Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Statut du clivage en linguistique : a lot of / lots of much / many

Anne-Marie Santin-Guettier

Texte intégral

1L'objectif que nous poursuivons ici consiste à discerner la ligne de partage entre A LOT et LOTS d'une part et MUCH et MANY d'autre part. Nous ne nous intéresserons pas à l'un ou à l'autre de ces opérateurs de manière spécifique ; en revanche, nous nous attacherons à les confronter afin de mieux en définir, par un jeu de contrastes, les potentialités opérationnelles. En effet, c'est à partir de cette mise en regard, principalement quoique non exclusivement dans les affirmatives, que l'on pourra envisager le statut linguistique de chacun.

2Tout au long de cette exploration, certains facteurs seront pris comme autant de tests de notre hypothèse centrale : la séparation entre les mots (cf. A LOT OF) signalerait la neutralité, l'objectivité, de l'énonciateur, tandis que l'absence de séparation (cf. LOTS/MUCH/MANY) serait propice au commentaire, et à l'expression de la subjectivité. Autrement dit, des phénomènes qui pourraient sembler exclusivement linguistiques auraient des répercussions importantes dans la construction du discours.

3Avant de nous pencher sur les phénomènes syntaxiques et sur l'environnement contextuel des quantifieurs à l'étude, il convient d'examiner la constitution interne de ces derniers.

1. Présentation générale

4En anglo-saxon, MICHEL (variantes : MUCHEL, MOCHEL) signifiait "great". En moyen anglais, MOCHE (MUCHE, MICHE) s'employait également pour indiquer la taille : "tall". Quant à MANIG, il signifiait "numerous" en anglo-saxon.

  • 1 D. Bolinger, 1972, p. 58.

5Alors que MUCH et MANY ont toujours eu vocation d'adjectifs, d'adverbes ou de pronoms, A LOT affiche dès le départ les caractéristiques d'un groupe nominal en associant un déterminant à un élément d'apparence lexicale. De même, LOT prend volontiers la marque du pluriel, comme le ferait tout autre nom. Bolingerfait remarquer à juste titre : "One can imagine an adolescent ending a letter with any of the following: Oceans (mountains, gobs, worlds, volumes, barrels, bucketfuls, hurricanes...) of love." LOTS trouverait tout aussi bien sa place parmi les noms cités.1

6Peut-être l'étude de Bolinger aurait-elle gagné à préciser que la vocation lexicale de LOT tient d'abord à sa charge sémantique. Nombreuses en sont les ressources dans ce domaine puisque, en fonction du contexte, il signifiera le sort, la destinée, un lot, un paquet, un terrain, un individu, la totalité, ou encore une grande quantité.

7On ne s'étonnera plus, à ce stade, que LOT fonctionne tout naturellement avec un déterminant du nom, à savoir A, et qu'il prenne la marque du pluriel lorsqu'il est la cible de l'opérateur Ø :

(1) I have met Ø lots of people in my life.
(2) I have met
Ø thousands of people in my life.

8Nous reviendrons sur l'alternative A LOT/LOTS en contexte.

9Soulignons d'ores et déjà que A est issu du vieil anglais AN, du ancêtre numéral ONE. Or, dans le cadre du dénombrement, ONE se situe à l'origine : il constitue l'amorce, la prémisse sans laquelle la mise en place du nombre est invalidée.

  • 2 P. Cotte. : "OF et la modification". Sigma, 1984.
    C. Delmas. Structuration abstraite et chaîne linéa (...)

10Certaines études ont prouvé que l'opérateur OF, quant à lui, possède la double propriété de relier et de séparer le segment placé à sa gauche et celui qui se trouve à sa droite ; la plupart des prépositions ont en commun cette caractéristique.2 En outre, OF et OFF ont la même racine. Or OFF étant la marque explicite du clivage, OF ne saurait nouer entre les mots des relations denses et contraignantes ; tout au plus s'agit-il de relations à un premier degré. Autrement dit, OF fait office de charnière tout en laissant une certaine autonomie aux éléments qu'il relie.

11Récapitulons : trois éléments se conjuguent et œuvrent dans le même sens :

  • l'amorce du dénombrement, dont l'opérateur A est la trace

  • la mémoire lexicale dont LOT est le dépositaire

  • le premier niveau de relations mis en place par OF.

12Un quatrième facteur revêt une importance égale à celle des trois éléments réunis : l'existence des clivages qui informent la configuration A # LOT # OF (#) cible.

13A ce stade, une précision s'impose. Le terme de "clivage" ne recouvre pas selon nous une réalité linguistique équivalente à une absence de relations. Il renvoie avant tout aux clivages graphiques dûs à l'absence de soudure entre les éléments que sont A, LOT et OF ; le résultat n'est autre qu'un agencement à trois termes, c'est-à-dire un STATUT DU CLIVAGE EN LINGUISTIQUE opérateur complexe n'ayant pas accès à la soudure. Cet état de langue entraîne deux conséquences :

- l’existence de relations au premier degré -- Image 10000000000000210000001E7479E12D.jpg par convention -- entre ces trois composantes : A Image 10000000000000240000001E7C8AC16B.jpg LOT Image 10000000000000240000001EBAE59E45.jpg OF.

- l’existence d’une relation Image 10000000000000240000001E39452551.jpg entre A LOT OF et sa cible : A LOT OF Image 10000000000000210000001E937A2975.jpg cible, ou plus exactement, l’existence, entre A LOT et sa cible, d’une relation Image 10000000000000220000001E49946AA4.jpg médiatisée par OF.

14Notre hypothèse est donc la suivante : le mécanisme interne de chaque configuration -- A LOT OF [cible]/LOTS OF [cible]/MUCH [cible]/MANY [cible] -- détermine le type de relation que cette même configuration nouera avec sa cible et le degré de subjectivité de l'énonciateur dans son discours.

15Si cette hypothèse se vérifie, MUCH et MANY entretiendraient avec leur cible une relation beaucoup plus forte, de type ®. Cette fois, la cible ne se caractériserait plus par un certain degré d'autonomie, mais se trouverait sous la coupe du quantifieur. En d'autres termes, le quantifieur s'annexerait sa cible et l'énonciateur aurait une forte emprise sur son dire.

  • 3 La relative autonomie propre à la cible de A LOT et de LOTS se manifeste non seulement par le maill (...)

16Or, précisément, autant A LOT et LOTS font appel à OF, autant MUCH et MANY sont en mesure d'avoir prise directe sur le nom. Par le clivage dont il garde mémoire, OF dilue quelque peu la relation entre A LOT/LOTS et le segment placé à droite, tandis que MUCH et MANY ne voient en rien leur pouvoir de cohésion limité3.

17Toute langue étant investie d'une cohérence certaine, ces propriétés ne se trouvent nullement altérées lorsque ces mêmes quantifieurs se placent en fin d'énoncé ou après leur cible (cf. I like your dog very much).

2. Étude syntactique

18Il n'est d'ailleurs pas surprenant que les rôles syntaxiques principaux de A LOT/LOTS d'une part, et de MUCH/MANY d'autre part se répartissent différemment.

  • 4 A. -R. Tellier, 1971, pp. 273-274

19Nous citerons ici A. -R. Tellier4 :

"a) Dans les affirmatives, MUCH et MANY sont relativement rares. [...]
MUCH TIME --> PLENTY OF TIME, A LOT OF TIME, LOTS OF TIME
MANY BOOKS--> LOTS OF BOOKS, A LOT OF BOOKS, PLENTY OF BOOKS.
Ces substitutions, pour fréquentes qu'elles soient, ne sont cependant pas toujours possibles :
- MUCH et MANY, même en affirmative, sont seuls possibles (les expressions ci-dessus étant radicalement exclues) lorsque figurent devant eux des adverbes tels que AS, SO, TOO, HOW […].

- Très souvent MUCH et MANY reparaissent lorsque le nom auquel ils servent de déterminant est le sujet de la proposition ; par exemple
MUCH time could be saved in this way.
MANY CUSTOMERS write to us...
- MUCH et MANY sont régulièrement employés dans les propositions affirmatives subordonnées introduites par IF ou par WHETHER:
"I wonder IF MANY PEOPLE will come."
- MUCH non accompagné d'un substantif et en position de sujet ou de complément est couramment utilisé :
MUCH will depend on your answer.
I could say MUCH on this subject.

b) En interrogative et en négative les emplois de MUCH et de
MANY ne sont pas limités comme ils le sont en affirmative."

20La distinction qui se dégage le plus nettement de ces observations a trait à l'affinité de A LOT/LOTS avec les affirmatives et à la fréquence de MÙCH/MANY avec les interrogatives et les négatives. Une étude approfondie de ces trois types d'énoncés ne se justifierait pas ici ; toutefois, quelques remarques s'imposent.

21Les interrogatives et négatives -- Does John like walking?/John does not like walking -- représentent chacune à leur manière un débat sur la validité de la relation prédicative John / like walking. Dans le premier cas, le débat consiste en une interrogation sur ladite relation ; dans le second cas, l'enonciateur nie la validité de cette même relation. A chaque fois, l'énoncé John likes walking constitue l'objet de la discussion ; il sert donc de point de départ pour être soumis à des controverses plus ou moins marquées, et somme toute, il fait office de socle discursif.

