Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Durabilité, représentations et planification urbaine

Yasmine Bendjador et Serge Thibault

Texte intégral

  • 1 Ingénieur d’études en aménagement du territoire, Laboratoire VST/MSH – Tours.

1Note portant sur l’auteur1

  • 3 Professeur d’urbanisme, directeur du Centre Interdisciplinaire Cités Territoires Environnement et (...)

2Note portant sur l’auteur3

3Le travail couple deux préoccupations :

  • Une réflexion d’ordre conceptuel sur la durabilité urbaine à partir notamment des questions environnementales illustrées par le champ de l’assainissement, s’appuyant sur une appréhension du développement durable en termes de gestion de la complexité et d’autonomie systémique.
  • L’observation et l’analyse de divers aspects du rôle d’un acteur particulier de la planification urbaine, les agences d’urbanisme, dans la construction des politiques de durabilité urbaine.

4L’ambition majeure est de nous situer dans le cadre général formulé par Sénécal selon qui « la portée urbaine de la notion de développement durable et le contenu de la ville durable demandent des approfondissements théoriques et pratiques » [Sénécal, 1995].

PROBLÉMATIQUE

5La gestion des espaces urbains est apparue assez tardivement comme un cadre de la définition et de la mise en œuvre du développement durable, notion dont la diffusion est liée à des manifestations internationales à caractère politique.

6Le discours global et parfois incantatoire autour de cette notion ne fournit que peu d’instruments pour une mise en œuvre à l’échelle urbaine. Toutefois, en France, les pratiques de planification ou de gestion urbaine permettent de repérer quelques « modèles » dont les rapports avec la durabilité méritent d’être éclairés.

7Les modalités de la gestion des agglomérations sont considérées schématiquement comme évoluant au cours du xxe siècle de l’idée de maîtrise et d’équipement à une émergence progressive de la complexité (incertitudes) à partir des années 1980.

8La question de la durabilité peut être reliée à cette seconde phase de représentation de la réalité urbaine et coïncide avec une transformation des principes de la planification urbaine. Le développement durable urbain s’appuie également sur une prise de conscience nouvelle liée à la globalité des problèmes environnementaux auxquels les villes doivent contribuer à apporter des solutions.

9À partir d’une « norme » minimale recommandant la conjonction entre développement socio-économique et protection de l’environnement, les politiques urbaines doivent alors opérer une co-définition entre les aspects « stratégiques » et « opérationnels » des actions.

10Un domaine emblématique de la problématique de gestion de l’environnement urbain, celui de l’assainissement, peut ainsi rendre intelligible quelques caractéristiques de la durabilité urbaine dans son versant « environnemental ».

11En complément à cette approche sectorielle de l’environnement urbain, on peut interroger le rôle d’un opérateur majeur de la planification spatiale des villes françaises (les agences d’urbanisme) pour définir, préciser ou intégrer les principes et les modalités du développement durable dans l’organisation des agglomérations.

12En dehors d’un transfert métaphorique sans « traduction » stratégique et opératoire de la norme du développement durable dans les politiques spatiales urbaines, quel est l’impact de l’émergence de la durabilité sur les pratiques et les modalités de la planification urbaine ? Quelles sont les images et les conceptions de l’espace urbain qui peuvent soutenir ou non des actions de planification urbaine durable ?

MÉTHODOLOGIE

13Deux modes d’investigation sont mis en œuvre :

  • Une appréhension systémique de l’évolution de l’assainissement urbain en France au xxe siècle, conduisant à l’idée de « l’autonomie durable » comme caractéristique de la mise en œuvre de la durabilité environnementale urbaine dans ce domaine.
  • Des enquêtes auprès de quatorze agences d’urbanisme, portant sur : les représentations liées à la notion de développement durable, l’inscription de cette notion dans les documents publiés par ces structures, les observatoires mis en place, l’évolution des métiers.

RÉSULTATS

14La première partie de la recherche est une investigation théorique fondée sur les trois niveaux de planification définis par Ozbekhan – norme, stratégie, opération – et leurs agencements selon une logique de maîtrise ou une perception de la complexité dans la gestion des espaces urbains [Ozbekhan, 1969]. L’évolution de l’assainissement urbain en France et l’appréhension de sa gestion actuelle permettent de proposer un modèle de durabilité environnementale urbaine (l’autonomie durable).

15L’hypothèse centrale est que la durabilité urbaine relève fondamentalement d’une approche en termes de complexité pour la résolution de problèmes environnementaux liés au fonctionnement urbain, alors que subsistent des appréhensions et des représentations des problèmes urbains en termes de maîtrise…

16Dans cette approche « maîtrise », la durabilité urbaine (dans son versant environnemental) peut être difficilement conçue dans la mesure où le milieu environnant à dominante naturelle des espaces urbains n’est pas suffisamment considéré comme un « opérateur » à part entière de la planification et de la gestion des agglomérations. Dans une approche environnementale intégrant la complexité, la durabilité s’apparente à la gestion simultanée et potentiellement conflictuelle de deux milieux (espaces urbains et environnement naturel).

17Le degré de durabilité des politiques peut ainsi être appréhendé à partir du niveau d’autonomie réciproque acquise par chacun de ces milieux par rapport à l’autre. Cette autonomie est tant fonctionnelle (respect des principales conditions de viabilité de chaque milieu) que sociale (des systèmes d’acteurs doivent être en mesure de surveiller et défendre les conditions de viabilité précédentes). L’existence de modalités de mesures (indicateurs) et la mise en place de cadres de négociation pour définir une plage de coexistence dans la gestion des milieux urbains et de leur environnement apparaissent ainsi comme des conditions de définition et de mise en œuvre de politiques urbaines de durabilité. Par ailleurs, ces conditions peuvent être liées à l’élaboration et à la promotion d’interfaces fonctionnelles (par exemple les stations d’épuration) à partir desquelles des interfaces organisationnelles (confrontation et coordination des divers acteurs) se mettent en place plus facilement.

18L’action des agences d’urbanisme en matière d’aide à la définition de politiques s’inspirant de la durabilité permet de compléter la première partie conceptuelle par une étude plus concrète.

19Dans cette deuxième phase du travail, nous sommes partis de l’hypothèse suivante : « les agences d’urbanisme s’organisent pour contribuer à définir la dimension stratégique du développement durable urbain ». Quatre critères d’analyse furent retenus : les représentations discursives, les systèmes d’information, les productions, et les métiers.

20L’analyse des représentations discursives a montré une prise en considération du développement durable à deux vitesses. Certaines agences, comme celle de Lille, ont entrepris et intégré depuis longtemps une démarche active en la matière, alors que d’autres n’ont qu’une application induite par la nouvelle législation, de type loi SRU. Trois types de discours émergent : celui des agences d’urbanisme ne produisant pas de document spécifique sur le développement durable, considérant que cette notion est traitée dans les documents d’urbanisme classiques ; celui des agences qui traitent le développement durable sur des points particuliers ; et un discours traduisant une vision plus structurée de la notion, l’appliquant via la nouvelle législation.

21Le deuxième critère porte sur les systèmes d’informations, plus précisément les observatoires, qui sont des bases de données permettant la conception des projets. Un simple relevé des observatoires existants conduit à vérifier que peu d’agences disposent des outils de représentation des trois domaines fondamentaux du développement durable (économie, social, environnement).

22Du point de vue des productions, le développement durable engendre peu de documents spécifiques, mais selon les directeurs d’agence, il s’intègre dans les documents de planification et constitue un principe applicable à tous les projets. Pour les quelques documents traitant spécifiquement du développement durable, il est essentiellement abordé par le biais de l’environnement.

23Enfin, concernant l’observation des métiers d’agence, nous avons constaté une nouvelle professionnalisation qui n’engendre pas de nouveaux métiers, mais des changements en termes de compétences des agents.

24Au regard de l’hypothèse de départ, toutes les agences d’urbanisme ne semblent pas engagées de la même façon dans leur réorganisation et leur participation à la définition du développement durable. Si quelques-unes sont proches de l’hypothèse, d’autres n’ont pas fait du développement durable le principe transversal de leur activité.

VALORISATION

Thèses de doctorat

25Bendjador Yasmine, (2004), Les agences d’urbanisme : des outils dans l’ombre ?, thèse de doctorat.

Publications

26Larrue Corinne, Sangaré Issa, (2004), « The Evolution of the National Water Regime in France », dans Kissling-Naf, Kuks (Ed.), The Evolution of National Water Regimes in Europe. Transitions in Water Rights and Water Policies towards Sustainability, Kluwer Academic Publishers.

27Sangaré Issa, (1999), « Assainissement urbain et évaluation environnementale en France », Aménagement et Nature, n° 134, pp. 63-72.

28Sangaré Issa, Thibault Serge, (1995), Assainissement et risques urbains, Tours, Maison des Sciences de la Ville, Série 3 : extraits de revues et conférences, n° 17, 23 p.

29Sangaré Issa, Thibault Serge, (2000), « Temps, évolution, organisation de l’assainissement urbain et devenir de l’environnement hydrologique », dans Barrué-Pastor M., Bertrand G. (dir.), Les Temps de l’environnement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 285-295.

Communications

30Sangaré Issa, (1998), « Évaluation de quelques conditions de durabilité de l’assainissement urbain : le cas de Tours », dans NOVATECH 1998, Les nouvelles technologies en assainissement pluvial, 3e Conférence Internationale, Lyon, 4-6 mai 1998, vol. 1, pp. 173-181, (disponible en anglais).

31Sangaré Issa, Thibault Serge, (1998), « Autonomie durable : vers un nouveau principe d’évaluation et de conception de l’assainissement urbain ? », dans NOVATECH 1998, Les nouvelles technologies en assainissement pluvial, 3e Conférence Internationale, Lyon, 4-6 mai 1998, vol. 1, pp. 191-198.

32Sangaré Issa, Thibault Serge, (1997), « Temps de l’assainissement et devenir de l’environnement hydrologique », Journées du programme Environnement, Vie et Sociétés (PIREVS) Les Temps de l’environnement, Toulouse, 5-7 novembre 1997, vol. 2, pp. 339-347.

Prolongements : contrats de recherche

33Bendjador Yasmine, « Les espaces périphériques urbains et le développement durable : analyse à partir du cas de l’agglomération tourangelle », Programme Interdisciplinaire Développement Urbain Durable, Réponse à l’Appel à propositions 2004.

34Bendjador Yasmine, Programme de recherche CNFPT, « Action publique et logiques professionnelles », LERFAS/CNFPT, novembre 2003. [Travail sur le métier d’urbaniste au sein des agences d’urbanisme en France, et plus particulièrement sur l’impact des nouvelles lois et du développement durable sur ces métiers.]

35Larrue Corinne, Sangaré Issa, « La Gestion institutionnelle de l’eau en France : évolutions et perspectives », Projet de recherche européen EUWARENESS.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Sénécal Gilles, (1995), « Champs urbains et développement durable : les approches canadiennes de la ville écologique », Natures-Sciences-Sociétés, vol. 4, n° 1, pp. 61-74.

Ozbekhan Hasan, (1969), « Vers une théorie générale de la planification », dans JANTSCH Erich (dir.), Prospective et politique, Paris, OCDE, pp. 43-146.

Notes

1 Ingénieur d’études en aménagement du territoire, Laboratoire VST/MSH – Tours.

3 Professeur d’urbanisme, directeur du Centre Interdisciplinaire Cités Territoires Environnement et Sociétés (UMR 6173 CITERES), Université François Rabelais – Tours.

Auteurs

Responsable scientifique

Avec la collaboration d’Issa SANGARÉ.


mailto:yasminebendjador@yahoo.fr
MSH Villes et Territoires
33, allée Ferdinand de Lesseps
BP 60449
37204 Tours Cedex 03
Tél. : 02 47 36 15 40

Responsable scientifique

Avec la collaboration d’Issa SANGARÉ.


mailto:serge.thibault@univ-tours
MSH Villes et Territoires
33, allée Ferdinand de Lesseps
BP 60449
37204 Tours Cedex 03
Tél. : 02 47 36 15 40

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable