Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Rupture narrative, rupture subjective : le cas Sorel

Daniel Riou

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Leroy, " Réflexions critiques de Charles Sorel sur son œuvre romanesque ", XVIIème sièc (...)
  • 2 Ce courant, propre au XVIIème siècle, d'origine populaire et d'abord sans ambitions, a été influenc (...)
  • 3 Qui leur sont ou non contemporains, romans mythologiques, romans de chevalerie, romans pastoraux, r (...)
  • 4 Antoine Adam, Romanciers français du XVIIème siècle, Gallimard, 1958, p. 34. C'est cette édition qu (...)

1C'est dans la perspective d'un XVIIe siècle triplement fondateur pour la naissance de l'écrivain moderne, pour l'expansion du genre romanesque et pour l'histoire de la subjectivité que je voudrais situer mon propos. Ou alors, dans la perspective de ce qu'on appelle aujourd'hui âge baroque et qu'on considère souvent, entre Renaissance et Classicisme, comme un moment de crise intellectuelle marquée par le doute, la diversité et l'absence de règles. 1570-80 / 1640-60, telles sont, selon les auteurs, les limites de cette période de mutations pendant laquelle naît (vers 1600) et commence à écrire Charles Sorel dont l'œuvre est encore trop méconnue : notamment cette Histoire comique de Francion publiée en 1623, puis, augmentée, en 1626 et 1633. Ce texte, l'un des tous premiers de Sorel, reste le chef d'œuvre d'une production considérable interrompue seulement en 1673, un an avant la mort de l'auteur. La source romanesque s'est-elle précocement tarie au profit d'une polygraphie qui commence dès les années 1630 ? Peut-on parler d'usure de l'esprit romanesque chez un écrivain conscient que le roman est un genre d'autant plus discrédité que la discipline culturelle s'impose avec les années ? C'est possible, mais ce n'est pas si simple. Malgré ce discrédit, l'Histoire comique de Francion reste une des œuvres les plus rééditées du siècle, une vingtaine de fois, même après la mort de l'auteur. L'échec du roman satirique Polyandre, en 1648, semble marquer un arrêt définitif. Sans cet échec Sorel aurait-il continué à écrire des romans comme on l'a prétendu ?1 Tout au moins de ces "histoires comiques"2 qui contestent ou parodient les romans idéalistes traditionnels3. C'est possible bien que Sorel en tant que critique n'ait jamais cessé de dévaloriser l'idée même de fiction, l'Histoire restant à ses yeux un genre majeur. Quoi qu'il en soit, si usure il y a, observable sur le long terme, cette usure semble avoir pour prélude une rupture ponctuelle, celle qui affecte le chef d'œuvre de jeunesse. Le Francion subit en effet, dès sa seconde édition, de profondes modifications formelles. Antoine Adam, éditeur du roman à La Pléiade, a insisté sur le nouvel ordre moral qui aurait obligé Sorel, dès 1626, à faire disparaître "les mots obscènes", à supprimer "les audaces de pensée" qui pouvaient blesser "l'orthodoxie religieuse"4. Mais il ne s'est pas intéressé aux transformations qui affectent le dire romanesque d'une édition à l'autre.

  • 5 Les 7 livres de 1623 deviennent 8 en 1626, le livre 5 ayant à cette date été scindé en deux. Avec l (...)

2Comment s'effectuent les trois livraisons du Francion ? Chaque nouvelle édition ajoute des Suites à la précédente : trois nouveaux livres en 1626, un livre supplémentaire en 16335. D'autre part, chaque nouvelle édition modifie à l'occasion par des variantes les livres précédemment édités. Or, suites et variantes témoignent d'une préoccupation commune : une contestation des modalités du dire romanesque antérieurement mises en œuvre.

  • 6 La vie Lazare de Tormes et de ses fortunes et adversités (anonyme, 1554), Le gueux ou la vie de Guz (...)
  • 7 Livres 3, 4, 5 et 6.
  • 8 pp. 291-296.

3Notons d'abord que cette "histoire comique" raconte la vie, les aventures et l'évolution morale d'un jeune seigneur d'abord libertin : ceci relève plus du roman d'apprentissage que du roman picaresque comme on l'a parfois injustement qualifié. Bien sûr Francion raconte sa vie comme un picaro, mais les tribulations de cet aristocrate qui essaie toujours de se rendre maître de son destin, même si c'est parfois en vain, relèvent de la quête, elles n'ont rien à voir avec les errances et les déambulations d'un gueux. Autre différence fondamentale, le récit de Francion est encadré par un narrateur premier, qui est inexistant dans la tradition picaresque : Lazarillo de Tormes, Guzman d'Alfarache ou Don Pablos de Ségovie prend directement en charge son récit, ce qui n'est pas le cas de Francion6. Ce point est de toute importance. Ce narrateur premier, que j'appelle à l'occasion le narrateur sorélien, cette instance racontante qu'anime l'auteur réel, attribue à Francion, mais pas tout de suite, le droit de raconter lui-même son histoire. Comprenons que ceci concerne le procès d'énonciation narrative, non pas le contenu du récit, l'énoncé romanesque. Le narrateur premier aurait pu tout raconter luimême : si on se place du point de vue de la réception, le lecteur aurait appris exactement les mêmes choses. Bien sûr le procédé est connu, il y a la tradition, encore forte au XVIIe siècle, du récit à tiroirs. Le narrateur premier raconte qu'un personnage raconte... on pourrait ajouter etc. : à trop multiplier les degrés, le lecteur finit cependant par s'y perdre. Ce n'est pas du tout le cas dans le Francion que nous pouvons comprendre de la manière suivante : si l'on accepte l'idée que tout récit interne relève d'une démission du narrateur premier au profit d'un personnage devenu narrateur à son tour, narrateur intradiégétique--le roman de Sorel repose d'abord sur un partage. En 1623 le héros bénéficie du statut de narrateur interne durant quatre livres sur sept7, soit environ 60 % du récit. Ce n'est que progressivement que Francion accède à ce statut qu'il assume pleinement à partir du livre trois. A cette date cette cession du pouvoir de raconter, cette délégation narrative, se fait dans une certaine transparence et alors que le héros finit en général par triompher de l'adversité. Le récit d'encadrement est quant à lui marqué occasionnellement par l'emploi de la première personne du singulier. C'est donc dans la transparence que ce narrateur se manifeste, interpellant parfois directement le lecteur : "... je vous asseure que deux ou trois lieuës durant ils furent poursuivis..." (p. 87), "Francion rapporta là dessus les choses (...) qui sont celles là mesmes que j'ay dit qu'il fit" (p. 99). C'est dans la transparence aussi qu'il intervient aux articulations entre les différents livres. Tout se passe comme si le partage des voix narratives, externe et interne, allait de soi. Au livre six -- intention parodique de Sorel qui s'en prend à la traditionnelle technique du récit à tiroirs--l'emboîtement narratif connaît durant cinq pages8 un troisième degré. Le narrateur sorélien raconte que Francion... raconte que lui-même a raconté une histoire dont il est cette fois absent. C'est une ultime démultiplication du dire romanesque qui, ironiquement, s'en prend à l'acte narratif, les rapports entre Francion et le narrateur sorélien diffractant une problématique de la subjectivité qui va ensuite s'exacerber.

  • 9 Martine Debaisieux, Le procès du roman : Ecriture et contrefaçon chez Charles Sorel, Anma Libri, Sa (...)
  • 10 Vers une fin très morale, quand il épouse Nays, image de la femme idéale, après avoir, au début du (...)
  • 11 Georges Blin, Stendhal et les problèmes du roman, Corti, 1954.
  • 12 Gérard Genette, Figures III, Le Seuil, 1972.

4En effet, dès 1626, tout change. Au plan du contenu, le héros n'est plus tout à fait le même : il a perdu de sa "franchise", au sens que ce mot pouvait avoir à l'époque, liberté ou indépendance en outre liée à sa naissance ; il triche à l'occasion et se trouve plus souvent en position de victime. On a parlé de la "répudiation d'un personnage"9. Mais il y a aussi répudiation du héros en tant que narrateur interne puisque parallèlement Francion perd aussi ce statut. Dans les livres ajoutés la procédure de délégation narrative est devenue rare et ne profite pas plus à Francion qu'à des personnages secondaires. Bien sûr, l'économie événementielle et la réflexion philosophique sous-jacente à l'évolution psychologique du héros imposent leurs nécessités10. Cela dit, la destitution narrative de Francion est d'autant plus significative qu'elle s'accompagne d'une évolution caractéristique du narrateur premier qui devient beaucoup plus présent, mais de manière contradictoire, dans les suites comme dans les variantes. D'un côté, il tend à renoncer à l'usage du je, comme s'il recherchait une certaine neutralité. De l'autre, au contraire, il étend l'espace de ses propres commentaires, ces "intrusions d'auteur" dont parlait G. Blin11, ce que Genette appelle le "discours extranarratif"12 et qui permet de mettre le récit à distance et de contester le principe de la représentation mimétique. Dès le début des suites de 1626, le ton change : "Lors qu'un homme remply de presomption entend dire quelques mots ambigus il leur trouve un sens à sa gloire. Celuy qui croit estre hay d'un chacun trouve tout a son blasme (...) Ainsi les fantaisies des hommes...", etc..., (p. 348). Le narrateur ne se contente plus de raconter, il commente. Tendance de plus en plus accentuée de 1626 à 1633, date à laquelle une variante modifie l'ouverture du texte qui, initialement, parodiait les images poétiques des débuts de romans traditionnels : "Les voiles de la nuict avoient couvert tout l'Orison lorsqu'un Vieillard qui s'appelloit Valentin sortit d'un Chasteau de Bourgongne avec une robe de chambre, un bonnet rouge en teste..." (p. 65) In medias res : on est introduit immédiatement dans l'univers de la fiction, le récit est transparent. Le narrateur ajoute : "... encore ne sçay je pourquoi il n'avoit pas ses lunettes..." (ibid.) Ce Je d'un narrateur souvent facétieux qui va même jusqu'à relativiser l’omniscience virtuelle qui devrait être la sienne. Cette incertitude, "ne sçay je pourquoi", est comme une tentative de focalisation externe avant la lettre : : le narrateur en raconte moins que ce que sait le personnage. Il est bien présent mais semble s'effacer sans difficulté au profit de la liberté romanesque comme il se démettra plus loin de son acte narratif. Une subjectivité mouvante qui se cherche dans l'aléatoire semble accompagner la fantaisie ludique qui caractérise aussi cette fin de période.

5Voyons ce qui se passe en 1633, quand une longue variante vient modifier le début du roman : "Nous avons assez d'Histoires tragiques qui ne font que nous attrister. Il en faut maintenant voir une qui soit toute Comique, et qui puisse apporter de la delectation aux esprits les plus ennuyez." (p. 1270). Ce nous, d'une certaine manière un peu plus neutre que le je, mais qui implique les lecteurs dans un débat sur l'esthétique romanesque : c'est Sorel, critique littéraire, qui pointe là. Or, si cette histoire comique doit distraire, "neantmoins elle doit encore avoir quelque chose d utile, et toutes les fourbes que l'on y trouvera apprendront a se garantir de semblables." (ibid.) Un souci d'édification morale envahit le récit alors qu'en 1623 cela ne touchait que l’avertissement au lecteur, là où peut s'exprimer directement l'auteur réel, non pas le narrateur qui reste une instance fictive. Ainsi, dès 1626 lé récit perd de sa spontanéité : de manière contradictoire, l'acte narratif est moins directement assumé par le je, alors qu'il devient plus intégrant. Le récit a perdu sa transparence en même temps que Francion a été destitué de son rôle de narrateur interne.

  • 13 Genette, Seuils, Le Seuil, 1987.

6Cette rupture, dans le procès d'énonciation confirmée dans la troisième édition s'accompagne de profondes transformations qui se lisent aussi dans les marges préfacielles du récit, aux seuils de l'œuvre13.

  • 14 René Démoris Le roman à la première personne, Colin, 1975, p. 85.

7En 1623 un unique "Avis d'importance au lecteur" précède le récit. Un auteur anonyme s'y exprime et y définit son projet : l'"histoire comique", on vient de le voir, doit distraire, mais aussi éduquer le lecteur et corriger ses vices. Le regard de Sorel sur ses contemporains est très sévère, notamment sur les aristocrates dont les comportements trahissent la naissance. Marqué lui-même, comme Francion, par les idéaux nobiliaires, Sorel met alors en jeu la question de l'écriture et de la condition bourgeoise de l'écrivain. Opposé à "l'homme d'action" qui est "propriétaire légitime de l'histoire" a dit René Démoris, "l'écrivain qui est condamné à n'en posséder que le signe fait figure d'usurpateur"14. C'est là un des grands drames de Sorel qui garde l'anonymat pour cette œuvre de fiction dont il n'avouera jamais ouvertement la paternité.

  • 15 " le jugement y abonde (...) je n'ay rien dit sans raison ", p. 63.
  • 16 Alain Viala, Naissance de l'écrivain, Minuit, 1985.

8Mais en 1626 les choses se compliquent. Sorel, toujours anonyme, étend et surtout multiplie ces seuils, ces lieux de négociation avec le lectorat et l'institution. Une épître adressée "Aux Grands" est résolument provocatrice : "Ce n'est pas pour vous dédier ce Livre que je vous fais cette Epistre, mais pour vous apprendre que je ne vous le dedie point" (p. 1259). Sorel défend alors la valeur acquise au détriment de la naissance quand celle-ci ne s'accompagne pas des actions qui devraient en relever. C'est bien encore le bourgeois qui s'exprime là. A cette date l'avertissement de 1623 est rejeté à la fin du récit. Sorel l'augmente considérablement, multipliant précautions et justifications. Il y défend son œuvre comme il l'avait déjà fait en 1623 pour son bon sens15 ("le jugement y abonde (...) je n'ay rien dit sans raison", p. 63), mais aussi pour son audace puisque ce livre contient "des choses que personne n'a eu la hardiesse de dire" (p. 1261). A l'inverse--on a du mal à apprécier la part d'auto-dérision ou d'hypocrisie-il dévalue aussi son entreprise. Savoir écrire "c'est une si petite perfection qu'il n'y a pas beaucoup de gloire à la posséder" (p. 1264). En effet, "c'est quand l'on se vante de surmonter toutes sortes d'accidens et de sçavoir bien conduire des peuples, que l'on tesmoigne d'estre superbe" (ibid.) Ce qui mène Sorel, c'est logique, à justifier son anonymat. Ce "qui monstre clairement que je me soucie fort peu d'estre tenu pour Escrivain, est qu'abandonnant mon ouvrage, sans y mettre mon nom, la gloire que je me donne ne me saurait apporter de profit" (p. 1264). Sincère ou pas, Sorel exprime une manière d'accouchement difficile, la naissance institutionnelle de l'écrivain, dans les termes d'Alain Viala16, s'annonçant pour le milieu du siècle. Et ce n'est pas seulement sa fonction d'homme de lettres que Sorel met en question, c'est aussi sa propre personne, dans une sorte de dénégation "autobiographique", pour impropre que soit cet adjectif à qualifier une œuvre littéraire de l'époque : "Quand j'aurois trouvé place pour me depeindre en quelque endroit de mon livre où l'on pu voir qui je serois, je ne pense pas que je le voulusse faire." (ibid.) On le voit, la question de la paternité de l'œuvre et la question générique-fiction ou récit personnel--sont liées. Ce qui apparaîtra encore plus net et plus complexe en 1633.

  • 17 1607-10-19-24.
  • 18 Les amours de Floris et de Cléonthe.
  • 19 En fait le vrai Du Parc serait mort au plus tard en 1625.

9A cette date, le roman paraît sous ce titre : La vraie histoire comique de Francion composée par Nicolas De Moulinet, sieur du Parc, gentilhomme lorrain, et est précédé d'une épître adressée à Francion, signée par ce même Du Parc. Le procédé n'est pas nouveau : Honoré d'Urfé, lui aussi, s'adresse à ses personnages avant de commencer le récit de L'Astrée17. Ce qui, en revanche, n'est pas banal, c'est que ce Sieur du Parc a bel et bien existé, en réalité Nicolas Le Moulinet (notons au passage le rajout de la particule), un obscur écrivain normand ayant publié en 1613 un texte où apparaît fugitivement un personnage accessoire nommé Francion !18 Ce Du Parc, il en est ensuite question, immédiatement après, dans l "'Advis aux lecteurs touchant à l'Autheur de ce livre". Cet avis non signé prétend établir l'histoire du texte dont cette édition aurait eu lieu d'après les manuscrits de l'auteur disparu entre temps19. On y relate, parfois avec ironie, les circonstances bien incertaines dans lesquelles Francion, personnage réel, aurait raconté ses aventures à Du Parc : "Toutesfois c'est a sçavoir si ce n'est point encore icy une autre fiction d'esprit, ou si ce Francion c'estoit veritablement quelque gentilhomme amy de du Parc dont il avoit entrepris d'escrire la vie, et duquel il avoit eu quelques memoires" (p. 1269). En fait, l'ambiguïté est déjà sous la plume du prétendu Du Parc qui a précédemment écrit à Francion ce qui ne manque pas de surprendre : "Vos avantures passées je les ay deguisées d'une telle sorte, y adjoustant quelque chose des miennes et changeant aussi vostre nom, qu'il faudroit estre bien subtil pour decouvrir qui vous estes" (p. 1267). Ainsi l'auteur pseudonyme, conformément à un usage fréquent au XVIIème siècle, laisse-t-il planer le doute quant au caractère fictif de l'œuvre. Il serait en outre tenté par l'autobiographie qui est pourtant relativement irrecevable dans le champ des possibles culturels puisque l'état de la subjectivité littéraire ne permet alors de ranger sous la rubrique "récits personnels"que les "Mémoires" dont l'enjeu excède la seule problématique de la personne individuelle, en s'investissant dans une cause élargie, l'Histoire, Dieu, l'Etat...

  • 20 Debaisieux, Op. cit.

10Ultime et vertigineuse déconstruction de la subjectivité romanesque, un jeu de renvois s'établit entre l'appareil préfaciel et le récit lui-même. D'abord poète de cour, Francion devient prosateur en 1626 et revendique la paternité d'un texte à venir et intitulé Le Berger extravagant. Ceci non plus n'est pas banal. Le Berger extravagant est en fait un autre roman de Sorel, écrit à la même époque et publié en 1627, un an après le 2ème Francion. Là encore, Sorel et son héros se superposent. Mais voilà qu'en 1633 une variante vient mettre un terme au procès qui oppose, par delà les rapports narratifs, Sorel et Francion. Dans cette variante, Francion écrivain prononce un long développement constitué d'extraits des préfaces des éditions antérieures. Autrement dit, Francion reprend dans le récit des propos que l'auteur anonyme avait précédemment formulés aux seuils du roman. Autre point intéressant, cette variante de 1633 supprime l'allusion au Berger extravagant que Francion, en 1626, promettait d'écrire. Comme si, une fois encore, le héros se faisait déposséder, ou comme si Sorel reprenait d'une main ce qu'il avait accordé de l'autre. En outre, Sorel veut-il, en 1626, tout en gardant l'anonymat, donner avant terme une clef pour la double paternité des deux romans ? Et aurait-il ensuite, voulant brouiller les cartes, regretté d'en avoir trop dit, Le Berger extravagant ayant eu moins de succès que l'Histoire comique ? Rien n'est simple chez ce romancier dont on a souligné la "mobilité capricieuse"20. Cela dit, s'il y a place dans tout cela pour de la variation hasardeuse, il est tout de même utile d'essayer d'y lire les modalités d'une rupture.

  • 21 En 1624.
  • 22 Adam, Op. cit.

11Au plan strictement narratif, on l'a vu, la rupture, est franche. Or, entre les deux premières éditions, a lieu un changement politique important, l'arrivée de Richelieu au pouvoirayant valeur de symbole21. Une "attitude nouvelle"22 des autorités civiles entraîne rigueur et répression culturelles : des déterminations ponctuelles s'exerceraientelles, non plus seulement sur les contenus, mais sur des formes qui, travaillées sur le plus long terme, étaient prêtes pour cela, notamment en matière d'énonciation narrative ? La question n'est pas simple. Quoi qu'il en soit, en 1623, le partage des voix allait un peu de soi alors que l'anonymat de Sorel ne semblait pas poser de problèmes. A la fin de cette période de liberté culturelle, l'homme de lettres dont la silhouette institutionnelle était encore floue, n'avait pas besoin d'être sérieux. Ensuite, les marques explicites du narrateur tendent à s'effacer en même temps que s'amplifient ses interventions obliques qui minent la fiction et en même temps que le héros est déchu de son droit de raconter. Une expansion du discours critique vient régenter la fantaisie initiale du roman. Un nouveau traitement de la subjectivité romanesque se met donc en œuvre, mais de manière complexe et contradictoire.

12D'un autre côté, l'analyse des rapports entre le récit lui-même et les préfaces a rendu compte de changements de stratégies qui, entre l'être et le paraître, s'inscrivent dans les mouvances de la pensée baroque, une subjectivité inquiète qui se cherche, hésitant entre l'apparition et le retrait.

  • 23 Ce sont ; ces événements, assez récents, qui marquent le plus fortement les esprits. Mais il faut t (...)

13Concluons. En 1633, on l'a vu, Francion ne revendique plus la paternité du Berger extravagant, mais parle en revanche d'un "Livre sans tiltre. (p. 1326) Quant à la dédicace "Aux Grands" qu'il reprend à son compte, il n'hésite pas à dire qu'elle "n'est point dedicatoire, mais plustost negatoire. (ibid.) Livre sans titre, anti-dédicace, rien ne va plus. En fait, on peut analyser les choses comme ceci : figure nouvelle de l'écrivain et de l'intellectuel modernes, Sorel, comme tout individu est d abord confronté à une crise de la subjectivité qui exprime les nouveaux rapports de l'homme à lui-même et au monde après, notamment, les déceptions qu'ont engendrées la division religieuse et les guerres civiles23. De surcroît, producteur de biens symboliques selon l'expression de Pierre Bourdieu, il cristallise et médiatise par l'écriture cette crise de la subjectivité. Par ailleurs, l'écrivain tel que nous le concevons aujourd'hui connaît alors une laborieuse inscription institutionnelle qui exacerbe cette crise de la subjectivité. Cette surdétermination du sujet de l'écriture par l'incertitude institutionnelle s'exprime dans les procédures conflictuelles d'un procès d'énonciation romanesque dont les modalités de rupture (s) sont d'autant plus caractéristiques que les années 1620-30 sont marquées par un profond changement politique, culturel et idéologique. A une date où tout, dans l'esprit de Sorel, est vécu dans la contradiction, quand la tentation de l'écriture s'oppose aux valeurs aristocratiques qui sont implicitement contestées par le pragmatisme bourgeois et jugulées par l'ordre monarchique. Quand aussi l'évanescence et l'instabilité baroques se heurtent à la recherche rationaliste de certitudes comme au classicisme qui s'annonce.

Notes

1 Jean-Pierre Leroy, " Réflexions critiques de Charles Sorel sur son œuvre romanesque ", XVIIème siècle, n° 105, 1974, pp. 29-47.

2 Ce courant, propre au XVIIème siècle, d'origine populaire et d'abord sans ambitions, a été influencé par les fabliaux du Moyen-Age, les contes italiens, les romans picaresques. Il devient vite un champ d'expérimentation pour esprits d'avant-garde.

3 Qui leur sont ou non contemporains, romans mythologiques, romans de chevalerie, romans pastoraux, romans héroïques.

4 Antoine Adam, Romanciers français du XVIIème siècle, Gallimard, 1958, p. 34. C'est cette édition que je cite.

5 Les 7 livres de 1623 deviennent 8 en 1626, le livre 5 ayant à cette date été scindé en deux. Avec les 4 livres ajoutés le total devient donc douze et non pas onze.

6 La vie Lazare de Tormes et de ses fortunes et adversités (anonyme, 1554), Le gueux ou la vie de Guzman d'Alfarache, Guette-chemin de vie humaine, (Mateo Alemàn, deux parties, 1599-1604), La vie de l'Aventurier Don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, (Don Francisco de Quevedo y Villegas, 1626).

7 Livres 3, 4, 5 et 6.

8 pp. 291-296.

9 Martine Debaisieux, Le procès du roman : Ecriture et contrefaçon chez Charles Sorel, Anma Libri, Saratoga, Californie, 1989.

10 Vers une fin très morale, quand il épouse Nays, image de la femme idéale, après avoir, au début du roman, courtisé Laurette, prostituée notoire.

11 Georges Blin, Stendhal et les problèmes du roman, Corti, 1954.

12 Gérard Genette, Figures III, Le Seuil, 1972.

13 Genette, Seuils, Le Seuil, 1987.

14 René Démoris Le roman à la première personne, Colin, 1975, p. 85.

15 " le jugement y abonde (...) je n'ay rien dit sans raison ", p. 63.

16 Alain Viala, Naissance de l'écrivain, Minuit, 1985.

17 1607-10-19-24.

18 Les amours de Floris et de Cléonthe.

19 En fait le vrai Du Parc serait mort au plus tard en 1625.

20 Debaisieux, Op. cit.

21 En 1624.

22 Adam, Op. cit.

23 Ce sont ; ces événements, assez récents, qui marquent le plus fortement les esprits. Mais il faut tenir compte aussi de la révolution scientifique copernico-galiléenne, de l'effondrement du monde féodal qui s'accompagne du développement de l'économie de marché et d'une nouvelle configuration géopolitique (les Etats modernes), ainsi que de pensées nouvelles qui ébranlent les esprits comme celle de Machiavel pour la politique, ou de Montaigne pour la psychologie.

Auteur

Université de Rennes II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable