Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Introduction

Laurent Devisme

Note de l’éditeur

Rapporteur : Tout comme Laurent DEVISME, Marcel RONCAYOLO a assuré les fonctions de rapporteur lors du colloque.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1À l’occasion des dix ans du Plan Urbain, Anne Querrien et Pierre Lassave écrivaient : « La recherche urbaine n’est pas seulement un appareil pesant et anonyme d’appels d’offre bien gérés, c’est aussi un tissu social vivant et divisé, ancré dans des rencontres, des séminaires, des publications et des débats. » [Querrien, Lassave, 1994]. Notre atelier a pu confirmer ces dires et dépasser le contexte institutionnel tel qu’il a pu être évoqué à propos de l’ACI-Ville en ouverture du colloque.

2De manière générale, cet atelier a été l’occasion d’une écoute mutuelle, signe d’une relative décontraction disciplinaire malgré quelques « arguties territoriales » tout compte fait restreintes. La dominance des travaux de cet atelier renvoie à l’analyse des discours, des représentations, avec une tension que l’on peut résumer dans cette phrase : « prendre les mots au sérieux ». Les disciplines impliquées, sociologie, histoire, géographie, anthropologie, information-communication, droit, sciences politiques, urbanisme, architecture, renvoient aux sciences de l’espace des sociétés. L’une des recherches a également réalisé un dialogue avec les sciences pour l’ingénieur (Rudolf, Barles, Traisnel).

3Malgré le nombre important de recherches restituées et les états d’avancement inégaux, il est possible de dégager trois grandes questions thématiques ainsi que des questions méthodologiques et épistémologiques qui dépassent probablement le strict cadre de cet atelier.

DES QUESTIONS THÉMATIQUES

LE PATRIMOINE ET SES CONSTRUCTIONS

« En Chine, on ne conserve pas un bâtiment, on conserve des légumes dans du vinaigre ».

4Il ressort de plusieurs recherches que le patrimoine est toujours une invention, une recréation, servant différents types de pouvoir.

5Que ce soit dans une perspective anthropologique (Hamonic, Krowolski), de sémiologie de l’image (Gibout, Guédez), ou bien pragmatiste – attention portée à l’agencement des perspectives, à l’ordre visuel, construction d’une grammaire publique produisant des contrevenants à un ordre visuel (Breviglieri, Trom) –, il a pu être pointé combien le patrimoine sert autant à rappeler qu’à oublier, à effacer. Les interventions patrimoniales sont essentiellement liées à un souci de distinction, de valorisation d’un morceau d’espace. Elles peuvent voir se croiser des logiques d’action pontificales et d’autres d’investissement (économique) : le patrimoine, il faut que ça serve !

6Le prisme patrimonial permet bien de reposer la réflexion relative à l’articulation local-global (Hamonic, Krowolski). En outre, l’analyse des vecteurs patrimoniaux montre une évolution récente, en l’occurrence le passage du patrimoine architectural au patrimoine perceptif, sensoriel, voire ludique (cf. l’instrumentalisation du film Les demoiselles de Rochefort ou bien la configuration de malls en Asie du Sud-Est).

7À cet égard, la patrimonialisation peut aussi bien servir un discours d’ordre publicitaire, permettant d’articuler des pratiques urbanistiques situées dans le registre de l’entertainment (« Ce dont vous vous souvenez, ce n’est pas du bâtiment, c’est d’une émotion »), qu’activer le support didactique d’exercice de la conscience historique.

LES GRANDS ENSEMBLES ET LE REGARD QU’ON LEUR PORTE (LA POLITIQUE DE LA VILLE)

« Il ne faut pas se poser des problèmes de durabilité pour comprendre la construction et la diffusion du modèle des grands ensembles ».

8Plusieurs chercheurs ont d’abord pointé la nécessité d’être vigilant face au risque de l’anachronisme et donc de toujours se replacer dans des conjonctures.

9Le constat d’absence des historiens sur la ville contemporaine a pu motiver le programme de recherche piloté par Annie Fourcaut, également sollicité par une demande d’histoire de la part des habitants ou d’autres acteurs. Rendu public par le biais de plusieurs supports, ce programme a aussi récemment débouché sur la publication de l’ouvrage Le monde des grands ensembles [Dufaux, Fourcaut, 2004].

10Des questions historiographiques sont aussi toujours vives, soit à propos de l’histoire de l’histoire urbaine (Bourdelais, Pinol), soit à propos d’une histoire européenne des grands ensembles montrant une relative autonomie de cette forme non réductible au hard french.

11Marcel Roncayolo a ainsi pu mettre en avant que les grands ensembles peuvent à la fois être interprétés comme réussite qualitative du programme du Musée Social et comme liés à bien des éléments de planification mis en place sous le régime vichyste. Il ne s’agit pas dès lors d’opter pour une filiation ou une autre, mais de cerner le croisement de projets et de temporalités.

12Il existe désormais une politique résolutoire des problèmes posés par les grands ensembles : la Politique de la Ville. Il faut dire en premier lieu qu’elle a existé avant son institution, ce que peuvent retracer des enquêtes biographiques et peut être attesté de manière anecdotique par l’interrogation de Pierre Sudreau (déjà !) sur ce qui est en train d’être bâti alors qu’il est ministre de la Construction.

13À partir du moment où une politique publique a essentiellement concerné le traitement et le devenir des quartiers de grands ensembles, des ZUP et des zones d’habitat social en voie de paupérisation, de nombreuses recherches l’ont analysée, en interrogeant notamment les ambivalences de l’action sociale urbaine.

14Dans deux perspectives similaires (Chevalier ; Genestier, Ouardi, Rennes), relevant d’une déconstruction radicale, avec une posture critique, l’analyse de discours a pu pointer la topique de la « citoyenneté » comme un élément d’une rhétorique de l’évitement. Le travail a pu consister dans la caractérisation d’un discours à la fois descriptif et prescriptif examinant ses variations dans les corpus politico-administratifs, militants et scientifiques. La mise en place d’une étude lexicale et argumentative a montré toutes ses vertus pour traquer les représentations du social et la production d’un ethos politique (cf. l’analyse de la « sloganisation » du mot « terrain »).

15L’examen d’un bain idéologique amène à dépasser ce qui se résumerait à la rhétorique politique gauche-droite. Quant à la construction des politiques publiques, on voit, à propos de la Politique de la Ville, comment elle se définit dans un cadre local et s’envisage comme thérapeutique des malaises du quotidien.

16Précisément, dans une autre perspective, recourant à la monographie et à des entretiens contextualisés (Gay), il est possible de montrer que le local n’est pas que cela. Il est une échelle où peut s’appliquer un autre paradigme pour questionner l’évolution des structures de concertation, comment elles dynamisent ou instrumentalisent la démocratie locale.

LA QUESTION DU DURABLE ET DE LA VILLE RENOUVELÉE (MAIS QUELLE QUESTION ?)

« Il ne faut pas oublier que bien des chercheurs sur le développement durable étaient des écolos militants dans les années 1970 ».

17Sur cette question, plusieurs intervenants ont pointé la « situation de la double casquette », explicitant – parfois à moitié – une posture qui n’est pas étrangère aux comparaisons retenues à l’échelle européenne (il est ainsi de bon ton de pointer le retard français face aux Pays-Bas ou à la Suisse).

18Quelques échanges ont été vifs entre des juristes considérant le dépôt dans le droit d’une conception de la ville renouvelée (et des continuités entre la loi SRU et la loi Rénovation urbaine) et d’autres ne voyant que des mesures symboliques ou ne contrant pas les logiques centrifuges, spatiophages, dominantes. La question de savoir si nous sommes sur la voie d’un aménagement urbain intégré est ainsi restée en suspens.

19Plus précisément, on a pu dégager la nécessité d’examiner comment le modèle de la ville compacte dans une agglomération polycentrique est partout appelé mais nettement différencié selon la nature du maillage envisagé entre les pôles – et la nature de ces pôles eux-mêmes – (Faure). Il a également été pointé la nécessité d’une focale locale pour comprendre le développement durable – d’où, souvent, des approches non déconstructivistes – (Emelianoff, Roussel).

20Enfin, l’une des équipes a pointé l’importance de reconnaître des « savoirs profanes ». Les praticiens élaborent en effet des connaissances et les chercheurs, plutôt que de se crisper, ont tout à gagner dans l’abandon des postures de surplomb qu’implique l’expertise (Rudolf, Barles, Traisnel).

DES QUESTIONS MÉTHODOLOGIQUES ET ÉPISTÉMOLOGIQUES

COMPARAISON N’EST PAS RAISON

21Certes, les vertus des démarches comparatives permettent notamment de palier les limites (descriptives) des monographies. Cela dit, à partir de postures déclaratives initiales, les chercheurs ont souvent été amenés à beaucoup de modestie dans leur restitution (qu’il s’agisse de comparer des représentations patrimoniales dans quatre villes du Sud-Est asiatique ou bien de quatre villes moyennes françaises).

22Ce sont toujours des processus qui ont été comparés et non des états : emblématisations, inscriptions juridiques progressives du développement durable. Si le champ de l’histoire comparée est bien balisé, il a surtout été travaillé à l’échelle nationale et peu à l’échelle urbaine. Sa réactivation à cette échelle permet de s’interroger sur les transferts, sur la pertinence de modèles diffusionnistes (Julien)…

23Dans la comparaison d’aventures de mots, C. Topalov et J.-C. Depaule touchent à la question suivante « à la limite, la traduction est impossible ». On pourrait il est vrai retrouver ici la tension entre démarche compréhensive dégageant des spécificités irréductibles et démarche explicative (cumulative, à plus grande distance des objets d’investigation). Mais il semble que la réflexion comparatiste s’impose au moment où tous les appels d’offre déclarent la nécessité de comparer, à l’échelle européenne voire internationale. L’incitation implicite à la construction de réseaux de recherches non strictement français est plus facile à lancer qu’à concrétiser.

DANS L’ANALYSE DÉCONSTRUCTIVE, JUSQU’OÙ FAUT-IL ALLER ?

« Quand on s’y met, on trouve du baroque, du capitalisme et de l’homo ludens partout et le Plan Marshall n’est plus qu’une épiphanie de l’éternel potlatch. Le type ou la théorie ne peut donc servir qu’à abréger une description ; on parle de conflit ville-campagne pour faire bref, comme on dit « guerre » au lieu de « conflit armé entre puissances ». Théories, types et concepts sont une seule et même chose : des résumés d’intrigue tout prêts », [Veyne, 1971, p. 84].

24Certes, selon les théories mobilisées, le registre explicatif est plus ou moins développé dans telle ou telle direction. La catégorisation peut alors être d’ordre documentaire, sociologique ou géographique. Un débat a pu être ouvert à propos de la force cognitive et discursive intrinsèque. Autrement dit, l’analyse sémiologique ou lexicale peut-elle se suffire à elle-même ou doit-elle être relayée par une analyse des appartenances et des obédiences ?

25Sans qu’il s’agisse ici de trancher, notons que la coprésence de différentes méthodes d’investigation peut être fructueuse (par exemple, épistémologie, socio-histoire, anthropologie, dans la recherche menée par T. Souami). Cette ouverture méthodologique est d’autant plus facile que les appartenances disciplinaires sont labiles, ce qui est plutôt une chance pour la recherche urbanistique qui se cherche parfois des vecteurs disciplinaires mieux identifiés.

COMMENT SE CONSTRUISENT LES CATÉGORIES ?

26Dans cette veine interrogative déjà fertile (mentionnons Lepetit, Topalov, La ville des sciences sociales, 2001 ; ou bien Fradin, Quéré, Widmer, L’enquête sur les catégories, 1994), une assertion semble partagée : les approches holistiques ne suffisent pas. Les catégories se forgent et se transforment dans des situations. D’où la nécessité (parfois incomplète dans l’atelier) de réfléchir sur les catégories mobilisées par les chercheurs (« acteurs », « habitants », « institutionnels »…).

27Quant aux catégories indigènes – non ramenées par les scientifiques –, il faut comprendre comment elles initient un monde pluriel mais aussi commun. Des notions comme « collectif d’énonciation », « régimes discursifs », « agencement de perspectives » testées dans plusieurs recherches, gagnent ainsi à être approfondies, couplées à des approches biographiques montrant comment joue la dialectique individuel/collectif.

OÙ EN EST-ON DES SAVOIRS POUR L’ACTION, DE L’ACTION ?

28Le titre de l’atelier désignait une interrogation générale sur les « cultures urbanistiques ». La déconstruction doit permettre d’interroger le genre de culture dont il s’agit. S’agit-il d’habitus, de prothèses ? Comment ces cultures se composent-elles dans le monde de l’action et dans le monde de la recherche ? Que ce soit pour la « citoyenneté » ou le « développement durable », nous avons affaire à des mots-mana, des mots valises, largement déconstruits par les auteurs des recherches et embrayant sur de partielles reconstructions.

29S’il reste important de faire l’histoire des mythologies urbanistiques, quelques recherches pointent simultanément l’importance de ce caractère flou, polysémique, attaché à quelques notions pour les rendre plus normatives ou efficaces. À la quête de stabilité sémantique caractéristique de l’habitus scientifique, s’opposerait une recherche de compromis à travers un vocabulaire lâche mais rassembleur dans un paradigme qui, n’étant plus conflictualiste, est plutôt de l’ordre de l’accord et de la civilité.

30Chez les professionnels, la stabilité sémantique n’est ainsi pas forcément un gage, un embrayeur d’actions. Ce qui compte est plutôt la capacité d’un terme, d’une notion, de fédérer des univers, de permettre un minimum d’accords. Dans le travail scientifique, le monde n’est pas ramené de la même façon. Il semble au total qu’il manque en urbanisme des théories de la pratique dégageant des éléments pour les sciences de l’urbain.

CONCLUSION

31L’interdisciplinarité a pu être éprouvée dans l’atelier. Plusieurs témoignages rendent compte de pratiques coopératives, supposant des postures d’ouverture. Ces aventures comportent des risques et soulèvent des questions passionnantes comme celle-ci : à l’intersection de plusieurs disciplines, qu’est-ce qui fait preuve ? Si l’on peut postuler l’existence de fonds communs interdisciplinaires, leurs caractéristiques ne sont peut-être pas étrangères aux phénomènes générationnels. À propos de la ville, les croisements disciplinaires bougent et leur repérage nous renseigne sur l’état de la question urbaine (cf. aussi Lieux communs, 2004).

32L’idée de bilan scientifique sur une courte période (l’ACIV a été créée en 1998) porte le risque d’une focalisation sur les dernières querelles académiques, également trop dépendante du « turn over thématique de la doxa gestionnaire » (formule de Pierre Lassave dans son ouvrage Les sociologues et la recherche urbaine, 1998) et il est important de prendre quelque recul en questionnant « la question urbaine » au cours de ces dix dernières années.

33On peut certes s’interroger sur le degré de renouvellement de certaines thématiques (par exemple aborder le patrimoine comme construction, ou bien reprendre l’opposition entre espace conçu et espace vécu sont plutôt des acquis des années 1970-80). Il conviendrait désormais d’énoncer plus précisément l’intérêt contemporain à travailler sur la question urbaine et de cerner ce qui est propre à la dimension spatiale de nos existences. Si nous présumons un état polycentrique voire dispersé de la recherche urbaine contemporaine (Pickvance parlait quant à lui de fragmentation en 1994), que pouvons-nous dire de plus ? Gageons que cette synthèse contribue, en compagnie des autres mises en perspectives, à définir de nouvelles configurations.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Fradin Bernard, Quéré Louis, Widmer Jean (dir.), (1994), « L’enquête sur les catégories », Raisons pratiques, n° 5, 301 p.

Dufaux Frédéric, Fourcaut Annie (coord.), (2004), Le monde des grands ensembles, Paris, Créaphis.

Lassave Pierre, (1997), Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, PUM, 397 p.

Lepetit Bernard, Topalov Christian (dir.), (2001), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 409 p.

Lieux communs, (2004), n° 7 « Vertiges et prodiges de l’interdisciplinarité », Nantes, École d’Architecture de Nantes, 215 p.

Pickvance Chris, (1994), « Victime de son succès ? La contribution de la sociologie urbaine à la recherche », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 64 « Parcours et positions ».

Querrien Anne, Lassave Pierre, (1994), « Introduction », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 64 « Parcours et positions ».

Veyne Paul, (1971-1978), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 248 p.

Notes

1 Urbaniste, sociologue, maître-assistant à l’École d’Architecture de Nantes, enseigne les sciences de l’espace des sociétés.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540