Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre la Ville en Écosse

 | 
Rosie Findlay
, 
Tri Tran
, 
William Findlay

I. Images of the city: the city in the psyche of the Scots

“Poèmes et vie d'Ellen Johnston, ‘factory girl’ à Glasgow : de la détresse industrielle à la poétisation de la condition ouvrière”

Fabienne Moine

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage novateur dans les années 1970 de Martha Vicinus, The Industrial Muse, A Study of Ni (...)
  • 2 Pour une étude détaillée de la poésie chartiste ou syndicaliste, voir Martha Vicinus. Voir égaleme (...)
  • 3 La critique féministe américaine a établi des analogies stylistiques ou thématiques entre la poési (...)

1Si les recherches ont été relativement fructueuses et nombreuses en matière de poésie ouvrière masculine au XIXe siècle en Grande-Bretagne depuis les quarante dernières années1, rares sont encore les analyses portant sur la poésie ouvrière écossaise, masculine ou féminine. De nombreux ouvrages concernent la poésie chartiste ou syndicale des années 1840 et celle plus particulièrement composée par et pour les classes laborieuses, mais la critique semble s’accorder sur le fait qu’il n’y a pas vraiment de tradition poétique masculine chez les ouvriers à la même époque en Écosse2 Les recherches récentes menées par les universitaires anglo-saxonnes3 ont rappelé à la vie des poétesses oubliées ou négligées par une critique canonique en réhabilitant la voix de ces poétesses ouvrières, peut-être au détriment de la poésie masculine après les mouvements luddistes, chartistes ou owéniste.

2La poésie féminine ouvrière - et écossaise de surcroît - reste une écriture menaçante pour l'ordre établi : il s'agit de la voix de la discorde sociale, de la révolte ouvrière qui menace l'organisation industrielle et le développement du capitalisme en pleine expansion (En 1841, 94 % de la population de Glasgow appartient à la classe ouvrière). Ainsi la “Factory Girl” a rarement l'occasion de s'exprimer à cause de son appartenance à la classe ouvrière et à la condition féminine. Le roman victorien lui préfère la “fallen woman”, la femme déchue, la prostituée, car elle est soumise au schéma patriarcal. La poétesse ouvrière est en revanche doublement menaçante et indépendante : elle possède un pouvoir économique et cherche à élever une voix personnelle et féminine.

  • 4 Voir Gustav Klaus, “Factory Girl : Ellen Johnston and Working Class Poetry in Victorian Scotland”,(...)
  • 5 Elizabeth Barrett Browning écrit à Mr Chorley, éditeur et ami : “I look everywhere for grandmother (...)
  • 6 On pensera particulièrement à “The Cry of the Children”, poème social qui s'insurge contre le trav (...)
  • 7 Cette poétesse a été également redécouverte par la critique anglo-saxonne depuis les vingt dernièr (...)

3D'autres paramètres entrent également en jeu pour réduire au silence la poétesse ouvrière. Gustav Klaus dans son ouvrage sur Ellen Johnston4 a tenté de montrer comment il était difficile pour ces poétesses écossaises de publier leur poésie. Il évoque diverses raisons : difficultés de trouver un mécène nécessaire à la publication ; volonté des gens de lettres de réduire au silence les poètes industriels ; réaction de rejet de la part des hommes face à une poésie qui aurait pu menacer leur intégrité sexuelle et littéraire ; absence de modèle ou de grand-mères comme les nomme Elizabeth Barrett Browning5. D'autre part, la diffusion ne dépassait presque jamais les frontières écossaises, voire les limites de la ville, la poésie étant publiée dans le ‘Poet's corner’ des journaux locaux. Enfin l'usage d'une langue vernaculaire repoussait les poétesses ouvrières dans les limites géographiques étroites de l'Écosse ne leur offrant que peu de chances d'être lues par des consœurs anglaises, voire américaines encore moins par des grandes poétesses comme Letitia Elizabeth Landon, Elizabeth Barrett Browning6, Caroline Norton ou encore Caroline Bowles qui s'indignèrent contre le travail des enfants. Malgré leur engagement dans la défense des ouvriers, il ne semble pas que ces poétesses anglaises aient eu un contact littéraire avec les poétesses écossaises de la classe ouvrière. L’exception pourrait venir néanmoins de Janet Hamilton (1795-1873), poétesse née dans le Lanarkshire, mais son mariage et ses responsabilités familiales ont tôt fait de l’empêcher de connaître la gloire qu’elle aurait pu vivre. Ce n’est que très tardivement qu’elle réussit à publier la majorité de son œuvre poétique et à connaître un succès relatif au-delà des frontières écossaises7

  • 8 Il est intéressant de noter que ce surnom s’appliquait également à d’autres poétesses ce qui indiq (...)

4Au lieu de mettre uniquement l'accent sur la vie de cette “factory girl” selon le surnom qu'Ellen Johnston s’était donné8 nous allons insister sur sa poésie originale qui sort du cadre conventionnel de l'engagement personnel et politique que l'on trouve dans la poésie féminine victorienne, principalement celle de la classe moyenne. Ellen Johnston nous laisse un témoignage particulier de son expérience de la ville comme lieu de travail et lieu de vie car sa poésie propose une représentation poétisée, parfois sublimée et souvent originale de sa vie à Glasgow en tant que tisseuse et poétesse. Ainsi nous allons revisiter la poésie d'une modeste tisseuse afin de déterminer d'abord comment elle correspond à la mode de la poésie engagée qui incrimine la société capitaliste de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans un second mouvement, nous tenterons de montrer que la poésie de Johnston s'émancipe pour proposer une image presque onirique et plus insolite de la vie ouvrière à Glasgow.

  • 9 Les années 1990 et 2000 ont vu la réhabilitation d'Ellen Johnston dans les anthologies de poésie f (...)

5Johnston demeure une des rares poétesses écossaises issues de la classe ouvrière encore reconnue aujourd’hui pour ses qualités littéraires. Il faut admettre que c'est le travail minutieux de Gustav Klaus qui a permis de redécouvrir cette poétesse écossaise. Même si Ellen Johnston ne publia qu'un seul recueil de poèmes en 1867, il connut une réédition en 1869 avant de tomber dans l'oubli pour une centaine d'années9.

  • 10 On pensera également à la librairie de Dundee située dans la célèbre rue populaire “Overgate” qui (...)
  • 11 Selon Gilfillan, l’œuvre de Johnston révèle un certain intérêt littéraire si l’on met de côté les i (...)

6Quelques éléments précis sur la vie de la poétesse apportent un éclairage nécessaire au décodage de certains poèmes très autobiographiques. Ellen Johnston (1835-1873) est née à Hamilton près de Glasgow où elle s'installe très tôt avec ses parents. Son père, maçon et poète, quitte le foyer pour émigrer aux Etats-Unis. Le croyant mort, la mère d'Ellen Johnston épouse un autre homme que la poétesse appellera “my tormentor” à la suite de nombreux attouchements. Elle est obligée de travailler dès l'âge de 11 ans sous la pression de son beau-père dans les usines de tissage de Glasgow qui emploient principalement des femmes et des enfants. C'est très jeune que son destin se trouve lié au monde urbain, à la fin du rêve de l'enfance, aux conditions souvent inhumaines de travail et à la violence domestique. Sa mère et son beau-père étant invalides, le travail de Johnston ne suffit plus à couvrir les dépenses familiales, et l'écriture devient vite un gagne-pain indispensable. Elle travaille d'abord comme tisseuse au Bishop Street Weaving Company. Pour fuir son beau-père, elle cherche un homme qui voudrait l'épouser mais elle est vite abandonnée par le père de sa fille qu'elle a à l'âge de 17 ans. C'est alors qu'elle devient aux yeux de ses employeurs et collègues de travail une “fallen woman”. En 1857, elle quitte seule Glasgow pour se rendre à Belfast (1857-1859) et travailler dans la Kennedy Factory. C'est pendant ces années qu'elle commence à publier régulièrement des poèmes dans la presse locale. Elle revient à Glasgow puis quitte à nouveau la ville pour Dundee deux ans plus tard avec sa fille. Elle est engagée à la Verdant Factory où elle passera les plus heureuses années de sa vie. Elle commence à publier dans le People's Journal, journal destiné aux travailleurs, mais dont la diffusion fut très large à la fin du siècle. Elle rédige des hymnes en l'honneur de ses employeurs, des poèmes patriotiques ou engagés dénonçant les conditions de travail des ouvriers de Glasgow. Par exemple, “The Working Man”, “Endurance” et surtout “The Last Sark”. sont le résultat de l'expression d'une voix prolétaire en colère. Deux ans plus tard elle est licenciée sans préavis, intente un procès contre son employeur et le gagne. La cause de son renvoi serait due à une affaire de jalousie provoquée par son succès littéraire (Klaus, 56). Elle quitte ainsi la Verdant Factory pour Chapelside Factory, toujours à Dundee et commence à publier dans le plus célèbre Penny Post dont le siège se trouve à Glasgow. Comme le Glasgow Sentinel, le Penny Post est édité par Alexander Campbell, owéniste convaincu, défenseur de la cause ouvrière. Il dirige plus particulièrement le “Poet’s Corner”, accordant la parole aux ouvriers et favorisant la correspondance littéraire entre eux. C'est grâce à ce “Poet’s Corner” que Johnston peut publier sa poésie et échanger poèmes et idées avec ses admirateurs10 Grâce au soutien de Campbell, elle réussit à publier un recueil composé de 130 poèmes et de son autobiographie de douze pages en 1867 : Autobiography, Poems and Songs, malgré les remarques mitigées du célèbre révérend George Gilfillan de Dundee11. Le succès est immédiat, et elle reçoit cinquante livres sterling provenant du “Royal Bounty Fund” et cinq livres directement de la Reine Victoria (Klaus, 74). En 1869, à son retour à Glasgow et après la vente de 800 exemplaires, son recueil est réédité. Mais la mort de Campbell en 1870 et les innombrables participations d'autres ouvriers au “Poet’s Corner” précipitent vite Johnston dans l'oubli. Elle meurt à 38 ans dans un dénuement total probablement d'une maladie des reins à Barnhill Poorhouse.

7Ces indications biographiques confirment que l'existence de Johnston est solidement ancrée dans l'univers urbain du travail, à Glasgow, à Belfast, à Dundee. C'est au travers de sa poésie que nous allons reconnaître son investissement à la fois personnel et politique dans le monde du travail, au cœur de quelques poèmes engagés dénonçant d'une part les conditions de travail et d'autre part, les conséquences sur la vie privée des travailleurs ce qui est le cas surtout chez les poétesses ouvrières. Une série de poèmes publiés avant son autobiographie exprime son engagement aux côtés des pauvres et des travailleurs exploités. Le poème intitulé “Lines on Behalf of the Boatbuilders and Boilermakers of Great Britain and Ireland” rappelle les poèmes engagés de la poésie chartiste, mêlant description sordide et invitation au communautarisme. Il s'agit d'un appel socialiste à l'union des peuples de Grande-Bretagne pour la défense de leurs droits : “Nip, ere too late, the chain that binds/The gems of sweet liberty”. La terminologie utilisée est celle que l'on trouve dans la poésie anti-esclavagiste des poétesses de la classe moyenne : “Slavery's galling yoke”, “the victims of ill-paid toil”. Les anaphores de “shall” exhortent à l'action dans ce poème de style pompier et lourd :

Shall their children cry out for bread,
And mothers have none to give,
And die - but ere they are dead
Curse the hour that saw them alive ?
Shall tyrants exalt o’er the spoil
Of gold that was ne’er their own -
Gold obtained by the poor man’s toil,
Which to his children belong ?

8La répétition de “gold” associé une fois aux riches puis une seconde fois aux pauvres signale cette dichotomie sociale centrée autour de l'argent et du capitalisme. Les rimes approximatives (“own/belong”) ne révèlent pas uniquement le manque de maîtrise poétique de Johnston mais démontrent aussi que le point nodal de la condition ouvrière se situe dans le fait que les ouvriers ne jouissent pas du fruit de leur travail. Les termes classiques de la poésie engagée se retrouvent au fil du texte : “toil-worn soil ; tyrants ; sweat from the poor man's brow”. La catégorisation des travailleurs” children cry out for bread ; and mothers have none to give” ainsi que les clichés patriotiques (“thistle ; rose ; shamrock”) indiquent une poésie gauche mais efficace. On peut trouver dans ce poème/reportage quelques indications historiques ou sociologiques sur le maigre salaire des ouvriers “down to six-pence a day” et des références à la construction navale et à l'univers maritime qui sont aisément exploitées à des fins rhétoriques : “reap well while yet ther's no fierce winds”. Le respect dû au travailleur se retrouve dans le bateau qu'il a construit : “To brave both sea and shark”. “Lines on Behalf of the Boatbuilders” reste un poème classique sur le monde ouvrier révélant une réelle prise de conscience de l'oppression et des enjeux du capitalisme.

9Ses poèmes dépassent parfois le cadre de l'intimité du travailleur écossais pour proposer une vision symbolique mais réaliste de la condition ouvrière. “The Working Man” est un hymne à l'espoir car le travailleur écossais incarne la vraie richesse du pays : “if youth and health be on your side, you ha'e a richer boon/Than him that's dressed in royal robes and wears a diamond crown”. Le poème prend des allures prophétiques et annonce l'arrivée d'un jour meilleur où le riche oisif admettra que le travailleur lui est supérieur, non seulement parce qu'il est indispensable à “Bonny Scotland”, mais parce qu'il est la représentation d'une société vigoureuse en pleine santé qui conduira l'Ecosse vers l'épanouissement. Johnston se refuse à décrire des conditions de travail qui dénaturent l'homme et préfère un discours emphatique qui fait l'apologie du travailleur au travers de la santé et de la beauté de son corps. Les défauts du corps comme ceux de la ville marquée par la pauvreté et une forte industrialisation sont gommés afin de mettre en valeur les “bonny buildings” de Glasgow. Les nombreux messages millénaristes “the harvest soon will be ; fu'some hand of plenty ; the spring is come at last ; sons of nature's art ; sin of independence ; seeds of independence “empruntent des images naturelles jetant un voile sur les réalités urbaines. Le monde industriel est caché derrière des métaphores naturelles : “the nipping blast of care should blight your wee bit crop” ce qui inscrit le poème dans la tradition écossaise de la ballade, phénomène accentué par l'usage de la langue vernaculaire. “The Working Man”, poème prophétique à accents pastoraux, reste un poème original : le titre symbolique semble indiquer que le poème va décrire, voire dénoncer, le travail harassant des ouvriers. Contre toute attente, le lecteur est trompé et ne lira pas un reportage en vers du monde ouvrier ce qui serait le cas chez les poètes chartistes et syndiqués. Dè nombreuses ballades écossaises dont les fameuses chansons des ouvrières de Dundee n'omettent jamais de décrire avec un grand réalisme les conditions de travail comme celles des employés des usines de toile de jute :

  • 12 Extrait de “The Jute Mill Song” écrite par Mary Brooksbank. Un grand nombre de ballades de Dundee (...)

Oh, dear me, the mill’s gaen fast,
The puir wee shifters canna get their rest,
Shiftin’bobbins, coorse and fine,
They fairly mak’ye work for your ten and nine12

10Ainsi Johnston se situe à la fois à l’intérieur de la tradition et à sa périphérie car si elle exploite le genre de la ballade, elle s’en éloigne également en rédigeant une poésie reconstruite qui rejette les effets de réel.

  • 13 Nigel Gatherer précise que les poètes en herbe et ceux que l’on nommait les “worthies” à Dundee, p (...)
  • 14 Dans son autobiographie, Ellen Johnston rapporte qu'elle a renoncé au suicide par noyade dans la C (...)

11Pour finir cette première approche, nous pouvons citer “The Last Sark” (1859), poème plus largement diffusé dans les anthologies, qui combine les deux visions présentes dans les poèmes précédents, le labeur des ouvriers et l'appel à l'action, tout en apportant des données précises sur les conditions de vie au sein d'un couple de travailleurs. C'est précisément parce qu’il s’agit d’un poème engagé qui cherche à représenter les conditions de vie miséreuses des ouvriers que ce poème se trouve dans la majorité des anthologies. Johnston devient alors la voix féminine ouvrière de la révolte et de la dénonciation alors qu’une approche plus approfondie indique que “The Last Sark” n’est pas un poème représentatif de l’ensemble de son œuvre poétique. Les allusions à Robert Burns se multiplient comme avec cette “sark” qui rappelle la “Cutty-sark” de “Tarn O’Shanter” car Johnston a l'ambition de se hisser au niveau des grands poètes nationaux et utilise l'image de démocrate radical du barde écossais pour élargir son audience et appartenir au canon poétique. Cette comparaison aux grands écrivains nationaux est assez récurrente chez les poètes ouvriers qui exploitent la veine nationaliste de Robert Burns ou de Walter Scott13 Le personnage féminin à l'origine de ce monologue dramatique rédigé en écossais est une mère dont l'enfant meurt de faim et dont le mari ne parvient pas à trouver du travail. L'usage de la langue vernaculaire donne plus de force et d'ironie à la voix prolétaire. Même si le poème prend des accents de mélodrame, les contemporains d'Ellen Johnston y voyaient plutôt l'expression réaliste de la condition ouvrière à Glasgow. Une idée principale est reprise au fil du poème : les riches ne le seraient pas sans le labeur du travailleur. Johnston dénonce cette injustice sociale au travers du discours plein de colère de cette femme. L'épiphore “what care some gentry if they're weel though a'the puir wad dee !” rappelle la conscience forte qu'Ellen Johnston a de l'injustice sociale : peu importe si le travailleur meurt de pauvreté ou d'épuisement puisque c'est la classe aisée, “our merchants an'mill masters” qui tire les bénéfices de son travail. Cependant l'ultime vers rompt avec la litanie de la douleur et exprime la voix féminine de la révolte : c'est pour ses enfants vulnérables qu'elle va survivre et ne cédera pas à la tentation du suicide14 Au retour de son mari toujours sans travail, la femme annonce qu'elle a dû vendre tout ce qu'ils possédaient à l'exception d'une chemise. Elle se remémore les instants heureux passés dans cette maison simple mais confortable en utilisant le vocabulaire du quotidien qui ne devait pas manquer de toucher les lecteurs contemporains. Puis elle décrit les effets physiques de la faim : “my head is licht, my heart is weak, my een are growing blin' ;/ The bairn is faen'off my knee.”

12L'impact du poème est immédiat grâce à la voix poétique qui souffre et s'adresse directement aux lecteurs. La vie ouvrière est ainsi décrite dans ces circonstances les plus désastreuses puisque l'existence est menacée tout comme le bien-être du couple et de la famille. Ce poème engagé est aussi réaliste que ceux des grandes poétesses anglaises, et la voix personnelle, féminine et non canonique s'exprime clairement ici. Cependant il ne faut pas classer trop rapidement Johnston dans la catégorie des poétesses engagées car il s'agissait davantage de la fonction remplie par les poétesses de la classe moyenne et supérieure. Chez Johnston, le discours politique dénonçant les horreurs de la vie urbaine trouve une voix plus particulière et surtout plus originale et efficace lorsque, contre toute attente, elle présente un tableau déformé, transformé de la réalité. La majorité de ses poèmes serait alors une anamorphose poétique, donnant au lecteur la possibilité de voir le beau dans l'horreur, l'optimisme dans le malheur, la gloire dans la médiocrité, ce qui ne sera jamais le cas dans la poésie philanthrope des grandes poétesses victoriennes de la classe moyenne.

  • 15 Dans “A Song of War” (1857), les hommes politiques qui dirigent la Grande-Bretagne sont la cause d (...)
  • 16 Dans “Felix Randall”, G. M. Hopkins décrit avec minutie et enthousiasme le corps du laboureur au t (...)

13Nous ne nous attarderons pas sur les poèmes militaires ou les panégyriques égrenés régulièrement dans l'œuvre poétique d'Ellen Johnston même s'ils rejoignent souvent la cause sociale que défend la poétesse15. C'est sur les poèmes apparemment plus anodins dépeignant la nature humaine que nous allons porter notre attention car ce sont eux qui sont chargés d'intensité émotionnelle traduisant une douleur quotidienne due au travail exténuant et à une existence miséreuse. Les conditions de vie déplorables sont ainsi gommées par Johnston dans le but d'idéaliser le monde ouvrier au point de le charger d'une énergie érotique qui rappelle l'intérêt de Gerald Manley Hopkins pour les travailleurs ruraux16.

14Gustav Klaus signale que certains poèmes de Johnston expriment un érotisme et une passion explicites. Johnston tend ainsi à canaliser les émotions qu'elle exprimait auparavant dans sa poésie engagée et à rêver d'une réalité urbaine meilleure dans laquelle le travailleur est glorifié par son labeur et prend même les dimensions des héros de la mythologie :

  • 17 Gustav Klaus cite ce poème sans en préciser le titre mais il indique qu'il fait partie d'une série (...)

With eyes that burn like Cupid's melting fire ;
They pierce my bosom like a two-edged dart,
Leaving a sunshine gleaming in my heart.
The first time I beheld him gently glide
In prince-like glee around our little shed,
I thought I would have sunk down by his side.17

15Il s'agit de la description d'un employeur de Johnston, mais le sentiment d'exploitation a disparu pour laisser place aux désirs érotiques d'une femme qui transforme la réalité des relations ouvriers/ employeurs en rêverie sensuelle.

16Il était d'usage chez les poétesses ouvrières (mais aussi chez les poétesses de la classe moyenne) de rédiger des poèmes dans la tradition des ballades sur les amours déçues. Chez ces ouvrières, l'amant les abandonne ou ne les voit pas pour des raisons sociales et non pas sentimentales. Dans “Lines to a Young Gentleman of Surpassing Beauty”, la narratrice interpelle un beau jeune homme parce qu'elle a remarqué sa beauté exceptionnelle. Quant à lui, il ne soupçonne pas qu'une ouvrière ordinaire puisse l'admirer, lui “an honour'd son of wealth,/Gay Fortune's diadem sits on [...] brow”. Les termes laudateurs se succèdent “matchless beauty bright ; gazing on thee with love-bom delight ; Thy beauty's sweetest bloom ; beauty's self before thy shadow bow ; dazzling beauty's praise” L'admiration de la narratrice pour sa beauté est aussi forte que ses critiques de l'injustice sociale. Rêver du corps d'éphèbe d'un homme d'une autre classe sociale ou espérer être aimée comme dans “Wanted, a Man” est le revers doré de la médaille du travail de l'ouvrière. Ce poème ne fait pas partie de la tradition poétique sentimentale des femmes. Au lieu de présenter l'amour malheureux, la trahison de l'amant et le choix du silence, souvent par le suicide, Ellen Johnston exprime ses attentes amoureuses dans un poème léger dans la lignée des chansons populaires écossaises sans toutefois épouser le style fleuri et boursouflé de la poésie sentimentale.

  • 18 “if only I could get abit of a man, always to welcome home from work”.
  • 19 L'autobiographie et quelques poèmes dont “The Parting” (Klaus, 26) illustrent la vie toujours soli (...)

17Mais ces poèmes pleins d'espoir ne restent que les rêves éveillés d'une poétesse ouvrière qui cherche à transcender sa modeste situation économique et sociale grâce à l'amour. La tragédie quotidienne est écartée, le monde du travail s'efface derrière un univers simple de connivence et de tendresse : “Gin I could get a bit manie/ Aye to welcome harne frae his wark”18 L'amélioration des conditions de vie passe d'abord chez Johnston par l'harmonie du couple19.

18Alors que “Wanted, a Man” s'adresse à son éditeur, elle précise que la rencontre amoureuse pourrait l'inspirer plus encore dans son écriture poétique :

  • 20 “Now if only you will send me sone nice young fellow, you think a fit marriage for me, in your poe (...)

Noo gin ye will send me some chielie
Ye think a bfit marrow for me,
In your poet's corner I'll feel aye
Most happy your servant tae be20

  • 21 Il semblerait que le roman industriel n’existe pas vraiment en Ecosse alors qu’il s’est développé (...)

19On voit bien comment s'effectue le passage d'une poésie réaliste, dénonciatrice, engagée à une expression personnelle qui consiste à consolider le monde intérieur de la psyché d'une part et d'autre part à créer une communauté bardique, miroir poétique de l’ensemble de la classe ouvrière, nécessaire à la survie d'une pensée de classe. La presse populaire représente le lieu idéal pour l'établissement d'une architecture intérieure et communautaire. C'est naturellement grâce aux outils mis à la disposition de la classe ouvrière pour diffuser ses idées que celle-ci, déshumanisée par le travail, peut retrouver une structure solide21.

  • 22 Cité par Judith Rosen dans “Class and Poetic Communities : The Works of Ellen Johnston, ‘The Facto (...)
  • 23 Ce rôle est traditionnellement dévolu à la femme dans la poésie victorienne car elle serait déposi (...)

20La perte d’humanité dans les usines de tissage peut être compensée par la création d'un réseau littéraire dont Johnston serait le meilleur porte-parole. Cette tentative correspond à ce que la poésie chartiste avait essayé d'accomplir mais montre également que Johnston rêve de notoriété et n'hésite pas à se considérer l'égale d'un Scott ou d'un Burns. La poésie est un des instruments qui autorise le dépassement des limites de la classe ouvrière comme Johnston l'indique dans la préface de son édition de 1867 : “To all men and women of every class, sect, and party, who by their skill, labor, science, art, literature, and poetry promote the moral and social elevation of humanity”22. Le monde du travail, la féminité et la poésie deviennent trois domaines qui s'entremêlent, symbolisés par la signature de la poétesse : “Ellen Johnston, the factory girl”. Judith Rosen insiste sur cette acceptation totale de l'appartenance à la classe ouvrière et cette défense des ouvriers par le biais de la poésie : “Johnston also declares herself to be both a worker and a poet, equating the dignity of mental and manual labor and rejecting their hierarchical, class-based separation” (Rosen, 210). Elle adopte alors le rôle de barde23 ce qui l'inscrit dans le canon écossais et lui offre la reconnaissance de la part de la classe moyenne ou supérieure. Le concept de communauté bardique est profondément ancré dans les villes industrielles du XIXe siècle et la poésie possède une fonction d'unité sociale. Johnston parle alors au nom de ses confrères et consœurs pour exprimer leurs douleurs et leurs désirs. On apprend dans son autobiographie qu'elle préparait également les discours lors des réceptions ou réunions fonctionnant comme médiatrice entre les ouvriers et les patrons.

  • 24 “Maid of Dundee”, poème cité par Florence Boos dans “Cauld Engle-Cheek : Working-Class Women Poets (...)

21Le “Poet's Corner” devient le lieu d'échange poétique entre les ouvriers grâce à la poésie de Johnston car d'autres travailleurs lui répondent ou l'imitent comme le montre “Lines to Ellen, the Factory Girl”, poème rédigé par “Isabel” de Glasgow en 1866. Les poètes ouvriers confèrent à Johnston une forme d'autorité littéraire car malgré la souffrance due au travail ou à la détresse sentimentale, elle résiste au désespoir, choisit la poésie et devient un modèle pour les poétesses en herbe. L'histoire de la vie de Johnston diffusée au travers de ses poèmes devient un modèle à suivre, un rêve à atteindre pour les ouvrières des villes. Johnston retrouve par la poésie une fierté perdue dans le travail et elle l'exprime dans des termes empreints d'orgueil. Elle se compare à une reine couronnée d'honneur par le public qui “shall welcome forth in a queen-like manner/Thy factory girl - the maid of sweet Dundee”24. Cependant elle précise dans le courrier au lecteur (“Notes to Correspondants”) et dans d'autres poèmes que les poètes de moindre renommée, “the famed ploughman's wife” par exemple doivent avoir une place aux côtés de “our Hogg or our Burns”.

  • 25 Voir Florence Boos, “Cauld-Engle Cheek” et “The Homely Muse’ in Her Diurnal Setting”.

22Vivre la ville, Johnston le fait au quotidien dans son travail de tisseuse. Mais c'est représenter cette ville et cette vie à Glasgow dans les années 1860 par la poésie qui lui permet de survivre car elle croit appartenir au Panthéon de la poésie britannique. Elle se situe d'abord en tant qu’héritière d'une poésie écossaise masculine en suggérant son appartenance au canon masculin. D’autre part, elle participe à un mouvement de légitimisation de la voix poétique féminine en donnant à la femme, au bas de l’échelle sociale et économique, la possibilité d’exister autrement qu'en tant que main d’œuvre ou comme muse du poète. Alors que Caroline Norton, Elizabeth Barrett Browning, Eliza Cook affrontent dans leurs reportages poétiques les réalités pathétiques du travail, les “petites” comme Ellen Johnston, Janet Hamilton ou Jessie Russell25 en Ecosse cherchent à quitter ce monde du quotidien en s'imaginant une société meilleure. Pour Johnston, le travailleur retrouve son humanité et la femme, victime à plusieurs titres d'oppression, intègre une nouvelle communauté humaine et littéraire, au-delà des réelles barrières économiques et sociales.

23Le poème n'est plus simplement le témoignage d'une souffrance urbaine. La ville devient lieu de fascination, espace industriel du fantasme de l’ouvrière qui y voit le topo moderne que l’esprit de la femme poète peut s’approprier et transcender. La ville industrielle écossaise du milieu du XIXe reprend apparence humaine lorsque Ellen Johnston suggère qu'il s'agit du lieu, aussi effrayant soit-il aux yeux du lecteur du XXIe siècle, de l’expression de multiples désirs féminins, sensuels et poétiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

ARMSTRONG Isobel, (ed), Nineteenth Century Women Poets, Oxford, Oxford UP, 1996.

BARRETT BROWNING Elizabeth, The Works of Elizabeth Barrett Browning, Ware, Wordsworth Editions Ltd, 1994.

The Letters of Elizabeth Barrett Browning, vol 1, Smith and Elder, London, ed. by John Kenyon, 1897.

BOOS Florence, “Cauld-Engle Cheek : Working-Class Women Poets in Victorian Scotland”, Victorian Poetry, vol 33, 1995 “The “Homely Muse” in Her Diumal Setting : the Periodical Poems of “Marie”, Janet Hamilton, and Fanny Forrester”, Victorian Poetry, vol 39, 2001.

GATHERER Nigel, Songs and Ballads of Dundee, Edinburgh, John Donald, 2000.

JOURNES Jules, Une Littérature révolutionnaire en Grande Bretagne : la poésie chartiste de Hugues Journès, Paris, Publisud, 1991.

KERRIGAN Catherine, (ed), An Anthology of Scottish Women Poets, Edinburgh, Edinburgh UP, 2003.

KLAUS Gustav, “Factory Girl : Ellen Johnston and Working-Class Poetry in Victorian Scotland”, Scottish Studies International, vol. 23, Frankfurt, Berlin, Bern, Peter Lang, 1998.

ROSEN Judith, “Class and Poetic Communities : The Works of Ellen Johnston, ‘The Factory Girl’”, Victorian Poetry, 39/2, 2001.

SWINDELLS Julia, Victorian Writing and Working Women, the Other Side of Silence, Minneapolis, University of Minnesota, 1985.

TAYLOR Barbara, Eve and the New Jerusalem : Socialism and Feminism in the Nineteenth Century, London, Virago, 1983.

VICINUS Martha, The Industrial Muse, A Study of Nineteenth Century British Working-class Literature, London, Groom Helen, 1974.

Notes

1 Voir l’ouvrage novateur dans les années 1970 de Martha Vicinus, The Industrial Muse, A Study of Nineteenth Century British Working-class Literature, London, Groom Helen, 1974. Dans les années 1970, la critique anglo-saxonne se focalise sur une littérature de classe ce qui explique l’enthousiasme pour la poésie chartiste ainsi que pour l’autobiographie populaire. L’ouvrage plus tardif (1985) de Julia Swindells intitulé Victorian Writing and Working Women, the Other Side of Silence (Minneapolis, University of Minnesota) témoigne du nouvel intérêt pour les écrits populaires de la classe laborieuse. C’est cependant uniquement l’autobiographie qui intéresse Swindells car selon elle, il s’agit d’une forme littéraire qui permet aux femmes des classes laborieuses de s’inscrire en tant qu’adultes indépendantes et non en tant qu’enfants ou jeunes filles comme elles le sont régulièrement dans les romans populaires.

2 Pour une étude détaillée de la poésie chartiste ou syndicaliste, voir Martha Vicinus. Voir également Une Littérature révolutionnaire en Grande Bretagne : la poésie chartiste de Hugues Journès (Paris, Publisud, 1991). Même si la critique semble indiquer qu’il n’y a pas de poètes industriels en Ecosse, on peut néanmoins citer, à l’instar de Vicinus, James Thompson et John Davidson mais ceux-ci émigrèrent rapidement à Londres et renoncèrent à une écriture poétique vernaculaire afin d’augmenter leurs chances d’être publiés. Eve and the New Jerusalem : Socialism and Feminism in the Nineteenth Century (London, Virago, 1983) de Barbara Taylor représente aussi un ouvrage incontournable puisqu'il rappelle comment le mouvement oweniste a placé l’ouvrière dans une position privilégiée en repensant le rapport entre les sexes donnant aux femmes la possibilité intellectuelle et matérielle d’écrire journaux, autobiographies, poèmes.

3 La critique féministe américaine a établi des analogies stylistiques ou thématiques entre la poésie des poétesses ouvrières victoriennes et celle des poétesses afroaméricaines contemporaines. L'engagement politique et la dénonciation de l'oppression sexuelle sont des éléments communs à ces deux modes poétiques.

4 Voir Gustav Klaus, “Factory Girl : Ellen Johnston and Working Class Poetry in Victorian Scotland”, Scottish Studies International, vol. 23, 1998.

5 Elizabeth Barrett Browning écrit à Mr Chorley, éditeur et ami : “I look everywhere for grandmothers and see none. It is not in the filial spirit I am deficient, 1 do assure you - witness my reverent love of the grandfathers !”. Voir The Letters of Elizabeth Barrett Browning, vol 1, Smith and Elder, London, ed. by John Kenyon, 1897, p. 232

6 On pensera particulièrement à “The Cry of the Children”, poème social qui s'insurge contre le travail des enfants effectués dans des conditions inacceptables. Le polyptote de la strophe suivante (“turn”) met en évidence la monotonie et la dureté du travail dans les mines. Les enfants décrivent ainsi leurs conditions de travail :
For, all day, the wheels are droning, turning, -
Their wind comes in our faces, -
Till our hearts turn, - our head, with pulses burning,
And the walls turn in their places :
Turns the sky in the high window blank and reeling,
Turns the long light that drops adown the wall,
Turn the black flies that crawl along the ceiling,
All are turning, all the day, and we with all. (“The Cry of the Children”)
Voir The Works of Elizabeth Barrett Browning, Ware, Worsworth Editions Ltd, 1994, p. 232.

7 Cette poétesse a été également redécouverte par la critique anglo-saxonne depuis les vingt dernières années. On pourra lire deux articles de Florence Boos sur la poésie féminine industrielle et plus particulièrement sur celle de quelques poétesses écossaises. Il s'agit de “Cauld-Engle Cheek : Working-Class Women Poets in Victorian Scotland”, Victorian Poetry, vol 33, 1995, p. 53-73 et “The ‘Homely Muse’ in Her Diurnal Setting : the Periodical Poems of ‘Marie’, Janet Hamilton, and Fanny Forrester”, Victorian Poetry, vol 39, 2001, p. 255-286.

8 Il est intéressant de noter que ce surnom s’appliquait également à d’autres poétesses ce qui indique l’importance du travail dans la vie de ces femmes ainsi que le point de vue qu'elles ont sur leur identité. La poésie ouvrière apparaît bien évidemment avec l’essor de l’industrie et la naissance de la classe ouvrière. Ainsi il existe un lien étroit entre l’écriture et la vision de la ville. L’anthologie d’Isobel Armstrong et de Joseph Bristow, Nineteenth-Century Women Poets, Oxford, Oxford UP, 1998, p. 575-76 cite un poème écrit en 1862 par “a Factory Girl” dont l'identité réelle reste inconnue.
L’ouvrière de Preston indique que le mal à combattre pour rendre la vie des travailleurs plus supportable est l'alcool. Cet extrait tiré de " From the Cotton Famine and the Lancashire Operatives " prône la tempérance pour que l’ouvrier retrouve sa dignité humaine.

9 Les années 1990 et 2000 ont vu la réhabilitation d'Ellen Johnston dans les anthologies de poésie féminine victorienne aux côtés des grandes poétesses. L'anthologie d'Isobel Armstrong ne mentionne qu'un seul poème resté célèbre “The Last Sark” mais la notice biographique est longue et riche. An Anthology of Scottish Women Poets éditée par Catherine Kerrigan, Edinburgh, Edinburgh UP, 2003 ne cite que ce poème également mais insiste sur d'autres poétesses ouvrières. En revanche, l'anthologie éditée par Angela Leighton et Barbara Reynolds, Victorian Women Poets, Oxford, Blackwell Publishers Ltd, 1996, présente une dizaine de poèmes et une longue notice biographique ce qui indique que l'intérêt pour Ellen Johnston ne se limite pas au témoignage qu'elle apporte sur son temps, son travail et Glasgow mais porte surtout sur l'écriture poétique pleine de rage, de confiance en soi et d'autosatisfaction, ce qui est peu courant chez les poétesses victoriennes.

10 On pensera également à la librairie de Dundee située dans la célèbre rue populaire “Overgate” qui a permis une plus large diffusion des ballades, chansons et discours locaux. De nombreux documents étaient affichés en vitrine et attiraient les passants ; des lectures et récitations étaient organisées ce qui a permis de perpétuer l’héritage culturel de la ville.

11 Selon Gilfillan, l’œuvre de Johnston révèle un certain intérêt littéraire si l’on met de côté les imperfections de langue et surtout si l’on oublie que Johnston est autodidacte. Il lui conseille d’imiter les auteurs classiques et de respecter les conventions poétiques desquelles elle semble s’éloigner.

12 Extrait de “The Jute Mill Song” écrite par Mary Brooksbank. Un grand nombre de ballades de Dundee sont rassemblées dans Songs and Ballads of Dundee, Nigel Gatherer, Edinburgh, John Donald, 2000.

13 Nigel Gatherer précise que les poètes en herbe et ceux que l’on nommait les “worthies” à Dundee, personnalités souvent hors norme tels les chanteurs de mes et les vendeurs ambulants, se considéraient fréquemment comme les dignes descendants de Robert Burns en croyant en leur propre génie littéraire (Songs and Ballads of Dundee, 99).

14 Dans son autobiographie, Ellen Johnston rapporte qu'elle a renoncé au suicide par noyade dans la Clyde car l'amour pour sa fille lui a redonné le désir de continuer à vivre malgré les malheurs conjugaux et la détresse professionnelle.

15 Dans “A Song of War” (1857), les hommes politiques qui dirigent la Grande-Bretagne sont la cause des guerres comme celle de Crimée et refusent de résoudre le problème de la pauvreté urbaine :
What is our House of Lords about - our men of Parliament ?
They waste their time in passing bills small trifles to prevent ;
Let them look at the starving poor - it would be better far
If they would pass a bill for peace, and end this fatal war. (Klaus, 35)
Pour Johnston, le soldat en Crimée est le frère de l'ouvrier opprimé en Grande-Bretagne.

16 Dans “Felix Randall”, G. M. Hopkins décrit avec minutie et enthousiasme le corps du laboureur au travail insistant sur l'énergie érotique qui se dégage du travailleur en pleine action. La spiritualité qui se libère grâce à la poétisation du corps du travailleur chez Hopkins est bien sûr absente du poème de Johnston qui révèle avant tout un attrait particulier pour la force érotique de l'ouvrier au travail.

17 Gustav Klaus cite ce poème sans en préciser le titre mais il indique qu'il fait partie d'une série de poèmes en l'honneur des employeurs de Kennedy Factory de Belfast.

18 “if only I could get abit of a man, always to welcome home from work”.

19 L'autobiographie et quelques poèmes dont “The Parting” (Klaus, 26) illustrent la vie toujours solitaire d'Ellen Johnston. La quête de l'amour est une thématique récurrente dans l'œuvre de la poétesse. La vie est rendue encore plus insupportable par l'impossibilité à atteindre une stabilité domestique, encore une conséquence des conditions désastreuses de la vie ouvrière.

20 “Now if only you will send me sone nice young fellow, you think a fit marriage for me, in your poet's corner I'll feel always most happy your servant to be”.

21 Il semblerait que le roman industriel n’existe pas vraiment en Ecosse alors qu’il s’est développé en Angleterre à la même époque avec Mary Barton ou Hard Times. Selon Bernard Sellin dans une communication intitulée “Aux origines de la ville littéraire : le roman écossais au début du XXe siècle”, les romanciers écossais ont éprouvé peu d’intérêt pour l’espace urbain. C’est le monde rural qui fournit au XIXe siècle le cadre des romans. C’est alors par le genre poétique que la ville va revenir sur la scène littéraire, notamment au travers de la poésie ouvrière diffusée par les organes de presse à sa disposition.

22 Cité par Judith Rosen dans “Class and Poetic Communities : The Works of Ellen Johnston, ‘The Factory Girl’ Victorian Poetry, 39/2,2001, p. 210.

23 Ce rôle est traditionnellement dévolu à la femme dans la poésie victorienne car elle serait dépositaire d'une vision prophétique. C'est la pureté féminine de l'Ange du foyer qui fait d'elle le réceptacle d'une parole divine qu'elle doit diffuser dans la société - ici dans le monde ouvrier - en tant que “vate” pour reprendre la terminologie de Thomas Carlyle.

24 “Maid of Dundee”, poème cité par Florence Boos dans “Cauld Engle-Cheek : Working-Class Women Poets in Victorian Scotland”, p. 63.

25 Voir Florence Boos, “Cauld-Engle Cheek” et “The Homely Muse’ in Her Diurnal Setting”.

Auteur

Professeur Agrégée à l’Université de Paris X Nanterre. Ses recherches portent sur la poésie d’Elizabeth Barrett Browning et plus généralement de la poésie féminine britannique au XIXe siècle.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540