Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usure et rupture - Breaking points

 | 
Claudine Raynaud
, 
Peter Vernon

Le concept de rupture en linguistique : fondements cognitifs et implications méthodologiques

Jean-Rémi Lapaire

Texte intégral

1La raison qui me conduit à aborder ici la notion de rupture en linguistique est plus d'ordre épistémologique que grammatical. Je suis en effet convaincu que trop de linguistes forgent ou adoptent des concepts d'analyse sans s'interroger sur les implications cognitives de leur acte. Pressés de livrer l'intelligence des structures grammaticales et des significations qui leur sont associées, ils ne prennent qu'exceptionnellement le temps de remonter aux origines des outils qu'ils utilisent. Lorsqu'ils acceptent de le faire, la perspective qu'ils adoptent est essentiellement historique et définitionnelle : d'où vient la classification des mots en « parties du discours » ? Quand se met-on à parler de « sujet », de « prédicat », de « modalité » ? Qu'est-ce qu'un « déterminant » ? Existe-t-il une différence de sens et d'usage entre « asserter » et « affirmer » ? Que signifient exactement « actualiser », « virtualiser », « négativer », « emphatiser » ?

  • 1 Saluons au passage l'entreprise de Sylvain Auroux et de ses collaborateurs, qui ont publié une très (...)

2Sans nier l'intérêt de ce type de question1, il me semble qu'il existe une genèse terminologique et conceptuelle plus instructive encore, dont la nature n'est pas historique mais cognitive. Il ne s'agit plus, ici, de se demander quand est apparue telle étiquette, qui a pensé quoi en premier, qui utilise telle appellation dans tel sens, qui a repris l'idée de tel autre en lui infligeant telle modification, mais de montrer comment l'esprit procède lorsqu'il cherche à comprendre le fonctionnement du langage.

3Je voudrais sans plus attendre prendre un exemple, que j'emprunterai au linguiste américain George Lakoff. Dans Women, Fire and Dangerous Things, celui-ci met en évidence la manière dont nous utilisons des concepts primitifs, forgés à partir de notre expérience du monde physique, pour façonner des notions d'un degré d'élaboration et d abstraction supérieur. Il note ainsi que le concept de catégorie, dont on se sert couramment en mathématiques, en logique, en philosophie et en grammaire, est lié à l'idée plus élémentaire -- pour ne pas dire terre-à-terre -- de contenant. « Ensembles », « classes », « groupes » et « catégories » d'« éléments », pour subtiles que soient leurs définitions théoriques, plongeraient leurs racines cognitives dans l'image beaucoup plus sommaire du récipient, du sac ou de la matrice qui renferment une substance ou des objets.

  • 2 Les principales idées de Mark Johnson sont consignées dans The Body in the Mind [voir bibliographie (...)
  • 3 Notons avec intérêt que ces trois éléments-clés associés au « CONTAINER schema » se retrouvent tels (...)

4Toujours selon Lakoff -- qui reprend à son compte les thèses de Mark Johnson2 -- la mise en place de la notion élémentaire de contenant renverrait à la représentation que l'homme se fait de son propre corps : un volume intérieur où sont logés les organes et une peau qui fait simultanément office d'enveloppe et de frontière. Ce qu'il appelle « the CONTAINER (image) schéma » comprendrait ainsi trois paramètres de base : un intérieur (interior), un extérieur (exterior) et une frontière (boundary)3.

  • 4 La vision est volontiers traitée sur le mode du contenant, comme en témoignent les expressions « ho (...)

5Lakoff soutient que le « CONTAINER schema » et les « éléments structuraux » (structural elements) qui lui sont associés (intérieur-extérieur-frontière) sont inconsciemment utilisés dans une multitude de circonstances pour concevoir métaphoriquement la réalité4 ou pour créer des concepts plus élevés (comme ceux de « catégorie » ou de « domaine », par exemple).

6Je n'en dirai pas plus ici, d'autant que l'analyse que propose Lakoff a ses détracteurs et ne craint pas, ici et là, la simplification. Je pense néanmoins que les linguistes peuvent en retenir :

  1. la nécessité de se rendre aux sources cognitives des notions qu'ils utilisent.

  2. l'idée que les concepts les plus abstraits et « élevés » ont des origines plus concrètes et « basses », qui mettent fréquemment en cause notre perception de l'espace, de la matière, voire du corps.

  3. le principe d'une hiérarchisation entre conceptualisation élémentaire (ex. mise en place du « CONTAINER schema ») et conceptualisation dérivée (ex. élaboration de la notion plus intellectualisée de catégorie).

7L'étude du concept de rupture en linguistique énonciative me paraît soutenir ce point de vue.

8On sait que le substantif « rupture » vient du bas latin ruptura (qui est dérivé du verbe rumpere, « rompre »). On n'ignore pas non plus que ce terme connaît une faveur croissante dans les analyses stylistiques et grammaticales d'obédience énonciative. Il existe ainsi, à côté des plus traditionnelles « ruptures de construction » ou « ruptures de syntaxe », des « ruptures temporelles » et des « ruptures sémantico-logiques », pour ne citer que quelques expressions en cours de banalisation. Il existe également, dans un registre voisin, des « cassures », des « fractures », des « clivages », des « décalages » et des « disjonctions ». On peut donc légitimement se demander si l'on est en présence d'un concept à part entière ou d'une simple image. La réponse, nous allons le voir, réconcilie ces possibilités plus qu'elle ne les oppose.

9La première remarque qui s'impose est que nous avons affaire à une projection métaphorique : un vocable qui est fondamentalement lié à notre expérience de la matière (ex. « rompre du bois » au sens de « briser », « casser », « réduire en morceaux ») est appliqué à un autre domaine -- le fonctionnement du langage -- afin d'en faciliter la compréhension. Il est en effet aisé de se représenter un processus dissociatif aussi concret que celui qui consiste à fendre une bûche, à fragmenter un bloc de granit ou à couper un cordage. On conçoit alors qu'il puisse être éclairant de traiter certains phénomènes évanescents de syntaxe ou de sémantique en évoquant une réalité aussi tangible et ordinaire. Comment le notent Lakoff et Johnson dans Metaphors We Live By « we typically conceptualize the nonphysical in terms of the physical -- that is, we conceptualize the less clearly delineated in terms of the more clearly delineated » (59).

  • 5 Ceci transparaît, entre autres, dans les expressions « l'amitié / l'affection / les souvenirs / l'a (...)

10Remarquons, au passage, que l'idée primitive de rupture physique est également utilisée pour structurer métaphoriquement d'autres domaines. On songe, en particulier, aux rapports affectifs, socioéconomiques, administratifs et politiques entre individus, groupes ou nations. En français, comme dans de nombreuses langues, on « rompt », « brise » ou « casse » les unions, les engagements, les contrats, les traités, les accords, la paix, la confiance. Il n'y a là rien de surprenant lorsqu'on prend conscience que toute vie sociale suppose des relations entres les êtres et que ces dernières sont conçues à partir du concept-clé de lien5. George Lakoff note à ce propos que :

Social and interpersonal relationships are often understood in terms of links. Thus we make connections and break social ties. Slavery is understood as bondage, and freedom as the absence of anything tying us down. (Women 274)

11De même qu'il place un « CONTAINER schema » derrière le concept de catégorie, de même voit-il un « LINK schema » derrière celui de relation.

12Selon lui, la formation de ce « LINK schema » est, elle aussi, à mettre en rapport avec notre « vécu corporel » (bodily experience) et avec notre perception de l'environnement :

Our first link is the umbilical cord. Throughout infancy and early childhood, we hold onto our parents and other things, either to secure our location or theirs. To secure the location of two things relative to one another, we use such things as string, rope or other means of connection. (Women 274)

13Les trois « éléments structuraux » qu'il dégage ici sont « two entities, A and B, and LINK connecting them » (Women 274).

14On peut, une nouvelle fois, émettre un certain nombre de réserves quant à la fiabilité de la genèse cognitive qui nous est proposée. Mais il faut reconnaître à l'analyse de Lakoff un grand mérite : celui de recentrer le débat concernant la rupture autour de la question, plus fondamentale encore, de lien. En effet, la rupture est un processus qui est par nature second, puisqu'il ne saurait être question de séparer ce qui n'a pas été lié ou de casser ce qui n'a pas été préalablement soudé. La rupture s'exerce forcément sur quelque chose. Cette « chose », en grammaire, est une relation (syntaxique, sémantique, logique, pragmatique ou autre). Car, comme le rappelait si justement Roman Jakobson dans « Deux aspects du langage et deux types d'aphasie », parler exige la maîtrise de deux « opérations » de base, qui sont la « sélection » et la « combinaison » des sons, des signes et des significations. Or « combiner » des éléments revient à les mettre en relation sémantico-syntaxique les uns avec les autres. Pour s'en convaincre, il suffît de songer à la situation du jeune enfant qui s'exclame « veux aller dehors, moi » ou de l'adulte qui déclare « je voudrais sortir ». L'un comme l'autre ne se contentent pas d'égrener des vocables étanches, exprimant les idées d'ego (« moi », « je »), de volition (« veux », « voudrais ») et de non-enfermement (« dehors », « sortir »). Ils s'emploient, au contraire, à les relier : la volonté est rattachée à une origine (le MOI de l'énonciateur) et à une action particulière (se rendre à l'extérieur). Ce processus de mise en relation possède une réalité prosodique et morphologique : l'intonation agit comme un facteur de liaison entre les termes et certaines des formes grammaticales choisies reflètent l'association (l'« accord ») entre unités (ex. « vouloir » devient « veux » ou « voudrais » parce qu'il est relié à « moi » ou à « je »).

  • 6 La définition et l'illustration de ces termes figurent dans Faits de langue. Faits de discours 53-5 (...)

15On voit donc, au travers de cet exemple, que l'idée de lien est au cœur de toute grammaire. Si la parole est faite de mises en relations, il est logique d'envisager que ce qui a été syntaxiquement et sémantiquement noué puisse être rompu. La rupture nous apparaît ainsi comme étant l'« ombre portée » du concept fondateur de relation. On ne saurait par conséquent être surpris du droit de cité qu'a récemment acquis la dualité « soudure » / « rupture » sous la plume de plusieurs linguistes énonciativistes, notamment sous celle de Claude Delmas, qui en propose diverses variations intéressantes : « soudure », « cimentage », « fusion intégrante » opposés à « rupture », « fracture », « clivage »6.

16Avant de nous rendre sur le terrain de l'analyse grammaticale, deux points de théorie méritent encore d'être précisés :

171. Bien que la notion de rupture soit tributaire de celle de lien et laisse le champ libre à divers scénarios (lien déjà rompu, à rompre, impossible à nouer, etc.), il faut envisager le cas où l'on n'a pas deux unités que l'on sépare, mais un seul bloc compact, que l'on scinde. La différence peut paraître ténue, mais l'enjeu n'est pas tout à fait le même selon que la rupture rend leur autonomie à deux éléments distincts (A et Β existent déjà de façon autonome, comme deux wagons que l'on entreprendrait de décrocher l'un de l'autre) ou qu'elle crée deux entités différentes à partir d'une seule (A et Β n'ont pas d'existence individuelle au départ, comme un bâton que l'on casserait en deux morceaux). Dans un cas comme dans l'autre, toutefois, la rupture aboutit à une absence de contact immédiat entre deux constituants A et B. Chacun acquiert par là-même une certaine autonomie, garantie par le « vide » ou l'« espace » qui s'interpose désormais entre eux. On relève d'ailleurs avec intérêt que cette prise d'autonomie est volontiers interprétée comme la manifestation d'un antagonisme ou d'une incompatibilité : A et Β ne se contentent pas d'être séparés et différenciés ; ils s'opposent. On retrouve ici certaines des connotations de la rupture au sens social : s'il y a « cassure » ou « brisure » c'est qu'il y a « rivalité », « divorce », « désunion », « désaccord » ou « conflit ». Il nous sera donné de constater qu'en linguistique, le mot rupture évoque également des réalités fluctuantes, allant de la simple suppression ou absence de contact direct (A et Β détachés l'un de l'autre) à la discordance (A et Β s'affrontant ou s'excluant mutuellement).

182. Malgré l'importance cognitive accordée à la rupture physique dans l'élaboration du concept de rupture linguistique, il faut se garder d'établir une identité stricte entre les deux domaines : l'acte qui consiste à rompre un « maillon » logique, sémantique ou syntaxique, ne se confond pas entièrement avec celui qui consiste à rompre un maillon métallique ; la « chaîne » textuelle n'est pas une « chaîne » à part entière. Comme dans toute projection métaphorique du physique vers le psychique, du matériel vers l'intellectuel, il y a saisie de mécanismes abstraits au travers de mécanismes concrets, et non assimilation totale des uns aux autres. Lakoff et Johnson sont les premiers à en convenir lorsqu'ils déclarent :

It is important to see that the metaphorical structure involved is partial, not total. If it were total, one concept would actually be the other, not merely be understood in terms of it. (Metaphors 13)

19Je voudrais à présent donner un aperçu des nombreuses questions grammaticales qui peuvent être abordées sous l'angle de la rupture. Sauf indication contraire, les illustrations que je fournirai seront empruntées à l'ouvrage que j'ai écrit en collaboration avec Wilfrid Rotgé, intitulé Linguistique et grammaire de l'anglais.

20C'est incontestablement dans le domaine des relations spatiotemporelles et de la deixis que le concept de rupture trouve l'un des terrains les plus hospitaliers qui soit. En effet, la métaphorisation est ici d'amplitude modeste puisque l'on reste encore assez proche du monde physique.

21J'envisagerai d'abord le cas des prépositions et des particules adverbiales. La plupart dénotent, à l'origine, un rapport à l'espace (position ou mouvement) ; rapport qui a très vite évolué vers une plus grande intellectualisation (comparer par exemple IN dans " IN [= inside] the room " et IN dans " IN mourning ", " IN deep trouble ", " taken IN "). Je porterai surtout mon attention sur OFF, que l'on peut considérer comme l'incarnation même de l'idée de rupture, malgré les fluctuations interprétatives dictées par la variété des contextes possibles. Parmi les effets de sens les plus fréquents on relève :

22— la mise à distance physique

[1] Keep off the lawn.

[2] Hands off!

23— la séparation

[3] Off you go!

24— le fait d'arracher

[4] He tore off the handle.

25— le rejet ou le dégoût

[5] I am OFF opera at the moment.

26— le changement d'état (avec dégradation)

[6] The milk had gone off.

[7] The numbers on my credit card wore off.

27— l'achèvement (avec sentiment de délivrance)

28[8] I managed to pay off my debts.

29Tous les effets qui viennent d'être énumérés ont pour dénominateur commun le processus de rupture. En [1], [2] et [3], la contiguïté spatiale est proscrite ou brisée : le contact promeneur/pelouse ou énonciateur / énonciataire n'est pas ou plus accepté. Un espace doit s'interposer entre les entités A et B.

30En [4] la cassure est littérale : la poignée, qui faisait matériellement corps avec le reste de la porte, se retrouve détachée. Enfin, en [5], [6], [7] et [8], la rupture s'apparente à la cessation d'une situation initiale A (j'aime l'opéra ; le lait est frais ; les numéros de ma carte son lisibles ; je suis endetté) et à l'entrée en vigueur d'une situation B, opposée (l'opéra n'est plus apprécié ; le lait n'est plus frais ; les numéros sont devenus illisibles ; les dettes sont épongées). Nous tenons ici la preuve de ce qui a été avancé plus haut, dans les remarques générales, à savoir que la rupture ne s'en tient pas à la seule séparation-différenciation de A et de B : une idée de contraste, voire d'antithèse, s'infiltre dans le « scénario relationnel ».

31Sans entrer dans autant de détails, il est possible de dire que ON présente l'image inverse de OFF : les sens couramment répertoriés que sont le « contact physique » (« I lay ON the beach »), le « lien maintenu » (« Hold ON the line ! »), la « dépendance » (« She is ON special medication », « He is hooked ON drugs ») sont autant de formes de non-rupture.

32Si l'on s'intéresse maintenant à l'expression des « liens temporels » (angl. time relations), on s'aperçoit que l'opposition preterite (V-ED) / present perfect (HAVE présent +-EN) est partiellement traduisible en termes de « passé rupture » (V-ED)/« passé relié » (HAVE présent +-EN) avec pour point d'arrimage le présent d'énonciation. Alors que le preterite marque explicitement une cassure entre le révolu des faits et l'actuel de leur évocation, le present perfect assure une continuité événementielle ou psychique entre passé et présent : là où V-ED détache, HAVE présent +-EN rattache. Nous n'en dirons pas plus ici sur une question abondamment étudiée et nous nous contenterons seulement de fournir trois illustrations :

[9] They gave up their rooms for us. [v-ED]
[narration pure : simple évocation d'un événement révolu, « détaché » du moment présent]

[10] They have given us their rooms. [HAVE présent + -EN ] [même événement que précédemment, mais psychiquement « rattaché » au moment présent : analyse en cours d'un geste courtois + conséquences actuelles (= « nous sommes bien logés »)]

[11] I've been a postman for twenty-eight years.
[continuité passé-présent : le métier exercé il y a 28 ans l'est encore au moment de la parole]

33Le concept de rupture se révèle tout aussi éclairant lorsqu'on analyse les emplois prototypiques de THERE et de THEN. Il s'agit des cas où ces deux opérateurs agissent comme des localisateurs spatio-temporels au sens strict. Les gloses les plus courantes sont alors « in / at / to that place » pour THERE et « at that time » / « in those days » pour THEN.

[12] 'Look! Can't you see him, right over THERE, across the road?'

[13] All over the floor (then not now) were spread the blueprints of a boat that I was building at the time in a garage down the range lights on the creek.

34Il ne fait guère de doute que THERE et THEN dénotent respectivement :

    • 7 Rappelons qu en français il faut souvent ajouter-BAS à LÀ pour marquer une rupture sans ambiguïté a (...)

    une absence de contiguïté spatiale : THERE sous-entend NOT HERE (cf. « across the road » [12])7

  • une absence de continuité temporelle entre l'époque évoquée et le moment de l'énonciation : THEN implique NOT NOW (cf. « at the time » [13]).

35La rupture entre l'ICI de l'énonciateur et l'endroit qu'il désigne, ou entre le MAINTENANT du sujet parlant et le moment auquel il fait allusion peut être interprétée comme une simple différence (A et Β distincts) mais aussi comme un contraste prononcé (A et Β radicalement autres, voire antinomiques). Ce dernier cas de figure me semble particulièrement bien illustré par l'exemple ci-après :

[14] We ought to have lived in the days of Russel and the old Times. Dispatches by balloon. One had time to do some fancy writing THEN.

36Le journaliste oppose l'âge d’or du reportage « vieux style » aux mauvaises conditions qui sévissent au moment où il s'exprime. Un monde semble séparer les deux époques. Nous retrouvons bien, dans ce type de rupture, la notion d'espace intermédiaire : dissocier A de Β et Β de A, c'est créer entre eux une zone de non-contact qui autorise l'« éloignement ». Ce dernier traduit métaphoriquement un « fossé » ou un « écart » qualitatif entre les éléments comparés. (Le vocabulaire spatial employé ici n'est pas accidentel).

37Notons aussi que lorsque THEN est utilisé non pas de manière statique (« at that time »), mais dynamique (« after that »), il agit de façon paradoxale : deux éléments ou événements distincts sont reliés tout en étant dissociés. En effet, l'enchaînement ou la consécution marqués par THEN tracent une frontière nette entre l'« avant » et l'« après » (tendance à la rupture), tout en créant une certaine solidarité (tendance à la soudure) :

[15] Massage shampoo vigorously on your scalp with your fingertips. Then rinse thoroughly and follow with M. C.'s Special Conditioning Gel.

38Dans cet exemple, THEN joue un rôle aspectuel non négligeable : ce n'est que lorsque la première étape a été pleinement accomplie, que l'on doit passer au rinçage. THEN -- en association avec la ponctuation et l'intonation -- accentue en outre la spécificité de l'étape « lavage » par rapport à celle du « rinçage », non seulement sur un plan qualitatif, mais aussi temporel : les deux opérations semblent séparées par un « vide » de quelques instants (que l'on imagine comblé par la manipulation de la robinetterie). La simple juxtaposition n'aurait pas souligné tout cela, même s'il est clair que tout enchaînement, aussi « serré » soit-il, laisse place à une rupture (puisque seule la concomitance annule réellement l'idée de « jeu » entre les différentes phases envisagées) :

[15'] Massage shampoo vigorously on your scalp with your fingertips, rinse thoroughly and follow with M.C.'s Special Conditioning Gel.

39Pour terminer sur ce chapitre, notons que le localisateur NOW, dans certains de ses emplois modalisés, peut faire office de rupteur (= « instrument de rupture ») :

[16] Now stop this and listen to me !

40La cessation qui est exigée (la dissipation doit faire place à la concentration) s'explique très bien par les origines temporelles de NOW : le maintenant de la parole est un instant constamment renouvelé. On comprend alors que ce mot puisse signifier l'urgence d'une nouvelle attitude (qui rompt avec la précédente).

41Il est un autre domaine de la grammaire dans lequel le concept de rupture paraît tout à fait opératoire. Il s'agit des relations sémanticologiques entre divers termes ou propositions, notamment celles marquées par les coordonnants OR et BUT.

42On peut dire de OR ce que les lexicographes du Robert disent de son équivalent français OU : c'est une « conjonction disjonctive qui unit des termes, membres de phrase ou propositions [...] mais sépare les idées ». Et de fait, OR semble bien « séparer » dans l'esprit ce qu'il « unit » dans le discours :

[17] Don't you care whether he lives or dies ?
[rapprochement syntaxique de deux concepts antithétiques]

43OR fait ainsi partie de ces outils paradoxaux -- particulièrement répandus parmi les connecteurs -- qui associent et dissocient en même temps (nous l'avons déjà vu à propos de THEN et le verrons encore lorsque nous aborderons OF). De façon plus spécifique, OR apparaît comme un différenciateur de premier ordre ; ce qui est en plein accord avec son origine (other). Dans toute structure x-or-y, l'altérité de y (« le fait d'être autre ») est soulignée. Le terrain de la rupture est donc préparé puisque « casser », « briser » ou « séparer », aboutit nécessairement à une différenciation nette des deux « morceaux » A et Β (l'« amalgame » n'étant plus possible). A ce titre, OR est, en toutes circonstances, un rupteur, puisqu'il disjoint psychiquement ce qu'il conjoint syntaxiquement. Le cas typique est l'emploi dit « exclusif » de OR, où la « cassure » entre les deux termes est telle qu'elle fait régner un climat de rivalité et semble imposer un choix. La présence de EITHER ou de ELSE ne fait que radicaliser l'opposition sémantique et / ou pragmatique :

[18] A door must be either open or shut.

[19] You must keep silent or else resign.

44Cependant, il devient délicat de parler de rupture lorsque l'on est en présence d'un emploi dit « inclusif » ou encore d'un « OR de reformulation » :

[20] Rosemary will declare that she adores some acquaintance, or a cousin, or her greengrocer, or dentist, because they are so marvelous at arranging roses.

[21] Japan -- or the Empire of the Rising Sun.

45Certes, OR demeure, dans l'énoncé [20], un différenciateur : une vague connaissance ne saurait se confondre avec un cousin, un épicier avec un dentiste. Mais ces types de personnes sont unis dans l'esprit de Rosemary, dès lors qu'elles savent disposer des roses dans un vase. Il peut alors être dangereux de parler de rupture, tant nous associons cette étiquette à l'idée d'opposition, d'antagonisme ou d'incompatibilité. De même, en [21], le Japon et l'Empire du Soleil Levant sont deux appellations différentes, qui ne sauraient être confondues sur le plan lexical (longueur, sonorité, connotations). Mais le fait qu'elles désignent la même entité géographique limite le « décalage » entre les deux expressions. Parler de rupture pourrait alors prêter à confusion, même si cela est théoriquement défendable.

  • 8 Voir, par exemple, R. Quirk et S. Greebaum, University Grammar 259.

46Le second coordonnant que je voudrais brièvement étudier ici est BUT. La plupart des grammairiens anglophones y voient l'indicateur d'un « contraste » entre les deux termes qu'il relie8. Il peut s'agir :

47— d'un contraste purement sémantique

[22] He is not tall but short
[« short » est l'antonyme de « tall »]

48— d'un contraste d'ordre logique, qui met en cause les attentes situationnelles et culturelles créées par le premier élément. George Lakoff écrit à ce propos que « BUT marks a situation counter to expectation » (Women 404), tandis qu'Henri Adamczewski observe que « BUT introduit une proposition qui ne va pas dans le sens de la première » (Grammaire linguistique 348) :

[23] Many a Polish patriot is willing to die for Poland, but few Poles are willing to work for their country.

49Dans cet énoncé -- recueilli dans l'International Herald Tribune avant la chute du régime communiste -- le journaliste fait sarcastiquement état du dévouement patriotique total, « jusqu'à la mort », des Polonais. En vertu de l'adage selon lequel « qui peut le plus, peut le moins », le lecteur s'attend logiquement à ce qu'une mobilisation économique, n'exigeant qu'un sacrifice partiel de la personne, soit possible. Or il n'en est rien : l'attente est frustrée (ou, si l'on préfère, contrariée). C'est BUT qui est chargé d'annoncer la rupture du « fil logique » tressé dans la première proposition.

50Notons, à la suite de George Lakoff (Metaphors We Live By), que nous nous représentons volontiers nos raisonnements comme un cheminement, avec divers itinéraires et obstacles possibles (cf. les expressions « changer de direction », « buter sur une difficulté »), ou alors comme un fil ou une chaîne que l'on déroule (cf. les tournures « perdre le fil de sa pensée », « le maillon faible d'une argumentation »). Parler de « rupture sémantico-logique » semblerait, à première vue, trahir un penchant cognitif pour la seconde métaphore : l'enchaînement harmonieux des idées est assimilé à une bobine de fil que l'on dévide, l'interruption du processus à une coupure brutale. Ce qui aurait pu être déroulé en continu est cassé. Cependant, chez beaucoup de linguistes francophones, la rupture évoque davantage un « changement de direction » ou un « rebroussement de chemin », ce qui nous ramène à la première métaphore (AN ARGUMENT IS A JOURNEY, en terminologie lakofienne, Metaphors 89-91, cf. « we have arrived at a disturbing conclusion », « this runs counter to what you've just said »). L'expression employée par Henri Adamczweski (« ne pas aller dans le sens de... ») est d'ailleurs très révélatrice à ce sujet.

51Signalons enfin que le mot « décalage » -- que l'on rencontre également sous la plume d'Henri Adamczweski (cf. « BUT traduit un décalage sémantico-logique ») -- renvoie à une troisième métaphore, qui ne concerne pas tant l'activité de raisonnement que la nature et la compatibilité des idées. Ces dernières sont comme matérialisées et situées dans l'espace. Deux idées qui s’accordent ou qui peuvent, être regroupées sont « placées sur le même plan », tandis que deux idées qui ne s'associent pas ou ne se mélangent pas sont « situées à des niveaux différents ». Il y a alors un « décalage » plus ou moins prononcé, qui interdit toute « contiguïté » (spatiale et idéelle). Je n'en dirai pas plus sur ce point, mais je me permets d’attirer votre attention sur la matérialisation et la spatialisation des idées qui, à l'image des choses, peuvent être « proches », « voisines », « attenantes », « contiguës », « décalées », etc.

52Après avoir envisagé l'application du concept de rupture à certaines relations spatio-temporelles (OFF, ON, V-ED/HAVE +-EN, THERE, THEN, NOW) et sémantico-logiques (OR, BUT), je voudrais aborder un troisième et dernier domaine : celui des relations sémantico-syntaxiques. Il est clair qu’en si peu de pages, je ne pourrai qu'effleurer une vaste question et que je devrai me livrer à quelques simplifications.

53Le plus simple est de se rendre droit à l'invariant cognitif que l'on décèle sous les analyses proposées : l'énoncé est ici traité comme une « construction » syntaxique dont les éléments (phonèmes, morphèmes, mots, groupes de mots) sont prononcés les uns après les autres et disposés les uns à côté des autres dans les représentations graphiques. Cette contiguïté spatiale des formes linguistiques semble une donnée incontournable du langage qui renvoie à ce que l'on appelle, depuis SAUSSURE, la « linéarité du signifiant ». C'est elle qui nous vaut la métaphore de la « chaîne syntaxique » que l'on déroule à mesure que l'on parle, et dans laquelle les mots et les idées semblent « accrochés » les uns aux autres. Les expressions communes qui font état du « fil » de la parole (que l'on « perd » ou que l'on « reprend ») trahissent cette conception vivace (mais quelque peut simplificatrice) du discours comme « enchaînement » de termes et de notions. Le lien entre deux « maillons » (= les unités lexicales, sémantiques ou fonctionnelles) peut alors être conçu comme « serré » ou « lâche » ; les cas extrêmes étant ceux de la « soudure » (= resserrement maximal) et de la « rupture » (= relâchement total). Dans ce dernier cas, il peut être nécessaire d'établir une distinction entre lien sémantico-syntaxique radicalement brisé (plus du tout de contact car plus de relation), et lien distendu (relation maintenue, bien que ténue). Je précise, avant de citer quelques exemples, que la projection d'une logique spatiale, de nature horizontale, faite de « contacts », de « contiguïtés », de « voisinages », de « soudures », d'« agglutinations », de « greffes », de « chaînes » brisées et de « fils » renoués comporte au moins trois dangers dont il faut savoir se prémunir :

541. celui d'occulter la variété et la complexité des liens sémantico-syntaxiques de tout discours : un élément n'est pas uniquement en relation avec ce qui vient directement sur sa gauche et sur sa droite.

[25] Willy Loman never made a lot of money. His name was never in the paper. He's not the finest character that ever lived. But he's a human being and a terrible thing is happening to him.

55Dans l'extrait ci-dessus de Death of Salesman, « his » est certes associé à « name » qui le suit immédiatement. Mais « his » dépend également de « Willy Loman » pour son interprétation référentielle, alors qu'il en est séparé par toute une prédication. De même les occurrences d'« ever » et de « never » sont stylistiquement et modalement reliées les unes aux autres.

562. celui d'encourager une vision linéaire, « au coup par coup » de la construction des énoncés. Ce qui est posé en premier n'est pas nécessairement pensé en premier. Dans « Stop pestering me ! » l'ordre linéaire de l'expression n'épouse pas l'ordre des événements et de leur analyse : l'énonciateur a d'abord subi un harcèlement verbal (« pestering me ») avant de réclamer sa cessation (« stop ! »). De même, dans « a pair of scissors » ou « a flight of steps », le choix du dénombreur (« a pair of », « a flight of ») repose sur la considération préliminaire de la chose quantifiée (« scissors », « steps »). Celle-ci est pourtant exprimée en second. Le deuxième « maillon » syntaxique peut donc être le « premier » à un niveau sémantique ou psychique. Un énoncé n'est pas réductible à un collier dont on enfilerait les perles une à une.

573. celui de masquer la verticalité des relations syntaxiques. Voici ce que Wilfrid Rotgé et moi-même en disons dans Réussir le commentaire grammatical :

Lorsque nous parlons, nous avons l'impression de poser bout à bout des « morceaux de discours », au fil de notre pensée. Il s'agit là d'une illusion car non seulement l'ordre dans lequel nous nous exprimons n'épouse pas nécessairement l'ordre dans lequel nous percevons et raisonnons, mais surtout les segments de texte que nous croyons accrocher les uns à la suite des autres, de manière plate et linéaire, sont le plus souvent enchâssés les uns dans les autres sur le modèle des « poupées russes ». L'horizontalité de l'écriture et le déroulement linéaire du « fil du texte » masquent ainsi une verticalité subtile que l'étude de la subordination révèle très bien. (169)

58Il suffit de considérer un énoncé comme :

[26] I heard my uncle cry out in alarm THAT I was dead

59On remarque que le « déroulement » des faits dans la réalité ne correspond pas au « déroulement » linguistique qui caractérise leur narration. Pour « coller » de plus près l'ordre des événements et de leur perception, il aurait fallu que l'énonciateur dise quelque chose comme :

[26'] 'He's dead !', my uncle cried out in alarm. I heard him say this.

60On voit, grâce à cette réécriture, que l'exclamation affolée de l'oncle (« He's dead ! ») a été intégrée à la narration au moyen de THAT. Cette conjonction permet ici de filtrer puis d'inclure un petit énoncé dans une structure syntaxique plus vaste :

I heard my uncle cry SOMETHING out in alarm

He is dead!

61Une fois que l'on a bien pris conscience des dangers qu'il pouvait y avoir à trop jouer le jeu de la « linéarité du signifiant », on est à même d'évaluer l'intimité des liens noués entre les constituants d'un mot composé, d'un groupe nominal, verbal ou adjectival, d'un prédicat, d'une proposition, etc. Les linguistes parlent volontiers, à ce sujet, de cohésion, c'est-à-dire du degré d'« adhérence » sémantico-syntaxique des termes entre eux. Une adhérence totale est volontiers qualifiée de « soudure », tandis qu'un relâchement marqué ou une cassure nette sont facilement appelés « clivage », « fracture » ou « rupture ». Je m'en tiendrai ici à l'énumération de quelques questions étudiées de cette manière. Comme on le constatera très vite, il s’agit souvent d'oppositions entre des agencements ou entre des outils grammaticaux. Je réduirai les commentaires à un strict minimum.

  • 9 Grammaire linguistique 227-236, Faits de langue 203-216.

621. les combinaisons nom + nom (→ n Ø n ; n of n ; n's n) Il s’agit d’une question à laquelle Claude Delmas s'est intéressé de très près et qu'il a abordée en jouant, notamment, sur l'opposition soudure/rupture9. Cela lui permet de situer la différence entre Ν OF Ν (ex. « the body OF a woman ») et N'S Ν (ex. « a woman'S body »). Selon lui, OF est un relateur qui sépare autant qu'il unit, en maintenant l'autonomie de chacun des noms (processus de « séparation-réunion », Faits de langue 206).

Of a la même origine que la particule off, qui renvoie à la grammaticalisation de la notion de séparation. Of réfléchit la notion de rupture sur le statut grammatical de la relation. (Faits de langue 205).

63Avec OF, l'énonciateur construit (ou reconstruit) en discours la relation sémantico-syntaxique entre les deux termes. La situation est toute autre avec N'S N, qui « soude » les deux noms et crée un bloc beaucoup plus compact. La relation ne se donne plus comme en cours de façonnage mais comme déjà façonnée.

64Claude Delmas étudie également l'opposition Ν OF Ν (ex. the bed OF the sea)/Ν Ø Ν (ex. the sea-bed). Avec le rupteur OF, les deux programmes de sens s'ajustent l'un à l'autre, mais demeurent séparés. Dans le second cas, il y a soudure des deux « domaines » et constitution d'une « notion complexe ».

652. l'opposition constructions verbales. simples (SUJET + VERBE) / constructions auxiliées (SUJET + AUXILIAIRE + VERBE). Dans Linguistique et grammaire de l'anglais (346), Wilfrid Rotgé et moimême rappelons que les formes verbales que l'on dit « simples » mettent le sujet grammatical et le verbe lexical en contact direct. Nous donnons comme exemple :

[27] I • arranged my little life.
[28] He •·felt sick.

66La contiguïté syntaxique parfaite que l'on relève s'accorde, estimons-nous, avec la factualité qui caractérise ce type de mise en relation. L'association sujet / verbe est directe et l'énonciateur semble aller droit aux faits. Le sens du verbe lexical choisi et de ses compléments éventuels détermine le rôle sémantique du sujet : « agent », « patient », « recipient », « experiencer », etc. dans la terminologie des linguistes anglophones. La cohésion sujet grammatical ·verbe lexical dont nous faisons état peut être rompue, ce qui n'est jamais un acte innocent et trahit toujours une intervention psycho-grammaticale de l'énonciateur. Cette intervention tend à être descriptive, appréciative ou assertive lorsque l'élément intercalé est un adverbe :

[29] I soon arranged my little life.
[30]... she
kindly answered.
[30] I
thoroughly support this plan.
[31] I actually felt sick.

67Lorsque c'est un auxiliaire qui vient séparer le sujet du verbe, l'intervention concerne la façon dont est « travaillée » la relation sujet/prédicat. L'auxiliaire (ex. BE, HAVE, DO) -- dont le rôle ne saurait se laisser réduire à celui de verbe d'appoint, dénué de contenu et corvéable à merci -- apparaît simultanément comme un joncteur (il fait le lien entre sujet et verbe lexical), un rupteur (il brise l'union directe entre ces mêmes éléments) et un outil commentateur (il place le prédicat sur un certain plan par rapport au sujet).

[32] = [28'] He – WAS -- feeling sick.

68Dans He was feeling sick, l'auxiliaire BE se glisse entre le sujet he et le verbe lexical feel. Il empêche leur contact immédiat, tout en assurant leur liaison. Mais BE fait plus encore que cela : par ses propriétés identifïcatrices, il transforme feeling sick en caractérisation situationnelle de he.

69Bien que le sujet grammatical paraisse être tout aussi « experiencer » qu'avec la forme simple (cf. [28] He felt sick), il a changé de statut : de sujet à part entière, il est devenu objet (ou cible) d'un commentaire de l'énonciateur (glosable par « regardez S, voilà l'état dans lequel il se trouvait »). Nous ne pouvons en dire plus sur ce point, l'important étant de retenir qu'en cassant la continuité syntaxique sujet •·verbe lexical, l'auxiliaire introduit, sans que l'on s'en aperçoive, un véritable bouleversement relationnel.

703. l'oppositon to + v / v-ing

71Dans ses travaux sur BE +-ING, Henri Adamczewski attribue à -ING un rôle éminemment cohésif, ce morphème ayant, entre autres propriétés, celle de faire adhérer tous les constituants du prédicat entre eux.

[33] I wouldn't mind go-ing out for a quick drink.

  • 10 A une époque Henri Adamczewski parlait à ses étudiants débutants de l'« effet béton » de -ING. Plus (...)

72-ING agirait comme un « ciment » (Claude Delmas)10 qui confère une certaine compacité structurale à l'ensemble verbe + compléments (goING-out-for-a-quick-drink).

73Comparé à -ING, TO serait anti-cohésif : les éléments composant le prédicat ne seraient pas amalgamés les uns aux autres mais confortés dans une relative autonomie. Lorsque je dis « anti-cohésif », je ne dis pas que TO sert à rompre mais qu'il empêche la soudure de prendre complètement :

[34] I spent six or seven years after high school trying to work myself up. Shipping clerk, salesman, business of one kind or another. And it's a measly manner of existence. To get on that subway on the hot mornings in summer. To devote your whole life to keeping stock, or making phone calls, or selling or buying. To suffer fifty weeks of the year for the sake of a two-week vacation, when all you really desire is to be outdoors, with your shirt off. (Death of a Salesman 16)

74-ING aurait était envisageable ici si l'on avait eu un schéma exclamatif plus marqué (Gett-ING on that subway on the hot mornings in summer !) ou si l'énumération avait été en continu (pas de point entre les propositions). TO encourage, me semble-t-il, une déclamation plus hâchée et s'accommode mieux des ruptures marquées par la ponctuation. Les deux premières infinitives jouissent d'ailleurs d'une telle autonomie qu'elles fonctionnent presque comme des propositions « indépendantes ». Là encore, j'ai conscience d'expédier en peu de mots une question complexe, où entrent en jeu d'autres paramètres (notamment les présupposés et le lien à la situation).

754. l'opposition relatives zéro ou relatives en THAT / relatives en WH-.

76Même à structure et à sens identiques, des relatives introduites par 0, THAT ou un élément en WH- ne sont pas construites de la même manière.

[35] The habit of exaggeration Ø they had from her...
[36'] The habit of exaggeration that they had from her...
[36 "] The habit of exaggeration which they had from her...

77Reprenant l'analyse faite par Wilfrid ROTGÉ dans « WH- / TH- dans une grammaire de l'anglais », je dirai qu'avec Ø et THAT, la cohésion antécédent-relative est extrêmement forte (relation serrée), tandis qu'elle est moyenne à faible avec WH- (relation lâche).

78Ø soude par contact syntaxique direct (ex. The man--Ø--I love), tandis que THAT agglutine par anaphorisation opérationnelle, en faisant basculer le lien antécédent-relative dans le préconstruit. Ce qui est présenté comme déjà noué forme bloc, d'une manière qui n'est pas sans rappeler celle observée à propos de-ING :

[37] Ballet-that-told-no-story did not win favor with the public.

79Dans cet énoncé, Ballet that told no story reprend une formulation synonymique antérieure (abstract or plotless ballet) censée être assimilée. La caractérisation apportée par THAT told no story a déjà été « greffée » sur le noyau ballet dans le contexte-avant. Elle est ici rappelée, ou plus exactement paraphrasée.

80Si THAT est un agent actif de cohésion, qui entérine la contiguïté antécédent-relative, WHO / WHICH s'accommodent très bien, en revanche, d'une cassure :

[38] She wore glasses which, in humble reference to a divergent obliquity of vision, she called her straighteners.

81Ce sont d'ailleurs les relatifs en WH- qui sont chargés d'introduire l'immense majorité des relatives appositives et la totalité des relatives de phrase. Ces dernières comportent une rupture prosodique et graphique facilement décelable :

[39] Mrs Flanders, who was growing stout, sat down in the fortress and looked about her.
[40] 'Me?'
I said. Which was a very dumb thing to say.

82Je voudrais, en guise de conclusion, soulever le problème de la diversité des traductions possibles du mot rupture en anglais : « breaking », « breaking up », « break up », « parting », « severance », « split », « rupture », « clash », « antagonism », « discrepancy », « gap », « disjunction », « disruption », « discontinuity », « reversai », « change », etc. Cette profusion de termes est une invitation à la prudence : alors que nous croyons raisonner à partir d'un concept unique (glose « un seul mot pour une seule idée de base »), nous pourrions être en présence d'une multiplicité de notions différentes, tributaires du contexte. Pareille éventualité est à envisager très sérieusement, mais il me semble que l'approche cognitive que j'ai essayé d'adopter permet de réconcilier unicité et diversité : il y aurait, au départ, un mécanisme physique unique (« casser », « séparer ») qui serait métaphoriquement adapté à divers domaines, chacun retenant un aspect du « scénario » de base. Ces domaines, je l'ai suggéré, sont très nombreux ; l'opposition continuité / rupture jouant un rôle de premier plan dans la structuration métaphorique du savoir. Le droit des affaires et des personnes, par exemple, fait constamment état de contrats que l'on proroge ou que l'on « rompt ». L'histoire, quant à elle, voit dans le changement et la révolution une « rupture » avec l'ordre ancien, tandis qu'elle interprète le respect des traditions comme une « continuité ». Enfin le chant classique oppose le legato -- ou art de « lier » les sons -- au staccato, ou art de « détacher » nettement les notes les unes des autres. On pourrait multiplier les exemples indéfiniment. En fait, dès qu'une chose ou un phénomène est conçu sur le mode du lien (cf. ce qui a été dit du « LINK schema »), l'éventualité d'une rupture est à envisager : derrière la définition légale du contrat se profile l'image primaire de la ficelle qui attache ; l'histoire est censée avoir un « fil » et le chant une « ligne ». Ce sont ces représentations spatiales et linéaires de l'expérience qu'il importe de bien mettre en évidence avant de s'interroger sur le sens à donner au concept de rupture dans tel contexte, et avant de déplorer la difficulté qu'il y a à le traduire.

Bibliographie

REFERENCES

Adamczewski, Henri et Claude Delmas. 1982. Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : Armand Colin.

Auroux, Sylvain et al. 1989. Histoire des idées linguistiques. Tome 1. « La naissance des métalangues en orient et en occident ». Liège et Bruxelles : Pierre Mardaga éditeur.

Auroux, Sylvain. 1992. Histoire des idées linguistiques. Tome 2. « Le développement de la grammaire occidentale ». Liège et Bruxelles : Pierre Mardaga éditeur.

Delmas, Claude et al. 1992. Faits de langue. Faits de discours. La Garenne Colombes : Editions de l'Espace Européen.

Jakobson, Roman. (1958] 1963. « Deux aspects du langage et deux types d'aphasie » in Essais de linguistique générale. Paris : Les Editions de Minuit.

Johnson, Mark. 1987. The Body in the Mind : the Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason. Chicago : University of Chicago Press.

Lakoff, George et Mark Johnson. 1980. Metaphors We Live By. Chicago : The University of Chicago Press.

Lakoff, George. 1987. Women, Fire and Dangerous Things. What Categories Reveal about the Mind. Chicago : The University of Chicago Press.

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotgé. 1991. Linguistique et grammaire de l'anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Lapaire, Jean-Rémi. 1992. Réussir le commentaire grammatical des textes anglais. Paris : Ellipses.

Quirk, Randolph et Sidney Greenbaum. 1973. A University Grammar of English. London : Longman.

Rotgé, Wilfrid. 1987. « WH- / TH- dans une grammaire linguistique de l'anglais ». Thèse de doctorat. Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

Notes

1 Saluons au passage l'entreprise de Sylvain Auroux et de ses collaborateurs, qui ont publié une très volumineuse (deux tomes) et instructive Histoire des idées linguistiques [voir bibliographie].

2 Les principales idées de Mark Johnson sont consignées dans The Body in the Mind [voir bibliographie].

3 Notons avec intérêt que ces trois éléments-clés associés au « CONTAINER schema » se retrouvent tels quels dans la théorie du « domaine notionnel » d'Antoine Culioli. Cela ne nous surprend guère, dans la mesure où Antoine Culioli raisonne sur des « classes » d'éléments, d'occurrences ou de significations. Autrement dit, il projette, plus ou moins consciemment, un « CONTAINER schema » primitif sur ce qu'il essaie de formaliser.

4 La vision est volontiers traitée sur le mode du contenant, comme en témoignent les expressions « hors de ma vue ! » ou « pénétrer dans le champ visuel de quelqu'un ». Les groupes socio-culturels ont également tendance à être conçus de cette manière : on entre dans l'administration, un groupe, une famille ; on milite à l'intérieur d'un parti ; on s'intègre à une communauté ; on se retrouve en famille.

5 Ceci transparaît, entre autres, dans les expressions « l'amitié / l'affection / les souvenirs / l'accord / le contrat qui nous lient ».

6 La définition et l'illustration de ces termes figurent dans Faits de langue. Faits de discours 53-54 et 341-42 [voir bibliographie].

7 Rappelons qu en français il faut souvent ajouter-BAS à LÀ pour marquer une rupture sans ambiguïté avec ICI (ex. 'Il est là-bas, près du figuier'). En effet, nul n'ignore que Là, seul, peut désigner le lieu où se tient le locuteur (ex. « Qu'est-ce que tu fais là ? » / « Non, Madame, Monsieur n'est pas là »).

8 Voir, par exemple, R. Quirk et S. Greebaum, University Grammar 259.

9 Grammaire linguistique 227-236, Faits de langue 203-216.

10 A une époque Henri Adamczewski parlait à ses étudiants débutants de l'« effet béton » de -ING. Plus tard, il adopta l'image des « parenthèses invisibles » que ce marqueur place entre le premier et le dernier élément du prédicat qui tombe sous sa coupe. Claude Delmas s'inspira de ces remarques pour forger les termes de « ciment structural », de « massification » et de « fusion intégrante » [définis dans Faits de Langue 58].

Auteur

Université du Mirail, Toulouse

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter