Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

I. Images of the city: the city in the psyche of the Scots

Inverness : cœur, tête ou nombril de la Calédonie ?

Jean Berton

Texte intégral

1Le choix d’Inverness s’est fait par défi parce que peu d’études ont été publiées sur Inverness, comme en témoigne la maigre bibliographie proposée par la Scottish National Library d’Edimbourg. Puisque le thème de ce colloque est « Vivre la ville en Ecosse : rêves, représentations et réalités » cette étude ne portera pas sur le développement économique, social et démographique de la capitale de la Région Highland qui est en pleine croissance, mais sur l’image qu’Inverness donne, ou cherche à donner, d’elle-même dans le cadre global de la Calédonie, au sens premier de montagnes protégées du nord de l’Ecosse.

  • 1 Thomas More, Utopia, Book Π : Of their Towns, particularly of Amaurot, p 1.

2Déclarer qu’Inverness est le cœur des Highlands ou de la Calédonie c’est vouloir faire usage d’une expression à la manière de Walter Scott. Et parce que le romantisme est plus proche du rêve que de la réalité, cette qualification cantonne Inverness dans le domaine de l’utopie. Et nous pourrions ainsi nous référer à Thomas More qui décrit la ville modèle de Amaurot1 dans Utopia, dont voici le tout début :

"He that knows one of their towns knows them all, they are so like one another, except where the situation makes some difference. I shall therefore describe one of them ; and none is so proper as Amaurot ; for as none is more eminent, all the rest yielding in precedence to this, because it is the seat of their Supreme Council, so there was none of them better known to me, I having lived five years altogether in it."

  • 2 The Herald, Dec 19, 2000, p. 7.

3Même si Thomas More pensait à Londres en décrivant sa ville idéale, nous pourrions trouver quelques points communs entre Amaurot et Inverness : « It lies upon the side of a hill, or rather a rising ground : its figure is almost square, for from the one side of it, which shoots up almost to the top of the hill, it runs down in a descent for two miles to the river Anider ; [...] ». La comparaison entre Amaurot, qui signifie la ville inconnue, et Inverness, qui signifie l'embouchure de la Ness, puis le rapprochement entre la rivière Anider et la rivière Ness se révèleraient rapidement néfastes pour la capitale de la Calédonie, ne serait-ce que par l'effet de réduction dont Inverness serait victime. Développer un parallèle ne serait qu'une occupation ludique qui reste étrangère à l'objectif de cette étude. On ne conservera que la qualité d'éminence due à la présence du « siège du Conseil Suprême ». En effet, parce que la ville d'Inverness est le centre administratif régional elle peut être considérée comme la tête de la Calédonie. D'ailleurs, l'élévation au rang de « capital of the Highlands » conférée par Samuel Johnson lors de sa visite en compagnie de James Boswell, comme le rappelle le quotidien The Herald2, est admise par la majorité des Ecossais.

  • 3 On trouve cette métaphore devenue un cliché dans The Scotsman du 4 septembre 2000 : « Inverness' p (...)
  • 4 On pourrait s’autoriser à développer la métaphore de la séparation en utilisant la psychanalyse, l (...)

4Avancer l’idée que Inverness pourrait être le nombril de la Calédonie pourrait donner à penser à tort que cette étude se veut satirique ou polémique. En effet, il serait erroné de décrire les Invernessiens comme tout particulièrement narcissiques alors que la ville, en ce début du vingt-et-unième siècle est en pleine mutation. En fait, le problème de la traduction de « hub », qui est la métaphore3 fréquemment utilisée pour Inverness, se pose car l’image du moyeu n’est pas d’un usage comparable dans la langue française. On pourrait s’autoriser à dire qu’Inverness est un nœud de communications routière, ferroviaire, fluvio-maritime et aérienne, si le terme de nœud n’impliquait pas aussi une forme d’attachement. Le mot « hub » est révélateur de ce qui semble être le premier problème d’Inverness : la ville est un lieu de destination pour les habitants des Highlands qui viennent profiter des centres commerciaux et des services de la capitale régionale mais c’est aussi un lieu de réorientation pour les touristes à qui peu d’attractions culturelles permanentes sont proposées pour qu’ils s’arrêtent à Inverness. Pour cette raison, l’image du nombril peut trouver sa justification par le fait que le nombril est le vestige permanent du lien vital de l’enfant avec sa mère4. Pour clore la métaphore, on peut se demander qui tient le rôle de l’enfant : est-ce Inverness qui drainerait ainsi de toute la région l’énergie dont elle a besoin ?

5Il faut revenir à l’évidence : Inverness se trouve placée au centre de l’appellation géographique des Hautes Terres, de la désignation administrative de la Région Highlands, de la zone globalement appelée Calédonie par les Romains. Ces diverses dénominations de la partie septentrionale de l’Ecosse métropolitaine, à laquelle les trois archipels des Hébrides, des Orcades et des Shetlands se trouvent parfois rattachés malgré eux, montrent la difficulté qu’il y a de cerner la réelle identité d’Inverness entre les représentations du passé et les rêves du futur. Ces tentatives d’adéquation peu satisfaisantes parce qu’imparfaites rappellent l’image de l’homme de Vitruve que Léonard De Vinci a dessinée dans un cercle et dans un carré : ce dessin montre que le nombril est peu ou prou le centre du corps humain. Cependant, il nous avertit que vouloir faire d’Inverness le centre exact des Highlands revient à tenter de réaliser la quadrature du cercle.

INVERNESS, LIEU HISTORIQUE

6Informer qu’Inverness est une des principales places fortes des Pictes sous-entend que ses origines se perdent dans la nuit des temps pré-romains et permet de suggérer une pré-éminence vraisemblable sur les villes et villages environnants. Le passage de Colomba en 565, s’il faut se fier à ses biographes, place la bourgade dans le calendrier romain et autorise à penser qu’Inverness non seulement puisse passer pour un centre religieux mais encore un lieu relié au roi picte, Brude. Enfin, le roi Macbeth (1040 - 1057) et son château, que l’on situe à moins d’un kilomètre de l’actuel centre d’Inverness, confèrent un début d’existence politique nécessaire à la reconnaissance nationale.

7Accorder à Malcolm Canmore l’ordre d’ériger le premier château d’Inverness après qu’il eut rasé celui de Macbeth met Inverness au centre d’un antagonisme fondamental : les Gaëls, qui avaient assimilé les Pictes, contre les Ecossais anglo-scottophones. Inverness peut ensuite se déclarer tantôt championne, tantôt victime du pouvoir central des Basses Terres face aux déferlements fréquents des armées de la Seigneurie des Iles. Déjà, Inverness jouit du redoutable avantage de se trouver à un carrefour : au sud-ouest se trouve la Grande Vallée, au nord et à l’ouest, la Seigneurie des Iles, à l’est le royaume des Vikings, au sud-sud-est la côte qui relie au pouvoir d’Edimbourg. Inverness n’est pas protégée de remparts imposants comme pourrait l’être une place forte au cœur des Hautes Terres et il ne sera pas possible plus tard de lui trouver quelque charme gothique (le château de Macbeth a disparu) ni romantique (le champ de bataille de Culloden tout proche et le Loch Ness voisin n’offrent pas de charme particulier que l’on peut chanter impunément).

  • 5 Le quotidien, The Herald, du 19 décembre 2000, p. 7, le rappelle : « Inverness became a Royal Burg (...)
  • 6 « Duffus Castle was in existence in 1151, because documentation exists which informs us that David (...)

8Inverness doit au Roi David I (1124-1153) d’être promue au rang de bourg royal5 et ses privilèges sont renouvelés par le Roi William (1165-1214). Dès lors Inverness s’efforce de s’enrichir par le commerce de la pêche, de la laine, des peaux. Son embourgeoisement allant de pair avec ses liens avec le pouvoir central lui vaut d’être l’objet de convoitise et de vengeance : Inverness doit se reconstruire à maintes reprises après avoir été dévastée. Même l’abbaye dominicaine, fondée par Alexandre III en 1233, a disparu, abandonnant le rayonnement religieux aux abbayes et prieurés voisins. Le château est reconstruit6 plusieurs fois et ne peut témoigner du passé d’Inverness que de manière indirecte. Son histoire ne semble être marquée que de drames qui révèlent un antagonisme quasi ininterrompu entre les clans des Highlands et le pouvoir central : James I, dit-on, y a tenu un parlement auquel les chefs de clans ont été convoqués ; mais l’événement s’est conclu par l’exécution de trois chefs insoumis. Enfin, ce château occupé par les rebelles jacobites est détruit une dernière fois en 1746. Il n’est reconstruit qu’au dix-neuvième siècle alors que la ville tire quelques bénéfices de sa participation à l’empire.

  • 7 A. Gerald Politt, dans Historic Inverness (Perth, The Melven Press, 1981) commence son étude de l’ (...)

9De la citadelle construite par Oliver Cromwell7, il ne reste presque rien parce qu’elle a été démolie à la restauration des Stuarts après 1660. L’histoire a laissé des indices mais peu de traces que la ville ne peut mettre en valeur pour séduire le touriste. En fait, le visiteur doit se faire de l’histoire d’Invemess une vue en négatif en déduisant de ce qu’il peut visiter aux alentours de la ville. Il doit se contenter de la cathédrale Saint-André, consacrée en 1869, dont le double clocher n’a pu être terminé faute de financement, de la rivière Ness, au nom énigmatique et du château, où il voit la statue de Flora MacDonald scrutant l’horizon, au-delà de la Grande Vallée, dans l’attente du retour de son Prince si charmant. Chacun interprète la posture (espoir, angoisse, frustration ou nostalgie) et peut la projeter sur l’ensemble de la ville. Flora MacDonald représente-t-elle Inverness, entre rêve et réalité ?

INVERNESS LA BOURGEOISE

  • 8 « Printed and sold by R. Menzies, Brodie’s Close ». Il existe peu d’exemplaires de ce poème satiri (...)

10Inverness peut rêver à son passé riche en événements dramatiques, mais elle doit se contenter de ne pouvoir montrer que sa réalité de bourg royal historique ayant abrité des marchands et des politiques dont le souvenir peine à susciter l’enthousiasme chez le visiteur. L’aristocratie fait naître l’admiration ou le respect, la bourgeoisie n’engendre que la raillerie et les quolibets. En 1810 est paru un pamphlet, publié à Edimbourg8, sous le titre

"The Nessiad,
a Satirical poem in two cantos ; I the minotaurs, II the syrens,
exhibiting a striking (pretty highly coloured)
portrait of the many worthies of the
wondrous wise city of Inverness.

  • 9 Littéralement : « Tu regardes et tu auras regardé ».

Spectas et spectaberis9
Ye muses ! Rouse ; add all your tuneful breath ;
Such must not sleep in darkness or in death !"

11L’auteur se présente ainsi : Misanthrope M’Misantiquevierge, Esq. Scavenger-general of the north. (Edinburgh, 1810.) Le poème est dédié : « To THE MOST RESPECTABLE/the CORPORATION OF BURGHERS/the SISTERHOOD of OLD MAIDS,/and OTHER WORTHY NATIVES/of INVERNESS/the following cantos are (without permission)/FROM A DUE REGARD TO THEIR MODESTY !

  • 10 Ce deuxième vers est une référence explicite au poème de Robert Bums, ‘The Cotters Saturday Night(...)

12Ce poème de 32 pages composé en pentamètres iambiques est une parodie des satires d’Alexander Pope : The Nessiad rappelle moins L’Illiade que The Dunciad. Les noms sont codés. L’auteur s’en prend aux notables, comme on le voit dès le premier vers : « The silent senate snores in solemn state,/Each « toil-worn genius » d —— — s his stubborn pate10 ; ». Le plus formidable d’entre eux est Pomposo aux mœurs douteuses et rongé par le vice. Et l’imprécateur s’en prend à l’origine frauduleuse de sa fortune :

  • 11 p 13, vers 12 à 16.

"From crazy **** this ring he coax’d ; nay, more,
Impell’d by minions vers’d in legal lore,
But by his own d(ea)d heart impell’d still more,
He framed a deed — this ***, deluded, signs,
And to Pomposo an estate resigns.11 "

  • 12 p. 17, vers 11.

13La corruption représentée par Pomposo a son allié objectif dans le personnage du « Rajah » dont la particularité est de sommeiller : « The Rajah slept, to sleeping he was prone.12 »

"While thus he (Pomposo) spoke, full oft by cheering yell
The Rajah groan’d assent ; he breath’d out ‘well.
Pomposo ceased ; the Rajah groan’d for more :
He groan’d again ; and forthwith slumber’d o’er.

  • 13 p. 19, vers 15 à p. 20 vers 2

The Rajah sleeps ; we now can safely scour
The leaky cranium of this Minotaur :
And though the doubtful scheme we hopeless try,
Perchance, I ween, some sense may lurking lie.13 "

14Le rajah représente le pouvoir politique souverain et sa passivité. Le décrire passant ses journées à dormir peut être une pique impertinente pour la tendance du premier magistrat de la capitale à la narcolepsie, mais aussi une satire à l’encontre de son absence de tout sens de responsabilité :

  • 14 p. 21, vers 1 à 4.

"He oft to sacred sense has dar’d to stray,
Not so ; the guiltless rajah ne'er transgress’d
But when by sapient Sheba sorely press’d.14 "

15La galerie de portraits a dû faire ricaner en 1810, mais aujourd'hui, tous les hommes raillés étant disparus, il ne nous reste plus que l'exercice satirique : le Doctor Plaintruth, les juristes, les « sages » qui devisent de la création d'une route (Old Aaron, le fermier barbu, s'y oppose), le Capitaine (Killcat) Statly qui a la vérole, enfin le Pasteur Grim qui se lance dans un long discours qui clôt la séance :

"He ceas'd at length !—Some homeward go to dine ;
But some, whose doleful fate it was topine,
Henpeck'd at home by or C —l— e,
To tavern roam, and drown their cares with wine.

THE RAJAH SLEPT ! THERE ARE, INDEED, WHO SAY FULL MANY AN HOUR HE PEACEFULLY SNOR’D AWAY !15"

  • 15 p. 31, vers 3 à 8.

16Les sommeils compulsifs du Rajah doivent se reporter sur la ville d’Inverness trop éloignée d’Edimbourg et de Londres pour s’inquiéter des aléas des guerres napoléoniennes dans lesquelles sont entraînés beaucoup de jeunes Highlanders. Ce premier chant met en avant l’indolence de la ville sans étudier les causes de cette réalité « regardée » vraisemblable.

17Le deuxième chant présente les Sirènes, ces « virtuous maids » qui s’en prennent à la débauche sexuelle ; Gossip Barebone et Miss Beard-less sont des caractères-types :

  • 16 p. 32, vers 1 à 6.

"Rouse ! rouse ye muses ! strike the sounding lyre,
And soaring, sing what virtous maids inspire.
The sisterhood ! untainted dames and pure,
(Unrivall’d filthy theme ! our strains allure.
All hail, ye warbling sisters ! all conspire
To chaunt the praises of a sister choir.16 "

  • 17 Dans son ‘Address to the Unco Guid’, Robert Burns écrit, strophe VI :
    « Ye high, exalted, virtuous (...)

18Les travers qui sont brocardés chez ces dames sont ordinaires : leur commérage perfide (p. 37, « these locusts should delight / Unheard-of tales of faux pas to invite/ Without their food, ‘tis clear they cannot live — ») et leur virginité mise en bannière. Elles sont comparées implicitement aux sorcières de Macbeth, p. 39, « The foul and fair — a sad and motley crew/ All wither’d, give thenfaded charms to view. » puis, p. 41, « These sisters round the ‘conj’ring cauldron’ moan, ». Enfin, une autre référence quasi explicite est faite à Robert Burns17 dans ces vers :

  • 18 p. 41, vers 1 à4.

"O’er woes like these the virgh grievous sighs,
While ever and anon unfeign’d she joys
That no mistaken, thoughtless, forward lad,
Her precious virtue ever dar’d invade !18 "

19On peut regretter un manque d’audace chez ce poète anonyme, par rapport à ce qu’a écrit Burns, mais l’effet produit dans la bonne société invernessienne a pu être à la hauteur de ses espérances. The Nessiad expose une réalité somme toute banale parce qu’elle se trouve présente dans chaque capitale de l’empire britannique et au-delà. Le scandale de cette représentation d’Inverness a priori peu flatteuse peut conférer, de manière ironique, un atout supplémentaire au statut de ville bourgeoise dont Inverness s’enorgueillissait depuis des siècles. Si l’on admet un rapprochement entre ce poète anonyme et son modèle Alexander Pope, Inverness peut se vanter d’être, d’une certaine façon, comparable à Londres !

INVERNESS-CITY

20Le quotidien, The Herald, du 9 décembre 2000, p. 7, rappelle que la population d’Inverness a doublé au cours de ces vingt dernières années et que la population globale des Highlands s’élève à quelque 200 000 personnes pour un territoire dont la surface est équivalente à celle de la Belgique. Mais cette expansion démographique et économique ne rend-t-elle pas caduque cette question majeure : comment retenir les jeunes ?

  • 19 L’événement a suscité la composition d’un ouvrage bien illustré dans lequel l’auteur, Norman S. Ne (...)
  • 20 The Herald, 19 décembre 2000, p. 7.
  • 21 Inverness Courrier, 19 décembre 2000.

21Les autorités d’Invemess ont eu un motif de satisfaction et d’espoir en décembre 2000 lorsque la Reine a signé la déclaration de l’élévation de la ville au rang de « city »19. L’événement a été salué par la presse : « The elevation of the town to a city is a major vote of confidence and a boost to business across the region ».20 Dans ce même journal, John Reid, le ministre chargé des affaires écossaises déclarait : « ... I hope it will be a useful addition to the efforts of Inverness to attract investment and industry. I also hope it will increase the estimation of Inverness in the eyes of the people of the UK. » L’objectif premier est clair : il s’agit de favoriser le développement économique de la ville afin de renforcer son rôle de capitale régionale. Mais la déclaration de John Reid est une forme d’aveu de la faiblesse de la position d’Inverness sur la carte économique de la Grande Bretagne. Le titre de « city » étant purement honorifique, il est censé apporter un supplément d’âme à l’agglomération en promouvant sa représentation à l’échelle nationale, comme le confirme Simon Cole-Hamilton, directeur de la Chambre de Commerce : « ... it's all part of the marketing of Inverness and to be Millenium city I think is a definite plus. »21

  • 22 Inverness Courrier, 19 décembre 2000.

22Dans ce même quotidien, John Reid fait une autre déclaration, datée du 18 décembre : « Inverness has long been known as the Highland Capital and I hope that its new status as a city will provide a welcome boost to the economy, to the identity and to the confidence and pride of Scotland’s newest city, both in Scotland and abroad. » Le manque de confiance a été pendant des générations le point faible de l’Ecosse en général, et des Hautes Terres en particulier. Quant à l’affirmation de l’identité de cette nouvelle « city », la tâche est particulièrement délicate, comme nous le verrons dans la partie suivante. Les préoccupations de John Reid et des autorités d’Inverness sont tout à fait louables, et légitimes. Mais les façons d’atteindre ce palier supérieur sont perçues différemment, comme tend à le montrer la déclaration enthousiaste de Fergus Ewing, Membre SNP du Parlement d’Ecosse : « One potential advantage Inverness can now look forward to is its own casino - these can only operate in cities22 » Un casino peut fournir un apport de liquidités appréciable, mais dans quelle mesure servira-t-il l’image de la nouvelle « City » ?

23Le manque de confiance endémique de la région peut se lire en négatif à travers les lignes du dépliant, « Inverness : City - vision », publié et distribué en mai 2003. Le sous-titre de ce dépliant, « Change characteristics » donne à croire qu’il s’agit de la mise en place d’un projet qui nécessite d’être commenté :

  1. « a place with critical mass » ; l’intérêt de faire augmenter la population du Grand Inverness jusqu’au seuil critique de 100 000 habitants est à la fois économique et politique, puisqu’il s’agit de fonder la pré-éminence de la capitale.
  2. « a competitive place » ; il s’agit d’ancrer dans la capitale des Hautes Ternes ce concept de compétition qui est fondamental dans la culture anglo-saxonne. Ce concept globalisant de compétition est contraire à la culture des gaélophones, et il n’est pas indifférent de noter que la plupart des Britanniques qui viennent vivre dans les Hautes Terres rejettent ce credo anglo-saxon. Il n’empêche que le développement économique ne peut s’opérer sans un degré important de compétitivité. Inverness tient à mettre en valeur ses atouts dans les domaines du tourisme, de la généalogie, du sport de plein air et aquatique, de la nature et des images qu’elle procure qui sont une source d’enrichissement, en particulier dans l’industrie du film23. Inverness veut mettre en place une agence nationale qui lui permettrait de gérer au mieux de ses intérêts ses ressources naturelles24 et son environnement encore peu pollué. De plus, rendre Inverness compétitive requiert d’accélérer la modernisation et la rénovation de la vieille ville et la création de quartiers neufs à l’extérieur de la ville.
  3. « a connected place » ; il s’agit de développer le réseau commercial grâce à ce concept de « e-commerce ». La spécificité de la région Highland est le faible taux de densité de population ; la première caractéristique de l’habitat étant l’isolement géographique, il est impératif d’améliorer la livraison des services et de préserver l’interaction sociale. La connexion doit être vue comme un problème interne autant qu’un problème externe. Le réseau routier peut encore s’améliorer, et le réseau ferroviaire nécessite un investissement trop important pour qu’il puisse être assumé par la région ou même par l’Ecosse bien que la pollution routière soit devenue un souci majeur. La connexion avec la Scandinavie et les régions de l’Arc Atlantique se fait par l’informatique, la navigation maritime et les voies aériennes. Inverness a besoin de développer les capacités de son aéroport, mais se heurte à une difficulté majeure qui est sa déprivatisation envisagée.
  4. « a clean place » ; comme toutes les agglomérations, Inverness doit gérer ses problèmes de pollution. Mais les autorités doivent veiller à la qualité de l’environnement sur l’ensemble de la région. Cette notion de propreté inclut des projets de réhabilitation de zones insalubres, ce qui implique la nécessité de s’attaquer à la pauvreté tout en cherchant à définir ce que ce terme recouvre dans cette région qui ne revendique pas résolument son appartenance à la culture anglo-saxonne.
  5. « a cultural place » ; le défi est moins de faire d’Inverness une capitale culturelle que de mettre en valeur toutes les potentialités culturelles qui se trouvent dans l’expression « Highland culture ». Puisque 2007 sera « Year of Highland Culture », Inverness se trouvera dans une forme de compétition régionale qui se transformera éventuellement en complémentarité.
  6. « a comely place » ; l’urbanisme écologique, espère-t-on, contrôlera la spéculation immobilière et préservera les espaces verts. Depuis plus de dix ans la polémique est virulente sur la gestion du patrimoine hérité des générations passées : que faire de ces immeubles cubiques construits dans les années 1960 en plein cœur de la ville ? Les deux rives de la Ness sont un atout qui restent à mettre pleinement en valeur,
  7. « a creative place » ; la créativité concerne la vie culturelle mais aussi économique. La fondation de l’université25 était nécessaire pour se doter d’un outil de développement. La conception de la structure de cette université est originale parce qu’elle prend en compte la diversité et la complexité de la région élargie aux trois archipels. Cette université éclatée en collèges répartis sur chacune des composantes des Highlands, Hébrides, Orcades et Shetlands met à profit les avancées de l’informatique et permet de travailler en réseau à distance. Cette innovation structurelle a l’inconvénient de ne pas centraliser l’université sur Inverness et l’avantage de souligner le caractère de parité cher aux descendants des Gaëls.
  8. « a cosmopolitan place » ; ce huitième commandement peut surprendre. Il rappelle le fait que Inverness revendique sa position de carrefour qui ambitionne d’accroître sa population26. Le cosmopolisme est avant tout intra-écossais et britannique, ce qui ouvre, de fait, la diversité à toutes les personnes issues des pays du Commonwealth en plus de celles des pays membres de l’Union européenne. Les souverainistes de l’Ecosse septentrionale redoutent la dilution du caractère gaël, voire picte, prédominant dans leurs districts de la région Highland ; mais ce prétendu danger de l’étranger est à transformer en défi de l’assimilation.
  9. « a caring place » ; cet élément, dans ce qui pourrait être une charte, peut paraître hors de propos. La lutte contre l’exclusion sociale est un souci commun à toutes les villes. Mais ce peut être aussi un appel nostalgique à la solidarité du clan.
  10. « a confident place » ; ce dernier élément est le plus délicat à mettre en pratique : en effet, rien n’est dit sur la manière de redonner confiance. Quelques études menées dans diverses localités de l’Ecosse septentrionale ont prouvé que la confiance retrouvée est un élément déterminant dans le développement économique et social et que la pratique de la langue maternelle débarrassée de toute culpabilité est primordiale. Faut-il inventer, ou recréer, une identité invernessienne ? Cette belle expression, pour ne pas devenir un simple slogan politique, méritera d’être définie. Inverness peut-elle s’autoproclamer capitale de la Gaélie, ou Gàidhealtachd ? Mais à ce jour, le visiteur est frappé par l’absence de la langue gaélique dans la nouvelle Cité. Dans ce dépliant annonçant une vision renouvelée de la Cité nouvelle, l’ambition de ville capitale est réduite à une dimension modeste : Inverness se veut être « The capital city at the heart of the Highlands. »
  • 27 Le quotidien national, The Scotsman, du 4 septembre 2000, affirmait : « Inverness GDP is still bel (...)

24Ces dix qualités énoncées comme des commandements d’inspiration divine sont des objectifs déclarés qui trahissent des besoins caricaturés en autant de manques. Dans la mesure où notre intention n’est pas la satire, telle que l’a formulée Misanthrope M’Misantiquevierge dans son The Nessiad, il nous faut reconnaître la lucidité des Invernessiens. Plutôt que de comparer Inverness à d’autres agglomérations urbaines d’Ecosse ou du Royaume-Uni, il sera plus profitable de contraster Inverness et les Hautes Terres prises globalement, Inverness et la Région Highland, Inverness et les trois archipels voisins. Inverness est consciente de l’évolution de sa situation politique, économique27 et culturelle, comme en témoigne la décision de ne plus se déclarer « capitale des Highlands » mais désormais : « Inverness, the city in the Highlands ». L’image que se donne la ville métropole s’éloigne du rêve dans lequel l’avait entraîné le poids du passé.

INVERNESS, VILLE DE CULTURE

25La critique principale dont Inverness fait l’objet est son manque de politique culturelle et de vision de développement d’ensemble, la métropole étant trop concentrée sur son développement économique et son expansion territoriale. Cependant plusieurs événements culturels ont été récemment créés pour que la nouvelle « City » se montre à la hauteur du rayonnement qu’elle ambitionne de révéler. La mise sur pied du « Highland Festival » qui en 2004 s’est tenu du 4 au 12 juin a reçu le soutien d’une majorité d’Invernessiens et semble pouvoir se pérenniser. Inverness a pu organiser son « Book Festival » pour la première fois en 2004 avec la participation concertée des quatre libraires principaux de la ville. Les rivalités locales ont fait jaser, mais cela est de moindre intérêt que la prise de conscience du besoin d’un lieu social adapté aux besoins de cette Fête du livre. Mais cette manifestation culturelle se heurte à son équivalent du district voisin, le « Cromarty Book Festival » qui jouit d’une réputation majeure depuis de nombreuses années. Dans ce cas particulier, la réalité de la compétition l’emportera-t-elle sur l’idéal de la complémentarité ou de l’émulation ? Inverness suscitera-t-elle de la rancœur clanique plutôt que de la stimulation régionale ?

26Inverness abrite dans son château la « Scottish Highlands & Islands Film Commission », qui prépare la création d’un studio de tournage qui servira de complément technique aux équipes venues tourner un film dans les décors naturels de l’Ecosse septentrionale. L’attrait des paysages est contrarié par l’éloignement géographique de Glasgow ou Edimbourg, et Inverness ambitionne de faciliter le travail des techniciens et réalisateurs pour mieux profiter des retombées de l’industrie filmique. Cet organisme doit aussi avoir pour tâche la gestion des films déjà tournés mais non encore distribués. Au-delà du gaspillage et de l’exaspération devant ce déficit d’image « prête-à-servir », se pose la question de l’indépendance politique et économique à conquérir ; cela renvoie au deuxième point de la carte « City-vision » : la région Highland doit se rendre compétitive, en luttant contre les méfaits de l’isolement par l’innovation dans le concept de l’hospitalité si chère aux habitants des Hautes Terres.

27Inverness a investi dans un centre dramatique sis à l’Eden Theatre et a entrepris d’en augmenter la capacité. Tout au long de la saison, ce centre dramatique propose des créations, mais n’en conserve pas de traces sous forme de publication de livrets ou de textes. Il est à espérer qu’avant de terminer le chantier, les architectes auront inclus une bibliothèque d’œuvres dramatiques qui serait susceptible de devenir une sorte de pôle d’attraction pour les artistes, les metteurs en scène et les chercheurs. Là aussi, il reste à inventer un système qui permette de profiter des avantages de la technologie de la communication à distance et d’attirer des professionnels des arts dramatiques. Le théâtre en langue gaélique connaît aujourd’hui un réel essor et pourrait bénéficier d’un point de rencontre d’importance. Mais il semble inconvenant de vouloir chercher des dramaturges tout autant que des poètes que l’on pourrait qualifier d’invernessiens. En effet, si l’on s’enquiert de la présence d’écrivains invernessiens, on ne reçoit en guise de réponse que des paroles évasives : tel ou tel écrivain ou poète vient de temps à autre à « Hootananny », mais il/elle habite ailleurs, ce qui pourrait passer pour une illustration de « l’effet-moyeu » d’Inverness. L’enquête paraît saugrenue, car il/elle est « des Highlands », voire de Skye, de l’Ile noire ou de l’ancien comté de Sutherland, mais pas d’Inverness. Partir à la rencontre de rêve littéraire ne semble mener qu’à la réalité dérisoire du souvenir de Balnain House, qui était un lieu de musique et de rencontre très prisé, jusqu’à ce que la décision d’en faire une zone non-fumeur fasse fuir le public de manière définitive !

  • 28 L’étude des noms et qualificatifs attribués à ce (s) monstre (s) est édifiante. Elle mériterait un (...)

28On ne trouve pas non plus de galerie d’art, moderne ou traditionnel, qui retienne le visiteur : l’art s’expose dans divers magasins et bars. Les expositions itinérantes se font dans la métropole comme dans les diverses agglomérations des Highlands. Cependant, le musée d’Inverness possède une exposition permanente sur la nature des Hautes Terres. On y découvre toute la richesse de la faune et de la flore ; mais le visiteur curieux n’y trouve rien sur Nessie, l’hôte encombrant du Loch Ness. Le sérieux de ce musée ne courrait pas de risque majeur en exposant la polémique : présenter les données géologiques et géographiques du lac ainsi que quelques faits de nature sociologique mais désormais historiques tout en évitant soigneusement de prendre parti serait de nature à intéresser le visiteur ; ce même visiteur qui arrive peut-être tout droit de l’Office du Tourisme voisin où il a vu, sinon acheté, des cartes postales, des T-shirts et divers bibelots décorés de représentations fantaisistes de Nessie ! En ne parvenant pas à présenter de façon stimulante la richesse de la région Highland le musée devient une représentation austère de la ville. L’occultation de Nessie28, alias « nessiteras rhombopteryx », alias le « cheval des eaux », etc. suscite quelques interrogations légitimes. Il en va de même pour les affichettes qui présentent tout ce qui est exposé : le texte est en anglais et en gaélique. Cela n’est pas anormal, mais pour le visiteur cela ne va pas de soi : une brève explication sur le gaélique et son histoire éviterait de donner l’impression que cette langue est aussi morte que les quelques animaux empaillés mis en vitrine. Une autre absence est remarquée : l’écossais vernaculaire, et ses variantes parlées dans quelques zones des Highlands.

29Il reste, enfin, une question majeure : quelle est la place du gaélique dans Inverness ? Puisque le site internet propose ses informations en anglais et en gaélique, on est en droit de s’attendre à rencontrer le gaélique à tout moment dans la rue. Mais il y est aussi rare que le kilt. Si l’on demande très ingénument à l’Office du Tourisme où l’on peut rencontrer des personnes susceptibles de donner quelques renseignements sur le gaélique, on perçoit rapidement que la requête est cause de perplexité et d’embarras et les adresses retrouvées ne sont pas à jour. De même, dans les librairies, le rayon « gaélique » est réduit à la portion congrue. Après un bref séjour à Inverness, le visiteur peut repartir sans avoir remarqué la présence de cette langue : les causes en sont multiples qui vont du sentiment de culpabilité et d’inutilité à la peur d’effrayer les nouveaux arrivants qui pourraient imaginer devoir apprendre une langue étrangère pour résider à Inverness. Quant au touriste non britannique, il appréciera, au pire, d’apprendre quelques mots étrangers dans ce contexte exotique, au mieux de comprendre la valeur culturelle de cette langue maternelle plus ancienne que l’anglais.

30Il est aisé de constater un manque de dynamisme dans Inverness. Mais accuser la ville de se complaire dans le conservatisme ou la léthargie du Rajah de « The Nessiad » serait conclure trop vite. Les impatients misent sur l'augmentation de la population qui pourra faire changer la majorité en charge des affaires municipales. En effet, les néo-Invernessiens exprimeront leurs attentes et exigences, et les jeunes familles d'aujourd'hui verront leurs enfants dans dix ou quinze ans devenir le moteur social par leurs demandes en matière d'activités culturelles et artistiques. Le défi devra être relevé pour que ces jeunes gens ne préfèrent pas émigrer vers le sud.

  • 29 Robert, J. Naismith, dans The Story of Scotland's Towns (Edimbourg, John Donald Publishers, 1989) (...)

31Depuis plus d’un quart de siècle, Inverness s’applique à moderniser ses infrastructures, puis à se doter de centres commerciaux dignes d’une capitale régionale, pour enfin rendre le centre-ville plus attrayant aux visiteurs. L’apparence d’une « City » est primordiale, et les Invernessiens ont entrepris d’améliorer la représentation29 architecturale de leur ville, comme en témoigne cet article « The Good, the Bad and the Ugly », paru dans le Inverness Courrier du 16 juillet 1999, p. 9. C’est une attaque virulente contre la laideur de la ville propre à encourager sa régénération :

"Eric Jones, who describes himself as 'a concerned resident of Inverness', reflects on the adverse impact of recent developments and insists that the quality design must be the priority for future building projects in the Highland Capital.,
[...]
All over Europe [...] towns, large and small ; are promoting and expressing themselves and their regions by building fine new buildings and, indeed, by imaginatively conserving old ones. Why should Inverness be left out ? Let us forget about highest and fastest and think in terms of quality, how best to improve our town and make it even more attractive and as characterful as it once was."

  • 30 Peter Womack, Improvement and Romance, Constructing the Myth of the Highlands. Londres, Macmillan, (...)

32La perception que la ville donne d’elle-même ne lui est guère favorable aujourd’hui, mais elle dépend d’un certain degré de subjectivité comme l’illustre le témoignage de ce voyageur anglais, Edward Burt, qui à la fin du dix-huitième siècle disait des collines des environs d’Inverness : « [they were] of a dismal gloomy Brown, drawing upon a dirty Purple, and almost disagreable, when the Heath is in Bloom ».30

33Pour conclure cette étude globale qui en appelle d’autres plus spécifiques, Inverness semble avoir quelque difficulté à se composer une âme et un visage. Mais cette ville en pleine mutation a besoin d’assumer son passé en le positivant. Et ce dépliant « city vision » donne à espérer que cette ville en devenir domine ses faiblesses qui ne sont pas toutes internes : Inverness est comme le moyeu de la roue qui est dépendant des rayons et de la jante, ainsi que l’illustre cet incident. Inverness s’est lancée dans la compétition pour être capitale européenne de la culture 2008. Sa candidature a été rejetée mais le Parlement d’Ecosse a décidé de favoriser une forme de remplacement en 2007. Aussitôt, la décision a déclenché de vives protestations des autres districts de la région Highland parce qu’elles craignaient de faire les frais de la concentration prévisible des moyens financiers sur Inverness. C’est un réflexe celtique anticentralisateur qui a toujours fait le charme et la faiblesse des Celtes face à la force hégémonique anglo-saxonne que l’on aime à accuser d’avancer avec assurance la main sur le cœur et la tête haute.

Notes

1 Thomas More, Utopia, Book Π : Of their Towns, particularly of Amaurot, p 1.

2 The Herald, Dec 19, 2000, p. 7.

3 On trouve cette métaphore devenue un cliché dans The Scotsman du 4 septembre 2000 : « Inverness' position as the administrative and healthcare centre for the Highlands with an improved road network within the Highlands itself, Inverness has become the shopping hub for the mainland and for some of the islands. »

4 On pourrait s’autoriser à développer la métaphore de la séparation en utilisant la psychanalyse, la géographie et l’étymologie en soulignant que Inverness signifie l’embouchure de la rivière Ness alimentée par le lac le plus volumineux du Royaume-Uni, le Loch Ness. Il n’est pas certain qu’il soit pertinent d’ajouter ici qu’Inverness se situe au point de jonction de la rivière et de la mer... De même, je ne pense pas qu’il soit opportun de préciser aussi que Inverness se trouve à cheval sur la faille géologique de la Grande Vallée (Glen Mòr) et d’ajouter qu’à l’image de l’Ecosse, elle rassemble les trois langues : l’anglais, l’écossais vernaculaire et le gaélique, dont il n’est pas sûr que ce soit un atout.

5 Le quotidien, The Herald, du 19 décembre 2000, p. 7, le rappelle : « Inverness became a Royal Burgh in 1158, Charter by Κ. David I. »

6 « Duffus Castle was in existence in 1151, because documentation exists which informs us that David 1 lived there during the summer of 1151, to see the work of building Kinloss Abbey. The castle belonged to a Norman knight known as Freskin. He became known as Freskin of Moravia, Lord of Duffus, and was ancestor of the Moravia or Moray family. » Citation tirée de Royal Burghs in General - Inverness in particular, brochure de 16 pages, anonyme, sans nom d’éditeur, sans indication d’année de publication.

7 A. Gerald Politt, dans Historic Inverness (Perth, The Melven Press, 1981) commence son étude de l’histoire d’Inverness à partir de la visite de Cromwell.

8 « Printed and sold by R. Menzies, Brodie’s Close ». Il existe peu d’exemplaires de ce poème satirique. Je me réfère à celui qui est disponible à la Scottish National Library. ‘Littéralement : « Tu regardes et tu auras regardé ».

9 Littéralement : « Tu regardes et tu auras regardé ».

10 Ce deuxième vers est une référence explicite au poème de Robert Bums, ‘The Cotters Saturday Night, vers 14 : « The toil-wom COTTER frae his labor goes, ». La satire est patente grâce aux italiques sur « toil-wom genius ».

11 p 13, vers 12 à 16.

12 p. 17, vers 11.

13 p. 19, vers 15 à p. 20 vers 2

14 p. 21, vers 1 à 4.

15 p. 31, vers 3 à 8.

16 p. 32, vers 1 à 6.

17 Dans son ‘Address to the Unco Guid’, Robert Burns écrit, strophe VI :
« Ye high, exalted, virtuous Dames, / Ty’d up in godly laces, / Before ye gie poor Frailty names, / Suppose a change o’ cases ; / A dear-lov’d lad, convenience snug, / A treacherous inclination — / But let me whisper i’ your lug, / Ye’re aiblins nae temptation. »

18 p. 41, vers 1 à4.

19 L’événement a suscité la composition d’un ouvrage bien illustré dans lequel l’auteur, Norman S. Newton, présente les bons aspects d’Invemess : Inverness Highland Town to Millenium City. Derby, Breedon Books Publishing, 2003.
Ce même auteur avait publié The Life and Times of Inverness, chez John Donald Publishers, à Edimbourg, en 1996.

20 The Herald, 19 décembre 2000, p. 7.

21 Inverness Courrier, 19 décembre 2000.

22 Inverness Courrier, 19 décembre 2000.

23 Films montés et non distribués.

24 Des recherches actives sont en cours pour exploiter les ressources que peuvent offrir les plantes salvages de la lande.

25 Le « UHI Millenium Institute » (University of the Highlands and Islands) ne doit devenir université qu'en 2007.

26 Inverness est une ancienne ville-garnison qui a envoyé des générations de jeunes Highlanders aux quatre coins de l'empire et contribué ainsi au dépeuplement de toute la région.

27 Le quotidien national, The Scotsman, du 4 septembre 2000, affirmait : « Inverness GDP is still below 75 % of EU average » et regrettait que « too many branch operations, subject to decisions [...] are taken fer away from Inverness. »

28 L’étude des noms et qualificatifs attribués à ce (s) monstre (s) est édifiante. Elle mériterait une exposition pour elle seule.

29 Robert, J. Naismith, dans The Story of Scotland's Towns (Edimbourg, John Donald Publishers, 1989) écrit peu de choses sur Inverness. À la page 160, il présente une photo (numéro 86) d'Inverness agrémentée de ce commentaire : « When new building on one bank of the river in full view of the opposite is contemplated, the layout should be treated as a complete spectacle. This obvious approach to urban problem was omitted in Inverness. The result is a collection of over-large constructions mechanically conceived, with the end seemingly inspired by a liquorice allsort. »

30 Peter Womack, Improvement and Romance, Constructing the Myth of the Highlands. Londres, Macmillan, 1989, p. 1.

Auteur

Maître de Conférences à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, s'intéresse plus particulièrement à l'Écosse septentrionale. Ses travaux portent surtout sur la littérature des Highlands et de la frange celtique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540