22Dans cette optique, les énoncés affirmatifs constitueraient les agencements préconstruits sur la base desquels interviendraient les énoncés interrogatifs et négatifs. En conséquence, ces derniers constitueraient des agencements plus complexes du point de vue des opérations.

23Il est également vrai que "MUCH et MANY sont régulièrement employés dans les propositions affirmatives subordonnées introduites par IF ou par WHETHER". Or poser une hypothèse, créer un monde fictif (IF), ou envisager une alternative (WHETHER... OR NOT), implique d'aller au-delà de la simple affirmation, et donc d'effectuer des opérations supplémentaires par rapport aux affirmatives.

24Tournons-nous à présent vers les opérateurs AS, SO, TOO, et HOW, qui évincent à leur suite A LOT et LOTS au profit de MUCH ou de MANY. Chacun constitue à sa manière un appréciatif : il permet à l'énonciateur de s'interroger sur, ou d'estimer, le degré. Or cette démarche relève étroitement de l'énonciateur et s'oppose aux énoncés de type "constat".

  • 5 Klima, E. S. : "Negation in English", 1964.

25Klima voit d'ailleurs en TOO (= "trop") un constituant "affectif".5 Il distingue les constituants "affectifs" (négation, interrogation, RELUCTANT, TOO (="trop")) des constituants "indéterminés" (MUCH, MANY, ONCE, SOME et ses composés, TOO (="aussi")), et démontre que les constituants "indéterminés" subissent une modification lorsqu'ils se combinent avec un constituant "affectif" :

John has some money. --> John doesn't have any money.
John has been there once. --> Has John ever been there?

26Peut-être aura-t-on perçu les limites de cette analyse si l'on a pensé à des énoncés comme Do you want some help? Bien que non interchangeable avec Do you want any help?, cet énoncé ne présente aucun stigmate d'agrammaticalité.

27Néanmoins, si Klima déclare que les constituants "indéterminés" se manifestent sous une forme différente lorsqu'ils se trouvent sous la coupe d'un constituant "affectif", cela signifie dans notre optique que les constituants "indéterminés" sont des opérateurs relais. Cette position théorique se vérifie lorsque les constituants "indéterminés" se placent dans le sillage d'un autre opérateur (NOT par exemple) ou dans le cadre présuppositionnel de l'interrogation.

28Il demeure que

29- le caractère parfaitement grammatical d'énoncés comme

30Not once did I hear a proper answer from him.

31It is not some bread he's eaten, but a lot of bread.

32- le nombre important d'énoncés où MUCH et MANY se placent dans le sillage de NOT, de TOO, ou prennent place dans les interrogatives nous empêchent de souscrire à la théorie de Klima.

33Revenons à présent aux occurrences de MUCH et de MANY dans les affirmatives et rappelons les deux observations de A. -R. Tellier à cet égard :

- Très souvent MUCH et MANY reparaissent [dans les affirmatives] lorsque le nom auquel ils servent de déterminant est le sujet de la proposition.
- MUCH non accompagné d'un substantif et en position de sujet ou de complément est couramment utilisé.

34Que MUCH et MANY soient davantage sollicités lorsque le groupe nominal est sujet s'explique par le fait que le sujet et le prédicat constituent les pièces maîtresses de tout énoncé : le sujet et le prédicat représentent les deux éléments qui font exister le nœud prédicationnel. Alors que ce dernier existe fréquemment en l'absence de complément (cf. Mary stammered.), l'absence de sujet ou de prédicat invalide la mise en place du nœud prédicationnel :

  • 6 L'impératif, selon nous, n'échappe pas à ce principe, car il présuppose le sujet grammatical : dire(...)

* Mary Ø a few words.
* Ø stammered a few words
6.

35Dans ces conditions, le fait que "MUCH non accompagné d'un substantif et en position de sujet ou de complément soit couramment utilisé " apporte-t-il un contre-argument ? Notre réponse sera nettement négative, et ce en raison de l'absence de substantif. Expliquons-nous ; dans

(3) I have much Ø to be thankful for.

36Ø est permis par la clarté du message. Seule une situation où 0 présupposerait happiness ou toute autre cible non mentionnée car évidente justifierait ce type de structuration. De fait, l'absence de la cible se fonde sur la présupposition, c'est-à-dire sur la préconstruction, de celle-ci. Le stade de sa formulation est désormais dépassé. Par conséquent, la place de complément qui aurait pu priver MUCH de sa légitimité dans les affirmatives se voit compensée par la complexification dont l'opérateur Ø est la trace ici.

37De manière parallèle, MUCH est compatible avec certains verbes, mais seule la place entre le sujet et le verbe lui est accordée :

(4) We much prefer his offer.
(5) We much appreciate your invitation.
(4') * We prefer his offer much.
(5') * We appreciate your invitation much.

38Very much restituerait son acceptabilité aux deux derniers exemples. On notera avec intérêt que, dans les énoncés du type (4-5), MUCH occupe la zone d’interaction entre S et P, mission qui n'incombe pas à A LOT :

(6) We admire your technique a lot.
(6') * We a lot admire your technique.

39Il y a là une confirmation de ce que MUCH touche aux rouages les plus intimes de l'énoncé, propriété dont il ne bénéficierait pas s'il détenait un rôle grammatical moins marqué. Somme toute, la localisation de MUCH à la périphérie de l'énoncé n'est viable que si elle est compensée par une complexification des opérations, à savoir l'adjonction de VERY.

  • 7 MANY, quant à lui, voit son emploi restreint à la pluralisation, c'est pourquoi il n'était pas envi (...)

40Nous avons là une autre explication de l'affinité de MUCH avec les propositions interrogatives, négatives et hypothétiques, qui réalisent une mise en débat, et partant représentent des constructions issues d'un travail supplémentaire sur les affirmatives. Ces dernières en revanche acceptent volontiers la présence de MUCH dès lors qu'il entre dans une configuration plus complexe : SO MUCH, TOO MUCH, VERY MUCH7.

41Lorsque l'adjectif ou l'adverbe cible se trouve au comparatif, VERY cède le pas à MUCH :

(7) She walks very fast. / * She walks much fast.
(8) She walks much faster than her father. / * very faster

42Cette répartition des tâches provient de ce qu'un adjectif au comparatif constitue un élément soumis à une opération supplémentaire, et donc un élément doté d'un statut second. Alors que VERY a prise sur le contenu de fast dont il intensifie les sèmes, MUCH ne porte que sur le rapport que le comparatif établit entre she et her father. Cela étant acquis, MUCH ne peut qu'être compatible avec le comparatif d'infériorité, lui-même fondé sur un rapport.

43On pourrait objecter que A LOT MORE et A LOT LESS, confèrent à A LOT un rôle tout aussi complexe. Cependant, en vertu de ce qui a été dit sur A LOT, ce dernier se spécialise moins sur le rapport que sur la grande quantité ajoutée ou retranchée. En d’autres termes, A LOT s'intéresse moins aux opérations qu'à la substance sémantique de sa cible.

44Le caractère compact de MUCH + cible et de MANY + cible s'oppose à l'accumulation d'éléments dans A LOT OF + cible ou même LOTS OF + cible ; dans le cadre de cette opposition, ce sont les constructions les plus denses qui sont le plus chargées d'opérations et qui traduisent le plus clairement l'intervention de l'énonciateur. Or ce phénomène est loin d'être isolé en langue et peut même apparaître avec plus de clarté encore. Comparons A LITTLE à Ø LITTLE et A FEW à Ø FEW. La disparition de A au profit d'une configuration plus compacte permet de transiter du quantitatif à l'appréciatif. Autrement dit, le role de Ø n'est pas ici d'indiquer la notion, mais le dépassement du décompte signalé par A, afin de laisser place au commentaire En conséquence, la disparition de A au profit de la densité de l'opérateur va filtrage de l'énonciateur. La preuve en est que c'est LITTLE/FEW et non A LITTLE/A FEW qui servent de cibles à l'opération de dépassement symbolisée par-ER * A LITTLER # LITTLER; * A FEWER # FEWER.

45Revenons à la partition A LOT/LOTS = MUCH/MANY. Comment les propriétés syntaxiques des opérateurs à l'étude trouvent-elles un écho en contexte ?

3. Étude contextuelle

46A LOT OF Ν, parce qu'il individualise chaque opération, constitue une configuration beaucoup plus analytique que MUCH ou MANY. Cela implique-t-il que A LOT est plus analytique du réel, plus proche de l'observable, et donc moins porteur du commentaire de l'énonciateur que MUCH et MANY ?

47(9) [The] habits [of bananafish] are very peculiar. [...] They lead a very tragic life," [the young man] said. "You know what they do, Sybil?"

48She shook her head.

49"Well, they swim into a hole where there's a lot of bananas.

50They re very ordinary-looking fish when they swim in. But once they get in, they behave like pigs. Why, I've known some bananafish to swim into a banana hole and eat as many as seventy-eight bananas. [...] Naturally, after that they're so fat they can't get out of the hole again. Can't fit through the door."

51"Not too far out," Sybil said." What happens to them?" [...]

52"Well, I hate to tell you, Sybil. They die."

53"Why?" asked Sybil.

54"Well, they get banana fever. It's a terrible disease." (Salinger, Nine Stories, pp. 15-16).

55En (9), l'accent est placé sur la quantité remarquable de bananes. De plus, You know what they do, Sybil? révèle que tout le passage échafaude une information et une explication. Le jeune homme détient certaines connaissances que Sybil ne partage pas : Sybil ignore le fait que le trou est rempli de bananes, et donc l'importance de leur nombre, d'où la nécessité de mettre en place cette notion pour Sybil. Ce faisant, le jeune homme se met à la place de Sybil et adopte son point de vue. Dès lors, aucune connivence ne s'installe entre les deux partenaires de l'échange, et le jeune homme ne se fonde pas sur un préconstruit D'autre part, la précision du détail revêt d'autant plus d'importance qu'elle est censée rendre crédible la description. Enfin, la présence de is, signal d'une langue familière, n'en représente pas moins une trace de la "nominalness" de A LOT dont parle Bolinger : la notion de grande quantité, d'ailleurs traduisible par une masse de, l'emporte sur le nombre de bananes.

56A l'inverse, les opérateurs MUCH et MANY, moins référentiels, se combinent plus volontiers avec des noms à sens abstrait :

57(10) He had become quite fond of Nevada, finding in her much of his dead brother's quiet independence and unsuspicious frankness. O. Henry, Springtime à la Carte and Other Stories, p. 20.

58(11) The Under Secretary was spoken to many times in his progress to the main dining room. John O'Hara, Graven Image, in Classical American Short Stories, p. 58.

59(12) Barbara sat in the study of the hundred-thousand-dollar house. It was a good place for her. Many places are provided in the world where men and women may repair for the purpose of extricating themselves from divers difficulties. O. Henry, Springtime à la Carte and Other Stories, p. 26.

60On s'explique donc que many times soit bien plus fréquent en anglais que a lot of times, même dans les ouvrages où A LOT apparaît beaucoup plus souvent que MUCH ou MANY. De même, in the world dans l'exemple suivant indique que many est plus proche de la métaphore que du décompte. Dans cette perspective, il semble logique que MUCH et MANY supplantent A LOT dans les traités théoriques, alors que celui-ci, plus étroitement lié au sémantisme et plus fidèle à l'image que l'énonciateur se fait du réel, prendra volontiers le pas sur MUCH et MANY dans la conversation.

61Certes, le registre de parole joue un rôle dans l'occurrence de A LOT ou de MUCH/MANY lorsque ces quantifieurs paraissent interchangeables ; toutefois, il ne saurait constituer le facteur central. De même, le choix en faveur de A LOT ou de MUCH/MANY ne tient pas à l'idiolecte de tel ou tel auteur, comme le montrent les exemples suivants :

62(13) Do you know who is in Venice?" he said to me. "Cuesta ! He is in the Hôtel Romano. I saw him bathing yesterday on the Lido." [...]

63"Do you mean Cuesta, the bull-fighter?" I asked. "Yes. Don't you know, he retired? Do you remember? An American woman left him a lot of money. Did you ever see him?"

64"Once", said I. D. H. Lawrence, Short Stories, p. 14.

65(14) "And women, of course, fell for him by the thousand?"

66"By the million! And they were mad because of him. Women went mad, once they felt him. [...] He could have had forty beautiful women every night, and different ones each night, from the beginning of the year to the end."

67"But he didn't, naturally?"

68"Oh no ! At first, I think, he took many women. But later, when I knew him, he took none of those that besieged him. He had two Mexican women whom he lived with, humble women, Indians. (Ibid., p. 24.)

69Dans (13), Don t you know? et Do you remember? indiquent que l'énonciateur cherche avant tout à présenter une information. La description de l'événement et la teneur de celui-ci prennent toute leur importance. En (14), he took many women est indissociable du contexteavant But he didn t, naturally? Autrement dit, he took many women se fonde sur l'énoncé présupposé He did not take many women. On voit donc que l'opérateur MANY

70- n'est viable que grâce à un préconstruit, que celui-ci soit explicite, comme ici, ou implicite, dans le cas d'un savoir commun à l'énonciateur et au coénonciateur.

71- est la trace d'un commentaire puisque cette fois l'énonciateur ne se contente plus de relater un événement. Oh no! est explicite à cet égard.

72- a été choisi pour endiguer avec une efficacité accrue le présupposé porteur d'une polarité opposée.

  • 8 J. -C. Souesme, 1992, p. 213.

73Selon J. -C. Souesme, MUCH et MANY s'emploient "dans des énoncés affirmatifs si, de par son préconstruit, l'énonciateur part de A LITTLE ou A FEW, ou du pôle opposé, à savoir NOT MUCH/MANY"8. En d’autres termes, MUCH et MANY prennent appui sur une discordance ; les exemples (13) et (14) en fournissent une illustration. Toutefois, ces remarques, malgré leur pertinence, ne rendent compte que de certaines occurrences :

74(15) Bureaucratic clerks in all their hideous, inhuman behavior were charged with the deed; but they were only the instrument of tyranny. The real villain was the head of the department--a highly esteemed administrative civil servant named Pelican. [...] Much play was made with Mr Pelican's name. While we all loved the pelicans in St James's Park, it was said: let them suffice. We needed no more pelicans in Whitehall. (Angus Wilson, Anglo-Saxon Attitudes, p. 13.)

75(16) The vast intellectual excitement of her researches since the war had not left her a lot of time for thinking about clothes, but her mother had always said that with a good fur coat, however old, one could not go wrong; and for her own part, she had added a bold dash of colour to cheer our drab English winter -- woman's contribution to banish gloom. (Ibid., p. 16.)

76(17) As might have been expected, he was excited and in a rather highly strung nervous state all during that week. Almost every evening he went to call on his fiancée, the daughter of a judge. When he got there the house was filled with people, and many letters, telegrams and packages were being received. (Sherwood Anderson, Short Stories, p. 14.)

77(18) Suddenly this valley was lit far away, many miles away, far down it, with a golden flame marching slowly athwart it, that made the stunted trees against it black as night, and turned the slopes all about them and their figures to the likeness of fiery gold. (H. G. Wells, Tales of the Unexpected, p. 192.)

78(19) They were in the breakfast room, a small, charming apartment, light and airy, and with many windows, one end opening upon the house conservatory. (F. Norris, The Pit, p. 211.)

79Il serait difficile de soutenir qu'en (15) MUCH introduit une information contraire à ce que l'on attendait. En raison de la présentation peu favorable de Pelican, l'énoncé s'inscrit dans le droit fil du contexte-avant. Le rôle de MUCH n'est donc pas de signaler l'inattendu mais de renforcer la cohésion discursive en soulignant le caractère prévisible de la relation "opérateur de grande quantité/play". De fait, Much play was made with Mr Pelican's name représente l'aboutissement de ce qui précède. La constante de MUCH serait-elle non pas de type discordantiel mais bien plutôt la trace d'un dépassement des propriétés de A LOT ? L'énoncé (16), extrait du même roman, a l'avantage de présenter la combinaison not... a lot, contredisant ainsi le principe selon lequel A LOT est incompatible avec les énoncés négatifs. Avec had not left her much time for thinking about clothes, la notion de grande quantité aurait été placée d'emblée sous la coupe du négateur. A LOT n'a pas vocation à être un opérateur dominé ; sa relative autonomie par rapport à not lui permet de construire un présupposé positif. Autrement dit, l'énonciateur prend pour point de repère l'existence d'un temps assez important consacré à penser à la toilette, ce qui se conçoit dans une culture donnée, puisqu'il est question d'une femme. Ce n'est que dans un second temps que l'empêchement dû à l'activité intellectuelle est envisagé. Remarquons d'autre part que A LOT, qui place au premier plan le calcul de la quantité, se justifie aisément à la suite de vast.

80Avec (17), dans le contexte de la préparation d'un mariage, il n'y a rien de surprenant à ce que lettres, télégrammes et paquets arrivent en grand nombre. En (18), many provient de la reprise far away--> many miles away. En raison de far away, l'existence de nombreux kilomètres de distance était prévisible. De même, avec (19), many, c'est-à-dire le nombre important de fenêtres, est préfiguré par light and airy. A LOT aurait posé problème en un tel contexte, puisqu'il aurait fait signe vers une absence de présupposé. L'énonciateur se serait contenté de décrire en partant du principe que le coénonciateur ne sait pas.

81Plus un énoncé est porteur de commentaire, plus il est destiné à un coénonciateur ; en d'autres termes, plus l'énonciateur implique sa subjectivité dans son dire, plus il fait appel au coénonciateur, lui demandant ainsi de s'impliquer à son tour dans la réception du message. L'autonomie du message décroît au fur et à mesure que se renforce l'emprise de l'énonciateur sur ce qu'il dit. En conséquence, alors qu'un constat peut sembler ne pas tenir compte de la présence d'un coénonciateur potentiel, le commentaire est avant tout adressé à, sinon la portée du message demeure incomplète.

82Dans ces conditions, il semble logique que les énoncés porteurs d'indices de modalisation au sens large constituent un terrain favorable à l'émergence de MUCH ou de MANY :

83(20) War experiences are as a rule so dull that I cannot bring myself to dwell on mine at great length, although I feel that they have enriched me in many ways. (Julien Green, Le langage et son double, p. 80.)

84(21) I suppose I am old-fashioned in my attitude towards many aspects of life that happen to be outside my particular branch of science. (Vladimir Nabokov, Short Stories, p. 32.)

  • 9 On lira avec profit l'article de G. Bourquin, 1983.

85I feel en (20) et I suppose en (21) sont éclairants à cet égard. Il est symptomatique que le traducteur ait chaque fois fait porter son choix sur BIEN DES au détriment de DE NOMBREUX ; la dernière option, spécialisée sur le nombre, rendrait compte de A LOT. Quant à BIEN, il représente un outil privilégié au service de l'énonciateur9 ; il constitue à sa manière un modal. On conçoit donc pourquoi BIEN DES est le mieux adapté pour traduire MANY.

86L'étude de nombreux exemples révèle que MUCH et MANY s’inscrivent fréquemment dans des énoncés modalisés au sens strict cette fois, c'est-à-dire porteurs d'un modal :

87(22) Ampoma : Go to my room. On my bed there is a casket. Bring it to me. [Seguwa complies]

88Chorus two : Many women would like to be in a position to say what you have said here, Ampoma. (T. Sutherland, Edufa, p. 53.)

89Parce qu ils constituent des outils placés directement au service de l'énonciateur, les modaux s'associent volontiers à MUCH et à MANY, qui revêtent des caractéristiques semblables.

90Si la partition entre A LOT et LOTS apparaît moins nettement qu'entre A LOT et MUCH/MANY parce que LOTS est plus "familier" que A LOT, il n'en reste pas moins que le passage de A LOT à LOTS révèle le fonctionnement suivant :

A LOTØ
Ø
LOTS

91Le schéma ne se limite pas à indiquer l'émergence de la marque du pluriel au détriment de celle du singulier. L'opérateur-S massifie, c'est-à-dire globalise, là où A décompose. En conséquence,-S permet d'insister sur le grand nombre ; il favorise ainsi le commentaire et les surenchères qui sont fréquemment liées à ce dernier. Autrement dit, LOTS commence là où finit A LOT. Un des tests les plus probants réside dans la paire minimale suivante, où A LOT ne s'accommode pas de l'opération supplémentaire effectuée par la répétition :

(23) He drinks lots and lots of wine.
(23') * He drinks
a lot and a lot of wine.

  • 10 Ce facteur aurait mérité que l'on s'y intéresse. Toutefois, la place manquait pour inclure l'étude (...)

92Il serait fâcheux que cette analyse laisse croire que le clivage graphique révèle invariablement le passage de l'énonciateur au second plan ; encore faut-il s'interroger sur les composantes situées de part et d'autre du clivage. Ainsi, la configuration A GREAT MANY OF Ν, porteuse de clivages, n'en comporte pas moins la présence de MANY10.

93Il demeure que ce critère se vérifie dans la plupart des cas en langue. Plus une construction est compacte, plus son rôle grammatical se renforce ; le passage de He is not silly in any way/Choose any one of them à anyway/ anyone -- opérateur et pronom respectivement -- va dans le sens de la présente analyse. Les quantifieurs examinés ici et rarement confrontés jusqu'à ce jour, se prêtaient à la démonstration : la valeur informative de A LOT qui, dès sa morphologie, décompose, s'oppose à MUCH et à MANY, opérateurs orientés vers la synthèse.

Bibliographie

CORPUS

Anderson, S., Short Stories. New York : American Century, 1962. 289 p. Classical American Short Stories. [Nouvelles américaines classiques]. Paris : Presses Pocket, 1967. 223 p.

Green, J., Le langage et son double. Paris : Editions de la Différence, 1985. 413 p.

Lawrence, D. H., Short Stories. [Nouvelles]. Paris : Presses Pocket, 1986. 255 p.

Nabokov, V., Short Stories. [Nouvelles]. Paris : Presses Pocket, 1990. 147 p.

Norris, F., The Pit. New York : Doubleday, 1928. 403 p.

O. Henry. Springtime à la Carte and Other Stories. [Nouvelles]. Paris : Le livre de poche, 1990. 286 p.

Salinger, J. D., Nine Stories. New York : Bantam, 1953. 198 p.

Sutherland E. T. Edufa. London : Longman, 1967. 65 p.

Wells H. G., Tales of the Unexpected. London/Glasgow : Collins, 1936. 252 p.

Wilson, Α., Anglo-Saxon Attitudes. Harmondsworth : Penguin Books 1958. 347 p ;

RÉFÉRENCES

Bolinger, D., Degree Words. The Hague/Paris : Mouton, 1972.

Bourquin G., "Les opérations linguistiques sous-jacentes aux emplois de BON, BIEN et BEAU en français", Studia Linguistica 37 : 1, 1983, pp. 49-82.

Cotte, P., "Quantité, périphrase et organisation du sens", L'organisation du sens. Saint-Etienne : CIEREC LXVIII, 1990, 227-241.

Cotte, P., "OF et la modification". Sigma, 1984.

Delmas C., Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Thèse d'Etat. Société de Linguistique de Paris. 367 p.

Delmas, C. et al., Faits de langue, faits de discours en anglais. La Garenne-Colombes : Editions de l'Espace Européen, 1992 Dole, R., "Some Reflections on ANY", Langues et linguistique n ° 6, 1980 pp. 47-58.

Faits de langue n° 2 : Le nombre. Paris : P. U. F., 1993.

Jackendoff, R. S., "An Interpretative Theory of Negation", Foundations of Language 5, n° 2, 1969, pp. 218-241.

Jackendoff, R. S., Semantic Interpretation in Generative Grammar. Massachusetts : MIT Press, 1972.

Klima, E. S., "Negation in English", The Structure of Language. New Jersey : Prentice Hall, 1964.

Lapaire, J. -R. et Rotgé, W., Linguistique et grammaire de l'anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1991.

Ratier, M., "A propos de quelques adverbes de négation implicite", Cahiers de recherche. Grammaire anglaise, tome 4. Paris : Onhrvs 1989, pp. 65-92.

Souesme, J. -C., Grammaire anglaise en contexte. Paris : Ophrys, 1992.

Tellier, A. -R., Cours de grammaire anglaise. Paris : CDU et SEDES, 1971.

Notes

1 D. Bolinger, 1972, p. 58.

2 P. Cotte. : "OF et la modification". Sigma, 1984.
C. Delmas. Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Thèse d'Etat. Société de Linguistique de Paris. 367 p.

3 La relative autonomie propre à la cible de A LOT et de LOTS se manifeste non seulement par le maillon supplémentaire qui vient distendre la relation entre A LOT/LOTS et leur cible, mais aussi par le fonctionnement syntaxique :
Lots of time is wasted waiting for people who arrive late.
A lot of cities are overcrowded.
Dans chacun des exemples, le verbe s'accorde avec le nom. LOTS est compatible avec un nom au singulier ; il en va de même pour A LOT avec un nom au pluriel. Il apparaît donc que le quantifieur ne joue qu'un rôle restreint dans le reste de l'énoncé. En revanche, parce qu'ils nouent avec leur cible une relation plus contraignante, MUCH et MANY requièrent une harmonie en nombre avec leur cible, si bien que le verbe sera lui-même en harmonie syntaxique avec le groupe nominal :
Much time is wasted waiting for people who arrive late.
Many cities are overcrowded.
La pluralité ne prenant sens que sur la base de l'unité, on comprend que d'une part MUCH soit incompatible avec une cible indexée au pluriel, et que d'autre part que A LOT puisse au contraire s'accorder avec un pluriel malgré la présence de A. Le caractère grammatical de LOTS suivi d'une cible au singulier relève du même principe mais inversé. Nous reviendrons sur LOTS en temps utile, mais précisons d'ores et déjà que OF, par la distension qu'il opère au niveau de la relation, contribue pour une large part à permettre l'association de A LOT et de LOTS aussi bien avec le pluriel qu'avec le singulier.

4 A. -R. Tellier, 1971, pp. 273-274

5 Klima, E. S. : "Negation in English", 1964.

6 L'impératif, selon nous, n'échappe pas à ce principe, car il présuppose le sujet grammatical : dire Hurry up! implique nécessairement la présence du sujet YOU, non explicité au vu de la non-ambiguïté de la situation.

7 MANY, quant à lui, voit son emploi restreint à la pluralisation, c'est pourquoi il n'était pas envisageable de le mettre en concurrence avec MUCH ou A LOT dans les cas de figure analysés ci-dessus.

8 J. -C. Souesme, 1992, p. 213.

9 On lira avec profit l'article de G. Bourquin, 1983.

10 Ce facteur aurait mérité que l'on s'y intéresse. Toutefois, la place manquait pour inclure l'étude de cette construction dans notre analyse.

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable