Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

GB and US: How far? How close?

 | 
John Atherton

Herbert Spencer. Bouc émissaire britannique du progressisme américain ?

Françoise Maquerlot

Texte intégral

  • 1 Sur les premières utilisations de l'expression de "darwinisme social," voir l'introduction du livre (...)

1Dans le faisceau des relations idéologiques qui se sont établies au cours des siècles entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, il est un cas à la fois très connu et plus problématique qu'on ne le dit souvent, c'est celui de la relation qui unit Herbert Spencer, le philosophe anglais, à tout un courant de la pensée américaine, le darwinisme social.1 Le problème qui se pose est un peu un problème de reconnaissance de paternité : peut-on considérer Spencer comme le père du darwinisme social ? Il ne s'agit pas simplement pour les Américains de reconnaître une dette idéologique parmi bien d'autres envers l'Angleterre du XIXe siècle. La recherche de paternité, ici comme souvent, aboutit nécessairement à jeter le discrédit sur le père, car il faut bien l'admettre, le darwinisme social est un enfant de la honte.

2Une chose en effet est claire, concernant le darwinisme social, c'est l'opprobre qui s'y attache, car il est censé venir justifier tout à la fois le capitalisme le plus sauvage, l'individualisme le plus brutal, l'inégalité, la lutte sous toutes ses formes, l'impérialisme, le racisme, l'eugénisme, bref, c'est bien l'enfant dont la famille est honteuse. Et il est vrai que depuis que le terme de darwinisme social a cours, c'est-à-dire depuis les années 1880, se faire accuser de darwinisme social, c'est se voir jeter l'anathème ou se voir marquer de la lettre écarlate.

3On voit donc l'enjeu de cette recherche : peut-on d'une manière ou d'une autre attribuer à Spencer la paternité du darwinisme social et, paradoxalement, faire endosser au philosophe anglais la responsabilité pour ce courant de pensée par ailleurs généralement considéré comme "100 % américain" ?

4Ceci nous semble être une injustice historique à l'égard de Spencer dont l'image a manifestement beaucoup souffert de son association avec le darwinisme social. On certain nombre d'études ont pour effet de réhabiliter cette image, notamment le livre de John D.Y. Peel, Herbert Spencer : The Evolution of a Sociologist (1971). L'auteur replace Spencer dans le contexte anglais de son époque, les débuts de l'ère industrielle, les milieux non-conformistes des villes industrielles des Midlands ; il le situe dans la problématique philosophique et morale de l'idéalisme évolutionniste pré-darwinien et du positivisme. Mais au bout du compte, le rapport entre l'éminent Victorien et le darwinisme social américain n'en est que plus intrigant, car replacé dans son contexte anglais et sérieusement examiné, le système de pensée spencérien est tout sauf ce condensé des idées les plus réactionnaires qu'on lui attribue généralement quand on l'associe au darwinisme social américain.

  • 2 Les exemples de présentations plus ou moins embarrassées de Spencer comme inspirateur du darwinisme (...)

5Or aux Etats-Unis le nom de Spencer est bien connu, a l'honneur des manuels d'histoire, d'histoire des idées, d'histoire littéraire, et se trouve infailliblement associé au darwinisme social. Nul doute que la postérité de Spencer a finalement été assurée par le darwinisme social. Dans le meilleur des cas, la paternité de Spencer est présentée comme certaine, mais posant néanmoins quelques problèmes conceptuels ou historiques, car on admet généralement que la filiation implique quelques écarts ou quelques trahisons vis-à-vis du père. Dans le pire des cas, Spencer est présenté comme le pur et simple porte-parole et apôtre du darwinisme social. Mais de toute façon, l'image de Spencer est perçue à travers ce miroir très flou et déformant du darwinisme social.2

  • 3 Richard Hofstadter, Social Darwinism in American Thought (Philadelphia : University of Pennsylvania (...)

6Et j'en viens à la difficulté principale devant laquelle on se trouve quand on veut réévaluer ou préciser le rôle idéologique de Spencer aux Etats-Unis, il s'agit de la définition très imprécise du darwinisme social. Si le discrédit qui entoure le darwinisme social est clair pour tout le monde, tout le reste est plus problématique, et déterminer les contours précis du darwinisme social, en définir le contenu idéologique, ou établir un corpus répondant à des critères incontestables de darwinisme social, restent des tâches difficiles à accomplir. Le livre "classique" de R. Hofstadter, Social Darwinism in American Thought, qui date de 1944, ne résout pas la difficulté. Hofstadter montre bien la vogue de Spencer aux Etats-Unis, mais il apparaît finalement que les défenseurs d'un laissez-faire radical, les racistes, les réformistes, les eugénistes, les impérialistes et les bellicistes qui se retrouvent tous sous l'étiquette du darwinisme social présentent des incompatibilités telles qu'on peut fortement douter de l'homogénéité de la grande famille social-darwinienne, et l'on soupçonne qu'une bonne partie d'entre eux n'a plus grand chose à voir avec l’ancêtre spencérien.3

7Reconsidérer la place de Spencer dans le darwinisme social américain implique donc nécessairement une réévaluation du darwinisme social, et là, il semble que le livre de R. Bannister, Social Darwinism : Science and Myth in Anglo-American Social Thought (1979), nous engage à réviser un certain nombre de clichés historiques, et notamment l'idée que le darwinisme social constituerait un ensemble idéologique cohérent, clairement délimité par l'application des idées darwiniennes au champ social, et dont se seraient réclamés certains, au nombre desquels Spencer lui-même.

Problèmes de définition du darwinisme social

8Avant d'en arriver à la thèse de Bannister, je crois qu'il faut souligner rapidement ce qui fait problème dans la définition du darwinisme social.

9Tout d'abord, le terme de "darwinisme" constitue un premier facteur de confusion. C'est une question essentielle, qu'il est impossible de développer ici. Disons simplement que le darwinisme social n'a rien de particulièrement darwinien, si l'on donne au darwinisme son sens strict de théorie darwinienne sur la transmutation des espèces. C'est-à-dire qu'on peut admettre d'emblée que la fidélité à la théorie darwinienne ne peut en aucun cas servir de critère de sélection pour un corpus social-darwinien.

10Cela admis, il reste deux possibilités de définition :

  • Ou bien on considère comme caractéristique du darwinisme social absolument toute inférence sociale à partir de la biologie utilisant l'évolutionnisme, y compris tout l'évolutionnisme pré-darwinien et en particulier la notion lamarckienne de progrès et d'évolution par adaptation. Dans ce cas, le corpus du darwinisme social est extensible à peu près à l'infini et il vaudrait mieux parler d'évolutionnisme social.

  • Ou bien, ce qui semble intellectuellement plus satisfaisant, on fixe des limites au champ du darwinisme social en adoptant comme critère le recours aux notions de lutte pour l'existence, de survie des plus aptes, et de sélection naturelle, notions respectivement malthusienne, spencérienne et darwinienne. Dans ce cadre, appartient au darwinisme social toute théorie utilisant ces notions comme facteurs d'évolution ou de progrès social.

11Une fois ces limites admises, il reste encore une grande source de confusion, car les inférences politico-morales que l'on peut tirer de l'usage de ces trois notions sont diverses, ou même contradictoires, et c'est là l'ennui. Je mentionnerai ici trois types d'inférences possibles.

12Premier type d'inférence : La lutte pour la vie et la survie des plus aptes est un facteur d'évolution et de progrès social. En ce cas, la conclusion politico-morale est qu'il faut laisser agir les lois de la nature pour s'acheminer sur la voie du progrès social. C'est là, pour simplifier, la position de Spencer, défendant en politique un laissez-faire radical. C'est une position cohérente à condition d'avoir admis un préalable essentiel : que les lois de la nature gouvernent le domaine social.

  • 4 C'est là une simplification de la position de beaucoup de réformistes. En fait, un moyen terme étai (...)

13Deuxième type d'inférence : Le monde est une jungle, la vie en société un "struggle for life" où seuls les plus aptes survivent. Mais là, la conclusion politico-morale peut être inverse. Si la vie sociale est une jungle, c'est une situation déplorable et il importe aux sociétés humaines et aux gouvernements de la maîtriser, de la diriger, de la contrôler. C'est là la conclusion des réformistes progressistes de la fin du siècle et des années 1900. Cela suppose comme préalable que les mêmes lois ne s'appliquent pas à la nature et à la société, et donc, quand la société est décrite en termes de "struggle for life," ce n'est en fait que par analogie ou par métaphore.4

14Troisième type d'inférence : La sélection des plus aptes étant facteur de progrès, dans la société comme dans la nature, il importe aux hommes d'intervenir pour hâter ou favoriser le déroulement de cette sélection. Cette position était celle des eugénistes, des racistes "actifs," des impérialistes.

  • 5 Il faudrait mentionner ici un facteur de confusion supplémentaire qui vient de ce que la notion de (...)

15Dans ces conditions, on se demande s'il est raisonnable de rassembler sous la même étiquette infamante de darwinisme social des positions finalement antithétiques.5

16Pour en arriver maintenant à l'étude de Bannister, celle-ci montre très bien comment, à partir des années 1880 aux Etats-Unis, les critères du darwinisme social sont de plus hétérogènes, contradictoires et fuyants. Constatant que personne ne s'est jamais réclamé du darwinisme social, et surtout qu'après étude sérieuse, il est impossible de découvrir et de montrer du doigt un véritable darwinien social cohérent, Bannister exonère un à un de l'accusation de darwinisme social tous les auteurs qu'il prend en considération, même ceux pour qui, comme Sumner, la marque semblait indélébile. Pour Bannister, la notion de darwinisme social est un facteur de confusion au niveau de l'analyse des idées, à rejeter donc, même si cela a toujours été une bonne arme idéologique quand il s'est agi de jeter l'anathème sur l'adversaire. On voit donc que Bannister renonce à définir le contenu idéologique du darwinisme, et que son livre est un constat d'échec en ce qui concerne la recherche de critères permettant d'identifier un corpus social darwinien.

17Mais Bannister va plus loin, car il considère que le darwinisme social, en tant que système de pensée, n'a pas eu d'existence historique, sinon comme stéréotype imaginaire de pure fabrication, dont la fonction a toujours été de parodier, de caricaturer et de discréditer la pensée d'un adversaire, en utilisant une rhétorique facile centrée sur les notions de lutte pour la vie et de survie des plus aptes. Le darwinisme social est, pour Bannister, un mythe constitué petit à petit à partir des années 1880, d'abord par les adversaires du laissez-faire, puis par toutes sortes de défenseurs de valeurs démocratiques ou chrétiennes utilisant cette arme polémique pour discréditer ce qui, par ailleurs, méritait d'être discrédité, le racisme, l'eugénisme, le bellicisme, l'apologie de la violence.

  • 6 Lester Ward, "Social and Biological Struggles," American Journal of Sociology, 13 (Nov. 1907). L'es (...)

18La position de Bannister n'est pas sans rappeler celle du sociologue Lester Ward qui, en 1906, contestait l'existence même du darwinisme social, en disant que certains sociologues "have invented the phrase 'social darwinism' and have set it up as a sort of 'man of straw' in order to show their agility in knocking it down."6 C'est un peu cette idée que défend Bannisters le darwinisme social est une fabrication, un mannequin, un épouvantail confectionné à seules fins de mieux l'abattre. Ce que montre Bannister, c'est l'impasse dans laquelle on s'engage quand on veut analyser le contenu idéologique du darwinisme social. La conclusion qu'on peut en tirer, c'est qu'il importe maintenant d'analyser historiquement l'utilisation qui a été faite de cette étiquette comme instrument de polémique ou comme arme de propagande, et c'est précisément ce que je voudrais tenter d'examiner dans le cas de Spencer.

Spencer et le darwinisme social

19Il n'est pas question d'analyser ici le système spencérien, mais de dégager simplement quelques points problématiques permettant d'expliquer, mais aussi de contester, la façon dont il est généralement englobé dans le courant du darwinisme social.

20Le projet de Spencer -d'une ambition qui semble insensée ou naïve aujourd'hui- était d'abord de maîtriser toutes les connaissances scientifiques de son temps pour en faire une synthèse, à partir de laquelle il pourrait fonder une morale reposant sur des bases scientifiques, morale à la fois individuelle et politique. D'autre part, et c'est là que son ambition était moins démesurée, il voulait établir les fondements scientifiques d'une science sociologique, avec comme préalable l'idée que la société obéissait aux mêmes lois de l'évolution que la nature. C'est par sa sociologie qu'il a sans doute eu l'impact le plus considérable, en particulier aux Etats-Unis, où les premiers développements de cette nouvelle discipline ne sont faits à partir des textes de Spencer qu'il s'agissait d'assimiler, mais surtout de réfuter. Pour plusieurs générations, à partir de 1880, faire de la sociologie consistait à discuter Spencer. Or dans la masse énorme de ses écrits, les contradictions, les tautologies, les raisonnements spécieux abondent et se prêtent fort bien à la réfutation - ainsi d'ailleurs qu'à l'extrapolation, ce qui explique le foisonnement de représentations tendancieuses ou erronnées de Spencer.

21D'autre part, il existe une ambiguïté fondamentale chez Spencer qui provient de son double projet, fonder une sociologie, science descriptive et explicative, et fonder une morale nécessairement prescriptive. Et c'est là une source inépuisable d'extrapolations pour les exégètes de Spencer, d'autant que lui-même passait de la description à la prescription quand cela lui semblait utile, mais de façon assez contradictoire et mettant ainsi en péril l'édifice fragile de son système entier. Or l'une des sources principales de ces contradictions et de ces extrapolations se trouve être la notion de lutte pour la vie avec survie des plus aptes, notion pertinente au darwinisme social.

Lutte pour la vie et sélection des plus aptes

22On sait bien que c'est Spencer qui a lancé, avant Darwin, la notion de survie des plus aptes, et qu'il en fait un usage bien différent de Darwin. L'Origine des espèces venait d'ailleurs remettre en cause le lamarckisme de Spencer et les présupposés fondamentaux du système spencérien. D'où une cause d'embarras constant pour Spencer quand il utilise cette notion, car bien qu'ayant formellement approuvé la théorie darwinienne, il éprouvait les plus grandes difficultés à la concilier avec son projet, et finalement l'ignorait ou la contredisait.

  • 7 Ces idées se sont trouvées invalidées d'abord par la théorie darwinienne en 1859 (pour ce qui est d (...)

23Dans la logique du système spencérien, la lutte pour la vie et son corollaire, la survie des plus aptes, sont des facteurs de progrès biologique, car les conditions de la lutte pour la vie ont pour conséquence, par un mécanisme lamarckien, une meilleure adaptation de certains individus qui transmettent leurs caractères acquis à leurs descendants, assurant ainsi le progrès des générations suivantes.7 Mais Spencer, dans son optimisme évolutionniste, va plus loin et considère que ce progrès lui-même, poussé à son terme, amènera la disparition de la lutte pour la vie. C'est-à-dire que la lutte pour la vie aura pour résultat, à terme, sa propre suppression. Il est vrai que cette lutte pour la vie engendre beaucoup de souffrances, mais c'est un mal nécessaire, car c'est la loi de la nature. On voit qu'il y a là une espèce de tour de force logique, car dans le système spencérien le moyen de supprimer les maux attachés à la lutte pour la vie est précisément de leur laisser libre cours.

24Si les mêmes lois s'appliquent à la société -et c'est un dogme chez Spencer- le progrès social ne peut provenir que du jeu naturel de la lutte pour la vie, ce qui implique souffrances et misères (concurrence et lutte entre individus, entre races, entre nations), mais qui amène en même temps le progrès social, en nous faisant progressivement entrer dans l'âge d'or de l'altruisme, de la coopération sociale et de la paix universelle.

25Si l'on considère maintenant les implications morales et politiques de ce système, tout le problème est de savoir à quel moment situer le passage à cet âge d'or. Or pour Spencer, l'Angleterre et les Etats-Unis contemporains se trouvent à la charnière de deux époques, et il oscille, au gré de son humeur politique, entre deux visions du monde con-porain : tantôt il y voit les signes de l'avènement de ce qu'il appelle l'âge "industriel," c'est-à-dire l'âge du déclin de la lutte pour la vie, l'âge de l'altruisme, de la coopération et du pacifisme, et tantôt il y voit un monde encore dominé par la lutte pour la vie, par le despotisme, le bellicisme et tous les maux associés à l'esprit "militant," qu'il oppose à l'esprit "industriel." Ces deux visions coexistent chez Spencer, et les exégètes peuvent faire concurrence de citations, se renvoyer des passages parfaitement contradictoires, selon qu'on veut tirer Spencer dans un sens ou dans l'autre.

26Si l'on veut faire apparaître Spencer comme l'inspirateur du darwinisme social, on peut utiliser les passages où en parfait cynique il considère que les inaptes doivent disparaître, car c'est la loi du progrès, et que les mesures étatiques d'aide sociale font pire que mieux en maintenant les inaptes artificiellement en vie et retardent ainsi l'avènement de l'âge de l'altruisme et de la paix sociale.

27Si l'on veut au contraire souligner le caractère moral, idéaliste, réformateur de Spencer, on s'attachera plutôt aux passages où, opposant l'âge militant et l'âge industriel, il célèbre les vertus de l'altruisme, de la coopération sociale, de la fin des luttes.

  • 8 En particulier lors de la polémique qui l'opposa au sociologue belge Emile de Laveleye en 1885, où (...)

28Pour ne pas tout de même renvoyer les choses dos à dos, on peut se demander laquelle, de ces deux visions contradictoires, prédomine chez Spencer. Il semble que l'utilisation cynique -et social-darwinienne- de la lutte pour la vie soit une nécessité logique dans le système spencérien, mais qui met souvent Spencer dans l'embarras à cause des implications qu'elle a pour la morale individuelle. C'est la raison pour laquelle, si nécessaire que soit l'argument dans la logique spencérienne, il est finalement peu présent, et la raison pour laquelle aussi le modèle scientifique d'évolution qui domine dans le système spencérien n'est pas du tout celui de la lutte pour la vie avec sélection des plus aptes, mais le modèle de la thermodynamique d'une part et celui du développement de l'organisme selon les lois de l'embryologie d'autre part. Et si l'on considère les écrits sociologiques de Spencer (The Principles of Sociology), ce qui domine nettement quand il s'agit d'expliquer l'évolution de telle ou telle institution (famille, église etc..), c'est le schéma opposant les horreurs de l'âge militant, féodal, despotique, belliciste, marqué par des rapports de domination dans tous les domaines, aux promesses de l'âge industriel, porteur de valeurs idéales comme l'altruisme et le pacifisme intégral. Cette tendance est encore plus nette quand il s'agit pour Spencer d'ériger une morale individuelle, dans The Data of Ethics, par exemple. Là on ne trouve pratiquement aucune référence à la lutte pour la vie. C'est pourquoi Spencer pouvait se défendre âprement contre l'accusation qui faisait de lui le défenseur du règne de la force et de la devise "Might is Right."8

29On voit donc que faire porter à Spencer la paternité du darwinisme social n'est guère lui rendre justice, quand on inclut dans le darwinisme social toutes sortes de justifications de la violence au nom de l'évolutionnisme.

Le libéralisme de Spencer

30Il reste un autre point très litigieux que soulève le libéralisme de Spencer. Il ne fait aucun doute que l'obsession politique de Spencer, le principe auquel il ne contrevient jamais, même s'il ne constitue pas la finalité du système, c'est la défense d'un laissez-faire intégral, de la non-intervention d'Etat, d'un libéralisme radical. Le progrès social, pour Spencer, s'accompagne du dépérissement de l'Etat, ou presque. Tout le monde s'entend là-dessus, mais cela peut cependant donner lieu à des lectures absolument contradictoires concernant le conservatisme de Spencer.

311) La lecture "sociale-darwinienne" de Spencer s'est bien entendu saisie prioritairement de tout ce qui, chez lui, pouvait constituer une défense de la concurrence acharnée, de la non-intervention d'Etat, et en bref, du capitalisme sauvage. C'est une lecture possible, mais réductrice, de Spencer, et ce fut aux Etats-Unis la lecture de tous ceux qui ont pensé pouvoir utiliser Spencer pour la défense de leurs intérêts et du statu quo social pendant le Gilded Age.

32Mais ce fut aussi la lecture de tous ceux qui, en réfutant Spencer, voulaient réfuter le principe de la non-intervention d'Etat dans le domaine social. Ce fut donc, pour mieux la réfuter, la lecture des réformateurs à partir de 1880, à l'époque du progressisme naissant, puis dominant. Lester Ward, précédemment cité, en est un bon exemple. Et dans l'optique progressiste, il est évident que l'opposition de Spencer à toute intervention d'Etat, par exemple pour développer l'enseignement public, ou prendre des mesures sociales en faveur des indigents, ne pouvait être qualifiée que d'ultraconservatrice ou de réactionnaire.

  • 9 Pour grossir le stock des citations pouvant venir illustrer des lectures contradictoires de Spencer (...)

332) Et cependant une autre lecture est possible. Quand on replace Spencer non pas dans le contexte américain de la fin du XIXe siècle, mais dans son contexte anglais, à savoir les villes des Midlands au milieu du siècle, l'industrialisation encore aux mains de la petite entreprise, le non-conformisme de ces milieux de petits entrepreneurs franchement opposés à l'Establishment anglais et imprégnés d'une problématique philosophique qui était celle des Lumières, on fait une lecture bien différente de Spencer. On est alors surtout frappé par l'opposition qu'il fait entre la société idéale ("industrielle," comme il dit, mais c'est largement une utopie) et la société "militante," féodale, belliciste, dominée par un Etat despotique, par une religion non moins despotique, où, par contamination, tous les rapports sociaux (familiaux, par exemple) sont des rapports de domination, où la force prime le droit et la raison d'Etat justifie toutes les exactions. Si l'on s'attache plutôt à la critique que fait Spencer de la société préindustrielle, on est frappé par la virulence de ses attaques et par sa défense forcenée du droit des individus contre l'Etat despotique, qui frise souvent l'anarchisme. Bien des attaques de Spencer contre la religion établie, contre l'idée chrétienne de sacrifice, contre le bellicisme et l'impérialisme, contre le patriotisme, ont des résonnances iconoclastes, et seraient encore aujourd'hui considérées par beaucoup comme franchement subversives. En particulier pour ce qui est de son pacifisme radical.9

34Et les étudiants américains qui se servaient des Principes de la sociologie comme manuel, ou les autodidactes comme Jack London pour qui Spencer était une bible, avaient entre les mains bien autre chose qu'un simple catéchisme de la pensée conservatrice. On peut d'ailleurs penser, avec un peu d'optimisme, que la vogue de Spencer aux Etats-Unis s'explique au moins autant par le caractère provocateur et subversif de certains de ses propos que par sa défense "social-darwinienne" du laissez-faire en matière sociale.

35On voit que la simple classification de Spencer parmi les défenseurs du statu quo social, parmi les conservateurs ou les réactionnaires, ne rend pas du tout compte de cet aspect subversif et anarchisant qui peut rendre la lecture de Spencer encore assez stimulante aujourd'hui.

Spencer, bouc émissaire du progressisme américain ?

36Il reste à expliquer pourquoi l'étiquette social-darwinienne est restée si solidement collée à Spencer. Cette étiquette ne fait pas justice à la pensée de Spencer, et en particulier, elle ne fait pas justice aux Principes de la sociologie qui ont servi de texte fondateur à la sociologie américaine. Il est cependant vrai qu'on pouvait faire de Spencer une lecture social-darwinienne, mais très réductrice, qui fut celle des Carnegie et autres capitaines d'industrie qui voulaient utiliser Spencer pour la défense de leurs propres intérêts. Mais cette lecture fut encore bien plus celle des réformateurs progressistes qui, de plus en plus à partir de 1880, voulaient stigmatiser le laissez-faire. Et ce sont ceux-là qui, les premiers ont utilisé l'étiquette de darwinisme social contre Spencer et ses émules, contre les justifications évolutionnistes du laissez-faire. Pour les réformateurs progressistes, Spencer était la figure de proue des idéologues du conservatisme social, celui sur lequel se concentraient les attaques. Le choix de Spencer comme cible principale n'a sans doute rien à voir avec la nationalité britannique de Spencer ; elle s'explique par la vogue même de Spencer dans les années 1870-1880, et par le fait que la génération des réformateurs du début du XXe siècle avait été nourrie de la nouvelle science sociale spencérienne, et pouvait d'autant mieux l'attaquer, même si ces "progressistes" conservaient eux-mêmes une idée très spencérienne du progrès social. On remarquera simplement au passage par quels détours le système spencérien sert de lien idéologique entre l'Angleterre victorienne et le progressisme américain.

37Jusque là, on voit assez bien comment l'étiquette de darwinisme social pouvait être utilisée sur Spencer. Mais les choses se compliquent quand on inclut dans le darwinisme social la défense du racisme, de l'eugénisme, du militarisme et de l'impérialisme. Les choses se compliquent car d'une part il se trouve qu'aux Etats-Unis ces idées, ces doctrines se sont développées historiquement à partir de 1880, alors même que Spencer était de plus en plus attaque, et d'autre part parce que ces idées se sont développées dans les rangs des progressistes qui combattaient ou simplement méprisaient le libéralisme de Spencer.

38Comment expliquer cet état de choses paradoxal ? Bannister en donne une explication en montrant comment le contenu du darwinisme social a été en quelque sorte fixé par Hofstadter en 1944, et cette date explique l'importance accordée par Hofstadter aux thèmes de l'eugénisme, de l'impérialisme, du militarisme. Le livre de Hofstadter est d'une certaine manière une contribution au débat sur le fascisme qui avait cours à l'époque. Il est clair que Hofstadter marquait au fer rouge du darwinisme social ces courants de la pensée américaine qui présentaient des traits communs avec le fascisme et le nazisme. Ce faisant, Hofstadter utilisait lui aussi l'étiquette de darwinisme social comme arme idéologique. Mais je crois pouvoir ajouter que Hofstadter, travaillant aussi dans le contexte du New Deal et des débats animés concernant 1'Etat-providence, la critique du libéralisme et de l'individualisme à la Hoover, se servait de l'étiquette de darwinisme social pour marquer du même fer d'une part les défenseurs de certains ingrédients du nazisme, et d'autre part les défenseurs d'un libéralisme radical ; c'est-à-dire, en fait, tout ce qu'il y avait de plus réactionnaire. Hofstadter se servait donc de l'étiquette du darwinisme social comme arme idéologique pour établir une parenté-ou faire un amalgame-entre des courants de pensée certes tous réactionnaires, mais ne se rencontrant pas nécessairement, et qui ne se rencontraient certainement pas chez Spencer, dont le pacifisme n'avait d'égal que la fidélité au laissez-faire. L'utilisation de l'étiquette de darwinisme social avait bel et bien pour effet de faire rejaillir sur le libéralisme et l'individualisme le discrédit qui s'attache au racisme, à l'eugénisme, au bellicisme.

39Pour en revenir à Spencer, il faut bien dire que Hofstadter prend soin de ne jamais le qualifier de darwinien social. Néanmoins il occupe une place telle dans le livre que le lecteur innocent en déduit immanquablement que Spencer a pour fonction d'être l'inspirateur de tout le darwinisme social. Et comme pour beaucoup de vulgarisateurs plus ou moins innocents, le livre de Hofstadter fait autorité en matière de darwinisme social et représente une espèce d'orthodoxie historique, il en résulte que dans les manuels et dans les ouvrages de vulgarisation. Spencer est présenté sans la moindre gêne comme l'inspirateur de tout ce qu'il peut y avoir de plus raciste, belliciste et cynique dans la pensée américaine. Et cela devient l'un des clichés de l'histoire des Etats-Unis.

40Il est vrai aussi que nier l'existence du darwinisme social, comme le fait Bannister, n'est sans doute pas non plus un geste innocent, et s'inscrit fort bien dans une réhabilitation du libéralisme, car nier le darwinisme social, c'est aussi débarrasser le libéralisme d'une de ses composantes historiques les plus déshonorantes. Il ne faut donc pas non plus faire une lecture innocente du livre de Bannister, mais cela dit, il reste que la remise en cause des clichés historiques, quelles qu'en soient les motivations, demeure une nécessité.

Notes

1 Sur les premières utilisations de l'expression de "darwinisme social," voir l'introduction du livre de Robert Bannister, Social Darwinism : Science and Myth in Anglo-American Social Thought (Philadelphia : Temple University Press, 1979). La métaphore de la lettre écarlate se trouve également dans Bannister, p. 178.

2 Les exemples de présentations plus ou moins embarrassées de Spencer comme inspirateur du darwinisme social sont innombrables. Voir par exemple les chapitres sur Spencer et sur le darwinisme social dans D.R. Oldroy, Darwinian Impacts, an Introduction to the Darwinian Revolution (Milton Keynes : The Open University Press, 1980).
Pour un exemple "grand public", l'article paru dans le magazine Discover (Sept. 1984, p. 10) sous le titre "Sour Note," nous semble révélateur. L'article rapporte que durant la convention démocrate de 1984, Mario Cuomo, gouverneur de l'état de New York, a accusé Reagan de pratiquer "Social Darwinism, or survival of the fittest." Le magazine sermonne Cuomo sur sa méconnaissance de Darwin et ajoute : "Check your history, Governor. Social Darwinism was a pet idea of the Victorian philosopher Herbert Spencer, who coined the phrase survival of the fittest as a metaphor for his era's social struggles."

3 Richard Hofstadter, Social Darwinism in American Thought (Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2nd ed. rev., 1955).

4 C'est là une simplification de la position de beaucoup de réformistes. En fait, un moyen terme était possible entre les deux premiers types d'inférences, d'ailleurs suggéré à maintes reprises par Spencer lui-même : les lois de la sélection naturelle ne s'appliquent pas aux sociétés humaines civilisées, mais elles ont cependant constitué un facteur de progrès à un stade primitif de l'évolution humaine.

5 Il faudrait mentionner ici un facteur de confusion supplémentaire qui vient de ce que la notion de lutte pour la vie avec sélection des plus aptes, quand elle est transférée dans le domaine social, s'applique tantôt à la lutte entre nations, tantôt à la lutte entre races et tantôt aussi à la lutte entre classes.

6 Lester Ward, "Social and Biological Struggles," American Journal of Sociology, 13 (Nov. 1907). L'essai se trouve également dans H.S. Commager, ed., Lester Ward and the Welfare State (The American Heritage Series, 1967).
Lester Ward incarne à partir de 1880 la lutte contre le libéralisme spencérien, contre ce qu'il appelait "the gospel of inaction." En ce sens, il est tout à fait représentatif de la position des progressistes de la fin du siècle, qui prônaient l'intervention d'Etat, et un Etat-providence "sociocratique." Il semble donc de ce point de vue être exclus des rangs du darwinisme social qu'il attaquait lui-même. Mais parallèlement-et il est là aussi représentatif de bien des progressistes-il défendait l'idée que la guerre, et surtout la lutte raciale (race struggle) avait été et était encore un facteur de progrès social. Accusé pour cela de darwinisme social par Jacques Novicow, sa défense a consisté moins à défendre sa position théorique qu'à refuser l'étiquette de darwinisme social.

7 Ces idées se sont trouvées invalidées d'abord par la théorie darwinienne en 1859 (pour ce qui est de la notion de progrès), puis de façon encore plus nette par Weismann dans les années 1890, pour ce qui est de l'hérédité des caractères acquis.

8 En particulier lors de la polémique qui l'opposa au sociologue belge Emile de Laveleye en 1885, où pour la première fois l'accusation de darwinisme social fut portée contre Spencer. Voir Bannister, p. 34.

9 Pour grossir le stock des citations pouvant venir illustrer des lectures contradictoires de Spencer, voici deux passages tirés du même chapitre de The Prinples of Sociology. Le premier défend cyniquement l'inégalité au nom de la survie des plus aptes, le deuxième est un exemple d'attaque virulente contre l'Angleterre impériale.
The socialist does not ask what must happen if, generation after generation, the material wellbeing of the inferior is raised at the cost of lowering that of the superior. Even when it is pointed out, he refuses to see that if the superior, persistently burdened by the inferior, are hindered in rearing their own better offspring, that the offspring of the inferior may be as efficiently cared for, a gradual deterioration of the race must follow. The hope of curing present evils so fills his consciousness that it cannot take in the thought of the still greater future evils his proposed system would produce.
(
The Principles of Sociology, New York : Appleton, 3rd ed. 1898, p. 581).
Everywhere the usual succession runs thus:
-Missionaries, envoys to native rulers, concessions made by them, quarrels with them, invasions of them, appropriations of their territories. First, men are sent to teach the heathens Christianity, and then Christians are sent to mow them down with machine-guns! So-called savages who, according to numerous travellers, behave well until they are ill-treated, are taught good conduct by the so-called civilized, who presently subjugate them
-who inculcate rectitude and then illustrate it by taking their lands. The policy is simple and uniform -bibles first, bomb-shells after. Such being the doings abroad, what are the feelings at home? Honours, titles, emoluments, are showered on the aggressors. A traveller who makes light of men's lives is regarded as a hero and fêted by the upper classes; while the lower classes give an ovation to a leader of filibusters. "British power," "British pluck," "British interests," are words on every tongue; but of justice there is no speech, no thought. See then the marvellous incongruity. Out of men who do these things and men who applaud them, is to be formed a society pervaded by the sentiment of brotherhood! It is hoped that by administrative sleight-of-hand may be organized a community in which self-seeking will abdicate and fellow-feeling reign in its place!
(
The Principles of Sociology, pp. 584-585).

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter