Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Ville et durabilité : questions pour la recherche, questions à la recherche

Sabine Barles et Jean-Pierre Traisnel

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en aménagement et urbanisme à l’Institut Français d’Urbanisme (Université Pa (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 3 Ingénieur de recherche CNRS au Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines, Institut Français d’Urb (...)

2Note portant sur l’auteur3

INTRODUCTION

OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

3Le travail engagé par l’équipe visait à répondre à deux questions croisées.

4D’abord, en quoi le développement durable a-t-il « bousculé » certaines disciplines ou plutôt certains champs de recherche ? L’exploration a alors trait tant aux théories et aux concepts que ces champs convoquent, qu’aux thématiques et aux objets qu’ils abordent, et aux méthodes qu’ils développent et utilisent.

5Notre rencontre pluridisciplinaire a permis de mettre en évidence que la réception du développement durable ne va pas de soi, en raison notamment de la polysémie de l’expression et des regards spécifiques à chaque discipline. Aussi nous sommes nous référés, dans un premier temps, à la définition consacrée du développement durable telle qu’elle a été énoncée dans le rapport Brundtland, considérée comme la définition ad minima de la notion (un développement répondant « aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins ») [Brundtland, 1988].

6Ce choix répondait au souci de ne pas s’enfermer dans des discussions sans fin et d’opter, en début de recherche, pour une exploration discipline par discipline qui permettrait de visualiser d’éventuels points de convergence, et dont le résultat, in fine, serait de contribuer à des observations susceptibles d’infléchir la définition générique du développement durable.

7Ceci amène la seconde question traitée.

8Notre attention a en effet porté sur l’existence d’espaces de signification communs entre nos disciplines respectives, indépendamment de nos cultures spécifiques : Est-ce qu’un « nous » émerge en la matière ou bien chacun continue-t-il son petit bonhomme de chemin en s’appropriant – ou pas – tout ou partie du développement durable ?

ORIGINES

9Ces questions résultaient des intuitions et des observations suivantes, préalables à l’engagement de ce travail.

10Les chercheurs urbains, qu’ils soient acquis ou non au thème du développement durable, sont sommés de se situer par rapport à lui, ne serait-ce qu’en raison de son intégration dans les politiques publiques. Cette injonction est d’autant plus forte que l’activité de recherche est de plus en plus articulée à des questions d’actualité. L’articulation forte entre l’essor des recherches consacrées au développement durable et la demande sociale et urbaine constitue donc un des premiers constats (et résultats) de notre équipe.

11Cette observation met en évidence l’interpénétration croissante de la recherche et de l’action, dans certains domaines plus que d’autres, certes, mais de façon générale, il semblerait que cette tendance s’affirme partout.

12Ce constat converge avec les travaux sur les transformations de l’institution de la recherche et des sciences modernes. L’articulation croissante entre recherche et action alimente la thèse de la « hiérarchie enchevêtrée » et de la sortie d’une vision hiérarchique et linéaire selon laquelle la recherche et l’élaboration des savoirs se situeraient en amont de l’action et informeraient la décision et ses applications.

13À ce premier constat, vient s’en ajouter un second qui permet l’identification d’espaces de signification, de réflexion et de recherche communs à « nous » en dépit de nos rattachements disciplinaires et thématiques respectifs.

14Nos discussions nous ont permis de repérer, en effet, des préoccupations, des notions et des méthodes voisines sinon confondues. Ceci va au-delà de l’affirmation du « nomadisme » ou du « vagabondage » de certains concepts, comme celui très en vogue de la résilience, par exemple.

CHAMPS RETENUS

15Du point de vue des disciplines et des domaines convoqués, il n’était pas question, bien entendu, de balayer l’ensemble des travaux de nos disciplines respectives de rattachement (sociologie, génie urbain, génie du bâtiment, urbanisme) susceptibles d’intéresser la recherche urbaine.

16Nous avons opté pragmatiquement pour la convocation des champs dans lesquels nos travaux, qui touchent tous à l’environnement, s’inscrivent.

17Cette sélection a donné le cadrage suivant :

  • La conception architecturale et le logement (Jean-Pierre Traisnel).
  • Les transports urbains et leur modélisation (Mindjid Maïzia).
  • La conception et la gestion des infrastructures urbaines, assainissement en particulier (Youssef Diab, Denis Morand, Serge Béthelot et Thomas Bonierbale).
  • L’exploration et la construction sociale du développement durable dans des contextes urbains (Florence Rudolf).
  • L’écologie urbaine au sens naturaliste du terme (Sabine Barles).

18Outre cet aspect, il nous semblait important de mesurer en quoi le développement durable engage nos pratiques de recherche. Cette démarche réflexive est articulée à la question de l’imbrication croissante entre recherche et action que nous avons mentionnée précédemment.

MÉTHODE

19Nous avons procédé en deux temps.

20D’une part, une exploration champ par champ, fondée sur une analyse bibliographique et l’organisation de séminaires internes à notre équipe afin de faire converger entre nous des questions communes.

21La première approche conduit à l’analyse des évolutions caractéristiques des trente à quarante dernières années au regard de nos thèmes respectifs, ce qui permet de considérer un « avant développement durable » et un « après développement durable », ou plus précisément de vérifier l’existence de cette césure.

22La deuxième étape a consisté à mettre en relation différents réseaux qui n’étaient pas susceptibles de se connaître en raison de la structuration disciplinaire, ceci grâce à l’organisation de séminaires de confrontation interdisciplinaire faisant appel à la contribution de chercheurs extérieurs à l’équipe.

23La synthèse, encore en cours, résultera de l’entrecroisement des résultats qui ponctuent ces différents moments.

LES CHAMPS DE RECHERCHE : UNE RÉCEPTION INÉGALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

24La place qui nous est impartie ne nous permet pas de détailler les résultats obtenus champs par champs. Nous en dirons cependant quelques mots afin de cadrer la suite de cet exposé.

25On peut dire que la réception du développement durable s’est avérée assez inégale en fonction des disciplines et des champs concernés. Ce constat a révélé les limites d’un projet qui partait du principe qu’il existait au sein des disciplines un « avant » et un « après » du développement durable qui serait bien identifiable. En revanche, cette affirmation ne vaut pas autant pour la recherche où l’on peut davantage identifier de telles bifurcations.

26C’est ainsi que l’on peut d’ores et déjà mentionner les orientations suivantes dans nos champs respectifs d’investigation :

  • Les recherches consacrées à l’écologie et à l’énergétique urbaines connaissent un renouveau que l’on peut articuler à la diffusion du développement durable, mais qui ne se limite pas à celle-ci (cf. en particulier le changement climatique et plus généralement les changements globaux).
  • L’ingénierie des transports connaît un processus cumulatif en raison de l’impact du développement durable (des outils, des méthodes sont affinés…). Par ailleurs, l’approche systémique semble être renforcée par la diffusion du développement durable. Là encore, le changement climatique joue un rôle non négligeable.
  • L’hydrologie urbaine et en particulier les recherches relatives à l’assainissement intègrent le développement durable sans le savoir depuis une vingtaine d’années, depuis l’apparition des approches systémiques et le passage de l’échelle du réseau urbain à l’échelle du système, en particulier pour les phases préalables des études d’impact et les phases de conception hydrologiques (les bassins versants et les stations d’épuration régionales). Depuis une dizaine d’années, les notions sociales sont intégrées par le biais des coûts sociaux liés aux travaux de génie civil urbain (ouverture de tranchée, réparations ponctuelles ou linéaires…).
  • La sociologie est interpellée par la traduction du volet social du développement durable. Que signifie cette référence dans le triptyque écologie, économie, société ? Cette question attire l’attention sur plusieurs lectures du social. Les principales lectures retenues sont les suivantes : le social comme équivalent de justice et d’équité et le social comme équivalent de culture et d’autonomie des collectifs engagés dans la transposition du développement durable. Tous ces points mettent en évidence l’articulation forte entre le développement durable et la démocratie du point de vue de la sociologie.
  • Enfin, certains champs de recherche s’avèrent constitutifs du développement durable, en ce qu’ils ont contribué à son émergence et à sa formalisation : c’est le cas de l’écologie urbaine par exemple.

RÉSULTATS TRANSVERSAUX

27En revanche, malgré la diversité des champs de recherche examinés, des problématiques communes apparaissent, comme des questions vives partagées. Nous reviendrons sur quatre d’entre elles : la question du temps, celle des échelles et des frontières, celle des hybridations, celle de la place du chercheur enfin.

LA QUESTION DU TEMPS

28Un des bouleversements introduits par le développement durable est la notion de solidarité intergénérationnelle.

29Celle-ci n’a pas été « inventée » par le développement durable : on la trouve déjà affirmée comme nécessité lors de la première conférence sur la biosphère tenue en 1968, mais l’impératif de la solidarité intergénérationnelle a été confirmé, amplifié et diffusé par le développement durable.

30La solidarité intergénérationnelle pose, dès le départ, un épineux problème de fond : comment envisager la solidarité avec ceux qui ne sont pas encore là ? Cette interrogation n’est somme toute pas très éloignée des questions de la représentation en sociologie politique. Comment représenter des mineurs ou des entités qui n’ont pas accès à la parole [Latour, 2004] ? Mais le problème se corse du fait de l’entrée d’une inconnue supplémentaire qui est celle du futur, qui stimule par ailleurs les travaux de prospective.

31Le développement durable et les recherches qui s’articulent à cette notion sont donc traversés par cette problématique du temps.

32Le développement durable pose ainsi la question de l’inscription de l’instant t (hier, aujourd’hui, demain) dans le temps et de la représentation de ce temps, qui est simultanément linéaire et cyclique. Ceci se traduit par l’existence de concepts, de mots-clefs qui traversent les différentes disciplines et les champs de recherche.

33Nous pensons, notamment à :

  • La question de la transmission, des héritages (legacies des Anglo-saxons) qui ne sont pas conçus comme des objets figés puisque l’on peut affirmer qu’hériter, c’est transformer du passé en présent et en avenir, héritages qui sont aussi bien positifs que négatifs, matériels que sociaux et idéels… On ne pense plus les objets techniques, les œuvres, les institutions, etc., en général, comme des réalités finies et figées, mais comme des processus, de leur production à leur destruction, c’est-à-dire tout au long de leur cycle de vie. L’interpénétration disciplinaire est perceptible ici. À partir du moment où les objets sont des processus spatio-temporels, il devient plus évident qu’ils sont indissociables des projets des hommes, et, par conséquent, d’une co-construction qui fait intervenir différents regards disciplinaires.
  • Dans le même ordre d’idée, l’adaptabilité, la réversibilité, qui s’opposent parfois à la durabilité (cas des infrastructures ou des institutions durables dont nous héritons et que leur consistance, leur résistance rend peu compatibles avec les objectifs du développement durable).

34Ces interrogations sont d’autant plus importantes que le consensus existe désormais sur l’inexistence du « climax » ou d’un état « le meilleur » possible, stable et fixe, climax qu’appelait de ses vœux une partie de la recherche en sciences de l’homme et de la société et en sciences naturelles dans les années soixante-dix, lorsque l’analyse des successions urbaines s’inspirait de celle des successions naturelles (végétales en particulier).

35Il est admis actuellement que les systèmes, qu’ils soient sociaux, naturels ou hybrides, se transforment constamment, d’où la nécessité d’insister à nouveau sur l’inscription de l’instant t dans une dynamique – qui ne peut faire l’économie de la longue durée rétrospective et prospective – mais aussi de la qualification de ces transformations incessantes au regard du développement durable.

LES QUESTIONS DES LIMITES ET DES ÉCHELLES

36En fait ces deux questions ne peuvent être entièrement confondues, car le terme d’échelle implique celui de résolution, pas forcément celui de limites ou de frontières.

