Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

II. Life in the Scottish victorian city: historical explorations

« The Glasgow System » : Glasgow et la lutte contre la prostitution à l'époque victorienne

Christian Auer

Texte intégral

  • 1 National Library of Scotland, Parliamentary papers, Report from the Select Committee on the Contag (...)

[Previous to 1870] [...] there were, to my own knowledge, a large number of brothels in the centre of Glasgow, and those brothels were inhabited by large numbers of prostitutes. The streets were thronged with them both day and night, and they were constantly in the habit of molesting the passengers in the streets by solicitation. During all hours of the day, and chiefly in the afternoon and during the night, they sat at the windows of those brothels, with their persons partially exposed, and making signs to the passers-by, so that they might attract them1.

  • 2 M’Call intégra la police de Glasgow en 1850 ; il fut nommé commissaire en 1858 et prit la directio (...)

1Ce commentaire d’Alexander Patterson, le chirurgien du Lock Hospital, offre un témoignage précieux sur l'état de la prostitution dans les rues de Glasgow avant 1870. C'est à partir de cette date que la ville de Glasgow décida de faire appliquer des lois qui jusqu'alors étaient restées lettre morte. Alexander M'Call2, qui venait d'être nommé à la tête des services de police, se lança dans une véritable croisade destinée avant tout à supprimer les manifestations les plus visibles d'un phénomène qui avait été plus ou moins toléré par les autorités municipales. M’Call bénéficia du soutien et de la coopération de la population, une population qui se sentait de plus en plus importunée par le fléau de la prostitution.

  • 3 Il existait tout un ensemble de guides ou de brochures destinés à renseigner les clients potentiel (...)
  • 4 Voir en particulier Eric Trudgill, Madonnas and Magdalens : The Origins and Development of Victori (...)

2Quand on évoque la prostitution à l'époque victorienne, l'on se retrouve confronté à un double paradoxe : une société manifestant une hostilité violente envers la prostituée, à la fois objet de fascination3 et de dégoût et symbole visible de la dislocation sociale inhérente à l'ère industrielle, mais se refusant par ailleurs à légiférer en la matière, fidèle en cela à la philosophie du laissez-faire4. Pour les Victoriens, le terme de prostituée pouvait s'appliquer à toute femme qui adoptait un comportement ou un style de vie qui sortaient un tant soit peu de la norme. Comme l'atteste ce commentaire d'un observateur qui se rendit à la foire de Glasgow en 1863, la distinction entre ouvrière et prostituée pouvait être bien ténue :

  • 5 Cité par Linda Mahood, « The Wages of Sin : Women, Work and Sexuality in the Nineteenth Century », (...)

“Saw 94 prostitutes, also a large number of millworkers, scarcely distinguishable from prostitutes in their conduct. Saw 5 young prostitutes squatting on the grass in a very immoral manner ; also one couple lying on the grass. (We speak confidently of the purpose, because a policeman on the Green assured us... that no woman went to the Green after a certain hour, save for that purpose)5.”

  • 6 Cité par R. Pearsall, op. cit., p. 312.
  • 7 Ralph Wardlaw, Lectures on Female Prostitution : ils Nature, Effects, Guilt, Causes, and Remedy, G (...)
  • 8 Rapport de 1881, p. 373.
  • 9 Ibid, p. 381
  • 10 William Tait, Magdalenism, An Inquiry into the Extent, Causes and Consequences of Prostitution in (...)

3Henry Mayhew, l’auteur de London Labour and the London Poor, un ouvrage remarqué en son temps, estimait qu’une femme entretenue, même si elle ne l’était que par un seul homme, devait être considérée comme une prostituée6. Ralph Wardlaw, un pasteur de l’église congrégationaliste de Glasgow, considérait que le terme de prostituée devait s’appliquer à toute femme qui avait des relations sexuelles en dehors du mariage7. Les policiers eux-mêmes affirmaient n’éprouver aucune difficulté à identifier une prostituée. C’est ce que laissait entendre Alexander M’Call quand il expliquait que « the test of a prostitute is that the woman is known to be going about the streets by the police, following no other occupation, and earning her livelihood in that way8. » M’Call ajoutait que certains indices étaient particulièrement révélateurs : « You may well know a prostitute as you would know a sweep [...] A man with a black face may not be a sweep, but at the same time you would say he was a sweep9’.» William Tait, chirurgien au Lock Hospital d’Edimbourg qui, en 1842, publia les résultats d’une longue enquête qu’il avait menée sur la prostitution à Edimbourg, estimait que le terme de prostituée devait être réservé aux femmes qui pratiquaient cette activité de façon régulière : « The term prostitute is always employed to designate a person who habitually follows the course of conduct implied in successive acts of prostitution10 ».

  • 11 Ibid., pp. 104-128.

4Pour les observateurs victoriens, les causes de la prostitution pouvaient être multiples. William Tait en énuméra plus d’une vingtaine dont la propension à la licence, un tempérament irritable, la fierté, un goût immodéré pour les beaux vêtements, la malhonnêteté, l’indolence, le désir sexuel, l’alcoolisme, une éducation religieuse déficiente, la mauvaise influence des écoles de danse, le non respect du jour du Seigneur ou encore la publication d’ouvrages obscènes. Cette accumulation de causes possibles et l’absence de hiérarchisation entre elles attestent de la difficulté de certains observateurs à identifier les causes principales du phénomène. Tait mentionnait également le problème des rémunérations insuffisantes versées aux ouvrières ainsi que la pauvreté, mais pour lui il ne s’agissait que d’éléments parmi d’autres11. William Greg reconnaissait, comme la plupart des observateurs de l’époque, que la vanité, un goût immodéré pour le luxe, ou l’ignorance pouvaient expliquer que des femmes décident de se livrer à la prostitution mais il notait également que de nombreuses jeunes femmes se retrouvaient prostituées en raison de facteurs liés à leur environnement :

  • 12 William Greg, The Great Sin of Great Cities, Londres : 1853, p, 11.

“The first and perhaps the largest class of prostitutes are those who may fairly be said to have had no choice on the matter [...] the prostitutes who spring from this class are clearly the victims of circumstances, and therefore must [...] be allowed to be objects of the most unalloyed compassion12.”

  • 13 James Miller, Prostitution in Relation to its Cause and Cure, Edimbourg : 1859 D 5
  • 14 W. Tait, op. Cit, p. 4.

5Les observateurs reconnaissaient de façon unanime qu’il était difficile, voire impossible, de quantifier le phénomène de la prostitution. « It is not easy to arrive at accuracy in estimating the number of actual or professed prostitutes in any given locality13. » C’est ainsi que s’exprimait James Miller, professeur de chirurgie à l’Université d’Edimbourg. William Tait, avait une analyse similaire : « The absolute truth [about the number of prostitutes] can never be obtained14. » Sigsworth and Wyke, dans un article consacré à la prostitution et les maladies vénériennes, présentent cette difficulté avec une comparaison pour le moins originale :

  • 15 E. M. Sigsworth et T. J. Wyke, « A Study of Victorian Prostitution and Venereal Disease », pp. 77- (...)

“Trying, as did contemporaries, to measure the number of prostitutes in nineteenth-century Britain is an exercise comparable in futility with attempts by theologians to estimate the number of angels who could be accommodated on the head of a pin15.”

6Au début de l'ère victorienne, la prostitution était perçue comme un vice intolérable qui menaçait la cellule familiale, pierre angulaire de la société. Nombreux étaient ceux qui considéraient que les maladies vénériennes n'étaient qu'un châtiment naturel ordonné par la justice divine. La description suivante d'un corps rongé par la maladie, extraite d'une des conférences que Ralph Wardlaw consacra au sujet de la prostitution, est particulièrement évocatrice :

  • 16 R Wardlaw, op. cit., p. 43.

“The disease [...] is absolutely terrific. Its effects are, - extensive, severe, and loathsome ulcerations ; the destruction of the eye-sight, and of the palate and tonsils ; the rotting of the flesh from the bones ; the exfoliation of the bones themselves, till the whole frame becomes a mass of living corruption, from which the eye, though filled with the tear of pity, turns away in sickening disgust. [...] I wish to fill you with loathing of the loathsome effect, that you may loath with a deeper loathing the more loathsome cause16.”

  • 17 Ibid, p. 22.

7L’on mentionnera pour l’anecdote que Wardlaw se lança dans un calcul destiné à prouver que la prostitution dégageait des bénéfices conséquents. Il indiquait qu’il existait quatre cent cinquante maisons closes à Glasgow hébergeant en moyenne quatre prostituées. Il estimait que le nombre total de « visites » hebdomadaires était de l’ordre de 36 000. Les différentes activités liées à la prostitution (vols, consommation d’alcool et sommes payées par les clients) dégageaient annuellement un chiffre d’affaires de 514 800 livres, un montant d’une précision surprenante eu égard à l’opacité qui prévalait au sein de ce milieu17.

  • 18 J Miller, op. cit., p. 5.

8En raison du peu de fiabilité des statistiques, il est très difficile de dire si la prostitution connut une augmentation au cours du dix-neuvième siècle. Ce qu’il est possible d’affirmer par contre c’est qu’à partir des années 1860, la prostitution cessa d’être perçue comme une menace pouvant mettre en danger la société dans son ensemble. Néanmoins, comme le prouve ce commentaire de James Miller, les habitants des grandes villes se sentaient de plus en plus importunés par les signes les plus visibles de la prostitution : « Let any one walk certain streets of London, Glasgow, or Edinburgh, of a night, and, without troubling his head with statistics, his eyes and ears will tell him at once what a multitudinous amazonian army the devil keeps in constant filed service, for advancing his own ends18 »

  • 19 A Bill for the Prevention of Contagious Diseases.
  • 20 Elle fut complétée par deux autres lois votées en 1866 et 1869. La loi de 1864 s’appliquait aux vi (...)

9Les thèses de William Greg et de William Acton, les polémistes les plus éloquents en faveur du contrôle et de la régulation de la prostitution, suscitèrent l’adhésion d’un nombre croissant de citoyens et exercèrent une influence déterminante sur la décision que prit le gouvernement en 1864 de faire adopter une loi sur les maladies contagieuses. La loi19 votée le 20 juin 1864 représentait la première tentative réelle de la part du gouvernement de contrôler la prostitution en Grande Bretagne. Cette loi20, destinée à protéger l’armée et la marine des maladies vénériennes, donnait la possibilité à la police de contraindre toute femme suspectée de prostitution à subir un examen médical afin de déterminer si elle souffrait d’une maladie vénérienne. Si l’examen se révélait positif, la personne avait l’obligation de se faire soigner avant de pouvoir reprendre son activité. Cette loi divisa la société entre ceux qui pensaient qu’il était indispensable de contrôler les prostituées afin de protéger les soldats des maladies vénériennes et ceux qui estimaient que la loi cautionnait la débauche masculine et instituait un système de discrimination à l’encontre des femmes en les soumettant à un examen médical dégradant. La lutte pour obtenir l’abrogation de la loi fut menée par Josephine Butler qui créa la Ladies' Association Against the Contagious Diseases Act dont la philosophie peut être résumée par les lignes suivantes :

  • 21 National Library of Scotland, JRM, 654 (document non daté) : A Solemn Warning to the Religious and (...)

“BEWARE OF LICENSED STATE HARLOTRY
Immoral acts of parliament [...] under these laws a special body of police and surgeons, in the pay of the Christian Government of England, are employed in looking after the HEALTH of prostitutes, for the benefit of soldiers, and of sailors in the Navy. These acts are based on the unrighteous doctrine that PROSTITUTION IS A NECESSITY ! [...] We are on the high road to an open, unblushing, and universal system of State Licensed and Protected Harlotry, and unless the Christian people of Great Britain rise in their might and insist on the Repeal of the Contagious Diseases Acts, and oppose the passing of any similar laws in future, this spreading tide of vice and corruption will destroy the morals of the country21.”

10Bien que Glasgow fût une ville de garnison, ces lois n’y furent jamais appliquées, car la ville avait développé son propre système de régulation et de contrôle de la prostitution, un système qui, aux yeux de ses promoteurs, était plus efficace qu’un contrôle étatique. Une commission parlementaire qui avait pour mission d’étudier l’application et le fonctionnement des lois sur les maladies contagieuses fut constituée en juin 1879. La commission se réunit à soixante-deux reprises et auditionna soixante et onze personnes dont le responsable de la police de Glasgow et le chirurgien du Lock Hospital. Ces témoignages, provenant de deux personnes qui occupaient des places essentielles au sein du dispositif appelé le « Glasgow system », sont d’une importance capitale pour qui veut tenter de comprendre la situation de la prostitution à Glasgow dans les dernières décennies du dix-neuvième siècle.

  • 22 « lock » est dérivé de « loke », un terme désignant une maison pour les lépreux.
  • 23 Rapport de 1881, pp. 370-1.
  • 24 Ibid., p. 371.
  • 25 L’un des membres de la commission parlementaire de 1881 qualifia son action de « grande attaque » (...)
  • 26 Rapport de 1881, p. 385.

11Le « système de Glasgow » reposait sur la coopération de trois institutions qui intervenaient théoriquement en toute indépendance : les services de police, le Lock Hospital22 et la Magdalene Institution. Le Glasgow Police Act de 1843, qui était avant tout destiné à lutter contre la prolifération des maisons closes, fut complété et amendé par deux lois votées en 1862 et en 1866. Il suffisait à un citoyen de déclarer à un magistrat qu’il connaissait l’existence d’une maison close pour qu’une procédure soit déclenchée à l’encontre du propriétaire. Un policier se rendait sur place pour vérifier les affirmations de la personne ; si le policier constatait qu’il s’agissait bien d’une maison close, le magistrat signait un mandat qui permettait à la police d’y effectuer une perquisition. Le propriétaire était condamné à une amende et l’établissement fermé23. La loi de 1866 complétait le dispositif en accordant aux autorités des pouvoirs accrus pour arrêter et emprisonner les femmes qui se livraient au racolage : « Every prostitute, or nightwalker loitering in any road or street court, or common stair, or importuning passengers for the purpose of prostitution shall be liable to a fine of 40 shillings or 14 days imprisonment24.» Lors de son audition par les membres de la commission parlementaire de 1881, M’Call affirma que c’était grâce à l’application « vigoureuse » de la loi qu’il était parvenu à diminuer la prostitution de façon significative25. On notera cependant que la police ne disposait d’aucun pouvoir pour sanctionner une femme qui s’adonnait à la prostitution à son domicile. Alexander M’Call considérait d’ailleurs que l’acte de prostitution en lui-même ne constituait pas un délit26.

  • 27 Rapport de 1882, p. 121.
  • 28 Ibid, p. 118.
  • 29 Appendix 9, Table showing the NUMBER and OCCUPATION of the PATIENTS admitted during Ten Years begi (...)

12Le Lock Hospital, le deuxième élément sur lequel reposait le « système de Glasgow », accueillait les femmes atteintes de maladies vénériennes. Quelques paroisses de la commune de Glasgow participaient dans une modeste mesure au financement de l’institution27 dont le budget provenait en grande partie des contributions volontaires de la population. Les patientes, pour la majorité d’entre elles issues des classes populaires, étaient dispensées de tout paiement à l’exception de celles qui percevaient un revenu régulier auxquelles l’on demandait de verser une participation aux frais d’un montant d’une guinée. Les femmes contraintes d’effectuer plus d’un séjour à l’hôpital devaient elles-aussi s’acquitter de cette somme lorsqu’elles étaient réadmises. Selon Alexander Patterson, sur les quatre mille femmes admises au Lock Hospital de Glasgow entre 1870 et 1880, seules cinq cents d’entre elles se présentaient spontanément comme des prostituées28. Les statistiques du Lock Hospital indiquaient que les jeunes femmes, pour les deux tiers d’entre elles, travaillaient dans des ateliers de tissage ou des filatures ou étaient des employées de maison29. Bien que l’hôpital ne disposât d’aucun pouvoir légal pour détenir les pensionnaires contre leur gré, l’établissement s’apparentait, par son fonctionnement et la discipline qui y régnait, à une maison de redressement.

  • 30 A cette époque le traitement principal contre la syphilis et la blennorragie était le mercure. Ce (...)

13Comme l’indiqua le chef de la police de Glasgow lors de son audition par la commission parlementaire de 1881, le traitement30 médical n’était pas obligatoire :

  • 31 Rapport de 1881, p. 379.

“7487. And the directors [of the Lock Hospital] possess no power of compelling the entry of women ? - None whatever.
7488. Or of retaining them if they are indisposed to stay ? - None whatever31.”

  • 32 Rapport de 1882, p. 119.
  • 33 Appendix n° 9, ABSTRACT of STATISTICS of the GLASGOW LOCK HOSPITAL, from its Foundation, 7th Augus (...)
  • 34 Rapport de 1882, p. 117.
  • 35 Rapport de 1881, p. 378.

14Cette information fut corroborée par Alexander Patterson lors de son audition par la commission parlementaire le 4 avril 1882. Patterson fut en effet longuement interrogé sur les conditions d’admission et de détention des femmes admises à l’hôpital. Il s’agissait là d’une question particulièrement sensible dans la mesure où les lois sur les maladies contagieuses, qui, rappelons-le, n’étaient pas en vigueur à Glasgow, contraignaient les femmes atteintes de maladies vénériennes à se soigner. Patterson indiqua à plusieurs reprises que tel n’était pas le cas du système mis en œuvre à Glasgow. L’hôpital, disait-il, ne disposait d’aucun pouvoir pour détenir les pensionnaires contre leur gré. Dans la grande majorité des cas, les femmes acceptaient de se faire examiner puis de se faire soigner sans problème. Patterson remarqua que ses services n’avaient aucune difficulté à convaincre les patientes qui souhaitaient quitter l’hôpital sans avoir terminé leur traitement de rester jusqu’à ce qu’elles soient guéries32. Il indiqua qu’en 1871 les responsables de l’hôpital avaient adopté un système qui contraignait les femmes à signer un document dans lequel elles s’engageaient à rester à l’hôpital jusqu’à leur entière guérison. Ce système avait dû être abandonné au bout de quelques mois car les autorités s’étaient rendu compte qu’il avait un effet dissuasif. Patterson estimait qu’une attitude compréhensive à l’égard des patientes donnait de bien meilleurs résultats que la coercition. Les statistiques fournies par Patterson indiquent que l’hôpital avait accueilli 25 000 personnes entre 1805 et 1881 et que la durée moyenne du séjour était de 27 jours. Le nombre de patientes renvoyées de l’hôpital avant la fin de leur traitement était extrêmement faible : en 1881, par exemple, seules trois patientes avaient été forcées de quitter l’établissement33. Patterson indiqua qu’en 1821, pour une population de 147 000 habitants, l’hôpital avait accueilli 364 personnes alors qu’en 1881, pour une population de 704 000 habitants, le nombre d’admissions était descendu à 349. La proportion était donc passée d’une admission pour 404 habitants en 1821 à une admission pour 2 000 en 186134. Patterson se basa sur ces statistiques pour affirmer que le nombre de femmes atteintes par les maladies vénériennes avait diminué. Comme le précisa le médecin-chef dans son rapport de 1880, les patientes qui quittaient l’hôpital parvenaient parfois à réintégrer la société sans devoir séjourner à la Glasgow Magdalene Institution : « From time to time patients leaving the hospital cured have returned to domestic service, or have been returned to their friends and become respectable members of the family circle35 ».

15La pierre angulaire du « Glasgow system » était la Glasgow Magdalene Institution. La première structure de ce type, le Magdalene Asylum, avait été créée en 1815. En 1840, l’institution fut absorbée par une nouvelle structure, la House of Refuge for Females, dont la vocation première était d’accueillir les jeunes filles âgées de moins de vingt-cinq ans condamnées à des délits mineurs. Constatant que le fonctionnement de cette structure ne donnait plus entière satisfaction, les responsables de l’établissement, avec l’aide de quelques représentants du milieu des affaires de Glasgow, pour la plupart membres de l’Association pour la Promotion des Sciences Sociales, décidèrent, en 1860, de créer un nouvel établissement, la Glasgow Magdalene Institution dont la vocation était d’accueillir les jeunes femmes de moins de vingt-quatre ans qui n’étaient ni enceintes ni atteintes de maladies vénériennes et qui de surcroît étaient susceptibles d’accepter la discipline de l’établissement. Quatre-vingt pour cent des jeunes femmes admises à l’institution étaient âgées de moins de vingt ans. Un quart d’entre elles avait eu des relations sexuelles avant l’âge de seize ans et la moitié d’entre elles avant l’âge de dix-huit ans. Les trois quarts des pensionnaires étaient soit des employées de maison soit des ouvrières sans aucune qualification.

  • 36 Les responsables de la Glasgow Magdalene Institution annonçaient avec fierté que la blanchisserie (...)

16Les stratégies mises en place dans cette institution avaient comme ambition, par le biais d’un enseignement religieux et d’une formation professionnelle, de resocialiser les femmes qui avaient failli en leur permettant de rejoindre une structure familiale, que ce soit leur propre famille ou une famille dans laquelle elles exerceraient une fonction nécessairement subalterne. Les travaux de blanchisserie représentaient à ce titre une des activités essentielles de l’institution. On peut expliquer ce phénomène par plusieurs raisons ; raison économique tout d’abord car cette activité dégageait des bénéfices substantiels pour une institution, qui, rappelons-le, disposait d’un budget relativement limité36. Ces travaux avaient également une fonction symbolique, celle de permettre à ces jeunes femmes de se purifier de leurs péchés. Tout était mis en oeuvre pour que les pensionnaires, grâce à la lecture assidue de la Bible, prennent conscience de la gravité de leurs fautes. Les réformateurs espéraient que ces jeunes femmes se conforment à l’image que l’on était en droit d’attendre de la femme victorienne : une femme pieuse, chaste, soumise, économe et travailleuse. Ces stratégies fonctionnèrent pour un grand nombre de pensionnaires ; cependant un nombre non négligeable de jeunes femmes refusèrent d’adhérer à cette démarche. En effet près de quarante pour cent d’entre elles démissionnèrent de leur plein gré ou furent contraintes de quitter l’institution. Ce pourcentage élevé (on ne peut en effet suspecter les statistiques fournies par l’institution d’amplifier le taux d’échec) peut s’expliquer par le fait que de nombreuses pensionnaires refusaient soit de se conformer aux normes établies par l’institution soit d’être stigmatisées comme des femmes qui avaient péché.

  • 37 Linda Mahood, The Magdalenes : Prostitution in the Nineteenth Century, Londres : Routledge, 1990, (...)

17L’établissement comprenait un comité de répression qui exerça une influence considérable non seulement sur le fonctionnement de l’institution mais également sur les autorités municipales. Le comité fit pression sur les services de police afin de les inciter à renforcer leur répression à l’encontre de la prostitution, se mobilisa contre les lois sur les maladies contagieuses, tenta d’obtenir la fermeture des théâtres fréquentés par les classes populaires et milita pour obtenir la fermeture de la foire de Glasgow. A la fin du mois de décembre 1869, les autorités demandèrent au directeur des services de police d’appliquer les lois sur la prostitution avec plus de rigueur et de sévérité. M’Call, qui prit ses fonctions quelques mois plus tard, ne fit donc que continuer à appliquer les nouvelles dispositions qui avaient été prises par la municipalité37.

  • 38 Rapport de 1881, p. 377.

18Quand les jeunes femmes quittaient l’institution elles étaient suivies par le Ladies’ Committee dont la fonction était de faciliter la réadaptation des pensionnaires à la vie active. Les membres du comité rendaient visite aux anciennes pensionnaires et récompensaient celles qui parvenaient à conserver leur emploi pendant une durée d’au moins six mois. Le nombre des femmes admises à l’institution entre 1870, date de la prise de fonction de M’Call, et 1880 ne cessa de croître : de 147 femmes admises en 1872 on passa au chiffre de 244 en 1880. Il est clair que le nombre de femmes admises dans l’institution variait en fonction de la sévérité des contrôles de police. M’Call remarqua que les prostituées préféraient trouver refuge dans l’institution plutôt que de continuer une activité qui devenait de plus en plus difficile à exercer38.

  • 39 Lord Brazabon, aristocrate réformateur, manifesta un grand intérêt pour les problèmes sociaux de l (...)
  • 40 The Prevention of the Degradation of Women and Children, a Paper Read by Lord Brazabon at the Chur (...)
  • 41 The Glasgow System for the Repression of Vice, 1883.

19La plupart des observateurs considéraient que le système en vigueur à Glasgow était une réussite. Lord Brazabon39, lors d’une conférence donnée le 3 octobre 1883 à Reading, se montra particulièrement dithyrambique. Il estima que le système en vigueur à Glasgow était le résultat de la combinaison de trois facteurs : « just law, municipal vigilance, and private beneficence40 ». Il affirma que les prostituées avaient presque disparu des rues de Glasgow, que le nombre de maisons closes avait grandement diminué et ce, en dépit de l’augmentation de la population, que la prostitution clandestine avait connu une chute spectaculaire, que le nombre de naissances illégitimes avait diminué, que le taux de criminalité avait lui aussi connu une diminution sensible et que le nombre de personnes souffrant de maladies vénériennes avait fortement chuté. Lord Brazabon se basait sur les informations fournies par le chef de la police de Glasgow ; il n’est donc guère surprenant que ses conclusions eussent été à ce point positives. De plus, on ne peut que s’interroger sur la nature de certaines de ces affirmations car il est difficile d’imaginer comment Lord Brazabon pouvait se prononcer avec certitude sur un phénomène aussi opaque que la prostitution clandestine qui, par définition, échappait à toute tentative de quantification. L’auteur anonyme d’un petit pamphlet de huit pages publié en 1883, intitulé The Glasgow System for the Repression of Vice, se montrait tout aussi élogieux envers la méthode adoptée par la ville de Glasgow. Il attribuait la réussite du système à un changement d’attitude de l’opinion publique et proposait d’étendre le système aux villes en proie au même fléau41.

  • 42 Rapport de 1881, p. 372.
  • 43 Appendix N° 21, RETURN showing the Number and Rent of Brothels in Glasgow, and the Number of PROST (...)

20Au nombre des personnes les plus convaincues de la réussite du « Glasgow system », on ne sera pas surpris de trouver le chef de la police de Glasgow ainsi que le chirurgien du Lock Hospital. Leurs auditions lors des commissions parlementaires de 1881 et de 1882 représentent des témoignages essentiels. M’Call indiqua que l’attitude de la population envers la prostitution avait grandement évolué depuis le vote de la loi de 1862 et que cette prise de conscience collective lui avait permis d’engager une lutte sans merci contre ce fléau social42. M’Call indiqua que les données les plus récentes dont il disposait dataient de 1849, date de la dernière enquête qui avait été menée sur ce sujet. En 1849, Glasgow comptait 211 maisons closes alors qu’en 1873 la ville n’en comptait plus que 2043. Il semblerait donc que 90 pour cent des maisons closes aient disparu en l’espace d’une vingtaine d’années, ce qui constitue une diminution tout à fait spectaculaire, eu égard à la forte augmentation de la population entre 1849 et 1870 (de 314 000 à 510 000 habitants). Le nombre des prostituées exerçant leur activité dans ces maisons connut une diminution comparable : 538 pour l’année 1849, 559 pour 1870 et 32 pour 1873. L’un des membres de la commission se montra particulièrement sceptique quant à la corrélation entre la réduction du nombre de maisons closes, consécutive à la politique de répression menée par les services de police, et la diminution de la prostitution à Glasgow en général :

  • 44 Rapport de 1881, p. 382.

“Then there is no proof that the reduction of brothels has in any way reduced vice in Glasgow ? - There is no statistical proof of it ; but from close observation, I think it must undoubtedly follow44.”

  • 45 Appendix N° 21, RETURN showing the Number and Rent of Brothels in Glasgow, and the Number of PROST (...)
  • 46 Rapport de 1881, p. 382.

21Les statistiques de 1849 mentionnaient que le nombre de prostituées exerçant leur activité en dehors des maisons closes (« prostitutes walking the streets ») se montait à 50945. Or, aucune information statistique sur le nombre de prostituées exerçant ce type d’activité ne fut fournie dans le rapport de 1881. Bien qu’il reconnût que ses services ne disposaient d’aucune estimation du nombre de prostituées pratiquant le racolage, M’Call affirma que leur nombre avait diminué dans les mêmes proportions que celui des maisons closes. Il précisa qu’il suffisait de se promener dans les rues de Glasgow pour se rendre compte de l’amélioration de la situation46. Alexander Patterson, lors de son audition par la commission en avril 1882, effectua une analyse similaire lorsqu’il mentionna les raisons qui lui permettaient d’affirmer que le système de Glasgow était une totale réussite :

  • 47 Rapport de 1882, p. 117.

“2851. Speaking of the condition of the streets, do you find passengers more free from solicitation or molestation than they were in former years ?
Distinctly so [...] It was a common thing on the summer afternoons to see the mistress of the house with a troop of four of five females marching in Indian file along the streets in their gaudiest array. That is never seen now47

  • 48 Rapport de 1881, p. 384.
  • 49 Ibid., p. 380.
  • 50 William Greg fut l’un des observateurs à mettre en évidence les effets pervers auxquels pouvait co (...)

22Il convient d’ajouter que le devenir des prostituées qui cessaient leur activité ne semblait guère intéresser M’Call ; il indiqua que les prostituées qui se voyaient privées de leur gagne pain en raison de la fermeture des maisons closes qui les hébergeaient pouvaient décider d’opter pour un métier respectable : « What is to become of the prostitutes ? - Let them betake themselves to some honest occupation48 ». M’Call, répondant à une question d’un membre de la commission, reconnut que le nombre total de prostituées exerçant leur activité à Glasgow était sans doute supérieur au nombre officiel de prostituées recensées dans les maisons closes49. Il s’agit là d’une information capitale car il est légitimement permis de se demander si les prostituées qui avaient été recensées comme travaillant dans les maisons closes n’étaient pas venues s’ajouter aux prostituées qui exerçaient leur activité de façon plus ou moins clandestine ou n’avaient tout simplement pas décidé d’exercer leur activité à la périphérie de Glasgow ou dans des villes qui pratiquaient une politique moins répressive50. Cette dernière hypothèse semble corroborée par deux informations figurant dans le rapport de la commission. Commentant le rapport qu’il avait remis au maire de Glasgow en 1871, M’Call reconnut lui-même à plusieurs reprises qu’il manquait d’informations fiables en la matière :

  • 51 Rapport de 1881, pp. 372-3.

“Many of them [women of bad fame] have left the city and are possibly following their vicious calling elsewhere [...] It has been asserted that the action of the police within the city has not so much suppressed the evil absolutely, as merely removed it to the suburbs. To what extent this may be true I have no sufficient means of judging51.”

  • 52 Ibid., p. 375.

23Le phénomène de la migration de la prostitution consécutive à la rigueur de la répression semble de plus confirmé par l'augmentation du nombre de maisons closes à Glasgow entre 1879 et 1880 (le chiffre passant de 22 à 61), une augmentation qui, d'après les explications de M'Call, aurait été due au vote du Edinburgh Police Act qui conférait à la police d'Edimbourg des pouvoirs identiques à ceux de la police de Glasgow en matière de lutte contre la prostitution52.

  • 53 Rapportée 1882, p. 123.
  • 54 Ibid., p. 124.

24Lors de son audition par la commission parlementaire, le 4 avril 1882, Alexander Patterson, déclara, non sans une certaine satisfaction, que la politique de répression menée par la police associée au système de soins dispensés dans le Lock Hospital avait, en grande partie, permis à la ville de Glasgow de juguler le fléau des maladies vénériennes. Patterson indiqua entre autres que pour l’année 1881, seules 349 personnes avaient été admises dans le service chargé de traiter les maladies vénériennes. Les membres de la commission remarquèrent que ce chiffre leur semblait étonnamment peu élevé pour une population de prés de 700 000 habitants : « Do you not think that there were a great many other women in Glasgow suffering from venereal disease ? - Very probably there were53 ». Les membres de la commission poursuivirent leur questionnement en mentionnant l’audition du médecin responsable des traitements des maladies vénériennes à l’hôpital de Dublin. Comment les autorités de Glasgow pouvaient-elles affirmer qu’elles étaient parvenues à juguler le fléau des maladies vénériennes alors que la ville de Dublin souffrait d’une véritable recrudescence de la syphilis et de la blennorragie ? Patterson répondit en indiquant que les conditions sanitaires et de logement étaient bien meilleures à Glasgow qu’à Dublin54.

  • 55 Ibid, page lvii.

25En dépit de ces réserves et de ces interrogations, le rapport final de la commission fut particulièrement élogieux envers le système de Glasgow : « The case of Glasgow was especially relied upon as showing that without the exceptional legislation of the acts, prostitution might be greatly diminished and order and decency established in a large town, simply by means of stringent police interference55 ». Comme l’indique cet extrait, le rétablissement de l’ordre et de la décence représentait une véritable obsession pour les autorités de Glasgow. Lors de son audition par la commission parlementaire, M’Call indiqua que la police ne disposait d’aucun pouvoir pour fermer une maison close si l’établissement ne lui avait pas au préalable été signalé par un citoyen. Or, M’Call, devant l’insistance des parlementaires, fut contraint de reconnaître qu’un policier avait toute latitude pour solliciter le témoignage d’un citoyen afin d’engager la procédure à l’encontre de l’établissement :

  • 56 Rapport de 1881, p. 387.

“7651. But although you cannot act without a citizen you could willingly aid him [...] - Precisely so.
7652. I understand that your police has been willing to aid him ? - They are willing to aid him.
7653. And perhaps I might say so to encourage him ? - Yes, encourage him, certainly56.”

  • 57 Ibid., p. 387.

26Il est clair que les services de police manifestèrent peu d’empressement à solliciter la collaboration des habitants des quartiers les plus pauvres de la ville ; l’entreprise de purification morale à laquelle s’étaient attelées les autorités de Glasgow revêtait donc un caractère éminemment discriminatoire. Comme le reconnut M’Call, la police avait réussi à résoudre le problème dans les beaux quartiers de la ville : « So far as regards all the houses in the better part of the city, you have suppressed them ? - Yes, they are abolished57 ».

27Si l’on s’en réfère aux objectifs que s’étaient fixés les autorités de Glasgow, à savoir le contrôle de la prostitution et la diminution de ses aspects les plus visibles, la politique mise en œuvre à partir de 1870, connue sous le nom de « Glasgow system » fut indéniablement un succès. Il convient cependant de préciser que les concepteurs de cette politique, qui n’avaient jamais eu comme ambition de s’attaquer aux racines de la prostitution ou d’analyser et de comprendre les motivations de celles qui exerçaient cette activité, avaient en fait mis au point un instrument de contrôle dont la fonction essentielle était de resocialiser la fraction de la population qui menaçait les classes « respectables ». La prostituée était non seulement soumise à une véritable entreprise d’assainissement physique et de purification morale qui avait comme finalité première de lui inculquer les notions de dépendance et de soumission mais également contrainte à suivre une formation professionnelle qui ne lui laissait d’autre perspective que d’intégrer la main d’œuvre industrielle et domestique à bon marché.

Notes

1 National Library of Scotland, Parliamentary papers, Report from the Select Committee on the Contagious Diseases Acts, Vol IX, civ, 1882 (désigné ci-après sous Rapport de 1882), p. 116.

2 M’Call intégra la police de Glasgow en 1850 ; il fut nommé commissaire en 1858 et prit la direction des services en juin 1870 (National Library of Scotland, Parliamentary papers, Report from the Select Committee on the Contagious Diseases Acts, Vol. VIII, xiv, 1881 (désigné ci-après sous Rapport de 1881), p. 370).

3 Il existait tout un ensemble de guides ou de brochures destinés à renseigner les clients potentiels sur les endroits les mieux à même de répondre à leurs besoins. On citera l’exemple du Man of Pleasure’s Pocket Book, qui répertoriait les établissements et donnait des indications précises sur la nature des services que l’on y dispensait. Comme l’atteste cette surprenante description d’une maison close située dans le quartier de Soho, les auteurs de ces ouvrages recouraient parfois à des métaphores du plus mauvais goût : « This abbess [...] does not keep her meat too long on the hooks, though she will have her price ; but nothing is allowed to get stale here. You may have your meat dressed to your own liking, and there is no need of cutting twice from one joint ; and if it suits your taste, you may kill your own lamb or mutton, for her flock is in prime condition, and always ready for sticking », cité par Ronald Pearsall, The Worm in the Bud : the World of Victorian Sexuality, Londres : Pimlico, 1993, p. 323.

4 Voir en particulier Eric Trudgill, Madonnas and Magdalens : The Origins and Development of Victorian Sexual Attitudes, Londres : Heinemann, 1976, p. 111 ; Trevor Fisher, Prostitution and the Victorians, Stroud : Sutton, 1997, p. 29 ; Judith Walkowitz, Prostitution and Victorian Society : Women, Class and the State, Cambridge-Cambridge University Press, 1980, p. 32.

5 Cité par Linda Mahood, « The Wages of Sin : Women, Work and Sexuality in the Nineteenth Century », pp. 29-48, in Eleanor Gordon et Esther Breitenbach (ed.), The World is III Divided, Edimbourg : Edinburgh University Press, 1990, p. 32.

6 Cité par R. Pearsall, op. cit., p. 312.

7 Ralph Wardlaw, Lectures on Female Prostitution : ils Nature, Effects, Guilt, Causes, and Remedy, Glasgow : 1842, p. 17.

8 Rapport de 1881, p. 373.

9 Ibid, p. 381

10 William Tait, Magdalenism, An Inquiry into the Extent, Causes and Consequences of Prostitution in Edinburgh, Edimbourg : 1840, p. l.

11 Ibid., pp. 104-128.

12 William Greg, The Great Sin of Great Cities, Londres : 1853, p, 11.

13 James Miller, Prostitution in Relation to its Cause and Cure, Edimbourg : 1859 D 5

14 W. Tait, op. Cit, p. 4.

15 E. M. Sigsworth et T. J. Wyke, « A Study of Victorian Prostitution and Venereal Disease », pp. 77-89 in Martha. Vicinus (ed.), Suffer and be Still : Women in the Victorian Age, Londres : Methuen, 1980 (Bloomington, 1972), p. 82.

16 R Wardlaw, op. cit., p. 43.

17 Ibid, p. 22.

18 J Miller, op. cit., p. 5.

19 A Bill for the Prevention of Contagious Diseases.

20 Elle fut complétée par deux autres lois votées en 1866 et 1869. La loi de 1864 s’appliquait aux villes suivantes : Portsmouth, Plymouth, Woolwich, Chatham, Sheemess, Aldershot, Colchester, Shomcliffe, the Curragh, Cork et Queenstown. Chatham et Windsor furent ajoutées à cette liste en 1866 et le texte voté en 1869 élargissait le champ d’application des lois aux villes de Canterbury, Douvres, Gravesend, Maidstone et Southampton.

21 National Library of Scotland, JRM, 654 (document non daté) : A Solemn Warning to the Religious and Moral People of England Scotland and Ireland !

22 « lock » est dérivé de « loke », un terme désignant une maison pour les lépreux.

23 Rapport de 1881, pp. 370-1.

24 Ibid., p. 371.

25 L’un des membres de la commission parlementaire de 1881 qualifia son action de « grande attaque » contre la prostitution (Rapport de 1881, p. 375).

26 Rapport de 1881, p. 385.

27 Rapport de 1882, p. 121.

28 Ibid, p. 118.

29 Appendix 9, Table showing the NUMBER and OCCUPATION of the PATIENTS admitted during Ten Years beginning 1st January 1870 and ending 1st January 1880 (Rapport de 1882, p. 574).

30 A cette époque le traitement principal contre la syphilis et la blennorragie était le mercure. Ce n'est qu'en 1879 que les bactéries responsables de ces maladies purent être isolées en laboratoire.

31 Rapport de 1881, p. 379.

32 Rapport de 1882, p. 119.

33 Appendix n° 9, ABSTRACT of STATISTICS of the GLASGOW LOCK HOSPITAL, from its Foundation, 7th August 1805 to 31st December 1881 (Rapport de 1882, p. 573).

34 Rapport de 1882, p. 117.

35 Rapport de 1881, p. 378.

36 Les responsables de la Glasgow Magdalene Institution annonçaient avec fierté que la blanchisserie permettait de fournir les deux tiers des fonds nécessaires au fonctionnement de l'institution (cité par L. Mahood, Wages, in E. Gordon et E. Breitenbach, op. cit., p. 43).

37 Linda Mahood, The Magdalenes : Prostitution in the Nineteenth Century, Londres : Routledge, 1990, pp. 134-5.

38 Rapport de 1881, p. 377.

39 Lord Brazabon, aristocrate réformateur, manifesta un grand intérêt pour les problèmes sociaux de l'époque,

40 The Prevention of the Degradation of Women and Children, a Paper Read by Lord Brazabon at the Church Congress, Reading, 3 October 1883, Londres : Hatchards 1883, p. 5.

41 The Glasgow System for the Repression of Vice, 1883.

42 Rapport de 1881, p. 372.

43 Appendix N° 21, RETURN showing the Number and Rent of Brothels in Glasgow, and the Number of PROSTITUTES living in BROTHELS, during each Year from 1870 to 1879 (Rapport de 1881, pp. 490-1).

44 Rapport de 1881, p. 382.

45 Appendix N° 21, RETURN showing the Number and Rent of Brothels in Glasgow, and the Number of PROSTITUTES living in BROTHELS, during each Year from 1870 to 1879 (Rapport de 1881, pp. 491).

46 Rapport de 1881, p. 382.

47 Rapport de 1882, p. 117.

48 Rapport de 1881, p. 384.

49 Ibid., p. 380.

50 William Greg fut l’un des observateurs à mettre en évidence les effets pervers auxquels pouvait conduire la fermeture des maisons closes : « Suppression [of brothels] merely means closer concealment and removal into worse localities » (W. Greg, op. cit., p. 49).

51 Rapport de 1881, pp. 372-3.

52 Ibid., p. 375.

53 Rapportée 1882, p. 123.

54 Ibid., p. 124.

55 Ibid, page lvii.

56 Rapport de 1881, p. 387.

57 Ibid., p. 387.

Auteur

Lecturer at Marc Bloch University in Strasbourg. His research has centred on the Scottish Highlands and the Highland Clearances during the nineteenth century.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable