Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

GB and US: How far? How close?

 | 
John Atherton

Le dialogue Anglo-Américain. Coopération politique et défense

Jean-Claude Sergeant

Texte intégral

1Dans le Times du 31 août 1985, John O'Sullivan écrivait : "Si les Américains perdent progressivement leurs illusions au sujet de l'Europe dans son ensemble, il est temps de nous souvenir que nous [les Anglais] sommes des Européens particuliers qui parlent anglais." Sa défense et illustration de l'actualité des relations spéciales entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne par le biais de la célébration d'une identité linguistique et culturelle entendait répondre au constat désabusé de Timothy Garton Ash qui dans le Spectator du 10 août 1985 indiquait que, vu d'Amérique, plus rien ne différenciait les pays européens. Les Etats-Unis n'étaient-ils pas pris à partie avec autant de véhémence par les pacifistes anglais que par les contestataires allemands ? Quant à l'Establishment britannique, il affichait à l'égard des Etats-Unis une condescendance qui rappelait celle qui incitait Macmillan à comparer les Britanniques aux Grecs en faisant des Américains les Latins du monde nouveau.

2On est fondé a priori à penser que le concept peut-être mythique de relations spéciales a perdu de sa pertinence au cours des années. Il suffit pour s'en convaincre de lire l'article que Geoffrey Howe a donné à Foreign Affairs (hiver 1984) dans lequel le ministre des Affaires étrangères britannique défend l'idée d'une revitalisation de l'Union de l'Europe occidentale (UEO) conçue comme second pilier de l'OTAN ; pourtant, à aucun moment Geoffrey Howe n'assigne à la Grande-Bretagne un rôle particulier dans cette construction transatlantique. Les Britanniques auraient-ils cessé d'être les partenaires privilégiés des Américains en matière de défense et de stratégie géopolitique ? On est en droit de se poser la question en observant la vivacité avec laquelle Mme Thatcher a critiqué l'intervention des troupes américaines a la Grenade, un an après que les Américains se furent entremis pour tenter de dénouer le conflit des Malouines. Il n'est pas douteux que le dialogue Reagan-Thatcher que l'on croyait devoir déboucher sur un renforcement des liens entre les deux pays n'a pas toujours résisté aux tentations hégémoniques des uns et aux réactions nationalistes des autres.

3Il reste que c'est toujours aux Etats-Unis que résident les sources de la défense britannique et que les grandes options stratégiques, poursuivies tant par les conservateurs que par les travaillistes, sont avant tout tributaires des décisions américaines. C'est donc au double plan de la politique extérieure et de la défense qu'il convient de vérifier si le concept de "relations spéciales" ne relève pas du fantasme commode. Quand bien même on conclurait au fantasme, il resterait à se demander comment il s'est constitué et, question primordiale, s'il est également partagé de part et d'autre de l'Atlantique.

4Au regard de l'histoire, on a le sentiment que la notion de relation spécifique ou d'affinité élective entre les deux pays est une donnée relativement récente. On se souviendra par exemple que lors de la guerre de Sécession, la classe dirigeante britannique avait pris fait et cause pour la Confédération à laquelle le gouvernement de Londres avait accordé le statut de belligérant, ce qui, en droit international, constitue un premier pas vers la reconnaissance officielle. L'affaire de l'Alabama construit pour le compte des Confédérés avait apporté la preuve du soutien britannique aux insurgés. Aux yeux des Britanniques, l'aristocratie sudiste restait le dépositaire des valeurs traditionnelles héritées du vieux monde, mais en outre, le coton exporté par les Etats du Sud faisait vivre près d'un demi million d'ouvriers du secteur textile britannique. C'est grâce à l'influence de3 intellectuels libéraux - Stuart Mill, Cobden - et à l'action de l'Ambassadeur américain Charles Francis Adams que le point de vue britannique s'est progressivement rapproché des positions défendues par l'Union anti-esclavagiste.

5Le diktat américain dans l'affaire des tracés frontaliers entre le Vénézuela et la Guyane britannique, l'annexion du canal de Panama provoquèrent ultérieurement à Londres d'autres froncements de sourcils qui ne pouvaient plus avoir d'autre valeur que symbolique. Depuis longtemps les imbrications entre intérêts financiers américains et britanniques avaient gommé l'Atlantique, depuis longtemps aussi des liens familiaux attachaient les grandes familles anglaises aux milieux d'affaires américains. Lord Curzon, Joseph Chamberlain, imitant en cela plusieurs membres de l'illustre famille des Malborough, étaient allés chercher femme outre Atlantique. Les relations entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s'étaient ainsi enrichies d'harmoniques financières et sentimentales, si bien que les menées expansionnistes de Theodore Roosevelt et de Cleveland, qu'il s'agisse des Philippines ou de Cuba, ne soulevèrent pas d'objection majeure du côté britannique.

  • 1 Corelli Barnett, The Collapse οf British Power (London : Methuen, 1972), p. 244.

6La Première Guerre mondiale imposa une redistribution des données du pouvoir sur la scène internationale. Sortie exsangue du conflit, la Grande-Bretagne fut contrainte, au traité de Washington de 1921, de reconnaître la perte de sa suprématie maritime en acceptant d'aligner le tonnage de sa marine de guerre sur celle des Etats-Unis. En échange de la reaffirmation de l'amitié entre les deux pays, la Grande-Bretagne consentait, en outre, à ne pas reconduire le traité d'assistance mutuelle signé avec le Japon en 1902, décision qui, de l'avis d'un spécialiste a été l'une des plus cruciales que la Grande-Bretagne ait été amenée à prendre au cours de son histoire en matière de politique étrangère.1

7Il est d'ailleurs significatif que la délégation britannique qui fit le voyage de Washington en 1921 ait été conduite par Balfour, ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères qui, en 1917, lors d'un discours churchillien avant l'heure, déclara à l'occasion du traditionnel Pilgrims' Dinner : "Nous [Anglais et Américains sommes issus de la même lignée; [nous sommes] les deux principaux rameaux de la race anglo-saxonne." La conférence convoquée par le Président Harding consacra le renoncement définitif des Britanniques à la maîtrise des océans, la célébration de l'amitié traditionnelle entre les deux peuples servant à masquer le déclin objectif de la Grande-Bretagne qui, aux prises avec de graves difficultés budgétaires, ne pouvait se lancer dans une course à l'armement naval dont les Etats-Unis seraient inéluctablement sortis vainqueurs. Au lendemain de la guerre, le Trésor britannique devait faire face aux emprunts contractés à l'extérieur, et notamment aux Etats-Unis, pour financer l'effort de guerre et toutes les économies étaient les bienvenues. Si les relations spéciales ont permis aux Etats-Unis d'obtenir, à moindre prix, le condominium des mers, il n'a jamais été question que le gouvernement américain remette, au nom de ces mêmes liens, tout ou partie de la dette dont Londres était redevable au Trésor des Etats-Unis. Il faudra attendre le moratoire Hoover de 1931 puis la Conférence de Lausanne pour que le problème des réparations allemandes et des dettes alliées à l'égard des Etats-Unis soit définitivement réglé, à la faveur de la crise économique qui ébranle à cette époque les structures économiques des pays occidentaux.

8On distingue mal en fait au cours de la période qui sépare la Conférence de Washington du début du second conflit mondial l'existence d'un quelconque axe Londres-Washington, hormis le fait que MacDonald, chef du premier gouvernement travailliste, se hâte d'aller rassurer l'allié américain quant à la fidélité de la nouvelle équipe au pouvoir.

9Si l'on excepte quelques rares initiatives dans le domaine international, le plan Kellog de 1928 par exemple qui puisait davantage son inspiration dans les plaidoyers chaleureux du Français Briand que dans l'élégante rhétorique d'Austen Chamberlain, les Etats-Unis se sont enfermés dans un prudent isolement dont ils ne sortiront que sous l'effet de l'agression japonaise. On assista même au cours de la période à un grave malentendu entre les gouvernements de Londres et de Washington quant aux modalités d'une éventuelle action conjointe destinée à répondre au coup de force des Japonais à Changhaï en 1932. La réaction américaine s'est en fait soldée par la Déclaration Stimson par laquelle les Etats-Unis se refusaient à reconnaître toute modification territoriale issue de l'usage de la force.

  • 2 "Il n'est pas exagéré de dire que l'avenir du monde entier et les espoirs d'une civilisation en ex (...)

10Il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour qu'une authentique communauté d'esprit s'instaure entre les deux peuples à la faveur de cette fraternité dans le combat dont la Charte atlantique et l'Accord de Québec portent témoignage. Mais le réveil fut cruel. La fin du Prêt-Bail, la pénible négociation par Keynes du prêt américain en juillet 1946 qui prévoyait en contrepartie la suspension de la non-convertibilité de la livre et qui ne fut ratifié que par une faible majorité de parlementaires britanniques (100 opposants et 169 abstentions dont celle de Winston Churchill !) ont singulièrement contribué à refroidir les ardeurs britanniques à l'égard de l'allié américain, tandis qu'à Washington on s'interrogeait sur le rôle qu'il convenait de réserver à la Grande-Bretagne dans la nouvelle répartition des pouvoirs au sein du bloc occidental. George Kennan qui dirigeait alors la cellule d'élaboration des politiques (Policy Planning Staff) au Département d'Etat estimait qu'il fallait dissocier la Grande-Bretagne du reste des pays européens dans la mise en oeuvre du programme de reconstruction européenne (ERP), le plan qui avait sa faveur reposant sur la coopération entre une Europe continentale unifiée et un bloc économique composé des Etats-Unis, du Canada et de la Grande-Bretagne. En 1949, Kennan prolongera ce projet en préconisant une union économique entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, seul moyen selon lui de résoudre le déficit chronique de la balance dollars britannique. A l'inverse, le Secrétaire d'Etat George Marshall n'était pas prêt à accorder un statut privilégié à la Grande-Bretagne, pas plus, du reste, que l'Economic Cooperation Administration (ECA) chargée par Washington de régler techniquement la répartition de l'aide américaine dans le cadre du Plan Marshall. En fait, au cours de la période, c'est davantage le futur statut de l'Allemagne et l'expansionnisme communiste qui préoccupent les dirigeants américains. Qui donc aux Etats-Unis était disposé à prendre au pied de la lettre la profession de foi de Churchill déclarant en 1947 devant un auditoire américain : "Je suis convaincu que la Grande-Bretagne se relèvera pour exercer dans le monde une influence supérieure à celle qui est la sienne aujourd'hui"?2 La relève en Grèce et en Turquie assurée par les Etats-Unis à la demande du gouvernement britannique (doctrine Truman, le 12 mars 1947) semblait être plutôt l'indice d'un effritement du pouvoir britannique que de son raffermissement. Quant au credo énoncé par Churchill en 1941 et réaffirmé dans son célèbre discours de Fulton (Missouri) de mars 1946, il ne semblait plus guère adapté à une situation politique qui consacrait la suprématie américaine dans le camp occidental.

11Pousser la Grande-Bretagne à s'intégrer dans le bloc européen où elle servirait d'élément stabilisateur face aux dangers de subversion communiste qui menaçaient de faire basculer la France et l'Italie dans le camp adverse, telle a été la stratégie américaine jusqu'au moment où l'Administration américaine, sous l'impulsion d'Acheson, a substitué à ce schéma intégrateur le concept de "communauté atlantique à trois piliers," la Grande-Bretagne assurant dans cette construction le rôle de trait d'union entre les Etats-Unis et une Europe continentale unifiée. Plus question, dès lors, d'inciter la Grande-Bretagne à s'associer au projet d'armée européenne, ce respect de la réticence britannique face à une structure militaire supra-européenne contrastant avec les pressions dont Bevin, le ministre britannique des Affaires étrangères, avait fait l'objet lorsqu'il s'était agi pour la Grande-Bretagne de se prononcer sur sa participation au plan Schuman organisant la CECA.

12Avec l'arrivée d'Eisenhower à la Maison Blanche, on assiste à l'un de ces revirements caractéristiques de l'attitude américaine à l'égard de l'Europe et particulièrement de la Grande-Bretagne, dictés par la modification de l'ordre des priorités au gré des rapports de force entre l'Exécutif et le Congrès, entre le Président et le Secrétaire d'Etat, au gré également du déplacement du centre de gravité de la politique étrangère américaine opéré par les artisans de cette politique. A cet égard, le rôle de John Foster Dulles fut considérable. En outre, les relations peu cordiales qu'entretenaient Dulles et Eden n'étaient pas de nature à applanir les difficultés si bien que le Secrétaire d'Etat ne manquait pas une occasion de déplorer le peu d'enthousiasme des Britanniques à l'égard de l'édification européenne. A tout le moins, la Grande-Bretagne devait cesser de faire obstruction aux efforts d'unification et intercéder auprès de la France pour que celle-ci ratifie le plan Pleven (CED).

13L'échec de la CED du fait de son rejet par l'Assemblée nationale fut amèrement ressenti par Washington pour qui toute contribution militaire américaine à la défense de l'Europe occidentale impliquait de la part des alliés européens la volonté clairement exprimée de mettre en place une structure défensive conjointe. C'est précisément à quoi s'employa Eden qui, conscient que l'engagement américain en Europe exigeait que la Grande-Bretagne surmonte ses réserves à l'égard de toute participation à une quelconque structure européenne, entama les négociations qui devaient aboutir en 1954 à la création de l'Union de l'Europe occidentale (UEO), avatar du Traité de Bruxelles élargi à l'Italie et à l'Allemagne. Ce gage d'européanisme donné par la Grande-Bretagne à l'allié américain reflète l'influence des positions américaines sur la politique européenne de Londres.

14Il restait à la Grande-Bretagne à faire l'expérience de l'humiliation pour accepter l'ajournement des principes de puissance et d'indépendance sur lesquels était fondée sa stratégie. Le retrait du corps expéditionnaire franco-britannique ordonnée à la suite de la condamnation par l'ONU, des pressions américaines et, accessoirement, des menaces soviétiques, mit en évidence la vulnérabilité de la stratégie britannique face aux exigences américaines et prépara indirectement la voie à un rapprochement avec l'Europe des Six en gestation. Rappelons au passage que la crise de Suez précipitée par la nationalisation du Canal de Suez par Nasser fut déclenchée par la décision de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), dépendant en fait des Etats-Unis, de suspendre l'offre de prêt faite à Nasser en vue de financer la construction du barrage d'Assouan. La Grande-Bretagne qui était partie prenante dans cette opération financière fut mise devant le fait accompli et ne put que tirer la conclusion de la décision américaine. Si l'on ajoute à cela les atermoiements de l'Administration républicaine qui ne voulait à aucun prix d'une crise internationale majeure en cours d'année électorale, on comprend que bien des voix se soient élevées en Grande-Bretagne, jusque dans la Chambre des Communes, pour stigmatiser la "trahison" américaine.

15Il appartiendra à Macmillan de rétablir une confiance mise à mal par l'épisode égyptien. Il sera aidé dans cette entreprise par les liens d'amitié qu'ils avaient noués avec Eisenhower au cours de la guerre et surtout par le lancement de Spoutnik I en octobre 1957 qui paraissait attester l'avantage des Soviétiques dans le domaine scientifique et technique. De cette prise de conscience découlera le renforcement de la coopération entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne en matière d'armements nucléaires. Parallèlement, les Britanniques s'associeront aux Américains pour tenter de s'opposer à la pénétration de l'idéologie nasserienne et à la propagation de l'influence communiste au Proche-Orient. C'est dans ce contexte que s'inscrit la répression du soulèvement pro-nassérien au Liban par l'envoi de 15 000 G.I.'s en juillet 1958, tandis que 3 000 parachutistes britanniques intervenaient en Jordanie pour appuyer l'opération.

16Cette période correspond en fait à une reprise de l'initiative diplomatique britannique traduisant la volonté de Macmillan de jouer un rôle de médiateur entre les blocs occidental et communiste. Son action fut contrariée par l'échec de la Conférence de Paris (1960) réunissant les dirigeants des quatre grandes puissances, à la suite de la capture d'un avion espion américain au-dessus du territoire soviétique. L'année suivante, la malheureuse tentative de reconquête de Cuba organisée avec l'accord de Kennedy qui venait d'accéder au pouvoir, parut avoir porté un coup fatal au dialogue est-ouest. L'affaire des fusées soviétiques à Cuba (octobre 1962) qui ne dut qu'au sang-froid des dirigeants des deux super puissances de ne pas dégénérer en cataclysme international, permit de tester la réalité de cette relation spéciale qui semblait restaurée entre les deux partenaires anglo-saxons. Lorsque Kennedy annonça le 22 octobre l'imposition par les Etats-Unis d'un embargo sur tous les matériels militaires offensifs à destination de Cuba, décision dont il avait informé la veille l'Ambassadeur britannique Ormsby Gore, il n'attendit pas de connaître la réaction du gouvernement britannique pour passer à l'acte. Le 26 octobre, Richard Crossman, futur ministre travailliste, écrivait dans le Guardian: "On nous dit que l'arsenal nucléaire dont dispose la Grande-Bretagne lui assure une place dans le concert des nations et notamment que les Américains nous écouteront plus qu'aucun autre allie. Eh bien, après [le discours de] lundi soir dernier [annonçant l'embargo], ce mythe dérisoire a été réduit à néant." C'est un sentiment analogue que les Américains ont dû éprouver lorsque le gouvernement britannique s'est refusé à appliquer l'embargo commercial réclamé par Washington sur les produits à destination de Cuba. Au cours de cette brève mais intense convulsion, la Grande-Bretagne s'est contentée de jouer le rôle d'observateur bienveillant, si l'on excepte la mise en état d'alerte des unités de bombardiers stratégiques. Toutefois, et contrairement à ce qu'on a pu prétendre, il semble bien que le Président américain ait tenu Macmillan personnellement au courant de l'évolution de la situation.

  • 3 Henry Kissinger, cité par John Simpson, The Independent Nuclear State (London: Macmillan, 1983), p (...)

17Après le dénouement de la crise, la Grande-Bretagne s'engagea plus nettement aux côtés des Américains en signant en décembre 1962 l'accord de Nassau par lequel les Etats-Unis acceptaient de doter la Grande-Bretagne de missiles Polaris. Un an plus tôt, à la Conférence des Bermudes qui réunissait le Président américain et le Premier ministre britannique, ce dernier avait tenté de convaincre l'allié américain de signer un traité international interdisant les essais nucléaires, ce à quoi les Américains finiront par consentir en échange de l'autorisation d'utiliser pour leurs propres essais, avant l'entrée en vigueur du traité, les installations de l'île Christmas sous souveraineté britannique. C'est peut-être au cours de cette période que le concept de relations spéciales a été le plus opératoire du côté britannique. Henry Kissinger le définit comme un "mécanisme de consultations d'un caractère si intime et si concret qu'il était devenu [à l'époque] psychologiquement impossible de ne pas tenir compte des positions britanniques."3

18Le traité d'interdiction partielle des essais nucléaires signé à Moscou en juillet 1963 a marqué l'apogée de l'influence diplomatique de la Grande-Bretagne et singulièrement de Macmillan. Le renouvellement de l'équipe au pouvoir en Grande-Bretagne et l'intensification de la guerre du Vietnam allaient à nouveau amener les partenaires atlantiques à prendre leurs distances. Dans un discours prononcé à Washington en décembre 1964, Wilson allait tenter de définir les liens unissant les deux pays en termes plus pragmatiques : "Nous considérons que nos relations ne sont pas spéciales mais étroites; elles sont régies par les seules choses qui importent, à savoir un dessein commun et des objectifs communs." Cette redéfinition présageait de nouveaux désaccords : le rejet par les Britanniques de la force multilatérale et le retrait des forces britanniques des territoires à l'est de Suez qui, selon les Américains, affaiblissait les positions occidentales dans le monde.

  • 4 Henry Kissinger, The White House Years (London : Weidenfeld and Nicolson, 1979), p. 141.

19Tout entier préoccupé par la politique européenne et bientôt confronté à de graves problèmes intérieurs, Edward Heath ne tenta pas de renouer un dialogue plus chaleureux avec Washington. De l'avis de Kissinger "Heath fut de tous les Premiers ministres britanniques celui qui manifesta la plus grande indifférence à l'égard des relations avec les Américains."4 Cette froideur pouvait en partie s'expliquer par la nouvelle Charte atlantique de Kissinger (1973) qui distinguait entre les responsabilités "globales" dévolues aux Etats-Unis et les responsabilités régionales reconnues à l'Europe, sans que la Grande-Bretagne se voie reconnaître le moindre rôle spécifique dans ce partage des tâches. Le gouvernement travailliste qui succéda à l'équipe conservatrice n'eut guère de contentieux important à régler avec les Américains une fois la guerre du Vietnam terminée. Pour l'essentiel, les gouvernements Wilson et Callaghan prolongèrent l'action engagée par leurs prédécesseurs en matière de défense, tout en invoquant l'indéfectible relation avec l'allié américain pour éviter d'avoir à s'engager plus que nécessaire dans la structure européenne, et notamment dans le système monétaire européen.

20Des problèmes de nature plus politique et économique allaient se poser avec le retour des conservateurs au pouvoir en 1979. A priori, tout semblait concourir à créer un climat de confiance exceptionnel entre le nouveau Président américain et Margaret Thatcher, La priorité accordée à la lutte contre l'inflation, l'encouragement de l'initiative individuelle, le désengagement de l'Etat, la restauration du sentiment national, tels étaient les axes d'une politique transatlantique commune. Les Etats-Unis semblaient avoir en Mme Thatcher un allié incomparable, tant au sein de l'OTAN (le gouvernement conservateur était disposé à honorer l'accord de 1977 prévoyant une augmentation de 3% annuelle du budget militaire et avait accepté le déploiement de 160 missiles de croisière sur le territoire britannique conformément à l'accord de Bruxelles de décembre 1979) que dans le cadre des relations bilatérales. Ainsi, lors de la visite officielle qu'elle effectua à Washington en février 1981, le Premier ministre britannique se signala par la fermeté du soutien manifesté à l'action menée au El Salvador par le Président Reagan pour maintenir le régime en place.

21L'alliance allait encore se resserrer en 1982 lors de la guerre des Malouines que les Etats-Unis tentèrent de prévenir en offrant leurs bons offices. Dans sa déclaration du 30 avril 1982 où il indiquait l'échec de sa médiation, le Secrétaire d'Etat Haig précisait : "La Grande-Bretagne est notre plus fidèle [closest] allié et le gouvernement de Mme Thatcher s'est adressé à nous pour trouver une solution pacifique." Evoquant la fin de non recevoir opposée par les Argentins, Haig confirmait que les Etats-Unis mettaient à la disposition de la Grande-Bretagne les moyens logistiques dont elle avait besoin, ce qui explique, en partie, que Mme Thatcher, liée par une certaine exigence de réciprocité, n'ait pas cru bon d'interdire aux Américains d'utiliser les F 111 stationnés en Grande-Bretagne pour effectuer en avril 1986 le raid de représaille contre la Libye.

  • 5 Intervention radiodiffusée, 1er septembre 1982.

22On aurait pourtant tort de croire que les rapports anglo-américains ont été sans nuage au cours de ces sept dernières années. Même à l'époque de la guerre des Malouines, la représentante des Etats-Unis à l'ONU ne s'est pas privée de critiquer l'intransigeance britannique. Au cours de la même année, l'affaire du gazoduc sibérien a contribué à envenimer les relations entre Londres et Washington. Rappelons brièvement que l'Administration américaine avait tenté de faire pression sur les sociétés européennes appelées à livrer du matériel à l'Union soviétique pour la construction du gazoduc afin qu'elles suspendent leurs livraisons, ces pressions étant assorties de menaces visant leurs intérêts commerciaux aux Etats-Unis. Cette initiative américaine qualifiée par Lord Cockfield, ministre du Commerce de l'époque, d'"inacceptable et indigne au regard du droit international" avait inspiré au Premier ministre britannique le commentaire suivant : "Je me sens particulièrement choqué par [ce geste] d'un ami."5 Comme on le sait, Washington accepta un compromis de principe en novembre qui permit de débloquer la situation.

23L'intervention américaine à la Grenade, Etat membre du Commonwealth, en octobre 1983, fut également l'occasion d'un différend avec Londres qui se manifesta par l'abstention de la Grande-Bretagne lors du vote de la Résolution du 28 octobre du Conseil de Sécurité des Nations Unies "déplorant profondément" cette intervention armée "en violation flagrante du droit international," tandis qu'aux Communes, le ministre des Affaires étrangères déclarait : "Nous regrettons de ne pas avoir été consultés autant que nous l'aurions souhaité."

24Quelle que soit l'étroitesse des rapports qu'entretiennent les deux pays, l'intérêt politique et économique prime sur tout autre considération ainsi que Mme Thatcher a pu, une fois de plus, le constater lors du choix par l'armée américaine du système français de transmission RITA, sorte de "super téléphone du champ de bataille," au détriment du système britannique concurrent fabriqué par la société Plessey. Malgré la lettre personnelle adressée par Mme Thatcher au Président Reagan appuyant la candidature de la société britannique, c'est finalement le consortium franco-belge qui a emporté ce marché de quelques 4 milliards de dollars en novembre 1985, au grand dam des industriels britanniques. Peu rancunier, le gouvernement de Mme Thatcher faisait pression, au début de l'année suivante, sur la direction de Westland pour que le constructeur d'hélicoptères britanniques, à la recherche de capitaux, s'associe, de préférence, au constructeur américain Sikorsky, alors que le ministre de la Défense Michael Heseltine défendait l'option européenne également envisageable. On sait que, désavoue par le Cabinet, Michael Heseltine fut conduit à démissionner.

25En prenant le recul historique nécessaire, on ne peut s'empêcher de penser que le concept de relation spécial ou de communauté d'objectifs s'enracinant dans un patrimoine culturel et linguistique partagé est davantage invoqué par les Britanniques dans l'espoir d'amener les alliés américains à leur marquer une préférence qui, bien entendu, ne saurait etre que formelle dès lors que leurs intérêts nationaux entrent en jeu.

26La politique de défense britannique et tout particulièrement la stratégie nucléaire de Londres portent la trace de cette ambivalence. La force de dissuasion britannique est diton fille du hasard et de l'inertie ("bred by accident out of inertia"). Elle a été - et reste - en fait conditionnée par le degré de coopération accepté par les Américains. Il convient pourtant de rappeler que les Britanniques qui avaient déjà bien engagé les recherches dans le domaine nucléaire, furent les premiers à refuser en 1940 une offre de coopération émanant de Washington qui proposait à ses alliés de construire la bombe atomique en commun. Lorsqu'en juin 1942 Churchill, se ravisant, acceptait l'intégration des recherches britanniques et américaines, il était trop tard; les Américains avaient déjà mis en oeuvre le projet Manhattan qui devait déboucher sur la construction de la première bombe atomique américaine. En dépit de l'accord de Québec (août 1943) par lequel Roosevelt et Churchill jetaient les bases d'une coopération dans le domaine atomique et s'engageaient à garder le monopole de leurs informations, la collaboration entre les deux pays resta limitée même si un petit nombre de scientifiques britanniques furent associés à la réalisation du projet Manhattan.

  • 6 John Simpson, p. 46.

27L'Atomic Energy Bill (loi McMahon) adoptée en 1946 allait confier à une Commission de l'énergie atomique (AEC) le contrôle de l'information relative à l'énergie atomique, prélude à la mise en place d'une structure de contrôle internationale souhaitée par bon nombre de membres du Congrès. Tout ce qui touchait à l'atome relevait dès lors non plus de l'Exécutif mais du Congrès et il n'était plus question dans ces conditions de partager avec l'allié britannique autre chose qu'une information scientifique de base. Ce tournant dans la coopération atomique ne modifia pas la détermination des Britanniques de construire leur bombe A conformément à la décision prise par Churchill en 1942 et communiquée à Roosevelt en février 1945. Il fallut néanmoins attendre janvier 1947 pour que cette décision soit effectivement mise en oeuvre, essentiellement pour ne pas laisser aux alliés américains le monopole de cette arme. Ainsi que le note John Simpson : "L'action britannique en matière d'armement nucléaire ne se justifiait pas par la nécessité de dissuader un ennemi mais par le besoin diplomatique de disposer d'un pouvoir de négociation face à un pays ami et allié potentiel".6

28La coopération anglo-américaine allait retrouver une légitimité en juillet 1958 avec la signature de l'Accord bilatéral pour la coopération militaire qui répondait à l'apparente montée en puissance de l'Union soviétique symbolisée par le lancement de Spoutnik I.

29Si la défiance américaine à l'égard de la Grande-Bretagne au cours de la période 1945-57 avait permis la mise en place d'une force de dissuasion autonome, le retour du partage scientifique issu de l'accord de 1958 allait paradoxalement restreindre l'autonomie de la défense stratégique britannique. L'Accord de Nassau (décembre 1962) par lequel les Etats-Unis acceptaient de doter la Grande-Bretagne de missiles Polaris après l'échec du projet Blue Streak illustre bien le statut incertain de ces moyens stratégiques intégrés à l'OTAN mais dont la Grande-Bretagne se réserve l'usage en cas d'urgence nationale. Cet accord, que les travaillistes se proposaient de renégocier, avait d'ailleurs été largement critiqué par la presse britannique qui y voyait une démission nationale.

  • 7 Per Berg, "British and French Eurostrategic Forces," Arms Race, Arms Control 1983 (London : SIPRI/ (...)

30La décision arrêtée par le gouvernement death puis concrétisée par les différents gouvernements travaillistes au pouvoir entre 1974 et 1979 de perfectionner les missiles Polaris en augmentant leur précision de frappe et leur manoeuvrabilité répond au double souci d'accroître l'indépendance de la force de dissuasion britannique tout en préservant sa complémentarité par rapport aux autres composants stratégiques de l'OTAN. Le nouveau missile Chevaline mis au point dans les installations d'Aldermaston s'apparente en effet, à un missile mirvé destiné à percer les défenses antibalistiques soviétiques mais centré sur d'autres objectifs que ceux déjà couverts par les Etats-Unis. Cette actualisation de la force stratégique britannique, menée dans le plus grand secret, ne peut être que transitoire puisque dès le milieu des années soixante-dix le problème du renouvellement des missiles Polaris a commencé à se poser. On a assisté à cette occasion à une réédition du scénario de 1961-62 qui avait vu les Britanniques accepter les Polaris en remplacement des missiles Skybolt originellement promis par les Américains mais supprimés sans préavis par l'Administration. En juillet 1980, le gouvernement britannique annonça l'acquisition du missile Trident I (C4) pour remplacer à terme les missiles Polaris. Deux ans plus tard, on apprenait que, compte tenu de l'obsolescence prévisible du C4, une version améliorée, donc plus coûteuse, avait été choisie. Selon un expert du SIPRI, "le Trident II fut choisi afin de préserver une plus longue compatibilité avec [l'arsenal] des Etats-Unis."7 Cette décision, contestée aussi bien par les travaillistes que par les centristes de l'Alliance, ne fait pas l'unanimité parmi les experts dont certains considèrent que, compte tenu du coût de cette option (7 milliards de livres en 1981), il serait à la fois plus efficace et plus rentable d'assurer la défense du territoire national par une flotte de missiles de croisière authentiquement indépendants.

  • 8 Cité par Ken Gill, "A role as America's tin-bashers ?" The Gualdian, 6 avril 1981.

31Cette orientation de la composante stratégique de la défense britannique atteste le caractère politique des décisions qui l'ont définie, tout comme l'engagement très net de la Grande-Bretagne dans l'Initiative de défense stratégique présentée par le Président Reagan en mars 1983. Même si la Grande-Bretagne s'associe à certains partenaires européens pour construire des matériels militaires, le Tornado par exemple ou bientôt le futur avion de combat - sans la France, faut-il le préciser - l'essentiel des paramètres définissant la position stratégique de la Grande-Bretagne doivent pouvoir s'insérer dans l'équation établie par les Etats-Unis. Selon une boutade prêtée à un administrateur de British Aerospace : "Quand les Travaillistes sont au pouvoir, ils réduisent les dépenses militaires; quand les Conservateurs gagnent les élections ils les augmentent et achètent américain."8

32Faut-il conclure en reléguant le concept de relations spéciales au rang des mythes commodes propres à réchauffer les discours officiels ? La Grande-Bretagne n'est-elle pour les Américains qu'un modèle dépassé auquel l'histoire aurait refusé un regain de crédibilité ? Les Etats-Unis ne sont-ils pas aux yeux des Anglais les usurpateurs d'une grandeur qui ne revenait qu'à eux ? Tout est loin d'être clair dans les relations entre les deux alliés. La Grande-Bretagne est parfois jugée trop européenne lorsqu'il s'agit de débattre de quotas commerciaux ou de tarif douanier; Londres, pour sa part, accepte mal la caution officieuse que les nationalistes irlandais trouvent traditionnellement aux Etats-Unis. Les contentieux existent, les dérives nationalistes obscurcissent souvent la perception de cette communauté d'intérêts qui était pour Churchill le fondement des relations entre les deux pays, les affinités entre les dirigeants pèsent également d'un poids non négligeable dans les rapports entre les deux Etats, si bien, qu'au total, on peut se demander si l'invocation de la solidarité anglo-saxonne ne sert pas à prévenir toute mise en perspective lucide d'une relation fluctuante et incertaine qui pourrait s'avérer moins affective qu'on le croit généralement.

Notes

1 Corelli Barnett, The Collapse οf British Power (London : Methuen, 1972), p. 244.

2 "Il n'est pas exagéré de dire que l'avenir du monde entier et les espoirs d'une civilisation en expansion fondée sur la morale chrétienne dépendent des relations entre l'Empire britannique, ou en d'autres termes, le Commonwealth des Nations et les Etats-Unis." Discours au Waldorf Astoria Hotel, New York, 14 octobre 1947.

3 Henry Kissinger, cité par John Simpson, The Independent Nuclear State (London: Macmillan, 1983), p. 160.

4 Henry Kissinger, The White House Years (London : Weidenfeld and Nicolson, 1979), p. 141.

5 Intervention radiodiffusée, 1er septembre 1982.

6 John Simpson, p. 46.

7 Per Berg, "British and French Eurostrategic Forces," Arms Race, Arms Control 1983 (London : SIPRI/Taylor and Francis, 1984), p. 62.

8 Cité par Ken Gill, "A role as America's tin-bashers ?" The Gualdian, 6 avril 1981.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter