Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

II. Life in the Scottish victorian city: historical explorations

Dundee : les paradoxes d'une cité d'ouvrières (1870-1930)

Christian Civardi

Texte intégral

  • 1 Thomas Johnston, député I. L. P. de Dundee, enquêta en 1925 sur les conditions de travail dans l'i (...)

1Dans les années 1830, Dundee est une ville de tissage du lin et un port baleinier. C'est la découverte que l'on peut utiliser l'huile de baleine pour assouplir le jute qui va entraîner la spécialisation de la ville dans la toile de jute. La guerre de Crimée, puis la guerre de Sécession créent une forte demande pour les sacs en toile de Dundee, et le nombre d'usines triple entre 1862 et 1875, l'emploi maximal étant atteint dans les années 1880 avec 40 000 salariés dans le jute, dont les trois-quarts sont des femmes. La population de la ville double entre 1851 (80 000) et 1911 (165 000). Entre 1914 et 1918, l'utilisation massive de sacs de sable dans la guerre de tranchées constitua une aubaine pour l'industrie du jute. C'est à partir de mars 1920 que les cours s'effondrèrent, sous l'effet combiné d'un ralentissement de la demande et de l'envahissement du marché par de la toile de jute indienne bon marché. Dès lors l'industrie dundonienne du jute ne retrouva plus jamais son niveau de production des années de guerre. Dès 1924, elle n'employait plus que 30 000 salariés et n'exportait plus que le tiers de sa production, contre les trois-quarts en 1900. A l'instar des industriels de la Clyde, ceux de la Tay tentèrent de stimuler la demande en abaissant leurs prix de revient non pas au moyen d'une réorganisation de l'industrie, mais grâce à une diminution des salaires et de la qualité de leur marchandise. Ce n'est qu'au début des années 1930 - on recensait en 1931 70 % de chômeurs dans l'industrie du jute à Dundee - qu'ils finirent par admettre qu'au petit jeu du dumping les usines de Calcutta ne pouvaient que finir par l'emporter1.

LE TRAVAIL DES FEMMES

  • 2 Rev. G. Lewis, « Course of Lectures on the Physical, Educational and Moral Statistics of Dundee », (...)
  • 3 St. Andrews Cathedral Booklet, 1935.

“From the progress of mechanical improvement, it is obvious, that ere long our mills will have none but female operatives, and a few boys..., a system which is undomesticating the females of our families, and unqualifying them for those home duties, for the discharge of which God has prepared their hearts2
Mill girls and women workers practically run the public works and, earning more than their husbands and big brothers, overrule the male element at home3.”

2A cent ans d’intervalle, l’Eglise presbytérienne dénonce le même fléau : les femmes de Dundee ne savent pas rester à leur place. Il est vrai que l’effroi ecclésiastique de 1840 devant le déséquilibre croissant du marché de l’emploi était fondé. Le recensement de 1911 révèle que pour cent individus de sexe féminin agées de dix ans et plus, on en dénombre 95 du sexe opposé à Glasgow, 80 à Edimbourg et Aberdeen, et seulement 74 à Dundee, où l’industrie du jute emploie 8 000 hommes et 17 500 femmes de plus de vingt ans. Tous emplois confondus, 43 % des salariés dundoniens sont des femmes ; 52 % des Dundoniennes âgées d’au moins dix ans sont salariées (38 % dans le textile, le reste dans le commerce, les transports, les emplois de bureau et, surtout, de domestiques), contre environ 37 % dans les trois autres grandes villes d’Ecosse. Les écarts sont encore plus marqués lorsqu’il s’agit de l’emploi des femmes mariées. Le recensement de 1921 dénombre 19 041 femmes de plus que d’hommes parmi la population âgée de plus de quinze ans, soit un excédent de 36,9 %. Il qualifie de « remarquablement élevée la proportion de femmes mariées qui occupent [à Dundee] un emploi rémunéré » : elle est de 24,1 %, contre 6,1 % à Glasgow et 5,6 % à Edimbourg. Ce sont pratiquement les mêmes chiffres qu’en 1911 : si à Glasgow la répartition traditionnelle des rôles ne tarde pas à se rétablir après le bouleversement des années de guerre, les femmes devant abandonner les emplois qualifiés qui leur avaient été confiés dans les industries d’armement, à Dundee mariage ne signifie pas nécessairement perte de l’emploi, du moins dans l’industrie du jute.

  • 4 A. Dickson & J. H. Treble (eds.), People and Society in Scotland, 1914-1990, Edimbourg, John Donal (...)
  • 5 Board of Health Statistics, in Forward, 30/1/1926.
  • 6 W. Hamish Fraser & R. J. Morris (eds.), People and Society in Scotland, 1830-1914, Edimbourg, John (...)

3En 1922, le Medical Officer of the City of Dundee s’émut du fait, rarissime dans l’ensemble des cités industrielles britanniques, que l’espérance de vie féminine y était inférieure à la masculine. De fait, dès 1861, la mortalité féminine excédait la masculine dans les groupes d’âge de 20 à 29 et de 30 à 39 ans, mais aussi de 10 à 14 et de 40 à 49 ans, ce qui exclut la mort en couches comme cause principale de cette surmortalité féminine4. De plus, Dundee détenait le record britannique de mortalité infantile : 154 pour mille en 1908-10 (Royaume-Uni 112, Ecosse 118, Glasgow 130), 129 pour mille en 1925 (119 à Glasgow, 83 à Birmingham et 67 à Londres)5. Notons enfin qu’en 1908, 63 % de la population de Dundee vivait dans un logement d’une ou deux pièces, contre 55 % à Glasgow, 22 % à Londres, 10 % à Leeds et 4,4 % à Sheffield6.

4Cette situation peu commune dans les cités industrielles britanniques prévalut entre les recensements de 1871 et de 1931 : à partir de 1923, l’introduction de métiers à filer à quatre fuseaux entraîna la constitution d’équipes de nuit, composées essentiellement d’hommes. Cet article portera donc sur cette période ; après quelques précisions sur le travail des femmes (et des enfants), il tentera d’en analyser les conséquences dans les domaines social, culturel, syndical et politique.

LES PARADOXES DE LA QUALIFICATION PROFESSIONNELLE

5La production du jute à grande échelle coïncide avec les perfectionnements de la mécanisation, qui permettent l’emploi des femmes. Il s’agit d’une production nouvelle, qui ne requiert ni force physique ni tour de main particuliers : les hommes ne peuvent donc se l’approprier en se prévalant de leur place historique, de leur apprentissage ou de leur qualification.

  • 7 Mme Sarah Craig, fileuse, citée dans B. Kay (ed.), Odyssey, Voices from Scotland's Recent Past, Ed (...)

“[The weavers] were different frae us altogether. They were on piece-work, an' they wore a hat, an' they wore gloves. Whaur, the like o' us, we were low mill hands an' we used tae just rin wi' wir jeckits on - nae hats or gloves... An if ye said tae them 'An whit is your occupation ?'-'Oh, I'm a weaver,' Ye see that distinction wis there, even among the workin' folk there was a distinction7

6Contrairement à l’aristocratie ouvrière de la métallurgie glaswégienne, les « aristocrates » de Dundee, les tisseuses, n’étaient pas de sexe masculin, n’avaient suivi qu’un bref apprentissage, ne jouissaient d’aucune autonomie dans le processus du travail, et appartenaient généralement au même syndicat - la Jute and Flax Workers’ Union - qu’une catégorie d’ouvrières unanimement reconnues comme leurs inférieures, les fileuses, alors même que le métier de ces dernières requérait une plus grande dextérité manuelle que le tissage. Manifestement, les critères reconnus à Glasgow comme nécessaires pour conférer à un métallurgiste la qualité « d’aristocrate » n’étaient pas de mise dans l’industrie dundonienne du jute.

  • 8 F. Poirier, « L'aristocratie ouvrière mid-victorienne : révisions », Encrages n° 7 1982, p. 70.
  • 9 En 1906, une fileuse (payée à l'heure) gagnait, en moyenne, 16 % de moins qu'une tisseuse sur méti (...)

7De fait, comme le note François Poirier dans sa très fine analyse de la révision du concept « d'aristocratie ouvrière » opérée en 1980 par Charles More, « il y a la compétence technique ou « vraie », exigée par le type de technologie employée dans la production considérée, et la compétence « socialement construite »8. Leur situation de privilège par rapport aux fileuses qu'aucune compétence technique ne semblait justifier, les tisseuses la devaient à l'histoire : elles avaient hérité du statut de leurs prédécesseurs, les tisserands à domicile, qui leur avaient légué ces autres critères d'appartenance à l'aristocratie ouvrière que sont le salaire aux pièces9, les perspectives d'avancement et surtout, en dépit de l'absence de réel apprentissage, le recrutement fermé, gage de respectabilité. De fait, se faire traiter de spinner constituait, pour une weaver, l'insulte suprême.

  • 10 M. Jim Reid, époux d'une tisseuse, cité dans KAY, op. cit, p. 41.

"There was a lassie who was a weaver in Halley's, she was gettin' married, so she went doon to the Registrar to put her name down... and the man... says to her "Now - you're a spinster ?" And she says, "No, look I'm a weaver." And he says, "No, look lassie, down on this form put-you're a spinster." She says, "Dinna ca' me a spinster, because I'm a weaver." So he says to her, "Look lassie, are you ignorant ?" She says, "Aye, fower month !"10"

  • 11 Dundee Social Union, Report on Housing and Industrial Conditions in Dundee, Dundee, 1905, p. 49.

8Selon un rapport de 1905, « tisseuses, dévideuses, bobineuses et mécaniciennes sont issues d'une classe quelque peu différente de celle dont proviennent les préparatrices et les fileuses. »11 En clair : les premières sont très majoritairement protestantes, les secondes catholiques.

9En 1851, 19 % de la population de Dundee est née en Irlande (18,2 % à Glasgow), 20 % originaire d’autres comtés écossais. Contrairement à Glasgow et Edimbourg, Dundee ne possède ni loge orangiste, ni club de football catholique. Il faut dire que dès 1871, les deux tiers des 14 000 Dundoniens nés en Irlande étaient des femmes. Pour celles-ci, il n’existait aucune passerelle entre mill et factory, entre filature et tissage. La très forte communauté irlandaise de Dundee, presque entièrement catholique, était concentrée à Lochee, un quartier de filatures. Le comité provisoire de la Dundee and District Jute and Flax Workers’Union, fondée en 1906, rassemblait dix ouvrières dundoniennes ; une seule d’entre elles portait un nom irlandais, aucune n’était domiciliée à Lochee : la hiérarchie de ce nouveau syndicat était monopolisée par les tisseuses. Par contre, sur les dix fileuses choisies pendant la grève de 1923 pour témoigner à l’occasion d’une enquête ministérielle, huit portaient un nom indubitablement irlandais, et un prénom vraisemblablement catholique. On trouve donc bien, en dépit de l’absence d’apprentissage, un type de recrutement fermé au sein de cette aristocratie des métiers du jute que constituait le tissage, chassegardée protestante.

LE TRAVAIL DES ENFANTS

  • 12 Cité dans Robert Stewart, Breaking the Fetters, Londres, 1967, p. 14. Cf. aussi The Jute Mill Song (...)

"Oh dear me, the mull's gaein fest
Puir wee shifter canna get a rest
Shiftin bobbins coarse and fine
Wha wad work for twa and nine ?12"

  • 13 Walker, op. cit, p. 82.
  • 14 Jack London a consacré l'une de ses nouvelles prolétariennes (« The Apostate », 1906) à la rébelli (...)

10Il n’est pas étonnant que ce soit un pasteur de Dundee qui ait publié en 1834 un livre au titre provocateur : Scotland, a Half-educated Nation. De fait, c’était la ville où le travail des enfants était le plus répandu. « We braggards boast about our Scottish educational system. We jeer at the Sassenach’s lack of interest in education. And yet, we release thousands of children from school and set them to work in factories, yards, shops, etc. », accusait dans The Scottish Cooperator du 30 août 1930 l’une des premières femmes à avoir été (en 1923) élue au conseil municipal de Glasgow, la socialiste et coopératrice Jean Roberts : 20 % des Glaswégiens de moins de quatorze ans travaillaient alors à mi-temps. En vertu du half-time system, un écolier ayant atteint l’âge de dix ans pouvait, grâce à une dérogation du school-board, partager sa semaine entre fabrique et école, qu’il avait le droit de quitter définitivement deux ans plus tard à condition d’être titulaire du fifth standard, le certificat de fin d’études primaires. En 1900, le school-board de Dundee accorda plus de dérogations que ceux d’Aberdeen, Glasgow, Govan et Paisley réunis. Il y avait alors 2 135 half-timers de moins de douze ans dans les filatures de la ville, et 2 800 âgés de douze à quatorze ans13 : dévideurs, cardeurs, bobineurs, ratttacheurs et, pour la plupart, comme le « Renégat » de Jack London, shifters chargés de remplacer les bobines du métier au fur et à mesure qu’elles se dévidaient14. Il s’agissait d’aller vite, sous la surveillance d’une shifting mistress équipée d’un sifflet et d’une lanière de cuir.

11Une enquête de 1905 eut beau démontrer que les seuls enfants de Dundee à être plus malingres que les half-timers étaient les pensionnaires des orphelinats, les organisations ouvrières n'en condamnèrent pas pour autant le système. On ne trouve, par exemple, aucune dénonciation du mi-temps des enfants dans les rapports annuels du Trades Council de Dundee. Quant au révérend Henry Williamson, fondateur en 1885 de la Dundee and District Mill and Factory Operatives' Union, il défendait encore ce système dans The People’s Journal du 21 octobre 1922, convaincu qu'il serait malvenu d'empêcher « nombre de filles et de garçons qui sont complètement dégoûtés des livres et des leçons de venir en aide à maint foyer dans le dénuement ». Arrivés à l'âge de dix-sept ou dix-huit ans, la plupart des petits shifters - environ 800 chaque année - étaient licenciés, seule une petite minorité étant embauchée à la filature ou à la préparation. L'industrie textile, en particulier celle du jute, offrait un bel exemple de ce que les Webb appellaient une « industrie parasite », qui se débarrassait sur la société de ses jeunes salariés dès qu'ils étaient en âge de se marier et de réclamer un salaire d'adulte.

LES PARADOXES DE LA RESPECTABILITÉ

  • 15 R. H. Morris, « Skilled Workers and the Politics of the "Red Clyde" : A Discussion Paper », Journa (...)
  • 16 H. V. Morton, In Search of Scotland, Londres, Methuen, 2000 (1929), pp. 123-4.

"In Glasgow only 5 % of married women were recorded as working in 1911. In the skilled areas of Govan and Partick the figure was just over 2 %. The power relationships of the workplace meant that the skilled men of the Clyde were less than revolutionary in their attitude to the distribution of power between men and women15.
He explained that his wife worked in the mill, while he was nurse, cook, and housemaid ! This unnatural domesticating life is, I believe, a characteristic of Dundee when the shipyards are idle. (...) I asked him how it felt to be dependent on a wife. He appeared unconscious of any humiliation. He said it was a good day's work to look after two children, and he would rather do a day's work than wash one baby ! But his wife knew how things were. She gave him beer money, and sometimes took him to the pictures !16"

  • 17 Walker, op. cit., p. 47.

12Ces deux constats ont pour dénominateur commun la notion de family wage, fondement de l'idéal domestique qui consiste, pour l'ouvrier, à rapporter au foyer un salaire permettant à son épouse d'y rester et de s'y consacrer entièrement. Lorsque la femme gagne plus que l'homme, ce dernier perd son statut de bread-winner, de soutien - et, partant, de chef - de famille. Comme le note W. Walker : « In Dundee... given the low wages which adult men earned in the jute industry, and the scarcity of jobs for men in the city generally, it inevitably happened that the authority of the male person assumed the appearance of a mere pretension. »17

  • 18 W. Walsh, Jesus in Juteopolis, Londres, 1906, p. 54

13Bel euphémisme, car, pour reprendre un terme utilisé tant par Morton en 1929 que par le révérend Lewis en 1840 (cf. ci-dessus p. 1), le marché du travail à Dundee est bel et bien « undomesticating » : le pourcentage de female householders y est de loin le plus élevé de toutes les villes écossaises (un tiers des logements en 1901), nombre d'ouvrières du jute cohabitant entre femmes dans des appartements loués en commun, arrangement que le pasteur progressiste William Walsh qualifiait en 1906 de « contre nature, voire vicieux »18. Pour son confrère le révérend Williamson, président-fondateur de la Mill and Factory Operatives'Union, ce sont essentiellement les fïleuses qui « font problème » :

  • 19 H. Williamson, « 50 Years in Dundee's Stir and Strife », People's Journal 14/10/1922

"The millgirls (i. e. the spinners and preparers) took one side of the street and the factory girls (i. e. the weavers) the other... [The latter] are neat and smartly dressed to the tips of their gloves and their be-ribboned hats... [The former] are a problem. Fifty years ago they were a problem and they are a problem still19."

  • 20 Coupure de presse non datée ; in Walker, op. cit, p. 45.
  • 21 Ibid., p. 42.

14Et un journaliste de préciser la nature du « problème » : « The millgirls are unable to make or mend, wash or clean, bake or cook a dinner... Immodest songs, obscene language... are but too frequently heard, and that from the gentler sex as well as from the other. »20 Autrement dit, les femmes se comportent comme des hommes : elles parlent fort, chantent des rengaines salaces, ne crachent ni sur la bouteille, ni sur la bagarre. Le partage entre fileuses et tisseuses est très net, comme le montre, par exemple, le tableau des arrestations sur la voie publique opérées à Dundee en 187121 :

15En 1879, 1885, 1891, plus de femmes que d'hommes sont accusées de assault, breach of the peace ou disorderly conduct. Entre 1888 et 1898,40 % des arrestations pour ivresse sur la voie publique concernent des femmes ; encore 32 % pour la période 1929-1938, en dépit du fort accroissement de la main d'oeuvre masculine à partir de 1923.

  • 22 Eleanor Gordon, Women and the Labour Movement in Scotland, 1850-1914, Oxford, Clarendon, 1991, p. (...)

16Tandis qu’au lendemain de la guerre les « respectables » glaswégiennes étaient contraintes, sous la pression des syndicats de métiers, de céder leur emploi dans les industries de la construction mécanique à leurs compagnons démobilisés, la Jute and Flax Workers' Union dundonienne, majoritairement composée de fileuses, était le premier syndicat britannique à obtenir la semaine de 5 jours en octobre 1918, profitant de la demande militaire pour les sacs de jute. Victoire paradoxale de la part d’un syndicat dont le mouvement ouvrier n’attendait pas tant. Mary MacArthur, secrétaire de la Women’s Trade Union League, n’avait-elle pas fait savoir, lors de la fondation de la DDUJFW par John Sime en 1906, que « she deprecated married women having to work in the mills and intimated that she favoured a policy of increasing men’s wages to enable them to support their wives at home » ?22

  • 23 H. Williamson, « 50 Years in Dundee's Stir and Strife », People's Journal, 14/10/1922
  • 24 Gordon, op. cit. p. 179

17Secrétaire de la WTUL, adhérente de l’Independent Labour Party, Mary MacArthur est également présidente de la National Federation of Women Workers, fondée en 1906. Son attitude face à l’emploi des femmes mariées n’est ni de l’aveuglement, ni du défaitisme, mais du réalisme : s’il tient à éviter d’être mis au ban du mouvement ouvrier, tout syndicat majoritairement féminin doit avancer masqué : il lui faut faire l’éloge convenu du family wage gagné à la sueur d’un mâle front, et assortir toute revendication salariale d’un couplet sur la nécessaire protection des hommes contre toute concurrence déloyale. Certes. Il n’en reste pas moins que ce type de discours nie l’évidence de Dundee, où ce sont souvent les femmes qui rapportent au foyer le plus gros, voire l’unique, salaire. Or, avancer masquées lorsqu’elles ont un grief n’est pas le fort des fileuses de Lochee, « a band of tousled, loud voiced lassies with the light of batttle in their defiant eyes gathered together in the street and discussing with animation and candour the grievances that had constrained them to leave their work »23 — au grand dam de leurs collègues masculins : « they (the striking women) should treat with the masters calmly, fairly and argumentatively and not by yelling and hooting »24, déplorait un ouvrier tisserand victime d’un lock-out consécutif à une grève générale des fileuses en 1874.

LES PARADOXES DU PURITANISME

  • 25 Walker, op. cit., p. 271

18N’en déplaise à ce partisan de la négociation formatée, les ouvrières du jute vont s’allier avec ceux qui, comme elles, ont « the light of battle in their defiant eyes », qui sont animés d’une sainte colère : les hommes d’Eglise, ou apparentés. Quatre d’entre eux, membres d’Eglises minoritaires en Ecosse, ont très fortement contribué à l’émancipation des ouvrières du jute de Dundee. Pasteur unitarien, Henry Williamson fonde en 1885 la Dundee Mill and Factory Operatives’Union, à la tête de laquelle il va, pendant plus d’un quart de siècle, combiner paternalisme et vertu d’indignation. Réprimandé par le synode dundonien de l'Eglise presbytérienne libre pour son opposition au dogme du tourment éternel, le révérend David Macrae entraîne en 1888 ses ouailles dans la fondation d'une nouvelle Eglise, la Gillfillan Memorial Church. Son successeur, l'ancien pasteur baptiste Walter Walsh, élu travailliste au conseil municipal de Dundee en 1906, publie la même année Jesus in Juteopolis, dénonciation passionnée des conditions de vie et de travail des ouvriers du textile, et apologie du « christianisme appliqué » : « ‘Applied Christianity’ will be the efficient instrument for the removal of sin and, as a consequence, of the injustices which are caused by sin. »25 Seul laïc de cette liste, Edwin Scrymgeour, méthodiste wesleyen, quitte l'ILP pour fonder en 1901 le Scottish Prohibition Party. Aux législatives de 1922, il arrache à Winston Churchill l'un des deux sièges de Dundee sous l'étiquette de « Prohibition and Labour candidate », avec pour slogan « vote as you pray. »

19Si la contribution de ces pasteurs (et du para-pasteur que fut Scrymgeour) au mouvement ouvrier fut réelle, ce fut, paradoxalement, plus en termes de large ratissage électoral que dans la constitution d'une doctrine sociale protestante. Leur approche commune est foncièrement affective, fondée qu'elle est sur deux seules bases : le puritanisme et le millénarisme. Leur puritanisme repose sur une démonologie invariable : les ennemis des travailleurs ne sont pas tant les patrons ou l'Etat que leurs propres démons, qui ont pour nom ivrognerie, paresse, débauche, passion du jeu et du sport. En conséquence de quoi leur millénarisme, leur conviction qu'un grand coup de balai donnerait, un grand soir, naissance à une nouvelle société purifiée, s'exprime dans cette forte pensée de Scrymgeour : « The revolution must be against sin ». Ils vont s'y employer, appuyés par des milliers d'ouvrières du textile, dans les domaines du syndicalisme, de la culture et de la politique.

LES SYNDICATS

  • 26 Dickson & Treble, op. cit., p. 154.

20Plutôt hostiles à la nouvelle Dundee Mill and Factory Operatives' Union, composée en majorité de fileuses d'origine irlandaise et dirigée par un pasteur philanthrope étranger à la profession, les syndicats en majorité masculins de Dundee ne tardèrent pas à se féliciter de son existence. Jusqu'alors, le mode de protestation le plus répandu chez les fileuses était la grève spontanée, parfois festive, voire carnavalesque, menant souvent à un lock-out qui affectait l’ensemble des salariés de l’industrie. Partisan du compromis, Williamson s’employa à canaliser l’indignation de ses mandantes dans le cadre de la négociation. Avec un succès certain, puisque c’est dans le but avoué de durcir les conflits du travail que fut fondé en 1906, avec l’appui du Trades and Labour Council, un syndicat rival, la Dundee and District Jute and Flax Workers' Union. En 1910, le nouveau syndicat comptait 1 100 hommes et 4 000 femmes, l’ancien 1 200 hommes et 5 100 femmes. Au lendemain de la guerre, c’est à Dundee que l’on trouve le plus fort taux de syndicalisation féminine (40 % en 1923-24, contre 14 % à Glasgow et à Aberdeen)26, mais, comme leurs camarades masculins de la métallurgie glaswégienne, les ouvrières dundoniennes vont se heurter aux limites de l’action directe en période de récession. Dès mars 1920, la DDJFWU se résigne à accepter une semaine de travail de 48 heures réparties sur cinq journées et demi, mais l'atmosphère tourne à l'euphorie après la défaite aux urnes de Churchill en novembre 1922. Portées par cette vague d'optimisme, les ouvrières des filatures Camperdown, à Lochee, déclenchent en février 1923 une grève afin de s'opposer à l'introduction du double spinning, synonyme de recrutement masculin accru. Or, leur syndicat a été terriblement anémié, y compris financièrement, par l'accroissement du chômage : de 20 000 adhérents en août 1918, les effectifs de la JFWU sont tombés à 11 359 en janvier 1923. La grève durera 27 semaines, en vain : le chômage est tel à Dundee que lorsque les employeurs décrètent un lock-out de l'industrie du jute locale affectant 29 000 travailleurs, les ouvrières « lock-outées » se dressent contre les grévistes de Lochee : outre la traditionnelle méfiance entre tisseuses et fïleuses, ces dernières elles-mêmes en veulent à leurs collègues de Lochee de mettre en péril leur propre emploi. Ce fiasco ne fait que confirmer le constat effectué après l'échec de la grève pour les quarante heures à Glasgow en 1919 : en période de récession, la lutte pour l'amélioration de la condition ouvrière passe en priorité par l'action politique - ce qu’avait bien compris John Sime, contraint par loyauté de soutenir une grève qu'il n’approuvait pas :

  • 27 Jute and Flax Workers' Guide, mars 1920.

"The workers, or a majority of them, have not reached that degree of political outlook to elect men to Parliament who will vote for a legal 40 or 44-hour week... The Clyde workers have not succeded in obtaining a 40-hour week, and those who in Dundee believe that a strike could obtain what had failed on the Clyde are living in a fool's paradise27."

PROHIBITION ET POLITIQUE

21On le sait, nombre de Temperance Leagues furent fondées en Ecosse dans la seconde moitié du XIX° siècle. Le succès de ces diverses organisations fut à la mesure du problème qu'elles combattaient. Leur rituel d'inspiration protestante (rapidement traduit en gaélique), leur admission des femmes sur un pied d'égalité avec les hommes, leur souci d'éducation des enfants et leur prohibitionnisme sans compromission (y compris une position très ferme et très populaire sur la composition du vin de messe) valurent aux Good Templars de compter, moins de dix ans après leur formation en 1869, plus de 83 000 adhérents (dont un certain Keir Hardie) dans leurs 1 131 loges réparties sur l'ensemble du territoire écossais. Ces groupes possèdent toutes les caractéristiques des sectes : adhésion réservée aux initiés, strict code moral, rituel d'inspiration religieuse, prosélytisme, sens de la mise en scène (notamment à l'occasion des « conversions » publiques à l'abstinence). Nombre de loges renforcent la cohésion de leurs adhérents en leur proposant des loisirs communautaires. Ainsi, à Dundee, sous la houlette du Chief Templar Bob Stewart ou de James Scrymgeour, président du Band of Hope. Itinéraires révélateurs que ceux de Bob Stewart et d'Edwin Scrymgeour, fils de James. En 1907, Stewart bouscule le conformisme des Good Templars dundoniens et devient Chief Templar de la ville ; cinq ans plus tard, il fonde le Prohibition and Reform Party (pour la « prohibition de l'alcool et l'abolition de la propriété privée »), rebaptisé Socialist Prohibition Fellowship en 1919, dont les objectifs sont :

  • 28 Stewart, op, cit., p. 21.

"The common ownership of the world's economic forces ; the control and co-ordination of all industries and social activities by the workers engaged therein through local, district and provincial communes, and world-wide federations ; the non production of intoxicating liquors for beverage purposes ; the universal and complete abolition of armaments ; the freedom of either sex from dependence upon the other in an economic or political sense28 "

22L’année suivante, Bob Stewart participe à la fondation du parti communiste britannique, pour le compte duquel il obtiendra plus de 8 000 voix à Dundee aux élections législatives de 1924. Devenu athée, Stewart conservera toujours la démonologie et le zèle purificateur de sa période prohibitionniste.

23Méthodiste wesleyen, libéral, James Scrymgeour fait du Band of Hope un centre d’activités théâtrales et de randonnées pédestres. Son fils Edwin, nous l’avons vu, quitte l’ILP pour fonder en 1901 le Scottish Prohibition Party. Les réunions dominicales du SPP ressemblent à s'y méprendre à un service religieux : prières, lecture des Ecritures, cantiques, allocution préfacée d'un texte biblique. En 1903, 600 partisans du SPP sont exclus des Good Templars. En revanche, la Jute and Flax Workers' Union compte, dès sa fondation en 1906, plusieurs adhérents du SPP dans son comité, et verse une contribution financière au parti. En 1905, Edwin Scrymgeour est élu au conseil municipal de Dundee. Il lance un journal, The Scottish Prohibitionist (1906-22), qui réclame notamment la municipalisation des logements sociaux, des dispensaires et de la distribution du lait ; mais surtout, il se spécialise dans le muckraking, la dénonciation des combines et turpitudes des notables locaux. Les partisans du SPP, dont de très nombreuses femmes, viennent soutenir leur héros aux séances du conseil municipal un peu comme s’ils venaient encourager leur champion sur un ring de boxe. Il finira par réaliser l’exploit : mettre KO un super poids-lourd, le formidable Winston Churchill.

  • 29 Walker, op. cit, p. 62.
  • 30 Commentaire de T. E. Lawrence : « What bloody shits the Dundeans must be. » M. Gilbert, Winstson S (...)

24Dundee est une circonscription à deux sièges, occupés sans discontinuer par des libéraux de 1832 à 1906. Cette année-là, deux candidats du Labour Representation Committee sont élus en Ecosse, dont un à Dundee (Alexander Wilkie, secrétaire général de la Shipwrights’ Association). En 1908, le libéral Winston Churchill remporte l’un des deux sièges dundoniens. « The constituency is cheap and easy beyond all experience » écrit-il à sa femme29. Dix ans plus tard, la loi électorale (Franchise Act, 1918) augmente l’électorat de 300 %. Pour la première fois, les femmes âgées d’au moins trente ans peuvent voter, et c’est en grande partie grâce à leurs suffrages qu’aux élections législatives de 1922 les deux sièges dundoniens sont remportés par Scrymgeour (Prohibition and Labour, 32 000 voix) et E. D. Morel (Labour, 30 000 voix), devant, entre autres, Churchill (National Liberal, 20 000) et Willie Gallacher (Communist, 6 000)30. Les deux premiers restent les mêmes en 1923 (Churchill ne se représente pas), et en 1924 Morel passe devant Scrymgeour. Celui-ci obtient son meilleur résultat (50 000 voix) en 1929 : les femmes pouvant désormais voter dès l’âge de 21 ans, l’électorat féminin a augmenté de 77 % à Dundee - et le vote en faveur de Scrymgeour de 71 %. Comment expliquer ces résultats atypiques ?

25On notera tout d’abord que Scrymgeour et Morel ne sont pas des travaillistes classiques, contrairement à leur prédécesseur A. Wilkie, soutenu et financé par les syndicats des chantiers navals dundoniens. Tous deux sont des chevaliers blancs, des croisés charismatiques. Le premier lutte pour un monde sans alcool, le second pour un monde sans guerre. Comme Scrymgeour, Morel a formé son propre mouvement autour d’un idéal. Ecrivain antiimpérialiste de père français, directeur de la revue Foreign Affairs, il fonde en 1904 la Congo Reform Society puis, dix ans plus tard, la Union of Democratic Control pacifiste. Comme Scrymgeour, c’est un incorruptible, qui va jusqu’au bout de ses idées. En 1914, il refuse l’investiture libérale pour la circonscription de Birkenhead en raison du rôle des libéraux dans le déclenchement de la guerre, et rejoint les travaillistes. Quant à Scrymgeour, il réussit à introduire une proposition de loi pour la prohibition nationale, soutenue par quelques députés travaillistes écossais, qui fut « laughed out of the Commons ».

  • 31 H. McShane & J. Smith, Harry McShane. No Mean Fighter. Londres, Pluto, 1978, p. 25.

26C’est précisément parce qu’ils n’ont pas peur du ridicule que ces deux mavericks remportent les suffrages des Dundoniennes, qui ont appris à se méfier des carriéristes comme Wilkie, et qui supportent mal la condescendance dont l’ILP fait preuve à leur égard. En 1909, l’ILP de Dundee lance un hebdomadaire, The Tocsin, dont le programme est « educate, educate, educate », ce qu’il fait à grand renforts de citations de Carlyle et Ruskin et de références aux impressionnistes. Il ne survécut qu’un an : après soixante-dix ans de paternalisme libéral, l’ersatz travailliste fit long feu. Evoquant son adhésion à la section ILP de Glasgow-Kingston, en 1909, le mécanicien Harry McShane note « qu'elle était composée essentiellement d'ouvriers, surtout des mécaniciens... Je pense qu'il n'y avait pas un seul manoeuvre31. » Dans le Dundee d'avant-guerre, faute d’une véritable aristocratie ouvrière masculine, le recrutement était encore plus élitaire. Les années de guerre vont l’élargir dans l'ensemble de l'Ecosse industrielle grâce au transfert d'allégeance de la communauté catholique, qui lui permet de prendre pied dans les quartiers d'ouvriers non-qualifiés de Glasgow, Edimbourg et Dundee.

  • 32 Ibid, p. 18

"One priest, I think it was Father Thurston, had said young men were "dying like flies" of socialism, and that was their general attitude32. A blessing on the Labour party, here, now and in the future."

27En 1891, l'encyclique Rerum Nov arum établit une distinction entre la justice sociale, à l'avènement de laquelle l'Eglise se doit d'oeuvrer, et le socialisme, qu'elle condamne. Trente ans plus tard, Mgr. Mannix, archevêque de Melbourne de passage à Dundee, clôt son homélie en bénissant le parti travailliste. Alors qu'en 1908 des essaims d'enfants en haillons sortaient des bureaux du Dundee Catholic Herald pour distribuer des tracts électoraux en faveur du libéral Winston Churchill, ce même hebdomadaire invite, le 28/10/1922, ses lecteurs à « faire le signe de la croix en face du nom du candidat travailliste », car « voter pour Churchill serait presque un sacrilège ».

  • 33 Cf., entre autres, Ch. Civardi, « Les Immigrés irlandais et le mouvement ouvrier écossais au début (...)
  • 34 Cité dans B. Purdie, Outside the Chapel Door, thèse non publiée, Ruskin College, 1976, p. 26.

28Cette volte-face s'explique par la combinaison de quatre facteurs : la résolution (partielle) du conflit irlandais ; le vote, en 1918, de la loi sur l'enseignement (Ecosse) ; le bouleversement de l'échiquier politique, avec le morcellement puis le déclin du parti libéral et la création en 1920 du parti communiste de Grande-Bretagne ; le long travail d'éducation entrepris dès avant la guerre par un groupe de militants ouvriers catholiques au sein de la Catholic Socialist Society (dont la branche dundonienne fut fondée en 1911). La place nous manque pour développer ici chacun de ces éléments33. Rappelons simplement cette déclaration du cardinal Boume, primat d'Angleterre, à l'occasion de l'arrivée au pouvoir du premier gouvernement travailliste, en 1924 : « I assure you for certain that our Labour party has nothing in its programme which threatens religion. Certainly there are some extremists among its members but as a party it has nothing in common with socialism on the continent. »34

  • 35 T. Gallacher, « Catholics in Scottish Politics », The Bulletin of Scottish Politics, n° 2, 1981, p (...)
  • 36 Dundee Free Press, 2/12/1927.

29C'est qu'entre-temps a été fondé le parti communiste, d'autant plus honni que l'on compte parmi ses dirigeants un certain nombre de lapsed catholics tels que les mécaniciens glaswégiens Peter Kerrigan et Harry McShane. Le travaillisme fait donc figure de moindre mal face au péril communiste, et les catholiques sont encouragés à « adhérer au mouvement travailliste moins en vue de tracer une voie catholique vers le socialisme qu'afin d'atténuer son radicalisme et de frustrer les agitateurs »35. A Dundee, le méthodiste Edwin Scrymgeour obtient le vote des fileuses catholiques car lui, au moins, n'est ni athée, ni partisan de la limitation des naissances. Le sujet est épineux. Ainsi, en novembre 1927 par exemple, le président – catholique - de l'ILP dundonien, Nicholas Marra, s'efforça en vain de faire voter une motion priant la commission de la propagande de bien vouloir à l'avenir éviter les sujets « de nature religieuse pouvant prêter à controverse ». Sa section tenait alors ses réunions de propagande hebdomadaires dans un local loué à une église catholique. Invité à discourir sur « le socialisme et la limitation des naissances », un conférencier avait, quelques jours plus tôt, déclaré sans ambages que « la contraception n'était l'affaire ni des politiciens, ni des prêtres, mais des individus ». Le curé de la paroisse fit immédiatement parvenir à Marra cette mise en garde : « I have no objection to the advocacy of an honest Labour programme,... but blatant propaganda of such subjects as birth control, divorce, secular education, etc., will necessitate withdrawal of the said premises. »36 On en revient toujours, on le voit, aux questions culturelles.

CONCLUSION

  • 37 Stewart, op. cit., p. 21.

"For many years I had only one way of separating right from wrong. Those who drank were wrong - those who did not drink were right. True, my temperance was always coloured with socialist principles and working-class justice, but the real reason why my early political work was done in the Independent Order of Good Templars was because of my experience in early life in Dundee37 "

  • 38 Cf. Ch. Civardi, « L’Enseignement populaire en Ecosse de 1880 à 1930 : reproduction, subversion, r (...)
  • 39 E. J. Hobsbawm, Primitive Rebels, Manchester, Manchester UP, 1959.

30C’est ce mélange de moralisme et de populisme qui fait la spécificité de la vie civique de Dundee, ville atypique, isolée tant géographiquement que culturellement. Il est caractéristique des mouvements qui perpétuent le plus fidèlement la tradition des Labour sects du siècle précédent, les Socialist Sunday Schools38 et le Scottish Prohibition Party, dans lesquels on retrouve tous les traits constitutifs de la secte : certitude d’être investi d’une mission, dogmatisme, ritualisme, organisation démocratique quoique reposant sur un chef charismatique, prise en charge des membres (activités de loisirs, caisses d’épargne), millénarisme, chiliastisme révolutionnaire. Pour Eric Hobsbawm, les labour sects étaient une forme archaïque d’organisation qui n’attendait que d’être intégrée dans le mouvement ouvrier national constitué39. Tel n’est pas le cas à Dundee, où le Scottish Prohibition Party est contemporain du Labour Party : loin d’attendre sagement d’être ingéré par le second, ce fut le premier qui le phagocyta.

Notes

1 Thomas Johnston, député I. L. P. de Dundee, enquêta en 1925 sur les conditions de travail dans l'industrie du jute de Calcutta. Cf. T. Johnston, Memories, Londres, Collins, 1952 pp. 67-81, ainsi que sa série d'articles dans Forward (7, 14,21/11/1925).

2 Rev. G. Lewis, « Course of Lectures on the Physical, Educational and Moral Statistics of Dundee », 1840, p. 3 ; cité dans W. M. Walker, Juteopolis : Dundee and its Textile Workers, 1885-1923, Edimbourg, Scottish Academic Press, 1979, p. 13

3 St. Andrews Cathedral Booklet, 1935.

4 A. Dickson & J. H. Treble (eds.), People and Society in Scotland, 1914-1990, Edimbourg, John Donald, 1992, p. 24.

5 Board of Health Statistics, in Forward, 30/1/1926.

6 W. Hamish Fraser & R. J. Morris (eds.), People and Society in Scotland, 1830-1914, Edimbourg, John Donald, 1990, p. 85.

7 Mme Sarah Craig, fileuse, citée dans B. Kay (ed.), Odyssey, Voices from Scotland's Recent Past, Edimbourg, Polygon, 1980, p. 40.

8 F. Poirier, « L'aristocratie ouvrière mid-victorienne : révisions », Encrages n° 7 1982, p. 70.

9 En 1906, une fileuse (payée à l'heure) gagnait, en moyenne, 16 % de moins qu'une tisseuse sur métier simple, 21,5 % sur métier double (payées à la tâche).

10 M. Jim Reid, époux d'une tisseuse, cité dans KAY, op. cit, p. 41.

11 Dundee Social Union, Report on Housing and Industrial Conditions in Dundee, Dundee, 1905, p. 49.

12 Cité dans Robert Stewart, Breaking the Fetters, Londres, 1967, p. 14. Cf. aussi The Jute Mill Song : « Oh, dear me, I wish the day was done,/Rinning up and doon the Pass is no nae fun ;/Shiftin', piecing, spinnin'warp, weft and twine/Tae feed and cled my bairnie affen tin and nine./Oh, dear me, the warld's ill-divided/Them that work the hardest are aye wi'least provided/But I maun bide contented, dard days or fine,/But there's no much pleasure living affen ten and nine. », in B. Kay, op. cit, pp. 37-47.

13 Walker, op. cit, p. 82.

14 Jack London a consacré l'une de ses nouvelles prolétariennes (« The Apostate », 1906) à la rébellion d'un jeune shifter américain. Traduction française : « Le Renégat », in J. London, Les Temps Maudits, Paris, 10/18, 1973.

15 R. H. Morris, « Skilled Workers and the Politics of the "Red Clyde" : A Discussion Paper », Journal of the S. L. H. S., n° 18,1983, p. 2.

16 H. V. Morton, In Search of Scotland, Londres, Methuen, 2000 (1929), pp. 123-4.

17 Walker, op. cit., p. 47.

18 W. Walsh, Jesus in Juteopolis, Londres, 1906, p. 54

19 H. Williamson, « 50 Years in Dundee's Stir and Strife », People's Journal 14/10/1922

20 Coupure de presse non datée ; in Walker, op. cit, p. 45.

21 Ibid., p. 42.

22 Eleanor Gordon, Women and the Labour Movement in Scotland, 1850-1914, Oxford, Clarendon, 1991, p. 195.

23 H. Williamson, « 50 Years in Dundee's Stir and Strife », People's Journal, 14/10/1922

24 Gordon, op. cit. p. 179

25 Walker, op. cit., p. 271

26 Dickson & Treble, op. cit., p. 154.

27 Jute and Flax Workers' Guide, mars 1920.

28 Stewart, op, cit., p. 21.

29 Walker, op. cit, p. 62.

30 Commentaire de T. E. Lawrence : « What bloody shits the Dundeans must be. » M. Gilbert, Winstson S. Churchill, vol. IV, Londres, 1975, p. 890.

31 H. McShane & J. Smith, Harry McShane. No Mean Fighter. Londres, Pluto, 1978, p. 25.

32 Ibid, p. 18

33 Cf., entre autres, Ch. Civardi, « Les Immigrés irlandais et le mouvement ouvrier écossais au début du XX° siècle », in S. Dayras & Ch. d’Haussy (dir.), Exil, Migration et minorités ethniques, Paris : Presses de l’Université Paris-Nord, 1990, pp. 141-165.

34 Cité dans B. Purdie, Outside the Chapel Door, thèse non publiée, Ruskin College, 1976, p. 26.

35 T. Gallacher, « Catholics in Scottish Politics », The Bulletin of Scottish Politics, n° 2, 1981, p. 25.

36 Dundee Free Press, 2/12/1927.

37 Stewart, op. cit., p. 21.

38 Cf. Ch. Civardi, « L’Enseignement populaire en Ecosse de 1880 à 1930 : reproduction, subversion, récupération », RANAM, n° XIV, 1981, pp. 83-103, et R. Findlay, « The world marches forth on the feet of little comrades... or does it ? The Socialist Sunday School Movement in late Nineteenth Century Scotland » in Cahiers Victoriens et Edouardiens : Victorian and Edwardian Scotland, Montpellier, N° 54, octobre 2001, p. 147-158.

39 E. J. Hobsbawm, Primitive Rebels, Manchester, Manchester UP, 1959.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

Auteur

Professeur à l’Université Marc Bloch de Strasbourg et président de la Société Française d’Études Écossaises (SFEE). Ses recherches portent sur l’histoire économique et sociale de l’Écosse et en particulier sur le mouvement ouvrier.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540