Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Usure, rupture et cohésion en linguistique : étude de quelques exemples

Gérard Deléchelle

Texte intégral

1Il peut parfois sembler difficile pour le linguiste de s'inscrire dans une problématique comme celle que nous propose ce colloque, car les thèmes ont en général été choisis pour permettre la diversité des approches et des domaines et les termes employés n'appartiennent pas forcément à sa métalangue habituelle. Pourtant, l'exercice peut avoir ses vertus, en obligeant à aborder sous un autre angle des phénomènes linguistiques qui nous sont peut-être trop familiers.

2Nous nous contenterons ici de mentionner quelques exemples pris dans des domaines différents pouvant illustrer en anglais le problème de l'usure et de la rupture, concepts auxquels sera associé celui de cohésion, à la base des opérations de constitution des énoncés. On commencera par aborder la variation linguistique dans sa dimension diachronique, puisque la notion d'usure évoque d'abord une évolution liée au temps, avant d'envisager quelques aspects du problème en synchronie : les phénomènes de nominalisation, de relance, le statut du morphème Ø, la rupture discursive.

1. Usure, rupture et variation diachronique

3Le concept d'usure comportant une dimension temporelle évidente, on évoquera d'abord rapidement le problème de la variation diachronique. N'en déplaise à ceux qui souhaiteraient figer le langage, on sait qu'il est soumis au changement. Il y a longtemps qu'on a cessé de voir cette évolution comme une régression à partir d'un état antérieur posé comme norme et on a plutôt cherché à en découvrir les lois ainsi que les causes, les facteurs internes et externes. Cette variation affecte aussi bien le lexique que la phonologie et la morpho-syntaxe, bien que, sur une période très courte, on soit surtout sensible aux changements lexicaux, tant il est facile d'observer à quelle vitesse des mots nouveaux sont créés ou empruntés, tandis que d'autres changent de sens, passent de mode ou tombent en désuétude.

4L'amplitude de ces mouvements est variable. Pour le linguiste, ils sont surtout intéressants quand ils concernent l'ensemble d'un système. En effet, l'analyse structurale posant qu'une unité n'a de valeur que par opposition aux autres unités du système, les notions d'usure et de rupture n'ont de sens que dans ce cadre. Ce fut le cas notamment pour ce que l'on a appelé "la grande mutation vocalique" ("great vowel shift"), modification profonde mais systématique du vocalisme de l'anglais qui s'est poursuivie sur une période assez longue. De nombreuses études ont été consacrées aux divers ajustements entraînés par ce changement exemplaire d'articulation des voyelles longues depuis la fin du moyen-anglais.

5On comprend facilement l'utilisation qui peut être faite en diachronie du concept d'usure. On sait que lorsque certaines oppositions n'ont plus un rendement suffisant, lorsqu'elles perdent leur valeur distinctive, elles auront tendance à ne plus être marquées et à disparaître. Mais des phénomènes de compensation peuvent jouer : l'appauvrissement de la morphologie dans certaines langues s'est accompagné d'un rôle accru des prépositions et d'une plus grande rigidité dans l'ordre des mots. De discursif et expressif, ce dernier est devenu syntaxique.

  • 1 A. Crépin (1978, p. 76) voit dans l'émergence de do comme auxiliaire l'innovation majeure de l'angl (...)
  • 2 Il faudrait préciser les propriétés des verbes qui peuvent s'employer comme auxiliaires (cf. le con (...)

6On pourrait verser au compte de l'usure la formation de certains marqueurs grammaticaux, qu'on l'envisage sous l'angle de la diachronie avec le passage progressif d'une forme à une autre, ou de la synchronie quand les deux types d'emplois co-existent. On trouve une trace de cette évolution en anglais contemporain dans la différence de prononciation de la voyelle de that selon que le mot est employé comme déictique (forme forte sens premier) ou comme subordonnant (forme faible, emploi dérivé). De même, dans les contractions gonna, wanna, la réduction du signifiant témoigne d'un passage des verbes go et want au statut de quasi-auxiliaires. Etant donné que, selon l'expression de Jakobson, "la métalangue est dans la langue", certains éléments lexicaux vont être progressivement grammaticalisés. On sait que do par exemple n'a accédé au statut d'auxiliaire qu'assez récemment et que cet emploi était loin d être généralisé à l'époque de Shakespeare1. Ce processus de grammaticalisation s'accompagne d'une modification ou d'une perte, au moins partielle, du contenu sémantique du lexème d'origine, phénomène qu'on pourrait assimiler à une "usure"2.

  • 3 On pourrait aussi mentionner le cas de verbes parfois appelés " impersonnels " comme like ou seem ( (...)

7On assiste aussi parfois en syntaxe à une réinterprétation ou réanalyse de structures existantes. G. Bourcier cite le cas du verbe hunger qui se construisait avec un complément d'attribution. Après la disparition des désinences nominales, ce nom va être considéré comme un sujet (1978, p. 267)3. Quand le processus d'usure est mené à son terme, intervient la nécessité d'un renouvellement des unités linguistiques, qu'on pourrait assimiler à une forme de rupture. En effet, si les formes peuvent disparaître, les besoins d'expression demeurent. On pourrait en donner de multiples exemples.

  • 4 Voir en particulier à ce sujet l'étude très détaillée de B. Altenberg (1984)

8Dès 1915, Meillet avait attiré l'attention sur le renouvellement des conjonctions. Dans le domaine de l'expression de la cause, on observe que, si dans les corpus écrits as, since et for s'emploient encore et se distinguent de because, en revanche dans les corpus oraux for devient marginal et est remplacé par because et cos', qui ont aussi recouvert une bonne partie des emplois de as et since. Cette généralisation de l'emploi de because ou de parce que en français au détriment de for et de car semblerait donc indiquer une perte des distinctions entre les différentes conjonctions. Or quand on examine la liste des éléments servant à marquer un rapport causal, on s'aperçoit qu'il est en fait très diversifié4. Bien que les grammaires privilégient les conjonctions, ces dernières ne constituent qu'une partie des marqueurs utilisés. De plus, si certaines formes disparaissent d'autres sont créées. Ainsi, pour en rester au domaine causal en anglais, on peut considérer que due to et following sont en train d'acquérir le statut de préposition.

  • 5 H. Adamczewski a bien montré les insuffisances du terme " forme progressive " et des analyses faite (...)

9Citons encore le cas de la forme en be + ing dont le sens s'est modifié à mesure que son usage se généralisait. La gamme de ses emplois est devenue si large que l'on éprouve parfois le besoin de préciser dans le contexte l'effet de sens particulier recherché. Il n'est pas rare par exemple de trouver des énoncés comme (1) et (2) où l'aspect imperfectif, dont on a longtemps fait la valeur essentielle de be + ing, est surtout exprimé par currently et still in the process of5.

(1) the camping craze that is currently sweeping America (Collins)
(2) she is
still in the painful process of growing up

10Comme dans le domaine lexical, où le phénomène est plus facile à observer parce qu'il est souvent plus rapide, on retrouve donc en syntaxe des processus de modification, disparition et de renouvellement.

11Pour C. Hagège (1985, p. 248) "les choix motivés finissent par laisser place aux figements, en attendant une remotivation". On peut toutefois se demander si cette remotivation est véritablement une rupture, car ces changements se font dans la durée, de façon souvent imperceptible, dans le cadre d'une langue qui conserve toujours un certain degré de cohésion interne pour répondre à sa fonction de communication.

12Les deux notions d'usure et de rupture qu'on vient d'illustrer très rapidement ne peuvent bien sûr pas rendre compte de tous les aspects du changement linguistique. Il appartient aux spécialistes de la variation diachronique et aux sociolinguistes de préciser, avec des concepts plus précis et mieux adaptés, les facteurs internes et externes qui expliquent ces changements. Comme le souligne de façon volontairement provocatrice Jean Aitchison dans le titre de son livre : Language Change: Progress or Decay?, ce changement ne doit pas être vu en termes de progrès ou de régression. On assiste plutôt à un processus continu d évolution, d'adaptation des systèmes soumis à toutes sortes de contraintes, ce qui rend bien difficile la prévision.

2. Usure et rupture en système

2.1. Nominalisation et subordination : un cas d'usure ?

  • 6 Rappelons (cf. note 2 supra) que nous ne considérons pas les marqueurs grammaticaux comme des mots (...)

13Pour illustrer le phénomène d'usure en syntaxe on pourrait reprendre l'exemple, déjà évoqué dans la section précédente, des unités linguistiques qui perdent une partie de leur sens lexical d'origine dans leur emplois grammaticaux (par exemple do, mais aussi have, to etc.)6. En effet, on retrouve en synchronie les deux types d'emploi, parfois dans la même phrase (ex : I emphatically did not do so).

14Nous examinerons cette fois les phénomènes syntaxiques un peu plus complexes de la subordination et de nominalisation, qui peuvent aussi paraître relever de l'usure, car ils concernent les modifications qu'entraîne l'emploi d'une prédication comme élément-terme dans un ensemble plus vaste. D. Kilby (1984, p. 114) rappelle qu'une phrase simple comme (3) :

(3) The enemy destroyed the city

15peut prendre les formes suivantes quand elle est employée en tant que sujet d'un groupe verbal comme should surprise you ou comme complément de think, disapprove of, prefer etc. :

(3a) That the enemy destroyed the city
(3b) For the enemy to destroy the city
(3c) The enemy's destroying of the city
(3d) The enemy's destroying the city
(3e) The enemy destroying the city
(3f) The enemy's destruction of the city

16Cette liste est d'ailleurs incomplète. Ainsi, en dehors du problème de l'omission possible du subordonnant that en (3a') :

(3a) I think (that) the enemy destroyed the city

17on sait que, selon la nature du verbe principal, la proposition peut aussi comporter diverses traces de subordination : passage de l'indicatif au subjonctif (sensible dans un nombre limité de cas) ou emploi de certains modaux :

(4) I insisted that he (should) go (Longman DCE)

18De même, (3b) ne constitue qu'un des exemples d'emploi de ce que l'on appelle de façon imprécise "l'infinitif" : A côté de (3b') on trouve des constructions sans for et sans to :

(3b') It would be a mistake for the enemy to destroy the city
(3g) They helped the enemy (to) destroy the city
(3h) This was what made the enemy Ø destroy the city

19A partir de cette diversité de cas possibles on peut dégager quelques grandes tendances selon la forme prise par le sujet (on choisira de préférence des exemples avec un sujet pronominal pour mieux faire apparaître les différences), le verbe et ses compléments.

20- Complétives

  • 7 Cf. G. Deléchelle, essai 10 " Connecteurs et relations inter-énoncés ", in Lapaire & Rotgé, 1993. L (...)

21Ce sont les complétives (en général ouvertes par that) qui comportent le moins de modification de l'énoncé de départ. On constate une absence de -s à la troisième personne du singulier du présent du subjonctif, mais le pronom sujet (par exemple he en (4)) ne se met pas à la forme complément7.

22- à l'indicatif : pronom sujet au nominatif, verbe conjugué

23- au subjonctif présent (3° personne singulier) : pronom sujet au nominatif, V + Ø

24- Propositions dites "infinitives"

25- pronom sujet à la forme complément (éventuellement précédé de for)

26- base verbale précédée ou non de to, V suivi d'un complément d'objet

27- Nominalisations en -ing :

28- au gérondif :

29. pronom sujet à l'accusatif, verbe suivi d'un COD :

(5a) I don't like him saying this

30. pronom sujet au génitif, verbe suivi d'un COD :

(5b) I don't like his saying this

31- nom verbal : forme en -ing précédée d'un article et suivie d'un complément prépositionnel :

(6) the losing of wives or lovers, at which I have always been adept

32- Noms déverbaux ("derived nominals")

33Emploi d'un verbe comme nom avec ou sans suffixe (ex : destruction dans l'exemple de départ). On a même parfois le choix entre plusieurs suffixes. Ainsi, le verbe propose a deux dérivés : proposition et proposal.

34A ces différences de forme correspondent des différences sémantiques. Plus on s'éloigne de la structure canonique des indépendantes avec un sujet au nominatif et un verbe conjugué, moins le contenu propositionnel a de chances de faire l'objet d'une assertion distincte. Le processus de nominalisation permet de renvoyer à du notionnel sous des formes diverses. Dans les constructions à "l'infinitif", la mise en relation entre le sujet et le prédicat reste virtuelle, la validation est proposée alors qu'avec les formes en -ing elle est acquise. Plusieurs cas sont alors possibles, mais nous ne pouvons les examiner ici en détail. Disons seulement que le gérondif et le nom verbal peuvent donner lieu à plusieurs interprétations : insistance sur l'activité, sur son résultat ou sur le fait lui-même. Il en est de même pour les nominaux déverbaux. Ainsi, parmi les définitions du nom presentation, on trouve :

  1. the way in which something is said, offered

  2. the act or action of presenting

  3. a talk

  • 8 Cf. cette légende dans Dennis the Menace : " Looks like we spend most of our time inging... you kno (...)

35et L. Bauer (1983, p. 185) cite jusqu'à douze gloses différentes du suffixe -ation. On pourra aussi parfois opposer, à partir d'un même verbe, la forme en -ing et le nom dérivé, l'un mettant l'accent sur l'activité8 et l'autre sur le résultat, comme dans cet exemple :

(7) It struck me that I had much to say about losing and loss

36On pourrait croire qu'avec les noms déverbaux on a franchi une frontière entre le grammatical, productif (les diverses formes en -ing) et le lexical, plus stable (les noms dérivés). En fait, même ces derniers ne perdent pas complètement la mémoire de leur histoire dérivationnelle, comme on le voit parfois dans le choix de la même préposition pour le verbe et le nom qui en est dérivé (to distinguish between two things/a distinction between two things). Il n'en reste pas moins que dans le passage des complétives aux infinitives puis aux formes en -ing et aux noms déverbaux, on assiste à un figement de plus en plus grand de la prédication, cette déverbalisation progressive de l'élément central pouvant être considérée comme une forme d'usure.

  • 9 Il oppose ces opérations d'intégration aux opérations de rupture ou de régression, illustrées par l (...)

37C. Delmas (in Delmas et al., 1993, p. 32) mentionne trois degrés d'intégration des relations prédicatives9 :

  • 10 Nous n'avons pas traité ici, faute de place, les énoncés " clivés " ou " pseudo-clivés " qui introd (...)

38- fracture dans : Mary Δ beautiful is something hard to imagine. On pourrait aussi ajouter ici des exemples classiques de clivage en cas de non-acceptation d'une relation comme (8)10 :

(8) What? Me? Absent-minded? Forget it (titre d'article)

39- ciment cloisonnant structural dans les infinitives (par exemple en for... to)

  • 11 Voir l'analyse détaillée du rôle de to et de -ing dans H. Adamczewski (1982, chap. 1)

40- fusion intégrante avec les formes en -ing qui permettent une homogénéisation et un blocage de la relation11.

41L'étude qu'on vient de mener montre qu'il existe de nombreux cas intermédiaires et qu'il est important de tenir compte des divers éléments qui contribuent à assurer la cohésion de ces énoncés.

2.2. Usure et rupture, le morphème Ø ou comment faire parler le silence ?

42La problématique de l'usure et de la rupture nous amène à nous interroger sur la nature de ce que l'on appelle en linguistique le morphème zéro (Ø). On a vu que si l'on s'en tenait à une vision linéaire du changement, on aboutissait à un point où la forme linguistique devait être renouvelée. On observe aussi que dans certaines séries d'oppositions il est parfois utile de poser un morphème zéro dont le statut n'est pas toujours clairement défini, le problème ayant longtemps été éludé en faisant appel à l'idée d'ellipse ou d'effacement de telle ou telle forme (par exemple de l'article défini ou de that relatif ou conjonctif).

43En dehors des articles, on parle encore de relatif Ø, par opposition à that et aux relatifs en WH, de conjonctif Ø, commutant avec that, de base verbale nue Ø V, opposée à to V. On pourrait tout aussi bien considérer qu'on a affaire à un marqueur Ø dans les cas de juxtaposition de phrases (coordination asyndétique/syndétique) et dans les noms composés. On aura noté que, sauf pour l'article Ø, tous les exemples qui viennent d'être cités s'emploient dans des structures subordonnées.

  • 12 Voir par exemple : Bolinger, Lapaire-Rotgé, Bouscaren, Delmas.

44Le problème du rôle de Ø dans les conjonctives et les relatives complément d'objet (mais pas sujet) est très complexe et ne peut être traité ici en détail12. Dans le premier cas Ø commute avec le conjonctif that, tandis que pour les relatives on a affaire à un système comportant une triple opposition : Ø, that et les relatifs en WH. Comme le montre C. Delmas (1985, p. 108) à propos de l'exemple suivant de D. Bolinger :

(9) The paper Ø I handed in last week, that you liked so well, remember? - was the first one Ø I had done entirely on my own.

45il est difficile de concilier l'idée d'un statut unique pour Ø, alors qu'il ne serait pas impossible de le remplacer par which dans le premier cas (the paper which I handed in last week) avec une relation déficitaire et par that dans le second (the first one that) en raison de la présence de first (acquis de relation). La solution est sans doute de dire que Ø permet justement de ne choisir aucun des deux autres types de structuration. La complémentation apportée par la relative sera alors surtout notionnelle, qualitative, à la manière d'un adjectif.

46On retrouve la même difficulté pour déterminer le statut de Ø dans les noms composés, par exemple du type N1-N2, où N1 et N2 peuvent prendre des formes diverses. Si l'on s'en tient à la surface, le trait d union semblerait lui aussi marquer une pure juxtaposition de deux notions, une mise en relation déficitaire. Mais comparons les trois exemples suivants :

(10a) smuggling cocaine is illegal
(10b) the smuggling of cocaine is illegal
(10c) cocaine-smuggling is illegal

  • 13 Pour Larreya-Rivière " un Nom Composé sert non pas à construire une relation entre deux termes, mai (...)

47On voit que dans (10c) N1 (cocaine) n'est pas une simple recharge sémantique n'apportant que son contenu lexical. Il faut replacer cet énoncé dans son histoire dérivationnelle suggérée par (10a) et b)). Cocaine représente la cible sémantique, l'argument interne, du verbe smuggle et devient, par son passage en position d'épithète, un élément préconstruit. Son statut d'objet est maintenant dépassé et réinvesti dans la construction d'une notion complexe N1 N2 dans laquelle N1 est subordonné et intégré à N2. On peut donc parler en (10c) d'un retour au notionnel, alors qu'en (10a) le notionnel participe à une mise en place déficitaire13. On aboutit ainsi à la construction de syntagmes que nous appelons figés, et qui constituent des cibles privilégiées pour un travail de réactivation dans les textes littéraires.

48De même, quand on étudie les autres formes d'agrégats nominaux (N of Ν ; N's Ν), on commence parfois par les suites N1-N2. Or si l'on doit établir un ordre dans la cohésion de ces agrégats on devrait plutôt placer N1-N2 en dernier :

(11a) the face of an angel
(11b) an angel's face
(11c) an angel-face

49En effet, en c) le nom angel prend une valeur adjectivale (cf. an angelic face), on renvoie aux propriétés de la notion, ce qui rapproche c) du génitif générique de 11b).

  • 14 J. R. Lapaire examine les problèmes du vide et du plein dans Lapaire & Rotgé, 1993
  • 15 Par exemple dans Culioli, 1990, p. 96

50Le morphème Ø pose donc de sérieux problèmes pour la théorie linguistique14. En système, plutôt que de parler d'effacement, il est préférable de considérer qu'il constitue un choix, avec sa signification propre. Quant à ses valeurs, elles peuvent être diverses. Nous avons seulement voulu montrer certains cas où Ø marquait non pas une mise en place directe d'un contenu notionnel, mais un retour au notionnel. C'est peut-être le schéma de came, parfois utilisé par A. Culioli15, qui permettrait le mieux de rendre compte de ces deux types d'emplois.

2.3. Rupture ou relance

51Lors de notre travail sur les connecteurs de cause dans le cadre de l'opposition de phases et du vecteur rhématique/thématique proposés par H. Adamczewski, il nous a été à une certaine époque difficile d'expliquer la différence entre l'emploi du because explicatif d'une part, de as et since de l'autre et enfin de for. Il y avait en effet de nombreux points communs dans les emplois métalinguistiques aussi bien de as que de since ou for.

52A propos de for, nous avons été amené à parler de relance de rhématicité pour expliquer l'appel polémique au co-énonciateur que comporte ce connecteur. En effet, l'énonciateur qui emploie for dans un énoncé p for q cherche à faire admettre l'argument q qu'il présente comme justification de son énonciation de p. Ceci est encore plus vrai quand for est situé en début de phrase ou de paragraphe (plus généralement après ponctuation forte).

53De la même manière, on peut considérer que since se différencie surtout de as, par ailleurs très proche de lui syntaxiquement, par le fait qu il marque lui aussi une opération de relance en direction du coénonciateur. Il s'agit cette fois d'une relance de thématicité, l'énonciateur venant rappeler le caractère thématique de q et les différentes conclusions que le co-énonciateur se doit d'en tirer.

  • 16 C. Delmas (1993, p. 230) l'utilise pour la reprise a pirate ! dans : A : My uncle was a pirate. Β: (...)

54Ce concept de relance, qui ne constitue pas une rupture et n'est pas exactement synonyme de "reprise", pourrait trouver d'autres applications16.

55Au terme de ce bref survol de phénomènes linguistiques d'ordre diachronique ou synchronique, on se rend compte qu'il a été difficile d intégrer tels quels à la métalangue linguistique les concepts d'usure et de rupture. Ainsi associés ils semblent indiquer un parcours orienté partant de l'usure vers la rupture, car pour qu'un lien soit rompu il faut d'abord qu'il existe. Si le langage est discours, il se doit de posséder une cohésion et une cohérence qui paraissent antinomiques avec l'idée de rupture, ce qui n'empêche pas toutefois l'existence de discontinuités et de changements d'orientation à tous les niveaux.

56Notre but n'était pas d'approfondir ces deux notions. Nous avons seulement voulu donner quelques exemples de phénomènes linguistiques où l'opposition proposée permettait des développements intéressants, comme la grammaticalisation de certains lexèmes, les processus de nominalisation, le statut du morphème Ø et l'opération de relance.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Adamczewski H. (& C. Delmas), Grammaire linguistique de l'anglais, Paris : A. Colin, 1982.

Aitchison J., Language Change : Progress or Decay? Fontana Paperbacks, 1981.

Altenberg Β., "Causal Connection in Spoken and Written English", Studia Linguistica 38 (1), 1984, pp. 20-69.

Bauer L., English Word-Formation, Cambridge University Press, 1983.

Bourcier G., Histoire de la langue anglaise du moyen-âge à nos jours, Paris : Bordas, 1978.

Bouscaren J., Linguistique anglaise, Gap : Ophrys, 1991.

Chomsky N., Studies on Semantics in Generative Grammar, La Haye-Paris : Mouton, 1972 Cotte et al., Les théories de la grammaire anglaise en France, Paris : Hachette, 199.

Crépin Α., Grammaire historique de l'anglais, Paris : P. U. F., 1978.

Culioli Α., Pour une linguistique de l'énonciation, Gap : Ophrys, 1990.

Deléchelle G., "Connecteurs et relations inter-énoncés", in J. R. Lapaire & W. Rotgé, Séminaire pratique de linguistique anglaise, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Delmas C., Structuration abstraite et chaîne linéaire, Paris : CEDEL, 1987.

Delmas C. et al., Faits de langue en anglais, Paris : Dunod, 1993. Gauthier Α., "Constructions en -ING : (the) teaching (of) English in France", Cahiers Charles V, 1991, pp. 79-102.

Hagège C., L'homme de paroles, Paris : Fayard, 1985.

Huart-Friedlander R., "Nouveau regard sur les noms composés", in Α. Gauthier, Explorations en linguistique anglaise, Berne : P. Lang, 1989, pp. 25-90.

Joly A. & O'Kelly D., Grammaire systématique de l'anglais, Paris : Nathan, 1990.

Kilby D., Descriptive Syntax and the English Verb, Croom Helm, 1984.

Larreyra P. & Rivière C., Grammaire explicative de l'anglais, Paris : Longman, 1991.

Lebeaux D., "The Interpretation of Derived Nominals", Chicago Linguistic Society 22, 1986, pp. 231-247.

Lightfoot D., Principles of Diachronic Syntax, Cambridge University Press, 1979.

Meillet Α., Linguistique historique et linguistique générale, Paris : Champion, 1975.

Notes

1 A. Crépin (1978, p. 76) voit dans l'émergence de do comme auxiliaire l'innovation majeure de l'anglais moderne. Voir aussi G. Bourcier (1978, p. 267). Les remarques faites ici pour do s'appliquent aux autres auxiliaires et en particulier aux auxiliaires de modalité en anglais

2 Il faudrait préciser les propriétés des verbes qui peuvent s'employer comme auxiliaires (cf. le concept guillaumien de " subduction ", Joly & O'Kelly, 1990, p. 169-192) et expliquer comment on peut relier les différents emplois d'une même unité linguistique (par exemple do).

3 On pourrait aussi mentionner le cas de verbes parfois appelés " impersonnels " comme like ou seem (cf. D. Lightfoot, 1979, chap. 5). On retrouve l'ancien datif dans l'expression archaïque methinks (ou methought).

4 Voir en particulier à ce sujet l'étude très détaillée de B. Altenberg (1984)

5 H. Adamczewski a bien montré les insuffisances du terme " forme progressive " et des analyses faites de cette forme

6 Rappelons (cf. note 2 supra) que nous ne considérons pas les marqueurs grammaticaux comme des mots " vides de sens ".

7 Cf. G. Deléchelle, essai 10 " Connecteurs et relations inter-énoncés ", in Lapaire & Rotgé, 1993. Les exemples mentionnés ne représentent qu'une partie des divers types de subordonnées.

8 Cf. cette légende dans Dennis the Menace : " Looks like we spend most of our time inging... you know, like sleeping, eating, running, climbing "

9 Il oppose ces opérations d'intégration aux opérations de rupture ou de régression, illustrées par le passage de the à a dans : He opened the door, a green door

10 Nous n'avons pas traité ici, faute de place, les énoncés " clivés " ou " pseudo-clivés " qui introduisent une rupture de l'ordre des mots afin de permettre la focalisation ou la thématisation de certains éléments de l'énoncé

11 Voir l'analyse détaillée du rôle de to et de -ing dans H. Adamczewski (1982, chap. 1)

12 Voir par exemple : Bolinger, Lapaire-Rotgé, Bouscaren, Delmas.

13 Pour Larreya-Rivière " un Nom Composé sert non pas à construire une relation entre deux termes, mais à reprendre une relation déjà construite " (1991, p. 186). Je remercie M. Fryd de m'avoir communiqué des notes sur les noms composés.

14 J. R. Lapaire examine les problèmes du vide et du plein dans Lapaire & Rotgé, 1993

15 Par exemple dans Culioli, 1990, p. 96

16 C. Delmas (1993, p. 230) l'utilise pour la reprise a pirate ! dans : A : My uncle was a pirate. Β: Really? A pirate!

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter