Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

III. Present development of towns and cities as a political, social and economic problem

Édimbourg et Belfast, deux quasi-capitales entre réalités économiques et rêves de puissance

Philippe Brillet

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Les fonctions banales correspondent à la satisfaction des besoins des habitants d'un centre, telle (...)
  • 2 Le terme de « Province » est d’autant plus largement utilisé qu’il est relativement neutre. Son emp (...)

1L’Écosse me semble aujourd’hui, une nouvelle fois, à la croisée des chemins. D’une part, sa nouvelle autonomie politique et son redressement économique lui donne une capacité accrue à décider pour elle-même. De l’autre la recomposition rapide des paysages britannique et européen, l’exacerbation de la compétition pour toutes les activités non banales1, et l’évolution de sa société enfin l’obligent à des choix rapides, alors même que sa nouvelle administration n’a que peu de recul et n’a pu, faute de temps, structurer une expertise prévisionnelle. Un tel contexte de fenêtre d’opportunité l’incite à examiner les pays et les territoires qui ont réussi à développer leur économie, et par là leur capacité politique, de manière aussi rapide qu’efficace. L’exemple le plus spectaculaire dans l’Europe du nouveau siècle est indéniablement celui de l’Irlande. Cela est bien connu pour la République au Sud, mais la transformation de ce que l’on appelle la Province2 au Nord est presque aussi importante : encore inférieure par ses résultats, elle l’est davantage sur le plan sociétal si l’on prend en compte l’inertie due à l’histoire et l’inévitable rémanence d’une méfiance intercommunautaire trop longtemps accumulée. C’est donc l’intérêt potentiel pour l’Écosse de ce « modèle irlandais », encore que ce terme soit probablement trop pompeux, que ce papier se propose d’examiner.

2La relative indifférence des peuples en cause, voire un certain degré de méfiance entre eux, me semble toutefois un obstacle potentiel à toute importation brusque d’idées ou de choix. J’essayerai donc, dans un premier temps, de préciser les fondements de cette indifférence souvent même vaguement hostile, fondements qui me semblent à la fois culturels et économiques. Il sera alors possible, dans un deuxième temps, d’examiner les conditions même d’un projet comparatiste : d’abord le récent renouveau du postnationalisme, donnant un cadre conceptuel à un tel projet, puis l’intérêt de concentrer l’analyse sur les entités urbaines majeures. Dans un troisième et dernier temps, la comparaison proprement dite s’appuiera sur deux travaux très récents, l’un à l’échelle de l’Europe et l’autre à celle du Royaume-Uni.

1 UN VOISINAGE LONGTEMPS INDIFFÉRENT

1-a-Une similarité économique peu perçue localement

3Vues de Sirius, et sans doute de France, l’Écosse et l’Irlande du Nord sont deux franges celtes du Royaume-Uni, en situation économique difficile et en transition institutionnelle délicate, ce qui incite à les rapprocher. Elles sont d’ailleurs presque toujours présentées conjointement dans les études et les manuels publiés dans notre pays, qu’il s’agisse d’économie, de civilisation ou de géographie. Ayant un intérêt particulier pour cette dernière, je ne citerai que le tome Europe Médiane Europe du Nord de la dernière édition de la Géographie Universelle, tome paru en 1996. Cet ouvrage découpe ainsi les îles Britanniques en cinq régions et autant de chapitres : Londres, ville mondiale ; l’Angleterre heureuse ; les Nords, ou l’Angleterre en révision ; les Nations périphériques ; et enfin la république d’Irlande, un État-région. S’agissant des nations qui nous intéressent l’auteur, qui les qualifient ainsi de périphériques, détaille leurs particularités-et leurs particularismes-mais avertit d’emblée que : « Ces finisterres romantiques se situent de plus en plus dans une logique spatiale dont les destinées sont fixées à Londres ». Il manifeste ainsi la force unificatrice d’un puissant tropisme subi en commun. Ce tropisme se surajoute donc aux indéniables proximités des paysages, des religions et des cultures, proximités à la fois plus anciennes, plus immédiatement perceptibles, mais sans doute au second plan aujourd’hui.

  • 3 “Ironically, it was in the early 1980s that Scotland suffered, almost certainly for the first time (...)
  • 4 Ceci contraste avec les critiques, récurrentes en Angleterre depuis l’adoption de la « Formule Barn (...)

4Une telle perception de ces deux territoires comme des simples variantes d’une réalité similaire, économique notamment, n’a évidemment guère de sens localement. La dépendance envers Londres constitue certes un trait commun, mais qui n’est guère flatteur et qui génère davantage de compétition que de solidarité. Ceci est d’autant plus vrai pour l’Écosse que sa réalité même fait l’objet de débats depuis les années 1950, et plus encore depuis la découverte de pétrole en Mer du Nord. On sait qu’il était même devenu très vif à la veille du retour aux affaires du Labour et que la publication à cette époque, en 1995 exactement, du travail de Clive Lee n’a pas réussi à le conclure. Dans son livre Scotland and the United Kingdom The Economy and the Union in the Twentieth Century, cet auteur avait en effet calculé que l’Écosse a bénéficié financièrement de l’Union depuis 1707, à l’exception probable du début des années 19803. Reste qu’il n’a pas mis un terme au débat au sein de la classe politique, et que la population écossaise semble encore moins convaincue que ses dirigeants4. Londres reste avant tout perçu comme le décideur ultime, éventuellement capable de privilégier d’autres intérêts que ceux de l’Écosse, et non comme un soutien financier majeur. Aucune similitude n’est donc perçue, ni même imaginée, avec l’économie Nord-Irlandaise comprise à l’inverse-et en partie légitimement d’ailleurs-comme soutenue à fonds perdus par la Grande-Bretagne dans son ensemble.

5Cette perception est d’autant plus profonde que la sensibilité des Écossais à tout déséquilibre avec l’Angleterre d’une part et à toute inégalité interne d’autre part a longtemps concentré la quasitotalité de l’examen comparatiste. La seule exception notable est la comparaison classique et récurrente entre Glasgow et Liverpool.

1-b-Des similarités culturelles peu valorisées

6Contrairement à la ressemblance économique, la proximité culturelle des deux rives du North Channel est une réalité indiscutable. Mais son poids symbolique est aujourd’hui marginal, et ce pour les deux populations en cause.

  • 5 L’alliance des groupes demandant une plus grande légitimation du Gaélique dans la vie publique et d (...)
  • 6 Ils sont de plus assez concentrés, n’étant majoritaires que dans cinq seulement des vingt-six distr (...)

7L’héritage écossais est certes toujours important pour certains Unionistes, avec notamment la montée des revendications concernant le statut linguistique et politique de l’Ulster-Scot5, mais ces derniers ne constituent plus le segment dominant de la population. Le recensement de 2001, plus fiable que les précédents en raison du nouveau climat de détente consécutif aux accords dits du Vendredi Saint (signés à Pâques de 1998), montre que les églises protestantes ne sont plus majoritaires, l’église catholique ayant à peu près exactement le même nombre de fidèles. Il montre également que les Presbytériens ne représentent plus que la moitié des Protestants soit, au total, seulement 20 % environ de la population globale6 Rappelons qu’ils étaient supposés en constituer 51 % dix ans plus tôt, si l’on en croit le recensement de 1991, et qu’une partie d’entre eux est d’origine anglaise. Ce dernier point est plus difficile à quantifier faute de données, mais réduit encore davantage la proportion des familles originaires d’Écosse.

8Pour sa part, la relative indifférence des Écossais envers leurs voisins occidentaux peut s’expliquer dans le champ culturel par trois raisons principales, en dehors même des variations au fil du temps de la mobilisation du passé, variations complexes dans les deux cas et qui justifieraient un article spécifique.

  • 7 Ou Canal du Nord, les deux toponymes coexistants en français pour le North Channel de la langue ang (...)
  • 8 Les Plantations sont certes plus glorieuses, mais la société écossaise n’a pas le cuite, exceptionn (...)
  • 9 Le milieu du XIXe siècle fut le témoin d’un double éxode que l’on pourrait presque qualifier de « t (...)

9Premièrement, s’ils n’oublient certes pas que certains de leurs aïeux ont traversé le Détroit du Nord7, ceci ne joue qu’un rôle secondaire dans leur conscience nationale. D’abord parce qu’une telle émigration devait beaucoup aux évictions8, de sinistre mémoire, ensuite parce que l’Irlande n’était qu’une destination quantitativement marginale par rapport à l’Amérique et aux antipodes et, enfin, parce que l’immigration en Ecosse d’irlandais pauvres, catholiques le plus souvent, a longtemps attiré bien davantage l’attention, négativement de surcroît9. Il en est résulté à la fois une faible valorisation de la proximité géographique, vécue à la limite comme une menace, et l’impossibilité durable d’établir un pan-celtisme populaire.

  • 10 Date du ’Government of Ireland Act’, qui partagea l’Irlande en deux entités autonomes et ne fut in (...)

10L’opposition presque trait pour trait des projets institutionnels, malgré leur apparente similitude, est une deuxième source de distanciation. On pourrait ajouter, après les échanges de population que l’on vient de rappeler, une deuxième occasion manquée pour rapprocher les deux peuples. Ces projets opéraient en effet-et opèrent toujours-à des échelles différentes et dans des directions quasi opposées. L’unité de la Grande-Bretagne-et ses bénéfices économiques-étant largement vécus comme allant de soi jusqu’à la seconde guerre mondiale, l’Écosse put longtemps se consacrer sans partage à une défense énergique de toute évolution - même mineure-perçue comme susceptible de remettre en cause les trois fondements régaliens de sa spécificité culturelle. L’Irlande du Nord a été fondée en revanche, pour une partie de sa population du moins, sur une parenté de culture avec la Grande-Bretagne, parenté qui exclut nécessairement l’affirmation de toute spécificité. La force de cette parenté ressentie, jointe à une non moins forte répulsion envers la minorité du territoire, est au cœur du projet politique unioniste. Mais ce dernier étant formellement réalisé depuis 192010, il s’agit depuis de le défendre contre tout abandon supposé de Londres, comme il s’agit de le défendre contre tout empiétement-réel ou supposé-de la République et, pire encore, contre tout arrangement anglo-irlandais. Contrairement à celle des Écossais, visant à préserver tant certains avantages comparatifs que certaines spécificités qui sont sources de fierté nationale, la posture de défense unioniste est peu créatrice et se fige dans une longue garde pour sa survie.

  • 11 Ce terme a été forgé en 1994 par un économiste états-unien. Le maximum de prospérité a probablement (...)

11La divergence persistante des profils politiques des deux nations constitue un troisième et dernier motif d’indifférence réciproque. Pour les Écossais qui penchent nettement vers le Labour, sans doute même vers l’Old Labour, le mot « Unionisme » évoque davantage leur propre histoire et les Tories qu’une actuelle spécificité Irlandaise, et se trouve rejeté en conséquence. Les allusions à la Province sont assez rares dans le monde politique, encore que leur fréquence ait augmenté récemment, grâce d’abord à la prospérité dite du Tigre Celtique11 puis à la réouverture de Stormont Leur ton reste cependant assez critique en règle. Ainsi de la key-note address d’Alex Salmond lors de la Conférence Annuelle du SNP, le 27 septembre 1996 :

What is the difference then, between Ireland and Scotland –the difference that makes the difference ? I can tell you the answer –Ireland is doing so much with so little while Scotland is doing so little with so much.

12Le ton n’est guère au pan-celtisme, la supériorité écossaise paraissant évidente à Alex Salmond. On note par ailleurs que le terme Irlande de son propos désigne, sans ambiguïté, la République et non la Province.

2 FONDEMENTS D’UNE COMPARAISON

13Ce n’est qu’avec les réformes institutionnelles décidées par le New Labour, réformes formellement assez semblables et de surcroît mises en œuvre de façon quasi simultanée, qu’un nouvel intérêt pour l’autre nation est apparu des deux côtés du Canal du Nord. Il serait sans doute excessif de dire que cet intérêt soit majeur ou qu’il soit largement répandu dans les deux populations, mais il est devenu un sujet politique au sein de la réflexion sur la Dévolution, et commence à nourrir les études dites culturelles. Citons Ireland and Scotland Literature and Culture, State and Nation 1966-2000 publié en 2002 par Ray Ryan.

2-a-Le renouveau du comparatisme au sein des études culturelles

  • 12 Citons par exemple Image and Identity, The Making and Re-Making of Scotland Through the Ages, publi (...)
  • 13 Peter Lynch, dans Scottish Government and Politics, an Introduction (2001), a pu qualifier d’AD (po (...)
  • 14 On peut également soutenir, mais ceci est davantage matière à discussion, que le développement part (...)

14Ceci a été d’autant plus net que la réinstallation des Parlements à Edimbourg et à Belfast a coïncidé avec une évolution sensible de la perception de la question nationale par ces études culturelles, et ce bien au-delà du cas particulier des institutions britanniques. L’irruption de ce qui a pu être qualifié de post-nationalisme avait déjà revisité de façon radicale les mythes et les symboles nationaux12, avec une visée explicitement déconstructrice. Mais ce post-nationalisme a lui-même commencé à être dépassé dans les dernières années du siècle précédent. Je vous propose de qualifier provisoirement ce nouveau courant, encore innominé à ma connaissance, de « post-Hobsbawmien ». Son point de départ consiste en effet à dépasser certaines insuffisances ressenties dans l’œuvre de cet auteur et, jusqu’à un certain point et pour certains, de remettre en cause sa vulgate marxiste. Ce nouveau courant est à ce jour largement répandu dans le monde occidental, mais il s’est déployé avec une rapidité particulière en Ecosse, la Dévolution13 jouant probablement un rôle stimulant14. En prenant à nouveau la géographie comme exemple, on observe que la livraison d’automne 2002 du Scottish Geographical Journal lui est implicitement consacrée, malgré un titre qui semble relever d’abord de l’économie : The Fate of Nations in a Globalised World. Il est à mon sens remarquable qu’on ne trouve pas à ce jour son équivalent dans les revues géographiques éditées en Angleterre, en Irlande ou en France.

15L’un des apports essentiels de ce courant « post-Hobsbawmien » est d’envisager la nation comme une construction sociale autant qu’un produit historique. Ceci évite notamment l’enfermement de la réflexion dans un cadre territorial pré-déterminé, supposé donné et valide de toute éternité, cadre dont le contenu historique est certes déconstruit par les travaux post-nationalistes de façon fort instructive le plus souvent, mais sans que ces derniers ne s’interrogent sur ses limites mêmes. Leur démarche revient à tenter de décoder l’intérieur d’une boîte noire en oubliant que ses faces sont également porteuses de sens. Ce point est explicité, dans l’un des articles de ce numéro, par Adrian A. Mulligan :

The problem I believe, lies in the fact that while such scholars as Benedict Anderson (1991) and Eric Hobsbawm (1989) have blazed trails in demythologising nationalist temporal narratives, very little comparable work has been done to demythologise nationalist spatial (emphasis mine) narratives. [...]

  • 15 “Here the concept of trans-nationalism I will argue, with its emphasis on global networks, linkages (...)

16Considérer l’Ecosse d’abord comme une nation vivante et non comme l’ensemble des faits sociaux se déroulant au nord de la Frontière permet de prendre en compte non seulement ses variations territoriales mais aussi ses diasporas (fondamentales dans son cas), ses sentiments régionaux et ses communautés immigrées. Mulligan propose pour ce regard le terme de « trans-nationalisme15 ». Ce concept permet de mieux prendre en compte les influences réciproques entre peuples voisins, tels ceux d’Écosse et d’Irlande, et participe ainsi à la légitimation d’un courant comparatiste plus à l’aise en économie que dans les études culturelles stricto sensu. Reste à déterminer ce qu’il est potentiellement fructueux de comparer de chaque côté du North Channel.

2-b-Quatre villes majeures à rapprocher

17L’attention ancienne de l’Écosse à ses écarts internes a mis en évidence l’avance toujours plus marquée de la région Centrale sur le reste du territoire, tant Border au sud que Highland & Islands au nord, en dehors des littoraux bénéficiant de la ressource pétrolière. Elle a plus récemment repéré, au sein de cette région Centrale, l’accélération du ré-équilibrage démographique entre les deux villes principales au bénéfice d’Edimbourg. Cette dernière, forte de sa valeur symbolique ancienne, vient de voir renforcés par la Dévolution tant son statut politique de capitale que son importance comme place financière de l’Écosse. Dans la logique métropolitaine de la globalisation, elle est a priori bien mieux placée que Glasgow pour interfacer l’Écosse avec le monde. Reste que cette dernière demeure non seulement la ville la plus peuplée de la nation, mais également sa capitale commerciale. Il paraît donc légitime de les examiner toutes les deux, en attendant éventuellement la constitution par coalescence progressive d’une région urbaine bi-polaire. L’absence de « ceinture verte », habituellement présente autour des villes britanniques, facilite une telle coalescence. Pour J. -P. Marchand (1996) : « Les espaces bâtis ont tendance à se rejoindre, consacrant la fin de la concurrence entre les deux pôles, et un certain succès de la politique d’aménagement du territoire ».

  • 16 L’objectif I vise à soutenir les euro-régions dont le PIB par habitant est inférieur à 75 % de la m (...)
  • 17 On pourrait ajouter à cette liste la réussite du Pays de Galles, largement impulsée par deux struct (...)
  • 18 Ce dont témoigne l’adoption de l’euro, alors que le Royaume-Uni conserve sa propre monnaie.

18Un tel choix ne se pose pas en Irlande du Nord où Belfast est la seule ville véritable, bien connue depuis longtemps des Ecossais par ses proximités géographique et culturelles, malgré les multiples réserves énoncées plus haut. Son authentique ressemblance avec Glasgow, notamment en matière de désindustrialisation et de tensions communautaires, est bien trop connue pour être reprise ici. Mais c’est son remarquable redressement économique qui attire aujourd’hui l’attention, et ce même à l’échelle de l’Europe. Un tel redressement repose sur la conjonction de trois leviers principaux : un démarchage d’entreprises états-uniennes usant des réseaux de la diaspora irlandaise, une valorisation du processus de paix qui a permis la prolongation jusqu’en 2006 des aides communautaires au titre de l’Objectif I16, et enfin une fiscalité d’entreprise copiée sur celle de la République voisine. Ces trois leviers, qui sont d’autant plus efficaces qu’ils se potentialisent mutuellement, résultent notamment d’un savoir-faire dont l’ampleur et l’efficacité n’ont d’égale que la discrétion17. Reste que la suspension de Stormont limite, pour les Écossais, la qualité de l’exemple nord-irlandais, alors même que la réussite économique du Tigre Celtique contribue à nourrir le débat sur l’éventuelle indépendance de l’Écosse. Dublin attire ainsi l’attention par le décollage économique exceptionnel qu’elle a su impulser au cours de la dernière décennie, la véritable indépendance de Londres qui en résulte18, sa dimension européenne et sa maîtrise des instances communautaires enfin.

  • 19 Cardiff et Swansea constituent, mais dans une moindre mesure, un doublet comparable.

19Il en résulte que la démarche comparative proposée entre Edimbourg et Belfast, déjà étendue à Glasgow, gagne à prendre en compte également Dublin. On observe d’ailleurs d’emblée que les systèmes de relation interne à chacun des deux couples urbains19 sont très voisins, avec à l’origine une dichotomie entre un pôle industriel et un pôle administratif, suivie d’une neutralisation plus ou moins rapide de ces polarités. Une telle évolution fut particulièrement brusque en Irlande où la Partition a marqué une rupture, imposant simultanément à Belfast de se doter de fonctions administratives et à l’État Libre de reconstruire une base industrielle, base qu’il choisit d’établir pour l’essentiel autour de Dublin. Une évolution de nature comparable s’observe également en Ecosse, avec l’atténuation des spécialisations respectives de Glasgow et d’Édimbourg, mais ce processus est bien plus progressif et surtout très inachevé.

3 LEÇONS CROISÉES

3-a-Deux égalités surprenantes : Édimbourg et Glasgow, Écosse et Irlande

  • 20 L’espace considéré ne contient que 178 villes de 200 000 habitants. Les auteurs ont inclus Luxembou (...)

20S’il ne semble pas exister à ce jour de comparaisons spécifiquement dédiées à ces quatre villes, il est possible d’extraire les données qui les concernent de l’analyse comparative des villes européennes, réalisée par Céline Rozenblat et Patricia Cicille pour la DATAR. Ce travail récent (publié en 2003) reprend les 18020 villes de l’Europe des Quinze, élargie à la Norvège et à la Suisse, qui ont une population d’au moins 200 000 habitants. Chacune d’elle a été analysée sur quinze critères, que l’on peut regrouper en cinq catégories :

  • Le poids démographique d’abord (population, croissance de la population) ;

  • La centralité (appréciée par trois critères : accessibilité, trafic aéroportuaire et trafic maritime) ;

  • L’économie (nombre de siège de grands groupes, puissance de la place financière, nombre de foires et de salons) ;

  • La vie culturelle (nombre de sites culturels et de grandes manifestations, nombre de musées. On peut placer dans ce groupe le nombre de nuités touristiques) ;

  • La vie intellectuelle et scientifique enfin, avec pas moins de quatre critères (nombre d’étudiants, de revues scientifiques éditées, force des réseaux de recherche et nombre annuel de congrès).

  • 21 La France ne présente encore aucune ville à ce niveau, ce qui traduit la domination sans partage de (...)

21Pour chacun de ces critères, a été établi un score allant de 1 à 6. Si l’on prend comme exemple la population, le score maximal de 6 correspond aux villes de plus de sept millions d’habitants, soit Londres et Paris, celui de 5, qui n’est représenté ni en France ni dans les îles Britanniques, à une taille comprise entre trois et sept millions, et celui de 4 entre un million et demi et trois millions d’habitants, soit au Royaume-Uni Manchester, Birmingham et Leeds21. Les quatre villes qui nous intéressent se trouvent dans la seconde moitié du classement : Dublin d’abord, avec un score de 3 pour sa population comprise entre un million et un million et demi d’habitants, puis Glasgow et Belfast avec un score de 2 pour leur population supérieure à un demi-million d’habitants. Edimbourg, ne franchissant pas ce seuil, vient en dernier pour ce critère avec un score de 1 seulement. Aucune autre ville d’Écosse ou d’Irlande n’a encore les 200 000 habitants qui lui permettraient de figurer dans ce classement.

22La quasi-égalité d’Edimbourg et de Glasgow est un premier résultat essentiel de cette analyse multicritères (cf. tableau 1), la capitale de l’Écosse avec un total de 38 ne l’emportant qu’à peine sur Glasgow créditée d’un score de 35. On remarque ensuite que le total de ces deux villes écossaises (73) est très proche de celui des deux villes irlandaises, qui est de 71. Mais ce dernier est dû d’abord à Dublin, dont le score de 47 est à peu près exactement le double de celui de Belfast : 24.

Tableau 1 : Poids respectif d’Édimbourg. Glasgow, Belfast et de Dublin

Tableau 1 : Poids respectif d’Édimbourg. Glasgow, Belfast et de Dublin

23Il est également possible d’analyser plus finement les forces et faiblesses de ces quatre villes. Dublin domine, plus ou moins nettement, pour pas moins de cinq critères : finance, trafic portuaire, recherche ainsi que les deux qui relèvent de la démographie (population et croissance de la population). Presque symétriquement trois autres critères mettent au même rang Edimbourg, Glasgow et Dublin, Belfast étant seul en retrait : l’accessibilité, le trafic aéroportuaire et le nombre de musées. Edimbourg et Dublin dominent nettement les deux autres villes pour le nombre de nuités touristiques et le nombre de sites culturels, alors qu’Édimbourg vient seul en tête pour le nombre de sièges de grands groupes européens, le nombre de congrès, de revues scientifiques et d’étudiants.

24Au total la capitale de l’Ecosse affirme sa prééminence dans le domaine intellectuel et culturel. Pour l’économie, elle cède cependant le pas à Dublin-ce qui était attendu-mais aussi à Glasgow, ce qui l’était moins, cette dernière la dominant nettement pour les foires et les salons. Ceci est d’autant plus vrai que le seul critère économique qui soit favorable à Edimbourg, un nombre important de sièges sociaux, doit sans doute autant à sa position politique qu’à l’importance du capital écossais.

3-b-Édimbourg, deuxième ville britannique

25Cette même étude européenne met en évidence le rang des quatre villes étudiées dans la hiérarchie des îles britanniques, hiérarchie présentée figure 1 avec celle de la France afin de faciliter son repérage.

Figure 1 : Hiérarchies urbaines des Iles Britanniques et de la France

Figure 1 : Hiérarchies urbaines des Iles Britanniques et de la France

26Pour l’Irlande, un tel tableau manifeste de façon particulièrement nette ce qui était déjà apparu précédemment : la force de Dublin et le retard que Belfast doit combler. Dans un classement final en sept groupes, Dublin se distingue comme la seule agglomération britannique de rang 4, avec de surcroît une croissance qui peut lui laisser espérer le passage à la catégorie supérieure. Symétriquement, Belfast se retrouve, avec 79 des 180 villes de l’étude, dans le tout dernier groupe, incidemment au niveau exact de Tours trois fois moins peuplée.

  • 22 En 1989, une précédente comparaison européenne (R. Brunet) plaçait encore Manchester à la fois en d (...)

27Pour l’Écosse, ce tableau nous donne en revanche une information nouvelle. Il nous montre que tant Edimbourg que Glasgow sont au niveau des trois principales villes anglaises en dehors de Londres, à savoir Birmingham, Manchester et Leeds, ce qui n’était guère prévisible compte-tenu de la taille bien supérieure de ces dernières. De fait, Edimbourg est la seule ville des îles britanniques (avec Dublin !) pour qui le classement final soit plus favorable que le seul critère du poids démographique. Il est en revanche moins favorable que ce dernier pour Birmingham et Leeds, et surtout pour Manchester dont la capacité globale est inférieure de deux classes à ce qu’elle devrait être compte tenu de sa population. Ceci est d’autant plus important que Manchester est la plus peuplée des trois22. C’est donc par la conjonction de son dynamisme et de leurs handicaps multiples que la capitale de l’Écosse se place au niveau des trois plus grandes villes du Nord de l’Angleterre. Glasgow, dont le score final reproduit le poids démographique (ce qui est le cas de Londres et de la moitié des 32 agglomérations britanniques étudiées), doit à ce dernier de figurer naturellement dans ce groupe finalement très homogène de cinq cités. L’importance du déclassement du Nord de l’Angleterre se mesure encore mieux en notant que Liverpool, Nottingham, Sheffield et Newcastle présentent le même écart que Manchester, soit deux classes, entre la capacité que leur taille démographique devrait leur apporter et leur rayonnement réel. Il en va de même pour Belfast, dont la récupération n’est que très récente.

3-c-Édimbourg. future capitale des Nords ?

  • 23 En fait Bradford-Leeds pour la dernière agglomération.

28On peut toutefois se demander si l’axe Birmingham-Manchester-Leeds23’ne jouerait pas néanmoins, de par sa position intermédiaire, un rôle de relais pour l’influence de Londres et ne serait pas en cela une source de dépendance pour l’Écosse. Un Atlas du Royaume-Uni, fondé sur l’exploitation minutieuse du recensement de 2001 et qui vient d’être publié en juin 2004 (People and Places, a 2001 Census atlas of the UK, par Daniel Dorling et Bethan Thomas), semble montrer qu’il n’en est rien. Non que l’influence de Londres ait cessé d’être la donnée fondamentale de la géographie du Royaume-Uni. Elle est au contraire toujours plus forte, et organise certains aspects de la vie à l’échelle du territoire entier. Mais l’extension de son aire d’influence à la totalité de l’Angleterre méridionale sépare cette dernière d’un Nord (cf. figure 2) qui est à l’inverse bien moins structuré globalement, et que les auteurs qualifient d’Archipel en raison de la multiplicité de ses villes, relativement indépendantes voire isolées les unes des autres :

At the start of the XXIst century, the human geography of the UK can be most simply summarised as a tale of one metropolis and its provincial hinterland These two areas cover the whole of the nation and divide it along an ancient boundary. In the past this boundary was thought of as the North-South divide, separating one group of cities, towns and villages from the other. The last ten years of change to the human geography of the UK has cumulated a longer running process whereby this divide is no longer a regional division ; it now marks the boundaries of two places which are ever more dissimilar to each other across that divide, but much more homogenous within themselves. [...] On the southern side of the line is the great world metropolis of London, while on the northern side lies its antithesis, the provincial archipelago. [..,] It is not separate because travel is difficult from London. It is separate because it is different from London.

29Cet espace est qualifié d’archipel car il est fait de villes pauvrement intégrées entre elles et tournées chacune d’abord vers Londres, ce qui est vrai même des éléments de la conurbation centrale, globalement aussi peuplée que l’ancien Grand Londres mais toujours innommée.

Figure 2 : Un monde britannique dual : Le ‘Très Grand Londres’ vs l’Archipel

Figure 2 : Un monde britannique dual : Le ‘Très Grand Londres’ vs l’Archipel

30La géographie britannique traditionnelle, faite de cercles concentriques autour de Londres, et qui condamnait l’Écosse à une marginalité sans cesse plus marquée, apparaît largement remise en cause. D’abord parce que les grandes cités du Nord de l’Angleterre, en panne, ne joue presque aucun rôle de relais londonien. Bien plus, elles occupent le cœur d’un espace dont elles ne sont aucunement le centre de décision, sauf pour les fonctions les plus banales, espace atteint d’une véritable anomie et dont le commandement est à prendre. À ce jour Edimbourg est de loin la mieux placée, malgré son caractère indéniablement excentré, pour prétendre à ce rôle. Elle est déjà primus inter pares, fut-ce de peu, et devrait sans difficulté conforter cette place. La faiblesse particulière de la région-programme Nord, même au sein d’une Angleterre septentrionale déprimée, étend déjà son hinterland au-delà de la Frontière. L’éventuel renforcement économique de Glasgow pourrait donner à la capitale de l’Écosse la fonction commerciale qui lui manque et apporter à leur doublet, au-delà d’un poids démographique qui pèserait davantage au niveau européen, une indiscutable primauté sur les Nords. Le concept de North Briton, certes ancien mais qui connaît une nouvelle fortune au sein des cultural studies, trouverait enfin là le centre que Manchester n’a jamais véritablement réussi à être. Ceci faciliterait la reconstruction économique de Belfast, dont le succès récent montre d’ailleurs que Glasgow -capitale européenne de la culture en 1990- n’est pas condamnée au sort actuel de Liverpool, et faciliterait la réintégration de l’Irlande du Nord dans le jeu politique régional.

31L’éloignement de Londres, considérée cette fois non comme un trou noir mais comme l’extrémité de la Banane Bleue, ne saurait être un obstacle à ce scénario que d’aucuns trouveront sans doute trop optimiste. L’exemple de Dublin prouve amplement que l’on peut se développer malgré une grande marginalité et le cumul de plusieurs discontinuités. La Banane Bleue elle-même supporte, sans difficulté aucune, des discontinuités majeures telles que la Manche entre Grand Londres et Grand Paris ou encore les plus hautes barrières des Alpes entre Bavière et Lombardie. On peut toutefois se demander, à l’inverse, si l’avancée de ce que l’on commence à appeler maintenant le Très Grand Londres ne risque pas d’étouffer toute croissance au Nord et d’égaliser par les bas les cinq cités, ce qui serait particulièrement douloureux en Ecosse. Ceci est peu vraisemblable, car la transformation de ce Très Grand Londres s’opère essentiellement, comme nous l’avons vu, sur un mode qualitatif. L’enveloppe de 300 kilomètres environ de rayon qu’il constitue correspond à une capacité de déplacement quotidien, de travail ou de loisir, capacité qui est peu susceptible d’augmenter, même si les transports devenaient demain une véritable priorité nationale. De plus, cette influence est déjà à son maximum pour celles des fonctions supérieures qu’il est illusoire de lui disputer. Des géographes irlandais ont ainsi montré que la plupart des grands groupes présents à Londres n’ont pas de représentation à Dublin, en raison non pas tant de l’étroitesse du marché et de la proximité londonienne que de l’usage partagé de l’anglais. L’anglophonie a ainsi au moins un effet économique pervers, effet qu’il apparaît bien difficile de contourner mais qui n’a guère gêné le Tigre Celtique.

CONCLUSION

32Rien ne s’oppose donc à ce que la capitale de l’Ecosse devienne demain celle des North Britons. Il lui faudra pour cela capitaliser ses points forts, d’une part développer encore son pôle universitaire, sa capacité de recherche et celle d’édition scientifique, et d’autre part compléter la dimension déjà mondiale de sa place financière. Mais cela sera probablement insuffisant sans une véritable coopération économique avec Glasgow, potentialisant réciproquement négoce et finance et, au-delà, l’établissement d’un projet politique commun pour l’Écosse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALLAIN Rémy, BAUDELLE Guy, GUY Catherine, Le polycentrisme, un projet pour l’Europe, Rennes, PUR, 2003.

BOYLE Mark, « Sticky Stories, Fluid Narratives, or Vanishing Tales : The Fate of’Nations’in a Globalised World », Scottish Geographical Journal 118,2002, p. 153-163.

BROUN Dauvit, FINLAY Richard, LYNCH Michael, Image and Identity, The Making and Re-making of Scotland Through the Ages, Glasgow, Bell & Bain, 1998.

DORLING Daniel, THOMA Bethan, People and Places a 2001 Census atlas of the UK, Bristol, The Policy Press, 2004.

HOBSBAW Eric, Nations and Nationalism since 1780. Programme, Myth, Reality, Cambridge, CUP, 1990.

LEE Clive, Scotland and the United Kingdom The economy and the union in the twentieth century, Manchester, MUP, 1995.

LYNCH Peter, Scottish Government and Politics, an Introduction, Edinburgh, EUP, 2001.

MCCRONE David, Understanding Scotland, the sociology of a nation, London, Routledge, 1992.

MARCHAND Jean-Pierre, RIQUET Pierre, Géographie Universelle : Europe du Nord, Europe médiane, Paris, Belin-Reclus, 1996.

MULLIGAN Adrian Ν., « A Forgotten’Greater Ireland’ : The Transatlantic Development of Irish Nationalism », Scottish Geographical Journal 118, 2002, p. 219-234.

ROZEMBLAT Céline, CICILLE Patricia, Les villes européennes Analyse comparative, Paris, La Documentation Française, 2003.

RYAN Ray, Ireland and Scotland Literature and Culture, State and Nation, 1966-2000, Oxford, OUP, 2002.

SARAFIAN Victor, Les disparités économiques régionales en Grande-Bretagne, Paris, L’Harmattan, 2003.

Notes

1 Les fonctions banales correspondent à la satisfaction des besoins des habitants d'un centre, telle une boulangerie de quartier ou une école communale (La face de la Terre, éléments de géographie, par Ph. et G. Pinchemel, Paris, Armand Colin, 1993, p. 66). De telles fonctions ne subissent qu'une concurrence limitée et toujours locale.

2 Le terme de « Province » est d’autant plus largement utilisé qu’il est relativement neutre. Son emploi évite aux Protestants la référence explicite à l’Irlande que contient le toponyme « Irlande du Nord ». Il évite aux catholiques, presque symétriquement, la référence à la Partition qu’implique le terme Ulster : de ses neuf comtés, seuls en effet six constituent l’Irlande du Nord.

3 “Ironically, it was in the early 1980s that Scotland suffered, almost certainly for the first time (emphasis mine), a substantial net loss from redistribution policies within the Union in that expenditure from central government did not cover tax revenue paid, providing it is assumed that oil taxation should be credited to Scotland’s account”. L’absence d’éclatement pour l’Écosse de nombreuses domées britanniques qui ne sont accessibles que globalement tant en recettes qu’en dépenses, lui ont imposé fréquemment de recourir à l’estimation, nécessairement assez grossière dans certains cas. Plus encore, le calcul théorique des finances d’une Ecosse qui aurait été indépendante fut inévitablement assez imprécis. La conclusion de son travail est cependant assez convaincante, car il a largement utilisé les tests de sensibilité, lesquels consistent à prendre en compte l’estimation la plus défavorable pour les variables mal déterminées.

4 Ceci contraste avec les critiques, récurrentes en Angleterre depuis l’adoption de la « Formule Barnett », de l’avantage de l’Écosse en matière de dépenses publiques.

5 L’alliance des groupes demandant une plus grande légitimation du Gaélique dans la vie publique et de ceux demandant la reconnaissance de l’Ulster-Scot est un élément paradoxal, mais extrêmement positif, du processus de paix. On renvoie à ce propos aux actes du Colloque organisé en juin 2004 à Lille par le Centre d’Études et de Recherches sur l’Irlande (CERIUL), en cours de publication.

6 Ils sont de plus assez concentrés, n’étant majoritaires que dans cinq seulement des vingt-six districts électoraux de la Province.

7 Ou Canal du Nord, les deux toponymes coexistants en français pour le North Channel de la langue anglaise.

8 Les Plantations sont certes plus glorieuses, mais la société écossaise n’a pas le cuite, exceptionnel il est vrai, de celle de la Province pour les évènenents des XVIe et XVIIe siècles.

9 Le milieu du XIXe siècle fut le témoin d’un double éxode que l’on pourrait presque qualifier de « trafic triangulaire » : les Gaels chassés des Hautes Terres vers l’Irlande croisant les Irlandais convergeant vers Glasgow.

10 Date du ’Government of Ireland Act’, qui partagea l’Irlande en deux entités autonomes et ne fut in fine appliqué qu’au Nord.

11 Ce terme a été forgé en 1994 par un économiste états-unien. Le maximum de prospérité a probablement été ateint au tournant du siècle.

12 Citons par exemple Image and Identity, The Making and Re-Making of Scotland Through the Ages, publié en 1998 par Dauvit Broun et al.

13 Peter Lynch, dans Scottish Government and Politics, an Introduction (2001), a pu qualifier d’AD (pour After Devolution) la nouvelle ère politique de l’Écosse.

14 On peut également soutenir, mais ceci est davantage matière à discussion, que le développement particulièrement rapide de ce courant en Ecosse, contrairement au reste des îles britanniques notamment, soit dû en partie à une bien meilleure réception de son aspect critique envers des travaux et des auteurs pour la plupart marxistes.

15 “Here the concept of trans-nationalism I will argue, with its emphasis on global networks, linkages, and flows of people, capital and information across borders, could prove particularly valuable - especially if it is not assumed to be an exclusively contemporary phenomenal”.

16 L’objectif I vise à soutenir les euro-régions dont le PIB par habitant est inférieur à 75 % de la moyenne de l’Union européenne.

17 On pourrait ajouter à cette liste la réussite du Pays de Galles, largement impulsée par deux structures publiques : la Welsh Development Agency Development et le Board for Rural Wales.

18 Ce dont témoigne l’adoption de l’euro, alors que le Royaume-Uni conserve sa propre monnaie.

19 Cardiff et Swansea constituent, mais dans une moindre mesure, un doublet comparable.

20 L’espace considéré ne contient que 178 villes de 200 000 habitants. Les auteurs ont inclus Luxembourg, capitale d’état et siège d’institutions communautaires ainsi que Metz, dont la population est à peine inférieure au seuil retenu et qui partage avec Nancy des fonctions de haut rang.

21 La France ne présente encore aucune ville à ce niveau, ce qui traduit la domination sans partage de Paris.

22 En 1989, une précédente comparaison européenne (R. Brunet) plaçait encore Manchester à la fois en deuxième position des villes britanniques et dans la classe 4. L’essor d’Edimbourg était déjà noté.

23 En fait Bradford-Leeds pour la dernière agglomération.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Poids respectif d’Édimbourg. Glasgow, Belfast et de Dublin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 1 : Hiérarchies urbaines des Iles Britanniques et de la France
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 2 : Un monde britannique dual : Le ‘Très Grand Londres’ vs l’Archipel
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 803k

Auteur

Médecin spécialiste en santé publique et en économie de la santé. Il est ancien directeur de l'Observatoire Régional de la Santé du Centre, Docteur en Géographie et enseignant de géographie et de santé publique aux Universités d'Aix-Marseille.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540