Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Usure et rupture en histoire américaine : trompe-l'oeil ou trompe-l'esprit ?

Claude Julien

Texte intégral

1La chaîne usure-rupture, façon éminemment américaine de représenter le devenir humain, s'inscrit dans une dynamique de progrès, à savoir que les régimes et les façons d'être et de faire usés sont voués à être supplantés par de meilleurs régimes, de meilleures façons d'être ou de faire ; bref que les soubresauts de l'histoire, les "ruptures", signalent les périodes où l'humanité rompt les amarres vers le millénium.

2L'américanité de notre thème de réflexion s'affichait dans le document annonciateur du colloque qui proposait de saisir le moment où "'on se libère'de l'histoire pour faire entendre une voix nouvelle". Le sous-entendu minimal, en l'absence du mot progrès, était une chaîne causale entre l'usure et la rupture. M'inscrivant en faux contre toute vision téléologique de l'histoire, et tenant que l'histoire n'est rationnelle que sous la plume des historiens, je me donne pour but de montrer que notre thème relève d'une illusion doxique. Se libérer de l'histoire est proposition impossible. Le vécu ne saurait se segmenter ainsi. Un avenir n'est jamais qu'un passé ayant bifurqué vers un des chemins qui s'ouvraient à lui, un peu comme vient une broderie musicale, ou bien comme un mot s'impose au poète là où beaucoup d'autres auraient pu surgir.

3Plaquer le processus usure-rupture sur le devenir américain implique, ce sera mon premier point, une bonne part de trompe l'oeil. Je tenterai ensuite de montrer que le binôme dont je critique la réalité découle d'un a priori culturel légué par le Siècle des Lumières ; mais au fond naturel parce qu'il rassure et permet à l'humanité de s'autointerpréter flatteusement.

4Cette discussion s'établira principalement autour des droits civiques, tout en se fondant sur une critique des frères Adams, Brooks et Henry, chroniqueurs d'une fracture annoncée au tournant du XXe siècle. Cette critique s'appuiera sur une approche historique formulée par Raymond Aron, puis, à sa suite par Michel Foucault, Gilles Deleuze et Paul Veyne.

Usure-Rupture comme trompe-l'oeil : Une société stable déclare le mouvement permanent

  • 1 Je me déclare en plein accord avec cet extrait de l'introduction au livre de P. Lagayette, Les Gra (...)

5La société américaine et ses institutions sont caractérisées par la stabilité. Tandis que l'Europe du XIXe siècle était traversée par d'importants mouvements sociaux (on pense au Chartisme en Angleterre, aux révolutions de 1830 et 1848 en France et au soulèvement de 1905-1907 en Russie) l'Amérique croissait dans la stabilité institutionnelle--sans pour autant (grèves et émeutes l'attestent) que la condition ouvrière américaine ait été sensiblement meilleure qu'ailleurs. De fait, plus de 25 000 conflits sociaux, souvent âpres et sévèrement réprimés, se déroulèrent entre 1880 et 1900 sans affecter le tissu institutionnel, l'argent et le pouvoir restant dans les mêmes mains. On constate donc que, au nom d'une américanité diversement nommée et ressentie en fonction des sensibilités et des époques ("American System", "Rugged Individualism", "American Way of Life"), les Etats-Unis évoluèrent comme le Royaume Uni sut aussi le faire : en évitant les cassures radicales dont notre pays fournit l'exemple extrême avec neuf régimes depuis 1789. Si les mutations ne semblent devoir se produire en France que sous les apparences de bouleversements, la stabilité américaine se pare d'un discours de rupture permanente1. Comparer les années trente de part et d'autre de l'Atlantique illustre bien cette différence. Rien d'analogue à notre Front Populaire aux Etats-Unis, bien que les conditions aient été réunies pour cela, mais au contraire un "New Deal" dont la nouveauté n'approcha jamais ce qu'elle se disait être. D'une part, il se trouvait parmi les conseillers de Franklin Roosevelt d'anciens compagnons de route du cabinet de guerre de Woodrow Wilson qui avaient participé au War Industry Board ou qui en avaient imaginé le principe, en particulier le financier Bernard Baruch et le général Hugh Johnson qui prit la tête du NIRA. On se souvient que l'organisation "socialiste" du War Industry Board (on pense en premier à la gestion fédérale des chemins de fer) fut démantelée dès que possible au nom du retour à la normale dont Harding avait fait son cheval de campagne électorale. D'autre part, d'un autre point de vue, la campagne de 1932 opposa des frères ennemis puisque Herbert Hoover avait oeuvré au sein du War Industry Board, faisant merveille pour l'organisation du ravitaillement. L'histoire se nourrit en cette circonstance de comportements politiciens. Ne vit-on pas les conventions des deux partis se préoccuper davantage de la prohibition que du chômage ? Ne vit-on pas, tant que dura la période de transition, un futur président refuser toute coopération avec son prédécesseur ? Et le Hoover que la campagne de Roosevelt dénonça comme un président inactif ("do-nothing president") avait pendant la dépression testé les mêmes moyens de redressement que ceux du New Deal ; mais tardivement et sur une échelle plus modeste. Cela dit, le New Deal ("hullaballoo" pour l'opposition de gauche, "alphabet soup" pour l'opposition de droite) fut à tout prendre moins audacieux que le War Industry Board.

6Ainsi, tandis que des avancées sociales se mettaient en chemin en Europe (par exemple les congés payés), l'Amérique prenait une route moins osée. Nous sommes là au coeur d'une idée qui s'impose. Pour savoir jeter aux orties ce qu'ils estiment usé (surtout quand il s'agit de biens matériels), les Américains n'en sont pas moins frileux devant toute mutation un tant soit peu radicale. L'Amérique, c'est sa façon d'être, dit le changement plus qu'elle ne le pratique. Et ce dire-là, les média aidant, a pris les allures d'un tic d'expression.

7Que le nouveau monde ait secrété un homme différent de l'émigrant quittant les rivages de l'Europe n'est pas niable. Peu importe, car c'est de la façon de s'envisager qu'il est question ici. Qui n'a pas lu le chapitre III des Letters From an American Farmer, présente dans toutes les anthologies aux dépens d'autres passages moins flatteurs mais autrement plus féconds, ne sait rien de la façon dont les Américains aiment à se percevoir et se donner à voir.

  • 2 S'il faut un déclencheur (mais le phénomène est sans doute infiniment plus diffus que cela) je nom (...)

8A en croire l'enthousiasme romantique d'un Tocqueville dont le récit devint lui aussi une manière de texte fondateur de la culture américaine, "La démocratie [qui] donne aux hommes le dégoût instinctif de ce qui est ancien" serait à l'origine de l'importance de la rupture dans la mentalité américaine. Est-ce la raison pour laquelle, vers le tournant du XXe siècle,2 la rupture commença de se déclarer non plus par référence à la vieille Europe corrompue mais par rapport aux améliorations sociales et institutionnelles souhaitables sur le plan intérieur. Toujours est-il que, devenue partie intégrante de la politique politicienne, la rupture a donné lieu à une efflorescence métaphorique dont j'extrais pêle-mêle quelques exemples : New Freedom (qui différait moins du Progressivism que Tweedledum de Tweedledee), New Frontier, New Leadership, New Right (et sa variante New Christian Right) ; New Deal, tautologique par rapport à d'autres avatars de la table de poker politique comme Square Deal et Fair Deal ; enfin l'idée d'un passif à oublier, avec un Clean Slate qui n'a guère fait école. La presse tire elle aussi recette de l'axe usure-rupture. A preuve ces quelques titres hyperboliques à propos de la dernière élection présidentielle : "The new generation", "The Clinton era", "Changing the guard", "The Baby Boomers come to Washington" ; ou bien de la récente signature des accords entre Israel et l'OLP : "Radical Islam's New Face." La mentalité américaine est pénétrée du vecteur usure-rupture-progrès. Il irradie le XIXe siècle dans la prose polie d'Emerson, dans l'esprit conquérant de la "Destinée Manifeste", ou bien encore dans le populisme pionnier de Leaves of Grass. Il s'exprime dans la crudité d'un aphorisme Fordien ("History is bunk") ; dans une multitude d'expressions comme "M Factor", "go-getter", "self-made man", ou bien "up by the bootstraps". Il affleure partout dans la terminologie de l'Adam américain : "Founding Fathers", "commencement", "inauguration" (qui se répandit à partir du 18e siècle), etc., fleurissent dans un jardin sociolinguistique qu'il faudrait cultiver.

9Le « trompe l'oeil » qui vient d'être décrit découle d'une vision linéaire d'une Histoire tendue vers une cible. J'entreprends à présent de dépasser le trompe l'oeil, qui n'est que la manifestation de l'esprit trompé.

Usure-Rupture comme trompe-l'esprit : Superstitions historiques

10Le raisonnement développé ci-dessous part de The Theory of Social Revolutions que Brooks Adams publia en 1913. faisant suite à un précédent ouvrage de 1895 (The Law of Civilization and Decay). Il se réfère en premier au catastrophisme d'Adams parce qu'il s'appuie sur le binôme que j'ai entrepris de critiquer, ce que nous allons voir en nous arrêtant sur le chapitre six.

11Fils d'une Amérique désemparée par les changements qui la secouent et la protestation sociale concomitante, le livre présente une thèse mécaniste : le progrès scientifique accélère le changement social, lequel entraîne un renforcement du pouvoir fédéral. Quand la classe au pouvoir se montre incapable d'administrer, une révolution l'engouffre. Des hommes nouveaux la supplantent et une redistribution de la propriété s'ensuit.

12Notre historien argue de ce que la révolution industrielle supplanta l'aristocratie encore puissante en 1770, et de ce que le capitalisme industriel devenu dominant au cours des deux générations précédentes s'affirma aux dépens de l'oligarchie des planteurs sudistes. Poursuivant, il déclare que le génie du capitalisme est l'accumulation des biens et non pas le gouvernement et que, acculés, les milieux d'affaires (l'allusion à des procès comme U.S. vs. Ε.C. Knight C° ou Lochner vs. New York est transparente) livrent des combats juridiques d'arrière garde au lieu de proposer des solutions. Et Adams de conclure que, la complexité de la civilisation industrielle plaçant le gouvernement au-delà des compétences des chevaliers d'industrie, il est à craindre qu'une société incapable d'une concentration accrue ne se dissolve.

  • 3 Voir Jean Rivière, Le Monde des Affaires aux Etats-Unis, Paris, Colin, 1973, pp. 201-219.

13La thèse, la démonstration et la conclusion prêtent le flanc à la critique. Adams exagère la rigueur des révolutions. En dehors de quelques familles "loyalistes" (c'est-à-dire dans un contexte très circonscrit), l'indépendance ne fit pas disparaître ni ne déposséda l'aristocratie terrienne. A preuve la Révolte des Locataires ("Renters Revolt") qui troubla l'Etat de New York à partir de 1839 ou la Rébellion de Dorr en 1833 au Rhode Island contre un suffrage censitaire réservé aux seuls propriétaires terriens. On rappellera également l'étude de Miller qui, dès 1900, mit à mal le mythe du renouvellement permanent de la classe des hommes d'affaires et de la mobilité de la fortune ; étude que Baltzell confirma en 1940.3 Quant à l'oligarchie des planteurs, elle s'est bien relevée de la Guerre Civile. L'échec de la Reconstruction, c'est le remplacement de l'esclavage par le péonage ; ce sont les "40 arpents et un mulet" restés à l'état de voeu pieu quasiment inopérant parce que le Sénat refusa la confiscation des terres, puis annulés après que le président Andrew Johnson eut prononcé l'amnistie. Enfin, la révolution annoncée pour le début du XXe siècle n'eut jamais lieu, le système s'étant purgé de ses excès les plus voyants. Somme toute rien n'interdit de lire The Theory of Social Revolutions comme un plaidoyer pour les thèses du progressisme, car Brooks Adams était proche de Theodore Roosevelt et publia son livre un an après la défaite électorale du parti Bull Moose.

14Les Noirs ont été évoqués à travers l'échec de la Reconstruction ; je vais à présent aborder l'Arrêt Brown du printemps 1954, souvent présenté comme l'exemple même d'une rupture. Que cet arrêt ait été le déclencheur, ou bien la matérialisation, d'une avancée sociale n'est pas niable. Mais là n'est pas la question. Ce que la conscience morale approuve ne doit pas venir linéariser l'histoire, la confiner dans un plan alors qu'elle se déroule dans l'espace. L'histoire est une succession d'hétérogénéités qui ne tracent pas un vecteur de progrès. Quel que soit le formulateur (Vico, Hegel, Comte ou Marx), les systèmes téléologiques sont à la fois dogmatiques et simplificateurs parce qu'ils mesurent les pratiques humaines à l'aune d'un bien ultime relevant de l'acte de foi. L'historien plaçant son récit en attente d'un monde meilleur n'est pas plus positif que le vieillard nostalgique du "bon vieux temps". L'un et l'autre projettent leur inclination sur l'axe du temps que le premier vectorise à droite et le second à gauche, celui-ci passant souvent pour un radoteur tandis que celui-là reçoit l'onction de la science.

15Je remets l'annonce du colloque ("se libérer de l'histoire pour faire entendre une voix nouvelle") sur le métier à la lumière de l'arrêt Brown pour en proposer cette représentation :

16Le schéma établit la causalité qui m'est suspecte--parce que le racisme est usé, la société américaine s'amende--tout en me faisant courir le risque de m'entendre reprocher que mon rejet du couple usure-rupture relève simplement de mon impatience à voir le racisme complètement éradiqué. Je me répète donc : l'avancée sociale n'est pas niable mais là n'est pas la question, car de "rupture" il n'y a point. Le concept en est trop lisse. L'histoire s'apparente davantage à un enchevêtrement de plantes mutuellement saprophytes ; ou bien encore à des strates poreuses où la vie est sédiment fécond. On ne saurait trop minimiser les vignettes d'Epinal auxquelles on voudrait nous faire croire, en l'occurrence une évolution provoquée par une conscience égalitaire fondée sur les belles paroles de la Déclaration d'Indépendance. Il y a toujours beaucoup plus dans un comportement que ce qui en est immédiatement perceptible ou dit, ce que je me propose de vérifier à travers la personne d'Earl Warren qu'Eisenhower nomma président de la Cour Suprême en 1953.

  • 4 Le désir est le fait que les mécanismes tournent, que les agencements fonctionnent, que les virtua (...)
  • 5 "A ceux qui invoquent toujours l'Histoire, et qui protestent contre l'indétermination d'un concept (...)

17Il en est pour s'émerveiller que cet homme nommé à cette haute fonction pour son conservatisme soit devenu le prototype du libéral. Peutêtre faut-il rafraîchir les souvenirs car l'itinéraire de Warren est l'illustration même de ce que Foucault nomme la rareté des choses humaines, à savoir que les pratiques, loin d'être installées dans la plénitude de la raison, sont contournées, plurielles, arbitraires en ce quelles ne vont jamais de soi ; bref, que ce qui est aurait pu être autre. En tant qu'Avocat Général de l'Etat de Californie, Warren se posa en raciste haineux des Américains d'origine japonaise. Comment peut-on consécutivement être anti-jaune et pro-noir ? En n'étant ni l'un ni l'autre ; mais avant tout attentif à se bien positionner en société, dira l'iconoclaste. Deleuze, lui, y verrait l'oeuvre du "désir"4 ; Foucault, un homme s'actualisant dans une pratique : se coulant dans les virtualités qui se présentent à lui, remplissant un creux que la société dessine en relief. Car rien ne prouve que les haines anciennes de Warren ne se réactualiseraient pas dans l'actuelle résistance à la pénétration économique orientale. Les mutations des hommes et des sociétés sont infiniment mystérieuses5. L'apparition d'une nouvelle formation est toujours diffuse (Foucault parle dans Les Mots et les Choses de "vecteurs temporels de dérivation") en ce qu'elle implique des survivances, des décalages et des réactivations d'anciens éléments. Et l'historien doit se garder de faire de la conscience au monde environnant l'origine de tout devenir.

  • 6 Une des voix les plus tonnantes, Lyman Trumbull, venait de l'Ohio. On serait mal avisé d'y voir un (...)

18Pour argumenter contre l'axe usure-rupture à propos de l'Arrêt Brown, il nous faut évoquer les droits civiques votés environ un siècle auparavant à la lumière des travaux entrepris ou publiés au cours des années soixante. Délaissant les pistes tracées par la pensée libérale et s'intéressant au foisonnement du jeu politique au quotidien, ces travaux révélèrent que les législateurs de l'Ouest et du Midwest favorables aux droits civiques des anciens esclaves faisaient valoir que ces droits civiques si contestés étaient la meilleure protection du cadre de vie et des emplois de leurs électeurs parce qu'ils éviteraient un afflux de Noirs6. L'avenir leur donna raison, car les lois "Jim Crow" et les nombreux dénis de justice ne furent pas pour rien dans la Grande Migration. Mais peu importe le factuel à présent : il suffît de qualifier ce progrès qui n'en était pas un parce que le fond des choses, le racisme, demeurait inchangé. Si une "rupture" comme le XVe Amendement consistant à donner aux noirs le droit de vote n'est en fait qu'un masque du racisme, où est donc passé l'axe usure-rupture tendu vers le progrès ?

  • 7 La répartition de la population noire était la suivante en 1950 : 13,4 % dans le Nord-Est, 14,8 % (...)
  • 8 Stevenson remporta 9 Etats du Sud en 1952 et 7 seulement en 1956, perdant la Louisiane, le Kentuck (...)

19Et la même interrogation peut s'appliquer à l'Arrêt Brown. S'agissait-il d'arrêter le flot de la seconde grande migration ? Quelques chiffres permettront de saisir l'ampleur du phénomène : de 1940 à 1950, environ 1,6 million de Noirs (soit plus de 10 % de la communauté) quittèrent le Sud7. Et, pour la première fois, une migration significative (officiellement, 325 000 personnes) se produisit vers la côte Ouest. Même si le racisme ordinaire ne s'exprimait plus ouvertement en dehors du Sud, cette migration provoqua de nombreux raidissements ; notamment en Californie où les demeures de militants noirs (en particulier d'anciens combattants) furent la cible d'attentats divers. L'histoire ne se répète jamais mais bafouille souvent, et les années 1950 étaient vraisemblablement encore porteuses d'une hostilité raciale reproduisant les attitudes qui se développèrent au lendemain de la Guerre Civile. Les temps étaient propices à la réouverture du contentieux avec le Sud, ne serait-ce qu'en raison de son isolement politique. De fait, les élections présidentielles de 1952 et 1956 montrent un Sud peau de chagrin qui, par un vote contre nature illustrant bien l'irrationalité des pratiques, choisit Adlaï Stevenson, le libéral du Middle West, sur le seul critère de son appartenance au parti Démocrate8.

20Même si la NAACP se garda bien de montrer le "Sud profond" du doigt en sélectionnant les quatre procès sur lesquels elle interrogeait la Cour Suprême, l'isolement du Sud était un fait. Même avec un président Texan peu empressé de s'employer à redresser les injustices raciales à la Maison Blanche, les conditions étaient réunies pour que le Sud soit mis au banc des accusés. Une composante parmi d'autres, mais non des moindres, était la Guerre Froide : une Amérique apôtre de la liberté ne pouvait continuer de se signaler au monde comme l'oppresseur d'un dixième de sa population.

21Ce que fut l'arrêt Brown de 1954 aurait pu être autre. Il aurait pu surgir plus tôt si la Cour Vinson n'avait souhaité se donner le temps de réfléchir. De fait, le premier cas fut présenté à la Cour en 1951 suite à une campagne de litigation systématique entamée en 1936 (Missouri ex rel. Gaines vs. Canada, arrêt de 1938) et poursuivie en 1948 avec l'arrêt Sipuel vs. Board of Regents. Il aurait pu être libellé autrement (que signifiait le sibyllin "deliberate speed" qu'il fallut préciser un an après ?), être rédigé par un des juges associés plutôt que par Warren lui-même. Beaucoup de questions se posent. Il faudrait comprendre la "prudence" de la Cour Vinson, évaluer l'impact de la guerre de Corée, du McCarthysme et d'une foule d'autres composantes petites ou grandes, à commencer par la mécanisation et la réforme agraire découlant de la grande enquête sur l'économie du Sud au cours des années trente. La tâche de l'historien est donc d'historiciser les pratiques ; et non pas de décréter de soi-disant ruptures. Le binôme usure-rupture est séduisant parce qu'il se pare d'une apparence de rationalité. Mais l'histoire ne procède ni rationnellement ni causalement. L'arbre de la liberté planté en 1776 par et pour les seuls citoyens que les Etats-Unis se connussent alors est la cible des regards téléologiques, au détriment du taillis où il végète. Cette histoire-là commet une gouache naïve, là où une sculpture ne suffirait pas à représenter.

22Ces choses étant dites, deux considérations, l'une formelle, l'autre spéculative, se présentent à nous. Tout le monde conviendra que dire l'histoire c'est graver son ordre personnel sur le sable du temps. Je me demande, puisque la notion d'ordre affleure ici, quel est le rôle de l'enchaînement syntaxique plaçant le sujet au centre dans la façon occidentale de dire l'histoire. Peut-être un autre système linguistique inviterait-il à structurer l'histoire autrement. Il faudrait une longue pratique comparative pour le dire, et peut-être ne sont-ce là qu élucubrations. Toujours au niveau formel, on s'accordera plus aisément sur la proposition suivante : que mettre en récit le passé, dire l'histoire ou plutôt la construire, contraint à suivre une économie diégétique cousine de celle d'une fiction. Un récit historique avance lui aussi en balisant son parcours, même si, contrairement à une fiction, ce parcours se veut positif -- les différents éléments devant s'enchaîner logiquement. Je voudrais suggérer que la causalité est une fabrication de la mise en récit du passé en même temps, et j'en viens là au niveau spéculatif, qu une simplification réconfortante inhérente à notre façon de nous regarder. Foucault remarque dans Les Mots et les Choses que les théories téléologiques affleurèrent lorsque "l'homme se trouva vide d'histoire", ce qu'il démontre en constatant que l'homme du début du 19e siècle, tout à coup privé de la certitude qu'il était inscrit dans un dessein divin, se mit à fouiller ses racines historiques dans l'antiquité. Faut-il banaliser Foucault en rappelant ici les travaux de Champollion ? Faut-il abonder dans son sens en mentionnant le premier formulateur d'une philosophie mettant l'humanité au premier rang dans sa conception générale du monde ? Vico, homme du Siècle des Lumières construisit la première théorie téléologique qui, déjà, découpait l'histoire en trois âges : celui des dieux, celui des héros et celui des hommes. Sans en tirer certitude, on peut constater que les théories téléologiques s'offrent comme autant de tentatives d'apporter une réponse "scientifique" aux angoisses ontologiques ; tout comme les leçons de morale quotidiennes de l'école publique de Jules Ferry proposaient un catéchisme laïc de substitution.

23L'idéalisme dialectique du binôme. usure-rupture informe la quasi totalité des livres d'histoire américains, lesquels dupliquent cet optimisme obsédant. Je veux parler des manuels scolaires et universitaires, ces livres qui forgent l'esprit des générations ; mais aussi de l'étude de Carroll et Noble The Free and the Unfree qui, tout en se donnant à lire comme une histoire des laissés-pour-compte, entrevoit un monde meilleur. Et même A People's History of the United States de Howard Zinn (qui réalise le tour de force de faire l'impasse sur la Guerre Civile, souvent présentée Outre-Atlantique comme la rupture par excellence !) évoque un espoir de changement. On le voit, jusqu'à un certain point aisément détectable, Marx aurait pu être américain parce qu'il pensait que l'humanité était en mesure de résoudre tous les problèmes qui se posent à elle.

  • 9 Ce terme est approximatif, Foucault s'étant finalement fixé sur le primat de la relation nietzsché (...)

24Nietzsche, dans lequel Aron et Foucault ont puisé, pensait que l'humanité ne se pose que les problèmes qu'elle résoud. Henry Adams ne mentionne Nietzsche qu'une seule fois dans The Education, contre six pour Marx et de même pour Comte qu'il critique d'abondance puisque le chaos est, aux yeux de ce Narcisse inquiet, l'ultime aboutissement de l'histoire. Mais il y a dans The Education des idées fécondes que les historiens phénoménologistes9 ne renieraient pas : que l'ordre est un songe creux et que si l'histoire se meut bel et bien, c'est sans direction.

25A en croire cette lettre écrite à son frère, Henry Adams était obsédé par le pouvoir délétère de la science :

I tell you these are great times. Man has mounted science, and is now run away with. I firmly believe that before many centuries more, science will be the master of man. The engines he will have invented will be beyond his strength to control.

26Plus tard, après avoir mesuré son insignifiance devant l'énorme dynamo de l'exposition universelle de 1900, Henry Adams imaginera lui aussi des cycles historiques, qu'il décrètera au nombre de quatre : "Religious" jusqu'en 1600, "Mechanical" jusqu'en 1900, "Electrical" jusqu'en 1917 et enfin "Ethereal" jusqu'en 1921, année où le chaos devait s'installer. Notre monde moderne n'allant ni mieux ni plus mal que le sien, il est patent qu'Adams s'est trompé. N'est-ce pas le risque à courir quand on entreprend de plaquer usures et ruptures, bref son ordre, sur l'histoire ? Arguer que l'histoire s'abolira dans le chaos ou bien triomphera au jour de l'avènement d'une société parfaite, c'est faire un commentaire sur la mémoire. Commenter est une pratique, et, en la prenant pour telle, on étudiera l'histoire en se gardant bien de secréter du rationnel et de dissimuler l'hétérogène sous une réification univoque. Au fond, ces commentaires sont source de connaissance en ce qu'ils permettent de saisir les époques qui les ont produits. Telle est la seule valeur du binôme usure-rupture.

Notes

1 Je me déclare en plein accord avec cet extrait de l'introduction au livre de P. Lagayette, Les Grandes Dates de l'Histoire Américaine (Paris, Hachette, 1993) : « L'histoire des Etats-Unis se prête admirablement au formalisme de l "'événement historique " : le passé national, conçu bien souvent comme une succession de ruptures, de charnières, de " fins " et de " commencements ", s'accommode fort bien de l'intensité symbolique dégagée par certaines dates, auxquelles s attache l'idée (si chère aux Américains) de renouveau et de progrès. »

2 S'il faut un déclencheur (mais le phénomène est sans doute infiniment plus diffus que cela) je nommerai le discours de Gettysburg proclamant la « nouvelle naissance de la liberté ». Les ruptures envahissent les livres d'histoire, même là où les contemporains de l'événement ne se recommandèrent pas d'une nouveauté. Ne parle-t-on pas à présent de " new democracy " pour évoquer les changements politiques survenus à l'époque d'Andrew Jackson ?

3 Voir Jean Rivière, Le Monde des Affaires aux Etats-Unis, Paris, Colin, 1973, pp. 201-219.

4 Le désir est le fait que les mécanismes tournent, que les agencements fonctionnent, que les virtualités se réalisent.

5 "A ceux qui invoquent toujours l'Histoire, et qui protestent contre l'indétermination d'un concept comme celui de « mutation » pour exprimer la manière dont une nouvelle formation surgit, il faut rappeler la perplexité des vrais historiens quand il s'agit d'expliquer pourquoi le capitalisme en tel lieu et à tel moment, tandis que tant de facteurs semblaient le rendre possible ailleurs et à d'autres époques." (G. Deleuze, Un Nouvel Archiviste, Montpellier : Fata Morgana, 1972, p. 47.)

6 Une des voix les plus tonnantes, Lyman Trumbull, venait de l'Ohio. On serait mal avisé d'y voir un hasard, l'Ohio étant une des têtes de pont du " Chemin de Fer Souterrain ".

7 La répartition de la population noire était la suivante en 1950 : 13,4 % dans le Nord-Est, 14,8 % dans le Middle-West, 3,8 % dans l'Ouest et 68 % dans le Sud.

8 Stevenson remporta 9 Etats du Sud en 1952 et 7 seulement en 1956, perdant la Louisiane, le Kentucky, la Virgine de l'Ouest, mais gagnant le Missouri.

9 Ce terme est approximatif, Foucault s'étant finalement fixé sur le primat de la relation nietzschéenne que l'on peut résumer ainsi : (1) tout dépend de tout et (2) rien n'existe transhistoriquement. (P. Veyne, Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1978, p. 228)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter