Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

To : élément de rupture au sein de la phrase ?

Geneviève Girard

Texte intégral

1Dans l'ensemble des prépositions, to semble jouer un rôle différent, en rupture avec le comportement de toutes les autres prépositions : in, through, with, without, out of, after, before, etc... quand il introduit un complément circonstanciel de "manière" (d'attitude). De quelle différence s'agit-il ? Nous ne voulons pas parler d'une différence sémantique (dont différents aspects ont été souvent analysés : par exemple to indique la direction, qu'elle soit spatiale ou temporelle, d'où l'interprétation de visée après des verbes tels que "want", "wish", etc, "in" le lieu où l'on est, etc...) mais d'une différence dans la manière dont l'ensemble préposition + GN, c'est à dire le groupe prépositionnel, se rattache, pour l'interprétation, à l'ensemble de la phrase et plus particulièrement au sujet. Nous allons constater qu'avec to il n'y a pas rattachement mais rupture. Chemin faisant nous serons alors amené à nous interroger sur ce qu'est une phrase, et nous proposerons un autre rôle que celui de visée à l'opérateur to lorsqu'il apparaît dans une phrase complexe.

1. Non-rattachement au sujet de la phrase

2Comparons :

31) 'We ate in the canteen, 'said Wilcox coldly.

4Everthrope fell back a pace, in exaggerated astonishment. (D. Lodge, Nice Work)

52) To his utter consternation, Bryant started to cry. She began to sob and sniffle.

6'Look, I'm sorry. I didn't mean to accuse you of smoking grass, or whatever.' (W. Boyd, Stars and Bars)

7Dans 1) le Groupe Prépositionnel introduit par in qualifie le référent du sujet "Everthrope" : c'est Everthrope qui ressent de la surprise.

8Dans 2) le Groupe Prépositionnel introduit par to qualifie, non pas le référent du sujet "Bryant", mais le personnage qui s'excuse, et dont le narrateur dit qu'il est stupéfait par les réactions de la jeune fille.

9Il y a une opposition qui semble assez claire entre :

103) He killed her in a panic (R. Rendell, Some Lie, Some Die), et :

114) To his surprise, Bunter replied by a hasty gesture enjoining silence and caution. (D. L. Sayers, The Nine Tailors)

12c'est à dire entre une qualification qui concerne le référent du sujet (un élément constitutif de la phrase) et une qualification qui concerne un référent hors-phrase, qui n'apparaît pas dans la phrase, mais qui est témoin de l'événement que la phrase traduit.

13On peut, bien sûr, avoir : to his surprise they gave him a book, avec "him" comme élément qui ressent de la surprise, mais "him" n'est pas sujet.

2. Différence cause / conséquence

14Une deuxième distinction apparaît : la place attribuée à la surprise, l'étonnement, l'exaspération par rapport à l'événement traduit : Lorsque to est utilisé comme dans la structuration suivante :

155) And I was able to take my third-year tutorial group back off Rupert, to their great relief. (D. Lodge, Nice Work)

16que l'on peut paraphraser par : she (Robyn) was able to..., and her colleagues felt relieved, le soulagement est consécutif à ce qu'a fait Robyn. Il en est la conséquence en quelque sorte.

17Alors que lorsque in apparaît dans :

186) He felt a hand on his shoulder and leapt to his feet in alarm. It was Loomis Gage. (Stars and Bars),

19c’est la peur subite que "he" ressent qui le fait sursauter. C'est la peur qui est cause de l'événement relaté.

20On peut éventuellement avoir simultanéité avec with ou même in :

217) In the sudden shock and the bitter mortification of my mind, I spoke with considerable heat. (The Nine Tailors)

228) 'Forgive me if this letter is somewhat meandering and confused ; I am writing in some perturbation of mind. (The Nine Tailors)

239) They were silent for a moment. Then, with a newborn emotion, they shook hands. (Ε. M. Foster, Howards End)

24Quirk et al disent que c'est la place du groupe prépositionnel (adverbials) qui détermine l'interprétation soit par rapport à un élément extérieur à la phrase (disjunct) soit par rapport à un élément intérieur à la phrase (adjunct). Ils considèrent, d'autre part, que les "disjuncts" traduisent un commentaire de l'énonciateur sur ses propos, mais traitent de la même manière : "obviously", "to be sure", "to our surprise", "frankly", etc. Cette analyse nous semble donc insuffisante et nous préférons nous inspirer des travaux de Fillmore (1972) qui considère que, par exemple, "personally" ne peut apparaître qu'avec un sujet "experiencer" (an entity experiencing some psychological state) ou de Gruber (1976) montrant que "deliberately" n'est possible qu'avec un sujet agent : "John deliberately rolled the ball down the hill", mais "the ball deliberately rolled down the hill", car "the ball" est le thème et non l'agent.

3. Rôle thématique du sujet

25Il est utile pour mieux comprendre tous les paramètres qui semblent jouer de comparer avec d'autres données :

26Nous avons dit jusqu'à maintenant que le groupe prépositionnel introduit par to ne se rattachait pas, pour l'interprétation, au sujet de la phrase, or il faut un peu nuancer notre remarque dans la mesure où l'on trouve :

2710) He seemed to blink about two times a second, Henderson calculated: it must be like seeing the world lit by a stroboscopic sun. To his alarm he sensed his own blink-rate going up in sympathy. (W. Boyd, Stars and Bars)

2811) The following Wednesday morning, Robyn found herself back in Wilcox's office, rather to her own surprise, and certainly to Wilcox's, to judge from the expression on his face as Shirley ushered her in. (D. Lodge, Nice Work)

2912) But then as he walked by his car he saw to his astonishment that one of its front wheels was missing, the axle resting on a pile of bricks. (Stars and Bars)

3013) To her alarm, the Queen heard her name mentioned. (S. Townsend, The Queen and I)

31Dans ces quatre exemples c'est bien au sujet de la phrase qu'il faut rattacher le groupe prépositionnel car c'est le sujet qui ressent de la surprise, de la peur. Est-ce que cela contredit nos premières constatations ? Pas nécessairement, car il y a une différence, en fait, dans les rôles sémantiques (rôle thématique, théta-rôle en grammaire générative, ou "cas" chez Fillmore) que jouent les différents sujets : les référents ici ne sont pas "agents", du fait du contenu sémique des verbes, mais bénéficiaires ou réceptacles d'une impression. Nous avons donc toujours le même schéma :

32- un événement a eu lieu, et quelqu'un d'extérieur à l'événement réagit à cet événement. Quand nous disons "extérieur" nous voulons dire : quelqu'un qui n'a joué aucun rôle dans le processus événementiel et qui n'en est que le témoin, même s'il est "modifié" "affecté" par cet événement, et même s'il remplit la fonction de sujet grammatical : Henderson sent que le clignement de ses yeux s'est accéléré, mais il n'y est pour rien ; il ne fait que constater une modification qui a lieu en lui : l'origine (l'agent, en quelque sorte) de la modification est le rythme du clignement de ses yeux. Il y a une sorte de renversement du schéma canonique : agent-élément affecté : le clignement des yeux est ici premier par rapport à l'impression qu'il suscite chez Henderson. Nous reviendrons sur ce point.

4. Organisation sémantique de la phrase

33Ce que nous venons de constater pose différents problèmes :

34- le rôle du sémantisme du verbe dans l'apparition possible ou non de tel ou tel type de compléments : les contraintes sont-elles de type cognitif et tiennent-elles compte de données hors-langage, c'est à dire de données appartenant à l'extralinguistique au sens large, ou sont-elles de type langagier ?

35- qu'est-ce qu'une phrase ? comment se constitue la frontière entre ce qui fait partie de la phrase et ce qui n'en fait pas partie ? La distinction entre phrase simple et phrase complexe est-elle suffisante ? Nous ne répondrons pas à toutes ces questions ici, bien sûr, mais nous voudrions proposer quelques comparaisons à titre de début de réflexion. On constate que l'on peut avoir :

36a) To his surprise he shocked them

37mais aussi :

38b) In exasperation he shocked them

39Notre distinction ne tiendrait-elle donc pas ? Si, elle tient, nous semble-til, car en a) le référent de he ne joue pas le rôle thématique d'agent-c'est celui qui a choqué qui est surpris-alors qu'en b) le référent de "he" joue ce rôle d’agent : il a délibérément tout fait pour choquer.

40Ceci pose donc le problème du sémantisme du verbe - car le même verbe va prendre différentes significations, et donc différentes grilles-thêta - en des termes plus complexes que le principe de projection tel qu'il est défini en grammaire générative.

41Il est intéressant ici de faire un rapprochement avec le comportement de verbes tels que "disappoint", "amaze", etc. Ces verbes ont la particuliarité de se construire rarement avec-ing :

- You disappoint me!

- You amaze me!,

42dira-t-on à quelqu'un qui vous déçoit, alors qu'il y a "description" de la situation dans laquelle l'énonciateur se trouve.

43Que remarque-t-on, en fait ? Le référent du sujet grammatical "you" n'est pas à proprement parler l'agent d'un quelconque processus car il n'a pas délibérément choisi de surprendre, mais il est à l'origine d'une certaine impression, celle que ressent le référent du complément "me". Bien que "you" instancie le contenu sémique du verbe, il ne le fait que parce que le référent du complément "me" le perçoit comme source de déception ou de surprise. Ceci nous rappelle le renversement dans l'ordre sujet-verbeobjet dont nous parlions plus haut. Il semble donc qu'il y ait un lien-à mieux mettre en évidence-entre le sémantisme du verbe et les opérateurs qu'il accepte.

44Voyons quelques autres exemples :

45L'énoncé :

46- to his surprise he opened the door, fonctionne, mais principalement dans le sens de : he managed to open the door, ce qui signifie, si notre hypothèse est correcte, que "he" dans [he - managed] n'est pas un sujet "agent". En d'autres termes, bien que "managed" soit au prétérit "simple (aoriste) on ne peut pas dire qu'il traduise un événement imputable à "he". Nous ne pouvons pas, de ce fait, être d'accord avec les interprétations (s'inspirant des travaux de Benvéniste sur le passé simple français) qui considèrent que le prétérit simple traduit les événements sans aucune intervention de l'énonciateur. C'est, à notre sens, important pour la compréhension de to.

47On peut comparer :

48- to his surprise he made them laugh, dans le sens : ils ont ri, mais le sujet de "make" n'avait pas recherché cet effet, et :

49- in exasperation he made them leave the room : ici le référent du sujet de "make" est "agent". Notons que dans cette interprétation "make" est accentué.

50Que dire maintenant des énoncés suivants ?

51* To his surprise she has lost her keys, n'est pas correct, à la différence de : to his surprise she lost her keys, ou de : to his surprise she had lost her keys (ce qui pose le problème de ce qu'est le plus que parfait par rapport au passé composé). On constate, de même, que sont agrammaticaux les énoncés :

52* In alarm he has forgotten his keys.

53* To his relief they must have found his keys

54* In sympathy he did talk to her, mais : he did talk to her in sympathy, est meilleur car on a un prédicat complexe [talk to her in sympathy].

55Dans tous ces exemples lenonciateur constitue l'énoncé final à partir de plusieurs données, et l'événement, par exemple, [she lost her keys] n'est qu une de ces données, la caractérisation de "she" au moment de l'énonciation étant une autre donnée. Comme "to his surprise" signifie la réaction d'un certain personnage à l'événement, et non sa réaction par rapport à la situation dans laquelle "she" se trouve maintenant, on comprend l'impossibilité de l'énoncé. Il en va de même avec un modal ou avec DO car chaque fois l'énonciateur construit un sens complexe dont l'événement n'est que l'un des composants.

5. Phrases complexes avec to

56Il est utile maintenant de comparer ce que nous venons de voir avec d'autres structurations qui font intervenir to également, mais comme opérateur de complexification cette fois-ci.

57On peut tout d'abord mettre en parallèle :

58- to his surprise, they left the room, et

59- he was surprised to see them leave the room

60On remarque que l'enchaînement des faits (dans l'extralinguistique) est le même :

61they left the room/that surprised him,

  • 1 Voir à ce propos G. Girard, What is there to be seen? Caliban XXX, 1993, PUM.

62même si l'importance donnée aux faits est différente, ne serait-ce que par le choix du point de départ de l'énoncé, et il nous semble difficile de parler d'un to de visée, puisque la validation de [they - leave the room] est posée et c'est cette validation qui amène la réaction [he was surprised] (Remarquons l'apparition de la base verbale nue après "see" par opposition à la base verbale + V + ing.1). Il faut donc essayer de poser pour to une fonction qui lui permette d'apparaître à la fois quand il y a validation et quand il n'y a pas validation puisque la problématique validation / non-validation ne semble jouer aucun rôle dans le choix de l'opérateur en question comme on peut le voir en comparant :

63- he happened to meet them, qui sous-entend : [he met them], et :

64- he would like to meet them, qui sous-entend : [he did not meet them].

  • 2 G. Girard, à paraître, dans SIGMA, 1993.

65Nous pouvons à cette étape renvoyer à nos travaux sur la différence entre : "cease + to + V / cease + V-ing ", et "continue + to + V / continue + V-ing"2. La construction avec to signifie qu'il n'y a pas de relation sémique entre le sujet et le verbe ("cease", ou "continue"), autrement dit le référent du sujet ne cesse rien, ne continue rien :

66Comparons les trois énoncés suivants :

6714) I never knew this. This is cruel. I can't make out the simplest thing. I am being humiliated. And suddenly my optician ceased to be an optician. He is the remorseless teacher at infants'school, knocking into us the rudiments of reading. (G. Swift, Myopia)

6815) Mary was not faultless; and one of her faults was a certain envy of Ernestina. It was not only that she ceased abruptly to be the tacit favorite of the household when the young lady from London arrived; but the lady from London came also with trunkfuls of the latest London and Paris fashion. (J. Fowles, The French Lieutenant's Woman)

6916) A guard drew close; we had to cease whispering for a moment. (G. Swift, Shuttlecock)

70En 14) l'opticien ne cesse pas son activité d'opticien ; c'est l'énonciateur qui soudain ne le perçoit plus comme un opticien. En 15) Mary ne cesse rien non plus, mais c'est son statut de favorite qui disparaît, bien malgré elle, du fait de l'arrivée de l'élégante Ernestina. En revanche, il y a bien en 16) cessation par le référent du sujet "we" de l'activité en cours.

71Nous trouvons la même différence avec "continue" :

7217) In of her Chrismas duties, in spite of her brother, the Wilcoxes continued to play a considerable part in her thoughts. (Ε. M. Foster, Howards End)

7318) He judged meanwhile her own appearance, as she knew she could always trust him to do; recognizing, estimating, sometimes disapproving, what she wore, showing her the interest he continued to take in her. (H. James, The Wings of the Dove)

74Pour qu'il y ait notation par l'énonciateur d'une continuation, il faut qu'il y ait cessation effective d'un processus puis reprise de ce processus, ou cessation envisagée seulement, et dans ce cas cela n'a pas de sens de parler de reprise. Quand il y a cessation effective, donc participation du référent du sujet à la cessation, puis à la reprise, on a la construction avec V + ing ; lorsqu'il n'y a que cessation envisagée par l'énonciateur, et donc non-instanciation sémique de "continue" par le sujet, qui, à proprement parler, ne cesse rien, et ne recommence rien, on a la construction avec to. En 17) Miss Schegel avait imaginé qu'elle allait cesser de penser aux Wilcox, or il n'en a rien été. En 18) le père aurait pu ne plus s'intéresser à sa fille : rupture envisagée par le narrateur, mais là encore non actualisée.

75Nous retrouvons ici alors une notion de rupture, que nous pourrions dans un premier temps décrire ainsi : to marque une noncohésion sémique entre les éléments de la chaîne linéaire.

Conclusion provisoire

76Cette non-cohésion sémique, dont nous faisons l'hypothèse, se traduit de deux manières :

77- dans le cas du groupe prépositionnel, il n'y a pas attachement avec le sujet de la phrase - ce n'est pas le référent du sujet qui ressent telle ou telle impression ;

78- dans le cas de certaines phrases complexes, il n'y a pas attachement entre le sujet et le verbe : ce n'est pas le GN qui fait fonction de sujet grammatical qui instancie le contenu du verbe qui suit.

79On a le même cas de figure avec : manage / happen / turn out to / fail to / did not trouble to / did not bother to / etc. Si l'énonciateur peut dire ; John happened to meet her, il ne dit pas que John happened : il n'y a pas de relation sémique entre "John" et "happen". Il dit : John met her, et c'est cet événement qui a eu lieu plutôt qu'un autre : [John met her] happened.

80To semblerait ainsi être la marque (la trace) dans le linéaire de la surface d'une structuration syntaxique complexe, hiérarchisée, en profondeur, alors que la structuration faisant intervenir -ing (dans certains contextes, du moins), marquerait la conservation du schéma classique de l'ordre des mots, à savoir l'ordre dans lequel le sujet précède le verbe et instancie son contenu sémique, qu'il y ait validation ou non.

81Bien d'autres problèmes se posent, évidemment et cet article ne se veut qu'une étape dans notre reflexion générale sur le rôle de to par rapport à -ing.

Exemples

1. Non-rattachement au sujet de la phrase

821) 'We ate in the canteen,' said Wilcox coldly.

83Everthrope fell back a pace, in exaggerated astonishment. (D. Lodge, Nice Work)

842) To his utter consternation, Bryant started to cry. She began to sob and sniffle.

85‘Look, I m sorry. I didn't mean to accuse you of smoking grass, or whatever.' (W. Boyd, Stars and Bars)

863) He killed her in a panic (R. Rendell, Some Lie, Some Die), et :

874) To his surprise, Bunter replied by a hasty gesture enjoining silence and caution. (D. L Sayers, The Nine Tailors)

2. Différence cause/conséquence

885) And I was able to take my third-year tutorial group back off Rupert, to their great relief. (D. Lodge, Nice Work)

896) He felt a hand on his shoulder and leapt to his feet in alarm. It was Loomis Gage. (Stars and. Bars),

907) In the sudden shock and the bitter mortification of my mind, I spoke with considerable heat. (The Nine Tailors)

918) 'Forgive me if this letter is somewhat meandering and confused; I am writing in some perturbation of mind. (The Nine Tailors)

929) They were silent for a moment. Then, with a newborn emotion, they shook hands. (E. M. Foster, Howards End)

3. Rôle thématique du sujet

9310) He seemed to blink about two times a second, Henderson calculated: it must be like seeing the world lit by a stroboscopic sun. To his alarm he sensed his own blink-rate going up in sympathy. (W. Boyd, Stars and Bars)

9411) The following Wednesday morning, Robyn found herself back in Wilcox's office, rather to her own surprise, and certainly to Wilcox's, to judge from the expression on his face as Shirley ushered her in. (D. Lodge, Nice Work)

9512) But then as he walked by his car he saw to his astonishment that one of its front wheels was missing, the axle resting on a pile of bricks. (Stars and Bars)

9613) To her alarm, the Queen heard her name mentioned. (S. Townsend, The Queen and I)

4. Organisation sémantique de la phrase

97On peut avoir :

9814) To his surprise he shocked them mais aussi :

9915) In exasperation he shocked them

10016) To his surprise he opened the door = he managed to open the door

10117) To his surprise he made them laugh

10218) In exasperation he made them leave the room

10319) * To his surprise she has lost her keys

10420) To his surprise she lost her keys

10521) To his surprise she had lost her keys

10622) * To his relief they must have found his keys

10723) * In sympathy he did talk to her, mais : he did talk to her in sympathy, est possible.

5. Phrases complexes avec to

10824) Mary was not faultless; and one of her faults was a certain envy of Ernestina. It was not only that she ceased abruptly to be the tacit favorite of the household when the lady from London arrived; but the lady from London came also with a trunkfuls of the latest London and Paris fashion. (J. Fowles, The French Lieutenant's Woman)

10925) I never knew this. This is cruel. I can't make out even the simplest thing. I am being humiliated. Ans suddenly my optician ceased to be an optician. He is the remorseless teacher at infants'school, knocking into us the rudiments of reading. (G. Swift, Myopia)

11026) A guard drew close; we had to cease whispering. (G. Swift, Shuttlecock)

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Adamczewski, H & Delmas, C. (1982) Grammaire linguistique de l'anglais. Paris, A. Colin.

Chuquet, J. (1986) To et l'infinitif anglais, Ophrys.

Cotte, P. (1982) "To opérateur de dévirtualisation", Modèles Linguistiques IV, 2, 1982.

Deléchelle, G. (1989) L expression de la cause en anglais contemporain, étude de quelques connecteurs et opérateurs. (Thèse d'Etat, Paris, Sorbonne Nouvelle)

Delmas, C. et al (1993) Méthode et pratique de l'explication grammaticale en anglais. Paris, Dunod.

Deschamps, A (1993) à paraître, "Explaining Means Understanding", in CIEREC Travaux linguistiques, St Etienne.

Fillmore, C. J. (1972) Subjects, Speakers and Roles', in Davidson and Harman (eds) Semantics of Natural Language, Reidel, Dordrecht.

Gruber, J. S. (1976) Lexical Structures in Syntax and Semantics, North Holland, Amsterdam.

Larreya, P. (1993) à paraître, Deixis, anaphore et cataphore dans les constructions extraposées", CIEREC St Etienne.

Quirk, R et al. (1985) A Comprehensive Grammar of the English Language. London, Longman.

Notes

1 Voir à ce propos G. Girard, What is there to be seen? Caliban XXX, 1993, PUM.

2 G. Girard, à paraître, dans SIGMA, 1993.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter