Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

GB and US: How far? How close?

 | 
John Atherton

Le monde des affaires au Royaume et aux U.S.A.

Françoise Pavlopoulos

Texte intégral

1Ce qui s'impose dès l'abord lorsqu'on pense au monde des affaires britannique, et à l'américain, ce qui s'impose d'ailleurs tellement qu'on risque de finir| par oublier de le rappeler, voire d'en tenir compte, c'est la différence énorme, radicale qu'est celle de la taille des deux économies. D'un côté nous avons affaire à un pays jeune, aux dimensions continentales, avec une large ouverture géographique, démographique, économique, sur l'Europe, l'Amérique Latine, et surtout sur le Pacifique; de l'autre, nous voyons une vieille île amarrée à un continent dont elle ne fait économiquement vraiment partie que depuis douze ans. Cette île, qui fut le premier pays à connaître la Révolution industrielle, à longtemps été le modèle et le leader économique du monde, "the workshop of the world," et sa monnaie faisait loi comme le dollar de nos jours. Aux yeux de la plupart des observateurs (Britanniques entre autres), elle est entrée dans un processus de retard, sinon de déclin, processus ralenti ou masqué par les richesses énormes et inattendues de la Mer du Nord qui font de la Grande Bretagne le cinquième producteur mondial de pétrole avec une production de 118 millions de tonnes en 1984, contre 1,5 millions de tonnes en 1975 (les Etats-Unis produisant 511 millions de tonnes).

2Le pétrole n'empêche pas la dure réalité du monde des affaires britanniques : c'est un pays de taille moyenne, déchiré par des erreurs de politique depuis des décennies (on pense au "stop and go" en particulier, et aux valses hésitations entre dé- et renationalisations), alourdi par des sureffectifs et une surcapacité de longue date, pays où des ouvriers peu motivés et peu productifs attendent sans hâte excessive les directives contestables d'un patronat peu dynamique. Telle est l'image caricaturale que donnent parfois du Royaume-Uni les médias, par opposition avec les performances d'efficacité et de productivité américaines, les Etats-Unis étant, qu'on le veuille ou non, la première puissance économique de la planète.

3Bien entendu, nous pouvons tous citer des exemples flagrants d'échecs américains dus à l'incompétence ou à la mollesse, et par contre des succès britanniques reposant sur l'esprit d'entreprise, la créativité, le goût du risque dans des domaines d'avenir. Mais ce que je voudrais dans cette première partie de mon étude, c'est éviter à la fois la caricature donnée parfois par les médias, et les exemples individuels peu significatifs.

4Laissons d'abord parler les chiffres. Ce qu'ils nous disent d'abord, c'est que la population des Etats-Unis fait quatre fois celle du Royaume-Uni tandis que son PNB vaut dix fois celui du Royaume-Uni (Etat du Monde, 1984). Ces mêmes chiffres nous content l'histoire de performances économiques décevantes du côté britannique et l'histoire d'écarts qui, loin de se combler, se creusent entre Royaume-Uni et Etats-Unis, et même entre l'Angleterre et ses partenaires européens.

5Les raisons de ce retard qui s'accumule sont multiples. Il y a les raisons historiques analysées dans le numéro spécial de Time du 29 avril 1985, intitulé "From Rubble to Renewal," ou comment les vaincus militaires d'une guerre s'en sortent mieux que leurs vainqueurs. En second lieu, il y a les traditions, les préjugés et l'éducation britanniques, selon lesquels il est toujours un peu vulgaire de gagner de l'argent, et même d'en parler. Troisièmement, le nombre de journées perdues par fait de grève - et, bien sûr, le fameux tea-break qui fait partie de la qualité de la vie mais n'est guère propice aux performances économiques.

6Quatrième raison, corollaire de ce que je viens d'évoquer, un certain retard et un certain défaut d'adaptation aux nouvelles techniques en général, mais il y a à ce retard de brillantes exceptions. Enfin, et ce n'est pas la moindre des explications, des insuffisances indéniables des directeurs d'entreprise et des cadres supérieurs. Sans aller jusqu'à reprendre le titre lapidaire, et sans doute excessif, de The Εconomist (18 août 1984) "Frankly awful British managers," on est forcé de constater certaines insuffisances. Le résultat de tous ces facteurs, c'est qu'au début de 1976, 80 % des entreprises britanniques dans leur ensemble (pas seulement l'acier ou les chantiers navals, où la proportion doit avoisiner 100 %) donnaient leur capacité de production comme étant sous-utilisée. Ceci alors que la productivité du travailleur britannique est déjà médiocre.

7En 1948, le travailleur des Etats-Unis produisait 2,2 fois plus que le travailleur britannique; en 1978, trois fois plus. Il est cependant bon de reconsidérer un tant soit peu ces données globales. L'avantage indéniable du travailleur américain sur son collègue britannique est moins grand dans les services (une coupe de cheveux prend le même temps d'un côté de l'Atlantique que de l'autre, fait remarquer finement un auteur). D'autre part, pour rester dans le secteur tertiaire, la Grande Bretagne a des institutions de vente au détail qui sont exemplaires et dont le succès ne se démentit pas (Marks & Spencer et sa marque Saint Michael's, Tesco, Great Universal Stores etc..). Au sein même des différentes industries, la situation peut varier beaucoup. Ce sont les industries de production à la chaîne (assembly lines) et tout particulièrement celles qui produisent des véhicules à moteur, qui souffrent le plus de ce fameux "technological gap, industrial gap, economic gap," si on les compare avec leurs homologues américains; le rapport de productivité est de un à cinq en faveur des Etats-Unis.

8On croit pourtant observer un sursaut dans cette branche, dont la survie même en Grande Bretagne est en question, sursaut qui depuis 1982 a légèrement diminué cet énorme déséquilibre faisant que chaque ouvrier américain produisait la valeur de cinq voitures dans le temps mis par son collègue britannique pour en produire une. Notons encore que, toujours dans ce même secteur industriel, il y a des branches (verres, tapis, certaines productions de l'industrie chimique) où la productivité de la Grande-Bretagne n'est que la moitié de celle des Etats-Unis (et non le 1/3 ou le 1/5).

9Ici se pose le problème de la taille des entreprises. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la taille moyenne des entreprises britanniques est au moins comparable à celle des entreprises américaines si on retient pour critère le nombre des employés (ce qui d'ailleurs est loin d'être le seul, ou le meilleur critère). On pourrait conclure que la concentration industrielle et commerciale est aussi forte au Royaume-Uni qu'aux Etats-Unis, un vent de fusions et de regroupements divers ayant soufflé sur les deux pays comme d'ailleurs sur le reste du monde industrialisé. Courtauld, ICI et d'autres, qui sont parmi les plus grosses sociétés du monde, sont là pour en faire foi. Les choses ne sont pas aussi simples. D'abord, la Grande Bretagne n'est pas seule dans ce cas : l'Italie, la R.F.A., le Japon et même la France ont aussi leurs groupes géants. Ensuite et surtout, le gigantisme britannique est loin d'être toujours un signe de modernité et d'efficacité. Ce sont souvent les sociétés les plus gigantesques qui souffrent le plus de ces deux maux typiquement britanniques : sureffectifs et surcapacité. Ce sont également celles où les ouvriers et les employés sont le mieux organisés, et où les conflits, donc les grèves, sont fréquents et prolongés. Si donc le niveau de concentration du Royaume-Uni est un des plus élevés au monde, ce n'est pas toujours un signe de bonne santé économique et sociale.

10Peut-être est-il bon à ce stade d'examiner de plus près un secteur d'activité économique bien particulier, un secteur très sensible, très révélateur, où les différences fondamentales de structure, d'organisation, de politique commerciale et de résultats sont éclatantes. Ce secteur, c'est celui de l'industrie automobile, auquel Τhe Economist a consacré un dossier le 2 mars 1985. C'est un secteur vital et un secteur-vitrine, qui dépend à la fois des industries du 19e (smokestack) et du 21e siècle (high tech). Le proverbe "ce qui est bon pour General Motors est bon pour le pays" a succédé à "quand le bâtiment va, tout va," et il suffit de remplacer General Motors par la plus grande firme automobile du pays pour l'appliquer à tout pays industrialisé. En ce qui concerne le Royaume-Uni, on pourrait plutôt retenir la formule "British Leyland attrape un rhume, et c'est le pays tout entier qui est malade." Or, la crise qui a affecté le secteur automobile à la fin des années 1970, grosso modo entre 1978 et 1982, a été au moins aussi sévère aux Etats-Unis qu'en Grande Bretagne. Pour ne prendre qu'un exemple, Chrysler était vraiment au bord de la catastrophe, bien plus malade encore que BL au plus fort de la crise. Or, BL est toujours malade, tandis que Chrysler émerge de ces années de crise en meilleur état qu'auparavant, au point qu'il réembauche une partie des ouvriers licenciés au début des années sombres, et propose à tout nouvel acheteur d'une voiture Chrysler $500 d'acquit. Comment expliquer un redressement américain aussi spectaculaire, par contraste avec la triste réalité de BL ?

11On a peine à croire que ce soit dû à la seule action d'un homme, Lee Iacocca, qui a eu le courage de prendre des mesures draconiennes et douloureuses (licenciements massifs, fermeture d'usines non rentables), ce qui ne l'a pas empêché d'être le premier sur la liste établie par Fortune Magazine des managers les plus respectés et les plus appréciés, et ce qui n'a pas non plus empêché son livre de mémoires de figurer, depuis des mois, sur la liste des best sellers aux Etats-Unis. Car, après tout, les méthodes comme les buts de Lee Iacocca n'ont pas été très différents des méthodes et des buts de Sir Michael Edwardes, qui a lui aussi fermé des usines non rentables et procédé à des compressions massives de personnel. Ce n'est pas pour rien qu'on a surnomme Sir Michael "Diminutive Dr Death." "Dr," car il fut appelé au chevet d'un malade, d'aucuns disent d'un agonisant. "Death," car ses mesures comportaient la disparition d'un nombre considérable d'emplois. "Diminutive," premier terme de cette trinité allitérative, ne fait allusion qu'à la petite taille de Sir Michael, lequel, après avoir présidé entre autres aux destinées de ICI, puis à celle de BL, est maintenant à la tête de Dunlop.

12Plus que sur sa taille, bien sûr, ou même sur ses méthodes, qui ressemblent fort à celles de Lee Iacocca, on peut s'interroger sur les raisons qui font que deux au moins des plus grandes figures du monde des affaires en Grande Bretagne sont d'importation : Sir Michael, auteur, tout comme Lee Iacocca, de mémoires au titre évocateur, Back from the Brink - Sir Michael donc est né en Afrique du Sud. Et, dans le secteur public, Ian Mac Gregor, président du National Coal Board dont l'affrontement avec Arthur Scargill a illustré les péripéties de la grève des mineurs, Ian Mac Grégor donc est Américain. Faut-il voir là, la preuve de la pénurie actuelle de dirigeants efficaces et courageux formés par les écoles de commerce, les universités, les instituts de gestion britanniques ?

13Bien des auteurs soulignent cette pénurie, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. On peut voir aussi dans cette présence importante, dans le monde des affaires britanniques, de l'Afrique du Sud et des Etats-Unis (pour ne rien dire de l'Australie et du Canada) une extraordinaire ouverture du Royaume Uni sur le monde anglo-saxon du Commonwealth qui peut être un atout considérable pour les décennies à venir. Si vraiment la planète est en train de s'organiser, s'est organisée, en grands blocs concurrents, alors le Royaume Uni a sa chance, en tant que coeur historique, linguistique, intellectuel d'une zone anglophone. Peut-être la Communauté Européenne, dont il fait partie également, n'aura-telle sa pleine réalité que le jour où l'on trouvera normal de voir un dirigeant Italien, Agnelli peut-être, à la tête de Renault, ou un Français présider aux destinées d'un groupe allemand. Nous en sommes encore loin...

14Mais revenons à la crise automobile dont le monde sort à peine. On peut dire que les effets en furent aussi considérables aux Etats-Unis qu'en Grande Bretagne, et les dégâts peut-être même plus étendus vu l'échelle du pays. Détroit a été une zone de désolation, certaines, palissades signalant les usines désaffectées n'ont pas encore été enlevées. Or, l'industrie automobile américaine, avec certains à-coups, semble être sortie de l'ornière : la suppression, le 31 mars 1985 des quotas plus ou moins volontaires limitant l'entrée sur le sol américain des voitures japonaises, est sans doute la marque d'un regain de confiance l'industrie américaine, après la frilosité protectionniste des années de crise. La fusion temporaire (conclue pour douze ans) entre les branches de GM et de Toyota, voilà peut-être les jalons de ce que The Εconomist du 2 mars 1985 appelait la "co-prospérité nippo-américaine."

15Il y a certes une ombre à ce tableau de reprise générale outre-Atlantique, avec la fâcheuse situation de AMC, filiale de Renault, qui annonce une chute de ses ventes pour le premier trimestre 1985, dramatique, au sens français du terme, et non seulement au sens anglais.

16Par opposition à cette nette reprise des trois firmes américaines sur quatre, l'industrie automobile britannique est, en 1985, à la croisée des chemins. Ce fleuron, jadis, des réussites techniques britanniques, synonyme de confort, de performances, de fiabilité et de prestige jusque dans les années 60, est en train de se poser et de poser au pays le problème même de sa survie. Y aura-t-il encore dans dix ans une industrie automobile britannique qui soit vraiment nationale, qui soit autre chose que ce que les journalistes appellent "a screwdriver industry," c'est-à-dire une industrie de chaîne de montage ? La réponse n'est pas certaine.

17Je ne voudrais pas terminer cette première partie de mon analyse sur une telle interrogation, aux implications si sombres; cela donnerait l'impression globale, partiellement inexacte, que la grande différence entre le monde des affaires américain et britannique, c'est que le premier est une "success story" fondée sur l'efficacité, le rendement, le dynamisme et la compétence associés à l'acceptation du risque, et que de l'autre, l'économie s'enfonce dans un déclin quasi-inéluctable; beaucoup voient en l'Angleterre l'homme malade de l'Europe - et l'Europe elle-même, disent les "europessimistes," ne se porte pas très bien.

18On peut, à cette vision sombre et assez répandue du destin économique de l'Angleterre, opposer des arguments plus sociologiques qu'économiques, comme ceux du journaliste américain Bernard Nossiter, reporter du Washington Post, qu'il expose dans un livre publié en 1978, Britain, A Future That Works, Son principal argument est que le Royaume Uni, loin d'être à la traîne dans ce passage douloureux du "smokestack" d'hier à la "high tech" d'aujourd'hui et de demain, montre au contraire le chemin de l'avenir dans la préférence qu'il affiche pour la qualité de la vie par rapport à l'efficacité à tout prix. Ralf Dahrendorf, qui fut le directeur Allemand de la London School of Economics, attribue cet équilibre gardé par les Anglais au coeur de la récession à une harmonie profonde de la nation avec son histoire, et avec elle-même.

19Il est bien difficile de mesurer, d'évaluer de tels éléments. Mais on peut, me semble-t-il, retoucher les descriptions pessimistes des commentateurs par des arguments économiques aussi. Dans certains secteurs, l'acier, les chantiers maritimes, l'automobile dont nous venons de parler, d'autres encore, il est indéniable que les Britanniques perdent du terrain, se laissent distancer. Mais dans d'autres, ils sont efficaces et compétitifs au niveau mondial : chimie, certaines spécialités électroniques, certains biens d'équipement. Ils ont aussi des résultats plus qu'encourageants dans les activités tertiaires : tourisme, médecine, assurance, enseignement universitaire etc.

20Enfin, ils se placent juste derrière les Américains dans certains secteurs de pointe des télécommunications et de l'informatique. La "Silicon Glen" de l'Ecosse fait toujours parler d'elle, et cet été Digital Equipment a lancé une énorme campagne publicitaire pour annoncer un investissement en Ecosse non moins énorme. On peut objecter à cet argument que la plupart des sociétés implantées entre Edimburgh et Glasgow sont des filiales britanniques de sociétés américaines. Ce n'est pas toujours le cas, et de toute façon ce sont les universités écossaises et leurs laboratoires de recherches qui alimentent les innovations technologiques par les découvertes qui leur sont propres. De plus, on assiste depuis quelques mois, quelques années, à une prolifération de petites entreprises d'informatique dans les villages autour de Cambridge, prolifération baptisée Silicon Fens-pour ne rien dire de l'axe Londres-Bristol. Cela ressemble assez à ce qu'était la Silicon Valley californienne dans les années 60, avec sa population de whiz kids composée de "graduates" surdoués pour la puce et de jeunes "dons" ayant le sens des affaires. C'est une pépinière d'émules de Steve Jobs à qui l'on peut souhaiter le succès foudroyant de leur modèle plutôt que ses ennuis récents (Fortune Magazine du 5 août 1985 titre sur la chute de Steve Jobs et les secousses de Apple). L'exemple de la "Silicon Glen" et des "Silicon Fens" n'est pas unique en Grande Bretagne. Le monde des affaires britanniques n'est pas composé que de dirigeants routiniers. Les exemples de Sir Freddie Laker et de Sir Clive Sinclair sont là pour nous montrer qu'en Grande Bretagne aussi on peut avoir le goût du "venture capital," de l'innovation, de 1'invention à la fois technologique et commerciale. Malheureusement, Sir Freddie a connu le désastre, car son "train du ciel" a rassemblé contre lui le monde de l'aviation britannique; seuls ses employés et sa clientèle lui sont demeurés favorables, mais cela n'a pas suffi. Le combat qu'il mène actuellement, avec son procès contre British Airways, aura, a eu déjà, comme conséquence de retarder notablement la privatisation de BA, prévue initialement pour le début de 1985. Quant à Sir Clive, inventeur non seulement de "dirt cheap computers" mais aussi du fameux, C5, son essai d'introduction de son QL (Quantum Leap) aux USA en 1984, n'a pas été couronné de succès, et la Sinclair Research a des difficultés. On parle de son rachat.

21Enfin, dernière retouche à apporter à un tableau trop négatif du monde des affaires au Royaume Uni, on n'investirait pas tant en Grande Bretagne si on n'avait pas confiance en son présent et en son avenir. Norman Tebbit, Ministre du Commerce et de l'Industrie, disait récemment que sur les cent grandes sociétés classées par Fortune Magazine, quatre-vingt-treize avaient investi au Royaume Uni.

22Certains esprits pessimistes, des Britanniques parmi eux, objectent que ce sont là des investissements rendus avantageux par cette fameuse "désindustrialisation" britannique. Ce n'est qu'en partie vrai. Les rapports entre investisseurs Américains ou Japonais et le pays hôte n'ont rien de comparable avec ce qui se passe pour les pays en voie de développement. On traite d'égal à égal. J'en veux pour preuve, et ce sera le deuxième volet de mon analyse, la présence de certains conflits économiques sur le mode fascination, rejet, rivalité, qui ne sont pas le fait de deux partenaires inégaux, mais plutôt de deux rivaux.

  • 1 The Washington Post (15 avril 1985).

23Car le courant d'antiaméricanisme chez les Européens, d'antieuropéanisme chez les Américains, trouve son expression dans le monde des affaires. On pense aux affrontements entre sidérurgie américaine et sidérurgie anglaise, acculées l'une et l'autre, l'une contre l'autre, par la crise, à des pratiques plus ou moins ouvertement protectionnistes. De même que les Britanniques critiquent le déficit, l'emprise du dollar, un certain impérialisme économique, les Américains déplorent les rigidités britanniques, la paperasserie, le poids du welfare system. Mais toutes ces critiques, ces réticences, ne font que mieux souligner, à mon sens, le fond commun et le sentiment très fort qu'ont Britanniques et Américains d'être dans le même bateau économique, un peu comme une querelle familiale souligne la force des liens. Le discours récent de Margaret Thatcher (en avril 1985) dépasse les petites frictions, et propose au public et au monde des affaires non plus le défi, mais le modèle américain. "The United States is a very, very different country. She is the land of free entreprise, of freedom, the country of last resort."1

24Ce qui amène tout naturellement à mon troisième point, qui pourra sembler paradoxal, mais qui vise à mettre en valeur, non plus les énormes différences économiques (non plus la présence d'un contentieux économique), mais une complicité économique profonde, si naturelle qu'Anglais et Américains sont souvent les derniers à prendre la peine de l'analyser.

  • 2 Guy Gendrot, Les Etats Financiers anglo-saxons et leur interprétation, (Paris : Dunod, 1983), p. 4 (...)
  • 3 S.J. Prais, A Study of Manufactung Industry in Britain, Germany, and the US (Cambridge : Cambridge (...)

25Voici quelques études plus ou moins récentes dont le titre à lui seul est très révélateur : Rostas, Corporative Productivity in British and American Industry (1948) ; Marvin Frankel, British and American Manufacturing Productivity : A Comparison (1957) ; Bacon and Eltis, The Age of US and UK Machinery (1974). Bien plus célèbre est l'ouvrage de P. Sargant Florence, dont la première édition remonte à 1953, intitulé : The Logic of British and American Industry. Le souci constant de ce dernier livre est moins de souligner certaines différences que d'insister sur la "logique" commune des deux pays. Il y a aussi le Britain USA Now, de Friebel et Handel, paru en 1968 et réédité en 1979. On peut ajouter à cet échantillonnage le livre de Guy Gendrot paru en 1983, Les Etats financiers anglo-saxons et leur interprétation en faisant remarquer une fois de plus qu'il faut entendre anglo-saxon au sens d'anglo-américain. Dans son analyse, Guy Gendrot a des expressions révélatrices. Il note par exemple certaines solutions données en Angleterre et aux Etats-Unis à certains problèmes particuliers dans un chapitre commun. Il remarque aussi que "le monde comptable et financier anglo-saxon est particulièrement circonspect et pragmatique à l'égard des immobilisations incorporelles [intangible assets]."2 L'impression générale que l'on retire de la lecture de ce livre très technique, c'est que les différences juridiques et comptables sont moins importantes que les points communs. Elles portent souvent sur des détails, voire sur la terminologie; "corporation" n'a pas le même sens au Royaume Uni qu'aux Etats-Unis, on dit "share-holders" en Angleterre, "stock-holders" aux USA, les "chartered accountants" britanniques correspondent aux "Certified Public Accountants" américains, etc. etc. La différence essentielle et globale au-delà du vocabulaire, c'est que la réglementation juridique, financière et comptable américaine est plus précise, complète, détaillée et rigide que la britannique. Mais ce qu'on peut retenir de la lecture de ces différentes études (dont j'aurais pu allonger encore la liste), c'est qu'à aucun moment aucune d'entre elles ne donne l'impression qu'on assiste à une analyse comparative de la grenouille et du boeuf. Certes, on trouve de temps en temps un rappel sur le mode "tis well to recall the overall size of the disparity between British and US productivity in manufacturing, and for how long it has persisted".3 Mais ces affirmations (qui ressemblent à celles sur lesquelles j'ai, pour ma modeste part, ouvert cette présentation, et qui me semblent à la fois indéniables et essentielles) sont relativement peu nombreuses. On trouve beaucoup plus souvent au contraire des rapprochements (les "in both countries" abondent dans la plupart des livres que j'ai cités). Dans beaucoup des tableaux et des graphiques s'appliquant à divers pays industrialisés, il est d'ailleurs vrai que l'on trouve le Royaume-Uni en seconde position, derrière les Etats-Unis. Un exemple seulement, donné par Peter Enderwick dans son livre paru en 1985, Multinational Business and Labour : en ce qui concerne la proportion des investissements directs à l'étranger, les Etats-Unis ont le premier rang mondial avec 47,8 % puis vient le Royaume-Uni avec 11,9 %. Le. Japon est quatrième après la RFA, et la France est sixième avec 4,3 %, derrière la Suisse. Je pourrais donner toute une série de ces chiffres et de ces tableaux, l'expression "Second only to the US" s'appliquant à la réalité britannique,est devenue d'ailleurs un cliché des statisticiens et des analystes. De même, la "Silicon Glen" et les "Silicon Fens" dont j'ai parlé, sont peut-être le signe que le dédain traditionnel des Britanniques en général, des universitaires en particulier, à l'égard du monde des affaires est en train de disparaître, et peut-être aussi que les industriels britanniques, surtout ceux de la jeune génération, sont en train de prendre une mentalité à l'américaine. Il est remarquable que ce soit en particulier à Cambridge que cette évolution ait lieu, dans ce bastion des traditions intellectuelles universitaires.

26J'ai cité précédemment un domaine qui est très défavorable au Royaume-Uni si on le compare aux Etats-Unis, celui de l'industrie automobile. Je voudrais maintenant, pour illustrer contradictoirement cet autre aspect des choses, le nombre des points communs entre les deux économies, évoquer brièvement ce secteur bien particulier qu'est l'agriculture, devenue "agribusiness" dans les deux pays, et qui fait à mon sens partie du monde des affaires.

27Dans ce secteur donc, et toute proportion gardée encore une fois, les deux pays ont eu à faire face à des phénomènes parallèles, celui de l'exode rural qui a fait passer la population agricole de 95 % au début du 19e siècle à 2,5 % de nos jours au Royaume-Uni, pour 2,7 % aux Etats-Unis. Il y a eu le phénomène plus récent de la modernisation intense de l'équipement agricole et son corollaire d'investissement et d'endettement pour les fermiers, le phénomène des méthodes scientifiques de culture et d'élevage; le problème, dont on a fini par prendre conscience, de la conservation des sols et de l'érosion, particulièrement aigu dans certaines régions des Etats-Unis. Les problèmes sont donc comparables, même si les données géographiques ne le sont guère. Or il semble bien, au vu des résultats récents, que l'agribusiness américain et l'agribusiness britannique soient les deux systèmes les plus efficaces et les plus modernes au monde, les fermiers allemands eux-mêmes étant devancés par leurs collègues britanniques. On dit de plus en plus, chiffres à l'appui, que le fermier britannique a fait preuve de plus de goût du risque, de plus d'esprit d'innovation, de plus de rigueur dans la gestion de son entreprise que ses collègues européens d'une part, fermiers allemands, néerlandais ou français, et que ses autres collègues (britanniques ceux-là) que sont les dirigeants de sociétés industrielles ou de service. Ils ont sans doute accepté plus tôt, sans réticence et sans retard, les changements radicaux qui ont fait passer l'agriculture du 19e au 21e siècle. Et au moment où le petit fermier américain du Middlewest, accablé par les dettes qu'il a dû contracter pour s'équiper, voit sa ferme vendue aux enchères comme ce fut le cas au printemps dernier, il peut se dire, et il se dit, que les progrès technologiques considérables et les récoltes surabondantes de ces dernières années sont en train de parvenir à ce que ni la grande dépression de 1929, ni le Dust Bowl n'avaient réussi à faire, à savoir le chasser de sa terre.

28Sommes-nous à l'aube d'un recul, d'un retour aux sources ? Je me garderai bien de répondre.

29De même que je me garderai bien d'apporter une réponse à la question des rapports entre ces deux mondes si proches et si lointains, le britannique et l'américain. Je n'ai apporté que des éléments de réponse dont beaucoup sont contradictoires, comme l'économie, comme la vie. La question que l'on peut se poser, pour conclure, c'est de savoir si (sur le plan économique tout au moins) les nationalités et les nationalismes ne sont pas amenés de plus en plus à passer au second plan. C'est un peu la théorie de Galbraith : selon lui (et beaucoup d'autres), l'employé d'une multinationale -disons un Britannique travaillant pour IBM- n'est plus tout à fait britannique, n'en est pas devenu américain, mais il prend l'esprit de sa maison, la mentalité IBM. Galbraith va encore plus loin, et démontre que, malgré les apparences, les économies des Etats-Unis et de l'URSS sont beaucoup moins différentes qu'on ne le croit. Peut-être assistons-nous (au plan économique s'entend) à une fusion graduelle des nationalités économiques. A une époque où les sociétés regroupées en conglomérats multinationaux sont de moins en moins spécialisées et de plus en plus internationales, il est de plus en plus difficile d'assigner une nationalité à un produit. En sera-t-il un jour de même pour les sociétés qui le fabriquent et le mettent en vente ?

Notes

1 The Washington Post (15 avril 1985).

2 Guy Gendrot, Les Etats Financiers anglo-saxons et leur interprétation, (Paris : Dunod, 1983), p. 43.

3 S.J. Prais, A Study of Manufactung Industry in Britain, Germany, and the US (Cambridge : Cambridge University Press, 1982), p. 51.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter