Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

III. Present development of towns and cities as a political, social and economic problem

Glasgow réinventée ?

Gilles Leydier

Texte intégral

RÉFLEXIONS SUR LES MUTATIONS URBAINES EN COURS

  • 1 "Glasgow : de l'énergie à gogo", Idéal n° 30, mars-avril 2004, dossier p. 96-. 116. Idéal est un me (...)
  • 2 Glasgow Herald, 18/10/2004, extrait d’un reportage sur le quartier de Govanhill suite au meurtre de (...)

« Glasgow : sous les tartans le fun... cité vibrante de culture, d’architecture et de liberté... débordante de vie et de créativité... au potentiel créatif immense.. un cocktail mondain... le secret le mieux gardé d’Europe... une ville-paillettes et rockstar... la ville où tout semble possible et tout donne envie, un peu comme New-York autrefois... la ville rêvée pour trentenaires hédonistes en quête de sens »1.
“We're living in the heart of Glasgow and it’s like a jungle : drugs are rife and fear of crime is ever present... social decay is everywhere... piles of rubbish had been dumped on the pavement and a nearly pub had its windows covered with steel sheets... on Victoria Road Glasgow’s oldest menswear chains, DMHoey closed last month after 105 years in the business... law and order is a big problem here, I can complain but nothing would happen… you don’t feel safe... we did not expect to 2 be so violent when we came…”2

  • 3 Voir par exemple le roman "No Mean City" et la contribution de William Findlay dans ce volume.

1Si la dualité de la réalité glaswégienne est une vieille histoire3, la permanence du phénomène et son acuité actuelle n’en interpellent pas moins l’observateur contemporain.

2D’un côté, Glasgow est aujourd’hui célébrée de façon presque unanime comme un exemple réussi de régénération urbaine ; la revitalisation et l’embellissement de son centre-ville sont difficilement contestables, et contribuent à y attirer une population jeune et aisée ainsi que de nombreux visiteurs. La ville est désormais la troisième destination touristique à l’échelle britannique, et la moitié du trafic de l’aéroport de Glasgow est liée au secteur touristique. Le pari politique, esthétique et médiatique consistant à transformer l’image de l’ancienne capitale ouvrière de l’industrie lourde en ville d’art et de culture, pole de tourisme urbain et centre de congrès et d’affaires, a été largement gagné.

  • 4 Ce taux est de 27 % en moyenne pour l'Ecosse. Cf. aussi la communication de Nathalie Duclos dans ce (...)
  • 5 The Times, 15/03/2001. Source : recensement de 2001
  • 6 The Times, 27/09/2001.

3D’un autre côté, Glasgow continue d’afficher une batterie d’indicateurs socio-économiques parmi les plus mauvais d’Ecosse voire de tout le Royaume-Uni : le taux chômage en Strathclyde est ainsi plus élevé que dans les autres régions écossaises (Hébrides excepté) et il est, dans la conurbation de Glasgow, supérieur de moitié à la moyenne écossaise ; le PNB par habitant en Strathclyde est inférieur d’un tiers à celui de la région Grampian (la plus riche d’Ecosse) et on estime à 40 % de la population le nombre d’habitants de Glasgow vivant en dessous du seuil de pauvreté4 ; avec un taux de mortalité trois fois supérieur à la moyenne écossaise, un nombre d’homicides sans égal en Grande-Bretagne, l’espérance de vie par habitant la plus faible d’Ecosse (elle-même en retard de deux points par rapport à la norme britannique), la pire circonscription britannique en matière de santé publique (Shettleston)5 et des taux record en matière notamment de cancer du poumon, Glasgow est fort logiquement stigmatisée dans la presse londonienne comme « the Sick Man of Britain »6 ; enfin avec un enfant de moins de dix ans sur vingt « accro » à l’héroïne et la moitié des adolescents de quinze ans consommant ou ayant consommé de la drogue, la ville détient un autre record à l’échelle britannique dont elle se passerait volontiers.

4Glasgow est-elle donc « in » ou « out », ou les deux à la fois ? Comment décrypter cette situation violemment contrastée et à priori paradoxale ?

UN NOUVEAU GLASGOW

5Depuis une trentaine d’années Glasgow essaye de se réinventer une nouvelle fois. Après la « Tobacco trade city » du XVIIIe siècle, qui avait vu l’affirmation de Glasgow comme un grand port de commerce tourné vers l’Ouest et les échanges avec l’Amérique ; puis la réincarnation de Glasgow au XIXe siècle en « Steam industrial city », une métropole caractérisée par un essor démographique inédit, un développement industriel intense et un rayonnement mondial ; l’après deuxième-guerre mondiale a vu le repli progressif de Glasgow en « Welfare City », soutenue en grande partie par l’investissement public, les programmes sociaux et la planification urbaine, tandis que la ville était confrontée à un triple processus de désindustrialisation, de dépopulation et de transformation radicale du paysage urbain.

  • 7 Voir par exemple John MacInnes, “The Deindustrialisation of Glasgow”, Scottish Affairs n° l 1, 1995 (...)

6Ainsi entre le début des années 1950 et la fin des années 1980, les deux tiers des emplois industriels ont disparu, le trafic portuaire a inexorablement décliné et les chantiers navals ne fabriquent plus aujourd’hui que des plates-formes pétrolières off shore sur le site de Clydebank. Les friches industrielles constituent aujourd’hui 9 % du tissu urbain, et les services représentent désormais près des trois-quarts de l’emploi dans l’agglomération7.

  • 8 La population d'Edimbourg était au dernier recensement de 449.000 habitants. En termes de zone d'in (...)
  • 9 Ainsi en raison de la baisse démographique enregistrée entre les deux derniers recensements la vill (...)

7Parallèlement la ville a perdu en un demi-siècle plus d’un demi-million d’habitants-soit plus que la population d’Edimbourg aujourd’hui-passant de 1,1 million au début des années 1950 à 578.000 habitants seulement au dernier recensement de 2001. Au cours des trente dernières années notamment, le déclin démographique de la ville a été un des plus importants du Royaume-Uni (de l’ordre de 30 %) contrairement par exemple à Edimbourg, dont la population est demeurée stable sur la période8. « Second City of the Empire » au début du XXe siècle, Glasgow n’est plus aujourd’hui que la troisième ville britannique, et alors qu’il y a quarante ans, Glasgow était deux fois plus peuplée qu’Edimbourg ou Manchester par exemple, ces trois villes sont aujourd’hui de taille pratiquement comparable. Ce processus de dépopulation inexorable pose aujourd’hui un réel problème à la municipalité de la ville, qui en raison de la baisse des ressources budgétaires, peine à maintenir au niveau les équipements collectifs locaux, notamment scolaires9

GLASGOW ET LA MODERNITÉ POST-INDUSTRIELLE : « LA VILLE NE FAIT PLUS SOCIETÉ »10

  • 10 Cf. Jacques Donzelot, « La nouvelle question urbaine », Esprit, novembre 1999.
  • 11 Cf. par exemple « La ville à trois vitesses », dossier spécial, Esprit, mars-avril 2004.

8Le Glasgow post-industriel est aujourd’hui une ville à trois vitesses, qui illustre parfaitement les logiques de segmentation et de fragmentation du tissu urbain mis en évidence par les sociologues de la ville11.

  • 12 Selon la terminologie des sociologue François Dubet et Didier Lapeyronnie.

9D’une part les catégories de population les plus démunies et les plus fragiles sont confinées dans certains périmètres peu fréquentables de 1’« inner city »-tels Possilpark ou Govan Hill-ou relégués dans les cités HLM-housing estates-de la périphérie (ces « quartiers d’exil »12 qui ont pour nom Drumchapel, Castlemilk, Easterhouse, Shettelston ou Pollok).

  • 13 Gilles Leydier, « L’effondrement d’une citadelle : les communautés ouvrières de Glasgow », publié d (...)

10Dans ces "cashless districts" (quartiers défavorisés) les conditions de vie sont dominées par la précarité et la violence, un entre-soi contraint, une immobilité quasi-volontaire, l’éclatement de la cellule familiale, le sous-investissement éducatif, un déficit d’application de la loi entraînant une réelle insécurité dans les espaces communs, la surmortalité et les mauvaises conditions de santé, les ravages de la drogue, de la délinquance et des trafics en tout genre. Pour la municipalité de Glasgow un enjeu politique majeur y est l’inadéquation de la formation des jeunes aux - trop rares-emplois proposés13.

11Un deuxième phénomène est celui de la périurbanisation, qui a vu au cours des dernières années le départ d’une bonne partie des classes moyennes vers un environnement périurbain coûteux et protégé. La croissance récente de villes comme Bearsden et Milngavie au nord de Glasgow, ou de Hillington (site d’une pépinière d’entreprises) au sud, en est une illustration. Ce développement de banlieues aisées s’est accompagné de la construction d’hypermarchés et de grands complexes associant commerce et loisir récréatif, tel celui de Breahead au sud-ouest de Glasgow ouvert à la fin des années 1990. Ce phénomène migratoire prend désormais également la forme d’une rurbanisation, qui voit l’exode de certains habitants de Glasgow vers les zones rurales et les villages du West Stirlingshire.

  • 14 The Sunday Herald, 12/03/2000.

12Pour la municipalité de Glasgow, les conséquences de ce phénomène sont d’ordre financier –en raison d’une perte régulière des revenus liés aux divers impôts locaux- mais aussi en termes de politique de transport et de structure de l’emploi. Ainsi sur les 360.000 emplois de la ville, la moitié seulement est occupée par des habitants de Glasgow14.

  • 15 The Scotsman, 30/09/2004

13Pour inciter les classes moyennes à revenir habiter à Glasgow, un problème majeur est celui de l’éducation. Car une des raisons principales de la périurbanisation galopante est la mauvaise réputation des écoles publiques de Glasgow, dont les résultats sont statistiquement les pires de toute l’Ecosse et moitié moins bons que la moyenne écossaise15 En conséquence de nombreuses familles, qui ne peuvent s’offrir les –chères- écoles privées de la métropole, optent pour une ville en périphérie dont les écoles publiques sont beaucoup plus attractives qu’à Glasgow.

14Le troisième phénomène sociologique qui caractérise l’évolution du tissu urbain de Glasgow est celui de la « gentrification » (embourgeoisement) d’un centre-ville métamorphosé.

  • 16 C'est Glasgow que Versace a choisi pour ouvrir sa première boutique hors Italie (en 1991), c’est au (...)

15Les deux dernières décennies ont été marquées par l’élargissement spatial et la mutation de l’hyper centre de Glasgow, qui accueille désormais l’immobilier d’entreprises « design », des hôtels de luxe (citons Art House, Lang’s, Malmaison, One Devonshire Gardens, Radisson SAS), des cafés et restaurants haut de gamme (tels Terence Conran ou Wagamama), des boutiques à la mode (comme Versace16, Ralph Lauren, Georgio Armani, Cruise, Escada, Jigsaw, en attendant Louis Vuitton ou Selfridges), des centres commerciaux de prestige (tels Prince Street, St Enoch ou l’Italian Center).

  • 17 Gilles Leydier, “Modernism, Identity and Dualism in the British City : The Example of Glasgow” in J (...)

16La stratégie municipale de revitalisation du centre-ville s’est construite autour du pari du tourisme urbain et de congrès, et de la promotion de Glasgow comme ville d’art et de culture. Relayée par des campagnes de publicité efficaces et spectaculaires, elle s’est appuyée sur la promotion régulière d’évènements culturels ou artistiques de prestige (Garden Festival 1988, Ville européenne de la culture 1990, Ville européenne du design et de l’architecture 1999, etc.), la rénovation en produits touristiques d’anciens sites industriels, et la construction de sites à vocation culturelle ou événementielle (Burrell Collection, Scottish Exhibition Center, Concert Hall, Academy of Music and Drama, Gallery of Modern Art, etc.)17 ·

  • 18 ie « young urban professionals »

17Projetant de façon volontariste l’image d’une cité dynamique et perpétuellement « on the move » (en mouvement) afin de « capturer les imaginations », la stratégie municipale a eu pour effet de créer une véritable ville dans la ville, attirant une nouvelle population d’artistes, de publicitaires, de cadres « branchés » et de « yuppies »18. Cette transformation du centre-ville a d’ailleurs contribué au rajeunissement démographique de Glasgow, qui est aujourd’hui la seule ville d’Ecosse où la population « jeune » est plus importante que la population « âgée ».

GLASGOW ET LA NOUVELLE ÉCONOMIE : UN BASCULEMENT INACHEVÉ

  • 19 Aussi surprenant que cela puisse paraître au premier abord, il y a par exemple aujourd’hui beaucoup (...)
  • 20 "Glasgow, the call centre capital of Europe", The Times, 18/02/2004

18Au plan économique, Glasgow illustre l’évolution vers une société transactionnelle et le passage de la ville-lieu de production en lieu de consommation, d’échanges et de fréquentation. Les secteurs économiques importants y sont désormais le tourisme - qui avec 47.000 emplois constitue le premier secteur d’activité local l’hôtellerie et la restauration, la culture et le loisir, la construction ainsi que le commerce de détail, dont Glasgow est aujourd’hui la capitale écossaise19. A l’échelle britannique, la ville s’est également faite une spécialité d’accueil de centres d’appel, qui emploient aujourd’hui plus de Glaswegians que les rares chantiers navals encore en activité20.

  • 21 Au début 2002, British Airways a délocalisé son centre d’appel de Glasgow vers l’Inde (où les salai (...)

19Ces nouveaux atouts économiques demeurent cependant très fragiles. Ainsi l’actualité récente a montré que les emplois dans les centres d’appel n’étaient pas à l’abri de délocalisations vers les pays émergents dont les coûts de main d’œuvre sont bien plus attractifs pour les entreprises21. Plus généralement on constate sur le terrain en matière d’emplois une inadéquation fréquente entre l’offre et la demande –c’est notamment le cas dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie-en raison des insuffisances de la formation des jeunes Glaswegiens.

  • 22 The Scotsman, 6/05/2003 et 12/02/2004.

20D’autre part l’économie de la ville se singularise par un nombre de fermetures d’entreprises nettement supérieur à la moyenne écossaise : ainsi en 2003 sur 631 fermetures d’entreprises enregistrées dans toute l’Ecosse, 400 -soit 62 %- concernaient Glasgow, contre 128 seulement pour Edimbourg. Le taux d’insolvabilité et de liquidation des entreprises est lui aussi très important à Glasgow, soit de l’ordre de 60 %, alors qu’il est à peine de 19 % à Edimbourg et de 10 % à Aberdeen. Dans le même ordre d’idées, Glasgow connaît la pire espérance de vie de tout le Royaume-Uni pour les nouvelles entreprises : ainsi en 2001, 40 % seulement des start-ups lancées quatre ans auparavant à Glasgow étaient encore en activité, contre 52 % à Edimbourg et 55 % en moyenne écossaise22. Ce turnover d’entreprises assez inquiétant ne s’explique que partiellement par l’importance prise dans l’économie glaswegienne des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et de la construction, généralement grands consommateurs d’entreprises. Il témoigne aussi des incertitudes des milieux économiques concernant l’avenir de la ville.

  • 23 “Glasgow's economy falters”, The Herald, 28/03/2003.

21Car une autre faiblesse de l’économie de Glasgow réside dans le volume insuffisant d’entreprises et d’emplois : le nombre d’entreprises présentes dans la capitale de la Clyde est en diminution régulière depuis de nombreuses années –il a ainsi baissé de 17 % entre 1990 et 2004- et il est désormais plus faible qu’à Edimbourg – où il a cru de 36 % au cours de la même période23.

  • 24 Ivan Turok & Nick Bailey, “A Development Strategy for Central Scotland”, Scottish Affairs n° 39, 20 (...)

22Par ailleurs il manque près de 50.000 emplois pour ses habitants pour permettre à Glasgow d’avoir un taux d’emploi égal à la moyenne écossaise24. S’ils ne sont pas négligeables, les 90.000 emplois de services localisés en centre-ville sont loin d’avoir numériquement remplacé les anciens emplois industriels ; ils font finalement assez pâle figure si on les compare par exemple aux 140.000 emplois de services d’une ville comme Manchester, qui compte un peu moins de 400.000 habitants et qui a dû elle aussi affronter les problèmes de reconversion liée à la désindustrialisation.

23En résumé, le tableau économique est celui d’un processus de transformation inachevé et à la viabilité incertaine. Glasgow n’a pas encore soldé son passé de Welfare city-30 % des emplois de la ville sont des emplois publics peu qualifiés-ni complètement basculé vers la nouvelle économie.

GLASGOW ET ÉDIMBOURG : UN DUOPOLE METROPOLITAIN COMPLÉMENTAIRE OU CONCURRENTIEL ?

  • 25 Cf. notamment le dossier sur le développement économique d'Edimbourg dans le Scotsman du 24/06/2002 (...)

24La mise en parallèle avec Edimbourg est un autre élément intéressant qui permet de mieux cerner l’évolution récente de Glasgow, et les questions que celle-ci soulève25.

25Il ne s’agit pas de revenir ici sur la rivalité multiséculaire entre deux cités à la fois si géographiquement proches et si culturellement différentes, et qui toutes deux ont prétendu à divers moments de leur histoire et encore aujourd’hui, incarner à leur façon l’identité écossaise. Il ne convient pas non plus de discuter les images, clichés et représentations qui s’y rattachent. Constatons simplement qu’au cours des deux derniers siècles au moins, la capitale de la Clyde a représenté un poids démographique-et donc politique-largement supérieur à celui de sa voisine, qui faisait en quelque sorte contrepoids à un prestige intellectuel et artistique moindre. En même temps, face à Edimbourg portée par sa réputation de place financière et le poids de ses professions libérales-en particulier juridiques-Glasgow, cœur de la dynamique industrielle et marchande des Lowlands, incarnait la modernité économique-et la cohorte de problèmes sociaux qui vont avec. Le partage des rôles entre les deux centres urbains était clair, et le duopole fonctionnait ainsi de manière plutôt complémentaire et équilibré.

  • 26 A titre d'illustration, l'aéroport de Glasgow ne propose que trois destinations aériennes sur le co (...)
  • 27 Edimbourg est désormais considérée comme l’incontestable deuxième place financière britannique et e (...)

26Or le déclin industriel de Glasgow au cours des dernières décennies a privé cette dernière de son rôle de locomotive économique de l’Ecosse-tout en lui laissant à régler la question sociale-tandis que son affaissement démographique lui ôtait une partie de son poids politique. Dans le même temps, Edimbourg connaissait entre 1971 et 2001 une stabilité démographique et une extension territoriale-vers le sud-est comme le long de la côte nordquasi-unique parmi les principales villes britanniques. Par ailleurs à partir des années 1990 Edimbourg a abandonné son statut de ville provinciale, conservatrice et en sommeil, pour se transformer en une métropole internationale dynamique et attractive, recherchée pour ses opportunités économiques comme pour sa qualité de vie, portée par son positionnement géographique et ses échanges avec l’Europe continentale26, un boom immobilier sans précédent, la bonne réputation de ses écoles publiques, enfin par une diversification économique intelligente reposant notamment sur le développement des services (administratifs, assuranciels et financiers notamment) et des technologies de pointe (en particulier la biologie, le clonage ou l’imagerie microélectronique)27.

  • 28 Le rétablissement du Parlement national à Edimbourg aura aussi –et ce n’est pas négligeable contrib (...)

27Pour couronner le tout, l’installation du Parlement écossais à Holyrood en 1999 a fait d’Edimbourg une véritable capitale politique pour la première fois depuis 1707, contribuant à augmenter encore son poids institutionnel et symbolique par rapport à Glasgow, candidate malheureuse à l’accueil du siège du parlement écossais28. Face à cette dernière en proie au déclin démographique et aux interrogations quant à son identité et son avenir post-industriel, c’est Edimbourg qui incarne en ce début du XXIe siècle la modernité économique et politique de l’Ecosse. L’équilibre historique du duopole métropolitain semble rompu.

  • 29 La régénération urbaine et le développement économique des rives de la Clyde constituent désormais (...)
  • 30 The Evening News, 19/11/2003.

28Parallèlement est soulevée la question de la réorientation économique de Glasgow. Car l’un des objectifs majeurs des responsables économiques et politiques glaswégiens aujourd’hui est le développement de la ville comme un centre financier de premier ordre. Cette ambition se matérialise dans le projet de la création d’un "financial district" (centre d’affaires) à vocation internationale, situé dans le quartier des affaires de Broomielaw, en centre-ville sur les bords de la Clyde29. Selon les dirigeants glaswégiens, ce projet devrait permettre d’ici 2012 la construction de 200.000 mètres carrés de bureaux et la création de 20.000 emplois nouveaux, et ainsi le quasi-doublement de l’importance quantitative de ce secteur dans l’économie de la ville-qui représente aujourd’hui 28.000 emplois, soit 8 % de l’emploi total30. Or cet objectif, qui apparaît extrêmement ambitieux voire quelque peu irréaliste, pose de fait la question de la concurrence avec Edimbourg, déjà fort bien positionnée-et depuis longtemps-sur ce secteur où la capitale écossaise est reconnue comme la première place britannique après Londres.

29Y-a-t-il la place pour deux pôles d’envergure dans ce secteur, à soixante kilomètres de distance ? Rien n’est moins sûr.

  • 31 Cf. I. Turok & N. Bailey, 2002, op. cit Sur une comparaison entre les atouts et handicaps socio-éco (...)

30Si le succès de l’opération de reconversion économique de Glasgow en cluster de services financiers est donc loin d’être assuré, il peut aussi contribuer à poser de façon nouvelle la question de la complémentarité entre les deux grandes métropoles écossaises, et contribuer à une réflexion entre les deux cités sur la mise en commun de ressources et d’infrastructures-comme les aéroports par exempleet le lancement de projets fédérateurs. Si tel était le cas, Glasgow et Edimbourg, au-delà de leurs rivalités ancestrales et de leurs caractéristiques intrinsèques, assumeraient enfin la réalité socioéconomique actuelle qui est celle d’un vaste métropole duale rayonnant sur l’ensemble du Central Belt, d’une « city-region » fonctionnelle à deux têtes31.

GLASGOW ET LES NOUVELLES INSTITUTIONS ÉCOSSAISES : LE GRAND PERDANT DE LA DÉVOLUTION ?

31Une dernière interrogation que l’on peut se poser quant à l’évolution récente de Glasgow concerne le nouveau statut politicoinstitutionnel de la ville dans le contexte de l’après dévolution.

32Depuis l’installation du nouveau Parlement écossais à Holyrood en 1999, la donne politique écossaise apparaît objectivement moins favorable pour Glasgow. Si Edimbourg recueille logiquement le « devolution dividend » (tous les bénéfices) lié à l’installation de toute l’infrastructure politico-administrative dans la capitale écossaise, Glasgow pour sa part apparaît plutôt faiblement représentée au sein de l’exécutif écossais, notamment depuis le décès soudain du premier First Minister Donald Dewar. D’une façon générale, le nouveau Parlement écossais compte désormais une représentation des zones rurales et des villes moyennes plus importante que dans l’ancien système de représentation écossaise à Westminster.

33Par ailleurs on assiste depuis 1999 à des affrontements récurrents entre les grands districts urbains et Holyrood sur la question de leurs compétences respectives en matière de politique urbaine. Les MSPs et l’administration de l’exécutif écossais, qui semblent tenir en piètre estime le personnel politique local, défendent une politique d’attribution des ressources basée sur la transparence, ainsi que la primauté des nouvelles institutions écossaises sur les questions d’aménagement et de développement territorial. De leur côté, les grandes municipalités (Glasgow, mais aussi Edimbourg) reprochent au Parlement écossais non seulement d’empiéter sur leurs prérogatives traditionnelles, mais aussi, de ne pas se soucier suffisamment des problèmes spécifiques aux grandes concentrations urbaines. Le problème s’est cristallisé depuis 1999 autour de l’affrontement récurrent entre l’exécutif écossais d’une part et la municipalité de Glasgow et son leader Charles Gordon d’autre part sur la question de l’enveloppe financière attribuée à Glasgow par Holyrood, que C. Gordon estime notoirement insuffisante eu égard aux problèmes de sa ville et à son poids démographique.

  • 32 A titre d’exemple on peut citer le projet Gear (Glasgow Eastern Area Renewal) qui avait grandement (...)
  • 33 George Kerevan, “City-states and Local Governance”, in Gerry Hassan & Chris Warhurst, Anatomy of th (...)

34Si dans cette affaire le leader travailliste joue avec habileté la carte politique de la « victimisation » et du complot anti-Glasgow dans le but de souder sa majorité contre l’hostilité supposée de Holyrood, force est de reconnaître objectivement qu’après plusieurs décennies au cours desquelles les problèmes de Glasgow – économiques, sociaux, urbains-avaient mobilisé beaucoup de soin et d’attention et une grande partie des ressources écossaises –par le biais de la Scottish Development Agency notamment32- la perception et le traitement dont la ville fait désormais l’objet par le reste de l’Ecosse se sont en quelque sorte normalisés, quand bien même sa situation continue à bien des égards de requérir un traitement particulier. Comme l’exprime à sa manière George Kerevan, « the days when Glasgow could rule the roost are gone »33.

35Cela est d’autant plus vrai que dans le même temps, Glasgow a aussi beaucoup perdu suite à la réforme des collectivités locales de la fin des années 1990 qui a vu notamment le démantèlement de la région Strathclyde.

  • 34 Ces subventions européennes à destination de la région Strathclyde avaient notamment contribué à la (...)

36Avec la perte du statut de capitale régionale, Glasgow a du se passer de nombreuses subventions –notamment européennes– qui avaient beaucoup servi la ville en matière de rénovation urbaine ou de financement d’infrastructures routières, autoroutières et ferroviaires34. Auparavant pôle central d’une planification régionale et principale destinataire des subventions et investissements, Glasgow se trouve désormais nettement moins dominante au sein d’un paysage institutionnel local fragmenté et mise en situation de concurrence avec les municipalités voisines afin d’attirer crédits ou entreprises.

  • 35 Notoirement mécontente de son sort –et du coût jugé exorbitant de sa participation financière se mo (...)

37Ces enjeux apparaissent par exemple clairement aujourd’hui autour de la construction des complexes commerciaux et de loisirs à la périphérie de Glasgow, destinés à attirer les classes moyennes sur les territoires avoisinants, ainsi qu’à procurer des revenus fiscaux importants aux municipalités d’accueil. Ainsi la région Strathclyde s’était toujours opposée à la construction du complexe de Breahead sur la commune de Renfrewshire, afin de ne pas faire de l’ombre à Glasgow et aux commerces de son centre-ville. Avec la disparition de la collectivité locale régionale, ce complexe ambitieux a pu voir le jour, et le conseil municipal de North Lanarkshire souhaite désormais lui emboîter le pas en créant à son tour une vaste et rentable zone marchante et récréative sur l’ancien site industriel de Ravenscraig35.

CONCLUSION : LET GLASGOW PERISH ?

  • 36 Cf. notamment les documents officiels Glasgow City Council Annual Performance Report 2002/3 ; Glasg (...)

38La situation est donc aujourd’hui toujours difficile et incertaine pour Glasgow, qui continue d’être handicapée par des problèmes structurels très anciens tout en ayant cessé de bénéficier de sa situation privilégiée au sein du dispositif institutionnel écossais. Les efforts considérables déployés depuis plusieurs décennies par les responsables locaux afin de rénover et revitaliser la capitale de la Clyde ont certes débouché sur des réussites incontestables, sans pour autant parvenir à dessiner les contours d’une identité fédératrice pour l’ensemble des habitants, ni assurer un renouveau économique durable36. La ville apparaît aujourd’hui comme dans une situation d’entre-deux, avec un futur qui n’a pas encore clairement émergé.

  • 37 The Sick City, The Sunday Herald, 12/03/2000
  • 38 The Herald, 9/11/2003. Rappelons que la devise de Glasgow est "Let Glasgow Flourish"
  • 39 The Herald, 16/11/2003

39Cette situation alimente dans les médias locaux le débat et les polémiques autour de l’avenir de Glasgow. Ainsi en mars 2000 dans un dossier du Herald, l’économiste George Kerevan, glaswegien d’origine ayant contribué à impulser le renouveau économique d’Edimbourg au cours des dernières années, stigmatisait Glasgow comme « The Sick City »37 Plus récemment, faisant le point sur les perspectives économiques de la ville, le Herald résumait de façon pessimiste et provocatrice son dossier consacré à l’avenir de la ville sous le titre « Let Glasgow Perish »38. A ces inquiétudes Charles Gordon répondait par sa vision du futur faisant de Glasgow comme une « post-welfare city » exemplaire39.

40Au-delà du goût pour le sensationnalisme de la presse - même de qualité- et de la tendance à l’exagération des Ecossais - et plus particulièrement du glaswegien, cet échange d’arguments posait de façon assez claire les enjeux du débat actuel et à venir.

41D’un côté la municipalité glaswegienne et son leader défendent l’idée de l’adaptation progressive du travaillisme municipal traditionnel en vigueur depuis des décennies à Glasgow, par le biais de concessions ponctuelles aux nécessités économiques du moment et au secteur privé, à travers par exemple le transfert du secteur du logement social à une housing association à but non-lucratif, ou l’élaboration d’un partenariat public-privé afin de rénover les écoles secondaires de la ville. Ils entendent cependant garder le contrôle global du développement économique de la ville, et continuer d’impulser le rythme du changement urbain vers un Glasgow peu à peu débarrassé de ses problèmes sociaux endémiques mais dont les contours demeurent encore très flous.

42D’un autre côté les partisans d’une vision plus libérale et ouvertement entrepreneuriale remettent violemment en cause la capacité des élites politiques locales à jouer un rôle fédérateur entre les différents acteurs impliqués dans le développement économique et la régénération urbaine. Ils dénoncent pèle-mêle un mode de gestion municipal fonctionnant par le bais des leviers d’une aide sociale budgétivore, d’un clientélisme électoral obsolète, d’une planification urbaine archaïque et d’actions de communication sporadiques. Ils appellent de leur vœu le basculement rapide –et donc brutal, définitif et irréversible– de Glasgow vers une métropole dynamique et de pointe grâce à l’arrivée massive des investissements privés, condition sine qua non à leurs yeux en vue de l’établissement d’un cercle vertueux de croissance à moyen terme, et autour d’un projet emblématique qui pourrait être centré sur la régénération des bords de la Clyde.

  • 40 Michael Keating, The City that Refuses to Die, Aberdeen, Aberdeen up, 1987.

43En 1987 Michael Keating avait évoqué l’histoire récente de Glasgow dans un remarquable ouvrage intitulé "The City that refused to die"40. Près de vingt ans plus tard, on peut faire le constat additionnel que si Glasgow a effectivement refusé de mourir, elle ne sait toujours pas comment renaître. Entre « la post-welfare city » et la « river-city », la quatrième réincarnation de Glasgow est encore à venir.

Notes

1 "Glasgow : de l'énergie à gogo", Idéal n° 30, mars-avril 2004, dossier p. 96-. 116. Idéal est un mensuel français haut de gamme traitant de mode et de tendances culturelles, et s'adressant à un public urbain et aisé. Chaque mois un dossier présente une ville européenne comme destination de voyage.

2 Glasgow Herald, 18/10/2004, extrait d’un reportage sur le quartier de Govanhill suite au meurtre de trois personnes.

3 Voir par exemple le roman "No Mean City" et la contribution de William Findlay dans ce volume.

4 Ce taux est de 27 % en moyenne pour l'Ecosse. Cf. aussi la communication de Nathalie Duclos dans ce numéro.

5 The Times, 15/03/2001. Source : recensement de 2001

6 The Times, 27/09/2001.

7 Voir par exemple John MacInnes, “The Deindustrialisation of Glasgow”, Scottish Affairs n° l 1, 1995, pp. 73-95.

8 La population d'Edimbourg était au dernier recensement de 449.000 habitants. En termes de zone d'influence fonctionnelle par contre, celle d'Edimbourg est estimée à 780.000 habitants, celle de Glasgow à deux millions environ. Cf. Claude Chaline & Delphine Papin, Paris, Ellipses, 2004, p. 92.

9 Ainsi en raison de la baisse démographique enregistrée entre les deux derniers recensements la ville a subi une perte de recettes de l'ordre de dix millions de livres, et l'actuel leader du conseil municipal de Glasgow conteste pour ces raisons les chiffres officiels.

10 Cf. Jacques Donzelot, « La nouvelle question urbaine », Esprit, novembre 1999.

11 Cf. par exemple « La ville à trois vitesses », dossier spécial, Esprit, mars-avril 2004.

12 Selon la terminologie des sociologue François Dubet et Didier Lapeyronnie.

13 Gilles Leydier, « L’effondrement d’une citadelle : les communautés ouvrières de Glasgow », publié dans Yvette Marin (ed.), Citoyenneté et Communauté, Les Cahiers du Crehu, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997, pp. 69-88.

14 The Sunday Herald, 12/03/2000.

15 The Scotsman, 30/09/2004

16 C'est Glasgow que Versace a choisi pour ouvrir sa première boutique hors Italie (en 1991), c’est aussi Glasgow que Terence Conran a sélectionné pour créer son premier restaurant hors-Londres.

17 Gilles Leydier, “Modernism, Identity and Dualism in the British City : The Example of Glasgow” in Jurgen Kamm (ed.), The City and the Country, Die Blaule Eule, Essen, 1997, pp. 149/160.

18 ie « young urban professionals »

19 Aussi surprenant que cela puisse paraître au premier abord, il y a par exemple aujourd’hui beaucoup plus de magasins de mode et de vêtements pour clientèle féminine à Glasgow qu’à Edimbourg.

20 "Glasgow, the call centre capital of Europe", The Times, 18/02/2004

21 Au début 2002, British Airways a délocalisé son centre d’appel de Glasgow vers l’Inde (où les salaires sont environ seize fois moindres), entraînant la suppression de 350 emplois.

22 The Scotsman, 6/05/2003 et 12/02/2004.

23 “Glasgow's economy falters”, The Herald, 28/03/2003.

24 Ivan Turok & Nick Bailey, “A Development Strategy for Central Scotland”, Scottish Affairs n° 39, 2002, p. 76.

25 Cf. notamment le dossier sur le développement économique d'Edimbourg dans le Scotsman du 24/06/2002, et notamment les articles "Keep on moving", "Limitess horizons" & "Follow the Leader".

26 A titre d'illustration, l'aéroport de Glasgow ne propose que trois destinations aériennes sur le continent européen, contre cinq pour celui d'Edimbourg,

27 Edimbourg est désormais considérée comme l’incontestable deuxième place financière britannique et est notamment le siège de la deuxième banque britannique et européenne (Royal Bank of Scotland). Les services financiers et assurantiels, pour la plupart localisés à Edimbourg, représentent environ 15 % du PIB écossais. Rappelons aussi que la ville a été en son temps candidate à l’accueil du siège de la Banque centrale européenne. Plus généralement, les salaires à Edimbourg sont 7 % plus élevés que dans le reste de l’Ecosse, et de nombreuses multinationales (Standard Life, HBOS, Scottish & Newcastle, etc.) ont leur siège à Edimbourg. Cf. "New set of challenges and rivals facing ‘lucky old Edinburgh’”, The Scotsman, 11/05/04.

28 Le rétablissement du Parlement national à Edimbourg aura aussi –et ce n’est pas négligeable contribué à "désangliciser" l'image de la ville. On peut sur ce point remarquer que si Glasgow, épicentre de la désindustrialisation et de la résistance au Thatchérisme, a incarné symboliquement l’Ecosse des années 1980, Edimbourg a pour sa part mieux représenté les années de « nationalisme civique » et de revendications démocratiques en vue du changement institutionnel qui ont suivi. Cf sur ce point la stimulante analyse de Jonathan HEARN, “Big City : Civic Symbolism and Scottish Nationalism”, Scottish Affairs n° 42,2003, pp. 57-82.

29 La régénération urbaine et le développement économique des rives de la Clyde constituent désormais une priorité majeure pour les édiles glaswegiens qui, dans ce domaine, semblent avoir pris du retard par rapport à d’autres métropoles britanniques comparables comme Manchester, Leeds ou plus récemment Newcastle.

30 The Evening News, 19/11/2003.

31 Cf. I. Turok & N. Bailey, 2002, op. cit Sur une comparaison entre les atouts et handicaps socio-économiques respectifs des deux villes, cf. également Nick Bailey, Ivan Turok & Iain Docherty, “Edinburgh and Glasgow : contrasts in competitiveness and cohesion”, Department of Urban studies, University of Glasgow, 1999. Cf. également lain Docherty & David Begg, - “Back to the City Region ?”, Scottish Affairs n° 45, 2003, pp. 128-156.

32 A titre d’exemple on peut citer le projet Gear (Glasgow Eastern Area Renewal) qui avait grandement contribué à la rénovation urbaine du centre-ville dans les années 1970 et 1980. Cf par exemple. David Donnison & Alan Middleton, Regenerating the Inner City : Glasgow’s Experience, London, Routledge, 1987.

33 George Kerevan, “City-states and Local Governance”, in Gerry Hassan & Chris Warhurst, Anatomy of the New Scotland : Power, Influence and Change, Edinburgh & London, Mainstream, 2002, p. 41.

34 Ces subventions européennes à destination de la région Strathclyde avaient notamment contribué à la construction de l'autoroute M8 qui traverse Glasgow, à la réalisation des liaisons autoroutières avec la M80 et la M77, à la modernisation du métro glaswegien et au développement d'un réseau ferré local autour et à partir de Glasgow. A noter que les Lowlands bénéficient toujours de l’aide des fonds structurels européens au tire de l’objectif 2 (zone en reconversion économique et sociale), ces crédits s'élevant à 733 millions d'euros pour la période 2000-2006.

35 Notoirement mécontente de son sort –et du coût jugé exorbitant de sa participation financière se montant à 300.000 livres par an- au sein de la Convention of Scottish Local Authorities (COSLA), la municipalité de Glasgow a claqué la porte de l'association des collectivités locales écossaises en 2000, avant d'y revenir ultérieurement.

36 Cf. notamment les documents officiels Glasgow City Council Annual Performance Report 2002/3 ; Glasgow Economic Monitor 2004 & Glasgow’s Continuing Prosperity, a Joint Economic Strategy for Glasgow 2003-2005.

37 The Sick City, The Sunday Herald, 12/03/2000

38 The Herald, 9/11/2003. Rappelons que la devise de Glasgow est "Let Glasgow Flourish"

39 The Herald, 16/11/2003

40 Michael Keating, The City that Refuses to Die, Aberdeen, Aberdeen up, 1987.

Auteur

Professeur de civilisation britannique à l'Université du Sud Toulon-Var. Ses recherches sur l'Écosse portent d'une part sur la "dévolution" et l'identité politique de l'Écosse contemporaine, d'autre part sur l'évolution socio-économique et culturelle de Glasgow.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540