVE, Business Improvement Districts : A Consultation Paper, June 2003, 10p.
  • 45 Shonaig Macpherson, " BID to extend services to rural areas ", The Scotsman, 18 July 2003. (http:// (...)

28En ce qui concerne les Business Improvement Districts, elles représentent des associations entre les collectivités locales et le monde des affaires au niveau local - il s’agit donc encore une fois d’un partenariat entre le secteur public et le secteur privé - afin de lancer des nouveaux projets de rénovation qui profiteront aux commerces locaux. Originaires des Etats-Unis où elles ont permis, dès les années 1970, de régénérer certains quartiers locaux comme Times Square à New York, elles peuvent servir à améliorer l’infrastructure, la sécurité, les transports ou l’accessibilité, entre autres choses, selon les besoins locaux. Elles sont financées en partie par une taxe payée par chaque entreprise concernée, taxe qui vient s’ajouter à la taxe professionnelle (business rates) qu’elles payent déjà. Ce système de financement permet d’assurer une certaine justice. D’une part, toutes les entreprises qui bénéficieront des changements participent au financement du programme, ce qui n’est pas toujours le cas actuellement. D’autre part, elles le décident par l’intermédiaire d’un système de vote qui garantit aussi bien la prise en compte du point de vue des petits commerçants que de celui des commerces plus importants. Le financement peut provenir de sources très variées, à savoir les entreprises, mais aussi les propriétaires fonciers, l’Union européenne, ou les collectivités locales44. Parallèlement au gouvernement anglais qui a encouragé la mise en place de plusieurs BIDs, à Londres notamment, l’Exécutif écossais semble placer beaucoup d’espoir dans ces nouveaux programmes45 :

  • 46 Business Improvement Districts have already been successful everywhere. You only have to look at Ti (...)

Les Business Improvement Districts ont déjà produit de bons résultats partout. Il suffit de regarder l’exemple de Times Square à New York pour voir les énormes améliorations qu’ils peuvent apporter à un quartier, qu’il s’agisse de son apparence ou de l’impression qu’il laisse.
Je pense que ces partenariats pourraient également apporter de véritables avantages aux quartiers en Ecosse. Les améliorations dans les domaines prioritaires comme le transport, le tourisme et les conditions de travail ne sont que quelques exemples parmi les nombreux avantages que les BIDs pourraient véritablement apporter46.

  • 47 Ibid, p. 3.
  • 48 Charlie Johnstone et al., " Urban Social Policy in the New Scotland : A New Beginning or Old Hat' ? (...)

29Tous ces projets ont deux choses en commun : d'une part, ils cherchent à apporter des « solutions locales à des problèmes locaux » (local solutions for local problems)47 ; d'autre part, ils reposent sur un partenariat entre des acteurs très divers, appartenant à la fois au secteur public et au secteur privé. Ce type d'approche n'est pas totalement nouveau puisque les précédents gouvernements conservateurs avaient eux aussi accordé beaucoup d'importance aux partenariats incluant à la fois les autorités gouvernementales, le secteur privé et les quartiers locaux. En revanche les rapports avec les collectivités locales sont totalement différents : alors que les conservateurs les regardaient d'un air soupçonneux, voire avec mépris, l'Exécutif écossais est prêt à leur faire jouer un rôle réel dans la revitalisation des villes48.

LES ORGANISMES NATIONAUX CHARGÉS DE LA RÉGÉNÉRATION EN ÉCOSSE

  • 49 Christian Civardi, L'Ecosse contemporaine, Paris, Ellipses, 2002, p. 62.

30Ces principes conditionnent également le travail des principaux organismes en charge de la régénération en Ecosse : Scottish Enterprise, Highlands and Islands Enterprise, et Communities Scotland. Les deux premiers organismes sont les plus anciens puisqu’ils existaient déjà au cours des années 1970 sous les noms : Scottish Development Agency (créee en 1975) et Highlands and Islands Development Board (établi en 1965). En 1991, le Premier Ministre conservateur, John Major, les a remplacés par Scottish Enterprise et Highlands and Islands Enterprise qui conservèrent les mêmes fonctions - développer de façon durable l’économie du pays - même s’ils mettent plus désormais l’accent sur la formation professionnelle et la collaboration avec le secteur privé49.

  • 50 Voir le site :http://www.scottish-enterprise.com
  • 51 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)

31Scottish Enterprise est le principal organisme chargé des actions d’aménagement et de développement économique en Ecosse, il couvre 93 % de la population écossaise située dans la moitié sud de l’Ecosse, à savoir la Central Industrial Belt et les southern uplands (zone allant des Grampians jusqu’à la frontière avec l’Angleterre). Ses membres dirigeants sont nommés par les députés écossais pour une période de trois ans, en règle générale. Financé par l’Exécutif écossais, Scottish Enterprise contribue à la revitalisation des villes et régions, encourage l’emploi et aide les entreprises (il les aide à démarrer ou les soutient) par l’intermédiaire de projets comme « Crown Street Regeneration Project »50. Lancé en 1990, ce dernier avait pour but de revitaliser le quartier notoire des Gorbals, situé non loin du centre de Glasgow, grâce à un partenariat entre Scottish Enterprise, les autorités locales de Glasgow, Communities Scotland, le secteur privé et le quartier. Après dix ans de travaux, dix-sept hectares de terrain ont été ainsi recyclés, 810 logements et 2 600 mètres carré d’espace pour les entreprises ont été créés51.

32Highlands and Islands Enterprise (HIE) remplit les mêmes fonctions que Scottish Enterprise mais son action est concentrée sur le nord de l’Ecosse (archipels et massifs).

  • 52 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Brit (...)

33Communities Scotland, agence de développement économique créée par l’Exécutif écossais, joue également un rôle important en matière de rénovation urbaine. Elle travaille étroitement avec un certain nombre de partenaires, en particulier les collectivités locales mais aussi les secteurs privé et associatif pour améliorer les logements et revitaliser les quartiers les plus pauvres. Conformément aux recommandations de l’Exécutif écossais, Communities Scotland accorde beaucoup d’importance aux partenariats afin de remplir ces objectifs dans la mesure où les problèmes des quartiers défavorisés sont complexes et concernent non seulement les logements et la revitalisation, mais aussi la santé, l’emploi, la criminalité, les comportements anti-sociaux ou l’environnement. Elle soutient ainsi les programmes d’association pour l’inclusion sociale (Social Inclusion Partnerships). Le budget prévu pour Communities Scotland en 2002-2003 s’élevait à plus de 300 millions de livres, dont 80 millions pour les projets de revitalisation52.

CONCLUSION

34Par conséquent, depuis 1999, l’Exécutif écossais semble avoir ouvert la voie à de nouvelles politiques de régénération urbaine. Premièrement, il a encouragé l’élaboration de politiques alliant compétitivité économique et lutte contre les problèmes sociaux urbains, notamment la pauvreté - ces deux facettes se renforçant l’une l’autre -, un peu dans l’esprit de celles qui avaient été menées au cours des années 1970. Deuxièmement, il a accordé plus de pouvoir aux autorités locales en favorisant le développement d’actions de régénération urbaine au niveau local. Le débat qui a été lancé sur la mise en place éventuelle des Business Improvement Districts et des Urban Regeneration Companies témoigne de cet état de fait.

35Toutefois, il faut être très prudent et relativiser l’aspect novateur de ces démarches. D’une part, bon nombre des initiatives de l’Exécutif trouvent leurs sources dans des projets déjà menés en Angleterre ou aux Etats-Unis. D’autre part, elles présentent certains éléments de continuité avec des programmes menés par les précédents gouvernements conservateurs. Ses politiques se montreront-elles plus efficaces ? Il est difficile d’en évaluer l’impact sur les villes écossaises pour le moment. Il faudra attendre quelques années pour pouvoir véritablement établir un bilan objectif.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

OUVRAGES

CHALINE Claude, PAPIN Delphine, Le Royaume-Uni ou l’exception britannique, Paris, Ellipses, 2004, 192p.

CIVARDI Christian, L’Ecosse contemporaine, Paris, Ellipses, 2002, 175p.

LERUEZ Jacques, L’Ecosse. Vieille Nation, Jeune Etat, Crozon, Armeline, 2000, 344p.

LERUEZ Jacques, MORERE Pierre, L’Ecosse contemporaine, Paris, Ophiys-Ploton, 1995, 190p.

LEYDIER Gilles, La question écossaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998, 252p.

MIDWINTER Arthur, KEATING Michael, MITCHELL James, Politics and Public Policy in Scotland, Basingstoke & London, Macmillan, 1991, 240p.

ARTICLES

JOHNSTONE Charlie, MCWILLIAMS Chris, MOONEY Gerry, “Urban Social Policy in the New Scotland : A New Beginning or ‘Old Hat’ ?”, Regional Studies Association International Conference : Reinventing Regions in the Global Economy, 12-15 April 2003, 24p. School of Town and Regional Planning, University of Dundee, “Patterns of Regeneration and the Morphing of Social Exclusion in Dundee”, Monitoring and Evaluation Series, April 2000, 10p. (http://www.trp.dundee.ac.uk/research/geddes/monitor/patterns.htm)

PUBLICATIONS

OFFICE FOR NATIONAL STATISTICS, UK 2003, The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, 2002, 514p.

OFFICE FOR NATIONAL STATISTICS, UK 2004, The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, 2003, 522p.

SCOTTISH EXECUTIVE, Improving Town Centres, Planning Advice Note PAN 59, October 1999, 16p.

SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, 2002, 277p.

SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, January 2003, 6 lp.

SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Guidance and Next Steps, 9 January 2003, 3p.

SCOTTISH EXECUTIVE, Business Improvements Districts : A consultation paper, July 2003,10p.

SCOTTISH EXECUTIVE, Urban Regeneration Companies : A consultation paper, August 2003, 10p.

Annexes

ANNEXE

PROPOSITIONS DETAILLEES SOUMISES PAR CHAQUE VILLE DANS LE CADRE DE LA CITY-VISION

ABERDEEN

Citadel Arts Centre - £900,000

Energy Fund - £1.5 million

Refurbish Victorian Gardens - £800,000

Development company - 1.2 million

Festivals/Events - £600,000

Arts Fund - £1 million

Sports Developments - £1.5 million

Exploring the city - £600,000

Harbour area - £500,000

Urban realm - £1.5 million

Covered city - £600,000

Connected city - £700,000

Total - £11.5 million

DUNDEE

Regeneration of Waterfront - £9.3 million

Total - £9.3 million

EDINBURGH

Bus information and service improvements - £3.8 million

Hermiston park and ride - £1 million

Usher Hall - £2 million

Winter festivals - £1.1 million

Edinburgh International Festival - £400,000

Theatre Fund - £1.2 million

MTV Awards - £100,000

Parks - £300,000

Affordable housing - £3 million

City centre public realm - £8.7 million

Joined up for jobs - £500,000

Urban Design support - £300,000

City region branding - £1 million

Support for city region working - £800,000

Total - 24.2 million

GLASGOW

Vocational Training Programme - £9.7 million

Clyde Gateway Industrial Development - £9 million

Glasgow North Canal Restoration - £2.7 million

Waste Management Innovation Fund - £1 million

Gartloch and Cardowan Corridor - £2.2 million

River Clyde Regeneration - £6 million

Business and training centres in deprived areas - £5.4 million

Traffic management and public access - £4 million

Total - £40 million

INVERNESS

Upgrading of public domain around Castle/River - £500,000

Wired city - £500,000

Streetscape improvements in centre - £500,000

Waste management - £500,000

Development of new UHI office - £100,000

Support for Merkinch SIP - £100,000

Voluntary resource centre - £100,000

City project office - £100,000

Strategic transport studies - £100,000

Design masterplan - £100,000

Pilot Business Improvement District - £100,000

City Centre Demonstration project - £100,000

Community Trust - £100,000

Support for commuter rail - £100,000

Eden Court - £100,000

Total - £3.1 million

STIRLING

Sustainability Centre - £700,000

WHO Health city - £38,000

Stirling style - £200,000

City gateways - £200,000

Routes and linkages - £400,000

Spaces - £70,000

Riverside improvements - £75,000

Stirling URC - £100,000

Castle area improvements - £50,000

City region study - £19,000

Total - £1.9 million

Notes

1 Voir le site : http://www.scotland.gov.uk

2 En 1999 les travaillistes n’avaient obtenu que 56 sièges sur les 65 requis. Il leur fallait donc former une coalition avec les libéraux-démocrates (17 sièges).

3 Entre 1999 et octobre 2000, ce poste a été occupé par Donald Dewar, puis par Henry McLeish jusqu’en novembre 2001, puis par Jack McConnell.

4 Jacques Leruez, L'Ecosse. Vieille Nation, Jeune Etat, Crozon, Armeline, 2000, p. 99-100.

5 Ibid., p. 103.

6 Ibid., p. 106.
Voir aussi le site : http://www.scotland.gov.uk

7 Les development plans fournissent un cadre pour les prises de décision relatives à l'aménagement du territoire. Les permis de construire sont étudiés en fonction des documents de référence pertinents même si la force juridique de ces documents peut être modulée par la prise en compte de diverses circonstances matérielles.

8 Les structure plans définissent les orientations générales des politiques et fournissent un cadre pour les local plans (qui prévoient et cartographient les différents objectifs détaillés d’urbanisme).

9 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, 2002, p. 302,304,305. Claude Chaline, Delphine Papin, Le Royaume-Uni ou l'exception britannique, Paris, Ellipses, 2004, p. 93-94.

10 Office for National Statistics, UK 2004 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, 2003, p. 302.

11 Jacques Leruez, Pierre Morere, L'Ecosse contemporaine, Paris, Ophrys-Ploton, p. 96-97.

12 Ibid., p. 180-182. Claude Chaline, Delphine Papin, Le Royaume-Uni ou l'exception britannique, op. cit, p. 88-92.

13 In the 1970s, the focus of urban regeneration policy in Scotland, as in Britain as a whole (and indeed, other countries), shifted from physical renewal to a concern with social problems summed up in the phrase'the rediscovery of poverty'. Arthur Midwinter et al., Politics and Public Policy in Scotland, Basingstoke & London, Macmillan, p. 182.

14 Jacques Leruez, Pierre Morere, L'Ecosse contemporaine, op. cit, p. 138. Arthur Midwinter et al., Politics and Public Policy in Scotland, op. cit., p. 183-185.

15 Claude Chaline, Delphine Papin, Le Royaume-Uni ou l'exception britannique, op. cit, p. 97-100. Arthur Midwinter et al., Politics and Public Policy in Scotland, op. cit., p. 187-194.

16 Voir les documents suivants publiés par l'Exécutif écossais : Review of Scotland's Cities - The Analysis, 2002, 277p ; Building Better Cities : Delivering Growth and Opportunities, January 2003, 61p. (http://www.scotland.gov.uk)

17 Charlie Johnstone et al., " Urban Social Policy in the New Scotland : A New Beginning or Old Hat' ?", Regional Studies Association International Conference : Reinventing Regions in the Global Economy, 12-15 April 2003, p. 2.

18 SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 10-11.

19 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Guidance and Next Steps, 9 January 2003, p. 1-2.

20 " The Cities Growth Fund covers a wide range of priorities to address the social, economic and cultural needs of a city. Importantly they will make a real difference to the quality of life in our cities ". SCOTTISH EXECUTIVE, " Minister tours Aberdeen ", 7 August 2003. (http://www.scotlandgov.uk)

21 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, op. cit., p. 26.

22 SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, op. cit, p. 26.

23 The legacy of the past can blight local environments and inhibit regeneration and renewal. The presence of vacant and derelict land around them significantly impacts on the quality of life of some of our most disadvantaged communities. Reclaiming that land, so improving the quality of the local environment, can often provide a vital stimulus for the renewal of communities. SCOTTISH EXECUTIVE, Building Better Cities - Delivering Growth and Opportunities, op. cit, p. 27.

24 Les Community Planning partners font référence aux partenariats entre les conseils locaux et les principaux services publics. Ils ont été créés pour mieux répondre aux besoins et aspirations des quartiers dans l'aménagement du territoire.

25 The past months have seen the development and approval of six strategic city-region agreements - their City Visions. These City Visions are clear and constructive statements by each city of its strategic vision for the next ten years, developed in close collaboration with Community Planning partners and endorsed by local communities and stakeholders ; by councils across each city region, and by Ministers. (déclaration de Andy Kerr, le ministre des finances et des services publics)
SCOTTISH EXECUTIVE, " Building Better Cities Debate ", 30 October 2003. (http://www.scotland.gov.uk)

26 " Central to this is working in partnership. We want our cities to work with the public sector, with the private sector and, crucially, with each other. The Executive will arrange regular meetings with all six cities to ensure they are working together as much as possible ". (Minister for Finance and Public Services, Andy Kerr)
SCOTTISH EXECUTIVE, " Cities share £ 90 million growth fund ", 3 July 2003. (http://www.scotlandgov.uk)

27 " But for Scotland to be truly successful, it is also essential that Glasgow and Edinburgh should work more closely together, both as cities and as city-regions - collaborating to compete more keenly on the international scale ". (Minister for Finance and Public Services, Andy Kerr)
SCOTTISH EXECUTIVE, " Glasgow goes global ", 18 June 2004. (http://www.scotlandgov.uk)

28 John Innes, " End east west rivalry to boost Scotland's cities ", The Scotsman, 11 November 2002. (http://www.scotsman.com)

29 Voir l'annexe située à la fin de l'article.

30 SCOTTISH EXECUTIVE, Improving Town Centres, October 1999.

31 Brian Ferguson, Ian Swanson, "£ 300,000 to cut crime in Edinburgh centre ", Evening News, 4 November 2003. (http://www.scotsman.com)

32 " If cities are safer places then we all benefit. The public feels safer in coming into city centres. Businesses of all kinds benefit from more customers. Where business is good, streets are busy, and where the streets are busy, the streets are safer ". (Déclaration du First Minister adjoint : Jim Wallace). SCOTTISH EXECUTIVE, " Making city centres safer ", 4 November 2003. (http:www.scotland.gov.uk)

33 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, op. cit., p. 307.

34 Office for National Statistics, UK 2004 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, op. cit, p. 304.

35 Parmi les principales, nous pouvons noter :
- les local authority companies dans lesquelles la collectivité locale fournit le financement de départ et devient généralement l'actionnaire majoritaire. Ces organismes passent ensuite des marchés avec le secteur privé pour remplir certains objectifs.
- les joint ventures grâce auxquelles les collectivités locales et les organismes publics, et parfois aussi le secteur privé, s'associent, pour mener à bien des projets et objectifs spécifiques.
- les strategic partnerships grâce auxquelles des partenaires très variés, appartenant principalement au secteur public mais pas uniquement, s'associent et regroupent leurs ressources financières pour modifier et améliorer une région ou un quartier.
- les local economic development companies qui permettent à un organisme particulier de coordonner les divers efforts de revitalisation (depuis l'amélioration des logements jusqu'aux compétences des habitants) dans un lieu déterminé.

36 SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 244.

37 Despite many examples of effective delivery, however, the review has identified considerable frustration among many'development'professionals at the sometimes significant delays that can hold-up or prevent the implementation of major projects. Those working in the field, in both the public and private sector, expressed frustration at the length of time taken to deliver some projects and identified a number of barriers to quicker, more effective delivery.
Ibid.

38 Sure Start Scotland est un programme qui cherche à aider les familles qui ont des enfants en bas âge et qui sont dans le besoin.

39 School of Town and Regional Planning, University of Dundee, " Patterns of Regeneration and the Morphing of Social Exclusion in Dundee ", Monitoring and Evaluation series, April 2000, p. 3-4, p. 7.
(http://www.trp.dundee.ac.uk/research/geddes/monitor/patterns.htm)
Office for National Statistics,
UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, op. cit, p. 308.

40 Au nombre de neuf ces organismes définissent les priorités en termes de revitalisation et assurent que les nouveaux programmes complètent et renforcent ceux qui existent déjà.

41 Institué en 1995, réorganisé en 1999, English Partnerships est l'un des principaux organismes gouvernementaux de revitalisation en Angleterre. Il a disposé de financements limités, de l'ordre de 160-170 millions d'euros par an, qui ont renforcé quelques grandes opérations de revitalisation urbaine comme à Sheffield, Manchester, Hull et Greenwich.

42 SCOTTISH EXECUTIVE, Urban Regeneration Companies : A Consultation Paper, August 2003, 10p. SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 250-254.

43 The Cities Review team therefore believe that there is potential in introducing key elements of the URC approach to Scotland, to provide a new impetus for regeneration efforts in areas of our cities where existing initiatives are failing to deliver. In particular, we believe there to be benefit in the role that the designation of URCs by central government plays in identifying national priorities and signalling to the private sector the intention of public agencies to focus efforts and investment to drive forward regeneration in particular areas. SCOTTISH EXECUTIVE, Review of Scotland's Cities - The Analysis, op. cit., p. 253.

44 SCOTTISH EXECUTIVE, Business Improvement Districts : A Consultation Paper, June 2003, 10p.

45 Shonaig Macpherson, " BID to extend services to rural areas ", The Scotsman, 18 July 2003. (http://www.scotsman.com)

46 Business Improvement Districts have already been successful everywhere. You only have to look at Times Square in New York to see the massive improvements they can make to the look and feel of an area.
I believe these partnerships could deliver real benefits for communities in Scotland too. Improvements in priority areas like transport, tourism and the working environment are just some of the many genuine benefits BIDs could provide. (Minister for Finance and Public Services, Andy Kerr) SCOTTISH EXECUTIVE, " Minister highlights Business Improvement Districts ", 23 September 2003. (http://www.scotland.gov.uk)

47 Ibid, p. 3.

48 Charlie Johnstone et al., " Urban Social Policy in the New Scotland : A New Beginning or Old Hat' ?", op. cit, p. 15-16.

49 Christian Civardi, L'Ecosse contemporaine, Paris, Ellipses, 2002, p. 62.

50 Voir le site :http://www.scottish-enterprise.com

51 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, op. cit., p. 308-309.

52 Office for National Statistics, UK 2003 - The Official Yearbook of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, op. cit., p. 308-309. Voir également le site :http://www.communitiesscotland.gov.uk

Auteur

Maître de Conférences à l’Université de Montpellier I. Docteur en civilisation britannique, elle travaille sur la politique suivie par les travaillistes et les syndicats britanniques vis-à-vis des questions monétaires européennes, mais aussi des retraites. Elle s’intéresse également au Royaume-Uni et l’Europe.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540