37En sociologie, la remise en question de certaines frontières comme les frontières entre ville et campagne, entre monde naturel et monde social, etc., et, de façon générale, celle qui a trait à des institutions considérées comme distinctes (comme science et politique, par exemple) correspond à une bifurcation importante : témoignage d’une transition de la première modernité à la deuxième modernité, modernité avancée ou réflexive.

38Dans le domaine des sciences pour l’ingénieur liées aux bâtiments et au génie urbain, deux exemples sont intéressants : le bâtiment, avec une échelle spatiale bien délimitée (objet bâti + parcelle), et les infrastructures, où nous ne parlons plus de réseau mais de système voire de système intégré (frontière peu claire et système ouvert).

39La question des échelles est assez classique. La question des limites semble plus nouvelle dans sa généralité. Dans le domaine des techniques urbaines, on la rencontre à travers les notions d’unité fonctionnelle de base, de territoire pertinent…

40Le problème des confins est néanmoins plus aigu que celui de l’échelle de pertinence : c’est ce que tente de traduire la notion d’empreinte écologique, qui, malgré ses faiblesses, a le mérite de montrer que la ville s’étend bien au-delà de la tache urbaine – dont les limites sont par ailleurs extrêmement floues –, alors que la biosphère est, elle, finie (cf. l’expression de « vaisseau spatial terre » introduite à la fin des années 1960).

41Mais la notion de frontière va beaucoup plus loin que la simple quantification (simple dans l’énoncé, complexe dans la pratique) de ce que consomme la ville, puisqu’elle est liée à celle de la solidarité intragénérationnelle cette fois-ci et interroge les conséquences des choix, actes, politiques urbaines et locales pour des milieux et des sociétés parfois très éloignés du point de production.

42Ces différents constats questionnent le principe de pensée et d’action bien connu qui a émergé dans les années 1970-80 : « penser globalement, agir localement ». Si ce slogan de la pensée écologiste conserve une certaine actualité, il doit être réinterprété à partir de certaines observations auxquelles la pensée systémique et la thèse des réseaux et des flux ont contribué. On note, par exemple, que des actions locales sont susceptibles d’avoir des portées spatio-temporelles et culturelles qui dépassent leur point d’application. Par ailleurs, les contextes engendrent leur propre « vérité » : de sorte qu’une construction générale peut ne pas être pertinente dans un contexte, une configuration donnée…

NATURE, SCIENCE ET TECHNIQUE, CULTURE ET SOCIÉTÉ, CORPS HYBRIDES

43On assiste également à une convergence de préoccupations entre les sciences de l’homme et de la société, les sciences de la nature et l’ingénierie urbaine du point de vue de la pertinence de la frontière entre nature (sciences exactes) et culture et société (sciences de l’action) et des classifications qui en résultent.

44Du côté des sciences de l’homme et de la société, et de la sociologie en particulier, le développement durable interroge le projet moderne de libération de l’individu des déterminants liés à son milieu. L’arrachement à la nature et de façon générale aux particularismes culturels est une injonction qui connaît de moins en moins de protagonistes à notre époque. Ce constat correspond sociologiquement à la reconnaissance de l’importance des attachements de l’humanité dans la mise en culture de la nature.

45Il en résulte une revalorisation des pratiques qui conduisent à des agencements entre humains et non humains, à des configurations qui sont vertueuses parce qu’investies et articulées selon des territoires, voire en réseau. Cette remise en question permet un rapprochement entre la sociologie et l’anthropologie, du point de vue de la durabilité de certaines pratiques considérées comme des expressions de différentes natures-cultures participant à la bio-socio-diversité.

46Du côté de l’ingénierie urbaine, ces préoccupations se traduisent peut-être par l’attribution de nouvelles fonctions aux techniques urbaines qui apparaissent comme des medium entre société et nature, comme des hybrides faits de nature et de culture. En ce sens, la technique est reconnue comme une production sociale et non plus comme le seul résultat de l’art de l’ingénieur.

47Il s’ensuit ici également l’idée d’une co-fabrication entre plusieurs acteurs susceptibles d’injecter dans la production différentes exigences pour que la médiation visée soit réussie.

48Désormais l’ingénieur urbain doit intégrer la demande sociale dans sa réflexion en amont du projet (par le biais de la concertation) tout en validant progressivement ce projet et en s’assurant que son produit réponde aux attentes tout au long de la vie de l’ouvrage.

49Le développement des modèles multicritères d’aide à la décision qui prennent en compte les modalités et les processus de décision eux-mêmes témoigne de l’intégration croissante dans le projet technique d’actants (acteurs, agents, usagers, etc.) qui n’y figuraient pas auparavant. La notion d’usage apparaît en effet plus clairement dans le traitement de la durabilité. Les modèles de transport introduisent des méthodes d’analyse multicritère pour intégrer les modalités de décision des « utilisateurs ». Cette démarche trouve son équivalent dans les analyses de « profil environnemental » des ouvrages d’assainissement et des bâtiments relevant de la démarche dite « HQE » (Haute Qualité Environnementale). La recherche du confort hygrothermique à moindre coût énergétique introduit la notion de confort adaptatif : il apparaît en effet plus pertinent de spécifier un écart de température entre le milieu dont on contrôle l’ambiance et l’extérieur, selon les niveaux d’hygrométrie et selon les activités, que de s’attacher à une température de consigne figée. La question de la gestion et du rapport aux riverains a également conduit à proposer des solutions techniques d’assainissement appropriables par les usagers, à s’appuyer sur la symbolique de l’eau, par exemple en intégrant dans le paysage les ouvrages de rétention des eaux pluviales, sous forme de bassins en eau.

50L’environnement, à son tour, voit son statut modifié : il n’est plus exclusivement construit comme une contrainte, mais comme une donnée, voire comme une chance, une potentialité. L’environnement, en effet, se voit de plus en plus souvent investi de la fonction de l’introduction de la nouveauté dans le système, du point de vue de la sociologie, en tout cas. Il occupe à cet égard une fonction d’innovation.

51De même, dans le champ de l’ingénierie urbaine, l’environnement devient progressivement une partie intégrante du système et du projet. C’est particulièrement explicite dans le cas de la simulation inverse qui procède en partant des objectifs attendus pour en déduire les actions à entreprendre, ou à propos des réflexions sur la demande, autrefois considérée comme un absolu à satisfaire. Aujourd’hui, la demande est indissociable de la question des ressources, soit d’une limite liée à la finitude matérielle de notre monde : cf. par exemple les débats relatifs à la décarbonisation et à la dématérialisation. On pourrait discuter de la nouveauté de la première proposition. En effet, la thèse de la rationalisation met en scène cette idée : objectiver les fins et adapter les moyens, les outils et les chemins de l’action… Cependant, la question de la demande reliée à celle des possibles met en scène une nouvelle conception du progrès. Le progrès n’est pas forcément dans le plus, mais dans la réalisation de systèmes intégrés, c’est-à-dire durables d’un bout à l’autre de la chaîne qui va de la thermodynamique à la culture…

52Du côté des sciences de la nature, enfin, l’idée selon laquelle on ne peut pas faire comme si l’homme n’existait pas ou n’était qu’un facteur de nuisance, se confirme. Cela conduit à poser l’environnement non comme un absolu mais comme une coproduction naturelle et sociale, résultat de la co-évolution des systèmes naturels et sociaux et des processus qui les caractérisent.

53L’imbrication entre nature et culture, leur hybridation traverse, par conséquent, l’ensemble des recherches. La reconnaissance récente d’un anthropocène qui gagne peu à peu sur le néocène et traduit le rôle déterminant des sociétés dans le fonctionnement de la biosphère en est une des manifestations les plus marquantes, en ce que, bien que la notion soit discutée, elle l’est tant chez les naturalistes que chez les humanistes, de même que celle d’anthroposystème.

LA PLACE DU CHERCHEUR

54On assiste à une transformation du statut des savoirs, de l’activité de recherche et du chercheur. Cette proposition découle des observations précédentes.

55On constate ainsi :

  • L’inscription non linéaire des savoirs par rapport à l’action ; l’importance de la pensée systémique qui va de pair avec la notion de co-fabrication des savoirs, mais aussi des décisions et de leurs applications.
  • L’importance des contextes et des échelles pertinentes qui contribuent à un rapprochement du chercheur des « objets » qu’il étudie et analyse. Tendance qui se traduit par une sortie des laboratoires et des tours d’ivoire, par une proximité accrue par rapport aux terrains d’étude.
  • L’affaiblissement des frontières entre institutions, disciplines et acteurs, en bref l’hybridation croissante, qui permet de concevoir que les praticiens sont des producteurs de savoir à leur façon.
  • Enfin, la polysémie du concept de développement durable et son caractère de projet qui contribuent à inscrire la recherche dans le monde, à lui conférer le statut de force sociale parmi d’autres, voire plus importante que d’autres en termes de fonction, c’est-à-dire en tant qu’elle apparaît comme une fonction essentielle dans la mise sur pied d’un projet qui aspire à des transformations profondes de nature et de culture.

56Nous pensons que les organismes de recherche doivent franchir le pas afin de rapprocher les disciplines. Le thème du développement durable peut être un vecteur en la matière.

CONCLUSION

57L’exposé ne rend pas compte des résultats définitifs d’une recherche dont les objectifs étaient probablement trop ambitieux, mais dont aucun de nous ne sort indemne.

58Les questions ici mentionnées ne sont pas entièrement neuves. Ce qui l’est plus, c’est leur transversalité, le fait qu’elles se posent progressivement à tous et partout, bien qu’elles n’aient pas forcément de réponses.

59Les débats qui ont émergé entre nous et entre différents réseaux du fait de la constitution de notre équipe sont en effet importants. Ils laissent entrevoir des espaces de significations communs qu’il faudra investir à l’avenir.

VALORISATION

60Barles S., (2002), « Le métabolisme urbain et la question écologique », Annales de la recherche urbaine, n° 92, pp. 143-150.

61Traisnel J.-P., (2004), « Les forces contrariées entre le centre et la périphérie : quelle mesure environnementale ? », Communication au Colloque Les trois sources de la ville-campagne, Cerisy, 20-27 septembre 2004.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Brundtland G.H., (1988), Notre avenir à tous, Rapport de la conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, Montréal, Édition du Fleuve.

Latour Bruno, (2004), Politiques de la nature, Comment faire entrer les sciences en démocratie, 2e éd. (1ère éd. 1999), Paris, La Découverte, 392 p.

Notes

1 Maître de conférences en aménagement et urbanisme à l’Institut Français d’Urbanisme (Université Paris VIII), chercheur au laboratoire Théorie des Mutations Urbaines (UMR CNRS 7136 AUS).

3 Ingénieur de recherche CNRS au Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines, Institut Français d’Urbanisme. Il a une formation initiale de mathématiques puis d’architecture. Il est docteur en urbanisme et aménagement.

Auteurs

Responsable scientifique

Équipe : Sabine BARLES, Jean-Pierre TRAISNEL, Mindjid MAÏZIA (Laboratoire TMU, IFU, Université Paris VIII), Florence RUDOLF (Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe, Strasbourg), Youssef DIAB, Denis MORAND (Laboratoire Génie urbain, Environnement et Habitat, Université de Marne-la-Vallée).


mailto:sabine.barles@univ-paris8.fr

Responsable scientifique

Équipe : Sabine BARLES, Jean-Pierre TRAISNEL, Mindjid MAÏZIA (Laboratoire TMU, IFU, Université Paris VIII), Florence RUDOLF (Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe, Strasbourg), Youssef DIAB, Denis MORAND (Laboratoire Génie urbain, Environnement et Habitat, Université de Marne-la-Vallée).


mailto:Jean-Pierre.Traisnel@univ-paris8.fr
Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines (UMR AUS 7136)
Institut Français d’Urbanisme – Université de Paris 8
4, rue Nobel – Cité Descartes
77420 Champs-sur-Marne
Tél. : 01 64 68 51 11/49 59

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable